Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Arcanes de l’orient chez Peire Cardenal

Roger Lassalle

Texte intégral

Préalable :

1Vaut-il la peine de rechercher à tout prix, c’est-à-dire sans considération du temps ni d’une énergie qui se fût mieux employée sur un autre terrain, l’identification des noms de lieu et de personne rencontrés dans des textes anciens, spécialement médiévaux ?

2On peut estimer que non, en se fondant sur deux catégories d’arguments :

  1. Les déformations des mots étrangers au domaine linguistique des auteurs sont telles et à ce point aberrantes que l’effort d’identification est aléatoire et s’appuie plus sur l’imagination que sur une démarche philologique.
  2. A supposer que des vraisemblances soient acquises, était-il opératoire, du moins à l’occasion d’oeuvres lyriques ou narratives, de conquérir des précisions alors que la visée de l’auteur n’est ni historique ni géographique mais esthétique ?

3On peut cependant estimer que oui, s’il est vrai que :

  1. Il n’y a pas plus de raisons de considérer comme négligeable un locus desperatus d’onomastique ou de toponomastique que tout autre point critique. La multiplicité et l’étrangeté des désignations problématiques en matière de noms propres n’excèdent pas l’extrême fluidité de la morphologie au sein d’un dialecte donné.
  2. Il est du plus haut intérêt de pouvoir apprécier la nature et la qualité des références constituant un bien culturel propre à l’auteur, d’autant que ce bien propre ne lui est pas personnel de façon ezolusive mais dépend d’un legs global, d’un paysage d’ensemble, de points d’ancrage collectifs où se fixe la culture générale d’une certaine époques.

4Toutefois il apparaît que nos exigences d’authenticité dans la référence géographique et historique, dans l’exactitude en quelque sorte philologique, ne s’imposent pas à l’écrivain médiéval (ou à son copiste), mais qu’il se permet de broder, de jouer sur les ai’fixes en vertu de certain privilège du poète qui ne peut qu’exceptionnellemert s’exercer sur la phonétique et la morphologie mais trouve paradoxalement plus de légitimité dans l’ordre des noms de personne et de lieu appartenant à une mythologie… parce qu’ils appartiennent à une mythologie. Mais remarquons que cette mythologie n’offre d’importance que si elle se fonde sur des valeurs définissables, lêve oriental, mythes de l’Crist formulation rebattue depuis l’âge romantique, mais qui, appliquée à qualque poésie que ce soit et plus particulièrement aujourd’hui à l’oeuvre de Peire Cardenal, doit éveiller la recherche plutôt que de l’engourdir dans quelque paresse orientale !

  • 1 Poésies complètes du troubadour Peire Cardenal (1180-1277), publiées par Bené Lavaud, Privat, Toul (...)

5Le conte de l’onguent absurde et merveilleux (LIII)1 se pare d’us merveilleux exotique, et cet exotisme est orientait

91 Entorn la revironda
A mes la mar prinda
E-l saut de Maribonda
E-l ost d’Archimalec.
95 Capadosi e Grec
Lo feron a Malbec,
Otra part Ermenia,
E-l soudas de Turquia
Trames lo l’autre dia
100 Say als France per presen.

6Six vers de matière orientale et qui constituent le pendant d’une matière courtoise énumérant Tristan et Iseut, Floire et Blanche-fleur, Pyrame et Thisbé… ; double décor merveilleux de cette merveille de la glyptique l’imaginaire ; le vase où se fond l’onguent incroyable. Mais cette matière orientale recèle bien des mystères en soa expression même, indépendamment de sa singularité dans l’oeuvre de Feire Cardenal où elle fait figure d’exception, et dans la littérature d’oc où les références orientales n’abondent pas.

A. -Bouffonneries authentiques ou truffes interpolées : ROAIS

7v. 35 (?) dece Dig (o Crida) : E trufas de Roais.

  • 2 Outre la note de Hené Lavaud, page 473, on pourra se référer concernant Roaix (Roais-Rohais) à la (...)
  • 3 Pierre Desrey. —Histoire des Croisades, publiée vers (sic) l485 : en particulier ce propos : "tout (...)

8Parce que oe vers s’ajoute à un ensemble de quatre vers dans un ensemble qui ne présente pas de groupes supérieurs à quatre vers, l’excellent éditeur René Lavaud le considère comme interpolé2. Faisons-nous l’avocat de l’interpolation ! le vers" E trufas de Soais"n’en existe pas moins. Ces truffes de Reaix ou bouffonneries d’Edesse ont une source ! Reconnaissons qu’après avoir, voici quatorse, plaidé pour une lecture plurielle ou ambiguë de la formule, nous sommes aujourd’hui amené à pencher pour une vue "singulière" des choses. Les truffes de Reaix, certainement succulentes mais peu célèbres en 1981, ne jouissaient pas au treizième siècle de moyens tels de publicité qu’elles eussent pu s’imposer à l’inspiration de tout ponot… et d’ailleurs, si c’eût été le cas, c’est leur succulence qui eût été réputée, non leur vanité : le contexte énumère en effet des valeurs irréelles, fugaces, du vent ! Or, du vent tel était le message de Rohais, de cette Edesse capitale d’un Etat chrétien qui vécut oomme tel cinquante années seulement (1197-1146). Gn savait que sous ce nom ou sous celui d’Ourfa, Edesse la ville aux trois cents couvents et aux trois cents mirages, avait subi un sac impitoyable. D’où la seconde Croisade, qui ne la recouvre pas. Mais, pour les illussions qu’elle entretient en Occident, Rohais-Edesse est une référence constante des poètes, des chroniqueurs et des historiens, comme l’atteste encore l’Histoire des Croisades de Pierre Desrey3.

9La Callirhoè des (Grecs d’Asie, capitale de l’Osroène sous les Remains, devenue Edesse puis Urfa, avait été célèbre pour ses fabrications d’armes, sa sidérurgie…, quels rapports entretenait-elle avec Malbec, cette cité des Cappadociens et des Grecs dont il va être question v-95 ? Be proximité certes, mais sans doute aussi de similitude industrielle.

10N’anticipons pas cependant, d’autant que, pour le moment, c’est de vanités qu’il s’agit, et que la célébrité de Rohais en pays d’oc s’inscrit dans un mythe qui s’embarrasse peu de bilans économiques mais prospère sur les souvenirs de la Première Croisade, à laquelle participa "le plus riche de ceux qui prirent la croix" Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, que suivaient maint seigneur d’oc, et l’évêque du Puy, légat du Paperon en parlait au Puy-en-Velay !

B. -Roais mythe entre les mythes

11Mais du vieux mythe de l’enchantement, Roais cité de foi chrétienne et de prospérité, de richesse fabuleuse, on est passé, de Croisade en Croisade, au mythe de la vanité, comme l’attestent sinon Bertran de Born, du moins un Guillem de Berguedà et un Peire Cardenal. Les implications du nom ont changé : d’autres croisades ont eu lieu, où l’ennemi ne se définissait pas avec autant d’évidence qu’à la belle époque ! Et s’agissait-il de délivrer Jérusalem, d’anéantir le Turc ? L’allusion au"soudan de Turqui à "donateur, situe le conte dans un monde flou où rien ne signale plus qui est l’ami, qui est l’ennemi de qui ? Se rappelant sans doute que, selon Joinville, le roi Louis IX avait reçu des soudans de Coyne (iconium), de Damas, etc., cadeau merveilleux sur cadeau merveilleux, lené Lavaud émet l’hypothèse que le vase d’art contenant l’onguent merveilleux soit l’hommage de quelque soudan au piteux rescapé d’Hyères ! Si l’on veut bien se placer au point de vue d’un poète ocoitan, mSme rallié par force en ce "siècle du combat", il faut renoncer à l’idée que le roi du oonte ait d’autre réalité que conceptuelle, ou que le cadeau soit d’autre essenoe qu’imaginaire…

12Notre thèse est que tout le poème est mythique, que le roi dispensateur d’onguent est imaginaire (ou conceptuel), quels que soient le réalisme des ingrédients constitutifs de l’onguent (vents, mais se référant à des objets, animés ou non, de notre pratique, par exemple… les galéjades d’Edesse), et la vérité des allusions littéraires, ou historiques, ou géographiques ; que toutes réalités, ornement du vase, éléments de l’onguent, roi dispensateur de santé, s’exténuent en vent, en dérision… sauf pour l’essentiel, le mythe lui-même : mythe du conte imaginé, mythe de ses acteurs, mythe de l’instrument, tant pour le contenu que pour le contenant et son décor, lui-même fondé sur la donnée culturelle des couples immortels d’amants et sur celle de certaines images issueB des Croisades, - données elles-mêmes de nature mythique.

13Ce décor est (n’est que ?) faveur du loisir d’art, d’un jeu intellectuel qui le veut suggestif de beauté somptueuse et somptuaire, tout à fait accomplie : là réside sa oonsistance.

C. -Autres arcanes, c’est-à-dire autres mythes

14Ainsi en est-il de cette "mar prionda", du saut de Maribonda, de l’ost d’Archimalee, décors de ce bouclier d’Achille occitan, ou plus proprement de oet entour, "revironda", du couvercle qui ferme le vase d’art.

  • 4 in Actes du Vème Congrès de Langue et Littérature d’Oc et d’Etudes franco-provençales, Nice, sept. (...)

15a/ mar prionda : nous maintenons notre interprétation de 19674 selon laquelle cette expression désigne la Méditerranée. Nous avons dit alors que"prionda"représentait le latin"profundam" (cf. la glose dans E-Mtprofundum dicitur id quod altum est ac fundum longe habet) et ne dissociions pas les racines de "fundo"et de "fundus". Certes Madame Rita Lejeune nous avait alors fait remarquer que "mar prionda"avait désigné la Manche par opposition avec "mar salsa" la Méditerranée ; mais, tout bien considéré et pour des motifs de vraisemblance, une vraisemblance organique dans notre poème, il nous paraît que "mar prionda", sans désigner expressément la Méditerranée géographique, énonce ici la notion d’une mer impressionnant et conçue comme "profonde", avec tous les risques que ce caractère fait imaginer.

  • 5 a/ Voir encore, entre autres cas, Valfunde (v. é 23), Bramimunde (v. 634) dans La Chanson de Rolan (...)

16b/ Nous avions lancé l’hypothèse d’une espèoe d’identité entre "mar prionda" et "Maribonda", du moins d’une astuce, Maribonda étant créé circonstanciellement par Peire Cardenal sur le modèle d’un certain nombre de noms propres en -unda/onda (Trebi sonda, Esclarmonda, Rosamonda, etc.5) Le saut de Maribonda, ç’aurait été le saut des hommes jaillissant des huissiers sur un rivage nommé par décret poétique Maribonda, autrement dit "Mer profonde". Hypothèse peut-être aventureuse à laquelle nous substituons le schéma plus pertinent que voici.

17L’une des merveilles de l’Orient, depuis une Antiquité très reculée le barrage céda en 540, 450, 250 avant J. C- était cette retenue immense qui au remen, captait par une digue immense le torrent d’al-Arim. Assouan de cette époque, le barrage, célébré par Strabon, Pline l’Ancien, P. émée, etc. vaint à ses bâtisseurs une solide réputation d’hydrauliciens. Ce barrage en pierres de taille plombées, équipé de trois vannes, garantit la fertilité d’un pays autrement pierreux, et lui vaut l’épithète latine de "felix". La richesse divine de la future Marib tient d’une part à la luxuriance du val irrigué grâce au barrage, d’autre part et consécutivement, au commerce que l’Arable heureuse pratique avec l’Ethiopie par la Corne, avec l’Egypte aussi, la Phénicie, la Syrie (or, pierres précieuses, épices, aromates et surtout encens), Edesse étant l’une de ses étapes.

  • 6 Horace, Odes, I, 291
    Icci, beatis nunc Arabum inuides
    Gazis et acrem militiam paras
    Non ante deuictis (...)

18Comme Horace le disait déjà6, c’est le pays des Sabéens, de Saba, autrement appelée Mara, Mariaba, et encore Mareb, Marib et aussi Sabotai !. Mais o’est Marib qui nous importe. Le saut de Maribonde, c’est à notre avis le défilé de Marib, et peut-être même la ohute de Maribonde, son barrage. Nul doute que dans la région de Roais, en Syrie et dans tout l’Orient il y ait eu une légende de Marib, comme du pays de Saba, partout colportée sur les routes des bergers et des soldats, vivifiée par l’imagination des Croisés et rapportée, comme ailleurs, en pays d’oc.

19En ce qui concerne le suffixe -undus, nous conservons notre suggestion de 1967 : c’est la terminaison des gerundiva d’abondance… et puis surtout il y a la liberté du poète qui jongle ici avee la rime -onda : Iseut la bionda, la mar prionda… et Maribonda.

20Seconde "merveille" ayant inspiré les graveurs d’élite, Grecs et Cappadociens (nous y reviendrons) : après la mer profonde, avant l’ost redoutable et admirable, l’ost d’Archimalec.

21c/ Cette armée d’Archimalec est, à l’évidence/celle d’un chef célèbre, victorieux sans doute mais au moins prestigieux ; au prestige légendaire fondé en Occident sur les dires des Croisés qui avaient réohappé aux affres de la Troisième Croisade. Saladin ? Si ce n’est lui, c’est donc son frère, c’est donc quelque "Soudan" ; c’est donc, suggérerons-nous, un personnage abstrait et comme conceptualisé sous un vocable d’allure orientale : Archimalec (cf. Malik, nom habituel du roi, et nom, diversement étoffé, de divers souverains).

  • 7 "Sa grans richesce apparut en un paveillon que li roys d’Ermenie envoia au roy de France." ch. XXX (...)

22Même conceptualisation quand Peire Cardenal évoque le Soudan de Turquià, et tout aussi bien quand il parle de "don", -cette appellation de Turquià ne devant pas faire illusion : c’est tout l’Orient qui est ainsi désigné ; derrière ce "don", c’est une pratique banale qui est rappelée. L’important réside dans le geste, qui atteste l’extrême complexité des relations de courtoisie, comme de conflit, sur tout l’espace géographique des Croisades ; et aussi dans la somptuosité des richesses, celles qu’on dispense en d’incroyables cadeaux, et celles que suppose l’ampleur des dons. D’où ces descriptions qui, de la part des Croisés, expriment un étonnement et une admiration solidaires de leur propre dénuement, ainsi que de la pauvreté relative de l’Occident. Une bonne présentation de "merveiles" est fournie par Joinville comtant le séjour de Louis IX à Cypre7, mais on peut tout aussi bien penser aux présents promis à Canelon et décrits par les chefs sarrasins.

23Reste l’arcane du préfixe "archi". Quoique René Lavaud récuse cette hypothèse, une solution poussait êre avancée dans l’ordre de la contamination : Peire Cardenal est un clero qui connaît évêques et archevêques, et la transposition s’effectuerait tout naturellement de dignité spirituelle d’Occident à dignité… spirituelle d’Orient, de cet Orient où le chef d’armée est révéré comme soldat du Prophète.

D. -Un chef d’oeuvre fait à Malbec

24Chef d’oeuvre réalisé par les Cappadociens et les Grecs à Malbec. Arrêtons-nous à cette mention d’émules de Ghiberti, ces fabricants émérites qui sont dits Cappadooiens et Grecs. Les doit-on distinguer les uns des autres ? Certes non, ni pour l’unité de l’oeuvre d’art qu’ils accomplissent nécessairement de consert, ni pour l’union dans un même lieu, d’atelier, Malbec.

25Et d’abord les Cappadociens : séparés de l’Arménie par l’Euphrate, ils ont longtemps cohabité politiquement avec les Arméniens et ne sont tombés qu’en 1071 sous le règne des Turcs sed joucides. L’une de leurs cités importantes est cette Mélitène, ensuite Malatia, capitale de la Petite Arménie où se déroula le martyr de Polyeucte. La confusion religieuse et politique caractérise ces confins de la Cappadoce, de l’Arménie et de la Syrie. Rien d’étonnant à ce que le Soudan de Turquie ait offert au Bol chrétien un présent confectionné par des sculpteurs cappadociens… et grecs ; les Grecs, disséminés à travers tout ce pays depuis l’hellénisation alexandrine de l’Orient apportant sans doute aux Cappadociens leur savoir-faire, leurs recettes d’art, et les Cappadociens témoignant pour les Grecs de leur compétence islamique : ils pratiquent en effet le sabéisme, ce culte des corps célestes qui se diffusa dans toute l’Asie antérieure, savent ce qu’est le val de Marib, et imaginent très naturellement tout ost groupant contre les envahisseurs d’Occident mille contingents hétéroclites, parmi lesquels les peuples de Saba apportent une contribution digne de leur notoriété et de leur richesse.

  • 8 cf. Joseph Anglade. -Grammaire de l’ancien provençal, Klincksieck, Paris, 1921, s. v. "part".

26Mais… Malbec ? Localité inconnue selon René Lavaud. Nous proposons de l’identifier à Malatia, d’autant que oette localité est proche de Roais-Edesse où dans le courant du onzième siècle s’exerce une influence considérable des Arméniens. La poussée des Turcomans à partit des années 70 confine les Arméniens dans les régions d’Antioche et d’Edesse, devenues plus tard sièges d’Etats francs. Malbec est situé "otra part Ermenia"8, c’est-à-dire, d’après nous, loin du côté de l’Arménie. La localisation de René Lavaud dans la partie orientale de l’Arménie, donc dans des lieux étrangers aux Cappadociens nous parait illusoire. Nous proposons Malatia, cité du côté de l’Arménie, vers l’Ouest plutôt que vers l’Est, mais "hors" Arménie. Coup double, puisque l’Arménie est citée et qu’elle est elle-même lieu de mythique richesse, célèbre par son art (le soudan d’Erménie est très riche, qui fait présent A louis IX d’un splendide pavillon à lui-même offert par un ferrais du soudan de Coyne).

27Quoi qu’il en soit, de géographie précise du monde mythique de l’Orient, le poète, qu’il s’appelle Victor Hugo ou Peire Cardenal, n’en connaît pas. Si bien qu’il faut parler d’une géographie autre, imprécise si l’on veut, ou plutôt gérée par l’imagination. Arbitraire mais fondée. Ici tout entière centrée sur l’atelier de Malbec : c’est là qu’on forge le vase et son décor. Sur ce vase sont gravées les marques et les valeurs du monde oriental de ce temps : mer, terre, ost, avec art. Pas seulement, puisque le premier thème des artistes, c’est l’amour courtois, et que Peire Cardenal se complaît à énuraérer les couples célèbres de la mythologie amoureuse selon l’éthique de son temps ; mais de ce beau mythe, le songe du poète court pour le lui associer vers un autre mythe, celui de puissances étonnamment invincibles ou inaltérables. L’un et l’autre de ces mythes nous entraînent vers des mondes spiritualisés, vers une vision transcendante du destin. Vide d’onguent merveilleux, le vase oriental, fabriqué à Malbec par Grecs et Cappadocciens, joue pour le poète et pour nous-mêmes le rôle d’un merveilleux onguent ; il conjoint monde oriental et monde occidental dans leur plus haute capacité de susciter l’imaginaire. En un moment de l’histoire où l’esprit de croisade est dévalorisé par ses échecs et par ses excès, par ses ambiguïtés et ses perversions, où le pays d’oc assiste à sa dépravation, dont il est la douloureuse victime, Peire Cardenal, ce réaliste, append pour un jour au mur de sa cellule cléricale le fouet de la satire et lui substitue le style serein du contemplateur d’art et du pur idéaliste.

Conclusions :

28De nos hésitations et supputations il appert essentiellement qu’il serait erroné de chercher en ce passage des notations rigoureuses concernant l’Orient :

29a/ d’abord parce qu’à l’époque où fut conçu ce poème, il n’est pas de science au sens moderne du terme. Peire Cardenal ne pense pas l’histoire sous forme d’une chronologie ni la géographie sous forme d’une cartographie. Déjà vraie en ce qui regarde l’Occident, cette observation l’est à fortiori en ce qui regarde l’Orient, mais le flou, dans le cas de l’Orient, s’aggrave par la difficulté de l’information et par la confusion des rumeurs ; ensuite, parce que Peire Cardenal ne s’impose nullement l’effort de vérité qui, chez le Chroniqueur, supplée la méthode historique. Poète, il lui suffit d’une coloration. On parlera cependant de géographie et d’histoire par marques interposées, utilisées comme signifiantes, faciles à reconnaître et capables de susciter les mécanismes de l’imagination chez l’auditeur/lecteur. Arbitraire, mais arbitraire fondé.

30D’où la série d’enquêtes auxquelles nous avons voulu procéder, même si elles n’aboutissent qu’à des vraisemblances. Valait-il la peine, puisque l’ensemble du poème est inspiré par l’esprit de dérision. Oh ! le sujet n’est pas inconsistant, mais il consiste dans l’inconsistance ! l’onguent est inconsistant et sa merveille n’est pas d’efficace, mais d’irréalité, de vent et de néant… verbe mis à part.

31Tout son verbe, mais encore ? Le poète aurait bien pu, mais eût-il été poète ? se plaire dans la fonction d’un bonimenteur dont le nihilisme eût garanti l’audience auprès de tels ou tels clercs immatures et incultes. Ce serait faire injure à notre auteur que de le ravaler au rang d’un amuseur. Ne faut-il pas plutôt estimer que le phénomène de le dérision fonctionne ici de façon plus subtile et plus positive ? Proposons donc le schéma que voici :

  1. Le monde est dupé par les fausses valeurs, plaisantes à manipuler. Mais quel monde ? Celui des malhonnêtes gens auxquels il est piquant de promettre monts et merveilles. Accoures et voyez : vous serez déçus !
  2. Le monde, celui des honnêtes gens, rachète l’humanité déchue par la contemplation des vraies valeurs, des vraies richesses concrétisées et symbolisées par l’oeuvre d’art. Accourez et voyes : vous serez comblés !

32Ces vraies richesses assurent la joie intellectuelle et morale de oes artistes qui gravent et chantent les amants parfaits ou les forces épiques, artistes orientaux aptes à exalter tous les mythes, d’Orient et d’Occident : signe que, pour Peire Cardenal, l’Orient est, par excellence, le lieu des mythes. Mais le poète et ceux qui accueillent son message partagent cette joie, cette fête de l’imagination.

33Tout le poème existe pour son élément sérieux (ce n’est plus pour rire), pour son élévation esthétique. La verre des énumérations et le bagou du crieur culminent ailleurs qu’en eux-mêmes, dans ces quelques vers où deux formes se rencontrent, celle de la poésie descriptive et de la sculpture descriptive, celles content l’humanité ou deux mondes, celui de Tristan et Iseut, et celui des fascinations orientales, se conjuguent pour dire où est le vrai : il est dans l’art qui conte les aventures courtoises des uns, les mystères de la mer, de la terre et des armes, là-bas ! L’Orient équilibre l’Occident dans ce que l’un et l’autre présentent de plus mythique à l’admiration des hommes.

34Mais, de même que notre imagination revoit, revit,… court et poursuit, sur les traces des quatre, dix, quinze, cent couples d’amants parfaits et douloureux, il faut qu’elle sache quel sens fondamental attribuer aux notations orientales ; il faut que quelque lumière, même incertaine, voire fallacieuse, vienne éclairer les signes de l’Orient, pour que nous puissions nous faire nous-mêmes artistes et tâchions de créer à leur invite une réalité d’art : c’est à cette condition que le dérisoire trouvera sa pleine légitimité"

35Les "arcanes de l’Orient" : oui, mais il faut y jeter le plus de clarté possible. Seule la recherche philologique, historique, géographique, exercée sur les noms de lieux ou de personnes, libère l’imagination et justifie dans notre temps l’entreprise d’un poète qui écrit assurément pour son époque mais aussi pour toujours"

Notes

1 Poésies complètes du troubadour Peire Cardenal (1180-1277), publiées par Bené Lavaud, Privat, Toulouse, 1957.

2 Outre la note de Hené Lavaud, page 473, on pourra se référer concernant Roaix (Roais-Rohais) à la note très affinée de Martin de Biquer dans son édition de Guillem de lerguedà, Abadia de Poblet, 1971, poèmes V et XXVI, ainsi qu’à Bertran de Born, poèmes 8 et 33 de l’édition Appel (Balle, 1932), I. E. nos 08 et 37 de la "previous edition" en instance, par Paden-Sankovitoh-Stäblein (PSS), U. S. A.

3 Pierre Desrey. —Histoire des Croisades, publiée vers (sic) l485 : en particulier ce propos : "tout le pays de Surie, d’Antioche, de Rohays et autres plusieurs.
On retiendra aussi ces vers de Guillaume Apollinaire :
"Que n’alla-t-il vivre à la cour du roi d’Edesse
Maigre et magique il eût scruté le firmament
Pâle et magique il eût aimé den poétesses
Juste et magique il eût épargné les démons" (Le larron)

4 in Actes du Vème Congrès de Langue et Littérature d’Oc et d’Etudes franco-provençales, Nice, sept. 1967, Les Belles-Lettres, Paris,

5 a/ Voir encore, entre autres cas, Valfunde (v. é 23), Bramimunde (v. 634) dans La Chanson de Roland, édité par Gérard Moignet, Mordas, Paris,
b/sur Marib, consulter Le Coran, sourate IXXIIV, 15-16, édition bilingue. Trad. et comm. par le Cheikh Si Hamza Loubakeur, Fayard, Paris, 1979 ; ainsi que : Régis Blachère. -Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xvème siècle, Maisonneuve, Paris, 1964, Passim et spécialement pp. 13, 14, 16, 53, 753.

6 Horace, Odes, I, 291
Icci, beatis nunc Arabum inuides
Gazis et acrem militiam paras
Non ante deuictis Sabacae
Regibus horribilique Medo
Mectis catenas ?…

7 "Sa grans richesce apparut en un paveillon que li roys d’Ermenie envoia au roy de France." ch. XXXI, éd. Natalis de Wailly, Hachette, Paris, 12ème éd. 1931.

8 cf. Joseph Anglade. -Grammaire de l’ancien provençal, Klincksieck, Paris, 1921, s. v. "part".

Gérard Moignet. -Gramaaire de l’ancien français, Klincksieck, Paris, 1973, p. 328 (mais l’"autre part" cité s’analyse différemment de notre "otre part").

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540