Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

L’image du sarrasin dans le Willehalm de Wolfram von Eschenbach

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Nous citerons le Willehalm d’après Lachmann, la Bataille d’Aliscans d’après Guessard, Paris, 1870, (...)

1C’était une gageure que d’adapter vers 1215 une chanson de geste avec l’idée d’en faire un roman courtois. Wolfram, qui n’en est pas à relever son premier défi, a tenté l’aventure avec le Willehalm, qu’il compose à partir de la Bataille d’Aliscans après avoir adapté avec beaucoup de liberté le Perceval de Chrétien. Malgré la complexité de la tradition manuscrite de la chanson française du xiie siècle1, il est possible de déceler les passages de développement, d’addition, de résumé ou de modification, et de reconstituer approximativement le travail de Wolfram adaptateur. Au-delà des différences de genre et de style d’écriture, le Willehalm s’impose comme oeuvre capitale du xiiie siècle allemand par l’originalité de l’image que Wolfram nous donne des Sarrasins. Loin de les considérer comme le curé Konrad quarante ans plus tôt comme des païens qu’il faut convertir ou exterminer, Wolfram tourne délibérément le dos à la tradition culturelle de la Chanson de Roland et de son modèle d’Aliscans pour tenter de concilier cette matière chrétienne avec les exigences de l’éthique courtoise, optimiste et humanitaire, qui est le fondement même des oeuvres allemandes d’adaptation depuis Eilhart et Veldeke, et qui a trouvé son apogée dans les oeuvres de Gottfried de Strasbourg et de Wolfram d’Eschenbach. Nous tenterons donc de dégager la part qui dans cette image du Sarrasin revient plus particulièrement aux impératifs du genre de l’adaptation.

  • 2 Wi. 26, 25-27, 17 + 28, 22-29, 12, cf. Al. 350-352 et 35-39 ; Wi. 74, 3 - 75, 2, cf. Al. 1012-48 ; (...)
  • 3 Wi. 53, 22 - 54, 8, cf. Al. 449, 461, R. 402.
  • 4 Wi. 344, 1-22, cf. Al. 5076-79, R. 4220-23.
  • 5 Wi. 425, 5 - 15 + 426, 28 - 427, 13, cf. Al. 5986-6006, R. 4755-74.
  • 6 Wi. 21, 19-30, cf. Al. 32-35, R. 35-40.
  • 7 Wi. 17, 26-19, 2, cf. Al. 152-155.
  • 8 Wi. 345, 1 - 351, 20 : ses dix fils, Poydjus, Aropatîn, le fils du roi Matusales, Poidwîz de Raabs (...)
  • 9 Wi. 357, 12 - 359, 30.
  • 10 Wi. 340, 12 - 341, 30 : les troupes sous les ordres de Halzebier.
  • 11 Wi. 354, 1 - 13.
  • 12 Wi. 78, 23 - 79, 14 ; Arofel, cf. Al. 1229-48, R. 1173-88 ; Wi. 401, 10 - 402, 17 : les troupes d’ (...)
  • 13 Wi. 395, 25 - 396, 10 ; 427, 23 - 428, 22 ; 32, 19 - 37, 28 ; 56, 16 24 : TalimSn, Turpîûn.
  • 14 Wi. 223, 7 - 25, cf. Al. 3988 - 89, 3976, R. 3356 - 57, 3342.
  • 15 Wi. 96, 6 - 99, 7, véritable feu d’artifice stylistique, avec questions rhétoriques, interventions (...)
  • 16 Wi. 108, 23 - 109, 3, 111, 1 - 14.
  • 17 Wi. 71, 22 - 72, 16, cf. Al. 924-925, 950, R. 956 ; W. 106, 1 - 107, 12.
  • 18 Wi. 333, 12 - 334, 2 : fuite d’un guetteur ; 433, 24 - 30 : fuite générale ; id. Wi. 434, 24 - 436 (...)
  • 19 Wi. 438, 4 - 30 : les types de navire par lesquels ils essaient de fuir, vivante évocation - absen (...)

2Le Sarrasin est d’abord l’ennemi, redoutable, qu’il faut affronter. Wolfram trouvait certes ce thème dans son modèle, mais il l’amplifie d’une manière très importante. Bien des développements montrent ainsi les troupes sarrasines2, celles de Poufameiz3, de Sinagûn4, de Purrel et de ses fils5 ou de Terramêr leur chef6. Leur art de la guerre fait l’objet de descriptions très détaillées, concises et concrètes, comme la disposition des troupes de Halzebier7 ou le rapport technique qu’un guetteur fait à Terramêr sur les troupes des Chrétiens (8). Wolfram prend même plaisir à souligner les qualités de chef d’armée de Terramêr en lui consacrant de longues additions lors des préparatifs de la seconde bataille d’Aliscans, lorsqu’il confie ses armées à ses fils et à ses neveux8, lorsqu’il dispose ses troupes9, les harangue10 ou lorsqu’il évoque l’aspect militaire de la séparation de Tybalt et d’Arabel, excusant sa défaite lors de la première bataille par l’effet de surprise obtenu par Willehalm, qui ne lui avait pas laissé le temps de disposer son armée11. Wolfram ne procède pas autrement pour la description des combats, les développant souvent12, mais aussi introduisant des passages de son invention, évoquant par exemple les exploits de Margot, de Purrel ou des fils et des séides de Terramêr13. Les deux sièges de Gloriette donnent d’ailleurs à Wolfram l’occasion et de montrer la force de l’ennemi et l’ampleur de sa défaite, ce qui revient indirectement à rehausser l’éclat de la victoire des Chrétiens. Ainsi l’adaptateur développe le motif de l’assaut de la citadelle par l’introduction de multiples détails d’ordre militaire14, transforme l’évocation de la disposition des troupes de Terramêraux cinq portes d’Orange en morceau de bravoure15, expose le plan de Terramêr qui fait venir les machines de guerre, citées avec précision16, et insiste longuement sur les pertes des assiégeants17 et sur leur fuite par terre18 et par mer19.

  • 20 Wi. 15, 30 - 16, 24, avec comparaisons, hyperboles et interventions de Wolfram.
  • 21 Wi. 400, 23 - 401, 18 ; 403, 11 - 405, 19, au style épique et hyperbolique ; 409, 13 - 410, 3 : l’ (...)
  • 22 Wi. 293, 24 - 294, 30, cf. Al. 4500 - 502, 4514, R. 3810-12.
  • 23 Wi. 425, 25 - 426, 27, cf. Al. 5986 - 6006, R. 4755 - 74.
  • 24 Wi. 356, 1 - 357, 11 : avec l’histoire du casque, oeuvre de Trebuchet.
  • 25 Wi. 19, 18 - 27, addition.
  • 26 Wi. 20, 4 - 9 : "man gesach den liehten summer / in sô maneger varwe nie, / swie vil der mere uns (...)
  • 27 Wi. 20, 13 - 26 : "si mohten under hundert man / einen kûme zîser hân."
  • 28 Wolfram appelle les Sarrasins "die gezimierten".
  • 29 Wi. 23, 15 - 24, 15 : sa bannière porte l’effigie de l’Amour avec sa flèche.
  • 30 Wi. 54, 28 - 55, 14 : tous ces cadeaux de son amie lui coûteront la vie, souligne Wolfram.
  • 31 Wi. 76, 11 - 29 ; 387, 1 - 15.

3Mais Wolfram ne se contente pas de souligner à l’instar de son modèle français les vertus guerrières des Sarrasins. Il ne manque pas une occasion de faire ressortir l’aspect pittoresque, la "couleur locale" dont il use pour dresser le décor bigarré des deux batailles d’Aliscans. Wolfram introduit ainsi de nombreux passages d’addition qui dépeignent avec emphase et en grand détail le tissu splendide des tentes du campement des Sarrasins20, les motifs figuratifs peints sur leurs écus ornés de riches pierres21, l’armure de Synagûn22, les armes de Purrel23 ou de Terramêr, développement solennel et magnifique de deux vers seulement d’Aliscans24. Wolfram pousse même à un point extrême ce goût des Sarrasins pour le luxe et la parure. Dès le début de l’oeuvre, il mentionne la richesse de leurs vêtements de soie, choisis et offerts par leurs amies25 les troupes sarrasines surpassant ainsi par leur luxe vestimentaire les couleurs de la nature printanière26. Wolfram explique par ailleurs que ce goût de la parure nuit aux Sarrasins ; plus soucieux d’élégance que de sécurité personnelle, ils n’ont en effet pour la plupart pas d’armure et deviennent par là très vulnérables aux coups des Chrétiens, ce que l’adaptateur déplore27. Far coquetterie et par souci de défendre par ces surcots, ces turbans et ces cimiers28 les couleurs de leur dame, les Sarrasins apparaissent ainsi mal adaptés à un combat qui n’a rien d’un tournoi de cour, inadaptation voulue par Wolfram et qu’il présente comme une tragique erreur d’appréciation. Il en va ainsi de la plupart des princes sarrasins, Nöupatris, dont Wolfram déplore la mort29, Poufameiz, croulant sous des parures de toute sorte30, Tenebruns et Arofel, ou encore Josweiz, encore que ce dernier possède un casque et un écu31.

  • 32 Wi. 26, 9 - 24 : "daz was almeistic minnen her".
  • 33 Wi. 254, 26 - 27 ; 255, 4 - 27, 256, 7 - 10 et 266, 19 - 267, 2 : elle évoque la vaillance et l’am (...)
  • 34 Wi. 346, 4 - 17.
  • 35 Wi. 19, 25 - 29.
  • 36 Wi. 304, 1 - 30, addition de Wolfram.
  • 37 Wi. 19, 17 "von den gotes soldieren".
  • 38 Wi. 420, 10 - 18, cf. 15 - 18 : "hurtâ, wie der markîs / den bêden leben warp dâ prîs, / dises kur (...)
  • 39 Wi. 37, 14 - 38, 30, cf 38, 28 - 29 : "die heidenschaft wart des ermant, / dâ v. on diu helle wart (...)

4Autre composante inattendue de cette image du Sarrasin, encore que liée à la précédente, la motivation des païens dans cette guerre d’Aliscans n’est pas du tout le désir de venger Tybalt ni la propagation de la foi musulmane. Les Sarrasins sont venus se battre pour mériter l’amour des dames et Wolfram définit leurs troupes par le terme de "minnen her", armée de l’amour32. Gyburc dit clairement que c’est plus l’amour qui a amené ici ses parents que l’ordre de Terramêr33. Ce dernier, lors qu’il harangue ses troupes, leur enjoint de se battre pour l’amour des dames comme Willehalm le fait pour Gyburc34. Ainsi les Sarrasins se distinguent chez Wolfram des Chrétiens en ce qu’ils pensent aux femmes alors que ces derniers pensent au salut de leur âme et à la récompense divine35, eux qui ont pris la croix36 et que Wolfram appelle les soldats de Dieu37. Les chevaliers d’occident sont en cela supérieurs aux fringants chevaliers musulmans, les premiers, comme Willehalm38, sachant atteindre à la félicité chrétienne (saelde) tout en aspirant à la gloire ici-bas, les derniers, qui ne connaissent pas le Christ, et d’ailleurs peu soucieux de leurs dieux, ne pouvant prétendre qu’aux satisfactions dans ce bas monde. Et Wolfram retrouve par là, mais à sa manière, le ton de son modèle lorsqu’il déclare que les païens iront en enfer et feront par leur mort le bonheur de Satan39.

  • 40 Wi. 29, 13 - 30, 21 ; 76, 14-21 ; 345, 25 - 30.
  • 41 Wi. 30, 20 - 22 ; 347, 4-5, 16 - 20 ; 378, 1 - 30 (Tesereiz) ; 222, 22 - 28 ; 349, 1 - 6 (éloge de (...)
  • 42 Wi. 427, 14 - 22 ; 428, 1 - 2.
  • 43 Wi. 462, 30 - 463, 9, par la bouche de Willehalm, qui rend hommage à son courage, sa loyauté, son (...)
  • 44 Wi. 342, 7 - 343, 30 ; 11, 6 - 11 ; 354, 23 - 355, 7 : "si liez ouch Tybalden, / den sûezen einval (...)
  • 45 Wi. 310, 15 - 16 : "Tybalt von Arâbî / ist vor alles untæ te vrî
  • 46 Wi. 54, 28 - 55, 14 ; 344, 22 - 26 (Poufameiz) ; 45, 1 - 22, cf. 21, 1 - 10 (Pinel) ; 22, 10 - 29, (...)
  • 47 Wi. 36, 1 - 3.
  • 48 Wi. 435, 10 - 15, cf. Al. 6812 - 14, R. 4943 ; 436, 11 - 30 ; 444, 1 - 30, Poydjus et Tedalun, add (...)
  • 49 Wi. 75, 3 - 20, développement de Al. 1050 - 56, où Esmerès ne parle que de ses frères tués.
  • 50 Wi. 266, 10 - 18.
  • 51 Wi. 266, 19 - 267, 14, cf. 266, 26 - 207, 2 : "Thesereizes her durch sînen prîs / jah, ez waere de (...)

5Raffinés dans leur habillement, courtois dans le service d’amour, braves au combat, les Sarrasins s’attirent dans nombre de passages l’éloge de l’adaptateur. Dans les portraits tout emplis de louange hyperbolique qu’il invente pour chacun des princes de la maison de Terramêr, Wolfram associe constamment les termes d’amour et de bravoure, qu’il s’agisse d’Arofel, frère de Terramêr, ou de Tenebruns40, de Tesereiz, de Josweiz ou de Halzebier, tous trois neveux de Terramêr41, de Purrel, gendre de Baligân42, de Matribleiz, apparenté à Gyburc43, ou de Tybalt, son premier mari, à qui Wolfram réserve les plus beaux éloges par la bouche de son père44 et par celle de Gyburc45. Poufameiz, Pinel et Noüpatris, Aropatîn, Eskalibôn et Talimôn46, même les troupes cornues de Margot et de Gorhant47, tous sont pleins de bravoure et se battent pour l’amour des dames. Dans les développements qui concernent ces mêmes personnages, Wolfram sait introduire des traits de caractère qui les rendent plus nobles dans le combat, tel Josweiz et Poydjus, neveux et petit-fils de Terramêr, qui dans leur mouvement de repli continuent à défendre la vie des leurs, ce qui n’est pas le cas dans Aliscans48. Ehmereiz, le fils que Tybalt eut d’Arabel, est plus noble encore ; autant il reproche à Willehalm son opiniâtreté à combattre les Sarrasins, autant il assure ne vouloir rien tenter contre sa mère, bien qu’il éprouve de la honte à hériter un royaume indignement abandonné49 ; de fait, Gyburc reconnaît que son fils n’a pas cherché à vaincre sa résistance lorsque les armées païennes attaquèrent Orange, et ce par respect pour sa mère50. De même, les troupes de Nöupatris et de Tesereiz, morts au combat, épargnent Gyburc, car ces deux rois sont venus combattre pour l’amour de leur dame, et ils ne l’attaqueront que lorsque Willehalm prendra part au combat : en l’absence du marquis parti chercher de l’aide, les Sarrasins jugent, en nobles chevaliers, qu’ils ne peuvent attaquer ces nobles dames, qu’ils préféreraient servir pour mériter leur amour51.

  • 52 Wi. 7, 23 - 8, 14, cf. Al. 238 - 240, R. 263 - 265, où sa douleur n’est pas évoquée ; pour le styl (...)
  • 53 Wi. 343, 1 - 2 : "Der manlîch und der kurtoys / Tîbalt der Arâboys."
  • 54 Wi. 342, 7-343, 30, cf. 343, 4 - 6, 8 : "doch hât diu werdekeit ir fluht / nu lange an mir rezeige (...)
  • 55 Wi. 420, 22 - 421, 17, addition.
  • 56 Wi. 107, 13 - 25, addition
  • 57 Wi. 347, 21 - 30, addition.
  • 58 Wi. 355, 9 - 30, addition
  • 59 Wi. 11, 19.
  • 60 Wi. 334, 17 - 335, 20, cf Al. 4973-80, R. 4147 - 53, où la charge est moins franche.

6Plus raffiné, plus courtois et plus noble, le Sarrasin gagne aussi chez Wolfram en humanité. L’adaptateur introduit ainsi le motif de la douleur de Tybalt abandonné par Gyburc, motif traité par Wolfram avec toutes les figures d’ornement du style52. Malgré les bonnes paroles de son père, le "courtois Tybalt"53 est désespéré ; il a perdu tout courage avec la gloire et poursuit en vain, le coeur en peine, Arabel, ce qu’il exprime en termes tout aussi élégants54. Ailleurs, c’est Oukîn qui pleure son fils Poydwîs55. Et c’est surtout Terramêr, symbole de la toute puissance sarrasine, un instant désemparé par les premiers revers des siens56, ou rongé par l’anxiété à l’idée que ses fils, petits-fils et neveux participent au combat57, et qui craint que le roi Louis ne fasse tuer Arabel s’il se voyait vaincu par les troupes sarrasines : ce serait le tuer lui-même ; mais il espère que les Chrétiens, dans leur noblesse d’âme n’en voudront qu’à sa personne58. Le personnage devient touchant, il nous apparaît vulnérable, sujet à l’erreur. Wolfram lui fait ainsi reproche d’avoir agi sottement en s’opposant au choix de sa fille59 et un guetteur lui reproche en plein combat son indifférence devant le massacre des siens60.

  • 61 Wi. 44, 1 - 30 ; 107, 13 - 108, 22 ; 337, 13 - 340, 3 ; 345, 11 - 13 ; 349, 8, 16 - 18.
  • 62 Wi. 43, 1 - 30 et 339, 28.
  • 63 Wi. 109, 17 - 29 : une pierre au cou, brûlés vive ou pendue par les soins de Tybalt.
  • 64 Wi. 340, 4-11, addition de Wolfram.
  • 65 Wi. 71, 22 - 72, 16, cf. Al. 924 - 925, R. 956 ; Wi. 358, 10 - 20 : Kanliun, fils de la première f (...)

7Chef de guerre, Terramêr est aussi chef religieux. Wolfram n’a certes qu’une connaissance vague et erronée de l’Islam et prête aux musulmans, un polythéisme où l’on vénère à la fois Mahomet, Tervigant, Apoll et Kâhuon. Terramêr ne fait pas moins preuve d’un grand souci de défendre sa foi et ses dieux ; il expose ainsi mainte fois qu’il poursuit Gyburc au nom des dieux qu’elle a offensés61, motif qui apparaît encore dans les propos d’un des princes et lors de l’assemblée qui précède la seconde bataille62, passages tous ajoutés par Wolfram. Chef religieux, Terramêr prend un visage plus dur, plus intransigeant, et il n’hésite pas à promettre à sa fille les plus affreux traitements63, tandis qu’il voue au plus entier massacre les chrétiens qui ne se convertiront pas à l’Islam64. Toujours à ce titre, il appartient à Terramêr de faire garder les idoles, et ce par des princes, motif de l’invention de Wolfram et qu’il introduit dans plusieurs passages65.

  • 66 Wi. 398, 20 - 399, 6, addition.
  • 67 Wi. 404, 14 - 21, addition.
  • 68 Wi. 449, 18 - 29, addition.
  • 69 Wi. 351, 28 - 352, 17, addition ; cf. 352, 14 - 17 : "er selbe was vertôret, / daz er an si geloub (...)

8Mais le lecteur du Willehalm remarque sans peine que, mis à par Terramêr, investi de cette mission sacrée comme chef suprême de l’Islam politique et religieux, les Sarrasins sont loin de penser souvent à leurs dieux. Terramêr est même obligé de faire garder les statues des dieux sous peine de mort, tant il est peu sûr du sentiment religieux de ses troupes66. Son fils Kanliun est d’ailleurs le premier à délaisser les idoles pour foncer avec son père à l’attaque67 ; ailleurs les Sarrasins vaincus, et harassés font tout aussi peu cas des dieux, Wolfram expliquant qu’ils se soucient alors aussi peu du sort des idoles que des ordres et des menaces de leur chef Terramêr68. Wolfram n’hésite pas lui-même à railler la sottise et l’aveuglement de Terramêr, qui lui font adorer à son âge des statues peintes hissées sur des chariots tirés par des boeufs69. Mais on ne voit jamais partagé par ses troupes ce que Wolfram appelle le sénile aveuglement de Terramêr. Les Sarrasins ne s’en rapprochent que plus des Chrétiens, leur peu de foi atténuant la différence entre les deux religions.

  • 70 Wi. 306, 27 : "hoert eins tumben wîbes rât".
  • 71 Wi. 306, 28 : "schônt der gotes hantgetât !"
  • 72 Wi. 306, 29 - 13.
  • 73 Wi. 307, 14 - 15 : "die heiden hin zer flust / sint alle niht benennet".
  • 74 Wi. 307, 16 - 22.
  • 75 Wi. 307, 26 - 28.
  • 76 Wi. 215, 10 - 221, 27 : Gyburc et Terramêr, long dialogue sur les fondements de la foi chrétienne. (...)

9Mais pour n’avoir pas la conviction religieuse de Terramêr, les Sarrasins n’en sont pas moins païens ; non baptisés, la damnation les attend ; or Gyburc est femme de Willehalm et Wolfram semble mal admettre pareil sort pour la famille de son héroïne. L’adaptateur présente donc par la bouche de Gyburc la défense des Sarrasins et lui fait dire, sans doute par prudence, qu’elle s’exprime là comme une femme sans expérience70. Elle demande qu’on épargne autant que possible les créatures de Dieu71 que sont aussi les Païens, et qu’on montre à leur égard la miséricorde dont Dieu témoigne à l’égard des hommes. Dieu a en effet sauvé, plaide-t-elle encore, des hommes qui n’ont jamais reçu le baptême, Noé, Job, les Rois Mages72, et il peut encore le faire, tant et si bien que tous les Païens ne sont pas voués à la damnation73 - d’ailleurs les enfants ne sont-ils pas tous païens, même de mère chrétienne, tant qu’ils n’ont pas reçu le baptême74 ? Dieu ne peut condamner ses propres fils et peut pardonner aux Sarrasins comme il pardonne aux enfants morts avant le baptême75. Mais comparaison n’est pas raison, et Gyburc semble tomber dans le travers du syllogisme : les Sarrasins sont les enfants de Dieu, or Dieu ne chStie pas les enfants non baptisés, donc Dieu pardonnera aux païens que sont les Sarrasins, raisonnement vicieux en ce que la mineure attribue au mot enfant le sens de nouveau né, qui n’est pas le sens de ce même mot dans la majeure, où il signifie fils de Dieu. Wolfram n’assume certes pas la paternité du sophisme, né plutôt du bon coeur de Gyburc, qui n’est pas théologienne ; on doit néanmoins penser que Wolfram partage la foi de l’héroïne en un Dieu sauveur et miséricordieux76, et qu’il éprouve pour les Infidèles sympathie et pitié.

  • 77 W 450, 15 - 19 : "die nie toufes künde / enpfiengen, ist daz sûnde, / daz man die sluoc alsam ein (...)
  • 78 Wi. 449, 18 - 29.
  • 79 Wi. 450, 21 - 30.

10L’adaptateur pose en effet après la défaite des Sarrasins la fameuse question : n’est-ce pas péché que d’abattre comme bétail les non-baptisés ? Oui, répond-il aussitôt, c’est un bien grand péché, car ce sont des créatures de Dieu77, ce qui est la reprise directe des paroles de Gyburc. On rétorquera sans doute que cette affirmation est bien mal introduite par Wolfram, et qu’elle ressemble plus à une pieuse pensée qu’il nous livre pour notre bonne conscience à tous - le passage suit en effet les railleries de Wolfram à l’égard des piètres dieux des arabes78, alors même que Jésus vient de rendre à Willehalm sa femme et sa terre, et précède quelques vers assez mal venus où Wolfram semble vouloir excuser ce massacre en rappelant que Terramêr voulait régner à Aix-la-Chapelle et à Rome et que les Chrétiens surent l’arrêter au prix de leur vie79. Autrement dit, on se serait bien passé de pareil carnage, mais il aurait fallu que Terramêr ne lançât pas ses troupes sur les Chrétiens. On regrette le massacre, mais la faute en incombe à ceux-là même qui l’ont à la fois provoqué et subi. Wolfram déplore ainsi la dureté du sort des Sarrasins, qu’il estime, mais que leur réservait l’ambition démesurée de Terramêr. Wolfram pas plus que Gyburc ne demande en fait qu’on arrête cette guerre meurtrière, elle est à leurs yeux juste et sainte, leur seule réticence a pour objet le nombre excessif de morts et la manière de tuer aveuglément et sans quartier les nobles chevaliers sarrasins.

  • 80 Wi. 462, 26 - 463, 1, addition.
  • 81 Wi. 466, 4 - 13, addition, cf. 466, 19-21 : "ich êre dermit et sînen art, / des mir ze kürzwîle wa (...)

11On est loin de la notion de tolérance qu’on a voulu parfois mettre en avant pour définir l’attitude de Wolfram. L’analyse d’une autre scène nous permettra de nuancer l’expression et de dégager la raison profonde du jugement indulgent de l’adaptateur. Lors du pillage du camp de Terramêr, Willehalm a vu sous une grande tente les dépouilles de vingt-trois rois sarrasins, richement parés et veillés par un prêtre ; touché par ce spectacle, le marquis plante son enseigne devant la tente en signe de protection. Tolérance ? Non. La suite nous donne la réponse : Willehalm charge son prisonnier Matrilleiz, parent de Gyburc, d’aller rassembler les dépouilles des rois morts au champ de bataille, car tous les parents de Gyburc doivent être embaumés80. Puis Willehalm charge Matribleiz de dire à Terramêr qu’il est tout disposé â le vénérer, et à l’obliger, pour peu qu’il n’exige de lui ni Gyburc ni la foi chrétienne, car il est le père de Gyburc, dont il respecte profondément la race81. Ce passage, qui appartient aux tous derniers vers du roman, nous fournit le maître mot de l’attitude wolframienne - le respect des sarrasins en ce qu’ils sont proches parents de Gyburc, femme de Willehalm.

  • 82 Wi. 340, 4-11.
  • 83 Wi. 338, 21 - 30, addition.

12Wolfram parachève dans le Willehalm ce qu’il avait ébauché dans son Parzival. Feirefiz, demi-frère de ce dernier, en était la réplique sarrasine ; la vaillance, la noblesse, la générosité subsistaient dans ce fils de la sarrasine Belakâne ; la race ne se démentait pas malgré ce qui distinguait la couleur, la culture et l’éducation de leur monde, l’Occident chrétient et l’Orient musulman. Wolfram étend dans le Willehalm à toute une armée ce qu’il réservait à un unique personnage. Gyburc, cause de la guerre et charnière entre ces deux mondes, se doit, pour être l’égale en noblesse de son second époux, ne pas souffrir d’avoir appartenu à Tybalt et à l’Orient. Ainsi les Sarrasins devaient devenir les preux raffinés et courtois que l’on sait, dignes en tout point - hormis celui de la religion - des chevaliers d’Occident. De là ces éloges et ces portraits flatteurs d’Arofel, de Tybalt et d’Ehmereiz, de Tesereiz, Josweiz et Halzebier, de Poydjus ou de Matribleiz, qui ne sont autres que l’oncle l’époux, le fils, les cousins ou les neveux de Gyburc et par là-même de Willehalm. Devenus les parents proches des chevaliers de France, ce lignage sarrasin pouvait-il s’en distinguer par moins de loyauté, de courage et de beauté ? L’ennoblissement des caractères et des moeurs inhérent au genre de l’adaptation courtoise ne pouvait conduire qu’à cette modification de l’image du Sarrasin. Ainsi Gyburc peut pleurer la mort de ses parents, ce qui n’est pas le cas dans la chanson française, plaider pour qu’on les épargne ; ainsi les preux sarrasins, sauvages et frustes, sont devenus chevaliers servants de leur dame païenne, véritable armée de l’amour, civilisés, gens de goût autant que de qualité. Ainsi Terramêr, beau-père de Willehalm, se révèle plus humain, plus fragile, cachant, sous le masque du chef religieux qui veut la mort de tous les Chrétiens82 l’inquiétude du père au sujet de sa fille. Wolfram ne va-t-il pas jusqu’à excuser ses prétentions de domination sur l’empire d’Occident en soulignant qu’il y peut prétendre en digne descendant de Pompejus, qui régna à Rome et que des concurrents déchurent de la couronne83 ? Voilà sa hargne sanguinaire de père outragé par une fille renégate transformée en légitime souci de régner où régnèrent ses ancêtres. Il ne reste plus qu’à lui pardonner et à lui rendre le respect qui lui est dû, ce que Willehalm ne manque de faire en libérant son cousin Matribleiz pour qu’il porte à son beau-père vaincu l’hommage de sa piété filiale. Car c’est ainsi que le veut l’éthique courtoise qui sous-tend les grands romans allemands d’adaptation.

  • 84 Festschrift für G. Ehrismann, Berlin - Leipzig, 1925, pp. 80 ss.
  • 85 Wi. 215, 10 - 221, 27 ; 306, 1 - 310, 29, additions de Wolfram.
  • 86 Wi. 253, 6 - 259, 12 ; 266, 10 - 268, 2 + 12 - 30, additions.
  • 87 Wi. 262, 1 - 263, 11, addition.
  • 88 Wi. 192, 27 - 194, 30 ; 230, 19 - 231, 3 ; 292, 27 - 293, 12, additions.
  • 89 Wi. 213, 4 - 15, cf. v. 5 : "von arde ein zuht im daz geriet" ; 284, 6 -285, 22 : Wolfram excuse l (...)
  • 90 Wi. 286, 27 - 288, 2 : victime des cuisiniers, il se sent seul et abandonné, lui que la nature a f (...)
  • 91 Wi. 201, 24 - 202, 18, cf. Al. 3823 - 3930 ; Wi. 281, 17 - 282, 4, cf. Al. 4364 - 4670, R. 3664 - (...)
  • 92 Grâce à Wolfram, on passe du "wilder heide" au "edler heide", et Wolfram accumule les épithètes le (...)

13H. Naumann écrivait dès 1925 que la perspective courtoise exigeait qu’il y eût dans les deux camps ennemis des preux chevaliers de même naissance et d’égale valeur84. Elle exige surtout que le parentage de Gyburc ne soit pas déshonnorant, à commencer par Gyburc elle-même. Wolfram en fait un personnage plus complexe et plus humain, chrétienne convaincue pleine de foi brûlante dans le Christ sauveur85, sachant pleurer avec autant de coeur la mort de Vîvîanz et celle de ses parants sarrasins86, et capable de faire assaut de courtoisie avec le vieil Heimrîch87. Wolfram tente même de rendre plus civilisé Rennewart, le frère de Gyburc, en soulignant ses nobles origines88, expliquant que sa noblesse innée le pousse à la courtoisie dans ses relations avec Alyze89 et au service des dames90, résumant par contre ses facéties et disputes avec cuisiniers et écuyers91. Ainsi chez Wolfram, le mariage chrétien de Gyburc fait basculer du côté de la courtoisie occidentale tout l’Orient musulman ; et l’on est aussi loin de la Chanson de Roland et de son adaptation allemande que du modèle même de Wolfram, la chanson de geste d’Aliscans où l’on tue sans remords ni regret des païens frustes et sanguinaires92. Hormis Terramêr, isolé dans sa fonction de chef suprême de l’Orient et qui concrétise â ce titre à lui seul l’intransigeance religieuse et les prétentions politiques de l’Islam, les Sarrasins chez Wolfram ne portent plus la moindre marque de fanatisme. Epris de couleurs, de luxe et d’amour, princes raffinés et courtois, guerriers valeureux, les Sarrasins ne sont dans le Willehalm guère différents des chevaliers européens dont ils sont devenus presque les frères par le sang du fait du mariage de Gyburc et dont Wolfram fait des frères par le coeur et l’esprit. Entraînés malgré eux dans une mauvaise guerre par l’ambition démesurée, encore que légitime, de Terramêr, ils périront toutefois vaincus par les Chrétiens en ce qu’ils restent, tout princes raffinés qu’ils sont, inférieurs aux chevaliers occidentaux par le baptême, comme quoi Wolfram reste à sa manière fidèle â l’esprit de son modèle français. Même élevés au rang de princes civilisés, il manque aux Sarrasins la dimension chrétienne : malgré les voeux de Gyburc, ils connaîtront pour la plupart les flammes de l’Enfer, eux qui se battirent et moururent exclusivement pour l’amour des dames et qui, n’étant pas nés du bon côté, ne pouvaient comme les croisés gagner par leur mort le salut de leur âme.

Notes

1 Nous citerons le Willehalm d’après Lachmann, la Bataille d’Aliscans d’après Guessard, Paris, 1870, d’après l’édition de Wienbeck, Hartnacke et Rasch, Halle, 1903, et, pour mémoire, d’après G. Rolin, Leipzig, 1894, qui ébauche la comparaison des deux oeuvres, mais considère à tort que Wolfram eut pour modèle le manuscrit inachevé m (Boulogne).

2 Wi. 26, 25-27, 17 + 28, 22-29, 12, cf. Al. 350-352 et 35-39 ; Wi. 74, 3 - 75, 2, cf. Al. 1012-48 ; Wi. 288, 21-30, cf. Al. 4387-99, R. 3740-44.

3 Wi. 53, 22 - 54, 8, cf. Al. 449, 461, R. 402.

4 Wi. 344, 1-22, cf. Al. 5076-79, R. 4220-23.

5 Wi. 425, 5 - 15 + 426, 28 - 427, 13, cf. Al. 5986-6006, R. 4755-74.

6 Wi. 21, 19-30, cf. Al. 32-35, R. 35-40.

7 Wi. 17, 26-19, 2, cf. Al. 152-155.

8 Wi. 345, 1 - 351, 20 : ses dix fils, Poydjus, Aropatîn, le fils du roi Matusales, Poidwîz de Raabs, Marlauz de Jericop, Margot et Gorhant.

9 Wi. 357, 12 - 359, 30.

10 Wi. 340, 12 - 341, 30 : les troupes sous les ordres de Halzebier.

11 Wi. 354, 1 - 13.

12 Wi. 78, 23 - 79, 14 ; Arofel, cf. Al. 1229-48, R. 1173-88 ; Wi. 401, 10 - 402, 17 : les troupes d’Ektor, cf. Al. 5071-73, R. 4215-16.

13 Wi. 395, 25 - 396, 10 ; 427, 23 - 428, 22 ; 32, 19 - 37, 28 ; 56, 16 24 : TalimSn, Turpîûn.

14 Wi. 223, 7 - 25, cf. Al. 3988 - 89, 3976, R. 3356 - 57, 3342.

15 Wi. 96, 6 - 99, 7, véritable feu d’artifice stylistique, avec questions rhétoriques, interventions de Wolfram, métaphores, comparaisons et hyperboles.

16 Wi. 108, 23 - 109, 3, 111, 1 - 14.

17 Wi. 71, 22 - 72, 16, cf. Al. 924-925, 950, R. 956 ; W. 106, 1 - 107, 12.

18 Wi. 333, 12 - 334, 2 : fuite d’un guetteur ; 433, 24 - 30 : fuite générale ; id. Wi. 434, 24 - 436, 10 : les Chrétiens les poursuivent comme les chiens le gibier, cf. Al. 6790, 6812-20, R. 4943.

19 Wi. 438, 4 - 30 : les types de navire par lesquels ils essaient de fuir, vivante évocation - absente d’Al. - d’un indescriptible désordre, cf. Al. 6796 - 6801, 7321-25.

20 Wi. 15, 30 - 16, 24, avec comparaisons, hyperboles et interventions de Wolfram.

21 Wi. 400, 23 - 401, 18 ; 403, 11 - 405, 19, au style épique et hyperbolique ; 409, 13 - 410, 3 : l’écu de Cliboris, d’une extrême richesse.

22 Wi. 293, 24 - 294, 30, cf. Al. 4500 - 502, 4514, R. 3810-12.

23 Wi. 425, 25 - 426, 27, cf. Al. 5986 - 6006, R. 4755 - 74.

24 Wi. 356, 1 - 357, 11 : avec l’histoire du casque, oeuvre de Trebuchet.

25 Wi. 19, 18 - 27, addition.

26 Wi. 20, 4 - 9 : "man gesach den liehten summer / in sô maneger varwe nie, / swie vil der mere uns brâhte ie / fremder bluomen underscheit : manec storje dort geblüemet reit, / gelîch gevar der heide".

27 Wi. 20, 13 - 26 : "si mohten under hundert man / einen kûme zîser hân."

28 Wolfram appelle les Sarrasins "die gezimierten".

29 Wi. 23, 15 - 24, 15 : sa bannière porte l’effigie de l’Amour avec sa flèche.

30 Wi. 54, 28 - 55, 14 : tous ces cadeaux de son amie lui coûteront la vie, souligne Wolfram.

31 Wi. 76, 11 - 29 ; 387, 1 - 15.

32 Wi. 26, 9 - 24 : "daz was almeistic minnen her".

33 Wi. 254, 26 - 27 ; 255, 4 - 27, 256, 7 - 10 et 266, 19 - 267, 2 : elle évoque la vaillance et l’amour pour dépeindre ses parents perdus, en particulier Nöupatris et Tesereiz.

34 Wi. 346, 4 - 17.

35 Wi. 19, 25 - 29.

36 Wi. 304, 1 - 30, addition de Wolfram.

37 Wi. 19, 17 "von den gotes soldieren".

38 Wi. 420, 10 - 18, cf. 15 - 18 : "hurtâ, wie der markîs / den bêden leben warp dâ prîs, / dises kurzen lebens lobe, / und dem daz uns hôh ist obe !"

39 Wi. 37, 14 - 38, 30, cf 38, 28 - 29 : "die heidenschaft wart des ermant, / dâ v. on diu helle wart gefreut".

40 Wi. 29, 13 - 30, 21 ; 76, 14-21 ; 345, 25 - 30.

41 Wi. 30, 20 - 22 ; 347, 4-5, 16 - 20 ; 378, 1 - 30 (Tesereiz) ; 222, 22 - 28 ; 349, 1 - 6 (éloge de Terramêr), 387, 1 - 15 (éloge de Wolfram) (Josweiz) ; 22, 1 - 9 ; 342, 1 - 6 (Halzebier).

42 Wi. 427, 14 - 22 ; 428, 1 - 2.

43 Wi. 462, 30 - 463, 9, par la bouche de Willehalm, qui rend hommage à son courage, sa loyauté, son honneur et sa largesse.

44 Wi. 342, 7 - 343, 30 ; 11, 6 - 11 ; 354, 23 - 355, 7 : "si liez ouch Tybalden, / den sûezen einvalden, / den milten unt den rîchen, / den clâren manlîchen, / der enpfienc nie valscheit enkein ; / wie vert sunn durch edelen stein, / daz er doch scharten gar verbirt ? / alsô wênc hât ie verirt / Tybalden den genenden / swaz man sagt von missewenden : / sîn herze was vor valsche ie blint. / durch daz kôs ich in zeime kint, / ich gap dem ellens vesten/ der sunnen wider glesten, / Arablen die vil clâren".

45 Wi. 310, 15 - 16 : "Tybalt von Arâbî / ist vor alles untæ te vrî

46 Wi. 54, 28 - 55, 14 ; 344, 22 - 26 (Poufameiz) ; 45, 1 - 22, cf. 21, 1 - 10 (Pinel) ; 22, 10 - 29, cf. 341, 21 - 22 (Nöupatris) ; 341, 25 - 30 (Eskalibôn et Talimôn).

47 Wi. 36, 1 - 3.

48 Wi. 435, 10 - 15, cf. Al. 6812 - 14, R. 4943 ; 436, 11 - 30 ; 444, 1 - 30, Poydjus et Tedalun, addition de Wolfram.

49 Wi. 75, 3 - 20, développement de Al. 1050 - 56, où Esmerès ne parle que de ses frères tués.

50 Wi. 266, 10 - 18.

51 Wi. 266, 19 - 267, 14, cf. 266, 26 - 207, 2 : "Thesereizes her durch sînen prîs / jah, ez waere der wîbe gebot, / dâ von ir hêrre laege tôt, / gein mir und al der wîpheit / solt ungerochen sîn ir leit : / swa der marcrâve in braehte strît, / dâ kaeme alrêrst ir râche zît."

52 Wi. 7, 23 - 8, 14, cf. Al. 238 - 240, R. 263 - 265, où sa douleur n’est pas évoquée ; pour le style très noble du passage, cf. Wi : 8, 4 - 5 : "ûz freude in sorge jagete / mit kraft daz herze sînen lîp. "Le malheur de Tybalt fait le malheur de tous, Wi. 8, 15 - 27, cf. 15-21 : "nu wuohs der sorge ir rîcheit, / dâ vreude urbor ê was bereit : / diu wart mit rehten jâmers siten / alsô getrett und überriten : / von gelûcke si daz nâmen, / hânt freude noch den sâmen / der Franzoyser künne."

53 Wi. 343, 1 - 2 : "Der manlîch und der kurtoys / Tîbalt der Arâboys."

54 Wi. 342, 7-343, 30, cf. 343, 4 - 6, 8 : "doch hât diu werdekeit ir fluht / nu lange an mir rezeiget : / hete ich prîs, der wart geneiget", "diu gâb al mîner freude mat".

55 Wi. 420, 22 - 421, 17, addition.

56 Wi. 107, 13 - 25, addition

57 Wi. 347, 21 - 30, addition.

58 Wi. 355, 9 - 30, addition

59 Wi. 11, 19.

60 Wi. 334, 17 - 335, 20, cf Al. 4973-80, R. 4147 - 53, où la charge est moins franche.

61 Wi. 44, 1 - 30 ; 107, 13 - 108, 22 ; 337, 13 - 340, 3 ; 345, 11 - 13 ; 349, 8, 16 - 18.

62 Wi. 43, 1 - 30 et 339, 28.

63 Wi. 109, 17 - 29 : une pierre au cou, brûlés vive ou pendue par les soins de Tybalt.

64 Wi. 340, 4-11, addition de Wolfram.

65 Wi. 71, 22 - 72, 16, cf. Al. 924 - 925, R. 956 ; Wi. 358, 10 - 20 : Kanliun, fils de la première femme de Terramêr.

66 Wi. 398, 20 - 399, 6, addition.

67 Wi. 404, 14 - 21, addition.

68 Wi. 449, 18 - 29, addition.

69 Wi. 351, 28 - 352, 17, addition ; cf. 352, 14 - 17 : "er selbe was vertôret, / daz er an si geloubte / unt sîn alter wîsheit roubte, / als ob er waer nâch jugende var."

70 Wi. 306, 27 : "hoert eins tumben wîbes rât".

71 Wi. 306, 28 : "schônt der gotes hantgetât !"

72 Wi. 306, 29 - 13.

73 Wi. 307, 14 - 15 : "die heiden hin zer flust / sint alle niht benennet".

74 Wi. 307, 16 - 22.

75 Wi. 307, 26 - 28.

76 Wi. 215, 10 - 221, 27 : Gyburc et Terramêr, long dialogue sur les fondements de la foi chrétienne. Gyburc y insiste encore sur la notion de Dieu miséricordieux.

77 W 450, 15 - 19 : "die nie toufes künde / enpfiengen, ist daz sûnde, / daz man die sluoc alsam ein vihe ? / grôzer wunde ich drumbe gihe : / ez ist gotes hantgetât".

78 Wi. 449, 18 - 29.

79 Wi. 450, 21 - 30.

80 Wi. 462, 26 - 463, 1, addition.

81 Wi. 466, 4 - 13, addition, cf. 466, 19-21 : "ich êre dermit et sînen art, / des mir ze kürzwîle wart / an mînem arme ein süezez teil".

82 Wi. 340, 4-11.

83 Wi. 338, 21 - 30, addition.

84 Festschrift für G. Ehrismann, Berlin - Leipzig, 1925, pp. 80 ss.

85 Wi. 215, 10 - 221, 27 ; 306, 1 - 310, 29, additions de Wolfram.

86 Wi. 253, 6 - 259, 12 ; 266, 10 - 268, 2 + 12 - 30, additions.

87 Wi. 262, 1 - 263, 11, addition.

88 Wi. 192, 27 - 194, 30 ; 230, 19 - 231, 3 ; 292, 27 - 293, 12, additions.

89 Wi. 213, 4 - 15, cf. v. 5 : "von arde ein zuht im daz geriet" ; 284, 6 -285, 22 : Wolfram excuse les frères de Rennewart, qui ne l’ont pas abandonné, comme il le croit, mais qui ne savent ce qu’il est devenu.

90 Wi. 286, 27 - 288, 2 : victime des cuisiniers, il se sent seul et abandonné, lui que la nature a fait pour servir les dames.

91 Wi. 201, 24 - 202, 18, cf. Al. 3823 - 3930 ; Wi. 281, 17 - 282, 4, cf. Al. 4364 - 4670, R. 3664 - 3938.

92 Grâce à Wolfram, on passe du "wilder heide" au "edler heide", et Wolfram accumule les épithètes les plus nobles pour définir les Sarrasins, cf. 356, 1 : "der getriwe heiden", ou 26, 12 : "manec heiden vil gehiure".

Auteur

Université de rouen

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540