Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Signes et marques de l’Orient : de l’utilisation de l’onomastique dans le Libro del Caballero Cifar

Jeanne Pelegrin-Battesti

Texte intégral

  • 1 cf. l’introduction de F. Buendía à son édition du Libro del Caballero Cifar, in : Los Libros de Ca (...)

1O. Curieux ouvrage que ce roman du début du xive siècle, en trois parties et deux-cent-vingt-neuf chapitres, présenté tantôt comme le premier roman de chevalerie en langue espagnole, comme l’égal du Tristan et de l’Amadis, tantôt comme un conte hagiographique ou un roman mystique, parfois aussi comme une chronique particulière ou encore un manuel d’éducation à l’usage des princes1.

  • 2 Nous abrégeons en Libro ou le Cifar.
  • 3 Les sources du Libro sont étudiées par Ch. W. Wagner, The sources of "El Cavallero Cifar". Revue H (...)

2L’"Histoire du Chevalier de Dieu qui avait pour nom Cifar", plus simplement "Livre du Chevalier Cifar"2 raconte en effet, c’est la fiction romanesque principale, la vie heroïque et exemplaire d’un saint laïque, le chevalier Cifar. Séparé de sa femme et de ses enfants, après de multiples péripéties et de rudes épreuves le chevalier errant deviendra roi de Menton, un pays imaginaire, et retrouvera les siens dont on narre également les aventures. La deuxième partie : Admonestations du roi de Menton ("castigos del rey de Menton") s’apparente à un miroir d’éducation de princes où le religieux primerait. Tandis que la troisième partie : Les Faits de Roboan ("los Hechos de Roboan") réunit tous les ingrédients du roman de chevalerie. Le tout agrémenté d’une longue série d’apologues, d’anecdotes intercalées et assaisonné d’un nombre impressionnant de proverbes3.

  • 4 Le Libro adapte la légende à partir des versions du Speculum historiale de V. de Beauvais, de la L (...)
  • 5 Ce "chaldéen" serait pour certains de l’arabe, pour d’autres du grec ; il est encore plus probable (...)
  • 6 Les Proverbes du Cifar sont étudiés par J. Piccus, Refranes v frases proverbiales en el LCZ, Nueva (...)

3Dans le Libro del Caballero Cifar l’Orient est omniprésent ; un Orient sans doute bien divers : géographique, culturel, mythique, un Orient parfois difficile à situer ou à cerner, ici, comme ailleurs,. Orient de l’Inde, berceau de la famille du héros, ainsi que de son modèle littéraire Saint-Eustache (ou Placide)4 ; orient culturel du "roman byzantin" par les thèmes mêmes des aventures vécues par le héros, par sa femme, par ses fils : voyages en mer, actes de pirateries, naufrages, disparitions d’enfants et retrouvailles, dans la tradition du roman hellenistique. Orient aussi (nous accusera-t-on ici d’imprécision ?) dans l’importance des références culturelles sémitiques, bibliques et musulmanes, sans cesse sollicitées dans une oeuvre que l’on présente comme initialement écrite en "chaldéen"5 puis traduite en latin et en langue vernaculaire, mais qui garde des traces profondes des cultures qui imprégnaient alors l’Espagne. La deuxième partie, sorte de catéchisme éthico-moral plonge au coeur même de la tradition parénétique et gnomique orientale, et nous ne nous attarderons pas sur ces sources littéraires, bien connues : fables ésopiques ou tradition orientale du Barlaam et Josaphat, Disciplina Clericalis du Juif converti Pedro Alfonso (alias Petrus Alphonsus) filleul d’Alphonse le Batailleur (ouvrage peut être écrit primitivement en arabe) ; enfin la partie didactique du roman, tirée directement d’un texte arabe, dans sa version espagnole, les Flores de Filosofía6.

4C’est sur un point beaucoup plus limité que nous voudrions ici attirer l’attention : sur l’utilisation du nom propre "oriental", en proposant des éléments d’une rhétorique de l’Onomastique dans le Libro del Caballero Cifar.

I. MARQUES DE L’ORIENT : LE NOM PROPRE DANS LE LIBRO DEL CABBALERO CIFAR

I. O. Le Libro del Caballero Cifar offre une succession de récits qui s’inscrivent dans un espace géographique et temporel "oriental"

  • 7 Libro, p. 51b
  • 8 Ces circonstances sont reprises par l’oeuvre espagnole. Nous laissons ici de côté les divergences (...)
  • 9 Evangile selon Saint-Jean, I-45, 21-1

5Dès le Prologue, le roman est placé sous le signe du voyage, du pélerinage, par les circonstances de sa composition, l’an 1300, année de jubilée de Grand Pardon et d’indulgences plénières pour les pélerins se rendant à Rome. L’histoire exemplaire du chevalier Cifar est présentée comme l’itinéraire d’un "chevalier de Dieu" : ".. il advint qu’un chevalier des Indes, contrée qu’évangélisa Saint-Barthélemy, apôtre, après la mort de Jésus-Christ…"7 : présence initiale de l’Orient ("Indias"), localisation qu’explique le sujet du récit principal, transposition d’une des légendes pieuses les plus divulguées au Moyen-Age (celle de Saint-Eustache), conte hagiographique d’origine grecque tardive. Le Saint, martyr, se voit ici converti en héros chevaleresque. Cifar se réfère à lui à plusieurs reprises, comparant sa propre destinée à celle du saint. Mais la conversion miraculeuse du modèle, et son martyre disparaissent au profit d’épisodes aventureux édifiants. Placide était sorti d’Egypte, chassé par la peste, avec femme et enfants ; les pirates barbaresques lui avaient ravi son épouse, puis ses deux fils ; alors que Cifar fut contraint à l’exil par la disgrâce royale, puis arraché à ses enfants et enfin séparé de sa femme8. L’on sait d’autre part que Barthélemy, l’un des douze apôtres des Synoptiques et que l’on identifie habituellement à Nathanaël9 aurait évangélisé la Phrygie et la Lycaonie, ou la Pont et le Bosphore, ou encore les Indes, l’Arabie et l’Ethiopie ; d’où la localisation géographique initiale. Oserons-nous dire déjà, l’une des rares de tout le roman ?

6En Orient également se situera le deuxième récit, parallèle, celui des exploits de Roboan, fils de Cifar.

I. 1. Exactitude ou vraisemblance. Emprunts ou réminiscences

7D’emblée le lecteur du roman est déconcerté par un curieux amalgame entre des lieux et des faits réels et des lieux et des faits parfaitement imaginaires. Insérer un lieu, sinon réel, du moins accepté par l’histoire légendaire, un lieu qui fait partie de la mémoire collective (celui des récits bibliques) dans une série d’épisodes imaginés a-t-il pour but de dissimuler le caractère fictif du récit ? Mêler des personnages imaginés (comme Roboan) au souvenir de figures bibliques, (Roboham, fils de Salomon), suscite la même confusion. Mais n’est-ce pas là un des procédés les plus efficaces de la stratégie de la vraisemblance ?

  • 10 Libro, ch. 10, p. 65b

8Dans le récit qu’il fait de sa généalogie, Cifar dit des cendre du roi biblique Tared dont le royaume "se trouvait dans l’Inde primitive, celle que peuplèrent les Gentils"10. Suit un long chapitre qui proclame la supériorité culturelle de la civilisation des Indes, qui s’inspire d’autre part du Livre de la Genèse, bien que l’auteur affirme ses renseignements inédits. D’entrée de jeu il pose donc une réalité (historique et légendaire) connue et une réalité (littéraire) qui est une fiction. Par la suite, à la fin de l’ouvrage (aux chapitres 197 et 225) il se livre à une apparente digression géographico-historique, destinée à rappeler la localisation de l’Asie, berceau de la Civilisation, lieu du paradis terrestre ; passage également inspiré de la Genèse. Le roman se trouve donc enclos dans un Orient présenté comme "réel". Le Libro est donc placé sous le signe de l’Orient, un Orient médiatisé par un autre (d’autres) Orient (s) : celui de la tradition biblique, celui des recueils d"‘exempla" de la tradition arabe.

9Cependant c’est bien une fiction que le roman développe. La caution des "Auctoritates" authentifie en quelque sorte un récit extraordinaire, imaginé, mais exemplaire ; caution nécessaire, certes, encore que la "vérité poétique" du texte l’emporte le plus souvent sa "vérité historique".

I. 2. L’Orient, ou l’"étranger". Le refus de l’exotisme

  • 11 Journal, cité dans le Dictionnaire de Robert, rubrique exotisme
  • 12 Libro, ch. 225, p. 288b ; Genèse, 2-8
  • 13 Libro, ch. 226, p. 290a

10Pouvait-on être moins sensible aux séductions et aux mirages de l’Orient, de cet Ailleurs que nous appelons exotisme, et dont l’attrait, selon A. Gide, ne provient pas du fait "que la nature y soit plus belle, mais tout nous y paraît neuf, nous surprend et se présente à notre oeil dans une sorte de virginité"11 ? Premier sujet d’étonnement pour le lecteur moderne : à aucun moment il ne perçoit l’intérêt du voyageur, découvrant des contrées inconnues. Tout au plus s’il relève une rapide allusion à des moeurs différentes, jamais décrites. L’ouvrage frappe par son absence totale de merveilleux exotique, d’exotisme tout court. La flore ni la faune orientale ne retiennent pas l’attention du héros, pas plus que celle du narrateur, et l’extrème rareté des notations sensorielles rend la lecture du roman ardue. L’un aes rares, très rares moments descriptifs concerne, il est vrai, l’évocation de l’Orient : "et du c6té de l’Inde se trouvent les contrées de Cim, vastes comme le désert, où les vents soulèvent ce nuage de poussière, vite balayé, dressant des dunes qui semblent avoir toujours été là". Est-ce la description de l’Eden, cette "steppe au milieu de laquelle Dieu avait planté un jardin, en Orient" ?12. Une autre évocation émerveillée fait écho à celle-ci, celle d’un Orient reconnu par le narrateur comme "la contrée d’où proviennent les saphirs fins et vertueux, le royaume de Safira, le justement nommé"13.

  • 14 Ibid., ch 225, p. 289a

11Mais l’auteur décourage bientôt toute lecture "merveilleuse" et soulignant le caractère pédagogique de son récit, écrit, "à l’usage de ceux qui voudraient aller de par le monde, et pour qu’ils sâchent…"14.

  • 15 ibid., ch. 2, p. 53a
  • 16 "en aquellos lugares", "a otras partes", etc.,. ibid. p. 53, 55,..

12En revanche l’"exotique" dans le Libro c’est bien, étymologiquement l’"étranger", celui qui n’est pas natif du pays. L’histoire du chevalier Cifar est d’abord l’itinéraire d’un exil, d’un exode hors (εζω, εζωτιχός) de son pays d’origine. Dès le deuxième chapitre l’auteur, qui fuit toute notation toponymique exacte, insiste sur l’éloignement géographique et sentimental : il nous présente le héros, vivant une vie heureuse et sans histoire en sa lointaine patrie, "aimé du roi, son suzerain, dans cette contrée-là, la sienne" ("amabale el rey de aquella tierra, cuyo vasallo era")15. Dans ce court chapitre qui résume les circonstances de l’exil, la situation géographique est rappelée six fois, toujours de manière imprécise, en insistant toujours sur l’éloignement16. Ajoutons que le récit renvoie dans un passé irrémédiablement révolu ("en aquellos lugares") et dans un espace temporel lointain, les événements rapportés : l’éloignement dans le temps venant enchérir sur la distance géographique.

  • 17 ibid. ch. 6, p. 59b
  • 18 ibid., ch.l2, p.67b ; p. 68a ; p. 88a, etc…

13Le premier épisode intercalé est situé simplement "en tierras de Coran"17 ; trouvera-t-on expression plus claire du refus du descriptif ? Il raconte les aventures d’un jeune homme parti chercher fortune de par le monde "et qui voyagea longtemps dans des contrées étrangères (/étranges : "tierras extrañas") avant de gagner un pays où il se trouva bien"18.

  • 19 Exode, 15-23. "Mar" < hébreu : (="amer") La Sainte-Bible, ed. L. Pirot et A. Clamer, Paris, 1951, (...)
  • 20 ibid., ch. l2, p. 67b ; p. 68a ; p. 88a, etc…

14L’exil de Cifar le conduit, lui et sa famille aux abords d’une ville nommée "Dieu-le-voit" (Dios-lo-ve) "près du lieu où Abraham voulut sacrifier son fils"19 : localisation allusive qui évite de nommer le lieu. Le récit de l’exil développe, bien sûr, le thème de l’errance, du nomadisme, en gommant tout détail qui permettrait l’identification : "il ne convient pas de rester en ces lieux", tel est le leitmotiv du récit de l’exil, à la fois dans la narration proprement dite, (par le narrateur) et dans la relation que fait le héros de ses aventures. La dimension géographique est donnée par la référence temporelle de la durée du voyage "ils parcoururent tant de chemin en dix jours, depuis qu’ils avaient quitté le royaume de leurs ancêtres, qu’ils pénétrèrent dans un autre royaume où ils marchèrent encore deux jours lorsque…" : l’espace est donné par les circonstants de temps : il se traduit en durée20.

I.. 2. 2. Lieux dits / lieux justement dits

  • 21 Exode, 15-23. "Mar" < hébreu : (="amer") La Sainte-Bible, ed. L. Pirot et A. Clamer, Paris, 1951, (...)

"ils parvinrent à mara dont ils ne purent boire l’eau tant elleétait amère. D’où le nom de Mara donné à ce lieu"21

  • 22 Il s’agit sans doute, plus souvent que d’arabismes de mozarabismes, ainsi que le remarque J. F. Bu (...)
  • 23 ibid., p. 166

15Les aventures de Cifar et de sa femme Grima se déroulent dans des lieux fictifs et symboliques. L’étymologie de ces noms découvre une proportion très élevée d’arabismes22, ainsi d’aileurs que plusieurs toponymes latins non moins symboliques. Voici quelques étapes de l’itinéraire des héros : la première notation toponymique inventée est celle du royaume de Galapia. Ce royaume vient d’être arraché à sa légitime suzeraine et celle-ci le recouvrera grâce à l’intervention du chevalier Cifar qui fait ainsi ses premières armes dans le récit. Galapia serait à mettre en relation avec l’arabe "galabia" ou "galebe" : "action d’arracher de force quelque chose, du verbe "ghalaba"23.

  • 24 Il proviendrait du catalan "pantoufla" : "coup donné du plat de la main, agression", selon Burke, (...)
  • 25 "descendamos a esta fuente", Cifar, ch, 39, p. 89b

16Notons que ce premier épisode a un correspondant dans la troisième partie du roman où le fils de Cifar, Roboan, parvient lui aussi à un royaume inconnu, le pays de Pandulfa, dont le souverain est également une femme, elle aussi victime de la cupidité de ses voisins. Or le nom de Pandulfa, comme Galapia, mais par d’autres voies, traduirait également l’agression24.Poursuivant leur périple Cifar et Grima parviennent au royaume de Falac. C’est en ce lieu que leurs deux enfants leur seront ravis (l’un par une lionne surgie des profondeurs de la forêt, alors que le second se perdait dans la ville de Falac). Cet endroit est décrit comme "proche d’une éminence, où coulait une belle source claire, au milieu d’un pré. Descendons vers cette source dit Grima."25. Le lieu est donc escarpé. Or falac peut être mis en relation avec l’arabe "falaga", briser, de "falq", "fente", "crevasse", "brisure". Le terme pourrait donc évoquer à la fois le terrain accidenté, et le lieu de la rupture, la séparation d’avec les enfants.

  • 26 Cette étymologie nous est obligeamment fournie par A. Chergui, étudiant de 3ème cycle à Aix.

17Par la suite les époux seront à leur tour séparés par le rapt de Grima par des pirates ; mais la bonne étoile de la femme de Cifar (ou plutôt l’intervention miraculeuse de la Vierge et de l’Enfant Jésus) la conduisit à bon port, à la ville de Galan, au royaume d’Orbin : Galan, la bien nommée, serait un dérivé de l’arabisme "qalla" (récupération, guérison, renaissance), et Orbin viendrait de "orbim" (séparation) : tout est pour le mieux au royaume d’Orbin (de la séparation) puisque c’est là que la mère retrouvera ses enfants, à Galan (récupération)26.

  • 27 On relève parmi les toponymes latins, notamment "Requisita ville bien nommée ("quaerere") car Robo (...)
  • 28 Le nom de Tripoli viendrait de ses trois bourgs, celui des Tyriens, celui des Sidoniens, celui des (...)
  • 29 ainsi ceux qui précisent que nul ne peut pénétrer dans les Iles bienheureuses, ici évoquées, car u (...)
  • 30 "Este imperio de Tigrida tomo el nombre de este río Tigris que es uno de los cuatro ríos que salen (...)

18La topographie du texte dégage une fonction du paysage qui est également en rapport avec l’étymologie des noms de lieux. Arabismes et latinismes se mêlent d’ailleurs, sans aucun préjugé, à l’image de la langue espagnole elle même27. Faut-il s’étonner que de nombreux toponymes rappellent (par le biais de l’arabe, du latin, ou même de l’hébreu) la topographie des lieux ? Les noms des villes phéniciennes étaient bien, dit-on, choisis en fonction de la configuration du terrain28. Citons enfin la description de l’empire de Trigrida (Tigrida) sur laquelle l’auteur s’attarde complaisamment : elle est tirée du livre de la Genèse (et de quelques autres textes de la tradition médiévale29). Est-ce pour cela qu’elle adopte cette caractéristique biblique qu’est l’explication par l’étymologie : "cet empire de Trigrida tire son nom du fleuve Tigre qui est un des quatre fleuves du paradis terrestre"30.

I. 3. Anthroponymes : les noms des héros

  • 31 Genèse, I1-10. "étymologie populaire de Moïse (hébreu "Moshé") à partir du berbe "mâshâ" = "tirer" (...)

"la fille de Pharaon le traita comme un fils et lui donna le nom de Moïse car, dit-elle, je l’ai tiré des eaux"31

  • 32 "nous qui comme eux sommes dispersés" ("nosotros que somos derramados por semejante") dit Cifar., (...)

19Les noms des héros fictifs du roman : Cifar, Grima, Garfin et Roboan sont tous les quatre des vocables d’origine ou de filiation orientale. La destinée de la famille est, de plus, mise en parallèle, par Cifar lui-même, après l’enlèvement de sa femme, avec celle d’Eustache et de Theospita, et d’Agapito et Teospito, leurs enfants, selon la légende de tradition hellenistique32, Les noms des personnages qui animent la troisième partie du roman (laissons de côté ceux des "exempla" des chapitres didactiques), fictifs eux aussi signent parfois des emprunts à la matière de Bretagne, ou des réminiscences de noms latins ou germaniques. Les arabismes toutefois l’emportent largement.

I. 3. 1. L’itinéraire d’un chevalier à travers son nom

  • 33 Mathieu, 10-18. Comme Simon qui deviendra Cephas, surnom araméen donné par Jésus, et qui signifie (...)

"Jésus lui répondit : "heureux es-tu Simon Bar Jona. Et moi je te le dis tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise…"33

  • 34 Cifar, Prologo, p. 51b
  • 35 "el cual caballero hubo nombre Cifar de bautismo, y después hubo nombre de caballero de Dios", Cif (...)
  • 36 A. González Palencia, cité par Burke, op. cit. p. 164
  • 37 Notons également que, selon l’usage biblique, la filiation (judaïque) du héros est rappelée au lec (...)
  • 38 op. cit. ch. 11, p. 68a, ch. 15, p. 70 : "aquel caballero extraño a aquel lugar", ch. 37, p. 88a, (...)

20".. telle est l’histoire d’un chevalier des Indes, lieu que Saint Barthélemy évangélisa après la mort de Jésus-Christ"34 : avant même l’individualisation par le nom, le héros est particularisé par son origine ("las Indias") et par un circonstant qui le met en rapport avec un lieu privilégié, celui de la prédication. Aussitôt après, ce chevalier désormais présenté (passage du déterminant "prospectif" "un" au déterminant rétrospectif" "le") est nommé : "et ce chevalier eut Cifar pour nom de baptême ; on l’appela ensuite le chevalier de Dieu, car il fut toujours et en tous lieux proche de Dieu et Dieu l’accompagna dans tous ses actes"35 Il aurait donc été baptisé CIFAR ("praenomen") puis surnommé "le chevalier de Dieu" (cognomen"), ce qui amène une première remarque : Cifar, arabisme n’est pas un prénom, encore moins un prénom chrétien. Nous verrions volontiers dans cette double désignation un parallèle avec Placide-Eustache, modèle littéraire du héros, païen converti au Christianisme et prenant le nom, nouveau, du néophyte. Cette présentation initiale condense de fait les caractères sémiques du portrait du héros à travers le roman : Cifar/ chevalier de Dieu. Selon l’étymologie en effet, Cifar est un arabisme, le mot signifie "voyageur"36. Or, 1e texte nous confirme que, lorsque dans la première partie, le héros est appelé Cifar il est bien un chevalier errant37. C’est donc bien la qualité d’étranger de Cifar le voyageur qui remplit de sa présence envahissante toute la première partie du récit, la narration de l’exode. Face à chaque interlocuteur nouveau, qui ne manquera pas de lui demander qui il est, et d’où il vient, le héros affirme toujours sa qualité d’étranger ; "il leur demanda qui ils étaient et le chevalier Cifar leur répondit qu’ils venaient d’un pays étranger"38.

  • 39 ibid. ch. 73, p. 121b

21Ainsi apparaît Cifar, l’exilé, dans les premiers chapitres du roman. La rupture s’opèrera au moment où, ayant prêté main forte au roi de Menton contre le roi de Ester (ester, catalanisme : "extérieur", "étranger" aussi) Cifar se voit désormais surnommé "le chevalier de Dieu" : "nous ne savons pas qui il est (…) Le roi de Menton répondit : -je pense qu’il est un chevalier de Dieu, envoyé par lui pour nous défendre et se battre pour nous"39. Cifar ayant, en quelque sorte, conjuré le mauvais sort en éliminant l’autre étranger (Ester) a ainsi exorcisé le mal. Le voici "héraut de Dieu", car c’est ainsi qu’on le nommera dorénavant, et à partir de ce moment son histoire s’apparente à un roman de chevalerie mystique ("novela de caballeria a lo divino").

  • 40 "maestro que quiere enseñar a escolares", p. 158

22Dans la deuxième partie, héritier du souverain de Menton il devient à son tour roi de ce royaume, et cette localisation est toute symbolique. Il ne s’agit certes pas d’une étymologie orientale (menton < lat. "mentum") c’est-à-dire "barbe", donc "sagesse") ; ce roi de Menton est un sage, et un mentor. Telle est en effet la nouvelle vocation de notre chevalier, "maître qui veut enseigner à des écoliers"40 ; c’est ainsi qu’il instruira ses fils dans la sagesse, par le truchement de récits exemplaires et de proverbes ; à l’instar du roi Salomon. On ne sera pas surpris, (retour à l’Orient par l’étymologie) que l’un de ses fils se nomme Roboan : Roboham, c’est précisément le nom du fils cadet de Salomon, roi de Juda.

23Rétrospectivement des coïncidences surgissent entre la destinée du Salomon biblique et celle de Cifar le Juste, précipité dans la disgrâce et le malheur puis, comme Salomon, le Sage par antonomase, recouvrant la faveur (roi de Menton), récompense divine.

1. 3. 2. Grima, Garfin, Roboan et quelques autres ; le spectre sémique des noms

  • 41 Cifar, op. cit. ch. l, p. 52a
  • 42 A. Gonzalez Palencia, cité par Burke. op. cit. p. 164
  • 43 La parfaite éducation de ses enfants porte témoignage des qualités de la mère : ibid., ch. 43, p. (...)
  • 44 "porque no perdiese la honra en que estaba" ibid., ch. 87, p. 133a

24Cifar, à l’instar de ces personnages bibliques qui, à la suite de certains événements recevaient un nom nouveau, deviendra ainsi le "chevalier de Dieu". Un autre personnage du roman combine également "praenomen" et "cognomen", encore que selon des modalités différentes, c’est GRIMA, la femme du héros : "il avait pour femme une dame prénommée Grima, et ce fut une très bonne dame, irréprochable en tous points" ("una muy buena dueña, e de muy buena vida")41. Le nom de Grima correspond au "Kerima" arabe : prénom courant parmi les femmes musulmanes42. "Kerima" serait la femme parfaite, dotée de toutes les qualités : telle fut Grima, parangon de la bonne épouse et de la mère attentive, pieuse, soumise, réservée43 ; elle saura d’ailleurs se taire et se sacrifier lorsque, retrouvant son mari et découvrant qu’il s’est remarié, elle ne se fera pas connaître "pour ne pas porter atteinte à l’honneur de son époux"44.

  • 45 ibid., ch. 48, p. 98a

25Sa piété (elle fondera un hôpital et un monastère bénédictin "que l’on appelle depuis le monastère de la Sainte femme" (la dueña bendita") lui vaudra le surnom de la bonne dame ("la buena dueña") qui est une glose du sens de son nom, et qu’elle portera, comme son mari, à partir d’un certain moment, dans le roman.45

  • 46 ibid., ch. 989, p. 134a, ch. 92 4. ch. 95 ; ch. 122, p. 166a, etc.

26L’aîné des enfants de Cifar et de Grima, GARFIN, peut également, par son nom, être mis en relation avec un terme arabe : "arif", "prince", "chef". Ce qui s’explique parfaitement dans le roman, où Garfin est toujours présenté comme l’aîné des deux fils, ("el hijo mayor") ; c’est lui qui parle toujours au nom de son père, il reçoit une éducation princière, car il est destiné à succéder à Cifar sur le trône de Menton.46.

27ROBOAN, le fils cadet sera le chevalier errant, avide de gloire et d’exploits ; il ne saura pas toujours se garder des mauvais conseillers. Son image (et son nom) coïncide avec celle de Roboham, fils de Salomon, même si l’histoire a surtout gardé le souvenir de la tyrannie de Roboham, cause du schisme des dix tribus d’Israël. Le rapprochement entre le fils de Cifar et celui du roi de Juda est, d’autre part suggéré dans un passage du roman : "ainsi disait Roboan, fils de Salomon".

  • 47 Cifar, op. cit. ; Burke, op. cit. p. 164

28Quant à l’héroïne de ce deuxième récit, SERINGA, qui épousera Roboan (comme Grima fut l’épouse de son père) il est intéressant de constater que son nom est un arabisme, signifiant "la compagne", "la partenaire"47. Grima-Seringa, deux épouses, plutôt que deux êtres individualisés, deux types, dont le nom souligne la qualité.

  • 48 Ruben, l’aîné des douze fils de Jacob, celui qui tenta de faire évader son frère Joseph, en consei (...)
  • 49 Cifar, op. cit. ch. 183, p. 233a

29Citons aussi RUBEN, autre nom biblique48, Ruben de bon conseil, oncle de l’Infante Seringa, et son conseiller "qui avait beaucoup d’expérience" (omne de buen entendimiento y que provara muchas cosas"49.

  • 50 Nous ne pensons pas en revanche, et contrairement à l’affirmation de Burke qu’il faille voir en Gr (...)

30Il y a aussi RODAN, comte d’Ephèse, dont le nom proviendrait l’arabe "radan" ("méchanceté"), corruption") ; Rodan le puissant, l’ennemi acharné de la reine de Galapia. Et également le comte FARAN, le mauvais conseiller, conspirateur et traître dont le nom rappelle le verbe arabe "fara" ("inventer, "ourdir", "tramer") ; Faran le fourbe, campé dans un proverbe : "tel qui vit de l’intrigue, par l’intrigue périra" ("a malas maestrías muera, quien con malas maestrías anda"). Ainsi que JORAN "chevalier jeune et belliqueux", nom à rapprocher de l’arabe "jurà" ("courage", "témérité"), et bien d’autres…50.

  • 51 Les dimensions de cet article nous contraignent à un choix ; mais tous les Noms du texte offrent d (...)

31Le moment est venu de réfléchir sur cette parfaite adaptation du lieu et du nom au signifié de l’oeuvre51.

***

II. Hérméneutique du nom

II. 1. Le "sens caché" de l’oeuvre médiévale. "e sepa el lector que ha otro seso encobierto", Calila e Digna52

  • 52 Avertissement au lecteur. El Libro de Calila e Digna, ed. J. E. Keller et R. W/. Linker. Madrid, C (...)
  • 53 Cifar, op. cit. prólogo, p. 50b
  • 54 cf. L. di Stefano. op. cit. p. 234

32"… et cette oeuvre est écrite sous réserve des corrections de ceux qui voudront l’amender. Et ceux qui voudront et saurons le faire le devront faire, car l’Ecriture dit : "celui qui révise l’oeuvre avec finesse, celui-là est plus à louer que son premier auteur" ("ca cwanto mas es la cosa enmendada, tanto más es loada"53 : le prologue du Libro invite les lecteurs successifs de l’oeuvre à la réflexion, au déchiffrement, au décodage ; invitation à la lecture symbolique, à la quête de la "substantifique sève derrière l’écorce" dont parlait déja, au xiiième siècle, Alfonso de Berceo54.

  • 55 Cifar, op. cit. p 52b

33L’importance du message jusque là demeuré caché, "car le livre n’était pas traduit" ("nunca aparecio escrito en este lenguaje hasta ahora ni lo vieron ni lo oyeron los hombres") est soulignée et l’auteur invite, invitation pressante et réitérée à aller au fond du texte pour en dégager la vraie signification ("como la nuez… que tiene el fruto escondido dentro")55.

34Un double niveau de sens est certes immédiatement repérable dans le Libro : plan des faits narrés, plan allégorique des exemples. L’interprétation des noms propres dégage un autre plan significatif : sans doute représentait-elle pour le lecteur de l’époque la quête de ce sens caché ; elle était aussi une entreprise abordable dans une Espagne sinon bi ou trilingue, du moins familiarisée avec la tradition stylistique et littéraire juive et arabe.

II. 2. Le pouvoir du langage. Cratylisme du Libro

  • 56 bid. ch. 225, p. 288b
  • 57 ibid. ch. 17-9, p. 229-230
  • 58 G. Genette, Mimologiques, Seuil, 1976, p. 255

35Tout au long du roman l’auteur anonyme invite donc à une réflexion quasiment "cratylique" sur le langage. L’itinéraire de Cifar est ainsi jalonné d’étapes "linguistiques". C’est par la langue et elle seule que se différencient les pays qu’il traverse. Pour lui l"‘inconnu" c’est l’impossibilité de communication linguistique. Le monde que découvre Cifar, c’est la tour de Babel biblique, d’ailleurs évoquée pour traduire la dispersion géographique des Gentils : "et les langues se divisèrent alors en soixante-dix langues"56. Séparée de son époux, Grima hésitera ensui te à le reconnaître car il avait changé "et ne parlait pas le même langage". Plus loin, Roboan prendra conscience de l’éloignement géographique en constatant l’incompréhension linguistique57. Rien de commun pourtant entre ces constatations et cette "illusion de l’explorateur" dont parle J. Paulhan et qui est un des pièges de l’exotisme : "la fascination de l’autre et l’incapacité à le comprendre (autrement (..) qu’en forçant l’altérité en un contraste qui permette soudain de le réduire. Solipsisme ou barbarie"58 ? Non, rien de tel dans le Libro où la différence lingguistique reste toujours aux frontières de l’exotisme sans y entrer vraiment.

II. 3. Désignation et Signification

  • 59 Ars Versificatoria, Faral, Les Arts Poétiques du xiiè et xiiiè s. Champion, 1971, p. 136

"Argumentum sive locus a nomine est quando per interpretationem nominis de persona, aliquid boni vel mali persuadetur" Matthieu da Vendôme59

  • 60 G. Genette, op. cit. p. 17
  • 61 Ponat, cité par J. Fontaine (cf. note 63), p. 97

36Le Nom, en admettant qu’il s’applique à un individu et à un seul, est bien le vocable par excellence60. Sa fonction primitive est, sans aucun doute, de désignation. Le nom propre individualise, désigne l’individu "unique" qui le porte. "Vnius enim tantum personam significant"61.

37Chacun des personnages du Libro del Caballero Cifar a reçu un nom qu’il ne partage avec aucun autre personnage (à l’exception de Grima, à la fois nom de l’épouse de Cifar, et de la veuve, reine de Galapia). Mais le Nom n’a-t-il aucune signification en dehors de sa fonction de désignation ?

38"Ton nom n’est pas Hermogène, même si tout le monde te le donne "dit Cratyle : car Hermogène est pauvre, et son nom vient d’Hermés, le dieu de la richesse. Le problème est donc de savoir pourquoi Hermogène est ainsi appelé.. A propos des Noms de l’oeuvre proustienne R. Barthes écrit : "le nom propre est lui aussi un signe, et non, bien entendu un simple indice qui désignerait sans signifier, comme le veu la conception courante" (60. Comme signe, le nom propre s’offre à une exploration, à un déchiffrement.

  • 62 G. Genette, op. cit. p. 23

39Dans le Libro le choix du nom coïncide bien avec la caractéristique "définitoire" de l’individu. Il est unique et relève du "cognomen", en grec de l’"éponyme" : "l’éponymie du nom rappelle G. Genette) c’est sa valeur de surnom, c’est l’accord de sa désignation et de sa signification, c’est sa motivation indirecte"62. On se demandera donc, face à un nom propre inventé, dont on sait déja qu’il désigne, ce qu’en outre, il "veut dire". Si les toponymes du Libro peuvent dérouter un moment, et conduire le lecteur ingénu à une illusoire reconstitution géographico-historique, les anthroponymes du roman, eux invitent à transformer la désignation en signification. Exercice assez facile dans le Cifar car le lecteur ne se laisse pas longtemps abuser par ces nombreuses di signations du nom par le lieu (le roi de Ester, le comte de Turbia, etc.) : il comprend vite que, derrière ces pseudo-toponymie se cache l’allégorie ou le symbole.

II. 4. L’étymologie, l’"Orient du nom"

"nam dum videris unde ortum es nomen citius vim eius intellegis" Isidore de Séville, Etymologiae

  • 63 L’expression est de Curtius, Littérature européenne et Moyen-Age latin, Paris, PUF, 1958, Annexe X (...)

40Isidore de Séville (et comment n’y pas faire mention dans un ouvrage médiéval, hispanique de surcroît ?) affirmait la suite des exégètes chrétiens que le sens profond des choses ne peut être compris qu’à travers le mot qui les véhicule. Connaître l’origine des mots, leur naissance, leur "orient" ("oriri", "oriens") relève non seulement de l’étymologie, de la grammaire, mais aussi de la philosophie et de la théologie. L’étymologie s’affirme donc comme une démarche intellectuelle, comme une "forme de pensée"63.

41Même s’il n’y a pas dans le Cifar de recherche étymologique à proprement parler, ni de ces exercices à partir des "figures de dérivation" ("figures étymologiques") qui firent les délices des poètes médiévaux, l’auteur du livre applique la connaissance de l’étymologie dans des allusions définitoires, ou des justifications sémantiques du nom qui sont une sorte de "raisonnement par traduction".

  • 64 J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Etudes August (...)
  • 65 Genèse, 50-11. Gorénha-Abad signifie "Aire de l’Epine" et "Abed-Micrayim "prairie des Egyptiens", (...)

42La tradition sémitique qu’Isidore connaissait par la Bible, et que le Moyen Age espagnol véhicula grâce à lui proclame que "le nom de tout être porte en soi le signe de son essence métaphysique"64, et cela depuis le nom de Yaveh lui même. L’explication étymologique est ainsi usuelle dans les textes acrés : "les habitants de Canaan virent le deuil à Gorénha-Atad et ils dirent : -voilà un grand deuil pour les Egyptiens ; et c’est pourquoi on a appelé ce lieu Abel-Miçrayim"65 : ici, l’analyse fait apparaître une paronymie (la quasi paronomase "abél" - "ébel"). Ester suscite l’équivoque entre le prénom biblique Ester et le catalanisme "ester" (extérieur, étranger) nom donné au roi intrus ; la confrontation suggère un jeu du même type.

  • 66 Genèse, 35-16 : Ben-Oni signifiant "le fils de ma douleur", le père changea ce nom de mauvais prés (...)
  • 67 "La conception biblique et la conception néo-Pythagoricienne de l’Etymologie ont donc conjugué leu (...)

43Quant à l’étymologie du Nom propre, elle pèse lourdement sur le comportement du personnage biblique : "Rachel accoucha d’un fils fils ; au moment de rendre l’âme, car elle se mourait, elle le nomma Ben-Oni, mais son père l’appela Benjamin66 : plutôt que l’exposition de l’origine du mot, nous avons ici son analyse, sa filiation, comme pour Grima ou Seringa, dans le Libro. Par les noms qu’il choisit, il y a tout lieu de penser que l’auteur du Libro del Caballero Cifar participe de cette conception mystique de l’étymologie, et que le nom du héros revêt un caractère quasi "initiatique"67.

  • 68 R. Guiette, L’invention étymologique dans les Lettres françaises, Romanica Gandensica, VIII, Quest (...)
  • 69 Nouveaux problèmes du roman, Seuil, Points, p. 80

44L’auteur du livre, plus moraliste que poète n’a guère profité des possibilités ludiques qu’offrent les calembours à partir du Nom, fort prisés des poètes médiévaux, "inventions, ornant et renouvelant le vocable que (ce jeu) explique, invention poétique en même temps que forme de pensée, proposant au poème des voies à la fois sonores et idéologiques"68. Il est vrai que la réflexion sur le nom de Cifar lui-même suggère d’autres associations : le chevalier Cifar a-t-il un rapport phonico-sémantique avec Parsifal ? Est-il possible d’étudier dans ce texte et à travers ses Noms cette "consonance apprivoisée", liée à l’Inconscient, et dont parle J. Ricardou à propos d’E. Poë (the Raven et le leitmotiv : never more du poème (Raven/never)69 ? Le Libro est-il animé, à l’insu de son auteur, du souffle d’une "initiative inconsciente des mots" ? Le Libro del Caballero Cifar dévoile une intention, un choix délibéré du nom. La consonance de ces mêmes noms est-elle susceptible de faire surgir d’autres sens, inscrits dans un geste inconscient ? Nous ne sommes pas, ici, en mesure de répondre.

Le Nom et la création poétique. Conclusion

45Que l’auteur médiéval du Libro ait choisi des Noms symboliques cela se comprend aisément. Qu’il ait opéré un dosage entre des noms "latins" et des noms "orientaux" et privilégié les "orientalismes", surtout pour désigner les héros, relève d’une démarche plus subtile.

  • 70 J. Rigolot, Rhétorique du Nom poétique, Poétique, 1976, 28, p. 466-483

46En effet, symbolique, le nom donne une image confuse et complexe. Il est "un signe opaque et non point transparent"70. La sémantisation du nom, dans le Libro est une invitation et aussi un détour pour saisir de biais, l’idéologie du texte". Il sert l’intention didactique de l’oeuvre, mais son utilisation est fine car, loin de livrer un sens immédiat, dans la définition par l’étymologie ou la traduction, dès la présentation du personnage, le nom propre invite le lecteur à scruter le texte dans ses moindres détails, et c’est au détour d’une phrase anodine que surgira parfois son "spectre sémique". Invitation au déchiffrement, en même temps que clé pour ouvrir les portes du sens caché de l’oeuvre.

  • 71 R. Barthes, op. cit. p. 125

47Le Nom participe ainsi pleinement de la création poétique. Il est au coeur de la "signifiance" du texte. Il invite sans cesse au dépassement et recèle tou ours une part de mystère. S’il est un signe, c’est, comme l’écrit R. Barthes "un signe volumineux, un signe toujours gros d’une épaisseur touffue de sens qu’aucun usage ne vient réduire, aplatir, contrairement au nom commun, qui ne livre jamais qu’un de ses sens par syntagme"71.

48La symbolique des noms "orientaux" s’articule sans doute avec celle des noms "latins" : ceux-ci, toutefois, toponymes de préférence, semblent plutôt assumer la rassurante fonction de la localisation vraisemblable. C’est autour de ceux-là que s’organise la structure dynamique du roman : n’en désignent-ils pas les protagonistes essentiels, et les lieux privilégiés ?

49La langue espagnole, dès son premier monument littéraire, le Poema de Mio Cid, avait indirectement faite sienne l’intégration des diverses cultures en exprimant l’idée de totalité par la formule : "moros, judios y cristianos", c’est à dire, le peuple tout entier. Par l’utilisation qui y est faite du Nom, (toponyme et anthroponyme) le Libro del Caballero Cifar consacre la symbiose de la Latinité et de l’Orient dans l’Espagne, opérant le mélange culturel prôné par Alphonse le Savant, "le roi des trois races et des trois religions".

50En situant en Orient, un Orient mythique le roman, en donnant la préférence aux noms "orientaux" pour désigner ses héros et les lieux privilégiés durécit, le Libro del Caballero Cifar trahit sans doute son appartenance à une certaine tradition littéraire et stylistique ; au delà de cette évidente relation il suggère aussi que c’est l’Orient qui permet d’accéder au symbole, à cette réalité mystérieuse et surnaturelle qui donne sa signification à l’oeuvre.

Notes

1 cf. l’introduction de F. Buendía à son édition du Libro del Caballero Cifar, in : Los Libros de Caballería españoles, Madrid, Aguilar, 1960

2 Nous abrégeons en Libro ou le Cifar.

3 Les sources du Libro sont étudiées par Ch. W. Wagner, The sources of "El Cavallero Cifar". Revue Hispanique, 1903, p. 5-105

4 Le Libro adapte la légende à partir des versions du Speculum historiale de V. de Beauvais, de la Legenda Aurea et des Gesta Romanorum.

5 Ce "chaldéen" serait pour certains de l’arabe, pour d’autres du grec ; il est encore plus probable que le texte ait été directement écrit en espagnol. cf. Wagner, op. cit., p. 11

6 Les Proverbes du Cifar sont étudiés par J. Piccus, Refranes v frases proverbiales en el LCZ, Nueva Revista de Filología Hispânica. CXVIII, 1965-66, p. 1-24 ; l’aspect didactique du roman par L. di Stefano, El C. Z. : novela didáctico-moral, Thesaurus, (Bogota), XXVII, n°2, 1972, p. 173-260

7 Libro, p. 51b

8 Ces circonstances sont reprises par l’oeuvre espagnole. Nous laissons ici de côté les divergences entre les deux textes.

9 Evangile selon Saint-Jean, I-45, 21-1

10 Libro, ch. 10, p. 65b

11 Journal, cité dans le Dictionnaire de Robert, rubrique exotisme

12 Libro, ch. 225, p. 288b ; Genèse, 2-8

13 Libro, ch. 226, p. 290a

14 Ibid., ch 225, p. 289a

15 ibid., ch. 2, p. 53a

16 "en aquellos lugares", "a otras partes", etc.,. ibid. p. 53, 55,..

17 ibid. ch. 6, p. 59b

18 ibid., ch.l2, p.67b ; p. 68a ; p. 88a, etc…

19 Exode, 15-23. "Mar" < hébreu : (="amer") La Sainte-Bible, ed. L. Pirot et A. Clamer, Paris, 1951, p, 126

20 ibid., ch. l2, p. 67b ; p. 68a ; p. 88a, etc…

21 Exode, 15-23. "Mar" < hébreu : (="amer") La Sainte-Bible, ed. L. Pirot et A. Clamer, Paris, 1951, p, 126

22 Il s’agit sans doute, plus souvent que d’arabismes de mozarabismes, ainsi que le remarque J. F. Burke dans un intéressant article auquel nous nous référerons : Names and the signifiance of Etymology in the LCC, Romanic Review, LIX, 1968, p. 161-173

23 ibid., p. 166

24 Il proviendrait du catalan "pantoufla" : "coup donné du plat de la main, agression", selon Burke, op. cit. p. l70. Nous ne sommes pas convaincue par cette explication étymologique.

25 "descendamos a esta fuente", Cifar, ch, 39, p. 89b

26 Cette étymologie nous est obligeamment fournie par A. Chergui, étudiant de 3ème cycle à Aix.

27 On relève parmi les toponymes latins, notamment "Requisita ville bien nommée ("quaerere") car Roboan y envoie demander une trève (ch. 191, p. 243a) ; Montezaelo ; "y esta nombre tomo porque es la tierra de color de cielo", (ch. 225, p. 288a), ou encore l’évident Paludes etc…

28 Le nom de Tripoli viendrait de ses trois bourgs, celui des Tyriens, celui des Sidoniens, celui des Aradiens ; cf. G. de J. Alvarez, Toponimos en Apellidos hispanos, Adelphi University. Garden City, New York, 1968, p. 31

29 ainsi ceux qui précisent que nul ne peut pénétrer dans les Iles bienheureuses, ici évoquées, car un mur de feu, se dressant jusqu’au ciel en interdit l’accès. Cf. sur ce sujet la très intéressante communication de Ch. Deluz, entendue lors de ce colloque, et à laquelle nous nous permettons de renvoyer.

30 "Este imperio de Tigrida tomo el nombre de este río Tigris que es uno de los cuatro ríos que salen del paraíso terrenal", etc…, ch. 202, p. 258

31 Genèse, I1-10. "étymologie populaire de Moïse (hébreu "Moshé") à partir du berbe "mâshâ" = "tirer", op. cit. p. 146

32 "nous qui comme eux sommes dispersés" ("nosotros que somos derramados por semejante") dit Cifar., ch. 42, p. 92a

33 Mathieu, 10-18. Comme Simon qui deviendra Cephas, surnom araméen donné par Jésus, et qui signifie "roc" ou "pierre", fondement de l’Eglise ; cette appellation a ensuite prévalu. Cifar "chevalier de Dieu" est le seul personnage du roman qui subit une telle transformation linguistique, définitive.

34 Cifar, Prologo, p. 51b

35 "el cual caballero hubo nombre Cifar de bautismo, y después hubo nombre de caballero de Dios", Cifar, p. 51b

36 A. González Palencia, cité par Burke, op. cit. p. 164

37 Notons également que, selon l’usage biblique, la filiation (judaïque) du héros est rappelée au lecteur : "et ce chevalier Cifar fut du lignage du roi Tared, qui se perdit en raison de ses moeurs dissolues", ("fue del linaje del rey Tared."), Cifar. ch. 10, p. 65b)

38 op. cit. ch. 11, p. 68a, ch. 15, p. 70 : "aquel caballero extraño a aquel lugar", ch. 37, p. 88a, etc…

39 ibid. ch. 73, p. 121b

40 "maestro que quiere enseñar a escolares", p. 158

41 Cifar, op. cit. ch. l, p. 52a

42 A. Gonzalez Palencia, cité par Burke. op. cit. p. 164

43 La parfaite éducation de ses enfants porte témoignage des qualités de la mère : ibid., ch. 43, p. 93b

44 "porque no perdiese la honra en que estaba" ibid., ch. 87, p. 133a

45 ibid., ch. 48, p. 98a

46 ibid., ch. 989, p. 134a, ch. 92 4. ch. 95 ; ch. 122, p. 166a, etc.

47 Cifar, op. cit. ; Burke, op. cit. p. 164

48 Ruben, l’aîné des douze fils de Jacob, celui qui tenta de faire évader son frère Joseph, en conseillant à ses autres frères de le descendre dans une citerne vide.

49 Cifar, op. cit. ch. 183, p. 233a

50 Nous ne pensons pas en revanche, et contrairement à l’affirmation de Burke qu’il faille voir en Grimalet un arabisme, diminutif de Grima. Tout dans le comportement de cet arrogant personnage, son orgueil, sa démesure, maintes fois répétés dans le texte ("nunca vi rey tan desmesurado", "esta locura y esta soberbia", "el soberbio rey", etc.,) invite plutôt au rapprochement avec le germanisme "grim". "grimm" : ("colère". "férocité". "guerre") : Cifar, op. cit. ch. 183, 186, p. ‘ 232a, 235b, 239a-b, 236b, etc..)

51 Les dimensions de cet article nous contraignent à un choix ; mais tous les Noms du texte offrent des possibilités d’interprétation, qu’il s’agisse de latinismes (comme Paludes, Altaclara, Bellid (< "bellitus" <bellus) ou d’autres emprunts.

52 Avertissement au lecteur. El Libro de Calila e Digna, ed. J. E. Keller et R. W/. Linker. Madrid, CSIC, 1967

53 Cifar, op. cit. prólogo, p. 50b

54 cf. L. di Stefano. op. cit. p. 234

55 Cifar, op. cit. p 52b

56 bid. ch. 225, p. 288b

57 ibid. ch. 17-9, p. 229-230

58 G. Genette, Mimologiques, Seuil, 1976, p. 255

59 Ars Versificatoria, Faral, Les Arts Poétiques du xiiè et xiiiè s. Champion, 1971, p. 136

60 G. Genette, op. cit. p. 17

61 Ponat, cité par J. Fontaine (cf. note 63), p. 97

62 G. Genette, op. cit. p. 23

63 L’expression est de Curtius, Littérature européenne et Moyen-Age latin, Paris, PUF, 1958, Annexe XIV, p. 600

64 J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Etudes Augustiniennes, 1959, p. 44

65 Genèse, 50-11. Gorénha-Abad signifie "Aire de l’Epine" et "Abed-Micrayim "prairie des Egyptiens", avec un jeu de mots sur "abél" (prairie) et "ébel" (deuil) ; sites inconnus, La Sainte-Bibl,, op. cit. n. p. 139

66 Genèse, 35-16 : Ben-Oni signifiant "le fils de ma douleur", le père changea ce nom de mauvais présage en Benjamin, "fils de la droite", "de bon augure", La Sainte-Bible, op. cit. p. 92

67 "La conception biblique et la conception néo-Pythagoricienne de l’Etymologie ont donc conjugué leurs influences respectives en un sens proprement mystique, l’étymologie étant initiation à l’essence de tous les êtres par la connaissance de leur sens intime, que révèle l’intelligence de leur nom", J. Fontaine, op. cit. p. 44

68 R. Guiette, L’invention étymologique dans les Lettres françaises, Romanica Gandensica, VIII, Questions de Littérature, 1960, p. 94 et ss. Les travaux de Guiraud, Zumthor, Dragonett i, confirment cet engouement pour la spéculation étymologique chez les poètes médiévaux.

69 Nouveaux problèmes du roman, Seuil, Points, p. 80

70 J. Rigolot, Rhétorique du Nom poétique, Poétique, 1976, 28, p. 466-483

71 R. Barthes, op. cit. p. 125

Auteur

Université de provence

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540