Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

L’image du grec dans la chronique normande : sur un passage de Raoul de Caen

Jean-Charles Payen

Texte intégral

  • 1 Les Gesta Tancredi figurent dans le tome III du Recueil des Historiens des Croisades, pp. 603 sqq. (...)
  • 2 Voir Guillaume de Pouille : "La geste de Robert Guiscard", éd. Marguerite MATHIEU. Païenne. 1961 ((...)

1Plusieurs travaux récents que j’ai menés à bien m’ont fait découvrir et approfondir ce texte important que sont les Gesta Tancredi. composés après 1107 par un clerc-chevalier normand familier de Tancrède1. Cette chronique exprime un orgueil normand que l’on retrouve dans toute une tradition qui va de Guillaume de Poitiers à Orderic Vital et à Wace. Le "prénationalisme" des historiens normands qui ont relaté l’expansion normannique en Méditerranée, puis en Orient (car, comme nous le verrons, la première croisade devient chez Raoul de Caen une sorte d’affaire familiale dont Tancrède et Boémond ont en quelque sorte pris en main la réalisation) semble bien avoir comme catalyseur l’hostilité aux Grecs lors du passage de l’ost à travers les domaines de Byzance, et ce sont les chapitres que Raoul de Caen consacre à ce moment difficile que je voudrais examiner de près, en les confrontant à la façon dont Guillaume de Pouille juge le monde grec dans les Gesta Roberti Guiscardi qui sont de très peu antérieurs à la "geste" de Tancrède2. Deux oeuvres proches dans le temps, qui émanent d’un même milieu socio-culturel, mais dans un contexte un peu différent, nous donnent en définitive une image du Grec partiale, méprisante, mais contrastée, qui participe d’une sorte de racisme antiméditerranéen sur lequel j’aimerais m’attarder au cours du présent exposé.

  • 3 Ed. cit., p. 605 :… "Adhuc adoles cens juvenes agilitate armorum, morum gravitate senes transcende (...)
  • 4 Voir les Annales Beneventani, in M. G. H., S. S., V, 51 sqq., ou le Chronicon Casinenae de Léon d’ (...)

2Les Gesta Tancredi sont l’ouvrage d’un Normand de Normandie, né à Caen vers 1080, et passé au service du lignage de Tancrède de Hauteville : il a, sous Boémond, assiégé Durazzo ; il s’est rendu ensuite en Palestine, où il a rejoint l’autre Tancrède, petit-fils du précédent et neveu de Robert Guiscard. Son livre cultive une rhétorique de l’éloge qui est de règle dans la chronique normande : le chef allie la fortitudo à la sapientia, il est pius et donc felix, puisque Dieu lui accorde la victoire.3 Je passe vite sur ces points, que j’ai déjà soulignés dans mes articles récents. Je note seulement que l’expédition victorieuse qui devait aboutir en 1099 à la prise de Jérusalem est ici racontée à travers les exploits d’un homme. Ce n’est pas tant la première croisade que décrit Raoul de Caen, mais la gloire de son prestigieux protecteur qui est toujours le premier à frapper l’adversaire, à se précipiter à l’assaut, à donner de sages conseils dans les assemblées, etc. Tancrède est un véritable héros épique, dont la vie est en train, dès son vivant même et sans doute sous sa dictée, de se transformer en légende. J’insiste sur ce fait pour qu’apparaisse bien le fait que les Gesta Tancredi sont une oeuvre de propagande : il n’est pas question de s’interroger sur son objectivité, qui est quasiment nulle. L’adversaire a tort et les Normands ont droit, pourrait-on dire en pastichant un vers célèbre de la Chanson de Roland. De même, chez Guillaume de Pouille, sont soigneusement occultés les traits de brutalité normande volontiers dénoncés par d’autres chroniqueurs4.

  • 5 Ch. IV, p. 608.
  • 6 Ibid. : "Trancredus viam gladio aperit ; et auot aggreditur caedendos, tot praeterit caesos. Illum (...)
  • 7 Ibid. (ch. V) :… "Tunc Graeci, qui missi fuerant Latinorum insidiari vestigiis, locum nacti ut san (...)
  • 8 … "Graeca phalanx perterrita Tancredi simul adventu et nomine (id enim unum utraque personabat rip (...)

3La séquence où Raoul de Caen évoque avec sévérité la perfidie des Grecs commence au chapitre IV des Gesta Tancredi. Les croisés ont à franchir, en Macédoine, le fleuve Bardai (l’Axios des anciens). Une embuscade les attend sur l’autre rive. Tancrède, au lieu de se précipiter contre un ennemi qu’il connait bien pour l’avoir souvent affronté5, s’avance lentement avec ses hommes, et laisse l’adversaire gaspiller ses flêches (armes déloyales) avant que ces traits ne les atteignent. Puis il déchaîne sa cavalerie, qui charge à la lance : les Grecs, avec leurs petits boucliers, ne peuvent supporter cette charge massive. La victoire entraîne le massacre impitoyable des vaincus6. Mais pendant ce temps, l’arrière-garde demeurée sur la rive droite du fleuve est assaillie par derrière : il y a là six cents hommes, qui ne sont pas des chevaliers, sauf quelques-uns, âgés ou malades ; en fait, ces gens sont probablement chargés d’acheminer les vivres et le matériel, et ne sont escortés que par une poignée de guerriers que, pour une raison ou pour une autre, on n’a point laissés parmi les combattants de pointe. Raoul de Caen souligne ainsi la lâcheté des attaquants, et peut-être aussi leur cupidité : ce sont des loups qui fondent sur une bergerie abandonnée par le berger et par les chiens.7 Tancrède, alors, plonge à cheval dans le fleuve et fait demi-tour. Son seul nom met en fuite la phalange grecque qui, "craignant d’être massacrée, cesse de massacrer, et comme à l’ordinaire, cherche dans la fuite les moyens de son salut. "Ils jettent leurs arcs, leurs carquois, leurs boucliers et même leur armure ; mais beaucoup n’en sont pas moins rattrapés et réduits à l’esclavage, et les Francs conquièrent à cette occasion un immense butin8.

4Je ne m’interrogerai pas ici sur les tenants et aboutissants de cette affaire. La bataille du Bardai est-elle le fait de populations locales dont la xénophobie se serait conjuguée avec le désir de conquérir aisément des richesses à leur portée ? Ou bien encore, l’embuscade a-t-elle été préparée avec la complicité de l’empereur Alexis Comnène ? Raoul de Caen n’en dit rien, parce qu’il ne s’intéresse qu’à son héros, avec son courage exemplaire et sa férocité de vengeur.

  • 9 Voir mes articles : Une légende épique en genèse : les "Gesta Tancredi" de Raoul de Caen. à paraît (...)
  • 10 "Boamundus Wiscardigena Adriaticum transivit, etian Macedonia potitur"… (ch.. VIII. p. 610).
  • 11 (suite de la citation précédente) :… "Illius vires saepius jam expertus es magnas, at praeteritas (...)
  • 12 Chap. IX, p. 611 : "His versutus imperator percussus rumoribus, novos Corde dolos nova pectore ver (...)
  • 13 "Nuntiatum est mihi de tuo adventu. quem paternis visceribus suscepi auditum ; quia nunc quidem mo (...)
  • 14 … "Hic pallia, hic aurum, hic caballi, hic te omnium manet affluentia thesaurorum. Quidquid uspiam (...)
  • 15 (suite de la citation précédente)… "Ut autem expeditiori viam pede arripias, paucis contentus adve (...)

5Alexis a fait envoyer à Boémond un messager qui lui rapporte la nouvelle de la victoire sur le Bardai et qui lui transmet une lettre du fils de Robert Guiscard (ch. VIII). Cette lettre est emplie d’un orgueil normand que j’ai étudié par ailleurs9 ; elle insiste en commençant sur le fait que la conquête de la Macédoine est un fait acquis10 et rappelle ensuite qu’Alexis a la triste expérience des revers militaires face aux barons de Pouille et de Calabre11. Le chapitre IX s’ouvre sur une nouvelle dénonciation de la perfidie grecque : "Abattu au récit de ces nouvelles, le rusé empereur roule dans son coeur de nouveaux artifices, cherche dans son esprit de nouveaux conseils, et s’applique à enlacer dans ses filets les lions qu’il n’ose harceler à la chasse."12 D’où la missive qu’il adresse à Boémond ; il y accumule les flatteries13 et les promesses de riches présents14, sous réserve qu’il arrive à Constantinophe - et c’est là le piège - seul avec une petite escorte, "afin que tu suives la route d’un pied plus léger"15.

  • 16 Chap. X, p. 612 : "Legati his praeter suas instructa fallaciis exeunt, adeunt, obviant, eloquuntur (...)
  • 17 … "Quod Marchisidae (Tancrède, le fils du marquis) auribus non displicuit illapsum : nam qua sedul (...)
  • 18 Chap. XVII, p. 618 : "Si ergo dominari desideras, famulari stude : de Tancredi certus officio, ubi (...)

6Il est curieux que Boémond se soit laissé prendre, et Raoul de Caen ne l’épargne guère quand il commente : "Boémond, enivré par l’apparence emmiellée de leurs discours (ceux des messagers), ne découvrit pas le poison caché au-dessous, et se laissa tromper par l’offre qui lui était faite spontanément de ces richesses de Constantinople, pour lesquelles il avait depuis longtemps inondé de sang la terre et la mer"16. En conséquence, le fils de Guiscard devient l’otage d’Alexis, et se voit contraint de lui prêter hommage. Tancrède au contraire agit moins étourdiment : instruit par l’infortune de son cousin, il se déguise en homme du commun17 en arrivant dans la capitale, et il traverse le Bosphore incognito avec un certain nombre de chevaliers. Apprenant la chose, Alexis fait jurer à Boémond qu’il remettra Tancrède entre ses mains. Mais Tancrède n’acceptera de comparaître devant l’empereur qu’en vainqueur, après le siège de Nicée, où Boémond vient le rejoindre, et c’est lui désormais qui dicte ses conditions au Grec dans une lettre qui est un véritable ultimatum : il ne rendra hommage à Alexis que si ce dernier s’engage à aider loyalement l’expédition jusqu’à Jérusalem18.

  • 19 Chap. XVIII, p. 619 : "Postquam Alexius viri mentem videt pecuniae contemptricem, neoue aureo, sic (...)
  • 20 Ibid. : "Ergone Marchisides confert se mihi, regalia petendo insignia ? Sordent vero ei communia, (...)
  • 21 Ibid. :… "Ego nec hostem mihi te dignor nec amicum". Haec Alexius, ira simul et astuta dictante, p (...)

7En fait, Tancrède se défie de la perfidie byzantine. Il refuse de s’humilier devant Alexis, et peut-être, il ne cherche même pas le secours douteux de Byzance. Il lui faut un prétexte pour se débarrasser avec élégance d’Alexis, et ce prétexte, il va le trouver sans peine. L’empereur lui propose les cadeaux les plus somptueux : il les repousse avec hauteur, en prince dédaigneux de l’argent19 ; ce qu’il demande est une tente admirable, avec des portes garnies de tours, une de ces tentes comme en décriront les romans antiques et qui manifeste la richesse de l’Empire d’Orient (cette richesse qui fascinera le poète du pèlerinage de Charlemagne et qui déterminera les croisés de 1204 à changer de route). Alexis pourrait et devrait se montrer fastueux. Dans un roman courtois, il ne refuserait pas de consentir à un don si généreux ; mais il n’est qu’un despote grec dont la largesse est loin d’être sans limites, et son orgueil s’insurge contre l’insolent. Tancrède, explose-t-il, n’a ni clientèle assez abondante pour remplir ce palais, ni mulets assez nombreux pour en transporter la charge : c’est un fol ambitieux20 dont lui-même ne redoute même plus la colère ; "je m’attends à tes emportements, et ne daigne vouloir de toi ni pour ennemi, ni pour ami. "A quoi Tancrède, ravi d’avoir déjoué les ruses de son antagoniste, ne réplique que par une phrase laconique qui prend la balle au bond : "Je daigne vouloir de toi pour ennemi, et non pour ami". Et cette altercation a l’effet désiré par le Normand : Alexis, à dater de ce jour, le laissera en paix.21

  • 22 Chap. XIX, p. 680 :… "Igitur longo morarum tractu afflicti Latini duces taedia vincunt"…

8Boémond, de son côté, parvient à s’enfuir. Byzance est désormais derrière les deux hommes, et loin derrière. Les autres chefs latins se débarrassent les uns et les autres d’Alexis selon des modalités que Raoul de Caen ne précise pas ; il se contente de dire qu’ils "surmontent enfin leurs ennemis"22 et il clôt l’épisode byzantin à la fin du chapitre XIX sur l’apparition d’un nouvel adversaire, le roi turc Soliman : alors se manifeste l’ennemi véritable, permanent et non occasionnel, dont l’hostilité ouverte est toutefois plus loyale que la perfidie d’Alexis, ce chrétien qui a voulu compromettre la cause de la Chrétienté.

  • 23 Voir ci-dessus note 9.
  • 24 Voir John Eugh HILL et Laurita L. HILL, Raymond IV de Toulouse Toulouse, privat, 1959 ; André DUPO (...)
  • 25 P. 707 :… "Come ille, mirae audaciae vir, Tripolim obsi-Debat"
  • 26 Raymond sert l’empereur contre Tancrède, insinue perfidement Raoul (p. 708) : "Remittitur ergo cum (...)
  • 27 Ibid. : "Fert secum apocripham illam cuspidem, cujus supra mentio facta inventorem suum per flamma (...)
  • 28 (Suite de la citation précédente)… "Remuneratur et ipse magnopere : gratus quidem quod sua, longe (...)
  • 29 (Suite du texte cité note 26)… "Délibérant in terra homines : judicat qui sedet super Cherubim in (...)

9Raoul de Caen n’en a pourtant pas tout à fait fini avec les Grecs. Il ne parle plus guère de cette nation qu’il déteste, mais ce qu’il reproche peut-être le plus à Raymond de Saint-Gilles lorsqu’il se met à critiquer ce personnage et l’ensemble des Provençaux (à partir du chapitre LXI qui se déroule au cours du siège d’Antioche, et je renvoie qur ce point à mon article sur le nationalisme de Raoul de Caen)23, c’est de s’être laissé prendre à la fascination byzantine au point de s’être complètement hellénisé, comme nous le savons grâce à d’autres chroniqueurs24. Le chapitre CXLV le fait entrevoir : Raymond, dont Raoul doit une nouvelle fois reconnaître le courage25, est venu assiéger Tripoli. Depuis plus d’un an, il est pratiquement au service des Grecs26. Il s’est en effet rendu à Constantinople pour demander l’aide d’Alexis, et il lui a fait don de la Sainte Lance, à laquelle Raoul de Caen ne croit d’ailleurs absolument pas27. Là-bas, il a été comblé de présents par l’empereur ; il a accepté de s’humilier devant lui, aussi est-il très en faveur à la cour28. Mais le ciel punit Raymond, dont les vaisseaux chargés de richesses tombent entre les mains de Tancrède qui le fait emprisonner à Antioche et ne le libère qu’au prix d’une abjuration29.

10Tous ces textes appellent maint commentaire. Nous ne disposons, avec les Gesta Tancredi, que d’un témoignage partial et partiel. On comprend l’hostilité des Grecs à ces envahisseurs encombrants dont la présence est sans doute ruineuse et dévastatrice et qui tiennent la dragée haute à ces orientaux qu’ils méprisent alors qu’ils devraient composer avec eux. La plupart des Francs sont des hommes du Nord, rudes, violents, peu habitués aux raffinements d’une civilisation prestigieuse ; les gens d’Occitanie font exception dans cette masse : eux sont des méditerranéens, qui retrouvent à Byzance un climat, un mode de vie, voire une structure urbaine qui leur sont familiers ; ils sont aussi moins rustres et plus aptes à comprendre l’art de vivre propre à leurs hôtes. Je me plais à croire qu’ils se mettent à fréquenter les bains et qu’ils cessent de sentir le bouc…

11Les Grecs sont efféminés : ce reproche, un autre texte, les Gesta Guiscardi de Guillaume de Pouille, ne se prive pas de les en accabler. Raoul de Caen n’insiste guère sur ce point, parce qu’il perçoit l’Histoire en poète épique et en dramaturge, à travers les combats et les affrontements de langage ; mais Guillaume, qui est apparemment plus sensible aux réalités sociologiques, et qui a vécu dans l’Italie hellénisée du Sud, insiste sur cette dépravation qui offusque son tempérament chevaleresque. Efféminés, les Grecs le sont par leur manière de se vêtir et par leurs moeurs trop raffinées. Ils ont perdu ce qui fait la force et le prestige des Normands : le courage à la guerre, l’aptitude à supporter les privations, le sens de l’honneur et du sacrifice. Ils ne sont pas accusés de perfidia, mais, ce qui est pire encore, d’ignavia.

  • 30 la locution ignavia insita genti se trouve éd. cit., I, v. 31, p. 100. Selon Guillaume de Pouille (...)

12Ignavia insita genti : cette réputation vient de loin, et les premiers Normands qui se sont rendus en Italie méridionale ou en Orient, comme mercenaires ou pour faire du commerce, l’ont répandue depuis longtemps parmi les chevaliers de France(30). Les compagnons de Tancrède de Hauteville et de Robert Guiscard ont l’expérience de cette lâcheté proverbiale (… Normannis expertis Graecos nullius roboris esse… I, 78). Elle s’accompagne de paresse et d’ivrognerie invétérée : feminaeis Graecis… cum genus ignavum sit, quod comes ebristatis Crapula dissolvat… (I, 225-8).

13On croirait entendre le discours d’un Européen colonialiste installé sous les Tropiques et parlant de la mollesse et de l’incapacité indigènes, et le rapprochement n’est point si fortuit : les Normands qui se taillent un domaine en Méditerranée sont déjà des "pieds noirs" très conscients de leur supériorité raciale. Ecoutons Guillaume de Pouille vanter la vaillance des Francs qui vont se dresser contre les Sarrasins :

Tempore Persarum gens perfida coepit ab illo
In Romaniam consurgere caede, rapinis.
Imperii nec adhuc redigi sub jura valeret,
Gens nisi Gallorum, quae gente potentior omni
Viribus armorum, nutu stimulata superno,
Hanc libertati superato redderet hoste… (III, 98)

  • 31 Gesta Tancredi, chap. VIII, p. 610 (il s’agit de la lettre de Boémond à Alexis dont j’ai parlé plu (...)
  • 32 Ed. cit., II, v. 143-4.
  • 33 Les Grecs ne sont-ils pas habillés comme des femmes ? leurs vêtements trop longs leur portent préj (...)

14Gesta Dei per Francos ! Dieu est avec les barons du Nord, pour la plus grande gloire de la Chrétienté. Les autres peuples ne sauraient prétendre à leur valeur. Les Italiens, en particulier, s’ils ont rendu de précieux services aux Normands, leur sont pourtant inférieurs en qualités militaires. Guillaume ne va point, comme Raoul de Caen, jusqu’à les considérer comme une piétaille vile et subalterne31 ; il estime, semble-t-il, les Lombards, qui se recrutent au delà du Garigliano cum magna virtute redundent, ‘puisqu’ils regorgent de courage’ ; il leur reproche toutefois leur panique devant Civitate où la fugax turba Longobardorum s’est disqualifiée32. Mais que dire des régions italiques où a sévi la lâcheté grecque ! Non seulement les gens du Mezzogiorno ont été pervertis, mais aussi ceux de l’Adriatique : ainsi, ceux de la Marche (où se trouve Ravenne) ; c’est désormais une gens reprobata ; dans leur coeur sont enracinés innatus pavor et fuga luxuriesque (II, 108). Luxuries : le mot est ambigu, et j’y devine un double sens ; le luxuriosus est celui que déprave une vie trop facile, et qui cède au luxe et au confort, mais il est aussi le luxurieux énervé dans les plaisirs, et l’on peut se demander si ce terme ne dénonce pas plus que la sensualité traditionnellement attribuée à l’oriental et n’implique pas, quand on le rapproche de l’épithète feminaeus, une sévère accusation d’homosexualité…33

  • 34 Voir l’édition A. B. SCOTT des carmina minora d’Hildebert, Leipzig, Bibliotheca Teubneriana, 1969.
  • 35 Gesta Tancredi. ch. LXI : lors du siège d’Antioche, les Provençaux ne songent qu’à se procurer des (...)

15Peut-être cette interprétation est-elle abusive (mais on ne parle de l’amour contre nature qu’en langage très voilé avant 1100 : Hildebert de Lavardin est, à ma connaissance, le seul à ne pas mâcher ses mots lorsqu’il flétrit cette pratique dans des épigrammes)34. Toujours est-il que l’image du Grec et des peuples hellénisés est dans la chronique normande extrêmement dépréciative, et que l’on n’en est pas encore à cette tentative de synthèse entre les cultures normande, islamique et byzantine dont Roger II, pourtant roi de Sicile dès 1101, prendra l’initiative en faisant bâtir à partir de 1140 la chapelle palatine de Palerme. Disons que la Grèce n’a pas encore soumis ses farouches vainqueurs. Raoul de Caen est comme Guillaume de Pouille un expatrié volontaire qui glorifie la constitution de bastions francs dans un Orient méditerranéen voué à l’expansion normande. La croisade est pour lui l’affaire des Normands, qui sont le fer de lance de l’ost et les champions d’une Chrétienté pure et dure. D’où son hostilité à des compromissions comme celle à laquelle était en train de s’abandonner Raymond de Saint-Gilles. Pour les chroniqueurs normands de la conquête orientale, le monde grec est un monde de la décédence, j’allais dire : de la décomposition. La fourbe est l’arme du lâche ; Byzance s’est amollie par son excès de richesse ; elle succombe de sa dolce vita. Les barons ne doivent pas se laisser corrompre à son contact : comme Tancrède, qu’ils traversent cette civilisation dépravée en déjouant les embuscades et en refusant les présents empoisonnés de l’empereur. Timeo Danaès et dona ferentes : le culte de Virgile renforce la conviction des lettrés. Aux innocents les mains pleines : Robert Guiscard n’a pas composé, ni Roger I, ni Tancrède, avec le tentateur qui les eût détournés de leur haute et brutale aventure. La force du Nord est dans sa violence tranquille ; la faiblesse du Midi est la douceur policée de son nonchaloir : l’hostilité normande à l’égard du. Grec participe d’une méfiance plus générale qui n’épargne pas, dès les Gesta Tancredi. l’Occitanie gasconne ou provençale35. Il est facile, en Histoire, d’être prophète, mais on devine à travers ce texte et déjà dans les Gesta Guiscardi que les chevaliers de Normandie ne furent pas les derniers à suivre Simon de Montfort dans sa croisade albigeoise.

Notes

1 Les Gesta Tancredi figurent dans le tome III du Recueil des Historiens des Croisades, pp. 603 sqq. Fr. GUIZOT en avait fait la traduction dès 1825 dans le tome XXIII de sa Collection des Mémoires destinés à l’Histoire de France.

2 Voir Guillaume de Pouille : "La geste de Robert Guiscard", éd. Marguerite MATHIEU. Païenne. 1961 (Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici). L’éditrice date le texte des dernières années du xie siècle.

3 Ed. cit., p. 605 :… "Adhuc adoles cens juvenes agilitate armorum, morum gravitate senes transcendebat"… Dans le même passage, Tancrède est qualifié de praeceptorum Dei sedulus auditor, et sa felicitas est soulignée par un discours collectif après ses exploits sur le fleuve Bardai (voir plus loin) ; ce discours se trouve ch. VII, p. 610.

4 Voir les Annales Beneventani, in M. G. H., S. S., V, 51 sqq., ou le Chronicon Casinenae de Léon d’Ostie, ibid.. VII, 574 sqq., mais non Amatus, autre moine du Mont-Cassin favorable aux Normands (P. L. CXLIX) ni Geoffroi Malaterra, dont le De rebus gestis Rogerii a été commandité par Roger I (éd. E. PONTIERI, Bologne, 1924).

5 Ch. IV, p. 608.

6 Ibid. : "Trancredus viam gladio aperit ; et auot aggreditur caedendos, tot praeterit caesos. Illum sequentibus facile qua se vertisset vertigia declarabant. Trunci seaineceg a dextra et laeva medio cruoris alveo supplebant ripas"…

7 Ibid. (ch. V) :… "Tunc Graeci, qui missi fuerant Latinorum insidiari vestigiis, locum nacti ut sanguine ferrum imbuerent, irruunt in relictos, ceu lupi pastore orba et canibus ovilia trucidantes"…

8 … "Graeca phalanx perterrita Tancredi simul adventu et nomine (id enim unum utraque personabat ripa), caedi metuens, caedere desistit, ad consuetum fugae praesidium studio redacto… Itaque arcus projicere, pharetras solvere, peltas demittere, thoraces exuere, summum ad vitam supererat solamen… Plurimi etiam in servitutem ducendi (il s’agit des gens de l’arrière-garde surpris par les Grecs), ruptis nexibus absoluti, suos versa vice nexores nexuerunt. Alli dum erecta sibi requirunt spolia, et raptoris projecta inveniunt et sua"…

9 Voir mes articles : Une légende épique en genèse : les "Gesta Tancredi" de Raoul de Caen. à paraître dans les Mélanges René LOUIS. Mayenne, Floch, 1981, et L’hégémonie normande dans la "Chanson de Roland" et les "Gesta Tancredi". communication au colloque de Kalamazoo en mai 1981.

10 "Boamundus Wiscardigena Adriaticum transivit, etian Macedonia potitur"… (ch.. VIII. p. 610).

11 (suite de la citation précédente) :… "Illius vires saepius jam expertus es magnas, at praeteritas hodiernae non minus superant, quasi passer aquilae collatus superatur"…

12 Chap. IX, p. 611 : "His versutus imperator percussus rumoribus, novos Corde dolos nova pectore versat Consilia. (Aen.. I. 657) Retibus studet leones implicare, quos venabulo lacessare non audet."

13 "Nuntiatum est mihi de tuo adventu. quem paternis visceribus suscepi auditum ; quia nunc quidem moribus tuis dignum opus exerces, quum belli studium ad barbaros convertis"… (ibid.)

14 … "Hic pallia, hic aurum, hic caballi, hic te omnium manet affluentia thesaurorum. Quidquid uspiam vidisti, nihil est ad id collatum ouod apud me est, ouae omnia parata tibi noveris, tamquam filio, si benignum te, si fidum mihi paraveris, tamquam filius. Invenies ergo fontem auri, ut quotiens quaesita consumpseris, totiens consumenda repetas. repetita sine difficultate sumpturus"… (ibid.)

15 (suite de la citation précédente)… "Ut autem expeditiori viam pede arripias, paucis contentus adventum liberius maturabis. Ceterae vero multitudini ducibus relictis, via eo commodior, quo segnior carpenda est."

16 Chap. X, p. 612 : "Legati his praeter suas instructa fallaciis exeunt, adeunt, obviant, eloquuntur. Boamundus itaque mellita verborum superficie debriatus, venenum latens inferius non sentit ; fallunt eum oblatae ultro Constantino-politanae divitiae, propter quas terrain ac pelagus sanguine multo diu asperserat"…

17 … "Quod Marchisidae (Tancrède, le fils du marquis) auribus non displicuit illapsum : nam qua sedulitate accipiter laaueos, aut hamum piscis, ea is fraudulitatem Graecorum familiarissimam horrebat. Ideo munera regis aspernatus. jam tum praesentiam ejus subtergere proposuerat… (ibid.) Et chapitre XII, p. 613 : "Constantinopolim igitur veniens, non sicut ceteri declinat ad regem, non classica praemittit, non tuba intonat : clam transit. Nam exuto milite, peditem induit ; quatinus vestis rustica, dum Tancredum tegeret, Alexium falleret"…

18 Chap. XVII, p. 618 : "Si ergo dominari desideras, famulari stude : de Tancredi certus officio, ubi Christi exercitum certificabis de tuo. Omnium minister, tibi quoque pro omnibus non abnuo ministrare. Summam autem horum compendiosus sermo diffiniat : qualis antecedet tua erga Francos devotio, talem meam Graeci erga se exspectant secututuram."

19 Chap. XVIII, p. 619 : "Postquam Alexius viri mentem videt pecuniae contemptricem, neoue aureo, sicut ceterorum, posse vinculo irretiri, quia eum post se neouit tranere, trahentem sequitur, et sermonibus consonat dictitatis… Spretor pecuniae, sublimitatisque regiae animus aemulator vulgaria temnit ; quem duces alii oblatum prae onere honorem recusarent, illura affectat, et solum de regalibus ait praeplacere. Erat namque regi tentorium, quod, arte simul et natura mirabile, duplicem spectatori jactabat stuporem ; ad haec, urbis instar, turrita atria camelos viginti sarcina non fraudabant ; capacitas conveniendae multitudini opportuna : apex tantum ceteris praeminens Quantum lenta soient inter viburna cupressi. (Buc., I. 26) Hoc ergo magnanimi Wiscardidae mentem munus unicum capit. hanc sibi destinat aulam idoneam"…

20 Ibid. : "Ergone Marchisides confert se mihi, regalia petendo insignia ? Sordent vero ei communia, nisi singulare meum in toto orbe affectet palatium ? Quo impetrato quid restat ultra, quin capiti diadema meo detrahat, suo imprimat ? At puto desunt ei atria, congestos satis explicitura clientes, neque tantae militum copiae intra septa valent includi domestica : itaque regia petitur quae, suis dimensionibus immensa, domino sufficiat magnifico ! Ut autem cedam ei petita, ubi muli, ubi muliones, aptum tantae moli veniculum ?"…

21 Ibid. :… "Ego nec hostem mihi te dignor nec amicum". Haec Alexius, ira simul et astuta dictante, profatus : partim dissimulabat timorem, partim tumorem atrocissimae bilis leniebat. At Tancredus, quasi jocosae illius imaginis imitator, ultima de multis verbis verba arripit, nullique libentius unquam responsurus, ait : "Hostem mihi te dignor, nec amicum". Ab his digressum est, neque ultra congressum."

22 Chap. XIX, p. 680 :… "Igitur longo morarum tractu afflicti Latini duces taedia vincunt"…

23 Voir ci-dessus note 9.

24 Voir John Eugh HILL et Laurita L. HILL, Raymond IV de Toulouse Toulouse, privat, 1959 ; André DUPONT : Raymond IV de Saint-Gilles et son rôle en Orient pendant la première croisade (1099-1105), in Bull. Acad. Nîmes n. s.. n° 47, 1970, pp. 19-21 ; Paul DESCHAMPS : Raymond de Saint Gilles et sa sépulture au château de Tripoli, in Mélanges S. R. LABANDE, Poitiers, C. E. S. C. M., 1974, pp. 209-216.

25 P. 707 :… "Come ille, mirae audaciae vir, Tripolim obsi-Debat"

26 Raymond sert l’empereur contre Tancrède, insinue perfidement Raoul (p. 708) : "Remittitur ergo cum magnis, ut dixi, muneribus, ad expugnandum hostem amborum Marchisidam"…

27 Ibid. : "Fert secum apocripham illam cuspidem, cujus supra mentio facta inventorem suum per flammas temporales ad aeternas transmisit : hanc, inquam, asportat Alexio munus".. l’inventeur, à Antioche, de la Sainte lance avait été soumis à l’épreuve du feu. Raoul relate l’affaire dans les chap. C à CIII, et raconte le jugement de Dieu chap. CVIII et CIX.

28 (Suite de la citation précédente)… "Remuneratur et ipse magnopere : gratus quidem quod sua, longe autem gratior quod se ipsum obtulerit"…

29 (Suite du texte cité note 26)… "Délibérant in terra homines : judicat qui sedet super Cherubim in coelo Deus. Mittis, Alexi, Tancredo gazas, dum Raimundi biremes, donis tuis refertae, poene summerguntur, quae, felicibus tamen auspiciis, multa infelicitatis loca praeterlapsae, in hostilen fiscum, ad portum Tharsae proximum, deferuntur"… Raymond, jeté en prison, "nec tamen diu tenetur : quicquid jubetur, adjurat et jurat"…

30 la locution ignavia insita genti se trouve éd. cit., I, v. 31, p. 100. Selon Guillaume de Pouille (début du livre I), ce sont des pèlerins normands à Saint-Michel du Gargano, et non des mercenaires, qui ont les premiers encouragé les chevaliers normands à la conquête.

31 Gesta Tancredi, chap. VIII, p. 610 (il s’agit de la lettre de Boémond à Alexis dont j’ai parlé plus haut) :… "Olim quippe ei (à Boémond) et milites, Longobardia pedites suggerebat : Normanni, qui vincerent, Longobardi, qui numerum augerent, in bella tranebantur. Horum populus alter belliger. alter venerat ministrator"…

32 Ed. cit., II, v. 143-4.

33 Les Grecs ne sont-ils pas habillés comme des femmes ? leurs vêtements trop longs leur portent préjudice pendant les combats ; c’est ce qu’affirme aux Normands d’Aversa le lombard Ardouin : "minimo saepe hostes fugatos Vestituque graves, non armis asserit aptos." (I, v. 227-228).

34 Voir l’édition A. B. SCOTT des carmina minora d’Hildebert, Leipzig, Bibliotheca Teubneriana, 1969.

35 Gesta Tancredi. ch. LXI : lors du siège d’Antioche, les Provençaux ne songent qu’à se procurer des vivres et font du marché noir. Une dispute grave entre Provençaux et Normands se déchaîne alors (chap. XCVIII) où l’ensemble des Français du Nord prend parti contre les gens d’Occitanie.

Auteur

Université de caen

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540