Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Le paradis terrestre, image de l’Orient lointain dans quelques documents géographiques médiévaux

Christiane Deluz

Texte intégral

  • 1 cf. R. Lewinter Groddeck et le royaume millénaire de Jérôme Bosch Paris 1974
  • 2 J. K. Wright The geographical lore of the time of the Crusades New York 1965 C. R. Beazley The daw (...)

1Immense question que celle de ce Paradis terrestre, ne nous trouvons-nous pas en présence d’un des mythes fondamentaux de l’humanité puisque des Sémites aux habitants de l’Amérique précolombienne ou des îles du Pacifique tous les peuples ont placé l’Eldorado au berceau de leur histoire ? La quête de ce Paradis n’a cessé d’alimenter un courant aussi abondant que les quatre fleuves que la Genèse fait jaillir de la fontaine d’Eden, dès lors que les psychanalystes prenaient le relai des voyageurs pour nous guider sur les chemins d’un paradis intérieur, qu’il soit un non-lieu comme le pense Freud, un passé comme le voit Ferenczi, une présence comme le veutGroddeck1 Il est bien évident que l’historien est totalement incompétent pour s’aventurer sur de telles voies, qui sortiraient en outre du propos qui est le nôtre à ca colloque. Cet essai se limite donc volontairement à des documents géographiques, si l’on ose utiliser un mot qui n’existe pas pour la période médiévale. Mais d’illustres noms, ceux de Beazley, de Wright, du Père de Dainville, permettent d’affirmer que les géographes ont précédé la Géographie et contribué à faire poindre son "aurore" pour reprendre l’heureuse expression de Beazley2.

  • 3 Recueils de cartes : Vicomte de Santarem Atlas composé de mappemondes Paris 1842 J. Lelewel Géogra (...)

2Documents géographiques, c’est-à-dire essentiellement les Images du Monde, celles que l’on a dessinées, le Paradis terrestre étant un des éléments les plus stables de la représentation de la terre sur les cartes médiévales ; celles que l’on a écrites, soit en tant que telles, De imagine mundi d’Honorius Augustodunensis, Imago mundi de Pierre d’Ailly, soit incluses â l’intérieur d’ouvrages plus vastes, Etymologies d’Isidore de Séville, Historia scolastica de Petrus Comestor, soit les multiples récits de voyage réels ou imaginaires, cadre commode pour une géographie non encore constituée en science autonome.3

3Si étroit qu’il soit par rapport à l’ensemble de la question, ce cadre est encore trop large pour que, dans le cadre de cette communication, on puisse présenter autre chose qu’un choix de documents. J’ai examiné un certain nombre de cartes, comprises entre la mappemonde de Strasbourg. datée du ixe siècle et celle de FraMauro du xve siècle. Pour les textes, j’ai consulté les Etymologies d’Isidore de Séville, les Quaestiones super Genesim et l’Hexameron de Bède, le De Universo de Raban Maur, le De imagine Mundi d’Honorius d’Autun, le De situ terrarum attribué à Hugues de Saint Victor, l’Historia scolastica de Pierre le Mangeur, l’Iter ad Paradisum d’Alexandre et sa version française, l’Image du monde de Gossouin de Metz, le Livre du trésor de Brunetto Latini, le Devisement du monde de Marco Polo, le Livre de Jean de Mandeville, le Voyage de Jean de Hese, le Pèlerinage d’Arnold van Harff et l’Imago mundi de Pierre d’ailly.

4A l’aide de ce dossier, on peut tenter de cerner ce que représente le Paradis terrestre pour ceux qui l’ont figuré ou en ont parlé, puis de voir si cette représentation a évolué dans le temps.

  • 4 Isidore P. L. 82 col. 496-97 "Paradisus est locus in Orientis partibus constitutus cujus vocabulum (...)

5Une première constatation s’impose, l’image du Paradis est très tôt mise en place. Ouvrons, au seuil du Moyen Age, les Etymologies : "Le Paradis est un lieu situé dans les régions de l’Orient. Le nom vient du grec et se traduit en latin par jardin, mais en hébreu il est dit Eden, ce qui peut s’interpréter délices dans notre langue. Ainsi, les deux termes donnent Jardin de délices. En effet, il est planté de toutes sortes debois et d’arbres fruitiers, y compris l’arbre de vie. Là ; il n’y a ni froid, ni chaleur, mais la douceur d’un éternel printemps. En son milieu, jaillit une source qui arrose toutle bois et se divise en quatre fleuves naissant d’elle. L’accès de ce lieu a été fermé à cause du péché de l’homme. Il est clos en effet de toutes parts d’une épée de flamme, c’est-à-dire ceint d’un mur de feu dont l’incendie rejoint presque le ciel. Un chérubin, c’est-à-dire un chef des Anges a été établi sur cette ardeur de l’épée pour écarter les esprits mauvais, en sorte que les flammes éloignent les hommes, que les (bons) Anges chassent les mauvais et qu’aucune transgression, ni du corps, ni de l’esprit, n’ouvre l’accès au Paradis."4

  • 5 De Asia… prima regio in Oriente est Paradisus, locus videlicet omni amoenitate conspicuus, inadibi (...)
  • 6 Voir les extraits de ces auteurs cités in A. Graf Miti Leggende e superstizioni del Medio Evo Turi (...)
  • 7 A. Cioranescu Oeuvres de Ch. Colomb traduites de l’espagnol Paris 1961 p. 219-39

6C’est le même décor que plante six siècles plus tard Honorius Augustodunensis : "La première région d’Asie en Orient est le Paradis, un lieu remarquable par toutes sortes d’agréments, inaccessible aux hommes, ceint qu’il est d’un mur de feu montant jusqu’au ciel. Là est l’arbre de vie, c’est-à-dire l’arbre dont le fruit confère l’immortalité pour toujours à celui qui le mange. Là aussi jaillit une source qui se partage en quatre fleuves. Ces fleuves disparaissent en terre en dessous du Paradis, mais reparaissent au loin en d’autres régions."5 On pourrait citer dans le même registre Bernard Sylvestre ou Alexandre Neckham6. Et, à la clôture du Moyen Age, c’est en s’appuyant sur la tiédeur de l’air, l’abondance et la douceur des eaux, la montée de la mer à la rencontre du ciel, que Christophe Colomb pense s’être approché tout près du Paradis terrestre en explorant l’embouchure de l’Orénoque7.

  • 8 Bougainville Voyage autour du monde éd. Maspéro coll. La découverte Paris 1986 p. 139

7On pourrait même dire que cette image a largement franchi le seuil des Temps Modernes ; en arrivant à Tahiti. Bougainville ne se croit-il pas transporté dans le Jardin d’Eden ? "Nous parcourions une plaine de gazon, couverte de beaux arbres fruitiers et coupée de petites rivières, qui entretiennent une fraicheur délicieuse, sans aucun des inconvénients qu’entraine l’humidité. Un peuple nombreux y jouit des trésors que la nature verse à pleines mains sur lui. Nous trouvions des troupes d’hommes et femmes assises à l’ombre des vergers… partout, nous voyions régner le repos, une joie douce et toutes les apparences du bonheur."8

  • 9 Bible de Jérusalem éd. du Cerf 1973 note 2 p. 32
  • 10 cf. A. Bartlett Giamatti Thr earthly Paradise and the Renaissance Epic Princeton 1966 pp. 11-15

8Visions dignes des Champs Elysées virgiliens ; la description du Paradis doit au moins autant à la tradition antique qu’aux versets de la Genèse. Si l’on encroit les exégètes, ce n’est pas du tout par délices qu’il faut traduire le terme Eden, comme le prétend Isidore-et comme le fait la Vulgate-, mais plutôt par steppe. Le jardin planté par Yahweh en Eden est à comprendre comme une sorte d’oasis au milieu de la terre aride, de là l’importance des arbres et de l’eau9. Il apparait aussi comme un enclos royal, c’est le sens du mot persan paradis, c’est le sens que lui donne Xénophon, chez lequel on relève son premier emploi en grec, c’est sans doute dans ce sens que les Septante l’adoptent dans leur version de la Bible au 3e siècle avant notre ère10.

  • 11 Poèmes de Lactance et Tertullien cités in A. Graf op. cit. t. I app. I p. 197 et 205
  • 12 Ovide Fastes V II 195-210
  • 13 Bartlett Giamatti op. cit. ch. I p. 33-47 Classical gardens

9Ce jardin de Roi, planté au risque du désert, théâtre grandiose de l’épreuve décisive pour l’homme, s’est dépouillé sous la plume d’Isidore (et bien avant lui dans les poèmes chrétiens, tels le De ave phoenice de Lactance ou le De judicio Dei attribué à Tertullien) de son caractère hautain pour se parer de toutes les grâces du "locus amoenus" des Anciens11. Flora, au chant V des Fastes ne chante-t-elle pas l’éternel printemps dont elle jouit au milieu des arbres toujours verts, au souffle de la brise, au murmure des eaux courantes ?12 Et l’on pourrait multiplier à l’infinià côté d’Ovide, les citations de Virgile ou d’Horace, sans parler des jardins d’Alkinoos au livre VII de l’Odyssée, ou des Olympiques de Pindare, évoquant les jardins fabuleux avec leurs arbres en fleurs portant du fruit toute l’année, les ruisseaux et les fontaines qui les arrosent, les douces brises océanes qui les caressent, les parfums odorants qui en émanent13.

10Le Paradis terrestre médiéval n’est cependant pas à confondre totalement avec ces paysages aimables évoquant l’âge d’or. De ses racines bibliques il a gardé deux éléments essentiels que l’onretrouve au fil des textes : 1a localisation en Orient et l’inaccessibilité.

  • 14 Isidore P. L. 82 col. 514 "Fortunatae insulae vocabulo suo significant omnia ferre bona quasi feli (...)

11Conscient sans doute du caractère trop païen de son Eden, Isidore de Séville met en garde ceux qui le confondraient avec les Iles Fortunées : "Les Iles Fortunées signifient par leur nom qu’elles portent tous les biens, qu’elles sont comme heureuses et bénies par la richesse de leurs produits….. Les sommets des collines sont couverts de vigne naissant d’elle-même ; il est courant d’y voir le blé et l’olivier au lieu d’herbes sauvages. De là vient l’erreur des païens et des chants de leurs poètes, qui ont pensé qu’elles étaient le Paradis en raison de la fécondité de leur sol. Mais elles sont dans l’Océan, vers la gauche de la Mauritanie, proches de l’Occident."14

12Le Paradis, lui, est en Orient. Comme un refrain, tous les textes reprennent le "Et plantavit Dominus Deus Paradisum in Eden ad Orientem". Les quelques survivances antiques sur un paradis hyperboréen ne se sont guère acclimatées.

  • 15 Bède P. L. 91 col. 43 Maur P. L. 107 col. 476
  • 16 Père I. Ayer Où plaça-t-on le Paradis terrestre ? Etudes francisdaines 1924

13Il y avait pourtant un problème, soulevé notamment par Bède et à sa suite par Raban Maur, car si la Vulgate avait écrit ad orientem, la Vetus latina portait a principio15 Selon le Père Ayer, le mot hébreu miqqedem est en effet mieux rendu par au commencement, encore que l’acceptionà l’orient soit convenable, à condition d’être au sens relatif (à l’orient de…) et non absolu16.

  • 17 Athanase Quaestiones ad Antiochum cité in H. R. Patch The other World according to descriptions in (...)
  • 18 Séverien de Gabala De mundi creatione Oratio V. P. G. 56 col. 477-478

14Mais c’est l’Orient absolu qui s’impose rapidement et largement. Athanase condamne ceux qui situent la Paradis terrestre au troisième ciel où Saint Paul fut ravi, ou encore à Jérusalem ; l’Ecriture enseigne qu’il est en Orient et le parfum des fruits quand on va vers l’Inde indique bien qu’on s’en approche17. Séverien de Gabala donne toutes les justifications à cette situation : le cours des astres se fait d’Est en Ouest, l’Est est l’origine de toute vie pour les hommes, et la place du Paradis est ainsi symbole de la résurrection future, l’Ouest au contraire où se couchent les étoiles étant lieu de mort18.

  • 19 Comestor P. L. 198 col. 1067

15Finalement Petrus Comestor résout le problème : "Plantaverat autem Dominus Deus Paradisum voluptatis a principio. A principio id est a prima orbis parte. Unde alia translatio habet Paradisum in Eden ad Orientem… A principio idem est quod ad Orientem."19

16La valeur magique et mystique du mot orient l’a donc emporté. Source de vie, lieu de jaillissement de la lumière, cette lumière dont Georges Duby a si éloquemment montré qu’elle était pour l’homme au seuil du xiie siècle symbole de Dieu, l’Orient, première partie du monde, vers laquelle toutes les cartes se tournent, sont "orientées", et d’où viennent tous les biens précieux, apparaît comme le plus apte à contenir, dans un éloignement infini, dans une profondeur mystérieuse, ce joyau entre tous qu’est le Paradis terrestre.

17L’autre élément important de cette localisation du Paradis est en effet sa radicale séparation de l’habitation des hommes.

  • 20 Comestor P. L. 198 col. 1067 "Est autem locus amoenissimus longo terrae, et maris tractu a nostra (...)

18Après avoir donné son opinion sur l’équivalence a principio, ad orientera, Petrus Comestor continue : "C’est un lieu très agréable, séparé de notre zone habitable par un long espace de terre et de mer et si élevé qu’il atteint le cercle de la lune, de sorte que les eaux du Déluge n’y sont pas parvenues."20

  • 21 Bède P. L. 91 col. 43-44 "Nonulli volunt quod in orientali parte orbis terrarum sit locus paradisi (...)

19Il reprend ainsi ce que disait déjà Bède : "Certains veulent que le Paradis soit à la partie orientale de la terre, quoique séparé par un long espace, soit d’Océan, soit de terre, de toutes les régions qu’habite actuellement le genre humain. Donc les eaux du Déluge, qui ont recouvert hautement toute la surface de notre globe n’y sont pas parvenues."21

  • 22 Mandeville p. 405

20On retrouve la même vision quelques sept siècles plus tard sous la plume de Mandeville : "Paradis terrestre, on dit que c’est la plus haute terre du monde, et est en Orient, au commencement de la terre. Elle est si haute qu’elle touche bien près du cercle de la lune, par lequel la lune ; fait son tour. Car elle est si haute que le fleuve de Noé ne la pot ataindre, qui couvri toute la terre du monde dessus et dessouz, fors que Paradis tant seulement."22

  • 23 Jean Damascène De fide orthodoxaP. G. 94 col. 913-914 24) St. Jérôme Comment. in Ezech. P. L. 25 c (...)
  • 24 St. Jérôme Comment. in Ezech. P.L. 25 col. 272
  • 25 Ailly p. 458-461

21Lieu séparé, secret, "secretus" disent les textes. Séparé par les eaux de la mer, de l’Océan, séparé par l’altitude, "In Oriente omni terra sublimior positus fuit", dit Jean Damascène23. La montagne du Paradis n’est pas une invention de Dante ; dans son Commentaire sur Ezéchiel, Saint Jérôme affirme : "Et posui, inquit, in monte Sancto Dei, haud dubium qui paradisum significat ;"24 Il évoquait alors un passage de l’Epître aux Hébreux sur le Mont Sion. Mais la confusion est facilement établie entre les montagnes saintes. Toute haute montagne apparaît quelque peu sacrée, n’atteint-elle pas le pur air, au dessus des zones troubles de notre atmosphère ? C’est bien ainsi que la voit encore Pierre d’Ailly : "Le Paradis terrestre, au dire d’Isidore, de Jean Damascène, de Bède, de Strabon et du maître des Histoires est un lieu agréable, situé dans certaines régions de l’Orient, à une longue distance par terre et par mer de notre monde habité ; il est tellement élevé qu’il touche à la sphère lunaire et l’eau du Déluge n’y parvint pas. Il ne faut pas entendre par là qu’en vérité le Paradis atteignait le cercle de la Lune : il s’agit ici d’une expression symbolique qui signifie simplement que son altitude par rapport au niveau de la terre basse est incomparable, et qu’elle atteint aux couches d’air calme qui dominent notre atmosphère troublée où aboutissent les émanations et les vapeurs, qui forment comme dit Alexandre un flux et un reflux vers le globe humain."25

  • 26 Honorius P.L. 172 col. 1119
  • 27 La carte du manuscrit d’Isidore est reproduite dans G. T. Kimble op. cit. pl. 3 Les autres cartes (...)

22Séparé par la hauteur de la terre, par l’eau, le Paradis l’est encore par le feu, le glaive devenu muraille, "Gladius fuit igneus murus quo post peccatum circumdatus est Paradisus" répond le maître à une question de son disciple dans l’Elucidarium d’Honorius d’Autun26. Dane cette civilisation du cloître, de la ville close, du courtil bien protégé, comment la ligne droite tracée par l’épée de feu ne serait-elle pas devenue cercle fermé ceignant le Paradis défendu ? Ainsi se dessine toute une géographie de l’infranchissable, que font surgir les miniaturistes dessinant l’Image du monde : haute montagne enfermée dans des murs d’un manuscrit d’Isidore, du xe siècle, conservé à Madrid ; montagne et mur de feu autour du jardin de la mappemonde de Saint 8ever du xie siècle de la Bibliothèque Sainte Geneviève à Paris ; mur de flammes et montagne dans un manuscrit du xive siècle du De statu Sarracenorum de Guillaume de Tripoli ; île à mi-chemin du ciel semble-t-il, avec sa couronne étoilée dans un manuscrit du Liber Floridus du xiie siècle, de Prague. Au milieu du xve siècle, Andrea Bianco reprend l’image de la montagne, tandis que Fra Mauro préfère celle de l’île, tout en la situant hors de sa mappemonde, dans une vignette à l’angle gauche de la carte27.

  • 28 H. R. Patch op. cit. p. 134

23Il ne faudrait pas penser en effet que cette image du Paradis, mise en place dès l’aube du Moyen Age, soit restée immuable pendant les quelque mille ans que nos découpages historiques lui assignent. Certes, comme le fait remarquer H. Patch, une description en quelque sorte orthodoxe du Paradis a été élaborée qui ne se réduit pas, on l’a vu, au seul texte de la Genèse et qui a été tant et tant de fois reprise qu’idées, modes d’expression, formules, vocabulaire, sont devenus trop proches pour qu’on puisse distinguer les emprunts des coïncidences28. Cependant, comme c’est souvent le cas dans la littérature médiévale, le nouveau surgit lentement même à l’intérieur d’un cadre ancien, et on peut esquisser ici les grandes lignes d’une évolution.

24Le Paradis interdit des clercs, soucieux surtout de géographie sacrée, voici qu’il s’entr’ouvre discrètement sous la poussée des voyageurs de l’imaginaire.

  • 29 M. M. Lascelles Alexander and the Earthly Paradise Medium Aevum t. V 1936 p. 31 ets.

25Au début du xiie siècle, apparaît l’Alexandri Magni Iter ad Paradisum, ouvrage anonyme, indépendant du cycle alexandrin du Pseudo-Callisthènes, et remontant, selon M. Lascelles à une légende talmudique.29

  • 30 Alexandre p. 586-87
  • 31 Iter p. 20
  • 32 Iter p. 21

26Alexandre est parvenu aux confins de l’Inde, ou encore, comme le dit la version française : "Quant li roiz de Macedoinne, li granz Alixandres, qui tant conquist de terres, fu alez a toutes ses olz jusques vers Orient, droit vers le nessement del soloil…. bien cuidoit estre au coron de la terre par devers orient."30 Ce bout du monde, ce lointain Orient lumineux où naît le soleil, c’est bien toujours là le site du Paradis, mais un des quatre fleuves apparaît maintenant comme un chemin possible vers lui. L’armée campe aux bords du Gange, "qui et Phison, cujus origo est Paradisus voluptatis"31 Bien plus, les feuilles des arbres qui couvrent les maisons dégagent, une fois séchées au soleil une odeur merveilleuse, la Paradis est sûrement tout proche, atteignable. Certes, la remontée du fleuve s’avère pleine de difficultés de toutes sortes, "impetum furentis fluvii… incredibili fluctus sonitus", mais au bout d’un mois de cette dure navigation, le Paradis esten vue. Cette fois, il semble une cité "quasi aedificium civitatis mirae altitudini et longitudinis", entourée d’un mur sans tour ni défenses, couvert de vieille mousse. Mais ce mur n’est pas sans faille, au troisième jour de navigation le long du rempart, "perbrevis fenestrelle interius munitae aditus apparuit"32 et, de l’intérieur, une voix se fait entendre.

  • 33 Alexandre p. 587

27Certes, Alexandre et ses compagnons ne pénètrent pas dans la cité entrevue, mais on mesure bien toute l’importance du changement d’image, du jardin planté par Dieu à la ville bâtie par l’homme, de la muraille de feu au mur couvert de mousse. La version française conserve un peu plus les anciennes représentations, les navigateurs voient "sur l’eve un petit manoir bellement atorné et cloz d’un haut mur ; et biau vergier i avoit. Cil manoirz seoit sur la rive du flun par l’une part et de l’autre part avoit une haute montaigne, il sembloit que ele atouchast aus nues. "Le fleuve est barré d’une "grosse chaenne", que les explorateurs "croullent… comme cil qui vouloient savoir" ; mais là encore, "au croulle de la chaenne", une fenêtre s’entr’ouvre, un vieillard. Même si c’est pour dire qu’il n’est pas "saige" d’aller "enquerranr les secrez al segneur del monde", cette fenestrelle entrebâillée dans le mur du Paradis n’est pas près de se refermer33.

  • 34 cf. H. R. Patch op. cit. p. 155-156

28Dès le xiiie siècle, est mise en place la version française de la légende de Seth, allant au Paradis chercher l’huile de miséricorde promise par le Sauteur pour son père malade. Dans sa forme la plus populaire, on le voit suivre un chemin verdoyant, marqué par les traces des pas d’Adam et d’Eve ; il va vers l’Orient et le conduit en vue du merveilleux jardin. Le chemin du Paradis perdu, interdit, devient ainsi chemin du Paradis retrouvé34

  • 35 Bède P. L. 91 col. 44
  • 36 Joinville Vie de Saint Louis éd. N. L. Corbett Sherbroke 1977 p. 121

29De plus, en ce xiiie siècle où les routes du grand commerce s’ouvrent et se réaniment entre orient et occident, les fleuves du Paradis s’ils étaient pour Alexandre voie vers leur source, la fontaine d’Eden d’où ils jaillissent, apparaissent aussi comme voies descendant vers la Chrétienté les pierres rares, les bois précieux, les plantes aromatiques desquels parlaient quelque peu le récit de la Genèse, et beaucoup toute la tradition littéraire. Au livre I de l’Hexameron, par exemple, Bède, commentant les versets "ibi nascitur aurum et aurum terrae illius optimum est. Ibique invenitur bdoellium et lapis onychinus", évoque l’or dont abonde l’Inde aux dires de Pline, et les îles de Chryse et d’Argyre ainsi nommées à cause de leur richesse en ces métaux rares. Aux lignes suivantes, on voit briller les escarboucles et l’émeraude35. Mais tout ce chatoiement était le plus souvent éteint parles commentaires allégoriques. Et voilà que débarquent Jes vaisseaux joyaux et êpices, qui rendent aux vieux textes consistance et réalisme. C’est ainsi que Join-ville contemple le Nil et voit les pêcheurs jeter leurs filets le soir et en retirer au matin épices, bois d’aloès et cinnamone que le vent a fait tomber des arbres du Paradis, comme le bois mort en son pays.36

30Une relation avec l’Eden apparaît donc possible. L’immense Asie, qui occupe la moitié de la terre dans les cartes, voici qu’elle va s’offrir de plus en plus aux curiosités des Occidentaux, d’abord accrochés aux Echelles, puis en lâchant résolument les barreaux pour se lancer sur les routes de cet autre monde où Guillaume de Rubrouck a conscience de pénétrer, une fois franchie la Volga.

31Le Paradis terrestre apparaît alors à la fois atteignable et inatteignable, au même titre que les autres régions de cette terre où mille obstacles de la nature, des bêtes, de l’homme, s’opposent au voyageur.

  • 37 Gossouin p. 109-110

32De cet état d’esprit nouveau témoigne par exemple l’Image du Monde de Gossouin de Metz : "La primère région d’Aise la grant, si est Paradis terrestre. C’est uns lieus qui est plains d’aise et de joie et de soulaz, si que nus qui laienz soit ne puet envieillir ne mal avoir en nulle manière du monde. Laienz est li arbres de vie. Et qui en avroit mengié du fruit il ne morroit jamais nul jour. Mais un homs n’i porroit aler se Diex ou anges ne l’i menoit. Car il est touz clous de feu ardant tout entour, qui vait flambant jusques as nues" Après avoir décrit la fontaine et les quatre fleuves, l’auteur poursuit : "De ce Paradis terrestre tout environt moult de divers lieus sans nul retour. Car nus homs ni pourroit habiter ne trover point de son vivre, porles males bestes qui là sont fières et crueuses et de mainte guise."37

33Ainsi le Paradis n’est plus irrémédiablement inaccessible ; on peut y être mené par Dieu, Deo duce, c’est un des slogans de la croisade, et de toutes façons, il n’est plus le seul inaccessible ; d’autres lieux d’Asie sont "sans retour". Il perd son caractère unique, à coté de l’Arbre de vie se laisse deviner en filigrane la Fontaine de jouvence de la légende d’Alexandre. Le mythe s’efface peu à peu devant la merveille, une parmi tant d’autres, que la vaste étendue du continent asiatique permet d’y rassembler, et que les récits de voyage contribuent largement à accréditer, si paradoxal que cela puisse paraître.

  • 38 Pour la mappemonde de Hereford, on peut consulter entre autres la plaquette de A. X. Mori et M. Le (...)

34La cartographie apporte un témoignage analogue. Déjà dans la mappemonde de Strasbourg, du ixe siècle, les Amazones étaient voisines du Paradis dans la nomenclature inscrite en Asie. Les légendes vont se multipliant, diminuant d’autant l’importance relative du Paradis. Que l’on compare par exemple la nomenclature de cette mappemonde de Strasbourg avec celle du manuscrit de Guillaume de Tripoli du xive siècle ; ou encore l’Adam et l’Eve isolés au milieu des fleuves de la mappemonde de Turin du xiie siècle, avec le foisonnement d’animaux, d’hommes et de villes qui les fait en quelque sorte disparaître dans la foule sur la mappemonde de Hereford au début du xive siècle. Eloquente aussi est la mappemonde d’un manuscrit des Grandes Chroniques de saint Denis du xive siècle, où le Paradis est dans la même île que l’India superior, et presque dans la même île que Gog et Magog, le mur de flamme étant devenu une sorte de branche d’arbre ornementale38

35Dans les cartes comme dans les textes, le Paradis apparaît donc non seulement banalisé, mais pénétrable. Dans la mappemonde de Hereford, le jardin est enclos de murailles urbaines, même si des flammes s’en échappent et l’on voit s’y ouvrir non plus une petite fenêtre, mais des portes indiquées comme telles, "porte paradisi"

36Cette mappemonde de Hereford est d’ailleurs intéressante à examiner de près pour sa représentation du Paradis, qui est en quelque sorte dédoublée. Au point le plus oriental du monde habitable, juste aux pieds du Christ du Jugement dernier, est placée l’île du Paradis, aves les quatre fleuves et Adam et Eve mangeant le fruit défendu. Puis, sur le continent se situe "expulsio Ade et Evae" ; au dessus d’eux, un arbre à deux branches, "arbor balsami id est arbor sicca" ; auprès de cette scène sont figurés les géants, la Cité d’Enoch, la montagne d’or gardée par des dragons. Certes, la discussion était ancienne sur la situation respective du Paradis et de la terre habitable et la mention du renvoi d’Adam sur terre après la chute indiquait bien selon certains que le Paradis n’appartenait pas au monde des hommes. Mais il me semble que Richard de Haldingham a voulu nettement distinguer le Paradis terrestre et l’Arbre de vie des autres arbres et merveilles de l’Asie en un temps où le foisonnement des légendes, des arbres, des paradis entrainait une certaine confusion.

  • 39 Valerii Julii Alexandri Res gestae éd. B. Kuebler Leipzig 1888 p. 132

37Avec les marchandises, avec les voyageurs, les légendes circulaient aussi. Dans le Pseudo-Callisthènes, Alexandre arrive à un jardin, "locum arboribus consitum… Hunc illi paradisum vocitavere", où les arbres du soleil et de la lune rendent leurs oracles39.

  • 40 Je dois cette précision à une intervention de Madame Baroin
  • 41 Polo ch XL p. 110
  • 42 Polo ch XLI p. 111-113
  • 43 Polo ch. XLI p. 113

38Arbre mythique encore que cet Arbre sec, venu de Byzance, qui apparait pour la première fois en Occident dans le Livre de Sibylle de Philippe de Thaün vers 114040, arbre des confins entre monde byzantin et persan et monde extrème oriental, peu à peu chargé de toute une signification eschatologique et que Marco Polo découvre "dans une grandisme plaine… aux confins de la Perse devers Tramontane."41 Tout à côté d’ailleurs, il situe la demeure du Vieillard de la Montagne, autre jardin paradisiaque, coranique celui-là et concurrent de l’Eden avec son "abondance de toutes les bonnes plantes, fleurs et fruits du monde et des arbres", ses "charmantes fontaines", ses "dames et demoiselles les plus belles du monde, lesquelles savaient très bien sonner de tous instruments, chanter mélodieusement, danser autour des fontaines mieux que toutes autres femmes…. Le Vieux donnait à entendre à ses hommes que ce jardin était le Paradis ; il l’avait fait en telle manière qu’en son temps Mahomet fit entendre aux Sarrasins qu’iraient au Paradis ceux qui feraient sa volonté….. C’est pourquoi les Sarrasins de ce pays croyaient fermement que ce jardin fut le Paradis."42 Paradis aussi difficile d’accès que l’autre, avec au seuil de la vallée "un château si fort et imprenable, qu’il n’avait peur de personne au monde ; on y pouvait entrer par un chemin secret, et il était très diligemment gardé."43

  • 44 cf. Beazley op. cit. t. III pp. 301-303

39Quelques années plus tard, Jean de Marignolli se fait l’écho d’une autre tradition musulmane situant le Paradis dans une montagne de Ceylan dont le sommet touche le ciel, tandis que l’on entend le bruit des eaux tombant de la fontaine sacrée et voit l’empreinte du pied d’Adam quand il cultivait le jardin avant d’en être chassé.44

40A tout ce foisonnement de légendes paradisiaques, il faut ajouter le choc reçu par les voyageurs en découvrant le monde des oasis, la luxuriance tropicale, une autre végétation, une autre faune, d’autres cultures. Devant leurs yeux éblouis mille paradis surgissaient, rendus plus délicieux encore par les difficultés souvent dramatiques rencontrées au cours des durs cheminemments vers le bout du monde.

41Image à la fois riche et confuse, sans cesse complétée et redessinée que celle de l’Orient lointain vers le milieu du xive siècle et où l’île du Paradis semble entraînée dans un tourbillon vertigineux.

  • 45 Mandeville p. 388
  • 46 Mandeville p. 405-406

42Face à cette situation, deux attitudes s’opposent ; la première, dans la ligne de la mappemonde de Hereford, maintient fermement le vieux mythe du Paradis inaccessible. C’est ainsi que Mandeville par exemple, décrit à la suite de Marco Polo et d’Oderic de Pordenone le Paradis du Vieillard de la Montagne dans l’île de Millestorach, "un grant chastel en une montaigne, si fort et si noble que nuls homs ne pourroit deviser… et dedenz ces murs il y a le plus bel jardin que on pourroit veoir", avec ses arbres, ses fleurs, ses belles demoiselles de l’âge de quinze ans, ses beaux jouvenceaux, vêtus de drap d’or, "et disoit-on que cestoient anges", ses belles fontaines "toutes environnées de pierres de jaspre et de cristal, ouvrées d’or et de grosses perles"45 Mais ce jardin merveilleux, résumé de toutes les grâces et de toutes les richesses d’un Orient enchanteur, n’est absolument pas à confondre avec le Paradis terrestre, dont il est question un peu plus loin dans le livre : "De Paradis terrestre ne vous sarois-je proprement parler, car je n’y fui onques. "Cette terre, la plus haute du monde, garde un aspect plus sévère et plus grandiose, entourée d’un grand mur, avec une entrée certes, mais "enclose de feu ardent, si que nus homs mortel n’y pourroit entrer". Les rivières qui jaillissent de sa fontaine" cueurent si roidement pour ce qu’elles viennent de si haut et à si grandes ondes que nulle nef ne pourroit nagier encontre. "Lieu secret, donc, lieu interdit ; l’idée est plusieurs fois répétée dans le passage, "Nul marchant ne autre personne ne puet aler vers ce Paradis ne par mer ne par terre" "Moult de grans seigenurs ont essayé par moult grant volenté maintes fois pour aler oultre par ces rivières vers Paradisà grandes compaignies, mais oncques ne purent exploitier leur vaissel à aler avant", "Nul homs mortel ny puet approchier".46

  • 47 La plus récente reproduction de l’Atlas Catalan est celle de G. Grosjean Mappaemundi Der Katalanis (...)

43Presque dans le même temps, où Mandeville défendait ainsi l’accès du Paradis terrestre, Abraham Cresques innovait en dessinant à l’extrémité orientale de l’Asie de l’Atlas catalan un Paradis eschatologique, jardin où le Christ couronne ses élus, témoignant peut-être de la même volonté de refuser qu’un voyageur puisse trouver sur une carte le chemin vers le Paradis. Clos dans l’espace, le Paradis l’est aussi dans le temps, ou plutôt hors du temps, autour des arbres d’immortalité.47

44Mais, contemporain de cette volonté de clôture, un autre courant apparaît, issu de ceux qui prétendaient avoir atteint le Paradis terrestre.

  • 48 Hese p. 164 et 170 "Super illo monte dicitur esse Paradisus terrestris et ille mons est nimius alt (...)

45Vers 1389, Jean de Hese écrit un récit de voyage à Jérusalem qui se prolonge "ulterius transeundo per desertum et per terram" jusqu’en Ethiopie, et "ulterius navigando" jusqu’en Inde, puis à la finde l’Inde et de la terre habitable. Prenant encore un navire, avec la permission du Prêtre Jean, il arrive à une île appelée "radix paradisi", puis à la montagne d’Edom : "Sur ce mont, on dit que se trouve le Paradis terrestre et ce mont est très haut et vertical comme une tour, de sorte qu’il ne peut y avoir aucun accès à ce mont. Et, environ l’heure de Vêpres, quand le soleil déclinant illumine la montagne, alors on voit le mur du Paradis dans une grande clarté et resplendissant comme une étoile."48

  • 49 Arnold p. 173-175

46Un siècle plus tard, Arnold von Harff cherche la montagne du Paradis à voté des sources du Nil, les examinant avec grande attention "pour pouvoir dire â ceux qui disent que le Nil sort du Paradis que nous avons été là."49

  • 50 W. R. L. Randles De la terre plate au globe terrestre Cahier des Annales 1980 p. 16

47Il s’est ainsi établi, comme le signale W. Randles une sorte de mode dans les itinéraires de voyage, avec trois étapes-clés. Jérusalem, le pays du Prêtre Jean ; le Paradis terrestre. On les trouve par exemple dans le Libro del Infante don Pedro, composé entre 1426 et 1429 et retraçant un voyage réel au Levant du frère d’Henri le Navigateur, mêlé de détails fantastiques.50

  • 51 M. Destombes Mappemondes op. cit.

48Ce n’est donc pas me semble-t-il en raison d’un conservatisme retardataire que le Paradis terrestre continue à être mentionné ou figuré sur les mappemondes jusqu’à la fin du xve siècle, celle d’Andrea Bianco en 1456, avec la montagne d’où sortent les quatre fleuves, celle de la Bibliothèque communale de Vérone, datée de 1442, où figure la mention Paradixo terrestro à l’extrémité orientale de l’Asie, celle d’Andreas Walsperger, de Constance, conservée au Vatican, datée de 1448, où le Paradis est entouré d une enceinte garnie de tours51. Cette présence sur les cartes est à la fois permanence et innovation. Jusqu’au xive siècle, elle exprimait le souci des clercs de la localisation symbolique d’un jardin, à la fois mythique et réel, jouant pour le monde environnant un grand et unique rôle, original et originel, source de vie par les bras de ses fleuves qui fertilisent la terre, source de richesse, de bien-être, de bonheur par son or et ses pierres rares ; mais aussi lieu inatteignable de la connaissance totale, interdit à l’homme s’il ne passe par la mort. Alors que sur les cartes de la fin du Moyen Age, le Paradis est indiqué comme une des merveilles du monde, que les voyageurs vont peut-être pouvoir atteindre. Les représentations d’Adam, d’Eve, de l’Arbre de vie, du serpent, s’effacent de plus en plus. On retient ce qui sera repère pour l’explorateur, la montagne, les fleuves, voire la cité murée. La représentation n’est plus localisation d’un mythe, mais invitation à une quête.

49A travers ces quelques documents, l’image du Paradis apparaît donc à la fois immuable et mouvante. Les voyageurs de la fin du Moyen Age ont eu les yeux trop brûlés par la flamme de l’épée encerclant l’Eden pour oser dire qu’ils ont vu, qu’ils ont franchi la muraille. Mais tout est prêt pour la transgression que refusait Isidore de Séville, pour la découverte du Paradis sur terre et du bon sauvage, pour le maquillage du Paradis en Utopie et son utili sationaux fins de la satire sociale et politique, pour la dérision du Paradis à travers les farces du Pays de Cocagne.

50Nous voilà bien loin de l’Eden évoqué dans le Panthéon de Geoffroy de Viterbe sur le mode négatif puisqu’il s’agit de l’indicible :

  • 52 Geoffroy de Viterbe Panthéon I cité in A. Graf Miti op. cit. t. I app. 1 p. 209

Est locus excisus, nullo prius ordine visus
Nec prius auditus ; terrestris id est Paradisus
Non oculus vidit, nec homo valet ore fateri
Nulla beatorum valet optima vita mereri
Quae Deus hic sanctis dona daturus erit
Cherubim et Seraphim reserant portas Paradisi
… Mens mea cum sanctis illa videre sitit."52

51Bien loin mentalement, et géographiquement aussi puisque le Paradis terrestre quitte l’Orient lointain pour le monde nouveau de l’Ouest. Christophe Colomb a fait route à l’Ouest vers l’Orient. Mais si extrème orient et extrème occident pouvaient se confondre sur un globe qui ne comportait que le vieux monde tripartite, la découverte de l’Amérique a bousculé toutes les anciennes orientations et fait basculer vers l’Ouest, et pour de longs siècles, la quête du Paradis perdu.

RÉSUMÉ DES INTERVENTIONS

52(A propos de la localisation du lieu de perfection terrestre à la fin du Moyen Age et de son aspect de ville) :

53"Dans Le Livre du Coeur d’Amours épris, l’Ile d’Amour, atteinte après une navigation difficile, apparaît comme une ville merveilleuse dominée par un château de marbre et de diamant… mais ce château, tout compte fait, "ressemble à Saumur" : pour René le Paradis serait-il ici et maintenant ?"

54(A. PLANCHE, Université de Nice).

55Comme vient de le dire M. Cziseck, l’apparition de l’Alexandre est brusque, à la fin de l’onzième siècle. On ne saurait maintenir que les mutations sont lentes sur un millénaire, mais à l’inverse que deux mondes économiques et mentaux se cassent vers le xiie siècle.

56(M. M. DUFEIL, Université de Montpellier).

Notes

1 cf. R. Lewinter Groddeck et le royaume millénaire de Jérôme Bosch Paris 1974

2 J. K. Wright The geographical lore of the time of the Crusades New York 1965 C. R. Beazley The dawn of modem Geography réed. New York 1945 3 vol. F. de Dainville Le langage des géographes Paris 1964

3 Recueils de cartes : Vicomte de Santarem Atlas composé de mappemondes Paris 1842 J. Lelewel Géographie du Moyen Age 5 vol. et un Atlas Bruxelles 1849-57 K. Miller Mappaemundi Die ältesten Weltkarten Stuttgart 1895-98 6 vol. M. Destombes Mappemondes 1200 -1500 Cataloguepréparé par la commission des cartes anciennes de l’union géographique internationale Amsterdam 1964
Textes : Isidore de Séville Etymologiaeum libri XIV Livre XIV De terra P. L. 82 col. 495 et s. cité Isidore
Bède Hexameron P. L. 91 col. 9 et s. Quaestiones super Genesim P. L. 93 col. 233 et s. cité Bède
Raban Maur Comment. in Genesim P. L. 107 col. 443 et s. De Universo L. XII P. L. 111 col. 331 ets. cité Maur
Honorius Augustodunensis De imagine mundi libri tres PL. 172 L, I col. 121 et s, Elucidarium P. L. 172 col. 1109 et s. cité Honorius
Hugues de Saint Victor (attribué à) De situ terrarum P. L. 177 col. 209 et s.
Petrus Comestor Historia scolastica P. L. 198 col. 1059 et s. cité Comestor
Alexandri Magni iter ad Paradisum éd. J. Zacher Regimonti 1859 cité Iter
Version française in Continuationde Guillaume de Tyr R. H. C. Hist. occ. II p. 587-89 cité Alexandre
L’Image du monde de Maître Gossouin éd. O. H. Prior Lausanne 1913 cité Gossouin
Marco Polo Le Devisement du monde éd. Maspéro coll. La découverte Paris 1980 2 vol. cité Polo
The Book of John Mandeville éd. M. Letts London Hackluyt soc. 1953 t. II cité Mandeville Die Reisebeschreibung des Johannes Witte de Hese 1389 éd. F. Zarncke in Abhand.
der könrgl. sochsich. Gesell. der Wissench. Leipzig 1889 p. 154 et s. cité Hese The Pilgrimage of Arnold van Harff éd. M. Letts LondresHackluyt soc. 1946 cité Arnold Pierre d’Ailly Imago Mundi texte latin et trad. éd. E. Buron Paris 1930 cité Ailly

4 Isidore P. L. 82 col. 496-97 "Paradisus est locus in Orientis partibus constitutus cujus vocabulum ex Graeco in Latinum vertitur hortus ; porro Hebraice Eden dicitur, quod in nostro lingua deliciae interpretatur. Quod utrumque junctum facit hortum deliciarum ; est enim omni genere ligni et pomiferarum arborum consitus, habens etiam lignum vitae ; non ibi frigus, non aestus, sed perpetua veris temperies. E cujus medio fons prorumpens totum nemus irrigat, dividiturque in quatuor nascentia flumina, cujus loci post peccatum homini aditus interclusus est. Septus est enim undique romphea flamma, id est muro igneo accintus, ita ut ejus cum coelo pene jungatur incendium. Cherubim quoque, id est angelorum presidium arcendis spiritibus malis super rompheae flagrantiam ordinatum est, ut homines flammae, angelos vero malos angeli (boni) submoveant, ne cui carni, vel spiritui transgressionis aditus Paradisi pateat."

5 De Asia… prima regio in Oriente est Paradisus, locus videlicet omni amoenitate conspicuus, inadibilis hominibus, qui igheo muro usque ad coelum est cinctus" Honorius 1. I ch. VIII
"In hoc lignum vitae, videlicet arbor de cujus fructu qui comedit, semper in uno statu immortalis permanebit. In hoc etiam fons oritur, qui in quatuor flumina dividitur. Quae quidem flumina infra Paradisum terra conduntur, sed in aliis longe regionibus funduuntur." 1. I ch. IX P. L. 172 col. 123

6 Voir les extraits de ces auteurs cités in A. Graf Miti Leggende e superstizioni del Medio Evo Turin 1892 2vol. vol. I appendice I pp. 209-211

7 A. Cioranescu Oeuvres de Ch. Colomb traduites de l’espagnol Paris 1961 p. 219-39

8 Bougainville Voyage autour du monde éd. Maspéro coll. La découverte Paris 1986 p. 139

9 Bible de Jérusalem éd. du Cerf 1973 note 2 p. 32

10 cf. A. Bartlett Giamatti Thr earthly Paradise and the Renaissance Epic Princeton 1966 pp. 11-15

11 Poèmes de Lactance et Tertullien cités in A. Graf op. cit. t. I app. I p. 197 et 205

12 Ovide Fastes V II 195-210

13 Bartlett Giamatti op. cit. ch. I p. 33-47 Classical gardens

14 Isidore P. L. 82 col. 514 "Fortunatae insulae vocabulo suo significant omnia ferre bona quasi felices et beatae fructuum ubertate…. Fortuitis vitis juga collium vestiuntur, ad herbarum vicem messis et oleis vulgo est ; unde gentilium error, et saecularium carmina poetarum, propter soli foecundatitem easdem esse Paradisum putaverunt. Sitae autem in Oceano contra laevan Mauritaniae, Occiduo proxima, et inter se interjecto mari discretae."

15 Bède P. L. 91 col. 43 Maur P. L. 107 col. 476

16 Père I. Ayer Où plaça-t-on le Paradis terrestre ? Etudes francisdaines 1924

17 Athanase Quaestiones ad Antiochum cité in H. R. Patch The other World according to descriptions in medieval Literature Cambridge Mass. 1950 ch. V p. 135

18 Séverien de Gabala De mundi creatione Oratio V. P. G. 56 col. 477-478

19 Comestor P. L. 198 col. 1067

20 Comestor P. L. 198 col. 1067 "Est autem locus amoenissimus longo terrae, et maris tractu a nostra habitabili zona secretus, adeo elevatus ut usque ad lunarem globum attingat. Unde et aquae diluvii illuc non pervenerunt"

21 Bède P. L. 91 col. 43-44 "Nonulli volunt quod in orientali parte orbis terrarum sit locus paradisi, quamvis longissimo interjacente spatio, vel Oceani, vel terrarum, a cunctis regionibus quas nunc humanum genus incolit secretum. Unde nec aquae diluvii, quae totam nostri orbis superficiem altissime coopereruerunt, ad eum pervenire potuerunt."

22 Mandeville p. 405

23 Jean Damascène De fide orthodoxaP. G. 94 col. 913-914 24) St. Jérôme Comment. in Ezech. P. L. 25 col. 272 25) Ailly p. 458-461 26) Honorius P. L. 172 col. 1119

24 St. Jérôme Comment. in Ezech. P.L. 25 col. 272

25 Ailly p. 458-461

26 Honorius P.L. 172 col. 1119

27 La carte du manuscrit d’Isidore est reproduite dans G. T. Kimble op. cit. pl. 3 Les autres cartes sont reproduites dans E. Coli II Paradiso terrestre Dantesco Florence 1897 p. 92-122 ou dans les atlas cites note 3

28 H. R. Patch op. cit. p. 134

29 M. M. Lascelles Alexander and the Earthly Paradise Medium Aevum t. V 1936 p. 31 ets.

30 Alexandre p. 586-87

31 Iter p. 20

32 Iter p. 21

33 Alexandre p. 587

34 cf. H. R. Patch op. cit. p. 155-156

35 Bède P. L. 91 col. 44

36 Joinville Vie de Saint Louis éd. N. L. Corbett Sherbroke 1977 p. 121

37 Gossouin p. 109-110

38 Pour la mappemonde de Hereford, on peut consulter entre autres la plaquette de A. X. Mori et M. Letts The World Map in Hereford Cathedral Hereford 1977

39 Valerii Julii Alexandri Res gestae éd. B. Kuebler Leipzig 1888 p. 132

40 Je dois cette précision à une intervention de Madame Baroin

41 Polo ch XL p. 110

42 Polo ch XLI p. 111-113

43 Polo ch. XLI p. 113

44 cf. Beazley op. cit. t. III pp. 301-303

45 Mandeville p. 388

46 Mandeville p. 405-406

47 La plus récente reproduction de l’Atlas Catalan est celle de G. Grosjean Mappaemundi Der Katalanische Weltatlas vom Jahre 1375 Zurich 1977

48 Hese p. 164 et 170 "Super illo monte dicitur esse Paradisus terrestris et ille mons est nimius altus et directus ad modum turris, ita quod nullus potest esse accessus ad illum montem. Et circa hora Vesperarum, cum sol descendit splendens ad montem, tunc videtur murus Paradisi in magna claritate et eciam pulcherrime ad modum stellae"

49 Arnold p. 173-175

50 W. R. L. Randles De la terre plate au globe terrestre Cahier des Annales 1980 p. 16

51 M. Destombes Mappemondes op. cit.

52 Geoffroy de Viterbe Panthéon I cité in A. Graf Miti op. cit. t. I app. 1 p. 209

Auteur

Université F. Rabelais - tours

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540