Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

La religion musulmane dans le Livre de l’Esperance d’Alain Chartier

François Rouy

Texte intégral

1L’objet de cette communication est simplement d’ajouter un document, très limité, à ceux qui peuvent nous aider à définir la manière dont L’Occident médiéval envisageait la foi mahométane. Ce témoignage est celui d’Alain Chartier, dont le Livre de l’Espérance, composé en 1428-1429, contient plusieurs pages sur la religion musulmane.

  • 1 Pour le Livre de l’Esperance, nous renverrons aux sections et aux lignes de notre édition critique (...)

2On voit dans cet ouvrage, en prose mêlée de vers, l’auteur, ou plutôt son Entendement, tombé en léthargie sous l’effet des poisons d’une vieille femme nommée Mélancolie, recevoir à son chevet la visite de plusieurs personnifications : surviennent d’abord trois monstres, trois "damnees menteresses" à l’aspect hideux, aux propos amers et désespérants. Entendement succomberait sans doute à la tentation du suicide, s’il ne recevait, à l’instar de Boèce, le secours d’une consolation allégorique. Plus heureux même que son modèle latin, le moraliste français voit apparaître auprès de son lit non pas une seule, mais trois messagères célestes : ce sont les Vertus théologales. Foi parlera la première, et répondra aux questions de son protégé, puis Espérance à so n tour, mais nous ne saurons jamais ce que l’auteur voulait se faire dire par Charité, car il a laissé son livre inachevé. C’est dans la bouche d’Espérance, en tout cas, qu’il a choisi de mettre les propos sur Mahomet, qui occupent la plus grande partie de la prose XIII1

3Comment se situe la critique de la religion musulmane dans la dernière section de l’ouvrage, dans celle que l’on peut appeler, d’après l’un des titres donnés au livre, la Consolation d’Espérance ?

4Un premier discours de cette Vertu théologale avait eu pour but d’administrer au malade, Entendement, les antidotes les plus urgents contre le désespoir dont il souffrait. Espérance avait d’abord exalté son courage en lui rappelant les grands modèles, bibliques et chrétiens, de confiance en Dieu. Alors, mais alors seulement, - et ce délai témoigne d’une délicate habileté -, elle avait entrepris de guérir son patient de ses tentations suicidaires en opposant aux arguments païens de sa rivale Desespérance les objections chrétiennes à la mort volontaire.

5Ayant ainsi répondu aux interrogations les plus pressantes et les plus personnelles d’Entendement, la messagère divine, au lieu de songer tout de suite aux malheurs des Français, dont souffre l’angoisse patriotique de son protégé, se lance dans un long monologue en prose, interrompu, seulement un instant, par la poésie XIII, et destiné à mettre en garde son patient contre quatre espérances trompeuses. Les deux premières, la "presumptive" et la "defective", examinées as sez brièvement au début de la prose XII, n’incitent la Vertu à aucun développement historique suivi. Mais la mention de la "tierce illegitime esperance, que l’en peult intituler opinative" (Pr. XII, 89-90), donne à dame Espérance l’occasion de critiquer la religion israëlite. Cette réfutation du judaïsme est relativement brève, puisqu’elle occupe trois fois moins de temps que celle de la loi islamique, dont il va être question. Elle est aussi, en fin de compte, assez sereine, puisque les attaques contre les "docteurs de jufverie" (Pr. XII, 167) s’achèvent sur la vision colorée de la poésie XIII, où, en dépit du rappel final de l’obstination juive, les métaphores relatives à l’Ancien et au Nouveau Testament s’entremêlent à la façon de deux guirlandes fleuries :

L’un seme, l’autre moissonne ;
L’un pugnist, l’autre pardonne ;
L’un merit, l’autre guerdonne ;
L’ancïen la feulle donne ;
L’autre fleurise et boutonne ;
Celuy verdoie et bourjonne,
Cestuy vendenge et entonne…
(Fo. XII, 46-52)

6Mais le propos dogmatique va bientôt reprendre se s dr oits dans le discours suivant : en effet, ap rès une définition sommaire de la "quarte esperance frustrative", accompagnée d’une courte application au comportement individuel des hommes, dame Espérance ne tarde guère à poursuivre sa tâche d’hérésiographe. Les "faulses sectes" qu’elle va envisager, séparément d’abord, mais dans le cours du même exposé, sont l’idolâtrie et la religion musulmane.

7La réfutation du culte des idoles est rapidement conclue sur une apostrophe au "païen", appelé par la "sapience de Dieu" à le "congnoistre par foy" (Fr. XIII, 109-110).

8La Vertu théologale prend alors pour cible Mahomet. Elle le fait avec brusquerie, en évoquant sa naissance dans une phrase narrative conçue pour dramatiser l’événement :

Emy las ! Bien avoit Dieu pourveu a homme a la naissance Jhesu Crist, et desja estoit toute la terre arousee de la sourse de grace par infusion de congnoissance d’un seul vray Dieu, et illusion d’esperance opinative tournee en certaine esperance, quant le dyable, pere de tenebres, feist naistre sur terre et eslever au monde Mahommet.
(Pr. XIII, 111-116)

9Puis elle cite diverses régions d’Asie, d’Afrique et d’Europe qui sont, par la "sédition de Mahommet", "pervertis de foy crestienne, et infaictes par semence de zizanie et de secte nouvelle" (129-130).

10Après ces préliminaires, Espérance justifie et précise son propos à l’aide de formules qui donnent le plan de son exposé : elle fera, dit-elle, "savoir par quelle malice Mahommet seduisi tant de gens" (131-132), avec la conviction que le "mespris de sa charnelle doctrine bien congneue fait priser la foy catholique" (132-135). Et c’est bien ainsi qu’en effet elle procède : après avoir décrit, dans un premier volet, la "malice" de Mahomet, elle s’en sert de repoussoir, dans un second, pour faire valoir la foi chrétienne, sans pour autant renoncer aux objections contre la religion musulmane ; l’omore de Mahomet et de ses sectateurs n’est pas, alors, complètement soustraite aux regards, mais quand l’apologiste en rappelle le souvenir, c’est surto ut pour donner plus de douceur et de pénétration à la lumière évangélique.

11Dans la première partie, essentiellement consacrée à la réfutation, l’explication de l’action menée par Mahomet et de ses succès suit un plan assez habile pour faire apparaître la diversité des mobiles et des causes tout en évoquant, de loin et sporadiquement, une vague succession chronologique. Trois points, bien nettement séparés, sont exposés par dame Espérance : ce sont

  1. Les motifs et les moyens du recrutement des premiers partisans, ainsi que ceux de la mission prétendue prophétique (137-188).
  2. L’élaboration d’une doctrine engageante, mais aussi perverse que l’âme de son auteur (189-336).
  3. Le rôle de la violence dans l’expansion musulmane (337 - 360).

12L’ascension de Mahomet est décrite de manière à faire ressortir, à chacun de ses progrès, son ambition sans scrupules, et tous ses autres vices. Son mariage avec la "dame noble et riche appellee Cadigan" ? Il témoigne d’une cupidité servie par la ruse et les pratiques magiques. Le recrutement de compagnons aptes à servir son désir de puissance ? Ce n’est que l’oeuvre d’un chef de bande, d’un "pervers chevetaigne" (152-153), qui, par des dons et des promesses, attire à lui les hommes perdus, les misérables et les criminels. Quant à son action, à la tête de ces partisans, elle ne consiste qu’à piller, à tuer, à se débarrasser traîtreusement de se s adversaires, à se faire partout redouter. En évoquant tous ces faits, dame Espérance ne manque pas de souligner les défauts dont ils témoignent chez leur instigateur : le goût du lucre, la déloyauté, la cruauté implacable ; et, chez ses séides : la lâcheté ou la bêtise.

13Puis la Vertu en vient à décrire le dernier stade de cette montée prodigieuse : la prétendue vocation prophétique de Mahomet. Ce n’est, pense-t-elle, qu’un ultime avatar de son ambition. Comme il était, malgré tout, conscient des hiérarchies sociales, l’ancien "meneur de chameaux", faute d’oser se donner le titre de roi, imagina de se faire proclamer "message de Dieu" (162), et, de nouveau, il eut recours à la ruse, mais ce tte fois pour rendre crédible sa mission prophétique. Il avait, raconte dame Espérance, dressé une colombe à venir manger "dez poiz enmillez en ses oreilles" (171), pour faire croire au peuple que le Saint-Esprit venait, pendant sa prédication, lui apporter des révélations, alors qu’il ne prêchait que "mensonges", imaginés par "art dyabolique". Ces expressions laissent déjà pressentir dans quel état d’esprit la Vertu va décrire la loi de Mahomet. Mais, avant de le faire, et pour conclure son premier point, elle apostrophe un imaginaire "mahometiste", comme s’il était là devant elle, et lui reproche de prendre pour un "messagier de Dieu" un homme dont les intrigues frauduleuses révèlent assez la nature fourbe et criminelle, et dont elles suffiraient à démentir la vocation prophétique.

14Le même genre d’arguments inspire la réfutation de la doctrine, dont l’élaboration est présentée comme une nouvelle ruse de Mahomet, et le contenu comme une preuve supplémentaire de son caractère vicieux, au demeurant attesté par sa manière de vivre.

15Sa prétendue loi n’est qu’une création composite, où se manifeste surtout un artificieux dessein : débaucher les fidèles de diverses religions, en reprenant à celles-ci divers éléments, quitte à en altérer sans scrupules le sens primitif. Trois croyances ont été l’objet de ces emprunts mahométans : le judaïsme, le christianisme et l’idolâtrie. A entendre ces observations de la bouche d’une Vertu théologale, on pourrait croire que celle-ci annonce par là quelques remarques sur les fondements de la foi musulmane, et qu’elle va, en particulier, envisager la question du monothéisme. Mais non ! elle ne dira rien de ce dogme primordial, et s’en tiendra à considérer diverses pratiques cultuelles et morales, dont plusieurs, il est vrai, sont depuis longtemps citées parmi les "piliers de l’Islam". Ce n’est pourtant pas leur importance dans la vie religieuse des musulmans qui détermine la Vertu à les considérer, mais seulement leur caractère de plagiats.

16Certaines de ces pratiques ou de ces croyances, venues de la tradition judéo-chrétienne, auraient été habilement modifiées par Mahomet dans le seul dessein, prétendument inspiré par Dieu, de "moderer les trop grans rigueurs (…) dez loys de Moyse et de Jhesu Crist" (199-201).

17Les ablutions musulmanes s’inspirent de la pratique chrétienne du baptême, mais leur efficacité purificatrice est nulle, "sans confession et sans pe nitance" (208).

18Le paradis islamique n’a retenu de son modèle chrétien que le nom, puisqu’il ne promet dans l’au-delà aucune béatitude à l’âme, mais tout "au corps pourrissable" (222).

19Le jeûne des musulmans n’apparaît à la Vertu personnifiée que comme une caricatur e des abstinences juives et chrétiennes : à quoi bon les prières bien réglées et les privations diurnes, si elles doivent être suivies de si "orde nuyt" (239-240).

20Une nouvelle référence, à l’idolâtrie celle-là, offre à dame Espérance l’occasion de critiquer une autre pratique musulmane : par le pélerinage à La Mecque, et par le rite du jet de pierres lancées "par dessoubz leurs membres genitoires" (247-248), les sectateurs de Mahomet ne font que perpétuer, à son instigation, le culte de "l’idole Venus".

21Ainsi le faux prophète, qui se disait autorisé à adoucir les lois judé o-chrétiennes, a en réalité abandonné "la bride a tout appetit sensuel" (263), donné "loy a illegalité" (264), et rendu "honneur a sa maistresse Venus" (250-251). Faut-il s’en étonner, puisque sa vie débauchée s’accorde en : tous points avec sa doctrine. La Vertu, qui recourt encore à l’apostrophe, mais cette fois contre le prophète lui-même, se lance dans une longue diatribe, et lui rappelle diverses marques de sa sensualité débridée : le "povoir" qu’il disait tenir de Dieu "en ses rains pour acomplir l’oeuvre de luxure" (279), le nombre de ses femmes, sa pratique de la répudiation.

22Ce "compaignon des pourceaux", ce "disciple dez boucz" (296-297), ne saurait évidemment, quoi qu’il ait pu prétendre, avoir reçu des messages divins par l’intermédiaire de l’ange Gabriel : ce n’est pas l’éclat insoutenable d’une lumière surnaturelle, ce sont des crises d’épilepsie qui expliquent son état de prostration, lors de ses visions imaginaires. Le Coran ne doit rien à l’inspiartion divine ; il est l’oeuvre d’un imposteur ambitieux qui a su transformer habilement ses emprunts à la Bible et à l’Evangile dans le sens de son appétit sensuel, et de sa propension à l’idolâtrie, et qui a en outre reçu les lumières de Sergius, "ung moigne apostat infect de heresie nestorienne" (318-317).

23Sur le troisième point, c’est-à-dire sur le recrutement d’adeptes musulmans par la violence et les menaces, dame Espérance passe plus vite ; elle s’emploie moins à détailler les faits, assez évidents, qu’à les expliquer, une fois encore, par l’exemple des idolâtres. Ainsi la foi musulmane et les cultes païens, déjà réunis sous la même appellation d’"esperances frustratives", sont de nouveau rapprochés : de cette façon, ils se discréditent mutuellement, tout en faisant mieux valoir, par un contraste redoublé, l’excellence de la religion chrétienne.

24Car c’est l’éloge de celle-ci qui va prédominer dans le second volet du discours, et y susciter, avec le soutien de la rhétorique, un véritable élan mystique. La "sainte foy catholique" (368) y est célébrée dans toute la diversité et toute l’harmonie de ses mérites, spirituels et moraux, individuels et collectifs, tandis que la religion musulmane continue à être envisagée d’un point de vue très limité. Ainsi la croyance chrétienne en un seul Dieu est évoquée quatre fois dans cette dernière partie, aux lignes 388, 407, 417 et 430, et la "congnoissance d’un seul Dieu" est même attribuée en termes élogieux à certains penseurs de l’antiquité, qui ont su y atteindre "par philosophie" (416-417). Mais il n’est toujours pas fait allusion, sur ce point capital, à la foi islamique, qui est en revanche à nouveau blâmée pour ses encouragements à la débauche, avec le renfort, cette fois, des moralistes anciens, dans cette question adressée à Entendement :

Dy moy que jugeroit philosophie de la secte de Mahommet effrenee en luxure et desordonnee en delices de corps, quant toutes les sentences morales damnent excez et appreuvent moderation en deliz…
(Pr. XIII, 42 2-425)

25Après quoi la Vertu, qui vient pourtant de faire une apologie complète de la foi chrétienne, et de décocher une nouvelle critique contre les excès de s musulmans, croit bon, avant d’en finir sur le chapitre du mahométisme, de proposer encore à l’attention deux sujets connexes, en se demandant d’abord comment "catholique religion honneure souveraine divinité", puis comment elle "pourvoit au regime de povre humanité" (427-429). Sur ces deux points, déjà abordés l’instant d’avant, mais dans un foisonnemen t d’éloges où ils risquaient d’échapper à la réflexion, dame Espérance part toujours des dogmes chrétiens, mais elle leur oppose d’emblée les propositions adverses, et, sans se placer vraiment en situation défensive, elle donne quelque audience à des objections dont la discussion, si elle était entreprise, confinerait, on le pressent, à certains mystères de la foi.

26A propos de la divinité, la Vertu théologale rappelle de nouveau le pr incipe d’un Dieu unique, puis elle ajoute, en se retournant vers les impies :

Ce ne sont pas yd’oles ne les dieux controuvez a l’apetit dez hommes, maiz il est creu selon verité et l’enseignement de parfaicte science. (Pr. XIII, 431-433)

27Le premier membre de phrase paraîtrait assez clair, si l’on pouvait être sûr que l’expression "les dieux controuvez a l’apetit dez hommes" nefait que préciser celle qui la précède, et l’élargir à tous les dieux du polythéisme. Mais ce n’est pas certain, et on peut se demander si Alain Chartier, - qui reprend des termes déjà employés pour décrire les "erreurs controuveez" (330) des musulmans, ne s’abandonne pas un peu ici à la tentation de l’équivoque : il ne lui déplairait peut-être pas que son lecteur soit tenté d’inclure, parmi les fausses conceptions de la divinité, celle de Mahomet lui-même, d’un homme dont il récuse radicalement la mission prophétique, et dont les opinions sur Dieu, y compris sa foi monothéiste, sont dès lors bonnes à laisser dans l’ombre. Il peut sembler de toute façon as sez éton -nant que cette phrase, dont la seconde partie fait implicitement allusion à la Révélation, n’ouvre la voie à aucune réfutation explicite des thèses mahométanes.

28Les affirmations suivantes, qui concernent toujours la convenance du dogme chrétien avec la nature divine, appellent la même remarque : elles évoquent sans le nommer le mystère de l’Incarnation, mais esquivent toute discussion explicite avec les musulmans.

29La réticence pratiquée par dame Espérance en matière théologique apparaît d’autant mieux qu’elle y renonce plus nettement quand elle en arrive au second point, "le regime de povre humanité". Il s’agit, cette fois, de questions morales : la Vertu, dès lors, n’hésite plus à confronter aux siens certains préceptes coraniques. Elle montre la supériorité de la tempérance évangélique sur l’"excés dez Sarr asins Mahommet" (445), dont elle a d’ailleurs déjà parlé assez longuement. Puis elle souligne, - ce qui de sa part est un propos nouveau, - les avantages de "l’estat de mariage indivis et uny" (450) sur la polygamie musulmane. L’énoncé de ce dernier argument offre une particularité bien remarquable, celle de faire intervenir l’expérience de l’auteur lui-même. Espérance recourt en effet au témoignage d’Entendement pour mettre en lumière les graves inconvénients qui peuvent découler "de la multiplication dez femmez sarrazines avec ung seul mary, et de la diversité descordable dez enfans" (453-455). Après avoir exposé les conséquences générales de ces pratiques, elle en précise les implications politiques en remarquant que, dans ces conditions :

effusion de sang avient souvent par le descord des freres es may - sons des princes mescreans, pour la mescongnoissanc e de l’ordre ou priorité des enfans de plusieurs mères.
(Pr. XIII, 457-460)

30C’est alors qu’elle se tourne vers Entendement et l’invite à profiter de ses observations personnelles pour tirer lui-même la conclusion de l’exposé qu’il vient d’entendre :

Et se tu, qui aucune foys as voyagé sur leurs marches, en as congneu dez enseignemen s, suffise toy a tant d’avoir ouy la diversité des loys dont sourt la vanité des sotes et frustratives esperances, et par l’ahesion d’une seulle sainte foy te arres te et afferme a la vraye esperance. (Pr. XIII, 460-465)

  • 2 Sur cette mission, cf. C. J. H. WALRAVENS, Alain Chartier, Amsterdam, Meulenhoff-Didier, 1971, p. (...)

31Cette allusion à la mission diplomatique d’Alain Chartier auprès de l’empereur Sigismond, en 1425, achève donc la réfutation du mahometisme2. Délaissant la critique des fausses sectes, la Vertu théologale, pour finir son discours, se borne à montrer à son protégé comment il doit s’attacher désormais à la "vraye esperance", et fuir toutes les espérances trompeuses.

32Quelles conclusions tirer de ces pages ? Elles soulèvent des problèmes qu’on ne saur ait prétendre examiner ici. Mais peut-être n’est il pas trop téméraire de penser qu’une observation fondée surtout sur le passage et sur son contexte éclairera déjà, dans quelques uns de ses aspects, l’attitude d’Alain Chartier.

33Les circonstances historiques, ainsi que l’influence des souvenirs personnels, ont sans doute une grande part dans l’intérêt porté au mahometisme par le secrétaire de Charles VII. Mais on doit aussi se demander de quelle manière a pu lui venir l’idée d’y consacrer plusieurs pages de son ouvrage. Or, en dépit de l’inspiration non seulement morale et politique, mais aussi religieuse, et souvent apologétique, du Livre de l’Esperance, il y a lieu de douter que la critique du mahométisme se soit imposée d’emblée à l’esprit de l’auteur comme indispensable à son propos, ou du moins comme aussi utile que celle du judaïsme. L’image de l’espérance biblique, si souvent illustrée dans ce traité par des récits exemplaires, trouve une utile contrepartie dans la condamnation de l’erreur des Juifs obstinés à espérer un Messie. Mais on peut juger le tableau de la religion musulmane moins adéquat, et supposer qu’il a bénéficié de l’élan donné aux développements hérésiographiques par la dénonciation du judaïsme. Comme Alain Chartier avait déjà puisé dans l’histoire des fausses sectes pour expliquer la nature de la troisième espérance trompeuse, il a pu procéder de la même façon pour illustrer la quatrième. Quelle que soit au demeurant la part de vérité contenue dans cette hypothèse, il est sûr que la réfutation de l’islamisme souffre d’être incluse dans un long exposé didactique de la seconde Vertu, et d’y faire figure de "leçon" obligée, trop facile à composer et à orner, pour un clerc expert en rhétorique.

34Toute la première partie du texte donne bien, en effet, l’impression d’un bon exercice de détraction oratoire :

35C’est une charge contre Mahomet, auquel ne sont prêtés que des défauts ou des actes indignes, et cela d’une façon si délibérée qu’aucun fait de sa vie n’est cité sans être rattaché à ses vices fonciers, à son ambition, à sa fourberie et à sa luxure. Il n’a même plus une nature tout à fait humaine : sans recourir au monstrueux épique, Espérance laisse voir en lui, par instants, un être diabolique, voué aux pratiques magiques, et suspect de connivence avec des animaux décriés.

36La satire se tourne aussi contre les adeptes : ce ne sont, au mieux, que de "maleureux abestis" (173-174) ou des lâches, et, au pis, des brigands, des meurtriers ou des ambitieux sans vergogne. Quant à Se rgius, qui aida Mahomet à rédiger sa loi, il partageait l’orgueil et la perversité de son élève.

37Toutes ces attaques visent à discréditer la doctrine, présentée sous le même aspect caricatural. Sa composition n’est montrée que comme une imposture et comme une entreprise de racolage, et son contenu spirituel est si bien passé sous silence que les pratiques perdent leur caractère sacral : on n’aperçoit plus guère que les ges tes sous leur aspect le plus mécanique, et privés de leurs motivations religieuses. C’est un moyen d’avilir ces rites en face de leurs modèles judéo-chrétiens, et de les faire voir sous un jour étrange ou absurde. Il en va de même du paradis musulman, décrit seulement comme un lieu de jouissances sensuelles dont aucune ne manque dès ici-bas aux hommes débauchés, tels que fut Mahommet lui-même. Ainsi procède la caricature, qui se plaît à la déformation, et à l’insistance acharnée sur quelques traits choisis, en recourant à des recettes bien visibles, qu’Alain Chartier ne se fait pas faute d’employer.

38Or cette outrance satirique ne se retrouve pas dans le second volet, où, pourtant, après un prélude apologétique en l’honneur de la foi chrétienne, réapparaissent les objections contre le mahométisme. Un changement se produit dans la nature et l’abord des questions envisagées. On croit sentir affleurer dans le discours, non sans réticences d’ailleurs, ni sans obscurités, des préoccupations moins satiriques, plus proches du débat théologique, au demeurant toujours esquivé. En outre un aspect de la morale et de la société islamiques est envisagé, de façon sommaire et partiale il est vrai, mais en faisant du moins référence au concret, et à l’expérience de l’auteur. Le ton s’est lui aussi rasséréné : plus de caricature, ni d’injures ; ni même d’apostrophes, hormis à l’adresse d’Entendement ; mais des phrases à la troisième personne, en général, balançant en équations ou groupant en faisceaux les éléments d’une confrontation enfin un peu plus rationnelle.

  • 3 Cf. F rançois ROUY, L’Esthétique du Traité moral d’après les oeuvres d’Alain Chartier, Genève, Dro (...)

39Un autre signe d’évolution mérite d’être signalé, qui touche au degré d’attention manifesté par la maîtresse d’Entendement vis-à-vis de son élève. Dans la première partie elle avait pu sembler, en effet, près d’oublier la présence de son protégé, et ne s’était pas adressée à lui, hormis par la très dogmatique formule "sy te dy que" (135), destinée à introduire la plan de son exposé. Au lieu de le prendre à témoin, elle avait interpellé, par le moyen de l’apostrophe, et longuement, des allocutaires imaginaires : le "Mahométiste", d’abord, puis Mahomet lui-même. Or voici que, dans le deuxième volet, après avoir invoqué Dieu et vanté le christianisme, elle se retourne vers Entendement, et lui montre plus d’attention. Partant d’un nous associatif et pédagogique, elle en vient à un tu plus direct, qui, au delà de l’interlocuteur un peu abstrait du scénario allégorique, finit par viser l’être particulier de l’auteur, en se référant à son expérience et à ses réflexions propres3.

40N’est-il pas notable que cette transformation dans les modes d’allocu -tion coïncide précisément avec un changement dans les procédé s de la réfutation ? Le fait ne traduit-il pas chez l’auteur un timide retour de la pensée vers une appréhension plus personnelle des problèmes ? Palinodie ou repentir ? Certainement pas. Réflexion authentique, et a posteriori, à la manière d’un précurseur balbutiant de Montaigne, sur des arguments auxquels on a d’abord laissé un vêtement étranger ? Ce serait trop dire, certes. Mais il est permis de croire qu’après avoir accompli, en y employant toutes les ressources amplifiantes de la rhétorique, sa tâche de détracteur des fausses sectes, Alain Chartier a pu aussi soupçonner à demi, en considérant la foi et les pratiques des musulmans, une autre façon, plus concrète et plus humaine, de les approcher et d’en débattre.

RÉSUMÉ DES INTERVENTIONS

41(A propos de la légende de Mahomet dressant une colombe à venir picorer des graines enduites de miel dans les oreilles du Prophète) : "Connaissez-vous l’origine de cette fausse colombe du Saint Esprit attirée par une variété sucrée de glu ?"

42(A. PLANCHE, Université de Nice)

Notes

1 Pour le Livre de l’Esperance, nous renverrons aux sections et aux lignes de notre édition critique (Brest, 1967). Quand la section n’est pas indiquée, il s’agit de la Prose XIII,

2 Sur cette mission, cf. C. J. H. WALRAVENS, Alain Chartier, Amsterdam, Meulenhoff-Didier, 1971, p. 27-33, et Pascale BOURGAIN-HEMERYCK, Les Oeuvres latines d’Alain Chartier, Paris, Ed. du C. N. R. S., 1977, p. 9-13.

3 Cf. F rançois ROUY, L’Esthétique du Traité moral d’après les oeuvres d’Alain Chartier, Genève, Droz, 1980, p. 202 sq.

Auteur

Université de nice

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540