Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Images de la femme noble à Byzance au temps des premiers empereurs latins (d’après les chroniqueurs contemporains)

Régine Colliot

Texte intégral

1Les romans médiévaux qui font vivre en Orient des jeunes princesses chrétiennes leur attribuent presque tous une destinée heureuse après quelques mésaventures de durée limitée, et une union avec l’homme de leur choix : l’exemple le plus fameux en est Blanche-fleur, l’amie de Floire. La réalité fut tout autre, ainsi que les chroniqueurs de la fin du xiième et du début du xiiième siècles le révèlent à leur façon souvent naïve, que leur esprit soit enclin au grossissement ou à la simplification des faits, ou plus strictement historique. Robert de Clari, narrateur peu critique, Villehardouin, témoin sobre et sérieux, Henri de Valenciennes, amateur de discours et de petits faits, la Chronique de Morée, sujette à l’erreur, mais précieuse pour l’esprit du temps, se corrigent et se nuancent l’un l’autre. L’intérêt est d’établir à travers ces textes souvent elliptiques en ce qui concerne les femmes, parfois purement conformistes, ou relevant de l’imaginaire, les rapports réels qui unissaient les grandes dames de Byzance, latines ou grecques, avec les princes ou barons qui dirigeaient leur destinée, la recherche n’étant possible qu’avec l’aide d’historiens plus modernes tels que Charles Diehl et Jean Longnon.

  • 1 Robert de Clari - La Conquête de Constantinople -Edition Albert Pauphilet - La Pleïade - Paris 195 (...)

2Nos chroniqueurs français ne se sont, dans la grande majorité de leur texte, intéressés qu’aux hommes : il s’agissait pour eux de décrire une société militaire, guerrière, politique, s’installant par la conquête à Constantinople, et l’assurant tant bien que mal dans le pays. Les femmes ne sont présentes que de façon fugitive, et souvent officielle, dans le récit. La plupart des grands princes étaient veufs ou célibataires : ainsi Boniface de Montferrat et Henri de Hainaut ; Baudoin de Flandre, marié, avait laissé sa jeune femme, enceinte, en Flandre. Les premiers croisés de la quatrième Croisade n’amenaient pas de dames nobles avec eux, et les femmes, normalement, ne jouèrent aucun rôle dans la prise de la ville elle-même, les femmes folles (vilaines d’ailleurs) qui accompagnaient les troupes ayant été sur l’ordre du clergé spécialement éloignées lors de l’assaut, pour ne pas indisposer la Providence1.

  • 2 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 30.

3Pourtant des figures de femmes vont apparaître peu à peu autour des conquérants, et leur importance affective, sociale, politique, se révèle sous la plume naïve ou avertie des Chroniqueurs, malgré la convention ou la grande brièveté des allusions. Ainsi selon Robert de Clari, c’est à cause d’une femme, Théodora, qu’il appelle Teudore2, qu’eut lieu la révolution de palais qui amena de conséquence en conséquence la conquête de 1204 ; c’était une des nièces, et non la soeur, comme le dit Clari, de l’empereur Manuel, et elle avait épousé en 1158 le roi Baudoin III de Jérusalem, à l’époque du rapprochement diplomatique entre Byzance et Jérusalem. A la date des faits rapportés (1178) elle était veuve depuis longtemps. Or Manuel avait négocié le mariage de son fils et héritier Alexis avec la très jeune soeur du roi de France Philippe-Auguste, Agnès de France, selon sa politique "latine" qui indisposait fortement les Grecs.

  • 3 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 30.
  • 4 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.
  • 5 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.
  • 6 Charles Dichl - L’Europe orientale de 1081 à 1453 dans Histoire générale de G. Glotz (Histoire du (...)

4Ecoutons Robert de Clari : "Si renvoia (Manuel) outre mer un sien parent qu’il molt amoit, Andromes avoit a non, pour la roine Teudore de Jherusalem,… qu’ele venist au couronement son fil et a sa feste. La roine se mist en mer avec Andromes a venir en Constantinople. Quant ils furent bien alé avant en la mer, si ne fait mais el Andromes, si aima la roine, qui sa cousine estoit, et jut a lui a force3. Et quant il eut ce fait, si n’osa revenir arrière en Costantinople, ains prist la roine, si l’en mena a force au Coine, aus Sarrasins. "L’empereur selon Clari fut "molt dolens"4 de l’aventure. Néanmoins : "pour ce ne lassa il mie qu’il ne fesist grant feste et qu’il ne coronast son fil et la damoiselle."5 C’est par le biais d’une aventure féminine, où la femme est présentée comme une victime, que le Chroniqueur introduit dans son récit Andronic Commene, personnalité séduisante, corrompue, excessive, bien représentative de sa race, dont il retracera d’une manière simplifiée le règne et la fin tragique. En fait "l’enlèvement" de Théodora ("une de ses dernières maîtresses, et peut-être la grande passion de sa vie"6 écrit Charles Diehl) ne se produisit pas au cours d’une mission dont l’aurait chargé Manuel, circonstance qui aggrave chez Clari la traîtrise d’Andronic, et rien ne prouve que Théodora n’était pas consentante à cet enlèvement. De toute manière l’opposition entre Manuel et Andronic était ancienne, Manuel ayant maintenu son cousin en prison pendant une dizaine d’années. Avec Théodora Andronic vécut de pays en pays dans tout l’Orient en se posant comme l’ennemi des Latins, les favoris de Manuel, et le défenseur du patriotisme grec.

  • 7 Robert de Clari - La Conquête de Constantinople Ch. XXI p. 30.
  • 8 Charles Diehl - op. cit. p. 66 et p. 51 cf Nicetas p. 151.
  • 9 Charles Diehl - op. cit. pp 83-84-86 cf Nicetas p. 347.

5Robert de Clari donne une vue mineure et simplifiée de l’antagonisme entre les deux princes en même temps qu’il en indique comme motif principal le déshonneur d’une noble dame, victime innocente d’un tyran débauché. Dans l’esprit occidental une "soeur" du "bon empereur Manuel" ne pouvait qu’être irréprochable, et seuls les malheurs du temps et sa beauté, l’exposaient au caprice d’un traître. Un schéma romanesque traditionnel se superpose au récit du vécu ; et la connaissance de la cour impériale demeure chez Clari superficielle. Il raconte ensuite l’arrivée au pouvoir d’Andronic, rentré en grâce auprès du jeune Alexis II, fils de Manuel, qui avait 12 ans à la mort de son père. "Ne demora mie gramment après qu’il prist par nuit l’empereur, si le mourdri et sa mère aussi. Quant il eut ce fait, si prist deus grandismes pierres, si leur fist lier aus cous et puis si les fist geter en la mer7. "En associant le fils et la mère dans la même fin tragique, Clari édulcore les évènements et les "civilise" en quelque sorte. Qui était cette Marie d’Antioche, mère d’Alexis, dont Clari signale la mort sans même la nommer ? Seconde femme de Manuel épousée par lui en 1161, elle était, écrit l’historien grec Nicétas cité par Charles Diehl" plus que belle, belle à ce point et d’une si remarquable beauté que semblaient de pures légendes tous les récits qu’on nous fait d’Aphrodite au doux sourire, aux cheveux d’or…"8. Mais c’était une latine et elle subit la détestation des grecs quand elle fut nommée régente à la mort de Manuel : de plus Andronic la haïssait. Il lui fit intenter un procès, honteuse comédie judiciaire qui aboutit à une condamnation à mort, et fit signer au jeune empereur de 12 ans l’arrêt de mort, "à l’encre rouge, comme d’une goutte de sang" dit Nicétas9. Marie fut étranglée dans sa prison, et en novembre 1183 Andronic faisait égorger à son tour le jeune Alexis, et jeter son cadavre dans le Bosphore.

6Comme on le voit Robert de Clari atténue l’horreur de cette double fin ; le calvaire de Marie d’Antioche fut beaucoup plus terrible que la brève mention qu’il en donne ne le fait supposer ; peut-être accuser le jeune empereur d’un geste aussi affreux lui répugnait-il ; peut-être, plus simplement, l’ignorait-il.

  • 10 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.

7Enfin, dit Clari, Andromes "prist l’empereris a femme, qui estoit suer le roi de France"10. Ce choix semblait légitimer son accès au trône. Cette troisième figure féminine sera plusieurs fois évoquée tant par Robert de Clari que par Villehardouin, avec respect, et cette prédilection s’explique puisqu’il s’agissait cette fois d’une authentique française, Agnès, fille de Louis VII et de sa troisième femme Alix de Champagne, jeune soeur de Philippe Auguste, et jeune tante de Louis de Blois, un des chefs de la quatrième croisade.

  • 11 Robert de Clari - op. cit. Ch. XIX p. 29 et Ch. Diehl Bibliothèque de Philosophie scientifique - G (...)
  • 12 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 29.

8Clari raconte la demande en mariage :11 "Cil empereres Manuaus avoit un molt bel fil de sa femme, et se pourpensa qu’il le voloit marier au plus hautement qu’il porroit, et par le conseil des François qui entor lui estoient, si manda à Philippe, le roi de France qu’il li donnast sa sereur avec son fil. Et li rois dit qu’il s’en conseilleroit, et quant li rois se fu conseilliés, si li loerent si baron qu’il envoiast sa sereur à si haut homme et a si riche homme comme h empereres estoit". Ce passage est caractéristique de la façon dont se concluent les mariages des princesses sous la plume des Chroniqueurs ; cette union uniquement politique est due à la malheureuse manie "latine" de Manuel et à l’ambition des conseillers de Philippe : à l’époque, Agnès avait 6 ans, Alexis 8 ans, Philippe Auguste né en 1165 en avait 13. Louis 7 encore vivant avait cédé pratiquement le gouvernement à son fils. Les grands barons décidèrent donc seuls du sort plus qu’aventureux de la jeune Agnès. Le motif romanesque du cortège de la fiancée, qui reparait fréquemment chez nos Chroniqueurs, est utilisé par Clari "Adonc si atorna li rois molt richement sa sereur, si l’envoia avec les messages en Constantinople et assés de sa gent avec lui"12. La splendeur du cortège est rassurante et garantit le bonheur de la future épouse. Qu’en fut-il dans la réalité ?

  • 13 Villehardouin - La conquête de Constantinople. Edition Edmond Faral - Les Belles Lettres - Paris 1 (...)

9Accueillie comme fiancée d’Alexis, elle ne l’épousa pourtant point, contrairement à ce que suggère Robert de Clari, et selon Edmond Faral13 qui s’appuie sur Nicétas, Andronic prit bientôt Agnès pour lui-même : elle avait à peine onze ans, il en avait plus de soixante.

  • 14 Charles Diehl - op. cit. p. 90 et Nicetas pp 453-458.
  • 15 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXV - pp 35-36 et Ch. Diehl - Grandeur et décadence de Byzance pp 1 (...)

10Etant donné la grande différence d’âge des époux, on aurait pu croire que cette union fût purement politique, mais la nature d’Andronic Commène incline à en douter. Quoiqu’il en soit il gardait constamment sa femme-enfant auprès de lui, dans la compagnie de ses maîtresses. Charles Diehl, citant Nicetas, rappelle qu’elle était avec Andronic lors de son dernier séjour à la campagne pendant la révolution d’Isaac l’Ange et, pire encore, qu’elle était sur le bateau quand Andronic tenta de s’enfuir de Constantinople, puis fut rejeté à la côte par le destin, ou plutôt, selon Robert de Clari, par la justice de la Providence14. On ne peut croire qu’elle ignora la fin affreuse de son impérial époux, lentement dépecé vivant par la foule sanguinaire, mais peut-être n’en connut-elle pas les détails les plus atroces, comme Robert de Clari lui-même, qui dans sa chronique reste au dessous de la vérité, ne serait-ce que par sa brièveté : "Et les femmes que filles il avoit prises a force, le sacoient par les grenons, et fisent li tant de la pure honte, que, quant il vinrent à l’autre chief de la vile, n’avoit il mie de chair sur le cors de lui ; et puis prisent les os, si les geterent en une longaigne".15

11La jeune Agnès avait 13 ans à la mort d’Andronic ; protégée par son titre de soeur du roi de France, elle ne semble pas avoir été inquiétée : on l’appelait "l’empereris de France" Isaac l’Ange n’était pas d’ailleurs un mauvais homme, s’il était un empereur politiquement insuffisant. Mais que n’éprouva-t-elle point entre 1180 et 1185, c’est-à-dire entre 8 et 13 ans…

  • 16 Villehardouin - La conquête de Constantinople -Edition Ed. Faral Tome I chap. 185 p. 188.
  • 17 Villehardouin - op. cit. Ch. 186 p. 188.
  • 18 Villehardouin - Ed. Ed. Faral T. II - Ch. 212 p. 10-12.
  • 19 Charles Diehl - op. cit. pp 113-114 et Choses et gens de Byzance - Collection d’Etudes d’Histoire (...)
  • 20 Robert de Clari op. cit. Ch. LII p. 53.

12Avec l’avènement du nouvel empereur apparait dans les textes des Chroniques une nouvelle impératrice, Marie de Hongrie, qui occupera dans l’action à maintes reprises le devant de la scène. Villehardouin l’associe aux grands moments du règne, lors de la première entrevue des Croisés avec Isaac l’Ange, récemment restauré sur son trône en Juillet 1203 : "La troverent l’empereor Sursac, si richement vestu que por noient demandast on home plus richement vestu, et l’empererix sa fame de joste lui, qui ere mult bele dame, suer le roi de Ongrie. Des autres hauz homes et des haltes dames i avoit tant que on n’i pooit son pié torner, si richement acesmées que eles ne pooient plus."16 Les messagers réclament une entrevue privée, ce qu’accorde l’empereur, mais il emmène avec lui l’impératrice : "Et il se dreça : si s’en entra en une chambre et n’emmena avec lui que Ï’empererix et son chancelier et son druguemant et les IIII messages"17. Lors de la sommation des Croisés en novembre 1203, elle se tient également à côté des deux empereurs : "Et troverent l’empereor Alexis et l’empereor Sursac son pere seanz en II chaieres lez a lez ; et delez aus seoit l’empereris qui ere fame al pere et marastre al fil, et ere suer al roi de Ungrie, bele dame et bone"18. La mention de Marie de Hongrie par Villehardouin est remarquable, car il ne nomme que très rarement les femmes dans son récit, et il fait l’éloge de l’impératrice à un moment où il n’a pas envie de faire celui des 2 empereurs dissociant donc le cas de Marie du leur. Il est vrai qu’elle était par sa mère la petite fille de Louis VII roi de France, Marguerite, fille du second mariage du roi, ayant épousé en 1186 le roi de Hongrie Bela III ; la princesse en 1203 était donc encore fort jeune ; prénommée Marguerite, comme sa mère, elle avait en arrivant à Constantinople changé son nom pour celui de Marie, de même qu’elle avait abandonné le rite romain, pour adopter celui de Byzance. Agnès de France était sa tante. Pour la jeune Hongroise entrant à la cour de Byzance, tout changeait donc jusqu’à son nom. Le mari que le sort lui donnait était un veuf, pourvu de grands enfants, un fils Alexis, futur Alexis IV et une fille, Irène, qui venait d’être mariée à Philippe de Souabe futur empereur d’Allemagne. L’alliance avec la Hongrie, pays chrétien proche de son empire, avait déterminé le choix d’Isaac ; les époux devaient avoir au moins deux fils, mentionnés par Robert de Clari : Dans les textes des Chroniqueurs, Isaac est dépeint plutôt comme une victime sympathique d’Andronic, d’Alexis III son frère, puis d’Alexis VMurzuphle… Un bon hasard l’avait porté au trône en 1185 ; c’était en fait un médiocre, d’une gourmandise effrénée (on voyait sur sa table selon Nicetas "des montagnes de pain, des forêts de gibier, une mer de poissons, un océan de vin"19. Sa gourmandise n’avait d’égale que sa coquetterie (il était parfumé et paré comme une châsse, écrit Ch. Diehl) et il vivait entouré de mimes, de bouffons et de chanteuses. Le mariage fut certainement pour l’épouse un mariage de raison. Dettes, impôts accrus, revers militaires aidèrent le propre frère d’Isaac en 1195 à s’emparer du pouvoir. Alexis fit crever les yeux à son frère, pratique courante à Byzance pour se débarrasser d’un rival à l’empire, mais se contenta de le faire emprisonner. C’était un faible, subjugué par sa femme, la redoutable Euphrosyne. Marie de Hongrie partagea la captivité de son mari. Robert de Clari écrit : "Et quant ils (les barons) furent venu au palais, si fisent Kyrsaac son pere metre hors de prison, et sa femme, que ses freres, qui avoit tenu l’empire, y avoit fait mettre."20 Or, la captivité d’Isaac dura 8 années…

13Sous Isaac l’Ange et Alexis III le sort d’Agnès de France prit au contraire un tour heureux. Après l’assassinat d’Andronic, un grand seigneur de la cour, Théodore Branas ou Vranas, appelé dans les textes des Chroniqueurs, li Vernaz, remarqua cette adolescente qui avait déjà été, à 13 ans, la fiancée et l’épouse de deux empereurs : c’était un petit neveu de l’empereur Manuel, et il fit d’Agnès sa maîtresse ; ils vécurent une quinzaine d’années en union libre, ce qui n’était pas très scandaleux à la cour de Byzance ; il leur naquit une fille, qu’on appela Agnès comme sa mère, qui épousa plus tard un croisé de la seconde génération, Narjot de Toucy, cousin germain de Gui de Dampierre. Pourquoi Vranas n’épousa-t-il pas aussitôt Agnès de France ? L’union était flatteuse, mais la question de la dot constituée à l’ex-impératrice posait problème. C’est l’empereur Baudouin de Flandre qui réussit à aplanir les difficultés, et le mariage eut lieu pendant son court règne.

  • 21 Robert de Clari op. cit. Ch. LIII p. 54.
  • 22 Ibidem Ch. LIII p. 54.

14De cette situation irrégulière, nos Chroniqueurs ne soufflent mot. Robert de Clari écrit "uns haus hom de la cité, li Vernaz avoit a nom, l’avoit espousée ; si manoit en un palais près d’iluec. La si l’alerent veoir li baron, et si la saluerent"21. Vranas avait été en effet nommé préfet de Thrace sous Alexis III, situation administrative importante ; tout porte à croire que le couple était uni. Aussi Agnès assista-t-elle sans plaisir à la double prise de Constantinople. Après le rétablissement d’Isaac l’Ange, les barons français se mirent à sa recherche et furent reçus par elle avec une grande froideur : "Quant li baron eurent mené Alexe au palais, si demanderent de la sereur le roi de France, que on apeloit l’empereris de France, se ele vivoit encore, écrit Robert de Clari ; et on dist oïl,… (Les barons) molt h promisent a lui faire service. Et ele leur fist molt mauvais semblant, et molt estoit corociée de ce qu’ils estoient la alé et de ce qu’il avoient celui Alexe couroné ; ne ne voloit parler a eux, ains y faisoit parler un latimier, et disoit li latimier qu’ele ne savoit nient de françois. Mais li cuens Loois (cil estoit ses cousins) s’acointa a ele"22.

  • 23 Villehardouin - Ed. Ed. Faral - T. II Ch. 249 p. 50.
  • 24 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 262 p. 68 Ch. 264 p. 70.
  • 25 Robert de Clari - op. cit. Ch. CI p. 84.

15Le témoignage de Clari nous intéresse parce qu’il reflète l’espèce de scandale que produisit Agnès sur ses "libérateurs" en leur suggérant qu’ils auraient mieux fait de rester chez eux et en ne sachant plus parler français. Cet oubli était pourtant dans son cas très naturel, et le départ d’Alexis III ne servait pas dans l’immédiat les intérêts de Vranas. Les barons ne voyaient que caprice de femme inconséquente, alors que la réaction d’Agnès était bien normale. Bientôt, la seconde prise de Constantinople en 1204 causa dans la ville incendies, pillages et dévastation. Dans la confusion générale Agnès de France et Marie de Hongrie se réfugièrent au Grand Palais que les Chroniqueurs appellent Boucholeon, Bochedelion. Villehardouin nous décrit l’entrée victorieuse de Boniface de Montferrat au Palais et sa rencontre avec les grandes dames éplorées : "Li marchis Bonifaces de Monferrat chevaucha tote la marine droit vers Bochedelion. Et quant il vint la, si h fu renduz, salves les vies a cels qui dedenz estoient. La fu trové li plus des haltes dames del munde, qui estoient fuies el chastel : que la fu trovee la suer le roi de France, qui avoit esté empereris, et la suer le roy de Hungrie, qui ravoit esté empéreris, et des haltes dames mult. Del tresor qui ere en cel palais ne couvient mie parler : quar tant en avoit que ce n’iert ne fins ne mesure."23 Ainsi Boniface triomphant était mis en présence des plus belles dames et des plus grands trésors du monde. Était-ce la première fois qu’il voyait Marie de Hongrie ? Toujours est-il qu’un mois après il l’épousait, quelques jours avant le 16 Mai 1204 ; "Dedenz lo terme del coronement espousa h marchis Bonifaces de Montferrat l’empereris qui fu fame l’empereor Sursac, qui ere suer le roi de Hungrie"24 écrit Villehardouin ; peu après il réclama à l’empereur Baudouin le royaume de Salonique "por ce qu’il ere devers le roi de Hungrie, cui seror il avoit a fame". La raison était bonne sans doute, d’autant plus que le frère du Marquis, Rénier, avait épousé Marie Commène, fille de Manuel, et que les Montferrat prétendaient ainsi avoir des droits sur Salonique : le mariage de Boniface était donc en partie politique, mais Marie était aussi une jeune et belle dame. Boniface, cet Italien de cinquante ans, éloquent, ambitieux, fin diplomate, grand guerrier, était un séducteur ; il séduisit même Villehardouin qui, après sa mort, cessa d’écrire. Marie eut vite l’occasion de témoigner son dévouement à son nouvel époux : Baudouin et Boniface luttèrent bientôt de vitesse à qui arriverait le premier dans les villes dévolues au marquis : c’est alors que celui-ci "utilisa" sa femme : devant Andrinople, Boniface se heurta à la résistance des habitants ; Robert de Clari écrit : "Et quant il vit que il ne les porroit prendre par force, si parla a ceus qui estoient aus murs et si leur dist : "BA ! seigneur, ne connisiés vous que ce fut ci femme Kyrsaac l’empereur ? "Si amenoit sa femme avant, et disoit sa femme : "Ba ! ne me connissiés vous que je soie empereris et ne connisiés vous mes deux enfans que j’eus de Kyrsaac l’empereur ? "Si amenoit sa femme avant ses enfans…"25 Ainsi Marie soutenait les prétentions de son second époux en faisant mention du premier et de leurs enfants, ce qui peut sembler choquant ; en fait Clari y voit surtout un exemple de la malice ironique des Grecs qui refusent de se soumettre avec une réponse moqueuse. Tout s’apaisa et le couple royal put s’installer et régner, au milieu de difficultés incessantes, à Salonique. Marie eut bientôt de Boniface un fils qu’on appela Démètre en l’honneur du Saint protecteur de la cité et qui devint le second roi de Salonique.

  • 26 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 423 p. 236.

16Quant à Agnès de France et Théodore Vranas, enfin mariés, ils furent les premiers alliés grecs des francs, avec une constante fidélité, et reçurent en récompense Andrinople et le Dimot, ainsi que le dit Villehardouin : "Al Vernaz et a l’empereris sa fame qui ere suer le roi Felippe de France, fu otroié Andrenople et li Dimos et o totes lor apartenances ; et il en feroit le servise a l’empereor et a l’empire.26 "La décision est de Juin 1206, elle inaugure la politique d’implantation et d’alliances dans le pays où les femmes jouèrent un rôle capital.

  • 27 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 499 p. 314.

17Marie de Monferrat vécut donc désormais à Salonique, assurant avec sagesse et courage la défense de sa ville pendant les absences de son mari ; c’est là qu’elle reçut, peu de temps après le 4 septembre 1207 la nouvelle de la mort tragique de Boniface, cette seconde union n’avait duré que 3 ans et demi ; son fils Démètre n’avait que deux ans. Bientôt, elle vit paraître sous les murs de Salonique les troupes du tzar Kalojan prêtes à la curée. Nous la voyons alors assumer une responsabilité et un rôle politique qu’elle gardera pendant toute sa régence. Elle sut sans doute que la tête coupée à son mari, mort ou27 agonisant, avait été portée à Kalojan qui en éprouva, dit Villehardouin, "une des plus grandes joies qu’il eut jamais eues". Salonique assiégée était au bord de la reddition quand on trouva le 8 Octobre 1207, jour de la Saint Démètre, le tzar mort dans sa tente ; les troupes de Kalojan s’en allèrent et la ville fut délivrée, tandis qu’on criait au miracle.

  • 28 Henri de Valenciennes - Histoire de l’empereur Henri de Constantinople (Documents relatifs à l’his (...)
  • 29 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 603 p. 78.
  • 30 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 605 p. 79. et note p. 79.
  • 31 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 610 p. 81.

18C’est surtout Henri de Valenciennes qui nous renseigne sur l’action politique de Marie lors de la conspiration des grands seigneurs Lombards plus d’un an après la mort de Boniface : ils voulaient donner le royaume au fils aïné du marquis Guillaume de Montferrat et se groupaient autour du comte Hubert de Biandrate, méprisant cette jeune femme que le hasard leur imposait comme régente. Marie fut puissamment aidée par l’empereur Henri : des liens d’amitié et d’estime se nouèrent entre eux ; Henri, inférieur en forces devant Salonique, dut promettre aux Lombards la cession de territoires importants a condition que l’impératrice approuverait "Vées chi le point par coi li Lombart furent engignié" dit le Chroniqueur. "Li empereres alla a l’empereris et li dist : "Dame, ne soiiés mie contre mon droit ; car dont feriés vous desloiauté viers moi et viers vous. Et de moi ne vous cremés onques, car ja, si m’ait Diex, enviers vous ne ferai vilonnie, se vous avant ne le faites enviers moi".28 Marie expliqua alors à Henri pourquoi elle n’osait résister aux Lombards : "Sire, dist la dame, se jou m’osoie fier en vous, jou vous diroie bien por coi jou obeissoie a eus. Il m’avoient si durement levé le pié, que je n’osoie parler encontre els. Il avoient fait sairemens enviers moi pour mon fill"29. Mais Marie était lucide et savait que les Lombards n’avaient d’autre but que "moi et mon enfant de nostre tierre deshireter". Elle conclut par cette promesse à Henri : "Je remanrai del tout a vostre volenté" Marie demanda alors à l’empereur de couronner son fils qui n’avait pas quatre ans, ce qu’il fit "a molt grant hounour" et "voiant toz"30. Comme le dit Jean Longnon le couronnement le faisait roi légitime suivant l’esprit byzantin. Restait à se débarasser du comte de Biandrate ; Marie eut avec lui un entretien orageux en présence de l’empereur : "Jou prie a monsegneur l’empereour, comme a mon droit avoué que il me tiegne a droit. -Dame, fait li cuens, jou voel volentiers que il a droit vous tiegne ; et la vostre baillie poés vous ravoir a moi por assez petit-. Et je, fait l’empereris, le reprendrai volentiers, se vous volés. "Alors Biandrate" comme fols et mal ensegniés"31 dit le Chroniqueur retira une bague de son doigt qui était le signe de sa baillie sur tout le royaume de Salonique et la rendit à Marie ; après quoi on le mit en prison.

19Tant que l’empereur Henri vécut, Marie ne connut pas de difficultés majeures ; il se chargea de réduire leurs ennemis communs ; mais après sa mort en 1216, Théodore Ange Commene attaqua le royaume vers 1220 ; le jeune roi Démètre qui avait alors une quinzaine d’années partit demander du secours en Italie vers 1222, et en 1223 Marie quitta définitivement Salonique pour retourner en Hongrie, chercher refuge dans sa patrie auprès de son frère le roi André. Revenant dans son pays natal elle dut faire un bilan bien mélancolique de sa vie : son fils Démètre devait mourir en Italie en 1227. Successivement impératrice et reine, régente d’un grand royaume, veuve de deux maris morts tragiquement, elle avait eu plusieurs fils déjà morts ou au destin incertain ; on peut imaginer la tristesse de ses dernières années.

  • 32 Villehardouin - La Conquête de Constantinople - T. I Ch. 8 p. 10.
  • 33 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 317 p. 124-125 et Chap. 318 p. 126.
  • 34 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 318 p. 126.
  • 35 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 450 p. 264 et Ch. 457-458 p. 272.
  • 36 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 496 p. 310.

20Bien d’autres figures de grandes dames sortent de l’ombre à travers le sobre récit des Chroniqueurs : celles des épouses des deux empereurs latins en premier lieu. Baudouin de Flandre était marié avec la comtesse Marie, fille de la fameuse Marie de Champagne, protectrice de Chrétien de Troyes. EDe ne voulut pas se séparer de son mari et décida de se croiser en même temps que lui : "A l’entrée de la Quaresme après le jor que om prent cendres, se croisa li quens Baudoins de Flandres et de Hennaut, a Bruges, et la contesse Marie sa feme, qui ere suer le conte Tiebaut de Campaingne."32 Mais Marie était enceinte et en mauvaise santé, elle dut rester en Flandre ; elle accoucha d’une fille ; sitôt remise elle se mit en route". Et après, quant ele fu relevée, si s’esmut et ala oltremer apres son seignor ; et passa al port de Marseille, et quant ele vint a Acres, si n’i ot gaires esté que la novelle li vint de Constantinople, que li mesage son seignor li noncierent, que Constantinople ere conquise, et ses sires empereres : dont grant joie fu a la crestienté. "Et à Marie spécialement, on peut le supposer : "Après cele novele, ot la dame en proposement de venir a lui : si h prist une maladie, si fina et mori".33 Elle ne put donc même pas revoir ce mari glorieux avant sa mort, mari aimant par surcroit qui se désola de la mort de sa femme : "Et cil qui vindrent a cel passage en aporterent les novelles : dont granz diels fu a l’empereor Baudouin et a toz les barons de la terre : car il la desiroient mult avoir a dame"34. Marie mourut le 9 Août 1204, et le 14 Avril 1205 Baudouin disparaissait pour toujours, aux mains du terrible tzar des Bulgares. Ainsi moins de 5 ans après s’être croisés les deux époux étaient morts sans même avoir pu se rejoindre en Orient. Le sage Henri, le second empereur, prit successivement deux épouses, qui ne se ressemblaient guère sinon par le fait que leur alliance avait une utilité politique. Boniface de Montferrat, réconcilié avec Henri, songea à faire de son suzerain son gendre. Il proposa donc sa fille Agnès qui vivait en Lombardie comme future impératrice ; le mariage fut d’abord "pourparlé", puis confirmé, quant Boniface fit venir à Salonique la jeune Agnès. Othon de la Roche vint chercher l’accord définitif d’Henri. Puis le marquis envoia "sa file en galies a la cité d’Aimes (Enos, près de l’embouchure de la Maritza). Et lors envoia l’empereres Henris Joffroi le mareschal… et Milon de Braibant por querre la dame… Et troverent la damme, qui mult ere et bone et bele ; et la saluerent de par lor seignor et l’amenerent a grant honor en Constantinople. Et l’esposa l’empereres Henris au mostier Sainte Sophye… a grant joie et a grant honor ; et porterent corone ambedui ; et furent les noces haltes et planieres el palais de Bochelion"35. La jeune impératrice Agnès fut un lien certain entre les 2 grands dirigeants de l’empire. On le constate en lisant dans Villehardouin le récit de leur ultime entrevue, dans une belle prairie, près d’Ipsala, dominant la vallée de la Maritza. "Et li marchis demanda novelles de sa file l’empereris Agnes, et on li dist que ele ere grosse d’anfant et il en fu mult liez et joianz. Lors devint li marchis hom de l’empereor Henri et tint de lui sa terre"36. On sait que ces images de paix et de détente précédèrent de cinq jours la mort tragique du marquis. Agnès, mariée le 4 février 1207, n’avait pas revu son père. Quant à elle "si ne vesqui mie longuement l’empereris, ains morut" écrit Robert de Clari.

  • 37 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVI p. 90.
  • 38 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVI p. 90.
  • 39 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVII p. 91 et Ch. CXVIII p. 91.

21La seconde impératrice, épousée vers la fin du règne, fut une jeune Barbare, la fille de Burus, roi de Blaquie, comme le nomme Robert de Clari, c’est-à-dire Boril, neveu de Kalojan. L’empereur hésita devant une alliance avec cette redoutable famille, responsable de la mort de Baudouin et de Boniface. Mais les barons prétendaient qu’il valait mieux avoir Boril comme beau-père que comme ennemi. Les princes latins étaient de plus jaloux de la pureté de leur race. Robert de Clari rapporte en ces termes la discussion : "Li baron h (Henri) louerent qu’il envoiast a celui Burus qui estoit rois de Blakie, et que il li mandast qu’il li donnast sa fille a femme. Et li empereres respondi que femme de si bas parage ne prendroit il ja. Et li baron disent : "Sire, si ferés ! nous vous louons bien que vous vous accordes a eus, car ce sont la plus fort gent et la plus doutée de l’empire ne de la tere"37. Henri consentit à la fin et Boril ne put qu’être flatté d’une telle union : aussi voulut-il montrer qu’il pouvait donner une dot convenant à la future impératrice de Constantinople :38 "Adonques si fist atorner Burus li rois sa fille molt richement et molt noblement, et assés gent avec lui ; si l’envoia a l’empereeur et li fist baillier soixante sommiers tous chargiés d’avoir et d’or et d’argent et de draps de soie et de riches joiaus ; ne n’i avoit sommier qui ne fust couvers d’un vermeil samit, qui si estoit lons qu’il trainoit bien sept piés ou huit a chascun par derrière, ne ja tant n’alassent par boue ne par laides voies que ja en fust nul des samis escorchiés, tout par cointise et par noblesse"39. Les chevaux splendidement harnachés et chargés du produit des pillages de Boril retinrent plus l’attention que la fiancée elle-même ; cependant "Quant li empereres sut que la damoiselle venoit, si ala encontre lui, et li baron avec lui, et si en fist molt grant feste de lui et de sa gent, et puis après si l’espousa l’empereres. "On ne sait si le mariage d’Henri avec son épouse barbare fut heureux : à sa mort, presque subite, en juin 1216, une rumeur d’empoisonnement par les soins de l’impératrice courut, sans certitude.

  • 40 Henri de Valenciennes - Histoire de l’empereur Henri de Constantinople - Edition Jean Longnon -Par (...)
  • 41 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 547 p. 48 et Georges Acropolite - Annales Edit. Heisenberg C (...)
  • 42 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 548 p. 49.
  • 43 Ibidem.
  • 44 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 555 pp 52-53.
  • 45 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 556 p. 53.
  • 46 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 558 pp 54.

22Ce fut bien là le type même d’une union politique : Henri en reconnaissait lui même la nécessité et le prouva en mariant sa fille -son unique enfant connue- à un prince barbare, Slav, un Bulgare, nommé Esclas dans le texte d’Henri de Valenciennes : ce ne fut pas sans regret, Henri était intelligent et humain ; mais il s’inclinait devant les nécessités politiques et voulait qu’on fit de même autour de lui : le mariage-alliance et garantie de paix était inévitable. C’est Geoffroi de Villehardouin qui le négocia et le conseilla. "Et lors dist li mareschaus privéement que il demandast a l’empereour une soie fille que il avoit"40. Pour Villehardouin la vie d’une jeune fille noble est gouvernée par le profit politique, et Henri de Valenciennes approuve implicitement cette opinion. Le Bulgare Slav fut ébloui par cette alliance : "Sire, dit-il à l’empereur, on me fait entendant que vous avés une fille, laquele, je vos prie, s’il vous plaist, que vous me donnés a moillier. Je sui assés riches hom de terre et de trésor d’argent et d’or, et assés me tient on en mon pais por gentil home. Si vous pri, s’il vous plaist, que vous le me donnés"41. Il s’agissait d’une fille naturelle que Henri de Hainaut avait eue dans sa jeunesse, car l’empereur avait 31 ans environ et la jeune fille ne pouvait avoir plus de 12 à 13 ans. Georges Acropolite signale qu’il s’agissait d’une bâtarde ; ce qui explique peut-être les encouragements unanimes des barons au mariage. "Et tout li haut home qui illuec estoient en present li loent que il h doinst, por chou que il de melleur cuer l’en sierve et plus volentiers"42. Henri consentit donc, en ajoutant au don de la jeune fille, celui du territoire conquis, et en stipulant la vassalité du nouveau mari : "Esclas, je vous doins ma fille par tel manière que Dex vous en laist joïr ; et vous otroi avoec toute la conqueste que nous avons faite ichi, par tel manière que vous en serés mes hom, et m’en siervirés"43. Slav manifesta un grant empressement à devenir le mari de la jeune fille que Villehardouin lui dépeignait comme : "biele, sage et courtoise, et debonaire et soufranz, et entechie de toutes boines teches que damoisiele doit avoir en soi"44. Henri de Valenciennes raconte la première entrevue des fiancés : "Dont l’a prise (Esclas) par la main et li dist que il veut k’ele viegne en Constantinople ; et elle dist qu’ele est preste d’aler ent. Esclas qui est ausi comme toz embrasés de l’amour a la damoisiele lors qu’il le vit, fist tant que il le mena en Constantinople ; car molt desire le jor que il l’ait espousee"45. Le mariage eut heu fin novembre 1208 et le couple resta encore quelques jours à Byzance ; mais il fallut regagner Tsépéna, capitale de Slav, dans une haute vallée du Rhodope, sur un affluent de la Maritza ; pays perdu, dont les habitants ne parlaient pas le grec, et encore moins le français, tandis que la nouvelle mariée ignorait l’idiome bulgare. Avant de quitter sa fille, Henri selon le Chroniqueur lui fit des recommandations affectueuses, et lui traça un plan de conduite, où la gentillesse à l’égard du mari ne devait pas lui faire oublier sa famille, sa "gent". "Biele fille, or soiies sage et courtoise. Vous avés I home pris, avoec lequel vous vos en alés : il est auques sauvages ; car vous n’entendés son langage, ne il ne reset point dou vostre. Pour Diu, gardés que vous ja pour chou ne soiiés ombrage vers lui, ne changans de vostre talent, ne vilaine. Car molt est grans hontes a jentill feme quant elle desdaigne son mari… Sour toutes riens, por Diu, gardés que vos ne lassiés vo boin usage pour l’autrui mauvais. Si soïiés simple, douche, deboinaire, et soufrans (la patience est très recommandée à l’épouse) tant comme vostre maris vaudra, et si honnerés toute sa gent por s’ounor. Mais deseur tout (il s’agit donc du conseil le plus important) vous gardés toutes voies que vous ja por l’amour, ne por lor acointance, qu’ils aient a vous ne vous a eus, ne retraiiés vostre cuer de nostre gent amer, dont vous iestes estraite"46.

  • 47 ibidem Par. 559.

23La jeune fille promit et elle ajouta : "Mais, biaus dous pere, nos sommes au departir, che m’est avis : or proi-je Diu que, se il li plaist, il vos doinst force de sormonter vos anemis, et acroissance de vostre hounour. "A tant s’entrebaisent, et puis se departent li uns de l’autre"47. Cette simplicité n’exclut pas le chagrin de la séparation. Tant que sa femme vécut, et même après la mort d’Henri, Slav que l’empereur avait nommé "despote" resta fidèle aux latins, c’est-à-dire pendant près de dix ans. Ensuite il regagna le camp de leurs ennemis.

  • 48 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 694 p. 121.

24De même Henri de Valenciennes expose le projet de mariage avancé par Michel Ange Commene entre sa fille et Eustache (Wistasse) le plus jeune frère de l’empereur. C’est Michel Ange qui proposa le mariage pour mettre fin à la guerre de 1209, désastreuse pour lui : il donnait sa fille aînée en mariage, avec le tiers de sa terre et reconnaissait l’empereur comme suzerain ; les messagers rapportent "comme il (Michalis) mist avant le mariage de vostre frere et de sa fille ; et donra a Wistasse vostre frere le tierce partie de toute sa tierre, avoec sa fille, en fief, et d’ore en avant il vaura de vous tenir tout son tenement"48. Cette dernière clause emporta l’adhésion de l’empereur d’autant qu’il s’agissait cette fois d’une princesse grecque, dont le père était parent des derniers empereurs ; mais Michel Ange, menteur et parjure, ne respecta pas ses serments.

  • 49 Villehardouin - op. cit. T. II Chap. 270 p. 478 -note p. 79
  • 50 Villehardouin - op. cit. T. II Chap. 271 pp 79-80 et Jean Longnon - L’empire latin de Constantinop (...)

25Les grands barons francs n’étaient point les seuls à pratiquer les mariages politiques : ainsi Alexis III, au cours de l’année 1204-1205 maria deux fois sa fille Eudoxie dans des circonstances curieuses : elle avait épousé toute jeune, rapporte Edmond Faral, Etienne, prince des Serviens. Répudiée, elle était revenue à Constantinople vivre auprès du singulier couple que formaient ses parents, Alexis III fantôche impérial laissant tout le pouvoir à sa femme Euphrosyne ambitieuse, énergique et scandaleuse. Quand Alexis III s’enfuit nuitamment de sa capitale, il abandonna femme et filles derrière lui, et quand Alexis V Murzuphle s’empara à son tour du pouvoir, il contracta avec Eudoxie, une union qui n’était pas régulière, le consentement du père encore vivant semblant nécessaire ; Alexis V, fuyant à son tour, emmena avec lui la femme et les filles de son prédécesseur (nuit du 12 au 13 avril 1204) selon Nicetas et Villehardouin. Tout ce monde se retrouva devant Messinople : écoutons Villehardouin : "L’empereres Morchufles… ensi s’en ala trosque vers Messinople, o l’empereres Alexis ere. Et h envoia ses messages et li manda que il li aideroit et feroit tot son conmandement. Et l’empereres Alexis respondi que bien fust il venuz come ses fils : que il voloit que il aüst sa file a fame et feroit de lui son fil. Ensi se herberja l’empereres Morchufles devant Messinople… et lors parlerent ensemble, et li dona sa file, et s’alierent ensemble, et distrent que il seroient tuit une chose"49. En réalité par ce mariage chacun des deux hommes cherchait le moyen d’endormir la méfiance de l’autre et d’éliminer un rival dangereux, Eudoxie n’étant que l’instrument de la trahison. Alexis V, à son gran dam, fut le moins soupçonneux. Villehardouin nous raconte sa triste aventure : "Et lors semonst l’empereres Alexis l’empereor Morchufle que il venist a lui mengier et iroient ensemble as bains. Ensi com il fu devisé, si fu fait. L’empereres Morchufles, com il le semonst, i vint priveement et a poi de gent ; et com il fu dedenz sa maison, l’empereres Alexis l’apella en une chambre et lo fist jeter a terre et traire les oels de la teste en tel traïson, com vos avez oï"50. Mais Alexis III, satisfait d’avoir supprimé un concurrent à l’empire, ne le tua pas et le laissa repartir avec une poignée de courtisans désillusionnés dans la campagne grecque infestée de croisés. Arrêté bientôt, il fut comme on sait, précipité du haut de la colonne de Théodose dans sa capitale : cette errance et cette fin sont dignes de Shakespeare.

26Alexis III avait repris sa fille sans plus se soucier du mariage conclu et dut bientôt fuir devant Montferrat qui s’emparait peu à peu de toute la Grèce. Un tyran local, Léon Sgouros, seigneur de Nauplie, avait conquis Thebes et Larissa ; il rencontra Alexis III dans cette ville, ils unirent leurs intérêts, et Eudoxie pour sceller cette union, épousa Sgouros. Après quoi Sgouros, fuyant devant les latins, alla s’enfermer dans Corinthe et abandonna son beau-père : celui-ci et Euphrosyne furent bientôt faits prisonniers par Boniface qui les envoya sagement en captivité dans le Montferrat.

27Comme Léon Sgouros mourut en 1208, que devint alors Eudoxie, dans ce pays entièrement occupé par ses ennemis ? Le sort des grandes dames byzantines fut à la fois plus éclatant que celui des princesses latines (l’impératrice Zoé et sa soeur régnèrent, Marie d’Antioche fut régente, Euphrosyne exerça le pouvoir pendant 10 ans) et plus misérable à cause de l’immoralité et de la cruauté des grands à Constantinople.

  • 51 Jean Longnon - op. cit. pp 153-157 (cf. Ernoul, 392).
  • 52 Jean Longnon - op. cit. p. 157 et Philippe Mousket II, 403.

28L’idée d’une femme impératrice ne rebutait donc pas les esprits : c’est pourquoi les barons après la mort de l’empereur Henri, offrirent le trône à sa soeur, Yolande, et à son mari, possesseurs du marquisat de Namur. Ce fut Yolande qui poussa son mari à accepter, et comme en fait le malheureux Pierre n’arriva jamais à Constantinople, Yolande seule exerça le pouvoir en 1217 et jusqu’en Septembre 1219, date de sa mort. Cette grande dame énergique, mère d’une nombreuse famille (elle avait 3 fils dont deux seront empereurs, et 3 filles, pour qui elle conclut des mariages utiles) gouverna avec sagesse : ses 3 filles lui servirent à consolider la paix ; sa fille aînée, nommée aussi Yolande épousa le roi André de Hongrie. Passant par la Morée l’impératrice fut reçue par Geoffroy Ier de Villehardouin, vit, selon Ernoul"51, que celui-ci avait grande terre et que sa fille y serait bien employée" et négocia le mariage de sa fille Agnès avec le futur Geoffroy II qui fut conclu au cours de l’escale. Enfin, et ce fut sa grande réussite politique, elle fit épouser sa dernière fille Marie, jeune femme "sacans et aspre" dit Philippe Mousket52 au redoutable Théodore Lascaris, lequel, jusqu’à sa mort, demeura en paix avec Constantinople. Et l’impératrice Yolande accoucha à Constantinople même en 1217 dans la salle de porphyre du dernier empereur latin de Constantinople, Baudoin II qui sera le seul à être appellé porphyrogénète. La disparition tragique de son mari aux mains de Théodore Ange Commène et sa mort probable hâtèrent sans doute la fin de l’impératrice. C’est à propos du mariage d’Agnès avec Geoffroy de Villehardouin que nous lisons dans la Chronique de Morée ce que pouvait être un mariage forcé. Si les circonstances du récit de la Chronique sont tout à fait fausses (car Agnès épousa avec le consentement de sa mère le prince Geoffroi) la Chronique nous renseigne sur la manière de contraindre une princesse à un mariage dont elle ne veut pas, Geoffroi ayant d’ailleurs dans l’esprit du narrateur parfaitement raison d’imposer le mariage.

  • 53 Jean Longnon - Chronique de Morée (1204-1305) Paris 1911 - Par. 178, p. 62.
  • 54 Chronique de Morée - op. cit. Par. 179 p. 62
  • 55 Chronique de Morée - op. cit. Par. 180 p. 63 et note.

29La Chronique expose que la fille de l’empereur fait escale au port de Beauvoir en Morée : "Et quant il (Geoffroi) sot que la fille de l’empereor estoit arrivée au port de Beauvoir, si ala tout droit vers la dame et entra dedens la galie ou elle estoit ; si la salua noblement et lui pria qu’elle descendist et montast sus au chastel. Et tot ce faisoit-il pour la dame honorer"53. Geoffroi est donc sans arrière-pensée dans cette invitation. Mais bientôt "Si furent aucun de la gent messire (Goffroy) qui lui dirent et conseillerent de pranre celle dame pour espouse, car il ne se pooit marier mieux en cest pays. Si se consenti a leur dit. "Geoffroi convoque un conseil de barons et leur demande leur avis ; les barons suggèrent de faire d’abord le mariage : "Se l’empereor se coruce, nous trouverons voye et chemin comment nous acorderons avec lui"54. Le problème n’est donc nullement personnel, et l’avis de la princesse n’est même pas évoqué. Il faut néanmoins la convaincre. Or la princesse oppose une assez vive résistance : non pas que Geoffroi lui soit antipathique, il lui est, semble-t-il, indifférent, mais dans la grande peur que lui inspire l’empereur son père. On choisit deux messagers "les plus sages de tous, que ils deussent parler et retraire a la dame ces choses" (d’après la Chronique grecque, on choisit l’évêque d’Olène) "Si alerent a la dame et lui conterent et dirent toute la besongne ainxi comme elle estoit ; mais la dame n’y vot consentir pour la paour qu’elle avoit de l’empereor son pere". Enfin, ajoute la Chronique : "tant pour force que pour amonnestement s’acorda la dame" :55 cette formule donne à réfléchir. Le mariage eut lieu avec de grandes fêtes.

  • 56 Chronique de Morée - op. cit. Par. 181 p. 63 -Par. 182 - Par. 183 - pp 63-64 - Par. 187, p. 66.

30Restait à apaiser l’empereur qui fut d’abord au comble de la fureur, parce qu’il avait projeté un autre mariage : "de qui il cuidoit avoir grant aide de gent d’armes pour guerroier les Grex sez anemis. "Geoffroi envoia deux messagers qui plaidèrent sa cause : il ne pouvait trouver femme en Romanie qui fut de son rang, et puisqu’il avait épousé la dame contre son gré, il voulait en réparation devenir l’homme lige de l’empereur, tenir sa terre de lui "et estre une chose ou lui pour guerroier leurs anemis les Grex"56. L’empereur s’apaise alors ; il rejoint Geoffroi à Larissa en Thessalie, où Geoffroi reconnait être son vassal. Quant à la Princesse, sachant son père et son mari d’accord, "elle fust moult lie et joyeuse". Ses soucis n’étaient donc également que diplomatiques.

  • 57 Robert de Clari - Conquête de Constantinople Ch. XVII p. 27 et aussi Ch. XXVIII pp 37.
  • 58 Villehardouin - Edition Faral T. I Chap. 70 p. 70 et Chap. 188 p. 192.
  • 59 Pour l’histoire d’Irène, cf Charles Diehl - Choses et Gens de Byzance - Collection d’Etudes d’Hist (...)
  • 60 Idem.

31Ce texte est très éclairant sur la manière désinvolte dont est traitée la femme que ce soit par le père, le mari, ou les grands seigneurs, et sur ses mobiles, la peur, la soumission fataliste, le soulagement devant les conflits apaisés. Si le récit de la Chronique de Moree n’a pas de base réelle, par contre la situation du mariage forcé se retrouve dans la vie d’une princesse de Byzance, cette Irène, fille d’Isaac l’Ange, à laquelle les Chroniqueurs font fréquemment allusion. "Un vaslet qui estoit freres a la femme l’empereeur d’Alemaigne"57 écrit Robert de Clari, et Villehardouin :" (Alexis) s’en ala au roi Phelippe d’Alemaigne qui avoit sa seror a fame"58. La mention d’Irène est indirecte et plus que discrète : elle est la femme, la soeur, la fille d’un empereur, et cependant son rôle fut grand dans les évènements, ainsi que le raconte excellement Charles Diehl59, dans Choses et Gens de Byzance, à la rubrique : Irène Ange, reine des Romains. Or la princesse épousa quasi par force ce Philippe, bientôt empereur d’Allemagne. Déjà veuve à 16 ans du roi Roger de Sicile, elle était "comme un butin de guerre" tombée aux mains d’Henri VI s’emparant du palais royal de Palerme. Henri VI d’Allemagne vit aussitôt que marier Irène à un Hohenstaufen, c’était créer à leur dynastie des droits éventuels au trône de Byzance, favorisant ainsi ses ambitions d’hégémonie. Par hasard cette union politique devint le plus tendre des mariages d’amour. Philippe de Souabe avait 16 ans, il était, ainsi que nous le dit Walther de la Vogelweide, blond, séduisant et charmant, Irène était belle et intelligente. Mariés en grande pompe à Augsbourg en mai 1197, Philippe et Irène furent couronnés roi et reine des Romains à Mayence en 1198 ; ils s’entendirent parfaitement, et Irène n’eut pas de peine à faire de son mari le vengeur de son père détrôné et le protecteur du jeune Alexis, évadé en 1201 : le détournement de la 4ème croisade est l’effet de la politique secrète de Philippe de Souabe encouragé par sa jeune femme. Et Philippe ne reconnut jamais les princes de Flandre comme empereurs de Constantinople ; il les considérait comme des usurpateurs. Irène connut encore le grand triomple d’être couronnée impératrice d’Allemagne en même temps que son époux en Janvier 1205 à Aix-la-Chapelle ; Walther célébra la beauté de l’empereur sous le diadème surmonté du fameux rubis ; mais le 21 Juin 1208, il fut assassiné à Bamberg par Otton de Wittelsbach. Avec la mort de ce mari très aimé, Irène perdait tout ; cette jeune femme de moins de 30 ans, étrangère dans le pays, ne put garder ni ses biens, ni ses titres ; elle mourut le 27 Août 1208, deux mois après son mari en écrivant : "Les jugements de Dieu sont incompréhensibles et ses voies insondables". Sa mort lui épargna de dures persécutions de la part des princes allemands60.

32Le destin de cette princesse Byzantine, tout en contrastes, illustre bien les grands remous qui emportaient la vie des femmes nobles à cette époque chaotique, la difficulté pour elles d’obtenir un bonheur personnel, et leur dépendance à l’égard des hommes puissants qui croisaient leur chemin, même quand elles réussissaient quelque temps à exercer un pouvoir politique.

  • 61 Jean Longnon - L’empire latin de Constantinople -op. cit. p. 159 (Aubry de Trois Fontaines, 910).
  • 62 Jean Longnon - op. cit. pp 167-168 et Charles Diehl Histoire du Moyen Age - l’Europe Orientale de (...)

33L’homme noble du temps voit d’un oeil irrité la femme imposer le bonheur individuel à un prince qu’elle domine, et l’y enfermer ; c’est le fameux péché de récréantise dont le châtiment n’était pas que littéraire : c’est ce qu’éprouva en 1227 la maîtresse ou l’épouse secrète de l’empereur Robert qui monta sur le trône après la mort de Yolande. Ce neveu des grands empereurs flamands n’avait ni courage ni intelligence "quasi rudis et idiota"61 dit Aubry de Trois-Fontaines. Eperdument épris d’une jeune fille de petite noblesse artésienne, la demoiselle de Neuville, dont le père Baudouin, avait péri en 1205 à la bataille d’Andrinople, il l’installa au palais impérial avec sa mère ; il ne la quittait plus. Les barons francs étaient scandalisés. Jean Longnon écrit : "Les barons pénétrèrent dans la chambre impériale, immobilisèrent Robert, prirent la mère de sa femme et la fire jeter dans une barque et noyer en mer ; puis venant à la jeune femme ; ils lui coupèrent le nez et les lèvres. Après quoi ils relâchèrent Robert et sortirent du palais"62. Robert désespéré abandonna l’empire, alla voyager en Italie où le Pape tenta de le raisonner, et décéda pendant son retour en Morée, auprès de sa soeur Agnès (Janvier 1228). A quarante ans de distance la mutilation tragique de la dame franque, exécutée par des barons francs, correspond à l’assassinat de l’impératrice Marie d’Antioche, exécutée par un prince byzantin.

***

34Quelle image de la femme retiendrons nous de ces différents portraits de grandes dames ? Leur vie est tout aussi difficile et tragique que celle de leurs époux et pères, et le destin n’est pas plus clément pour elles. Il y a entre hommes et femmes égalité dans le malheur.

35La majorité des dames étudiées est d’origine française ou européenne, ce qui leur confère une mentalité différente des princesses byzantines : elles ne se bornent pas à être des proies convoitées comme Théodora ou Eudoxie, ou des barbares dangereuses comme la fille de Boril ; elles possèdent toutes une personnalité volontaire, du courage, de la persévérance, de la fidélité, de l’habileté et d’après le jugement des Chroniqueurs, des vertus.

36Elles ont d’abord une fonction politique, et leurs pères et maris les utilisent ou les épousent dans cette optique ; pères et mères marient selon leur intérêt le plus immédiat : Alexis III marie deux fois Eudoxie en quelques semaines. Même l’empereur Henri si lucide et si humain envoie sa fille au fond du Rhodope, mariée à un prince demi-sauvage dont elle ignore le langage. L’impératrice Yolande marie ses trois filles pour conclure des alliances qui consolident l’empire.

37Ces mariages apportaient parfois, par bon hasard, le bonheur aux jeunes femmes ainsi engagées : Agnès de France fut heureuse, semble-t-il, avec Théodore Vranas, et Marie de Hongrie avec Boniface de Montferrat. Irène et Philippe d’Allemagne étaient très unis. L’empereur Henri, homme sensible et intelligent, dût être un excellent mari pour la jeune Agnès de Montferrat.

38Les jeunes femmes, souvent mariées à des époux plus vieux qu’elles, surent user de leur pouvoir sur eux pour leur inspirer une certaine conduite politique, qui leur était à elles mêmes recommandée par leur famille d’origine. Elles restent en effet très attachées à leur milieu premier, elles en observent les consignes : ce sont des émissaires politiques en pays étranger. Le mari passe après le père, la mère, les intérêts de leur race. Beaucoup ont peur de leur père. Ainsi Marie de Courtenay maintient dans l’obéissance le redoutable Théodore Lascaris, et de même la fille d’Henri pour Slav.

39Nous les voyons rarement dans leur rôle de mère, sauf Marie de Hongrie et Yolande de Courtenay : les fils sont défendus, protégés, -ils sont les héritiers-les filles sont utilisées, ou négligées : Marie de Flandre abandonne sa petite fille nouvelle-née pour rejoindre son mari.

40Quand c’est une nécessité, elles exercent directement le pouvoir. Elles prennent des responsabilités politiques, font preuve de courage et de diplomatie ; il semble d’ailleurs que l’on admette le pouvoir féminin plus facilement en Orient qu’en Europe : Marie de Hongrie fut régente de Salonique pendant dix ans et Yolande de Courtenay reconnue comme impératrice sans opposition. Elles défendent leur pays et l’héritage de leurs fils avec fermeté.

41Ont-elles subi l’influence du luxe et des moeurs byzantines ? Ce fut vrai pour Agnès de France qui vécut pratiquement son existence entière à Constantinople et Andrinople, mais les autres dames vécurent trop peut longuement ou dans des circonstances trop difficiles à Byzance, pour s’en être laissées pénétrer. Marie de Hongrie connut quelques mois heureux à Salonique ; la cour y était égayée par tout un groupe de poètes occitans et l’atmosphère moins figée et moins hiératique qu’à Byzance.

42Les grands barons francs continuèrent à être scandalisés par l’influence excessive d’une femme sur l’un des leurs : ainsi le prouva l’atroce aventure de la compagne de l’empereur Robert, alors que la cour byzantine avait accepté vaille que vaille l’ingérence totale de l’impératrice Euphrosyne, femme d’Alexis III, dans les affaires de l’état. On peut cependant conclure que le rôle des grandes dames à Byzance, à la charnière des xiième-xiiième siècles a été grand, comparativement plus important que celui des princesses européennes à la même époque.

Notes

1 Robert de Clari - La Conquête de Constantinople -Edition Albert Pauphilet - La Pleïade - Paris 1958 Ch. LXXIII p. 66.

2 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 30.

3 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 30.

4 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.

5 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.

6 Charles Dichl - L’Europe orientale de 1081 à 1453 dans Histoire générale de G. Glotz (Histoire du Moyen Age et Histoire de l’Empire byzantin, Paris 1920 Tome IX 1ère partie - Paris 1945, p. 85. p. 142.

7 Robert de Clari - La Conquête de Constantinople Ch. XXI p. 30.

8 Charles Diehl - op. cit. p. 66 et p. 51 cf Nicetas p. 151.

9 Charles Diehl - op. cit. pp 83-84-86 cf Nicetas p. 347.

10 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXI p. 30.

11 Robert de Clari - op. cit. Ch. XIX p. 29 et Ch. Diehl Bibliothèque de Philosophie scientifique - Grandeur et décadence de Byzance, Paris 1919 pp 254-255.

12 Robert de Clari - op. cit. Ch. XX p. 29.

13 Villehardouin - La conquête de Constantinople. Edition Edmond Faral - Les Belles Lettres - Paris 1961 Tome II p. 53 (note) Cf Nicetas pp 337 et 356.

14 Charles Diehl - op. cit. p. 90 et Nicetas pp 453-458.

15 Robert de Clari - op. cit. Ch. XXV - pp 35-36 et Ch. Diehl - Grandeur et décadence de Byzance pp 155-156.

16 Villehardouin - La conquête de Constantinople -Edition Ed. Faral Tome I chap. 185 p. 188.

17 Villehardouin - op. cit. Ch. 186 p. 188.

18 Villehardouin - Ed. Ed. Faral T. II - Ch. 212 p. 10-12.

19 Charles Diehl - op. cit. pp 113-114 et Choses et gens de Byzance - Collection d’Etudes d’Histoire et d’Archéologie Paris 1926 pp 215-216.

20 Robert de Clari op. cit. Ch. LII p. 53.

21 Robert de Clari op. cit. Ch. LIII p. 54.

22 Ibidem Ch. LIII p. 54.

23 Villehardouin - Ed. Ed. Faral - T. II Ch. 249 p. 50.

24 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 262 p. 68 Ch. 264 p. 70.

25 Robert de Clari - op. cit. Ch. CI p. 84.

26 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 423 p. 236.

27 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 499 p. 314.

28 Henri de Valenciennes - Histoire de l’empereur Henri de Constantinople (Documents relatifs à l’histoire des Croisades II) Edition Jean Longnon - Paris 1948 - Par. 595 p. 74 et Par. 602 p. 77.

29 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 603 p. 78.

30 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 605 p. 79. et note p. 79.

31 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 610 p. 81.

32 Villehardouin - La Conquête de Constantinople - T. I Ch. 8 p. 10.

33 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 317 p. 124-125 et Chap. 318 p. 126.

34 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 318 p. 126.

35 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 450 p. 264 et Ch. 457-458 p. 272.

36 Villehardouin - op. cit. T. II Ch. 496 p. 310.

37 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVI p. 90.

38 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVI p. 90.

39 Robert de Clari - op. cit. Ch. CXVII p. 91 et Ch. CXVIII p. 91.

40 Henri de Valenciennes - Histoire de l’empereur Henri de Constantinople - Edition Jean Longnon -Paris 1948 - Par. 547 p. 48.

41 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 547 p. 48 et Georges Acropolite - Annales Edit. Heisenberg Ch. 24 p. 39.

42 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 548 p. 49.

43 Ibidem.

44 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 555 pp 52-53.

45 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 556 p. 53.

46 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 558 pp 54.

47 ibidem Par. 559.

48 Henri de Valenciennes - op. cit. Par. 694 p. 121.

49 Villehardouin - op. cit. T. II Chap. 270 p. 478 -note p. 79

50 Villehardouin - op. cit. T. II Chap. 271 pp 79-80 et Jean Longnon - L’empire latin de Constantinople et la Principauté de Morée - Paris 1949 - p. 71.

51 Jean Longnon - op. cit. pp 153-157 (cf. Ernoul, 392).

52 Jean Longnon - op. cit. p. 157 et Philippe Mousket II, 403.

53 Jean Longnon - Chronique de Morée (1204-1305) Paris 1911 - Par. 178, p. 62.

54 Chronique de Morée - op. cit. Par. 179 p. 62

55 Chronique de Morée - op. cit. Par. 180 p. 63 et note.

56 Chronique de Morée - op. cit. Par. 181 p. 63 -Par. 182 - Par. 183 - pp 63-64 - Par. 187, p. 66.

57 Robert de Clari - Conquête de Constantinople Ch. XVII p. 27 et aussi Ch. XXVIII pp 37.

58 Villehardouin - Edition Faral T. I Chap. 70 p. 70 et Chap. 188 p. 192.

59 Pour l’histoire d’Irène, cf Charles Diehl - Choses et Gens de Byzance - Collection d’Etudes d’Histoire et d’Archéologie - Paris 1926 - Irène Ange, Reine des Romains p. 215 à 229.

60 Idem.

61 Jean Longnon - L’empire latin de Constantinople -op. cit. p. 159 (Aubry de Trois Fontaines, 910).

62 Jean Longnon - op. cit. pp 167-168 et Charles Diehl Histoire du Moyen Age - l’Europe Orientale de 1081 à 1453 - Paris 1945 p. 534.

Auteur

Université de provence

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540