Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Premières missions en Mongolie : rencontre de deux mondes

Claude Kappler

Texte intégral

19 avril 1241 : Les Mongols prennent Cracovie. Puis ils marchent sur Vienne. Frédéric II lance un cri d’alarme. Toute la chrétienté se voit à la veille d’une colonisation sans précédent : l’Empire Mongol est sur le point de s’approprier le monde.

2Par "chance", la mort du Grand Khan Ogodaï et la nécessité d’en élire un autre mettent fin, provisoirement, à cette conquête triomphale et les Mongols refluent vers l’Est, bien décidés toutefois à revenir.

31245 : Concile de Lyon. Il s’agit de mettre à l’étude toutes les mesures susceptibles de conjurer le danger mongol :

  • Exhorter les princes européens à l’union.
  • Créer un fonds de guerre.
  • Envoyer des missionnaires.

4C’est cette dernière initiative qui nous intéresse. Les missionnaires, choisis dans les deux grands ordres mendiants, sont des personnalités hors du commun : cultivés, diplomates, vigoureux, aventureux, prêts a tout et, en particulier, à sacrifier leur vie. Les conditions du voyage sont épouvantables, les climats traversés sont très rudes (le sud de la Sibérie, par exemple), les épreuves multiples : les premières hordes tartares rencontrées sont les pires. On n’échappe pas au pillage : passer ces premiers barrages demande des trésors de patience et de diplomatie. Certains y réussissent, d’autres échouent. Le but de ces missions est à effets multiples :

  • Observation, espionnage : quelles sont les forces des Tartares, quels peuples leur sont soumis et de quelle manière, quels sont leurs moeurs, quelles sont leurs méthodes de guerre.
  • Exploration : reconnaître les routes et le terrain, les lieux où faire passer des armées.
  • Diplomatie : persuader les princes mongols de renoncer à dévaster l’Occident et cela par le biais de la religion : les convertir au christianisme afin de neutraliser leur expansionisme. Réunification religieuse : rencontrer et "recycler" les Chrétiens qui vivent sous domination mongole, en particulier les Nestoriens. Réunir l’Eglise schismatique grecque à l’Eglise romaine.

5Ces "missionnaires" n’avaient donc rien de saint sulpicien et devaient ressembler plutôt à Frère Jean des Entomeures.

61245 : des Franciscains sont envoyés en mission chez les Mongols : Laurent de Portugal et Jean du Plan de Carpin (un italien envoyé par le Pape Innocent IV). Deux missions distinctes, mais seul Plan Carpin rapporte une relation. Il part de Lyon en avril 1245.

71246 : des frères Prêcheurs vont vers le Khan Batou : Nicolas Ascelin est le chef de la délégation ; parmi ses compagnons, André de Longjumeau et Simon de St Quentin. Ce dernier relate le voyage. Sa relation intégrale a disparu, mais on en connaît une grande partie par Vincent de Beauvais.

87 mai 1253 : Guillaume de Rubrouck, Franciscain, envoyé par St Louis quitte Constantinople pour la Mongolie.

9La mission de Jean du Plan de Carpin fut une réussite en ce sens qu’il put cheminer d’un camp mongol à l’autre et progresser jusqu’à celui de Batou puis celui de Cuyuk. Partout il put établir les contacts nécessaires et exposer les raisons de son ambassade. Les lettres du Pape disaient en substance : il est souhaitable d’établir la paix entre Chrétiens et Tartares ; que ceux-ci se fassent Chrétiens car c’est la seule manière d’être sauvé ; les massacres qui ont eu lieu en Hongrie, Moravie et Pologne n’ont aucune excuse car il n’existe entre les Tartares et le Pape aucun différent. Que les Tartares fassent pénitence car ils ont gravement offensé Dieu. D’autre part, qu’ils veuillent bien, maintenant, annoncer leurs intentions.

10Le ton de ces lettres est très ferme : c’est celui d’une puissance sûre de sa valeur, de son droit à parler en première du monde. Or ces prérogatives sont précisément celles des Mongols. Eux aussi se prennent pour les meilleurs, ils sont convaincus d’avoir reçu du Ciel la mission de conquérir le monde, ils entendent que toutes les nations leur fassent allégeance et leur paient tribut. A la superbe papale de droit divin répond la superbe mongole, elle aussi de droit divin. D’un point de vue diplomatique, chacun reste sur ses positions. Cependant la chrétienté est en position d’extrême faiblesse, tandis que les Mongols sont en position forte.

11L’Europe est déchirée par des rivalités internes très graves : un violent conflit oppose le Pape et l’Empereur d’Allemagne, Frédéric II. L’élite de la chevalerie européenne est en croisade pour reconquérir Jérusalem. L’Europe doit faire face à l’intrusion étrangère : Musulmans et Mongols. L’Orient en pleine expansion se jette à la face d’un Occident très mal préparé à une riposte unitaire. C’est l’une des raisons pour lesquelles Jean du Plan de Carpin refuse d’emmener sur le chemin du retour les ambassadeurs que le Grand Khan veut lui confier :

  • 1 Jean du Plan de Carpin, dans la traduction de A. T’SERSTEVENS : Les précurseurs de Marco Polo, Art (...)

Nous avions plusieurs raisons de ne pas demander qu’ils vinssent avec nous. La première était que nous craignions qu’ayant vu les dissensions et les guerres qui étaient entre nous (Occidentaux), cela les incitât encore plus à marcher contre nous. La seconde fut que nous avions crainte qu’ils dussent être des espions de notre sol. La troisième fut que nous craignions qu’on les massacrât, parce que nos nationaux sont la plupart arrogants et fiers.1

12En effet le Frère Jean avait fait auparavant en Allemagne une expérience convaincante : des serviteurs qui étaient avec lui en habits de Tartares avaient quasiment été lapidés. Cela donne une idée des conditions dans lesquelles le dialogue était possible ! Quant au risque d’espionnage, il est d’autant plus fondé k le redouter que lui-même est allé en Mongolie pour observer et pour espionner : il réussit k se faire donner par un orfèvre l’empreinte du sceau impérial ! A la cour mongole les bavardages vont bon train entre ambassadeurs et interprètes :

  • 2 Ibidem, p. 145.

Par eux nous pouvions nous informer de toutes choses et eux-mêmes nous rapportaient tout, volontairement, et souvent sans que nous les interrogeassions, parce qu’ils connaissaient nos intentions.2

  • 3 Ibidem, p. 188.

13Une grande partie de la relation de Frère Jean est consacrée à la description des Mongols, de leur équipement guerrier, de leurs tactiques de guerre, des conditions auxquelles ils imposent la Pax Mongolica. Il veut provoquer en terre chrétienne une terreur salutaire. Il décrit la ville de Kiev dévastée par les Mongols, les tas d’ossements qui jalonnent la route (le roi Héthoum d’Arménie dit avoir rencontré une centaine de mille de monceaux d’ossemnents témoignant des massacres des Tartares). Massacres systématiques, déportation, esclavage, lourds tributs, telles sont les perspectives en cas de retour des Mongols. Or une nouvelle invasion est prévue, Frère Jean l’apprend durant son séjour à la cour : il faut que tous les pays européens "se groupent et envoient d’un commun accord des troupes pour les combattre avant qu’ils commencent à se répandre sur le monde"3. Quelles armes faut-il employer ? Les mêmes que celles des Tartares. Quelle discipline adopter pour lutter contre eux ? La même que la leur. Plan Carpin insiste beaucoup sur leur discipline rigoureuse, sur leur entente parfaite et sur leur extrême sobriété. Il faut prendre exemple sur eux. Rubrouck fera la même réflexion à St Louis :

  • 4 Guillaume de Rubrouck, trad. de A. T’SERSTEVENS, op. cit., p. 331.

Je vous dis confidentiellement que si vos paysans (je ne dirai pas les rois et les chevaliers) voulaient marcher comme le font les rois chez les Tartares, et se contenter de leur nourriture, ils pourraient s’emparer du monde4.

  • 5 BERGERON Pierre : Voyages faits principalement en Asie dans les xiiie, xive et xve siècles. La Hay (...)

14L’Occident apparaît une fois de plus (comparons avec notre xxe siècle) comme souffrant de sa propre richesse, de son besoin de luxe et de facilité. Jean du Plan de Carpin est pris entre des sentiments contradictoires : l’indignation devant ces massacreurs, le dégoût devant ces hordes grossières, la rancune devant les vexations et, d’autre part ce que je ne pourrais appeler de l’admiration mais qui est au moins du respect. Si les Mongols sont aptes à conquérir le monde, c’est grâce à un ensemble de qualités sur quoi les Occidentaux doivent prendre exemple d’urgence s’ils ne veulent être détruits. Pour porter un jugement aussi lucide, à la fois violent et sagace sur le rapport de forces entre Mongols et Chrétienté, il fallait des hommes d’une trempe exceptionnelle, Jean du Plan de Carpin ou Guillaume de Kubrouck. Avant d’évoquer ce dernier, rappelons brièvement que l’ambassade de Nicolas Ascelin, dominicain, envoyé par Innocent IV (comme Frère Jean) en 1247, se déroula au pire. Ascelin peu conciliant, rigide, échappe de justesse au martyre et sa mission est un échec. Sommés de s’agenouiller devant Batchou, prince Tartare, Ascelin et ses compagnons refusent à moins que les Tartares ne se fassent Chrétiens. Les Tartares, indignés, répondent qu’ils "n’avaient que faire de les exhorter à se rendre Chrétiens et chiens comme ils étaient ; que le Pape était un chien et eux tous aussi de vrais chiens" ; les propositions de supplice fusent de toute part, parmi lesquelles celle "de faire écorcher le principal d’entre eux (Ascelin), puis de remplir sa peau de foin et l’envoyer ainsi au Pape"5. Grâce à l’intervention de l’épouse la plus ancienne les passions s’apaisent. Voici la teneur des lettres de Batchou au Pape :

  • 6 Ibidem, colonne 72.

Par la divine disposition du Grand Khan, la parole de Bajothnoy vous est envoyée ; Vous, Pape, sachez que vos messagers sont venus vers nous et nous ont apporté vos lettres ; ils nous ont fait d’étranges discours, et nous ne savons pas si vous leur avez donné charge de parler de la sorte, ou si d’eux-mêmes ils en ont usé ainsi6.

15Le Pape n’a qu’à venir trouver le Grand Khan lui-même. Cette injonction est d’ailleurs qualifiée de "commandement et ordonnance".

16Entre ces premières missions et celle de Guillaume de Kubrouck, de nombreuses ambassades et un grouillement de voyageurs : un certain Sabeddin Morrifat David, personnage pittoresque et spécialiste des eaux troubles se prétendant envoyé d’Ilchikadaï (général mongol des troupes basées en Perse), accrédite auprès de St Louis le mythe d’un Orient en cours de christianisation, donc de civilisation. L’ambassade que St Louis envoie en retour à Cuyuk, menée par André de Longjumeau a la malchance d’arriver après la mort de Cuyuk et de se faire recevoir par l’impératrice régente Ogul Gaïmich : traités avec la dernière insolence ils rapportent à St Louis "l’ordre" de faire allégeance aux Mongols et de leur payer tribut, faute de quoi les Chrétiens seront détruits comme tous les autres peuples. Joinville note que le roi se repentit fort d’avoir envoyé une ambassade. C’est pourquoi Guillaume de Rubrouck ne sera pas envoyé en ambassadeur mais en simple moine voyageur et porteur de lettres, statut ambigu.

17Faute de pouvoir ici entrer dans le détail, constatons simplement que les contacts entre Orient et Occident étaient incessants et les perspectives multiples : politiques, diplomatiques, guerrières, religieuses. Les ambassades - officielles ou officieuses - partaient avec plusieurs objectifs : amadouer les Mongols, réunir assez de renseignements pour pouvoir les attaquer ou les refouler ; mais aussi faire alliance avec eux pour pouvoir prendre les Sarrasins à revers. Une alliance avec les Mongols pouvait peser lourd non seulement dans la lutte contre les musulmans mais aussi dans les conflits européens. Malgré la complexité des objectifs la situation se ramène à un schéma très simple : pour le Pape, il s’agit d’amener les Mongols à resipiscence ; pour les Mongols, il faut amener le Pape (et si possible la chrétienté) à se déclarer vassal et à payer tribut ! Ce schéma va se modifier en quelques années et, lorsque Rubrouck s’entretiendra avec Mangou, l’alternative est bien moins caricaturale.

18Les Mongols apparaissent en Occident sous un double aspect très contrasté : peuple satanique mais aussi peuple susceptible de se convertir. Créatures infernales, jaillies du Tartare (d’où leur nom), ils sont présentés comme des monstres assoifés de sang, inhumains, bestiaux, invincibles. Mongol est rapproché de Magog : ils sont assimilés aux peuples de l’Antéchrist, Gog et Magog, qui doivent se répandre sur le monde à la fin des temps. L’Occident n’est pas le seul à avoir considéré les Mongols comme le peuple diabolique de la Fin.

19Les Arméniens ont deux prophètes : l’un, Méthode, "prophétisa toutes choses au sujet des Ismaélites, prophétie qui s’est réalisée dans les Sarrasins". L’autre, Acacron, prophétisa qu’une race venue du Nord, les "Sagittaires", s’emparerait de toutes les terres d’Orient :

  • 7 Guillaume de Rubrouck, trad. T’serstevens, p. 324, 325.

Mais que Dieu épargnerait le royaume d’Orient pour leur livrer celui d’Occident (…). Ils parviendront jusqu’à Constantinople ; et un d’entre eux, nommé le Sage, entrera dans la ville, et voyant les églises et le rite des Francs, il se fera baptiser et donnera aux Francs le moyen de tuer les Tartares, et ceux-ci seront anéantis. (…) De sorte que le roi des Francs installera son trône royal à Tauris en Perse ; et alors tous les orientaux et tous les peuples incrédules se convertiront à la foi du Christ, et il y aura une telle paix dans le monde que les vivants diront aux morts… etc.7

20L’évêque arménien qui rapporte cette prophétie ajoute, à l’adresse du roi des Francs :

"Comme les Sues, dans les limbes, attendaient la venue du Christ pour être libérés, ainsi nous attendons votre venue pour être libérés de cette servitude où nous sommes…"

21Pour ces Orientaux, les Arméniens, le salut viendra de l’Occident et le Messie de cette apocalypse pourrait être St Louis. L’évocation de la paix mondiale qui règnera alors appelle la comparaison avec le Millenium. Mais, outre l’aspect traditionnellement eschatologique, le problème est bien situé sur le plan qui est le sien : le plan mondial. Toutefois la chrétienté ne pouvait en prendre conscience, comme l’avait prouvé autrefois Henri III d’Angleterre par aa réponse à une ambassade musulmane envoyée en 1238 pour demander une aide militaire contre les Mongols :

  • 8 The journey of William of Rubrouck to the Eastern Parts of the world, 1253 - 55. Translated from t (...)

"Que ces chiens (musulmans et Mongols) se dévorent entre eux, qu’ils soient effacés de la surface de la terre. Alors on verra s’élever sur leurs ruines la Sainte Eglise catholique et il y aura un seul berger pour un seul troupeau".8

22Au même moment les Mongols nourrissent le même rêve, "un seul berger pour un seul troupeau", mais avec bien plus d’efficacité et plus de chances de le réaliser ! C’est l’époque où, pour l’Occident, les "signes" de l’Orient ne sont encore que des images tandis que pour d’autres peuples plus à l’Est ce sont déjà des faits et quels faits !

23C’est dans la relation de Guillaume de Rubrouck qu’on passe le mieux des images aux faits. Le contact avec les premières hordes mongoles est un choc : il lui semble "entrer en un autre monde" ; en les quittant il croit "s’évader des mains des démons". Franchir ces premiers barrages c’est "franchir une porte de l’enfer". Toutefois l’arrivée à la cour de Mangou va apporter des impressions plus positives : l’immense cité roulante, les maisons des femmes, les parures, les couleurs, la musique entendue là-bas lui donnent une idée des dons artistiques qui, malgré tout, existent chez les Tartares.

24Le choc de la rencontre, d’ailleurs, est très fort de part et d’autre. Rubrouck se présente tête découverte, en froc et pieds nus : spectacle ahurissant par -40° en hiver ! Il lui faudra avoir les orteils gelés pour accepter bottes et pelisse. Il souffre du froid, de la faim au-delà de toute expression et pousse son idéal de pauvreté aux limites du supportable. Or, malgré ces conditions de vie très dures, Rubrouck va progressivement adoucir sa première opinion : son long séjour de huit mois (27 décembre 1253 - 18 août 54) à la cour de Mangou opère en lui une sorte de métamorphose. A tel point qu’il demande au Khan l’autorisation de rester. A son grand regret (la déception est rude), il reçoit l’ordre de quitter Caracorum et de rejoindre "ses maîtres". Son unique désir, en partant, est de revenir.

25Qu’est-ce qui a bien pu conquérir Rubrouck ? L’Aventure ! Mais aussi le côté extrêmement contrasté et pittoresque de la vie chez les Tartares. A Caracorum, Rubrouck trouve une véritable mosaïque vivante. Mosaïque de nationalités : esclaves et artisans prélevés sur les peuples conquis, ambassadeurs, interprètes, commerçants, voyageurs "réguliers" ou marginaux de tous pays. Mosaïque de religions : chrétiens (surtout Nestoriens), musulmans, bouddhistes, tuinans (sans doute des taoïstes), idolâtres. La religion mongole, faite de ohama-nisme, subsiste dans la vie quotidienne mais le Grand Khan est imprégné de l’enseignement des grandes religions monothéistes (avec, semble t-il, une préférence pour le bouddhisme) et beaucoup de Mongols se sont faits chrétiens : la mère de Mangou, l’une de ses favorites, l’un de ses frères ; son fils aîné a eu pour précepteur un prêtre nestorien et se prosterne devant la croix ; Mangou a pour interprète personnel un prêtre nestorien. Il lui arrive même de pénétrer dans des églises nestoriennes et d’assister à des célébrations.

26Le couronnement du séjour de Rubrouck est la grande dispute théologique que Mangou organise pour comparer le credo des diverses religions. Le principe de tolérance est impérieux :

  • 9 Guillaume de Rubrouck, trad. T’serstevens, p. 303.

Il ordonne que personne n’ose dire des paroles blessantes ou injurieuses pour autrui, ni qu’il se produise quelque tumulte qui empêche cette discussion9.

27Cet échange se déroule de manière fort édifiante : il s’agit non d’écouter l’adversaire mais de le convaincre d’erreur. Le seul qui écoute objectivement est Mangou ! Le lendemain, Mangou fait appeler Rubrouck, ainsi que le tuinan, cible la plus malmenée lors des joutes de la veille, pour leur exposer à tous deux la confession de foi Moale (= Mongole). Il s’agit plutôt de son credo à lui que de celui du Tartare "moyen" :

  • 10 Ibidem, p. 306.

"Nous, Moals, dit-il, nous croyons qu’il n’y a qu’un seul Dieu par qui nous vivons et par qui nous mourons, et nous avons envers lui un coeur droit."10

28Toutefois, toutes les religions sont égales aux yeux de Dieu :

  • 11 Ibidem, p. 306.

"De même que Dieu a donné à la main plusieurs doigts, de même il a donné aux hommes plusieurs voies".11

29Ce n’est pas tout à fait ce que Rubrouck voudrait entendre et c’est la raison pour laquelle il note, un peu amer et injuste :

  • 12 Ibidem, p. 273.

Tous viennent à sa cour comme les mouches au miel, et il donne à tous mais, lui, ne croit à rien.12

30C’est à la fin de cet entretien que Kubrouck demande avec insistance et anxiété l’autorisation de revenir à, la cour de Mangou, et ce dans tous les cas, même s’il n’est chargé ni par le roi ni par le pape d’une nouvelle mission. A son insistance Mangou répond par le silence d’une longue méditation et lui dit pour finir :

  • 13 Ibidem, p. 308.

"Tu as fait un long chemin ; réconforte-toi de nourriture afin que tu puisses arriver bien-portant dans ton pays"13

  • 14 Pascha de Metz, une lorraine capturée en Hongrie, résidant k Caracorum, raconte à Rubrouck qu’elle (...)

31Ces paroles de sollicitude sont le dernier mot de Mangou qui assurera avec un soin vigilant la subsistance de Kubrouck durant son voyage de retour. Il est clair, à cette occasion et à d’autres,14 que le Grand Khan éprouve pour Rubrouck de la sympathie malgré les aspects étonnants de sa mission.

  • 15 Voir ibidem tout ce passage, p. 263.

32Car il est vrai que c’est là pour les Mongols un cas incompréhensible. Longuement interrogé sur les raisons de sa présence, il répond invariablement que son roi l’a envoyé parce qu’il a entendu dire que Sartach était chrétien ; les lettres qu’il porte sont fermées (Kubrouck prétend ne pas en connaître le contenu) : la raison de cette mission doit bien figurer dans ces lettres. St Louis n’est qu’un chrétien qui a cru écrire à un autre chrétien et "s’il avait su que Sartach n’était pas chrétien, jamais il ne lui aurait envoyé des lettres"15. La raison de son voyage est donc transférée sur un plan assez flou de "sympathie" religieuse. Cette dissociation entre politique et religion - artificielle, cela se sent - paraît suspecte

  • 16 Ibidem, p. 263.

Mais eux continuaient à s’étonner et répétaient : "Pourquoi êtes-vous venus si ce n’est pour faire la paix ?" Car ils sont tellement gonflés d’orgueil qu’ils croient que le monde entier voudrait faire la paix avec eux.16

33L’étonnement et l’insistance des Mongols sont fort compréhensibles : le cas de Kubrouck est peu courant. D’ailleurs, il y a à la cour un va et vient incessant d’ambassadeurs de tout poil parmi lesquels des imposteurs et beaucoup d’espions. Mais, à la longue, Mangou finit par admettre (ou feint d’admettre) que Kubrouck est venu là uniquement pour prier, aussi fait-il appel à lui en diverses circonstances où l’on a besoin de la clémence divine. En son for intérieur il considère Rubrouck comme ambassadeur et, dans sa lettre à St Louis, il somme le roi d’être plus clair à l’avenir :

Nous vous envoyons par vos moines susdits le commandement du Dieu éternel que nous vous faisons connaître. Et lorsque vous aurez entendu et que vous aurez cru, si vous voulez nous obéir, envoyez-nous vos ambassadeurs ; et ainsi nous constaterons si vous voulez être en paix ou en guerre avec nous. Lorsque, par la puissance du Dieu éternel, depuis le lever jusqu’au coucher du soleil, le monde entier ne sera plus qu’un dans le bonheur et dans la paix, alors apparaîtra ce que nous devons faire.

34Que les chrétiens n’aillent pas imaginer que parce qu’ils sont loin ils peuvent se permettre des intentions belliqueuses :

  • 17 Ibidem, p. 314.

Le Dieu éternel, celui qui rend facile ce qui était difficile et proche ce qui était loin, sait que nous savons ce que nous pouvons.17

  • 18 Ibidem, p. 271 - 272. Un peu plus d’un an auparavant, un certain Théodule était venu trouver Mango (...)

35Les menaces de guerre sont à peine voilées. Le rêve de la Fax Mongolica s’exprime dans un ton apocalyptique qui rappelle celui de toutes les prophéties, en particulier celui de la prophétie arménienne qui avait du Messie une idée plus… catholique ! En réalité, il s’agit de formules toutes faites. A ce stade des relations, les interlocuteurs se limitent à des "formules", ce qui s’explique très bien par le contexte : St Louis, abusé par le flatteur David et encore sous le coup d’un premier camouflet ; Mangou abusé lui aussi, récemment, par un certain "clerc Théodule"18 qui a monté de toutes pièces un magistral imbroglio diplomatique. Il semble aussi que les interlocuteurs soient trop nombreux, tant du côté occidental que du côté mongol et qu’ils soient trop éloignés a la fois par l’espace, par les états-tampons dont les intérêts interfèrent avec les leurs, et par les mentalités ou l’aire culturelle, tandis que d’autre part leurs objectifs se ressemblent trop puisqu’ils reflètent deux impérialismes, l’un - Mongol- très uni, l’autre - chrétien - très fragmenté et fantasmatique.

36Ce n’est pourtant pas un constat d’échec que dresse Rubrouck à la fin de sa relation. La voie est maintenant préparée à des contacts plus féconds. Il faut envoyer désormais, non plus des Frères et des moines comme lui, mais des ambassadeurs, des évêques

  • 19 Rubrouck dit stulticiis, ibidem, p. 331.
  • 20 Il s’agit sans doute de la mission d’Ascelin qui, elle, est de funeste mémoire.

pour répondre aux sottises19 que les Tartares ont déjà par trois fois écrites aux Francs - une fois au Pape Innocent IV d’heureuse mémoire20, et en même temps à vous ; une autre fois par David qui vous a trompé ; et cette fois par moi -, etc.

37Rubrouck reconnaît implicitement les limites dont souffrait sa mission du fait de sa position fausse, de sa pauvreté, de son humilité assumée par idéal mais aussi par nécessité. Il constate aussi que c’est le moment de passer à une forme de relation plus "mûre". Et enfin, avec un certain humour, il juge de haut les lettres qu’il rapporte.

38Il reste donc beaucoup à faire pour que Mongols et Occidentaux puissent simplement mais dans tous les sens du terme, s’entendre !

  • 21 Voir René GROUSSET : L’empire des steppes, réed. Payot, 1976, pp. 348 - 349.

39Si ce contact diplomatique fut à proportions égales un succès et un échec, si Orient et Occident restent de lointains extrêmes, il faut malgré tout évoquer un personnage en qui l’Orient et l’Occident se sont merveilleusement harmonisés : Héthoum Ier, roi d’Arménie. Lorsque Rubrouck revient de chez Mangou, il croise Héthoum qui part pour rencontrer en personne les différents chefs tartares. Reçu par Mangou le 13 septembre 1254, accueilli avec la plus grande bienveillance, le roi d’Arménie obtint une faveur exceptionnelle : protection de sa personne et de tous ses états, affranchissement des églises sur tout son territoire. De plus, Mangou lui promit qu’une armée mongole conduite par son frère Houlagou "allait attaquer Bagdad, détruire le khalifat (…) et rendre la Terre Sainte aux chrétiens"21. Mangou nourrissait sans doute à l’égard des chrétiens des intentions fort peu saintes ; quant aux musulmans, s’il souhaitait les anéantir, c’était dans un but non point religieux (car il respectait l’islamisme) mais politique, économique et militaire.

40Héthoum rentre en Cilicie en juillet 1255. Le khalifat de Bagdad tombera en 1258. Il n’y a pas véritablement de rapport de cause à effet. Mais il est intéressant de voir que c’est un homme du Moyen Orient qui réussit a trouver ou à créér avec les Mongols un terrain d’entente. Tandis que les deux extrêmes, Européens et Mongols, restent prisonniers des images et des signes, c’est par un homme des terres "médianes", tourné vers l’Occident par sa religion, mais oriental par son tempérament, que devait s’opérer la rencontre des deux mondes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

On trouvera les textes de Plan Carpin et de Rubrouck dans leur version originale, latine, édités par :

Francisque MICHEL et Thomas WRIGHT : Recueil de voyages et de mémoires publiés par la Société de Géographie, tome IV, Paris, 1839.

Raymond BEAZLEÏ : The texts and versions of John de Piano Carpini and William de Rubruquis. London, Hakluyt Society, 1903.

Outre les ouvrages cités dans les notes on pourra lire :

D’HOSSON (Baron) : Histoire des Mongols. La Haye, 1834, 4 vol.

PELLIOT Paul : - "Les Mongols et la papauté" dans Revue de l’Orient chrétien, 1922 - 1923, 3-4, 247.

- Chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême Orient T’oung Pao, 1914, 628.

REMUSAT Albert : Mémoires sur les relations politiques des princes chrétiens et particulièrement des rois de France avec les empereurs mongols. Paris, 1822-24, 4 tomes.

SCHMIDT Franz Max : Ueber Rubrouck’s Reise, Berlin 1885.

YULE Henry : article sur Rubrouck dans Encyclopedia Britannica, 9e edition, XXI, 46-7.

Notes

1 Jean du Plan de Carpin, dans la traduction de A. T’SERSTEVENS : Les précurseurs de Marco Polo, Artaud, 1959, p. 147.

2 Ibidem, p. 145.

3 Ibidem, p. 188.

4 Guillaume de Rubrouck, trad. de A. T’SERSTEVENS, op. cit., p. 331.

5 BERGERON Pierre : Voyages faits principalement en Asie dans les xiiie, xive et xve siècles. La Haye, 1735, colonne 71.

6 Ibidem, colonne 72.

7 Guillaume de Rubrouck, trad. T’serstevens, p. 324, 325.

8 The journey of William of Rubrouck to the Eastern Parts of the world, 1253 - 55. Translated from the latin text and edited with an introductory notice by William Woodville ROCKHILL.
Hakluyt Society, second series, n° IV, London, 1900. Introduction, p. xiv et note 2.

9 Guillaume de Rubrouck, trad. T’serstevens, p. 303.

10 Ibidem, p. 306.

11 Ibidem, p. 306.

12 Ibidem, p. 273.

13 Ibidem, p. 308.

14 Pascha de Metz, une lorraine capturée en Hongrie, résidant k Caracorum, raconte à Rubrouck qu’elle a entendu dire k la cour : "Les hommes qui sont venus de ton pays sont de braves gens et Mangou Khan a parlé volontiers avec eux". P. 270.

15 Voir ibidem tout ce passage, p. 263.

16 Ibidem, p. 263.

17 Ibidem, p. 314.

18 Ibidem, p. 271 - 272. Un peu plus d’un an auparavant, un certain Théodule était venu trouver Mangou : il se prétendait ambassadeur du roi des Francs et devait conduire k lui une ambassade mongole chargée de proposer ce compromis : "Tu iras chez ce roi des Francs (…) et, s’il veut avoir la paix avec nous, nous conquerrons la terre des Sarrasins jusqu’à lui, et nous lui cèderons le reste du monde jusqu’à l’Occident." "Sinon…", ces propositions sont assaisonnées de menaces de guerre. Il s’agit là de renseignements recueillis oralement, donc sujets k caution. Ledit Théodule était paraît-il un imposteur et fut arrêté k Constantinople par Vatace. Toutefois son message était bien dans la ligne des intérêts de l’Occident. Etait-ce un imposteur ou jouait-il double jeu ? Il est difficile, pour nous, de faire la part des choses dans cet imbroglio d’ambassades, d’espionnage, d’agents doubles et de manigances plus ou moins individuelles qui viennent compliquer des relations internationales dejà très complexes.

19 Rubrouck dit stulticiis, ibidem, p. 331.

20 Il s’agit sans doute de la mission d’Ascelin qui, elle, est de funeste mémoire.

21 Voir René GROUSSET : L’empire des steppes, réed. Payot, 1976, pp. 348 - 349.

Auteur

Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540