Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Le "Vaillant turc et courtois Salhadin" : un oriental à la cour de Bourgogne

Danielle Quéruel

Texte intégral

1Aucun prince musulman n’occupa dans l’imagination et dans l’imagerie chrétienne la place de Saladin. Dès 1167, alors que le mande occidental apprenait avec stupeur qu’un roi païen doué de qualités militaires prodigieuses avait vaincu les armées chrétiennes, puis tenu en échec Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion, les récits les plus extraordinaires se répandirent sur son compte. Les chroniqueurs tant arabes que latins se plurent à raconter ses conquêtes et pendant tout le Moyen-Age se forma en Occident, particulièrement en Italie et en France, une légende prestigieuse autour du personnage de Saladin.

  • 1 épithètes attribuées è Saladin par Abou-Chamah qui écrivit vers 1251 « Le livre des deux jardins » (...)

2Curieusement ce destructeur du royaume de Jérusalem, cet adversaire redoutable des Croisés, est présenté d’une façon tout à fait favorable dans la plupart des récits chrétiens qui lui sont consacrés. Celui qui fut proclamé de son vivant "le glaive de l’Islam, le soutien de l’imam, la couronne des émirs"1, qui étendit sa domination sur l’Egypte, la Syrie, la Nubie, le Yémen, la Mésopotamie, qui chassa de Palestine et des côtes syriennes jusqu’au dernier chrétien, est devenu paradoxalement dans la littérature occidentale le champion des vertus chevaleresques et courtoises.

  • 2 L’épisode du meurtre de Renaut de Chatillon par Saladin est rapporté en particulier par La Chroniq (...)

3Sans doute des témoignages de la fin du xiie siècle nous persuadent-ils aisément que Saladin fut capable de cruauté autant que de bravoure. Un sait par exemple comment il se montra sans pitié envers Renaut de Chatillon, le décapita de sa propre main et commanda que sa tête fût traînée par toutes les cités et les châteaux de sa terre2 ! Mais en octobre 1187, le monde chrétien apprit avec la même émotion que les Lieux Saints étaient aux mains du sultan, et que celui-ci avait épargné la population de Jérusalem. Les chroniqueurs multiplient les anecdotes prouvant tantSt l’humanité et la clémence dont fut capable Saladin, tantôt son goût du pouvoir et sa férocité.

  • 3 cf. L. S. Crist. Saladin. Suite et fin du Deuxième Cycle de la croisade, TLF, Droz-Minard, Paris-G (...)

4Notre propos n’est pas ici de rassembler ni d’analyser les éléments biographiques qui ont pu contribuer à fixer l’image, soit hostile, soit admirative, du sultan Saladin en Occident, ni même de rappeler l’existence de tous les récits qui permettent d’en suivre l’évolution tout au long du Moyen-Age, mais seulement de présenter un des derniers témoignages de la transformation de ce personnage historique en héros légendaire. Nous le trouvons dans un roman en prose anonyme, écrit dans le milieu bourguignon vers 1467, consacré au "vaillant Turc et courtois Salhadin" et à ses relations avec le monde occidental. L. 5. Crist en a donné une édition en 1972 dans la Collection des Textes littéraires français sous le titre de "Saladin"3.

  • 4 cf. R. F. Cook. Le Bâtard de Bouillon. Chanson de Geste. TLF, Droz-Minard, Paris-Genève, 1972.
  • 5 cf. R. F. Cook et L. S. Crist. Le deuxième cycle de la croisade. Deux études sur son développement (...)

5Les sources en sont complexes : il s’agit d’une mise en prose d’un poème perdu du xive siècle qui devait être la suite des chansons de geste de Baudouin de Sebourc et du Bastard de Bouillon4. L’auteur connaît, entre autres récits, la Chronique d’Oultre-Mer d’Ernoul, l’Ordre de Chevalerie de Huon de Tabarie, les Récits d’un Ménestrel de Reims et l’ensemble du Deuxième cycle de la Croisade5 ; nous ne pourrons dans le cadre de ce travail que suggérer l’importance de ces sources, en montrant cependant comment le prosateur du xve siècle y a puisé les épisodes et les faits qui lui ont permis de tracer un portrait de Saladin conforme aux gpûts de la cour de Bourgogne d’alors. Ainsi non seulement il fait disparatre tous les traits hostiles au personnage, mais encore le pare d’un charme auquel les plus grandes dames de France ne résistent guère, et d’une vaillance et d’une sagesse telles que Saladin trouve tout naturellement sa place dans la plus haute noblesse occidentale.

***

  • 6 cf, G. Paris, Un poème latin contemporain sur Saladin. E. Leroux, Paris, 1893. Une analyse de ce p (...)
  • 7 cf. Itinerarium Ricardi par Richard Chanoine de la Sainte-Trinité, éd. W. Stubbs, Londres, 1864 et (...)

6Voyons tout d’abord comment pour évoquer la naissance de Saladin et son accession au pouvoir, le début du xve siècle se sépare de la tradition. Les récits les plus anciens -partant les plus malveillants-font de lui un parvenu sans scrupules, de naissance équivoque, ne reculant ni devant les assassinats ni devant les pires bassesses. La plus virulente des versions est sans conteste le "Carmen de Saladino"6 composé peu avant la prise de Jérusalem : selon ce poème, Saladin de condition servile s’introduisit à la cour de Nour-al-Dîn, devint l’amant de sa femme, assassina le sultan et son fils et épousa sa veuve. D’une façon aussi peu édifiante mais aussi expéditive, d’après un épisode inséré vers 1200 par Richard de la Sainte Trinité dans la traduction de la Guerre Sainte d’Ambroise7, Saladin aurait d’abord exercé la fonction de maître des filles de joie de Damas Rt s’étant rendu populairR avec l’argent ainsi gagné aurait tué le sultan et pris sa place ! Une troisième tradition, moins défavorable à Saladin, apparaît dans la Chronique d’Oultre-Mer d’Ernoul : neveu d’un prévôt de Damas, il s’empare du Caire en recourant à la ruse.

  • 8 cité par Z. Oldenburg, Les croisades. Gallimard, Paris, 1965 (p. 398)

7C’est ce récit qui est repris en partie au xve siècle : le premier exploit du "hardy et adventureux bacheler" fut de se présenter aux portes du palais d’une manière peu glorieuse : à quatre pattes, comme un âne chargé de bûches, poussé par les coups de bâton de quarante de ses soldats eux-mêmes déguisés en "chartons" par-dessus leur armure ! Il semble que le père de Saladin, Ayyûb, aurait conseillé à son fils de feindre la soumission en ces termes : "Que mon maître envoie un courrier qui me passera une corde autour du cou, je me laisserai amener sans résistance".8 Est-ce là le point de départ de cette scène de duplicité ? En tout cas, une fois dans le palais, Saladin se redresse et tue le sultan d’un coup de couteau caché le long de sa cuisse. Rien dans le texte du xve siècle n’insiste sur l’aspect infamant du déguisement, ni sur l’horreur du crime. C’est seulement la stupeur et l’admiration qui sont suggérées : "Tous furent comme confus et enchantés et embausmués de la vertu de Salhadin quant ilz luy virent tuer leur roy en la presence de tant de pueple. Et perdirent tout vouloir de luy malfaire, quant ilz virent tenir et retirer du corps de leur roy son Cousteau degoutant saing, laquelle proesse donna amour et paix a Salhadin de ses plus cruelz adversaires." (Sal. p. 28) L’auteur ne s’embarrasse pas de réflexions sur la rivalité qui exista entre Nou-al-Dîn et son vassal, ni sur les projets expansionnistes de Saladin et sa volonté d’unifier militairement le monde musulman. D’emblée c’est le caractère exceptionnel et prédestiné du personnage qui est souligné dans la version du xve siècle ; quelques traits merveilleux subsistent. Ainsi Saladin après son crime chevauche un destrier extraordinaire destiné au futur roi du Caire et de Babylone. Autre exemple : le trésor du palais, un perron précieux formé d’une seule grosse émeraude, est partagé par Saladin entre tous ses sujets "si largement que tous le loerent de son large cuer et francise." (Sal. p. 28).

8Ayant paré dès les premières pages son héros du prestige d’un Orient aux richesses fabuleuses, l’auteur semble en avoir fait assez pour évoquer le monde païen. Sans doute met-il aux côtés de Saladin un grand oncle, Corsuble -forme occidentalisée du nom arabe Shirkûb- qui ressemble au géant des chansons de geste antérieures. Mais l’exotisme est absent, la cruauté à peine indiquée. Reste un personnage, vite arrivé au pouvoir, promis à un destin extraordinaire.

  • 9 cf. L’estoire d’Eracles empereur et de la chronique d’Outremer. Paris, 1879-1880. L’auteur du xve (...)

9Ce destin, c’est celui d’un conquérant. L’histoire en témoigne, la littérature trouve dans la guerre sainte menée par Saladin contre les Chrétiens de quoi plaire à l’imagination des lecteurs du xve siècle éprise de faits d’armes remarquables. Le récit nous conduit du Caire au Château du Crac tenu par Renaut d’Antioche, de Sour à Césarée, de Tabarie à Ascalon, et enfin à l’assaut de Jérusalem contre Baudouin de Sebourc9. Bien sûr la vérité historique est quelque peu malmenée : l’ordre des batailles, le nom et la généalogie des principaux héros reflètent une confusion due à la fois aux sources utilisées et au désir de donner un rôle particulier à certains : ainsi Huon Dodequin de Tabarie et Jean de Ponthieu sont ici prisonniers et conseillers de Saladin. Mais le souci essentiel de l’auteur reste de montrer les qualités militaires de Saladin : sa rapidité d’action, son sens de la stratégie… Le portrait d’un chef de guerre et d’un conquérant hors du commun est ainsi mis en place dans un style qui n’a rien à envier à celui des chroniques et des romans de chevalerie de l’époque.

  • 10 Cette filiation est déjà indiquée dans la version du xiiie siècle de La Fille du Comte de Ponthieu(...)

10De plus, comme dans les romans à la mode au xve siècle, la bravoure n’est rien sans la largesse. L’auteur multiplie les anecdotes vraies ou inventées où le sultan épargne la vie de ses adversaires, envoie des vivres et des secours à leur famille… Comment s’étonner alors qu’ayant créé son personnage à la ressemblance des héros vaillants et généreux des romans au point qu’on oublie souvent qu’il s’agit d’une guerre sainte entre musulmans et chrétiens, l’auteur imagine pour Saladin une naissance plus romanesque et plus prestigieuse que celles que nous avons citées plus haut : petit-fils de Malaquin de Baudas, prince rie Syrie, et de la Belle Chétive, elle-même fille malheureuse née de l’union de la comtesse de Ponthieu avec le sultan d’Aumarie10, Saladin devient un héros du monde occidental, au moins par sa grand’mère, et la noblesse française s’approprie ainsi le prestige du conquérant.

***

  • 11 sur ce piège tendu à Saladin, cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 296. Cette anecdote ne se tr (...)

11Que lui manque-t-il alors pour être un parfait héros de chevalerie ? Bien sûr que sa valeur soit admirée et reconnue par le regard d’une dame. Là encore l’auteur recourt à différentes traditions, parfois contradictoires. Un premier épisode qui ne manque pas de piquant raconte comment Saladin fut éconduit parce qu’il n’était pas chrétien11. Deux cents dames, réfugiées dans un château, sont assiégées par le sultan. Affamées, au bout de sept jours, elles délèguent auprès de lui la plus belle d’entre elles. Saladin courtoisement leur envoie des provisions, partage même leur repas, et sensible au charme de son hôtesse, la prie d’être sa dame par amour. Il essuie un refus poli : la dame est mariée et surtout -ce qui est le plus grave- Saladin n’est pas chrétien. Sans rancune il accepte l’excuse et quitte le château, mettant un terme au siège et de la dame et de la forteresse !

  • 12 cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 434.
  • 13 La littérature médiévale développe souvent la situation inverse : une païenne amoureuse et compati (...)

12Pourtant les amours que les conteurs lui ont prêtées furent en général plus mouvementées et moins platoniques : ils imaginent volontiers que les plus hautes dames de la chrétienté succombèrent à son charme : soit la reine de Chypre pour les conteurs italiens12, soit une reine de France pour les récits français. Il s’agit alors tantôt de la femme de Philippe Auguste -on oublie que celui-ci était veuf lors de la troisième croisade-, tantôt au mépris de toute chronologie de l’épouse de Louis VII, Aliénor d’Aquitaine. L’auteur du xve siècle quant à lui imagine de faire commencer les aventures amoureuses de Saladin à la cour de France lors d’un dîner où les yeux de la - reine s’attardent sur le jeune voyageur, puis à un tournoi où elle admire son beau maintien. Rien d’original dans le développement du motif sinon le plaisir que prend l’auteur à raconter les amours d’une reine chrétienne et d’un roi païen13. C’est la reine qui prend l’initiative dans une scène cocasse où après avoir envoyé son époux à la chasse elle mène Saladin de force dans sa chambre, puis "l’apuya contre le piet d’un lit et le prinst par la main et en luy maniant lez dois et en le regardant attentivement" (Sal. p. 96) lui propose son amour sans équivoque. Saladin surpris exprime quelques scrupules, mais le roi reste heureusement assez longtemps à la chasse pour que la passion de la reine l’emporte. Et c’est seulement quelques jours plus tard que, tout en dansant, elle lui demande son nom et apprend avec stupeur qu’il est païen ; mais "toute esbaye et pancyve" d’abord, "quant elle aperçut que Salhadin estoit estrangier considerant qu’elle s’estoit a luy habandonnée, memorative de sa beaulté, advertie de sa grand noblesse et haulte chevalerie, elle laissa son cuer ou il estoit." (Sal. p. 109) Contrairement au premier épisode les problèmes posés par la différence de religion sont esquivés.

13L’aventure se poursuit en Syrie. La reine ayant suivi son mari en croisade se trouve avec lui dans Acre qu’assiège Saladin. Pour le revoir elle persuade le roi qu’elle a reçu de Dieu en songe la mission de convertir le sultan. "Le roy, doubtant de couroucier Dieu et pensant que les menchongez de sa femme fussent veritablez," (Sal. p. 151) accepte de la laisser tenter cette expérience à condition qu’un chevalier l’accompagne et la protège. Mais lorsque le chaperon, André de Chavigny, voit l’amabilité avec laquelle Saladin reçoit sa belle visiteuse, il les surveille étroitement ; constatant que la conversion tarde et désespérant de ramener la reine de son plein gré auprès de son mari, il la saisit, l’emporte sur son cheval et, comme la reine proteste et crie : "Si s’advisa Chavingny en courant de tirer son espee et, ad ce que la dame ne soy remuast trop fort, tellement luy fist paour qu’elle se laissa manier et emporter comme ung bouchier emporte devant soy une brebis." (Sal. p. 155) La reine infidèle est renvoyée à son père qui se charge de la punir. Visiblement l’auteur a aimé s’attarder sur les péripéties d’une aventure qui a pour nous le charme d’un conte autant que d’un roman de cape et d’épée. Certes il accorde à la dame le rôle le plus important : rusée, passionnée, elle mène l’action. Saladin est quelque peu laissé au second plan. Mais l’essentiel n’est-il pas qu’une dame chrétienne de très haut rang l’ait distingué et aimé ?

***

  • 14 cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 428, qui cite en particulier les nouvelles de l’Avventuros (...)

14Nous avons vu que l’auteur du xve siècle faisait commencer cette histoire d’amour en France à Paris. 11 se sert ici de la tradition, rapportée par bien d’autres récits, selon laquelle Saladin aurait effectué incognito un ou plusieurs voyages en Europe. Les raisons invoquées sont en général moins romanesques ; les chansons de geste de Baudouin de Sebourc, du Bastard de Bouillon, des nouvelles italiennes du xive siècle14 racontent comment, déguisé en marchand ou en ermite, Saladin vint en Occident pour espionner et se renseigner lui-même sur les forces militaires chrétiennes. Le texte du xve siècle tout en gardant l’idée d’un voyage secret préfère dire que Saladin fut attiré, fasciné par la société occidentale et surtout par le monde de la chevalerie au point de passer la mer "pour aller veoir l’estat et la noblesse de par dela et le maintien des crestiens." (Sal. p. 78) C’est la curiosité qui le pousse : il veut savoir "ce que puet estre du monde. "Accompagné de ses deux prisonniers chrétiens, Huon Dodequin et Jehan de Ponthieu, il navigue jusqu’à Brindisie, chevauche ensuite jusqu’à Rome, traverse la Lombardie, la Bourgogne et arrive à Paris. On nous dit seulement que l’endroit est agréable et qu’ils s’y promènent deux ou trois jours. Le roi et sa cour sont à Cambrai pour un important tournoi qui rassemble toute la noblesse française et anglaise. Saladin s’y précipite et assiste avec admiration au défilé solennel des chevaliers groupés en corps de bataille, derrière les armes de leurs chefs. Le spectacle est coloré, prestigieux. Le déploiement des bannières et des écus armoiriés éblouit le voyageur qui se fait expliquer inlassablement par ses compagnons les noms, les couleurs des seigneurs, se renseigne sur leur rang, leur valeur militaire. Il n’est plus question alors d’espionnage, mais seulement de choisir les meilleurs adversaires auxquels Saladin veut se mesurer. Il combat les plus grands, en particulier Richard Coeur de Lion qu’il désarçonne et André de Chavigny qu’il blesse au talon. Le prix et l’honneur du tournoi sont bien sûr accordés au "chevalier estrange". En faisant participer ainsi Saladin au tournoi de Cambrai, l’auteur veut avant tout rehausser l’éclat et le prestige de la noblesse du Nord de la France : Saladin, descendant de la famille de Ponthieu -nous l’avons vu plus haut- est ici tout à fait à sa place !

  • 15 cf. Le Pas Saladin. pièce historique en vers relative aux croisades. éd. G. S. Trébutien, Paris et (...)

15Un second voyage est conté dans un esprit semblable. Le prosateur du xve siècle imagine que le sultan ayant vu la force et la richesse de l’Occident rêve de le conquérir en commençant par la France ! Ses prisonniers chrétiens, effrayés par un tel projet, lui conseillent non sans habileté de s’attaquer d’abord à l’Angleterre avant d’entrer en Normandie ou en Picardie. "Sachiés" dit Jehan de Ponthieu, "que je ne sçay au monde terre plus propice pour porter nuysance aux François que le royalme d’Angleterre : c’est une isle et petit pays fort a merveillez…" (Sal. p. 113) Faut-il voir dans cette mention de l’Angleterre quelque intention humoristique ou malveillante de la part de l’auteur ? Sa mise en prose est en général dépourvue d’éléments très hostiles à l’Angleterre. En tout cas cela lui permet de situer entre l’Ecosse et Warwich un épisode connu sous le nom de "Pas Salhadin". C’est la délivrance de Jaffa par Richard Coeur de Lion en 1192 avec une poignée d’hommes qui est la base historique de ce récit très populaire dès le xiiie siècle et raconté dans le poème intitulé "Le Pas Salhadin"15. Mais ce qui préoccupe avant tout l’auteur du xve siècle, c’est de montrer d’une part que la défaite de Saladin s’explique par la trahison de ses amis, donc de l’excuser, d’autre part que la victoire est remportée non par les hommes de Richard Coeur de Lion, mais par les champions du tournoi de Cambrai venus en renfort.

  • 16 cf. L’Ordene de chevalerie, éd. Barbazan-Méon, Paris, 1606, poème du xiiie siècle.

16Fasciné par la force de cette noblesse française, Saladin se fait instruire des cérémonies et des obligations de l’institution de la chevalerie et demande même à un de ses compagnons chrétiens, Huon, de l’adouber. Le poème de l’Ordre de Chevalerie16 est sur ce point fidèlement suivi et la signification religieuse de chaque geste longuement expliquée. L’auteur du xve siècle insiste cependant sur la réticence de Huon à obéir lorsqu’il dit à Saladin : "n’estez pas y-donne ne habille a si noble ordre recepvoir a cause que n’estez pas crestien ;" (Sal. p. 73) Sous la menace il s’exécute cependant, mais hésite encore au moment de donner la colée. L’auteur se garde bien de dire si pour lui Saladin est vraiment devenu chevalier après cette scène, mais il développe une situation analogue un peu plus loin quand à Saint-Omer Saladin décide d’être le champion d’une dame injustement accusée de tentative de meurtre. Huon là encore explique que "ce n’est mie chose faisable d’un tel champ faire". "Et pourquoy ? "fet lors Saladin, "ne suis je mie chevalier ?" - "Ce n’y fait rien, sire", répond Huon, "car supposé que chevalier soiés, si convient il que vous soyés crestien, et comme crestien fauldra fere bon et leal serment d’avoir bone et juste cause de combatre. Si vous pourroit par adventure mesadvenir par vous parjurer ou jurer en vain, et pourroit pour ceste cause la dame decheoir de son bon droit." (Sal. p. 84) Magré les scrupules de Huon Saladin obtient finalement de faire ce duel judiciaire : Dieu apparemment approuve ce choix puisqu’il lui donne la victoire !

***

17Rêvant d’être adoubé chevalier sans véritablement comprendre la signification religieuse de l’institution, se faisant le champion d’une dame sans croire au Dieu qui lui permet de gagner, Saladin ne peut accéder complètement aux valeurs de la chevalerie sans adopter la foi chrétienne. Tout le récit du xve siècle semble composé pour en faire la démonstration. Là encore l’auteur essaie de concilier deux traditions contradictoires. La plus ancienne et la plus véridique voit en Saladin le représentant intransigeant de la foi musulmane. Une seule anecdote amusante va dans ce sens : une jeune demoiselle chrétienne "cuida convertir Salahadin par une maniere bien couverte, car elle trencha par deux fois du pain qu’elle engressa de char de porc et elle le mist davant Salhadin qui mie n’en menga et qui n’en fist que rire sans dire aultre chose." (Sal. p. 70) Le piège est naïf, la façon de le conter ne manque pas de vivacité, mais fait seulement sourire.

  • 17 cf. G. Paris, La légende de Saladin, p. 295 : « Les récits des visites de Saladin aux chrétiens de (...)

18Ce que Saladin découvre en arrivant à Rome est présenté plus sérieusement : il assiste à la messe, voit ses compagnons se confesser au pape et se prosterner devant lui pour en recevoir l’absolution. Indigné par ce qui lui paraît être de l’ignorance et surtout par la fonction dévolue au pape, il s’écrie en colère : "Trop vous voy non sachans, qui cuidiés pourtant, se vous aourez ung homme comme moy ou ung aultre, qu’il ait puissance de pardonner ce que aves meffait a aultruy ! Ce ne croiray je de ma vie ; "Et il ajoute que s’il tenait en son pouvoir en Syrie un tel homme, il le ferait "detraire a chevaux." (Sal. p. 80) La même intansigeance, le même esprit critique apparaît lorsqu’à la cour de France il découvre la coutume de dresser une table pour douze pauvres en souvenir des douze disciples de Jésus-Christ ; mais là encore il constate une grande hypocrisie car seuls les restes du repas des nobles sont servis à cette table ! Les enseignements de la religion chrétienne aussi bien que le comportement des chrétiens eux-mêmes sont ainsi jugés et condamnés par le regard et les propos de l’étranger qu’est Saladin. Le ton, le procédé employé ici, font que l’on a répété que ces récits étaient des "lettres persanes" du xve siècle17. Mais la satire n’est jamais suffisamment forte pour tirer à conséquence. Ces épisodes s’inscrivent surtout dans une tradition littéraire importante qui de Buccace à Voltaire tend à faire de Saladin un sage qui réfléchit sur les mérites respectifs des religions.

19L’auteur a complètement orienté la fin de son roman dans ce sens en utilisant assez fidèlement à la fois la Chronique d’Oultre-Mer et surtout les Récits d’un Ménestrel de Reims. Lors d’un dernier combat à Acre, Saladin mortellemnt blessé, fait venir auprès de lui "par saulf conduit le plus sage juis de Judee, le plus sage crestien qu’on peut trouver et le plus sage payen de sa terre, lesquelz il fist longuement ensemble disputer et deviser de leur loy, foy et creance." (Sal. p. 166) Rien de plus n’est dit de la discussion ni des arguments avancés par chaque sage, mais la scène finale montre Saladin blessé s’administrant lui-même le sacrement de baptême : "Et lorsqu’il les eut bien et sensiblement entendus, il demanda ung grand bassin d’argent et de l’eawe clere et nette dedens. Si fist chascun tirer ariere de luy, et dist, lez yeulz levés amont, troix motz -ne scet l’istore quelz- puis en faisant le signe de la croix, (…) il commanda qu’on luy tirast l’espee ou la glaive du corps. Et prinst le bassin a deux mains et versa l’eawe sur son chief. Ft atant expira il, finant sa vie a grans regretz. Si fait a supposer qu’en celle fin il se converty a nostre seigneur Jhesu Crist, selon la disputoison qu’il entendy des trois clercz." (Sal. p. 169)

  • 18 Oeuvre composée par Jean Germain, évêque de Châlons-sur-Saone, à la demande de Philippe le Bon, so (...)

20La fin édifiante de Saladin, ainsi que son souci de choisir la meilleure des religions devaient plaire à un public bourguignon auprès de qui Philippe Le Bon voulait présenter et défendre son projet de croisade. C’est à sa demande que vers 1450 Jean Germain par exemple a composé son Débat du chrestien et du sarrazin pour "montrer la folie de la Secte sarrazine et les raisons d’adhérer à la foi chrétienne."18 La conversion de Saladin est annoncée pendant tout le récit par son désir d’accéder à la chevalerie, institution chrétienne autant que militaire ; mais les dernières pages s’efforcent aussi de persuader le lecteur que Saladin est convaincu de la vérité et de la supériorité de la foi chrétienne et que sa sagesse l’entraîne vers le baptême.

***

21L’histoire romanesque de Saladin telle qu’elle apparaît dans ce texte au milieu du xve siècle reflète en effet deux des préoccupations essentielles de la cour de Bourgogne : d’une part reprendre la route vers Jérusalem, d’autre part s’assurer de la cohésion et de la force des familles nobles du Nord, tournées depuis la paix d’Arras vers la France et non plus vers l’Angleterre. Dès lors il apparaît que le travail auquel s’est livré le dérimeur du xve siècle n’est pas seulement de "translater" ses sources, mais d’organiser la matière qu’il y trouve autour d’un projet précis : ici glorifier les valeurs de la chevalerie bourguignonne et se mettre au service de la politique de Philippe le Bon. Imaginer pour Saladin la généalogie romanesque qui le fait descendre d’une des plus grandes familles de Nord par la Comtesse de Ponthieu est un acte rie "récupération" politique particulièrement habile quand il s’agit d’un grand personnage qui fut l’adversaire, parfais généreux, mais redoutable, des chrétiens.

  • 19 sur l’importance de cette tradition littéraire concernant Saladin en Italie, cf. G. Paris, La lége (...)
  • 20 cf. Dante, Inf. (IV, 129)

22Jouant aussi de la fascination réciproque de l’Occident et de l’Orient, ce texte permet de mesurer l’ampleur et la richesse de la tradition littéraire qui s’est développée pendant trois siècles autour du personnage de Saladin. La plus grande partie des textes qui le mettent en scène, en France aussi bien qu’en Italie19, se plaisent à insister sur sa sagesse autant que sur son courage et lui donnent des rôles qui forcent le respect et l’admiration. On ne peut passer sous silence à ce propos le passage célèbre de Dante20 réservant à Saladin, seul musulman, une place dans les Limbes parmi les héros dispensés du véritable Enfer…

  • 21 cf. La Chanson de Roland. éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969 (v. 899)

23L’auteur du roman du xve siècle va plus loin : il ose baptiser Saladin, lui qui incarnait la foi musulmane et le réveil de l’Islam. Le portrait devient alors cohérent : la vaillance exceptionnelle du conquérant est justifiée parce qu’elle est mise au service de Dieu et de l’Occident. "Fust chrestîens, asez oust barnet", lit-on dans la Chanson de Roland21 pour souligner la valeur des héros païens. La mise en prose du xve siècle réconcilie dans le personnage de Saladin ces deux composantes essentielles du chevalier : la foi et la vaillance. Nous sommes alors très loin de la vérité historique, mais en présence d’un effort littéraire sans précédent pour donner, après des siècles de guerre sainte et de croisades, une conclusion à l’opposition entre Musulmans et Chrétiens. Reprendre Jérusalem restait unepréoccupation et un rêve pour la cour de Bourgogne ; s’emparer de son conquérant le plus célèbre est un exploit enfin réalisé dans un texte écrit pour Philippe le Bon.

Notes

1 épithètes attribuées è Saladin par Abou-Chamah qui écrivit vers 1251 « Le livre des deux jardins », histoire des règnes de Nur-al-Din et de Saladin. Sur la vie de Saladin et le rôle qu’il voulut jouer dans l’unité musulmane en tre 1174 et 1193 on peut consulter : Albert Champdor, Saladin. le plus pur héros de l’Islam. Paris, Albin Michel, 1956 et Emmanuel Sivan, L’Islam et la Croisade. Idéologie et Propagande dans les réactions musulmanes aux croisades. Paris, Maisonneuve, 1968.

2 L’épisode du meurtre de Renaut de Chatillon par Saladin est rapporté en particulier par La Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier. éd. L. de Mas-Latrie, SHF, Paris, 1871 et par la Chronique de Guillaume ée Nanqis. éd. Géraut, t. I. Paris, 1663.

3 cf. L. S. Crist. Saladin. Suite et fin du Deuxième Cycle de la croisade, TLF, Droz-Minard, Paris-Genève, 1972.

4 cf. R. F. Cook. Le Bâtard de Bouillon. Chanson de Geste. TLF, Droz-Minard, Paris-Genève, 1972.

5 cf. R. F. Cook et L. S. Crist. Le deuxième cycle de la croisade. Deux études sur son développement. Droz, Genève, 1972 et S. Duparc-Quioc, Le cycle de la croisade. Paris, Champion, 1955.

6 cf, G. Paris, Un poème latin contemporain sur Saladin. E. Leroux, Paris, 1893. Une analyse de ce poème est proposée par G. Paris dans son étude sur La légende de Saladin. Jsurnal des Savants, mai 1693 (p. 285) que nous avons souvent consultée pour ce travail.

7 cf. Itinerarium Ricardi par Richard Chanoine de la Sainte-Trinité, éd. W. Stubbs, Londres, 1864 et l’Estoire de la Guerre Sainte d’Ambroise, éd. G. Paris, Paris, 1897.

8 cité par Z. Oldenburg, Les croisades. Gallimard, Paris, 1965 (p. 398)

9 cf. L’estoire d’Eracles empereur et de la chronique d’Outremer. Paris, 1879-1880. L’auteur du xve siècle suit avec beaucoup de fidélité cette source, mais ajoute un certain nombre de personnages et d’épisodes annoncés dans Baudouin de Sebourc et le Bâtard de Bouillon. La continuité du cycle épique est certaine et la mise en prose du xve siècle est précieuse pour imaginer comment se présentait le poème perdu du xive siècle après la bataille devant Jérusalem. Au moment où meurent Baudouin et le Bâtard de Bouillon devait commencer le récit des aventures de leur adversaire Saladin. Cf. sur ce point E. R. Labande. Etude sur Baudouin de Sebourc. Chanson de geste. Paris, 1940.

10 Cette filiation est déjà indiquée dans la version du xiiie siècle de La Fille du Comte de Ponthieu. Elle est reprise et développéedans le texte du xve siècle. Cf. La Fille du Comte de Ponthieu. conte en prose. Versions du xiiie et du xve siècles. éd. CL. Brunei, SATF, Paris, 1923.

11 sur ce piège tendu à Saladin, cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 296. Cette anecdote ne se trouve que dans la version du xve siècle, mais s’inscrit dans une importante tradition de textes où on tente de convertir Saladin.

12 cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 434.

13 La littérature médiévale développe souvent la situation inverse : une païenne amoureuse et compatissante donne son coeur à un ennemi chrétien. Cf. Ch. A. Knudson, Le thème de la princesse sarrasine dans la Prise d’Orange. Romance Philology, Vol. XXII, n°4, 1969.

14 cf. G. Paris, La légende de Saladin. p. 428, qui cite en particulier les nouvelles de l’Avventuroso Ciciliano de Bosone da Gubbio et le Décaméron (X, 9) de Boccace.

15 cf. Le Pas Saladin. pièce historique en vers relative aux croisades. éd. G. S. Trébutien, Paris et Londres, 1836, poème de 611 octosyllabes de la fin du xiiie siècle racontant une défaite de Saladin en Syrie.

16 cf. L’Ordene de chevalerie, éd. Barbazan-Méon, Paris, 1606, poème du xiiie siècle.

17 cf. G. Paris, La légende de Saladin, p. 295 : « Les récits des visites de Saladin aux chrétiens deviennent ainsi des espèces de « lettres persanes », où, tout en exaltant la religion chrétienne, on fait critiquer par le Sarrasin certains abus auxquels elle donne lieu ou certaines négligences de la part de ceux qui devraient le mieux la pratiquer. Parfois la critique semble même aller plus loin, jusqu’aux enseignements de la religion elle-même. »

18 Oeuvre composée par Jean Germain, évêque de Châlons-sur-Saone, à la demande de Philippe le Bon, sous la forme d’un débat entre deux chevaliers, un chrétien et un sarrasin, pour démontrer la folie de la secte sarrasine et récapituler toutes les raisons alléguées en faveur du christianisme.

19 sur l’importance de cette tradition littéraire concernant Saladin en Italie, cf. G. Paris, La légende de Saladin.

20 cf. Dante, Inf. (IV, 129)

21 cf. La Chanson de Roland. éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969 (v. 899)

Auteur

Université de reims

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540