Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Partonopeus de blois et la couleur byzantine

Carole Bercovici-Huard

Texte intégral

"A pou de mos vos vuel molt dire" (v. 10583)

  • 1 Voir en particulier le chapitre consacré à Byzance par J. Dufournet dans : "Les écrivains de la 4e (...)

1On a souvent souligné l’importance de Byzance non seulement dans les chroniques des croisades, mais aussi dans la littérature de fiction.1

  • 2 En particulier, pour les oeuvres romanesques écrites en français : Le Roman de Thèbes. Le Roman de (...)

2Des textes de provenance diverse mettent l’accent sur la beauté de cette ville, la richesse et le raffinement de ses monuments2. Inspirés par ce qu’ils pouvaient connaître directement ou indirectement, stimulés par un public qui demandait à être ébloui, les auteurs émerveillés par leur sujet font des descriptions qui retiennent l’attention et donnent à leurs romans une couleur byzantine où le réel se mêle à l’imaginaire.

  • 3 Pour les problèmes de datation du roman, nous renvoyons au livre d’A. Fourrier qui consacre un cha (...)

3Dans l’ensemble de la production romanesque du 12e siècle, il est une oeuvre volumineuse dont l’action se place en partie à Byzance : il s’agit de Partonopeus de Blois. roman anonyme compose avant 11883, dont la lecture est particulièrement séduisante.

  • 4 On connaît dix manuscrits de notre roman : A : Paris, Arsenal 2986
    B : Borne, Burger bibliothek 113(...)
  • 5 L’édition que nous utiliserons ici est celle de Gildea en 3 volumes, Villanova University Press, P (...)

4Jusqu’à une date récente, on ne connaissait cette oeuvre que sous forme manuscrite avec une édition ancienne4. On possède maintenant une nouvelle edition que nous utiliserons5.

  • 6 Fourrier, op. cit., pp. 385-386.

5Raconter en détails cette histoire compliquée serait fastidieux et servirait mal notre propos. Bornons-nous à dire qu’après un voyage dans une nef merveilleuse qui vogue sans équipage, notre héros Partonopeus, prince français neveu du roi Clovis, arrive dans une contrée magnifique avec de superbes palais qui suscitent toute son admiration. Une fois entré dans le plus beau des palais, Partonopeus hésite entre la peur "il cuide molt estre engigniés" (v. 906) et l’éblouissement devant toutes ces merveilles "en paradis cuide estre entré" (v. 874). Après un festin servi par des mains invisibles, la maîtresse des lieux, Mélior, se manifeste enfin mais Partonopeus devra lui parler sans la voir car elle doit demeurer invisible. On a déjà remarqué que cet aspect de l’intrigue était une variante du conte d’Amour et Psyché connu au Moyen Age par les lettrés6.

  • 7 On peut lire le résumé très détaillé de l’intrigue dans Fourrier, op. cit. PP. 318-384.

6Après avoir trahi Mélior à l’aide d’une lanterne magique, le héros devra quitter cette région et ce n’est qu’après de multiples péripéties, après avoir triomphé lors d’un célèbre tournoi que les noces de Mélior et de Partonopeus auront lieu présidées par le patriarche. Ce long roman (la partie principale comptant plus de 10. 000 vers) se termine rapidement et l’auteur dit renoncer volontairement à cet épisode de choix que représentait la description de cette heureuse conclusion. Est-ce volonté de ne pas lasser par de trop longues descriptions ou désir de résister à la tentation de l’exotisme en laissant libre court à l’imagination du lecteur ? Nous ne trancherons pas.7

  • 8 L’actualité a peut-être fourni le sujet de l’intrigue comme le signale Fourrier, op. cit., p. 401. (...)

7On constate que l’auteur prend soin de situer dès le début les personnages principaux de façon précise : Partonopeus de Blois est un prince chrétien neveu du roi de France, et Mélior qui le reçoit est fille de l’empereur de Byzance8.

8On est donc amené à rechercher à l’intérieur du roman les composantes du décor byzantin. Il n’est pas question ici de déterminer ce que l’auteur a pu voir personnellement de Byzance - nous ne le connaissons pas, nous ignorons s’il a voyagé et cela a peu d’importance - mais d’analyser les éléments qu’il a retenus.

9Pour le lecteur moderne, cette recherche présente deux intérêts complémentaires : elle nous renseigne d’abord sur ce que l’Occident pouvait objectivement connaître de Byzance (ici la multiplicité des documents sur Byzance atteste cette connaissance et fait écho à notre roman).

  • 9 Le Goff : La civilisation de l’occident médiéval, Arthaud, 1965, p. 182.

10Mais elle nous renseigne surtout sur la fascination exercée par Byzance sur l’Occident : "Byzance, même pour les occidentaux qui n’ont pas contemplé ses merveilles, c’est au Moyen Age la source de presque toute richesse, car les plus précieuses importations latines viennent de chez elle, qu’elle en soit la productrice ou la distributrice"9.

11Quels sont donc les éléments byzantins que l’auteur a retenus ? Comment s’intègrent-ils à l’intérieur de la fiction romanesque ? Quel est le rôle de la couleur byzantine dans l’économie générale de notre roman ? L’étude de certains passages particuliers du texte nous donnera quelques éléments de réponse.

12Une remarque s’impose dès le début : la recherche des éléments byzantins, à travers le roman, n’a pas été facilitée par l’auteur qui brouille les pistes en mêlant plusieurs noms. Certes, comme nous l’avons déjà dit, l’héroïne est présentée comme l’héritière de Byzance :

"Tote Basence est mes empires" (v. 1341)

13Son père est l’empereur :

"Je suis fille d’empereor" (v. 4573)
"De Costantinople fu sires" (v. 4575)

  • 10 Voir Faral : "Sources latines des contes et romans courtois". Champion, Paris, 1967, p. 321.

14Mais par ailleurs, l’auteur donne un nom imaginaire au lieu de résidence de Mélior : Chef d’Oire dont la description topographique ressemble fort à celle des constructions fortifiées de Byzance, mais dont l’origine précise est assez incertaine.10

15(C’est Mélior qui parle) :

"Si tost com j’oi de vos espoir,
M’en ving jo ci veïr cest liu,
Qui siet el plus bel de mon fiu ;
Chi chiet Oire la grans en mer,
Grans nes i püent ariver.
Et Cief d’Oire a non cis castiax,
U molt avrés de vos aviax" (v. 1722-1728)
"Or savés que l’eaue a non Oire,
Et li castiaus a non Ciés d’Oire ;
Ensi l’ai fait por ce nomer
C’Oire sort ci et chiet en mer" (v. 1765-1768)

16Notre auteur a la volonté de mêler réalité et fiction, poésie et données géographiques réelles. C’est là une des originalités du roman qui échappe ainsi au merveilleux traditionnel et à l’exotisme documentaire.

17L’auteur a placé une partie des aventures de ce roman dans un décor dont la réputation de luxe et de richesse est acquise pour le lecteur à la seule évocation de "Basence".

18La présentation des lieux se fait à l’intérieur de la fiction romanesque, grâce au regard ébloui du personnage "occidental" qu’est Partonopeus ; l’auteur évite ainsi l’écueil d’une trop longue description en marge de l’intrigue.

19Lorsque Partonopeus aborde à un rivage qui lui est inconnu, il est frappé par l’aspect défensif de la cité :

"Et voit les murs de la cité
Qui contre ciel donent clarté.
A mervelle sont droit et haut" (v. 787-789)
"Tot a esquechiers par quarriaus
Est tos li murs dusc’as creniaus.
Li quarial sont molt bien asis,
Et sont soudé de plonc masis ; (v. 793-796)

20L’entrée de la ville est défendue par une tour aux dimensions imposantes.

  • 11 Les auteurs ont souvent insisté à la fois sur l’importance des tours dons le système de défense by (...)

"Si vient errant jusc’a la porte
Desor le porte a une tor
Qui deus cens toises a encor,
Et set vins toises a de haut :
Cele ne crient engien n’asaut ;" (v. 816-820)11

  • 12 Il faut être prudent ici. Un autre auteur, Eudes de Deuil, qui visite Byzance au milieu du xiie si (...)

21Suivons-le dans la ville ! Partonopeus est sensible à la propreté (supposée) qui y règne12.

"Il est entrés en une rue
Qui de tai et nete et nue ;
De tai n’i puet avoir noient,
Car tote est faite a pavement ;
Et com onques plus i plovra,
Li pavemens plus clers sera." (v. 825-830)

22Après sa première entrevue avec Mélior, Partonopeus part à la découverte du pays :

"… monte en la tor,
Ainc nom ne vit nule mellor,
Et quant est venus as creniaus,
Que il trove et bons et biaus,
Esgarde vers solel levant
Et voit la mer qui dure tant
Que nus n’en puet veïr le fin
Par ou li paile alixandrin
Vienent et li bon siglaton,
Li melequin et li mangon,
Li espervier et li ostor,
Et li cheval bon cacheor,
Et li poivres et li comins,
Et li encens alixandrins,
Li girofles, li garingaus,
Les mecines contre tos max.
Quanqu’a el siecle precious
Et bon et bel et mervellos
A la cité vient par la mer,
Et tot sieut ilec ariver.
Cel liu a primes regardé,
Puis s’en vait a l’autre costé
De la tor qui est vers midi ;
Cele part esgarde autresi.
De cele part sont li vergier
As citeains plus d’un milier ;
Et voit les vignes sor le mer
Tant en lonc et en le durer
Que rien n’i voit se vignes non.
Puis s’en vait al tiers quaregnon ;
La voit les cans amples et les,
Bien gaagniés et bien semés ;
Ce li est vis que tant en voit
C’a un roiame asés seroit.
Al quart costé s’en est venus,
Iluec s’est longement tenus ;
Molt i a veü grans biautés,
Jel vos dirai : or m’escotés.
De cele part chiet Oire en mer
U les grans nes soient entrer ;
Defors le mur aval en vient,
Grans trente toises en le tient.
Li pons est desor l’eaue biax,
Bien entailliés, tos de quariaus.
Al cief del pont devers le pre
A un molt bel castel fermé,
Qui tant est larges et pleniers,
Molt i puet avoir chevaliers,
U tant a edifïemens
Que molt i puet avoir de gens ;
Car par desus le mer li pre
Durent deus grans liues de le
Et diz liues durent de lonc.
Puis est la grans forés selonc,
Dont li bos est et hau3 et biax,
Et plains de bestes et d’oisiax ; (v. 1621-1676)

23Partonopeus avoue son admiration devant le spectacle :

"Je vi le vile et le chastel
Et la contree d’environ.
N’a si bele par tot le mon,
N’a nul castel si bien assis
En tot le siecle, ce m’est vis,
Ne nule cités n’est si bele,
Et si me sanble molt novele." (v. 1714-1720)

24On a souvent cité en écho à cette page la description faite par Eudes de Deuil du haut du palais des Blachernes :

  • 13 In M. H. G. S. S. XXVI, 66 mentionné par Fourrier, op. cit., p. 403.

"Ibi placitum quod dicitur Blasserna fundatur quidem in humili sed sumptu et arte decenti proceritate consurgit, et tuplici confinio triplicem habitantibus iocunditatem offerens, mare, campos urbemque visibus alternis dispicit. Exterior eius pulchritudo fere incompa-rabilis est interior vero quicquid de illa dixero superabit. Auro depingitur undique variisque coloribus et marmore vel pulchritudi-nis, ars subtilis vel pulchra materia. Latus tercium de trigono ci-vitatis campos habet, sed duplici muro munitur et turribus, qui a mari usque ad palatium fere duobus milibus tenditur (…) Infra mu-ros terra vacua est, que aratra patibur et ligones, habens hortos omne genus olerum civibus exhibentes."13

  • 14 Pour les jardins cf. Diehl op. cit.. p. 414 t. 1 et M. Charageat : "L’Art des jardins", Paris, 196 (...)

25L’assimilation de Chief d’Oire à Byzance est facilitée à nos yeux par la précision de la description. On retrouve dans les deux textes les mêmes éléments : la mer, les champs, la ville avec ses tours et ses jardins14. Il faut noter que cette description qui est placée sous le signe de l’abondance et de la richesse n’est, en fait, absolument pas merveilleuse, elle frappe au contraire par un certain réalisme en peignant l’activité maritime de la cité. Pour l’auteur du Partonopeus ce port est intéressant à double titre : lieu d’échanges privilégiés, il étonne par ses richesses ; mais de façon discrète et pourtant évidente il séduit plus encore par sa situation de carrefour où se rencontrent plusieurs peuples, plusieurs cultures, plusieurs civilisations.

26La ville de Mélior est le cadre d’échanges économiques particulièrement importants :

"Li pors est tex desos le mur
Tint mile nes tot a seür
I pttent estre et sejorner." (v. 801-803)
"Grans nes i puent ariver." (v. 1726)
(cf. v. 1624-1640 déjà cités)

  • 15 Après la grande crise iconoclaste, sous les empereurs "macédoniens" (867-1081) puis sous les Comnè (...)

27Ce port est une véritable "plaque tournante" : y arrivent des denrées exotiques venues de pays lointains qui repartiront vers l’Europe avec les plus belles productions locales, qui ont fait la renommée de Byzance15. Inspire peut-être par les foires qui se développent en Champagne au xiie siècle, l’auteur évoque par l’intermédiaire d’un sujet de Mélior un rassemblement de marchands :

"De la Penthecoste en un an
Soient ci assemblé par ban
De par tot tuit li marcheant
Ki de ma dame sunt tenant,
Qu’il viegnent par terre et par mer,
Si facent o eals aporter
Quant ke il a soz ciel a vendre
Puis facent es pres lor trez tendre
Por tenir feste quinze jors" (v. 6577-6585)

  • 16 Diehl : on. cit.. t. 1, p. 304.

28La ville (port et marché) est le lieu d’échanges particulièrement intenses et sa puissance économique a été ainsi volontairement soulignée. Comme le Moyen Age tout entier, notre auteur rêve de Byzance "comme d’une cité incomparable, pleine de richesses et de prodiges, comme d’une ville unique au monde, toute rayonnante dans un flamboiement d’or."16

29Cette foire va précéder l’ouverture d’un tournoi exceptionnel qui est organisé pour désigner le futur mari de Mélior. A ce tournoi se rencontreront vingt-cinq princes païens :

"… Li soldans de Perse
I amenra gens molt averse,
Si venront altre Sarrazin
Ki pas ne sunt a lui aclin
Tint et cinc rois" (v. 7189-7193)

30et vingt-trois princes chrétiens :

"… vint et trois
Qu’enpereors, ke riches rois,
Tos crestiens ki ça venront
O toz les effors qu’il porront." (v. 7197-7200)

31Les organisateurs, en fins diplomates, vont mêler païens et chrétiens afin d’éviter les conflits politiques :

"Or a esgardé dans Hernolz
Ki trop est saiges et voisolz
Ke ki metroit païens dela
Et tos les crestïens deça :
Si seroit guerre, nient tornois," (v. 7209-7213)

32Aussi dans le camp des défenseurs "cil devers nos", sous la direction de l’empereur d’Allemagne seront réunis le roi de Danemark, le roi de Pouille et de Sicile, le sultan de Perse, le roi de l’Inde, les rois de Syrie, d’Arcadie, d’Arménie, de Palestine, de Lydie et d’Egypte (v. 7219-7254) :

"Tuit cil paien qu’ai ci nomé
Sunt en Aise la grant chasé." (v. 7253-7254)

33Dans le camp des assaillants "ceals defors", le roi de France et ses vassaux, le roi de Bretagne, le roi d’Angleterre et les sarrasins d’Espagne (v. 7255-7356).

  • 17 Ce détail rappelle l’époque de Clotaire Ier en Occident et de Justinien en Orient (527-565) où l’A (...)

34Enfin aux vers 7363-7395 les juges qui surveillent le tournoi viennent d’Afri-que, v. 7365(17). A Byzance se trouvent donc réunis les trois grandes parties du monde connues au Moyen Age : l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

35A travers cette vision assez utopique, "ce défoulement poétique", expression de J. Le Goff à propos du "Pélerinage de Charlemagne", on peut peut-être lire le rêve d’un lettré, où Byzance pacifique serait le lieu de rencontres ludiques des princes chrétiens et païens, et non le cadre d’affrontements guerriers.

36C’est dans le domaine religieux que se marque le mieux l’originalité de Byzance. En effet, aux yeux de l’Occident, elle représentait à la fois l’univers chrétien (bien que schismatique) et l’univers oriental éloigné de Rome. Grâce au personnage de Mélior, l’auteur présente cette dualité. Mélior est une princesse chrétienne. Devant Partonopeus, elle déclare :

"Ge croi en Deu, le fil Marie" (v. 1541)
"Se contre Jhesu faites rien,
Jamais ne serés de moi bien
Jhesus est ma mors et ma vie,
Il a del tot la segnorie.
Il fist le ciel et le solel,
Et terre et mer, et feu vermel,
Et l’air et tote creature,
Et tote riens est sa faiture." (v. 1549-1556)

37Si elle épouse un prince païen à l’issue du tournoi, ce dernier devra obligatoirement se convertir à la foi chrétienne. Les rois païens y seraient décidés :

"[Et] chascuns d’els sa loi lairoit
Por Melior s’ele voloit." (v. 9813-9814)

38Même le grand sultan de Perse, Margaris, accepterait cette condition :

"Mais si ma dame le voloit
Ses Dez por li relinquiroit" (v. 10029-10030)
"Por Deu n’ot il onque talent
De convertir lui ne sa gent ;
Covoitise en est occoison,
Qu’il n’i esgarde altre raison," (v. 10267-10270)

39Les byzantins se méfient donc des païens et ils craignent une possible trahison.

"Quant de par Deu n’i a nient,
Si se tenront en nostre loi
Tant qu’il nos avront pris al broi ;
Quant il en avront saignorie
Tost nos avront la loi guerpie
Et le nos feront relinquir
O tos a martire morir ;
Ensi m’est vis que lor creance
Nos porroit torner a grevance." (v. 10274-10282)

40Partonopeus, prince chrétien, représente alors le bon choix !

"Et del plus halt enparenté
Qu’on ait en crestïens trové ;" (v. 10231-10232)

41Mélior est un personnage assez énigmatique qui a reçu une éducation très solide :

"Dez me dona grasse d’aprendre,
Et d’escriture bien entendre.
Les set ars tot premierement
Apris et soi parfitement.
Aprés apris tote mecine :
Quanqu’est en herbe et en racine,
Et d’espisses, de lor valor ;
Aprés, le froit et la chalor,
Et de tos raaus tote la cure
Et l’ocoison et le nature ;
Pesique ne puet mal garir
Dont je ne sace a cief venir.
Puis apris de divinité
Si que j’en sai a grant plenté,
Et la vies loi et la novele
Qui tot le sens del mont chaële.
Ains que eusse quinze ans passés
Oi mes maistres tos surmontés.
Aprés apris espirement,
Nigremance et enchantement. (v. 4593-4612)

42où la magie tient une place très importante :

"Quant nos estions a sejor
Et plaisoit a l’empereor
Que li feïsse aucun deduit,
Si me mandoit a mïenuit
Et mes maistres ensanble moi
En ses chambres tot a secroi.
La faisions par mon savoir
La chambre croistre et grant paroir ;
Tant par ert grans, ce lor ert vis,
Que tot porprenoit le païs.
Dedens faisoie tel clarté
Com el plus bel des jors d’esté,
Et puis faisoie chevaliers
Venir armés sor les destriers,
Mil ou deus mil a mon plaisir,
St entr’iaus meller et ferir ;
Ja ne verrés plus dur estor
Ne plus mellé qu’estoit le jor.
Tant com moi plaisoit se melloient
Et puis a nïent repairoient.
Puis issoient par contençon
Li elefant et li lion,
Et quels bestes que je voloie
Par devant moi meller faisoie. (v. 4629-4652)

43Elle avoue avoir perdu ses dons à cause de la trahison de Partonopeus qui a voulu la voir malgré l’interdiction qui lui avait été faite (cf. v. 4665-4669

  • 18 Comme le fait remarquer Fourrier, op. cit. p. 402, le passage où Mélior fait apparaître des cheval (...)

44Les pouvoirs magiques de Mélior18 viennent de sa grande culture scientifique et sont le prolongement d’études approfondies, le personnage présente une variation subtile sur un thème traditionnel de la littérature médiévale : celui de la reine fée qui se trouve ainsi vivifié de façon originale.

  • 19 Faral, op. cit. p. 318-319 : "mais on ne peut dire qu’elle contienne un seul trait vraiment caract (...)

45Les pratiques qui sont décrites ont certes une origine orientale19, (ain si peut s’expliquer la mention de "Mahons" faite aux vers 4621-22). De façon plus précise, elles semblent rattacher le personnage à une tradition propre aux empereurs byzantins comme Manuel Comnène qui aimait l’astrologie et pratiquait la médecine. La religion de Mélior, fortement influencée par des pratiques orientales n’est pas celle de Rome et l’on peut noter dans ce domaine l’amalgame d’influences que nous avons déjà signalées sur le plan politique e qui caractérise la situation de Byzance aux yeux de l’Occident.

46Le public occidental connaissait les merveilles artistiques de Byzance par les nombreux récits des voyageurs, des pélerins et des auteurs littéraires ; l’auteur du Partonopeus ne pouvait évoquer cette région sans mettre en valeur les richesses inouïes de Mélior et le cadre particulièrement somptueux, signe d’une civilisation raffinée, qui a fasciné l’Occident.

47La puissance de Mélior est considérable. Lorsqu’elle affirme avoir vingt rois comme vassaux :

"Ge sui de terre riche assés
Quant vint rois ai de moi casés,
Cinc cens contes et cinc cens dus
Et princes et demaines plus
Les chevaliers ne sai conter" (v. 1335-1339)

48On peut y voir non une exagération romanesque mais un témoignage sur la puissance byzantine dont on fait mention par ailleurs : B. de Tudèle visitant Byzance en 1173, écrit :

  • 20 B. de Tudèle, op. cit.. I, pp. 44-45, in Fourrier, op. cit.. p. 401.

"Elle est le lieu de la résidence du roi Manuel, empereur, lequel a douze rois sous son empire, qui ont chacun leurs palais (…) Ils ont aussi des châteaux et des villes et des gouvernements dans tout le pays."20

49Les merveilles des palais de Mélior sont le signe de cette puissance. Si l’on ne peut affirmer que notre auteur a voyagé en Orient, on peut néanmoins supposer qu’il a été séduit par les multiples descriptions des palais de Byzance. A son tour il dépeint des palais étonnants dont la décoration séduit Partonopeus :

"Li palais sont trestot d’un grant,
Ainc n’avoit veü de tex tant.
Il sont trestot poli marbrin ;
Li un vermel, li autre ver ;
Qui dedens est ne crient yver.
Li un blanc et li autre noir,
Molt furent fait par grant savoir
Et sont trestot covert enson
De truies paintes et de plon ;
Sor les pomiaus sont li lion
Et li aiglet et li dragon,
Et ymages d’autre figure
Qui sanblent vives par nature,
Totes covertes de fin or ;
Par grant savoir le fisent
Mor. Li pegnon des palais trestuit,
Qui reluisent contre le nuit,
Devers le rue sont torné
Et sont d’or massis aorné.
La verïés entailles motes,
D’or et d’argent covertes totes.
La verïés les elemens,
Et ciel et terre et mer et vens,
Solel et lune et ans et jors
Et les croissans et les decors,
Les estoires des tans antis,
Et les guerres et les estris.
Ne vous wel plus loër la rue,
Que nel tegniés a fafelue ;" (v. 831-860)

  • 21 Diehl, op. cit.. t. 1, p. 679.

50"L’or ruisselle dans ces descriptions ; le palais, la ville entière apparaissent comme dans un miroitement d’or. Peu de civilisations (…) ont été plus splendides et plus pittoresques a la fois."21

51Art de la couleur, art décoratif et luxueux, tel apparaît le décor oriental de notre roman, avec des figures d’animaux au faîte des palais, des toits étincelants, des mosaïques semblables à celles par lesquelles Byzance avait ébloui tous les voyageurs occidentaux du xiie siècle, mais là encore l’auteur ne veut pas insister (v. 859-860).

52Après avoir marché dans les rues, Partonopeus qui commence à avoir faim décide d’entrer :

"Et el palais plus haut levé.
El principal et el plus mestre," (v. 928-929)

53Ménageant la curiosité du lecteur, l’auteur a retardé habilement le moment où Partonopeus pénètre à l’intérieur du palais, où un festin somptueux sera servi par des mains invisibles ("Mais, ni voit nule rien vivant" v. 971). Ce détail merveilleux ne doit pas étonner : au milieu de toutes ces splendeurs, on ne sait plus très bien où s’arrête la réalité et où commence la merveille. Le passage est beaucoup trop long pour être cité entièrement (cf. v. 928-1112) ; donnons-en un court extrait :

"Totes les tables sont assises,
Grans et pleniers est li servises,
Car bien troi mile chevalier
I püent seïr al mangier.
Molt durent li mes a venir,
Et molt vienent a bel loisir.
Li escançon misent le vin
En copes d’argent et d’or fin ;
Au maistre dois li escançon
Ne misent vin se en or non,
Fors qu’en la coupe al damoisel
N’a or ne argent ne noël,
Car ele est tote de saphir ;
Tossich i perdroit son aïr.
Li saphirs est indes porprins,
Auques oscurs, auques f[o]ïns ;
Se buvïés tossiche frois,
Ne vos en esteroit sordois.
Li covercles est d’un rubi
Qui a la coupe se joint si
Que bien i pert a sa mesure
Que hom ne le fist fors nature.
Un escarboncle art el pumel,
Qui el rubi siet bien et bel ;
N’en puet partir, tant par est joins,
Sa clarté jete pres et loins
Que ja se por richece non
N’eûst candoile en la maison." (v. 1009-1036)

54Après le festin, Partonopeus entre dans la chambre :

"Onques nus hom nul tel ne vit,
Ne si bel, ne si atorné,
Ne de si chiers dras aorné ;
Ne vos wel des dras aconter,
Trop demoroie a iaus loër
Coute i a bone et li[n]cuex chiers,
Riches veloz et orelliers ;
Bien est orlés li covertors
De pel d’ibex entor les ors ;
C’est une pel qui molt miex olt
Que nule espesse oloir ne solt ;
La beste qui le porte est blance
Plus que n’est nois novele en brance.
A tote rien est debonaire
Fors c’as serpens solt molt mal faire ;
Serpens ocit, d’ice se paist,
Ja n’iert si grant qu’ele nel plaist.
Li covertors vint d’Alixandre,
Si est dedens de salemandre,
Qui fors de fu ne puet garir,
Ne fus ne puet son poil bruïr.
Devant le lit gist uns tapis
Qui est de plune de fenis." (v. 1066-1090)

  • 22 Cf. Horrent : Le pélerinage de Charlemagne. Essai d’explication textuelle avec des notes de critiq (...)
  • 23 Cf. Faral, op. cit., p. 354. On retrouve une mention assez originale de l’escarboucle dans l’appen (...)

55Si certains détails discrets comme les nappes sur les tables (v. 1053) sont la marque précise d’un très grand luxe,22 on sera sensible à l’abondance des matières précieuses utilisées : marbre (v. 791, 833, 944, 1101… ) ; or et argent (v. 845, 850, 852, 892, 975, 1602… voir aussi v. 4453-54) ; vermeil (v. 792) ; pierres précieuses (rubis : v. 1027, 1039 ; saphir : v. 1121, 1124, etc. ). L’une d’elles, l’escarboucle qui a la propriété d’éclairer la nuit (v. 1031-36) a déjà attiré l’attention des critiques23.

  • 24 A propos de la salamandre et du phénix, cf. Fourrier, op. cit. p. 391 et Faral, op. cit. p. 368. C (...)
  • 25 Faral, op. cit.. p. 362.

56Si l’auteur a enrichi sa description précise et objective d’éléments merveilleux comme la salamandre (v. 1086) ou le phénix (v. 1090) empruntés aux Bestiaires que l’auteur devait connaître24, il les mentionne non point tant parce qu’ils sont merveilleux mais, comme le fait remarquer Faral, parce qu’ils sont utilisés "par l’industrie humaine et décrits pour le concours qu’ils ont fourni (…) à la fabrication de quelque objet précieux."25

  • 26 On peut comparer notre passage à un autre texte : "Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Const (...)

57Malgré toutes les richesses qui se déploient sous nos yeux, le passage se caractérise cependant par une relative économie de moyens, évitant certaines merveilles souvent décrites lorsqu’on évoque Byzance ; ici point d’automates compliqués, point de grand spectacle !26 Le merveilleux, loin de s’opposer à la réalité byzantine aide à la cerner davantage.

"Rien n’en égale la beauté extérieure. Quant à l’intérieur, il dépasse tout ce que j’en pourrais dire. Il est tout couvert de peintures exécutées en or et en couleurs éclatantes. Le sol est pavé de marbres assemblés avec l’art le plus savant, et je ne sais ce qui donne le plus de valeur et de beauté, la richesse de la matière ou la finesse de l’art."

  • 27 Diehl, op. cit.. t. 1, p. 416 d’après Eudes de Deuil.

58Ce n’est pas un auteur de roman qui parle mais un visiteur du palais des Blachernes construit par les Comnène a Byzance,27 ou la réalite peut égaler ou dépasser la fiction.

59En ce qui concerne l’univers de Mélior, il est remarquable de voir que ce que l’on considère à première lecture comme de la "faérie" a été signalé par certains auteurs médiévaux comme appartenant à l’univers byzantin ; ainsi l’architecture très raffinée, la décoration somptueuse, les activités mêmes de Mélior et sa puissance peuvent être mises en relation étroite avec des descriptions d’ordre documentaire faites par des voyageurs ou des pélerins.

60Là où le lecteur pourrait se croire "engignée" par l’imagination de l’auteur, on trouve le plus souvent un détail de la civilisation byzantine au sommet de sa puissance, que le narrateur, dans un souci de sobriété ne veut pas enjoliver.

61Byzance est bien présente dans notre roman. Nous la reconnaissons non pas grâce à un détail unique mais à travers une convergence de notations qui nous montrent un monde ouvert à de multiples influences, sources de richesses et non de conflits où l’Occident se reconnaît et se perd tour à tour, où l’alté-rité et la ressemblance se côtoient de façon troublante.

  • 28 Certains détails s’y rattachent cependant : comme la nef voguant seule que l’on retrouve par exemp (...)

62Non seulement l’auteur sait créer une atmosphère de luxe et de richesse propre à séduire le lecteur médiéval, mais il se sert du merveilleux byzantin - où la merveille naît de la simple observation du réel - pour créer un univers qui s’écarte à la fois de la réalité occidentale et du merveilleux traditionnel de la littérature arthurienne28. Le cadre n’est plus enchanté -s’il reste enchanteur - et Mélior n’est plus simplement fée : ses pouvoirs s’expliquent autrement. Byzance n’est pas un simple décor exotique, objet de descriptions en marge du roman, qui répondrait seulement à un souci d’ordre esthétique ; elle devient un lieu d’écriture - [Chief d’Oire]- centre naturel et surnaturel, facteur de cohésion à l’intérieur de la fiction romanesque. C’est à ce niveau que se marque le mieux à nos yeux l’originalité de notre roman.

63On a très souvent analysé l’influence que Byzance a exercée sur l’Occident dans le domaine artistique. On a montré de façon précise comment les plus belles productions byzantines avaient pénétré en Europe par l’intermédiaire de villes comme Venise et comment elles avaient influencé l’art occidental.

64Mais celle-ci ne s’arrête pas là. Elle est présente également dans la production littéraire du Moyen Age. Ce domaine demande encore de longues investigations que nous ne faisons qu’amorcer ici.

65COMPLEMENT : Nous avions pensé assimiler le nom de Chief d’Oire à la Corne d’or byzantine ; la topographie des lieux nous y pousse. Faral ne donne aucune précision à ce sujet, mais monsieur Lecoy considère ce fait comme certain. (signalé avec l’autorisation de monsieur Lecoy que nous remercions ici).

Vue de Constantinople
Miniature du manuscrit N° 9087, f° 204 v° (BN) - département des manuscrits.
(reproduction publiée avec l’autorisation de la Bibliothèque Nationale)

RÉSUMÉ DES INTERVENTIONS

66(A propos de Byzance dans Partanopeus de Blois) :

67"Tant qu’il a été impossible d’estimer les limites des réserves d’or et de gemmes, et qu’on a cru à l’alchimie, le luxe extrême et le merveilleux n’ont pas eu de frontières".

68(A. PLANCHE, Université de Nice)

Notes

1 Voir en particulier le chapitre consacré à Byzance par J. Dufournet dans : "Les écrivains de la 4e croisade : Villehardouin et Clari". SEDES, Paris, 1973, ch. IV les multiples raisons du détournement vers Constantinople, pp. 113-130.

2 En particulier, pour les oeuvres romanesques écrites en français : Le Roman de Thèbes. Le Roman de Troie. Le pélerinage de Charlemagne, Cligès, Eracle, etc…

3 Pour les problèmes de datation du roman, nous renvoyons au livre d’A. Fourrier qui consacre un chapitre à Partonopeus : "Le courant réaliste dans le roman courtois", Paris, Nizet, 1960, ch. IV, pp. 315-446 [BN 4°Z5679 (1)].

4 On connaît dix manuscrits de notre roman : A : Paris, Arsenal 2986
B : Borne, Burger bibliothek 113
C : Bibliothèque de Sir T. Philipp 4156
F : BN fonds français 792 (frag. v. 7507 à 8054)
G : BN fonds français 19152 (avec une reproduction phototypique d’E. Faral Droz, 1934)
L : BN nouvelles acquisitions françaises 7516
P : BN fonds français 368
T : Tours, Bibliothèque municipale 939
V : Rome, Vatican Palatinus Latinus 1971
X : Cambridge, Corpus Christi Coll. EP-D-6 (frag. v. 3151-3392 et 3677-4120)
En 1834, une édition de G. A. Crapelet, Paris, donnait le texte du manuscrit A - 2 vol. in 4°.

5 L’édition que nous utiliserons ici est celle de Gildea en 3 volumes, Villanova University Press, Pensylvania, 1967-66-70 [BN 8° Ye 23400 (1-2)] Ce roman qui est particulièrement long se compose d’une partie principale que nous étudierons en octosyllabes et de deux suites : l’une en octosyllabes et l’autre en alexandrins. Nous utiliserons également dans les notes l’appendice I de cette édition : fragment de 1920 vers qui existe seulement dans le manuscrit A (pp. 433-473) où les richesses byzantines abondent, en particulier à l’occasion des noces de Mélior et Partonopeus.

6 Fourrier, op. cit., pp. 385-386.

7 On peut lire le résumé très détaillé de l’intrigue dans Fourrier, op. cit. PP. 318-384.

8 L’actualité a peut-être fourni le sujet de l’intrigue comme le signale Fourrier, op. cit., p. 401. En 1176, des envoyés de Manuel Comnène vinrent demander à Louis VII de France la main de sa fille Agnès, soeur de Philippe Auguste qui épousera le fils de l’empereur le 2/3/1180.

9 Le Goff : La civilisation de l’occident médiéval, Arthaud, 1965, p. 182.

10 Voir Faral : "Sources latines des contes et romans courtois". Champion, Paris, 1967, p. 321.

11 Les auteurs ont souvent insisté à la fois sur l’importance des tours dons le système de défense byzantin et leur fréquence dans l’architecture civile depuis le ve siècle. (Voir l’illustration d’une miniature du Psautier Barberini, Vatican 377, exécutée au xiie siècle qui représente la construction d’une tour dans l’ouvrage de Diehl "Manuel d’art byzantin". Picard, Paris 1926 en 2 vol. T 1, p. 395.
Voir également ce qu’écrit J. Stiennon dans son article : "Histoire de l’art et fiction poétique dans un épisode du Cligès de Chrétien de Troyes" in Mélanges R. Lejeune, éd. Duculot, Gembloux 1969 : "au xe siècle, Constantin de Rhodes exalte la splendeur des hautes constructions rie Constantinople. Plus tard, au xiiie siècle, Villehardouin sera également ébloui par la beauté des tours de la capitale" t. 1 (pp. 702-703).

12 Il faut être prudent ici. Un autre auteur, Eudes de Deuil, qui visite Byzance au milieu du xiie siècle la décrit comme puante et nombre. Cf. Diehl, op. cit., T. 1, p. 429 qui conclut ainsi : "dans son luxe comme dans ses laideurs, la Constantinople du Moyen Age, était essentiellement une ville de l’Orient."
Fourrier signale d’autre part, op. cit.. note 217, p. 401 que ce détail est peut-être emprunté à l’actualité française de l’époque puisque Philippe Auguste avait fait paver les principales rues rie Paris en 1184-1185.

13 In M. H. G. S. S. XXVI, 66 mentionné par Fourrier, op. cit., p. 403.

14 Pour les jardins cf. Diehl op. cit.. p. 414 t. 1 et M. Charageat : "L’Art des jardins", Paris, 1962. Dans notre roman on aperçoit un verger où Mélior reçoit sa soeur Urraque (v. 6349-6350).

15 Après la grande crise iconoclaste, sous les empereurs "macédoniens" (867-1081) puis sous les Comnène (1081-1185), Byzance connut une grande prospérité économique et commerciale (cf. Diehl, op. cit. t. 1, pp. 391-394).

16 Diehl : on. cit.. t. 1, p. 304.

17 Ce détail rappelle l’époque de Clotaire Ier en Occident et de Justinien en Orient (527-565) où l’Afrique appartient à l’empire byzantin (cf. Fourrier, op. cit.. p. 404).

18 Comme le fait remarquer Fourrier, op. cit. p. 402, le passage où Mélior fait apparaître des chevaliers et des combats d’animaux est peut-être l’écho de faits réels mentionnés par B. de Tudèle : "Il y a aussi (à Byzance) un lieu où le roi se divertit, appelé l’Hypodrome près de la muraille du Palais. C’est là que tous les ans (…) le roi donne un grand spectacle ; on y représente par art magique devant le roi et la reine, les figures de toutes les espèces d’hommes qu’il y a dans le monde ; on amène aussi des lions, des ours, des tigres et des ânes sauvages que l’on fait se battre ensemble comme aussi des oiseaux. On ne voit point de tel spectacle dans tout le monde." Voyages, Amsterdam 1734, 2 tomes en 1 vol. in 16°, I, p.

19 Faral, op. cit. p. 318-319 : "mais on ne peut dire qu’elle contienne un seul trait vraiment caractéristique. L’idée que la puissance magique est le fruit d’une étude approfondie, d’une connaissance parfaite des Sept Ars se trouvent à la fois dans le Roman de Troie (…) elle se trouve aussi déjà dans Eneas."

20 B. de Tudèle, op. cit.. I, pp. 44-45, in Fourrier, op. cit.. p. 401.

21 Diehl, op. cit.. t. 1, p. 679.

22 Cf. Horrent : Le pélerinage de Charlemagne. Essai d’explication textuelle avec des notes de critique textuelle. Paris, 1961, p. 60 note 3. Voir aussi App. I, p. 473, v. 1914 : "Sor les tables ont napes mises".

23 Cf. Faral, op. cit., p. 354. On retrouve une mention assez originale de l’escarboucle dans l’appendice I au-dessus du lit de Mélior :
"Et desus ot quatre pumeaus.
D’escarboncle, roons et beaus.
Li escarboncle reluisant
Estoient d’un tor et d’un grant
Par nuit jetoient tel elarté
Comme solans en jor d’esté.
Quant l’empereris violt dormir,
Dont les estuet moult bien covrir
Et, por menor clarté avoir,
I covient cierges faire ardoir. "pp. 461-62, v. 1377-1386.

24 A propos de la salamandre et du phénix, cf. Fourrier, op. cit. p. 391 et Faral, op. cit. p. 368. Cf. l’appendice I sur la panne du manteau de Mélior :
"Bien fu vestue Mélior
De siglaton a cercle d’or
Par roies entor les aigleaua
Fu trestos parés li manteaus
De pieres de pluisors manieres,
Molt. presiosses et molt chieres.
La penne fu de salemandre,
Qui fu et flame siolt espandre
Par les narines, od l’alaine ; p. 469, v. 1757-1765.

25 Faral, op. cit.. p. 362.

26 On peut comparer notre passage à un autre texte : "Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople". éd. de P. Aebischer, Droz, 1965, où l’auteur décrit un phénomène extraordinaire : la rotation du palais sur son axe (v. 354-361). Cf. Faral, op. cit., pp. 334-335 et en particulier la note 1.

27 Diehl, op. cit.. t. 1, p. 416 d’après Eudes de Deuil.

28 Certains détails s’y rattachent cependant : comme la nef voguant seule que l’on retrouve par exemple dans Guiguemar. et La vengeance Raguidel, cf. Faral, op. cit., p. 386.

Table des illustrations

Légende Vue de ConstantinopleMiniature du manuscrit N° 9087, f° 204 v° (BN) - département des manuscrits.(reproduction publiée avec l’autorisation de la Bibliothèque Nationale)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540