Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

L’image du musulman dans le Rolandslied

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 cf. Le Grand Larousse encyclopédique en 10 volumes, vol. 6, Paris, 1962, p. 240.
  • 2 On sait que nous ne possédons pas le modèle de Konrad, aussi comparons-nous le texte allemand avec (...)

1Le mot "musulman" n’apparaît pas dans le Rolandslied de Konrad : en effet, le poète allemand, dans la tradition des auteurs de l’occident chrétien, notamment dans la tradition des croisades, qualifie, à la suite de son modèle français, la Chanson de Roland, les adversaires de Charlemagne, musulmans monothéistes, croyant "en un Dieu unique, créateur du monde, incréé, dont les anges sont les ministres, qui s’est révélé au monde/… /par ses prophètes (parmi lesquels Abraham, Moïse et Jésus, et dont Mahomet est le dernier, le "sceau"1, de "païens", c’est-à-dire qu’il utilise le terme par lequel aujourd’hui on désigne les adeptes des cultes polythéistes, contrairement aux chrétiens qui croient en un seul Dieu qui s’est révélé au monde par le Christ, contrairement aussi aux musulmans et aux juifs. Pour Konrad sont païens les non-chrétiens (les juifs qui sont mis une fois sur le même pied que les païens (7551) disparaissent face à l’opposition fondamentale chrétiens/païens), et il ne fait nulle différence entre monothéistes et polythéistes ; de plus, à l’opposé de Wolfram qui, dans le Willehalm parle de Sarrasins (ainsi au vers 220, 22), Konrad ne connaît que la dénomination de "païens". Dans mon exposé j’utiliserai donc le terme employé par Konrad (et son modèle) et parlerai de païens. En me fondant sur un nouvel examen du Rolandslied, je tenterai de montrer quelle image Konrad se fait du païen (à l’occasion je comparerai son texte à celui de son modèle, la Chanson de Roland)2. Dans un premier temps je verrai la provenance géographique des païens, leur organisation sociale, leur aspect extérieur, puis leurs traits de caractère et leur comportement, leurs dieux et leur religion, enfin leur confrontation avec les chrétiens.

1. - La provenance géographique des païens dans le Rolandslied, leur organisation sociale, leur aspect extérieur

1. 1. - Provenance géographique

  • 3 cf. note de G. Moignet, p. 231 de son édition.
  • 4 cf. note n°2 de Jean Graff, p. 38, o.c.

2A deux reprises Konrad énumère les pays d’où viennent les ennemis de Charles, la première fois guand il évoque les troupes de Marsilie (2596-2678 ; rien en Q, où à l’endroit correspondant (710-5 et 848-54) il est seulement question de comtes, vicomtes, ducs, almaçours, émirs et fils de comtors), la seconde quand il parle de celles de Paligan venant au secours de Marsilie (8040-8113 ; 0 3220-3260).. C’est surtout la seconde de ces deux listes -que Konrad reprend de son modèlegui est intéressante : on y relève entre autres des Poméraniens (le roi Clapamorses : 8034 ; le nom de Dapamort cité en 0 3216 serait un nom poméranien signifiant "d’auprès de la mer, de Poméranie"3 ; cependant le ms. de Paris de la Chanson lit Clapamors comme Konrad (v. 3717)), des Sorabes (Sorbes : 8049 ; 0 3226 "Sorbres e Sorz"), des Arméniens (Ermines : 8050, 0 3227) -gui sont des chrétiens d’orient- (mais en K 7791 les Arméniens sont qualifiés de "fidèles" (Arménien), à moins qu’il ne s’agisse pas des mêmes), des Maures (Mores : 8054 ; Mors : 03227), des Prussiens (Prussen : 8079 ; Bruise : 0 3245), des Hongrois (Ungeren : 8101 ; Hungres : 0 3254), c’est-à-dire pas uniquement des musulmans. Il est également guestion de l’Ethiopie (Etthiopia : 6338 ; Ethiope : 0 1916), de l’Afrigue (Affrica : 5297 ; Affrike : 0 1593), de Carthage (Kartagein ; Kartagene : 0 1915) ; les troupes de Paligan s’embarquent à Alexandrie (Alexandria : 7163 ; Alixandre : 2626). Un Syrien vient apporter un message à Paligan (7947, 0 3131). Ganelon dit à Marsilie que Roland et Olivier veulent se rendre en Babylonie (2272 ; rien en 0) pour se partager le monde entier ; il dit à Blanscandiz qu’ils menacent le roi de Babylonie (1871 : quand ils l’auront abattu, ils iront jusqu’en Perse (1873, puis jusgu’à Luvin (1874) -mot qui semble désigner les Indes4 - (dans 1 a Chanson il n’est question que de l’Orient (401)) afin de faire le partage du monde. La capitale du monde païen se trouve en Perse (7154 ; rien en 0 où il est néanmoins guestion d’un roi Persan (0 3204) et de guerriers persans (0 3240). On le voit, c’est bien de "tous les coins du monde" (291 "unz an der erde ende") qu’accourent les païens : par ces différentes énumérations de pays qui s’étendent depuis la Prusse, la Poméranie au nord-est de l’Europe, en passant par l’Arménie, la Perse, l’Ethiopie, Carthage jusqu’en Espagne où se joue l’action, Konrad à la suite de la Chanson de Roland veut montrer que l’empire des païens couvre un espace considérable (l’armée païenne qui ne comprend pas uniquement des musulmans -mais seuls ceux-ci jouent un rôle dans l’action- et dont Konrad souligne à maintes reprises le gigantisme (ainsi 173, 4109)) est la plus grande armée qui ait été groupée sous ce ciel (296/8)), plus considérable encore que l’empire des chrétiens (dont Blanscandiz puis Roland énumèrent les pays : 1770-8, 0 371-4 ; 6830-55, 0 2322-32), afin de mettre ensuite en évidence le mérite inoui des chrétiens qui, grâce à l’aide de Dieu, finiront par vaincre cet immense empire.

1. 2. - L’organisation sociale des païens

3Marsilie convogue son conseil, qui se compose de six ducs et de six comtes (404-5), exactement comme Charles convogue ses douze pairs. Et sans doute n’est-ce pas un hasard si, de même que Charles a douze pairs, Marsilie a douze conseillers (0 14 lit "ses dux e ses cuntes" ; il est évidemment possible de penser comme Jean Graff, p. 9, note n°l, que Konrad ait confondu le possessif "ses" et le numéral "six" ; cependant la recherche d’un parallélisme est une des caractéristigues de l’adaptation de textes français en Allemagne). Dans la société féodale le vassal doit à son suzerain consilium et auxilium, et tout comme le roi chrétien, le roi païen ne prend pas de décision sans consulter ses conseillers (422-4 ; 0 20). A son simple appel accourent tous ses vassaux (2585 sqq. 0 848 sqq. ; 3574 sqq.) pour lui apporter l’aide militaire qu’il est en droit d’attendre d’eux.

  • 5 cf. notre article La prière dans le Rolandslied, à paraître dans Actes du Colloque du CUER-Ma sur (...)

4Mais Marsilie n’est que le vassal de Paligan, roi de Perse (7153 ; 0 2614 sqq.), et de même que Roland appelle Charles, son suzerain, à son secours en sonnant du cor (5996 sgq., 0 1702 sqq.), de même Marsilie appelle Paligan, son suzerain, à son secours (7149 sqq., 0 2617 sqq.) : en effet, le suzerain doit à son vassal, en contrepartie de ses services, protection, essentiellement protection militaire. D’un autre côté, comme Charles n’est pas seulement roi des Karlingen, mais aussi chef suprême de toute la chrétienté ("ger romische uoget" : 960 ; "uoget uon Rome, / ia nigent diner chrone/alle cristin chunige" : 973-5), bailli de Rome, auguel tous les rois chrétiens sont soumis (7653-5) - ceci est seulement implicite dans la Chanson où Charles explicitement n’est que roi de la Dulce France (ainsi v. 16 "Li empereres Carles de France dulce", ou 116 "li reis ki dulce France tient") - en outre Charles est chez Konrad qui met le pape entièrement entre parenthèses (en 0 2998 "l’apostle de Rome" gu’invogue Charles avant la bataille contre Baligant désigne sans doute le pape), le représentant de Dieu sur terre5, Paligan n’est pas seulement roi de Perse, mais aussi chef suprême de tous les païens. Enfin, comme la capitale de Charles, qui dans le Rolandslied est incontestablement Rome, puisqu’il en est le bailli, est en même temps celle de toute la chrétienté, celle de Paligan, qui se trouve en Perse, est celle de tout le monde païen (7154). Enfin, de même que Roland veut aller jusqu’en Perse (1873), de même le fils de Paligan conseille à son père d’aller prendre -après Aix, seule ville mentionnée en 0 2667 - la ville de Rome que Charles détient -dit-il- contre la volonté du chef païen (7232).

5L’organisation sociale des païens est donc celle de la société féodale occidentale et le monde païen la fidèle reproduction du monde des chrétiens.

1. 3. - L’aspect extérieur des païens

6En général, les païens sont d’un aspect effrayant, terrible et d’une laideur repoussante (ainsi ubel getan : 6346) ; certains ont même des soies de porc sur le dos (8046, 0 3223). Alors que 0 fait de Baligant un portrait plutôt favorable (grande enfourchure, hanches étroites, côtés larges, poitrine vaste et bien moulée, épaules amples, teint bien clair, visage fier, tête bouclée, aussi blanche que fleur en été (3157-63)) et conclut "Deus ! quel baron, s’oüst chrestïentet !", Konrad, tout en lui reconnaissant des manières chevaleresques, dit de lui qu’il est effrayant, son visage affreux (8004-6 : fraissam, egeslich). Zernubele (2682 ; 0 975 : Chernubles ; en K 3759 il a nom Cernubiles, en K 5045 Cornubiles ; Ch. 1353 et V IV, 916 Cornuble), le plus grand des chefs païens, règne sur un pays horrible dont les habitants sont sauvages (3767) et où le soleil ne luit jamais, le blé ne pousse pas (2685, 3768 ; 0 980), les pierres sont toutes noires (2688, 0 982) -c’est le repaire des diables (2692, 3769 ; 0 983) - : lui-même est un noir, très laid, d’une force surhumaine, dont les cheveux tombent jusqu’au sol (2693 sqq. ; 0 976 sqq.).

7Les guerriers païens font un bruit énorme (5853 ; 7995) ; ils crient, chantent des chants de guerre, 7 000 cors retentissent (en 0 1 004 mille trompettes) : ils font un tel vacarme que monts et vaux semblent en mouvement (3821/3) et surtout que les oiseaux tombent morts sur le sol (3536/9).

  • 6 Jean Richard, L’esprit de la croisade, Paris, 1969, p. 27.
  • 7 cf. l’ouvrage cité de Wentzlaff-Eggebert, pp. 81-82.
  • 8 Choix de poésies lyriques du Moyen Âge allemand (Minnesang), Traduction française de Jean Fourquet (...)

8Si les païens sont dépeints ainsi, c’est que selon un lieu commun au 12ème siècle6, ils sont les alliés du diable, les hommes de Satan (ualantes man : 5345). Bernard de Clairvaux gualifie les païens d’alliés du prince de l’obscurité7. Dans la tradition chrétienne, le diable est l’ennemi du royaume de Dieu, aussi tous ceux qui ne reconnaissent pas les voies de Dieu sont-ils les suppôts de Satan ; Konrad développe à fond cette idée qui n’est que sous-jacente à l’oeuvre française (cf. 0 1502), de plus au Moyen âge la laideur et la noirceur de la peau sont considérés comme le signe d’une âme corrompue, vouée au diable (on est loin de Walther von der Vogelweide : 35, 33-36 "Il faut voir le dedans des gens, si l’on veut bien les connaître. /Nul ne doit louer quelqu’un du dehors, sur l’apparence. /Plus d’un nègre est au dedans plein de hautes qualités. /Ah ! comment est le coeur des blancs, guand on veut les retourner comme un gant"8).

9Cependant Konrad manifeste une certaine sympathie pour Margariz uon Sibiliae (3725), dessiné déjà de bienveillante façon par la Chanson (Margariz de Sibilie : 955) : il est beau et agréable à regarder, aimé des femmes (3727-30, 0 957-60 ; cf. aussi 0 5042 et 0 1312, de même que pour un autre personnage 0 895 qui n’a pas son éguivalent chez Konrad). A l’image de leur chef, ses hommes, bien que terribles, sont beaux (2680 "da ne was nehain so sconer man"). De même Amarezur conduit lui aussi une magnifigue troupe (4590), qui scintille au loin de pierres précieuses.

10Nous avons là un autre trait caractéristique des païens, qui tranche avec la laideur qui les affecte pour la plupart : leurs richesses fabuleuses et le luxe inoui qui les entoure. Blanscandiz propose à son roi Marsilie d’envoyer à Charles, entre autres animaux exotiques, sept cents chameaux chargés d’or et cinguante chariots remplis de pièces d’or (472 sqq., 0 32 sqq.). Konrad, encore davantage que 0, se plaît à décrire leurs riches armures (4592 sqq. "Les précieuses pierres scintillaient de loin /… /. Leurs écus étaient incrustés d’or, leurs heaumes étaient ornés /… / de gemmes sur gemmes"). Les guerriers païens brillent comme des étoiles, "d’or et de pierreries" (4377). "L’or et les pierreries brillaient sur les païens comme les étoiles parmi les nuages" (3353-55). Sur l’étendard de Paligan on voit un dragon orné d’or et de pierreries (8124-7) (0 3266 ne signale que le dragon). Le camp du chef païen frappe par son faste (soiries blanches, rouges, vertes ; trône sur lequel scintillent escarboucles, topazes et émeraudes (7173-81) (En 0 2624 sqq. c’est la somptuosité des nefs de l’émir Baligant qui est soulignée).

  • 9 Wentzlaff-Eggebert, o.c., p. 96.

11Même si Konrad ne rejette pas à priori le faste extérieur pour les chrétiens - c’est ainsi qu’il met en évidence la richesse de la cour de Charles (666 sqq.), où l’on voit soiries fines et précieuses, bijoux d’or, et qui dépasse en splendeur tout ce qu’on a vu depuis Salomon et tout ce qui existera à l’avenir (671/3), et a plaisir à décrire la riche armure de Roland où émaux, pierreries, incrustations d’or jettent leurs feux (3284-93) -, il prend ses distances face à tant de richesses. D’une part, l’exemple de Ganelon montre bien que le faste extérieur est sans valeur si manque l’éclat intérieur : Ganelon est en effet comparé à un bel arbre qui paraît vert à l’extérieur alors qu’à l’intérieur il est rongé par les vers et tout pourri (1962 sqq.)(9). Konrad résume sa pensée en citant le proverbe : 1959 "iz en ist nicht allez golt, daz da glizzit" ("Tout ce qui brille n’est pas de l’or"). D’autre part, à plusieurs reprises la richesse des païens est mise en relation avec leur "ubermut", la "superbia" : ainsi, après avoir mis l’accent sur la grande richesse des hommes d’Amarezur, Konrad enchaîne en disant : "leur grand orgueil allait les perdre, le même qui Lucifer, le vieil, fit chuter autrefois. Tous ceux qui s’y plaisent, ils seront tous honnis ici. Ce sont ses compagnons et ils partageront son sort" (4604/10) (voir aussi 3349-3365).

2. - Les traits de caractère des païens et leur comportement, leurs dieux et leur religion

2. 1. - Les traits de caractère des païens et leur comportement

12On vient de le voir, le trait essentiel du caractère des païens est leur "ubermut", leur outrecuidance, c’est-à-dire leur "superbia". Cette "superbia" (rendue par les termes mha. ubermut (3510, 4604, 4743…), hochuart (1879, 2584, 3468….), uermezen (4378, 4425…) (cf. orgoill en 0 3144)), péché de Lucifer, péché originel contre Dieu, qui a causé la perte de Lucifer et de ses anges, fait d’eux des compagnons du diable, des guerriers du diable (ainsi 3380, 4440…), des enfants du diable (60 "des tuvelis kint") et les conduira eux aussi à leur perte et à la mort, en effet, selon la doctrine de l’Eglise, seuls les humbles seront sauvés (3012-19, 3506-12), c’est-à-dire les chrétiens, enfants de Dieu, combattants de Dieu, milites Dei, "gotes degene" (ainsi 3412), dont Konrad loue la grande humilité (ainsi 3433) : alors que les chrétiens seront admis au ciel et récompensés avec la vie éternelle, les païens livreront leur âme au diable et iront en enfer où comme récompense ils recevront du diable des souffrances éternelles (6367-71) (cette idée sous-jacente à la Chanson (cf. 0 3647) est développée abondamment par Konrad ; orgueil et tort sont associés en 0 1592).

13Cette "superbia" se manifeste essentiellement sous deux aspects :

  • les païens sont sûrs d’eux et de leur supériorité, et commettent ainsi le péché d’orgueil, en effet il faut non pas compter sur sa propre force, mais sur Dieu, ce qui est une preuve d’humilité -seul Dieu donne la victoire - (3479-3488) ; les chrétiens, eux, ne font foi qu’en la force de Dieu qui les aide à vaincre (ainsi 7017 sqq.).
  • leur "superbia" entraîne les païens à vouloir paraître, donc à se parer somptueusement : la richesse des païens, sur laquelle Konrad insiste, n’est donc que le signe visible de leur "ubermut" (4604-10). Le plaisir qu’ils trouvent aux biens matériels s’oppose d’ailleurs au mépris complet que les chrétiens manifestent pour les biens de ce monde (et là Konrad reflète parfaitement la doctrine de l’Eglise : cf. le texte d’Eugène III datant de 1146 et celui de Saint-Bernard datant de 1130 : De laude novae militiae10 ; c’est ainsi que Roland s’adresse à ses troupes : 4198 sqq. "que cet or rouge soit pour vous un objet méprisable. Aux yeux de votre créateur ces belles pierreries sont, en effet, impures."). Alors que les chrétiens n’aspirent qu’au salut, à la vie éternelle et veulent conquérir leur patrimoine céleste qui depuis longtemps leur a été promis (ainsi 8480/3 ; 3914/5 ; 4698) : ils combattent pour la couronne éternelle, pour le royaume de Dieu (3916-28) -dans la Chanson française ils combattent pour leur seigneur terrestre (la chrétienté vient en second lieu : v. 1128/9), dans le Lied pour leur seigneur céleste, c’est-à-dire Dieu -, les païens se préoccupent de leur héritage terrestre (418), désirent des conquêtes (Marsilie veut conguérir toute la France jusgu’à Saint-Denis (3720/1 ; 3738/9 ; 0 972/3), des biens matériels (le chef païen promet à ses hommes toutes les merveilles du monde (3570/1 ; 3622/4 ; 3649/50 ; 3811/2 ; en 0 3398/9 Baligant promet à ses troupes "femmes nobles et belles, fiefs, domaines et terres) ; alors que les chrétiens promettent la félicité éternelle (101 sqq., 147 sqq., 8297 par ex.), Paligan promet à son fils une récompense terrestre, la couronne de Rome (8088/ 90) ; ; tandis que les chrétiens veulent apporter aux païens la vraie lumière, leur apprendre qui est leur créateur, les sauver (20/3) et les soustraire au diable (46), les païens veulent se venger (3657/60) - Konrad, qui fait oeuvre de propagande pour la croisade, dénie aux musulmans le droit de se défendre contre des injustices subies, droit que leur accorde par exemple un Guillaume de Tyr11 -. Les chrétiens pour lesguels il y va uniquement de la chrétienté qu’il s’agit de sauver du démon et qui ont un but uniquement spirituel, ne prient pas pour leur vie (4872) et n’ont pas peur de mourir (6408/9) - ici encore Konrad rejoint Bernard de Clairvaux selon leguel les chevaliers du Christ doivent être indifférents à la mort12 -, les païens eux se lamentent lorsqu’ils sont blessés (7281 sqq.). L’opposition entre chrétiens et païens est parfaitement résumée dans cette formule : 4719 sqq. "Targis combattit pour l’honneur,
    Anseis pour l’âme,
    Targis pour les biens terrestres,
    Anseis pour le royaume du Ciel.

14De même, Paligan et Charles divergent sur le sens qu’ils donnent à "erbe" fief héréditaire, patrimoine) : Charles veut conquérir son patrimoine céleste, le royaume du Ciel (8480 sqq.), Paligan accuse Charles d’avoir occupé son patrimoine, c’est l’Espagne, son patrimoine terrestre (8473 sqq.) : les deux hommes ne peuvent pas se comprendre, puisqu’ils n’entendent pas le même mot de la même f açon.

15Mais leur confiance en eux et en leur supériorité n’est que superficielle, au fond d’eux-mêmes ils sont couards quand il s’agit d’affronter l’ennemi : quand ils voient l’enthousiasme avec leguel les chrétiens vont au combat, eux qui étaient auparavant si hardis (en pensée) prennent peur (3990-4016), ils craignent les épées des combattants chrétiens (6402-04), ils ont peur de Roland (6239-41), de Durndart (6596), du son d’Olifant (8014/5 ; 8168/9).

16Ce que les païens ne peuvent obtenir par le combat, ils veulent l’obtenir par la ruse : Blanscandiz conseille à Marsilie de faire semblant de se soumettre pour ensuite attaguer Charles et son armée (429 sqq., 0 27 sqq.).

17Ils sont cruels : ils détruisent les églises, tuent et torturent les habitants, incendient, ravagent, dévastent tout (200 sqq.).

18Pour Konrad, les païens ne sont pas des hommes, mais des chiens : "erlose uns von den hunden" (8420), demande Charles à Dieu ; les chrétiens les abattent "also di hunde" (8320), comme des chiens. Qu’on est loin de Wolfram, pour qui ils sont des créatures de Dieu ("gotes hantgetât", Willehalm, 450, 19).

19Konrad les affuble de toutes les épithètes négatives, dépréciatives possibles, dans la tradition des croisades (citons par exemple : "aller bosisten zagen" : 3893 ; "ungetruwe" 4885 ; "ubel" : 5492 ; "unkusclichen" : 33 (ils mènent une vie impure) ; "naretic" : 963 ; "wilde" : 3540 ; "grimmic" : 8299 ; "wuotic" : 6548 ; "fraissam" : 8004 (les chrétiens sont dits "fraissam" par les païens (5427) : le païen est donc pour Konrad "der wilde Heide", et non "der edle Heide" (pour reprendre la formulation de Hans Naumann).

20Il est cependant des points où le jugement de Konrad n’est pas tout à fait négatif. Dans la Chanson, les païens sont d’emblée présentés sous un jour défavorable : Marsilie est couard, Blancandrin cynique, prêt à sacrifier son propre fils (42 sqq., 57 sqq.) ; dans le Rolandslied, ils sont présentés de façon plus sympatique : Marsilie se fait du souci à propos du sort des otages (492/7), Blanscandiz est plus humain que dans la Chanson, n’est pas prêt cyniquement à sacrifier son fils, mais s’il le livre, c’est pour permettre aux autres de vivre en paix (522), pour que Charles ne tue pas les autres, ce qui n’empêche pas Konrad de dire quelques vers plus bas : 549 "Dv redete der widirwarte, /der got nine uorchte", employant le terme "adversaire", "ennemi", par lequel souvent le diable est qualifié : "Puis dit l’adversaire qui nullement ne craignait Dieu", afin d’opposer les païens aux chrétiens, enfants de Dieu.

21Alors qu’après sa défaite Marsilie est dans la Chanson un homme résigné, qui se laisse aller à la douleur, rendant son royaume à Baligant sans condition, sans se préoccuper de son avenir (2831/4), dans le Rolandslied il supporte son malheur avec dignité et surtout il est un roi conscient de ses responsabilités : il demande en effet à Paligan de donner après sa mort son royaume à un homme capable (7414-21). Et l’on note aussi la grande humanité de Paligan qui console Marsilie, lui donne courage et confiance avant de prendre congé (7422-35), alors que dans la Chanson il est très froid et distant (2835/8).

22Certains combattants païens sont considérés comme des preux, ainsi : 580 Blanscandiz est un païen "chune unde snel" (brave et hardi), 6260 "der chunc uacht also chuner wigant" (le roi lutta tel un brave preux), d’autres sont animés d’une admirable loyauté face à leur suzerain, et Konrad ne fait aucune réserve : 8396 "idoch sage ich dir, herre, /wir sculn bi dir ersterben/oder din ere erweruen". Nous avons vu que certains païens étaient beaux. Avant la fin de la bataille de Roncevaux, Konrad éprouve une certaine pitié envers tous ces combattants morts : 5954 "da uiel manic haidenischer man, /manc furste edele".

23Le plus souvent néanmoins Konrad apporte une restriction : il admire le courage des combattants païens pour dire immédiatement après qu’ils sont effrayants (2664), ou qu’ils sont des païens et qu’ils seront perdus par leur "superbia" (4600 sqq.). Aux vers 4589-95, il fait l’éloge d’Amarezur et de sa magnifique troupe, allant jusgu’à dire "iz newart uf der erde/nie nehain chunc so here geborn" ("il n’y avait sur la terre aucun roi de si haute naissance"), mais ajoute" "waren si durch daz rechte uz chom, /erne scolt ir wol trost haben" ("s’ils étaient venus pour la justice, qui n’eût pu se fier en eux") ; ou encore il reconnaît qu’il y a sur le champ de bataille maints vaillants preux parmi les païens ("manc helt gut" 4744) et qu’ils n’auraient pas déparé l’empire, avec la restriction "s’ils avaient été chrétiens", "ob si cristen waren" (4746). Sur quoi, le poète les qualifie de "pose strange", c’est-à-dire de combattants de peu de valeur (4748), et poursuit que tous ne tarderont pas à mourir, car Dieu en a voulu ainsi (4749-50) -tous les passages cités sont des additions de Konrad, en revanche ne figure pas dans le Lied ce vers concernant Baligant : 3164 "Deus ! quel baron, s’öust chrestïentet !"-.

24On peut bien dire que les réserves faites par Konrad l’emportent de loin sur ses jugements positifs : parce qu’ils sont païens, Dieu les a condamnés d’avance. Au reste, le compliment qu’il leur fait pour leur valeur militaire n’est pas gratuit : s’ils avaient été de mauvais guerriers, les chrétiens n’auraient eu aucun mérite à les vaincre et n’en auraient retiré nulle gloire.

25L’image qui demeure du païen après la lecture du Rolandslied est celle du non-homme (il est qualifié de "chien"), du fils de Satan qui emmène son âme en enfer (4760).

2. 2. - La religion des païens : leurs dieux

  • 13 Schwinges, o.c., pp. 123 sqq.
  • 14 G. Moignet, o.c., p. 26, note du vers 8.
  • 15 Deutsche Chroniken, l. Bd. : Deutsche Kaiserchronik. Tierer Silvester. Annolied, 1895, Nachdruck, (...)

26On le sait, pour Konrad, comme pour la plupart des auteurs du 12ème siècle si l’on excepte un tout petit nombre tel Guillaume de Tyr qui reconnaissait la parenté de l’Islam et du christianisme, les musulmans sont des polythéistes : comme dieux principaux il cite Mahomet (Machmet), que l’archevêque de Tyr tient certes pour un faux prophète, mais absolument pas pour une idole13, Apollo et Tervagant (v. 309, 308 et 7049). La Chanson de Roland connaît elle aussi cette triade de dieux païens qui rappelle la Trinité chrétienne (mais suivant le dogme chrétien, c’est un seul Dieu en trois personnes) : Mahumet (v. 8), Apollin (v. 8) qui n’est pas l’Apollon antigue, mais le "nom donné par les Arabes à Satan et signifiant "le maudit"14, et Tervagan (v. 611). Cependant Konrad cite en outre Mars, Jovinus et Saturnus (2651-52), divinités nommées aussi dans la Chronique des Empereurs (Mars : 3709, Saturnus : 3731 et Jovînus : 1166 ; au vers 3719 on lit la forme "Jôvî dem hêrren"15). A côté de ces six dieux, dont les trois derniers ne sont cités qu’une seule fois, il est aussi question de 700 idoles, dont Mahomet est la plus grande (3492/3), et qu’ils honorent en sonnant de sept mille cors (3496). Enfin les païens poussent l’impiété à adorer un des leurs, Sigelot, comme un dieu (5592).

  • 16 cf. note 5.

27A l’égard de leurs dieux les païens montrent une grande ferveur (4682) : ils les prient (par exemple : Mahomet : 3469, 0 854 : Apollon : 4679/87 ; Tervagant : 7049/ 55 ; les trois 8134/7, 0 3267/8), exactement comme les chrétiens prient Dieu. Mais même s’il arrive que les soldats de Charles demandent à Dieu une aide matérielle ou la victoire, le plus souvent ils prient pour se préparer à la mort, pour le salut de leur âme (ainsi aux vers 3414/5 ils prient pour que Dieu leur fasse la grâce de leur rendre leur patrimoine céleste), les païens au contraire, dont les prières sont en constante opposition avec celles des chrétiens16, prient leurs idoles pour la vie de leur corps (ainsi aux vers 3516 sqq.), ou bien ils prient pour que leurs idoles leur accordent la mort de Roland (3470/2) ou les aident à les venger de Charles (6313, 0 1906/7) ; avant la dernière bataille, ils se jettent à terre, demandent aide à Tervagant, Mahomet et Apollon (8134/7, 0 3267/8), les priant de leur donner bénédiction et victoire, et s’ils exaucent leur prière, ils leur promettent de les servir à tout jamais (8142/8).

28Mais à l’inverse du Dieu des chrétiens qui entend les siens et les aide (ainsi aux vers 5625/30), les dieux des païens se taisent (7287 "sie swicten sam die stummen") et ne viennent pas à leur secours malgré tous leurs appels (4162/6) : l’impuissance des dieux païens est un lieu commun depuis la Cité de Dieu de Saint Augustin, l’impuissance à assurer les biens de ce monde comme ceux de la vie future (cf. par exemple I, XV). Ils sont si totalement impuissants (4072, 4173 sqq.) qu’ils sont entraînes au gré des flots de sang (4472). Marsilie les avait implorés de lui donner la victoire et de le venger, au lieu de cela, il a perdu son bras (7283, 0 2781). Devant leur silence, les païens doutent d’eux (6412/7) et c’est un topos qu’après une défaite, les païens se détachent de leurs dieux et détruisent leurs idoles : puisqu’ils sont impuissants, ce sont des faux-dieux.

29Roland n’est pas le seul à les accuser d’imposture (4188), guand il détruit le temple des païens d’où il a chassé les musiciens sonnant du cor en l’honneur de Mahomet : la destruction du temple des païens est le symbole de la destruction de la religion païenne, but vers lequel tendent tous les combattants chrétiens (4167 sqq.). Les païens eux-mêmes les qualifient de "trugenaere" -ainsi Marsilie (au vers 7290) -, ils jettent leurs dieux qui ne leur servent plus à rien (7277) - les dieux païens sont bien ridicules ! création de l’homme qui les met au rebut quand ils ne remplissent pas leur office ! -, ils les jettent aux chiens et aux porcs (7137/8 ; 7278 ; 0 2591), au fond de l’eau (7139, 0 2590), les piétinent (7141, 0 2587), les frappent et les brisent à coups de bâtons (0 2588), ils détruisent les temples des idoles (7136, 7279).

  • 17 La Bible Apocryphe. Evangiles apocryphes, par F. Amiot, Textes pour l’Histoire Sacrée choisis et p (...)

30Mais les dieux des païens ne sont pas seulement des faux-dieux : Konrad en effet les identifie au diable lui-même, ce que ne faisait pas la Chanson française, et en cela aussi l’auteur allemand suit la Cité de Dieu de Saint Augustin, livre fondamental auquel les clercs comme Konrad avaient accès -on voit nettement l’influence de sa culture de clerc dans l’adaptation qu’il a faite de la Chanson de Roland - : en effet Saint Augustin, plus précisément dans la première partie de son oeuvre, assimile les dieux de la mythologie à des démons. En outre, l’identification du diable et des idoles se trouve dans les Actes Apocryphes des Apôtres (ainsi dans les Actes Apocryphes de Jean17. Le culte des idoles est né de la méconnaissance du vrai Dieu, celui du Christianisme, et a fait le jeu du diable : en effet, le diable se dissimule dans les idoles pour que les hommes puissent l’adorer.

31Examinons les passages du Rolandslied où Konrad procède à cette identification. Alors qu’en 0 2468 les païens invoquent un de leurs dieux, Tervagant, et sautent dans l’eau, croyant qu’il les sauvera, Konrad parle du diable : c’est le diable qui leur donne le conseil de se lancer dans l’eau pour échapper à leurs poursuivants chrétiens (7060 sqq.). En d’autres endroits, cette identification des idoles et du diable est plus nette encore : les diables habitent les dieux que les païens adorent et ils entendent leur voix (805 sqq.), ils adorent le sortilège du diable (4691/9), il faut chasser les diables de Saragosse (954), les diables ont trompé Brechmunda, l’épouse du roi païen Marsilie (8625/6).

32Les idoles sont donc les représentants du diable qui par elles a la main-mise sur tous les païens. C’est ce que veut dire Charles aux vers 3170 sqq. "ist daz si der tuuil gescendet", en d’autres termes c’est le diable qui a poussé les païens à ne pas respecter le serment de se convertir, et ce que signifient les vers 203/6, où apparaît nettement l’opposition Dieu/diable ("di gotes hús si storent. /daz lút si hin furent/und opherent si den apgoten. /daz ist des tuvelis spόt" : "les païens détruisent les maisons de Dieu, ils emmènent les habitants et les sacrifient aux idoles : c’est l’outrage de Satan").

33Dieu et diable, voilà les deux véritabes protagonistes du Rolandslied qui s’affrontent par personnes interposées, c’est-à-dire par l’intermédiaire des païens et des chrétiens.

3. - La confrontation entre païens et chrétiens

  • 18 De laude novae militiae. in J. Richard, o.c., pp. 135 sqq.

34D’un côté comme de l’autre, la guerre est présentée comme une guerre sainte. De même que Charles qui a reçu de Dieu mission de convertir les païens et d’augmenter la chrétienté (55-64), invite au nom de Dieu les siens, c’est-à-dire selon l’expression courante dans la littérature de croisade les soldats de Dieu ("ir ware gotes helede" 980 ; "di waren gotes degene" 3412 ; cf. l’expression "chevaliers du Christ" utilisée par Saint Bernard18), à prendre les armes contre les païens (87-106 sqq ; 181 sqq.), de même Marsilie appelle à la guerre sainte (2590/2 "Machmet ware enteret. /alle di in rechen wolten, /daz ime di komen scolten."), et c’est au nom de leurs dieux que les païens, "soldats de Mahomet" ("Machmetes helede" 4162) et en tant que tels les alliés de Satan selon une autre expression courante au 12ème siècle ("des tiueles geswarme" 3380 ; "valantes man" 5345 ; "la contredite gent" 0 1932), se lancent dans la guerre contre les chrétiens (2616-7-). Les uns comme les autres se sentent menacés dans leur foi : c’est pour sauver leur religion qu’ils combattent. Roland par exemple conseille à Charles de ne pas accepter l’offre de paix de Marsilie : en effet, il sait gu’une fois que les chrétiens auront guitté l’Espagne, les païens rétabliront Mahomet et la chrétienté sera vaincue (920-924) ; de même Marsilie convogue son ost contre les chrétiens qui ont détourné son peuple de sa foi (2589 "daz liut ware uerkeret"). Charles et les siens veulent convertir les païens à leur foi (58 ; 951…) ; le thème de la conversion existe aussi du côté des païens, mais de façon négative (3723 "ils seront tous voués à la mort pour n’avoir pas adopté la foi de Mahomet" ou 7965 "ils méprisent nos dieux purs"). Tous meurent pour leur Dieu (80/1 les chrétiens "n’eurent d’autre désir que de mourir pour Dieu" ; 4162 "là tombèrent les soldats de Mahomet devant ses yeux"). Les chrétiens veulent aller jusqu’en Perse (1873), berceau des païens, comme les païens veulent conquérir Rome (7232), capitale de la chrétienté, c’est-à-dire qu’ils veulent faire triompher le paganisme du christianisme.

  • 19 cité par J. Richard, o.c., p. 62. cf. aussi cet ouvrage pp. 19 sqq.

35Néanmoins, pour ce qui est des païens, le motif de la guerre sainte n’est, il faut bien le dire, qu’effleuré par Konrad qui, en revanche, souligne fortement, chaque fois qu’il en a l’occasion, que Charles et ses hommes mènent contre leurs adversaires une guerre sainte, une guerre juste, "bellum justum", et que ceux qui y trouvent la mort, seront libérés de toutes leurs fautes (la bataille est un second baptême purificateur (3880 sqq.)) et seront accueillis par Dieu, leur suzerain céleste en son paradis où ils jouiront en échange de leur martyre de la félicité éternelle (Konrad souligne que celui qui anéantit le mal en la personne du païen anéantit aussi le mal et le péché en lui-même (5963/5) ; aussi Dieu l’accepte-t-il en son paradis (5966/7), alors que les païens vont droit en enfer) ; enfin Dieu intervient à plusieurs reprises en secourant les siens : en fait, nous assistons à une véritable croisade, même si celle-ci n’a pas l’orient pour théâtre et n’est pas destinée à libérer les lieux saints. On sait que les guerres soutenues en Espagne contre les musulmans bénéficiaient des mêmes privilèges que la croisade proprement dite, c’est-à-dire de la concession de l’indulgence plénière (voir le discours prononcé en 1095 par le pape Urbain II au concile de Clermont : "A tous ceux qui y partiront et qui mourront en route, que ce soit sur terre ou sur mer, ou qui perdront la vie en combattant les païens, la rémission de leurs péchés sera accordée. Et je l’accorde à ceux qui participeront à ce voyage, en vertu de l’autorité que je tiens de Dieu"19).

  • 20 ibid. p. 141.
  • 21 ibid. p. 141.
  • 22 ibid. p. 142.

36Et c’est dans le cadre de la croisade qu’il faut considérer le fait que les païens sont d’emblée condamnés à mourir : d’où l’emploi de l’épithète "uaige" (promis à la mort) pour les qualifier : ainsi 3531 "uz huben sich die uaigen, / di uns amfte wurden geschaiden" (ceux qui étaient promis à la mort se mirent en route qui furent rudement malmenés) ou 6250 "uielen di uaigen" (ceux qui étaient promis à la mort tombèrent) ou 8402 "hi nestirbet nimen wan di uaigen" (la mort ne cherche que celui que le sort a choisi) : ils sont condamnés à mort par Dieu lui-même et le combat contre les païens est un jugement de Dieu : 348 "da was minis trechtinis gerich" (ce fut le jugement de Notre Seigneur) ou 4584/5 "da uiel der gotes gerich/uber die wut grimmen" (ce fut le jugement de Dieu sur les forcenés), ou 8151 "wartet an di uerfluchete diet ! / got nehat an in niêt. /uertiliget ist ir name -/ si beten di apgot ane-/ uon der lebentigen erde. /… / daz urtail ist 8ber si getan" : "le jugement est porté contre eux". C’est Dieu lui-même qui abat les païens (7674) (cf. 0 1058 "tuz sunt jugez a mort"). Et les chrétiens sont dans leur droit puisque leurs ennemis détruisent les maisons de Dieu (203) et ne veulent pas reconnaître Dieu (7675) (cf. les paroles de Saint Bernard : "Il venge le Christ de ceux qui font le mal", "il est l’exécuteur de la volonté divine"20). Ce thème est également abordé par la Chanson française : songeons aux paroles de Roland : 1015 "Paien unt tort e chrestiens unt dreit" et donne lieu à variations (0 3625 "Paien s’en fuient, cum Damnesdeus le volt", 0 3413). C’est parce que les chrétiens mènent une guerre juste qu’ils ont le droit de tout détruire au pays des païens parce que ceux-ci ne veulent pas se faire chrétiens (364 sqq., 0 3 sqq.) et de faire un carnage parmi eux (par ex. 334 sqq., 852 sqq.). Pour reprendre les paroles de Saint Bernard, mettre à mort un malfaiteur (synonyme de paien) "n’est pas un homicide, mais /… / un malicide" et la mort gu’on inflige de la sorte "est au profit du Christ"21 : tuer les païens n’est pas considéré comme un meurtre, mais comme l’anéantissement du mal, - même si par ailleurs Saint Bernard déplore cet état de faits : "Pourtant, il ne convient pas de tuer les païens si l’on peut trouver un autre moyen dp les empêcher de harceler ou d’opprimer les fidèles. Mais, pour le moment, il vaut mieux que les païens soient tués plutôt que de laisser la menace que représentent les pécheurs suspendus au-dessus de la tête des iustes"22.

37Guerre sainte, guerre juste, croisade, lutte entre soldats de Dieu et soldats du diable, lutte entre deux religions : Mahomet est opposé au Christ (4058-4060 "Machmeten zertrit ich unter minen fuzin/unt allez daz hie mit im ist. /daz gebiutet mir der heilige Crist" : "Mahomet, je le piétine et tout ce qui l’accompagne. C’est le Saint Christ qui me l’ordonne") ; Mahomet et son champion Adalrot sont opposés au Christ et à son champion Roland (4022 sqq.) -dans la Chanson Roland est le champion de Charles et il combat pour son suzerain et pour la France (1194/5, 1210), dans le Lied il est le champion de Dieu et combat pour Dieu et la religion chrétienne- ; Paligan oppose son dieu Tervagant au Christ qui un instant semble avoir abandonné Charles (8492 sqq.), ce à quoi Charles répond que Tervagant l’emmènera en enfer (8503-8510) (en 0 3338 Charles dit que la religion des païens ne vaut pas un denier).

38Dans le combat final entre Paligan et Charles, point culminant et nécessaire du conflit entre chrétiens et païens qui est le thème central du Rolandslied, la guestion n’est pas tellement de savoir leguel des deux hommes vainc ra, mais de savoir quel Dieu l’emportera, Tervagant ou le Christ, au reste la réponse est déjà donnée par la bouche de Charles : Paligan et ses dieux seront anéantis le jour même. Dans ce combat Paligan est le champion de Tervagant, Charles celui du Christ. Donc, le combat entre Charles et Paligan n’est pas seulement un combat entre deux hommes, entre deux chefs d’armée, entre deux chefs religieux, entre deux religions, entre christianisme et paganisme, mais aussi entre deux Dieux, les dieux des païens et le Dieu des chrétiens ; et Dieu vient au secours de son champion, alors que Paligan est abandonné par Tervagant (8544 sqq., 0 3611 sqq.). Et la victoire de Charles sur Paligan, c’est-à-dire la victoire du chef chrétien sur le chef païen, prend le sens d’une victoire du christianisme, de la chrétienté tout entière dont Charles est le chef suprême, sur le paganisme en la personne de Paligan, le chef des païens. Et là Konrad explicite ce qui n’était qu’implicite dans son modèle (en 0 en effet Paligant veut enlever la couronne de la tête de Charles si celui-ci n’abandonne pas la foi chrétienne (2682/4), et Charles lui propose la vie sauve s’il accepte de recevoir "la lei que Deus nos apresentet. /Chrestientet/… /e crei le rei omnipotente" (3597/9).

39Cette victoire de Charles a une vertu miraculeuse sur Brechmunda : Dieu a rendu son arrêt et l’épouse de Marsilie, qui comprend que ses dieux qu’elle qualifie de diables les ont trompés, elle et tous les siens, elle ouvre à Charles les portes de Saragosse (8619-20), veut désormais expier pour tous ses péchés gu’elle a commis dans l’ignorance, se convertit d’elle-même au christianisme (8617-8630), suivie dans sa conversion par tous les païens (8631 sqq.) ; elle va jusqu’à condamner elle-même l’âme de son époux à la damnation éternelle (8602/4) et surtout à dispenser à Charles un enseignement religieux : il ne faut pas pleurer les chrétiens tombés dans la bataille : "die rechten scol man nicht chlagen" (8652), puisqu’en tant que martyres, morts pour une cause juste ("want si durh daz rechte sint gelegen" 8649), ils sont admis au royaume des cieux et intercèderont en tant que saints auprès de Dieu pour ceux qui restent en vie (8656 "dise heiligen sculen uns gotes hulde erweruen"). Dans la Chanson au contraire Charles doit briser les portes de la ville, les Francs détruisent les idoles, baptisent de force les païens, tuent tous ceux qui ne veulent pas se convertir et la reine est emmenée en France car Charles veut qu’elle se convertisse "par amur" (0 3674). Comme la chrétienté a par la victoire de Charles sur Paligan remporté la victoire sur le paganisme, comme Charles a pour ainsi dire extirpé le paganisme du monde et vaincu le diable, il a délivré Brechmunda et les siens du mal, ce qui explique ces conversions spontanées : la victoire de Charles, vrai jugement de Dieu, opère un miracle.

40Dans le prologue du Rolandslied déjà, que Konrad a selon toute vraisemblance ajouté au texte de son modèle en lui empruntant certains éléments (ainsi la prise de Cordres (0 97-102) transparaît dans celle de Tortolose (301 sqq.), les païens vaincus se convertissent d’eux-mêmes au christianisme alors que dans la Chanson, ils sont convertis de force (0 102 "Ne seit ocis u devient chrestien" ; les autres manuscrits de la Chanson ont tous une leçon analogue, y compris la Chronique de Turpin où il est guestion de la ville de Pampelune (p. 7)), et ils louent Dieu d’avoir accompli en eux un tel miracle (356 "unt lobeten in imir mere, /daz er diu wunder zu in hete getan") : c’est grâce à leur défaite, don du ciel, que les païens survivants prennent conscience de leur erreur, se rendent à merci de l’empereur et se font baptiser (341 sqq.) (les païens morts, condamnés par Notre Seigneur, sont déjà la proie des diables (347/8).

  • 23 ibid. p. 28.

41On pourrait voir la raison de ces conversions spontanées dans le fait que Konrad refuse le baptême forcé auguel l’Eglise était hostile (cf. Innocent IV : "On ne doit pas faire la guerre aux Sarrasins pour les rendre chrétiens"(23)).

***

42En conclusion, nous pouvons formuler les remarques suivantes :

  1. Alors que dès le 12ème siècle certains auteurs prenaient leurs distances par rapport à l’idéologie des croisades, à l’idée même de croisade, au premier chef Guillaume de Tyr (1130-1186), qui pour désigner les musulmans se refusait à l’inverse de la plupart de ses contemporains à utiliser le terme polémigue de "pagani", lui préférant celui de "infideles", voyait en Mahomet certes un faux-prophète, mais nullement une idole, reconnaissait la parenté entre l’Islam et le christianisme, l’identité d’Allah et du Dieu de l’Ancien et du Nouveau Testament, savait que l’Islam n’était pas un culte d’idoles, mais que musulmans et chrétiens croyaient en un seul Dieu créateur commun, accordait aux musulmans le droit aussi bien de se défendre contre les injustices dont ils étaient victimes de la part des chrétiens que de mener contre ceux-ci une guerre juste (bellum justum) pour venger les injustices subies, bref, qui montrait une tolérance sans pareille au Moyen âge, idées que ne partagea nullement son traducteur français, auteur de l’Estoire de Eracles, qui apporta au texte de son prédécesseur des modifications fondamentales24, le Curé Konrad nous donne du musulman, qu’il nomme "païen" comme la Chanson de Roland son modèle, une image tout à fait négative, dans la tradition des croisades. Même s’il nous présente certains païens de façon sympathique, ils sont pour lui dans l’ensemble fondamentalement des alliés du diable, des soldats du diable, idée qui n’était que sous-jacente à la Chanson française. Konrad dit explicitement que les païens sont en fait des instruments du diable qui par eux veut anéantir le christianisme : Satan est le vrai capitaine de l’armée païenne (5738/9) et par les païens il veut ravir leur foi aux chrétiens (3909-3912).
  • 25 cité par Schwinges, o.c., p. 222. 26. - Oeuvres de Saint Augustin, La Cité de Dieu, Texte de la 4è (...)

43Enfin les païens veulent conquérir Rome, capitale de la chrétienté dont ils veulent chasser Charles, qui selon eux est un usurpateur (7231 sqq.). Aussi la guerre que mènent contre eux Charles et les siens pour sauver la chrétienté des païens, lutte entre soldats de Dieu et soldats du diable, est-elle une guerre sainte, une guerre juste, par laquelle, pour Saint Augustin, on se venge des injustices subies, on punit l’injustice ("justa bella definiri soient quae ulciscuntur injurias"25).

  1. On peut voir également dans ce combat un affrontement entre la cité céleste et la cité terrestre, entre civitas dei et civitas terrena, civitas diaboli : en effet, chrétiens et païens comme les décrit Konrad, poussant à l’extrême un parallélisme en germe dans son modèle (il fait des païens des figures en tous points antithétigues des chrétiens), les premiers méprisant les biens de cette terre, humbles, croyant en un seul Dieu et promis à la vie éternelle, les seconds attachés aux biens matériels, orgueilleux, adorant de nombreux dieux et emmenés par le diable en enfer où ils connaîtront des souffrances éternelles, répondent à la définition des deux cités par Saint Augustin (Cité de Dieu, XIX, XVII "La famille des hommes qui ne vivent pas de la foi recherche la paix terrestre dans les biens et les avantages de cette vie temporelle ; mais la famille des hommes qui vivent de la foi attend les biens éternels promis pour la vie future et use comme une étrangère des biens terrestres et temporels" (26) ; XIV, XIII "Ainsi voyons-nous, dans la Cité de Dieu, l’humilité hautement recommandée à cette cité durant son pélerinage en ce siècle, grandement exaltée par le Christ, son Roi. D’autre part, c’est le vice contraire, l’orgueil qui domine, comme le montrent les Saintes Lettres dans son adversaire, le diable" (27) ; XIX, XVII "Mais la cité terrestre a compté parmi ses membres guelques sages /… / (qui) ont cru /… / d’après leurs conjectures ou trompés par les démons, qu’il fallait intéresser un grand nombre de dieux aux choses humaines. /… / Par contre, la cité céleste sait qu’il n’y a qu’un seul Dieu à servir" (28) ; XV, I "En langage allégorigue, nous les appelons aussi deux "cités", c’est-à-dire deux sociétés d’hommes dont l’une est prédestinée à régner éternellement avec Dieu, l’autre à subir un éternel supplice avec le démon" (29)). (Pour Guillaume de Tyr, la Cité de Dieu était ouverte aussi bien aux musulmans gu’aux chrétiens et leur était fermée pour les mêmes raisons qu’aux chrétiens ((30)).
  2. Le combat entre les deux empires peut aussi être considéré comme une lutte entre le vrai Dieu et les faux-dieux qui sont des diables, entre Dieu et le diable se disputant l’âme des hommes. Comme Dieu dirige les actions des chrétiens, les soldats de Dieu, les enfants de Dieu, le diable détermine les actions de ses créatures. Le diable habite les idoles des païens et réside dans leurs temples, le diable est avant tout le maître de l’enfer comme Dieu est le maître du ciel. La terre est le théâtre de la lutte que se livrent Dieu et le diable pour la possession des âmes avant de les faire pénétrer soit dans la magnificence du royame des cieux, soit dans l’abîme de l’enfer : la terre est le théâtre de la lutte entre chrétienté et paganisme, entre le royaume céleste de Dieu et l’empire infernal du diable. Cette opposition fondamentale apparaît tout à fait nettement dans les paroles de l’évêgue Saint Jean à Charles : 1074 "ich hup mich uz in gotes namen. /ich ne wil die uurech nicht chrump machen. /maechte ich gotes dienestes icht geschaphen, /den tuvel geschenden" ("Je suis parti au nom de Dieu, et ne veux pas tracer le sillon de travers. Puissé-je travailler au service de Dieu, confondre le diable !").

44Au moment suprême, lors du combat opposant le champion de Dieu au champion du diable, seul Dieu fait la décision : comme dans une "légende" au sens premier du terme (en allemand Legende), la décision n’appartient pas à la prouesse chevaleresque, à l’homme, mais à Dieu seul qui triomphe du diable. Par la victoire de Charles sur Paligan, le royaume de Dieu dont Charles n’est que l’instrument, l’emporte sur le royaume du diable, Dieu l’emporte sur le diable.

***

Notes

1 cf. Le Grand Larousse encyclopédique en 10 volumes, vol. 6, Paris, 1962, p. 240.

2 On sait que nous ne possédons pas le modèle de Konrad, aussi comparons-nous le texte allemand avec les textes de la Chanson conservés dans les manuscrits d’Oxford, de Paris, de Cambridge, de Chateauroux, de Lyon, de Venise IV, de Venise VII, la Chronique de Turpin, édités par Raoul Mortier dans la série : Les Textes de la Chanson de Roland, Paris, 1940-1944. Pour le texte de la version d’Oxford (O), nous citons l’ouvrage de Gérard Moignet, Texte original et traduction, Paris, Bordas, 1969. Pour Konrad (K), nous utilisons Das Rolandslied des Pfaffen Konrad, Mittelhochdeutscher Text und ttbertragung von D. Kartschoke, Munich, Fink, 197 1 ; nous citons la traduction française de Jean Graff, Le texte de Konrad, Les Textes de la Chanson de Roland, éd. par Raoul Mortier, Paris, 1944.

A propos des "païens" au Moyen âge, voir notamment Hans Naumann, Der wilde und der edle Heide (Versuch über die höfische Toleranz), in Vom Werden des deutschen Geistes, Festgabe Gustav Ehrismann, hgg. v. Paul Merker und W. Stammler, Berlin et Leipzig, 1925 ; Ludwig Denecke, Ritterdichter und Heidengötter (1150-1220), Diss. Greifswald 1930 (= Form und Geist 13), spécialement pp. 67-86 ; Siegfried Stein, Die Ungläubigen in der mittelhochdeutschen Literatur von 1050 bis 1250, Sonder-Ausgabe, 1963, Darmstadt (Wiss. Buchg.), Inaugural-Dissertation 1933, Heidelberg ; F.W. Wentzlaff-Eggebert, Kreuzzugsdichtung des Mittelalters, Berlin, de Gruyter, 1960, et plus récemment Rainer Christoph Schwinges, Kreuzzugsideologie und Toleranz, Studien zu Wilhelm von Tyrus, Stuttgart, Hiersemann, 1977.

3 cf. note de G. Moignet, p. 231 de son édition.

4 cf. note n°2 de Jean Graff, p. 38, o.c.

5 cf. notre article La prière dans le Rolandslied, à paraître dans Actes du Colloque du CUER-Ma sur la Prière de 1980, Paris, Champion, 1981.

6 Jean Richard, L’esprit de la croisade, Paris, 1969, p. 27.

7 cf. l’ouvrage cité de Wentzlaff-Eggebert, pp. 81-82.

8 Choix de poésies lyriques du Moyen Âge allemand (Minnesang), Traduction française de Jean Fourquet éditée par Danielle Buschinger, Goppingen. Kümmerle, 1979 (GAG 284), p. 54.

9 Wentzlaff-Eggebert, o.c., p. 96.

10 Textes cités par J. Richard, o.c., p. 68 et 146.

11 cf. l’ouvrage cité de Schwinges, pp. 223-224 et 283.

12 J. Richard, o.c., p. 141.

13 Schwinges, o.c., pp. 123 sqq.

14 G. Moignet, o.c., p. 26, note du vers 8.

15 Deutsche Chroniken, l. Bd. : Deutsche Kaiserchronik. Tierer Silvester. Annolied, 1895, Nachdruck, Berlin, Weidmann, 1964.

16 cf. note 5.

17 La Bible Apocryphe. Evangiles apocryphes, par F. Amiot, Textes pour l’Histoire Sacrée choisis et présentés par Daniel-Rops, Paris, 1952, pp. 164 sqq. ; XXXVI sqq.

18 De laude novae militiae. in J. Richard, o.c., pp. 135 sqq.

19 cité par J. Richard, o.c., p. 62. cf. aussi cet ouvrage pp. 19 sqq.

20 ibid. p. 141.

21 ibid. p. 141.

22 ibid. p. 142.

23 ibid. p. 28.

24 cf. l’ouvrage de Schwinges, pp. 284/5.

25 cité par Schwinges, o.c., p. 222. 26. - Oeuvres de Saint Augustin, La Cité de Dieu, Texte de la 4ème éd. de B. Dombart et A. Kalb, trad. fr. de G. Combès. Desclée de Brouwer, 1960, vol. 37, p. 127. 27. - ibid. vol. 35, p. 415. 28. -ibid. vol. 37, pp. 129/31. 29. - ibid. vol. 36, p. 35. 30. -Schwinges, o.c., p. 19I sqq. et 283.

Auteur

Université de picardie

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540