Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

De l’imagerie au réel : l’exotisme oriental d’Ambroise

Paul Bancourt

Texte intégral

  • 1 Les références de notre article renvoient à l’Estoire de la Guerre Sainte, histoire en vers de la (...)
  • 2 Au plus tard sept. 1203 nov. 1207 d’après Kate Norgate, The Itinerarium perigrinorum and the song (...)

1Dans la perspective d’une étude de l’exotisme oriental au Moyen Age et plus particulièrement de l’exotisme musulman, l’Estoire de la Guerre Sainte d’Ambroise1, récit en plus de 12 000 octosyllabes de la croisade de Richard Coeur de Lion, composé peu après la croisade elle-même2, occupe une situation privilégiée.

  • 3 John G. Edwards, The Itinerarium regis Ricardi and the Estoire de la Guerre Sainte, Mélanges James (...)
  • 4 The Crusade of Richard Lion-Heart by Ambroise, translated from the old french by Merton Jerome Hub (...)
  • 5 Ibid, p. 3.
  • 6 Ibid, p. 4.
  • 7 Encyclopaedia Britannica, Tome I, p. 722.

2Sans doute est-il devenu difficile de penser que l’Estoire est une oeuvre de première main. Les raisons données par John G. Edwards en 19333, complétées par les arguments de John La Monte dans l’introduction de sa traduction anglaise de l’Estoire (New York, 1941)4 laissent supposer que celle-ci remonte - ainsi que l’Itinerarium perigrinorum de Richard de la Ste Trinité de Londres, à un original commun. Mais l’Estoire ne nous transmet pas moins pour cela, selon John L. La Monte, le témoignage d’un témoin oculaire. En effet, s’il est vrai que cette oeuvre est de seconde main, elle se fonde sur le récit de quelqu’un qui avait vu de ses propres yeux les événements qu’il décrivait et elle a été écrite à un si petit intervalle de temps après la fin de la 3ème croisade (1192) qu’elle possède une valeur évidente5. Nous avons là, écrit le même critique, un correspondant de guerre qui racontait dans la langue du pays les tout derniers épisodes de cette lutte contre l’Islam6. Plus récemment, dans l’Encyclopaedia Britannica, Jean Richard pense qu’Ambroise est l’auteur du texte original, dont l’Estoire et l’Itinerarium seraient deux adaptations, l’une en roman, l’autre en latin7.

3Le contact de l’Estoire avec la réalité orientale est donc presque immédiat. Cela justifie cette étude qui consiste à recueillir dans ce témoignage les traits exotiques concernant le monde musulman. Dans les limites de cet article je ne parlerai pas du portrait moral des musulmans (encore qu’Ambroise marque certainement un tournant dans la façon de les juger), mais de la couleur locale extérieure, de l’apparence de la civilisation musulmane telle qu’un croisé de la troisième croisade a pu la saisir.

4Pour une raison de commodité je confondrai sous le nom d’Ambroise la source originale et l’auteur de l’Estoire. L’exotisme d’Ambroise est intéressant en lui-même. Mais l’on donnera à l’Estoire une autre fonction, celle de relais possible dans une histoire de l’exotisme médiéval qui reste à décrire. Cela veut dire qu’après avoir recueilli dans Ambroise les traits exotiques concernant le monde musulman et en avoir examiné l’importance et la qualité, il conviendra de s’interroger sur leur originalité.

5Dans son acception la plus générale, l’épithète "exotique" s’applique à ce qui n’appartient pas au climat et à la civilisation d’Occident. Ambroise est exotique chaque fois qu’il mentionne une réalité étrangère à son univers habituel. Les croisés dont il raconte la campagne en Palestine sont mis en présence d’une flore inconnue. Au siège d’Acre ils doivent, pour combattre la faim, se nourrir de caroubes (quarubles, v. 4362). Devant Jaffa ils voient s’étendre des vergers croulant sous le poids des figues, des grenades et des amandes (v. 6945-6949). Ils rencontrent une faune différente : les chameaux et les dromadaires qu’Ambroise appelle grands chameaux (granz chameilz, v. 10. 512) ou chameaux de course (chameilz cursiers, v. 10. 543), les chevaux arabes (chevals arabiz, v. 3039) prompts comme la foudre (isnels come foldre, v. 6231) et comparables aux hirondelles pour la rapidité (volant par semblant com aronde, v. 5656), les crocodiles de la rivière des Crocodiles (Nahr-Zerqâ) qui dévorèrent deux pèlerins qui s’y étaient baignés (5989-5992). Ambroise remarque que les Turcs se laissent pousser la barbe (v. 6513-14). Il nous apprend également qu’ils portent des nattes (v. 2295 et v. 3311). Il décrit les coiffes rouges (roges chapels, v. 3351) de la milice noire de Saladin. Il indique la couleur jaune du "casingan" d’un Turc (v. 9925). S’il ignore le nom du keffieh, il connaît bien l’objet et son usage : il nous montre en effet Richard faisant entourer de ce linge la tête de ses Turcopoles à la façon des Bédouins et des autres Sarrasins.

v. 10. 343 E fist les Turcoples lier
A la guise del Bedoin
Alsi come autre saraizin.

6L’inventaire du butin pris aux caravanes musulmanes évoque dans nos esprits l’atmosphère d’un marché oriental : or, argent, tissus précieux,

v. 10. 519 E mutabez e baudequins
E ciglatons e osterins
Casingans e coiltes parpaintes,

7tentes (v. 10. 523), victuailles et médicaments (v. 10. 525) aloès dans des sacs (v. 9857-9858), épices : poivre, cumin, sucre (v. 10. 529), objets de toutes sortes (v. 10. 527)…

8Ambroise relève quelques détails inhabituels sous son propre climat : l’usage des Turcs de couper en signe de deuil leurs nattes (v. 2295) et la queue de leurs chevaux (v. 6030), celui de couvrir leurs navires de tissus ou de tapis, comme ce navire capturé par Richard, couvert d’un côté de feutre vert, de l’autre de feutre jaune (v. 2157-2160), ou comme les navires turcs qui sortent du port d’Acre pour se porter contre la flotte chrétienne, couverts, comme les Turcs eux-mêmes,

v. 3278 De dras de seie e de tapiz
De buquerains e de samiz.

9De la religion musulmane, Ambroise sait que les musulmans pratiquent la circoncision (6112), qu’ils s’abstiennent de consommer de la chair de porc, tuant après la prise de Jaffa tous les porcs qui s’y trouvent (v. 11. 280-11. 284).

10Sur la guerre, Ambroise note en quelques vers d’une remarquable densité la différence entre la lourde cavalerie chrétienne et la légère cavalerie turque, armée de l’arc "turqueis" (v. 6508, v. 7502) et de la légère lance de roseau qu’il appelle canne (v. 7502, v. 7558, v. 10. 324) :

v. 5649 Li cristien sunt mult armé
Et li Sarazin desarmé
Fors d’arc e de mace et d’espee
Ou de cane bien aceree
Et de cotel qui petit peise.

11Le cavalier turc doit à la rapidité de sa monture et à la légèreté de son équipement une tactique particulière : charge soudaine, prompt repli, demi-tour offensif. Il est comme la mouche : chassez-le, il s’enfuira ; revenez, il vous poursuivra :

v. 5659 Si a la custume a la mosche
Enuiose e plaine d’entusche :
Toz jorz chasciez e il ensivra.

12Ambroise décrit également les bannières des émirs de Saladin, toutes jaunes avec un pennon de couleur différente (v. 6575-6577). Tels sont les traits exotiques dispersés dans l’Estoire. Cet inventaire fait, il nous est maintenant possible de nous interroger sur les limites et la valeur de l’exotisme d’Ambroise.

***

13Il convient en premier lieu de bien définir le dessein d’Ambroise qui est de raconter les épreuves d’hommes partis pour conquérir Jérusalem. La couleur locale, là où nous la rencontrons, n’est donc jamais recherchée pour elle-même.

14La flore et la faune exotiques ne sont mentionnées que pour le rôle qu’elles jouent pour ou contre les croisés. Les caroubes permettent aux Francs de survivre (v. 368), la palmeraie de Jaffa de se ravitailler (v. 6950). Les crocodiles n’intéressent pas par leur étrangeté : ce sont des ennemis. Ambroise ne s’arrête sur les nattes des Turcs que parce que ce détail touchant la toilette a joué contre eux dans un combat naval particulier : les femmes franques saisissent, par leurs nattes, les Turcs d’un navire capturé, les tirent à elles de toutes leurs forces, et leur tranchent la tête (v. 3313)… Ambroise n’aurait jamais relevé la coutume des Bédouins de s’entourer la tête du keffieh, s’il n’avait dû expliquer la prise d’une caravane musulmane par le rôle des espions de Richard déguisés en bédouins… Un seul adjectif "retailliee" laisse entendre qu’Ambroise connaissait le rite musulman de la circoncision, encore ce mot se trouve-t-il à la fin du vers, comme imposé par les nécessités de la versification.

15Au niveau du vocabulaire le choix des mots d’origine orientale n’est pas un procédé littéraire propre à suggérer l’Orient. L’inventaire du butin pris à l’ennemi, où figurent des noms de cette sorte, s’inscrit dans le récit comme un bulletin de victoire, non comme un prétexte à décrire un Orient de bazar.

  • 8 Roger Mathé, L’exotisme d’Homère à Le Clezio. Bordas, 1972, Univers des Lettres, série thématique, (...)

16Somme toute, si Ambroise est exotique, il l’est malgré lui, parce que son sujet l’exige. Ni comme homme ni comme trouvère Ambroise n’est un chercheur d’inconnu8. Son départ pour la Terre Sainte ne s’explique pas par le besoin de partir ou de découvrir d’autres cieux et d’autres moeurs, mais pour le motif que ce pieux trouvère donne lui-même : venger la honte faite à Dieu (v. 73) en reprenant Jérusalem. En Terre Sainte, il n’a pas cherché à voir ni à savoir ce qui lui restait caché des apparences. A fortiori n’a-t-il pas cherché à aller au-delà de l’apparence. Mais il a su voir ce qui s’offrait à lui et, narrateur sincère, il l’a noté au gré de son récit.

17Le mérite d’Ambroise est en effet l’exactitude. L’imagerie, les poncifs et les mécanismes verbaux du trouvère - pour la couleur locale extérieure du moins - ont disparu sauf dans quelques rares exceptions : ainsi l’attribution à la milice noire d’une enseigne de Mahomet (v. 3369-3370)…

  • 9 H. Delpech, La tactique au xiiie siècle, 2 vol., Paris, Picard, 1886, T. I, p. 358, 447.
  • 10 R. Grousset, Histoire des Croisades et du royaume français de Jérusalem, 3 vol., Paris, 1936, T. I (...)
  • 11 Ch. Oman, A history of the art of war in the middle ages, 2 vol., 2e éd., New York, Burt Franklin (...)
  • 12 F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age en Europe et dans le Proche Orient, 2 vol., Par (...)
  • 13 Aly Mazaheri, La vie quotidienne des Musulmans du Moyen Age, xe au xiiie siècle, Paris, Hachette 1 (...)
  • 14 R.H.C., Hist. Or, T. III, p. 178.
  • 15 Chroniques arahes, traduites et mises en ordre par M. Reinaud, t. IV de la Bibliothèque des Croisa (...)

18Ce qu’Ambroise nous apprend des pratiques religieuses musulmanes est vrai. La valeur documentaire de ce qu’il écrit de la tactique militaire comparée des Turcs et des Francs est reconnue par les historiens les plus autorisés : Delpech9, Grousset10, Oman11, Lot12. Certains détails portant sur la toilette et le costume peuvent être vérifiés. Aly Mazahéri nous apprend que, dans l’Islam médiéval, les princes se distinguaient par le port de longues nattes13. A la fin du xiie siècle, l’Oriental se distinguait de l’Occidental par le port de la barbe. Notée à plusieurs reprises par Ambroise, tant au sujet des Grecs que des Turcs, cette différence l’est aussi, du côté des Musulmans, par l’historien Baha al-Din. Ce dernier nous montre, pendant le siège d’Acre, l’équipage d’un navire turc se rasant la barbe pour faire croire qu’il s’agit d’un navire chrétien. On place également des porcs sur le pont pour que le camouflage soit parfait14. Il est exact également que Saladin avait adopté la couleur jaune pour ses drapeaux15.

  • 16 Wartburg (W. von), Französisches Etymologisches Worterbuch, B. XIX, Orientalia.
  • 17 La Prise d’Orange, chanson de geste de la fin du xiie siècle, éditée d’après la rédaction AB par C (...)

19Le souci d’exactitude a joué dans le choix des mots. Ambroise paraît avoir voulu adapter son vocabulaire aux réalités exotiques. Le mot "retaillié", au sens de circoncis, est attesté pour la première fois chez Ambroise. Il en est de même du mot "carvane" issu du persan "kārawān"16. "Quarobles" est peut-être attesté sous la forme "carroige" dans le manuscrit D de La Prise d’Orange (v. 531, 556), mais pour désigner une plante mystérieuse17. Ce fruit, introduit dans l’Occident méditerranéen par les Arabes et dont le nom provient de l’arabe karrûba, était inconnu d’Ambroise et il en fait connaître le nom et la saveur à son public :

v. 4361 Une chose en l’ost Deu vendoient
Quarobles out non, ço diseient,
Qui ierent duces a menger.

20Ambroise nous apprend, à l’aide d’un mot arabe, comment Guillaume de Préaux, voyant le roi Richard sur le point d’être fait prisonnier, détourne sur sa propre personne l’attention de l’ennemi, en se présentant comme le roi lui-même :

"Sarrazineis, ge sui Melec"

21"Melec", précise Ambroise, cela veut dire roi (v. 7123-7124).

  • 18 Régis Antoine, La Relation exotique, Revue des Sciences humaines, 1972, p. 373.

22Ambroise se met donc bien dans la situation de l’écrivain exotique, qui "décalé par rapport à son public généralement sédentaire"18, adopte un court instant une attitude didactique.

23Reste à définir la valeur pittoresque de l’exotisme de l’Estoire. Les comparaisons destinées à acclimater un détail exotique y sont souvent banales : Le poète de la Chanson de Roland avait déjà comparé le cheval arabe à un oiseau en vol, faucon, épervier ou hirondelle. Rien de plus commun que de comparer les flèches turques à une averse au mois de mai (v. 4048). Mais certaines comparaisons instruisent : Le roi Richard revient du combat, lui et son cheval, si couvert de flèches turques

"qu’il resembloit un heriçon" (v. 11. 630) ;

24D’autres comparaisons frappent : les Musulmans de la milice noire, avec leurs couffures rouges,

"sembloient cerisiers meurs" (v. 3357).

25Ambroise - ce qui est rare dans la littérature médiévale - a le goût des couleurs : rouge des chéchias tranchant sur le noir de la peau (v. 3349-3351), jaune du "casingan" turc (v. 9925), jaune des bannières des émirs de Saladin (v. 6576), feutre vert et jaune du navire turc (v. 2157-2159).

  • 19 Ibid, p. 374.

26Il ne faut donc pas refuser à Ambroise cette autre fonction de l’écrivain exotique qui est, comme on l’a dit, de "donner à voir"19. Les formules habituelles du trouvère : "veîssiez" (vous auriez vu…) traduisent chez lui cette "tension en direction du lecteur" qui caractérise l’attitude de l’écrivain exotique et expriment son désir de faire vivre à son public l’expérience orientale qu’il a vécue lui-même.

***

27Aucune curiosité particulière ne pousse donc Ambroise vers la découverte d’une autre nature ni d’une autre culture mais, subordonnant la note exotique à l’enchaînement et à l’explication des faits, il s’empare volontiers de l’occasion de décrire ce qu’il a vu et de dire ce qu’il sait. Il traduit parfois avec vigueur et couleur ce qu’il a vu. Il exprime souvent en termes neufs ce qu’il a appris. Son exactitude ne peut presque jamais être prise à défaut.

***

28L’exotisme n’implique pas nécessairement l’exactitude. Il peut laisser une place importante à l’imaginaire et à la rêverie. Pierre Martino écrivait :

  • 20 Cité par Pierre Jourda, L’exotisme dans la littérature française depuis Chateaubriand, Paris, Boiv (...)

"L’exotisme en matière littéraire, c’est d’abord une conception toute faite que nous avons d’un pays et de ses habitants. Il peut y entrer des éléments réels, vrais ou vraisemblables fournis par les voyageurs ou les marins, mais il peut y entrer aussi, et souvent il y entre surtout, des éléments conventionnels"20.

  • 21 Sur ce point voir Ed. Faral : Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois au (...)
  • 22 Paul Bancourt, Les chevaux des Sarrasins dans les chansons de geste, convention, fiction, réalité. (...)
  • 23 Paul Bancourt, La décoration des intérieurs sarrasins dans la chanson de geste du xiie siècle et l (...)

29Cette définition de l’exotisme peut s’appliquer à beaucoup d’oeuvres épiques et romanesques des xiie et xiiie siècle21. Mais il est difficile de démêler, dans ces oeuvres, la réalité exotique et l’imaginaire, d’y distinguer le trait spécifiquement oriental et la réminiscence littéraire antique, de percevoir, dans le contexte épique ou romanesque, le retentissement d’une expérience exotique réelle22. Il est encore plus difficile de séparer, dans la matière exotique, ce qui appartient à l’Orient musulman de ce qui appartient à l’Orient chrétien23. Je pense à l’imagerie orientale qui marque tant de descriptions d’objets, de tombeaux, de navires, de jardins et de palais, de villes.

  • 24 Histoire Anonyme de la première Croisade, éd. et trad. par Louis Bréhier, Paris, Les Belles Lettre (...)
  • 25 R.H.C., Hist. occ, T. III, pp. 9-117.
  • 26 Ibid., pp. 231-309.
  • 27 Ibid., pp. 311-485.
  • 28 La Chanson d’Antioche publiée par Paulin Paris, 2 vol., Paris 1848.

30L’Estoire de la guerre sainte s’apparente à un autre genre d’ouvrages où la couleur locale est plus facile à cerner. Elle appartient au second versant de la littérature exotique, celle qui nous transmet une image plus directe et plus pure de la réalité. Ambroise peut être rapproché des chroniqueurs latins des croisades, de ceux qui furent des témoins oculaires : l’auteur anonyme des Gesta24, Tudebode25, Raymond d’Aguilers26 et Foucher de Chartres27 auxquels on peut ajouter La Chanson d’Antioche de Richard le Pèlerin, à travers le remaniement de Graindor de Douai28.

  • 29 Hist. An., p. 49, 57.
    Raymond d’Aguilers, o.c., p. 243.
    Ch. d’Antioche, IV, v. 171-228, V, v. 968-96 (...)
  • 30 Foucher de Ch., p. 332, 334.
    Ch. d’A., VI, 904-917, VIII, 856.
  • 31 Hist. An., p. 47.
  • 32 Foucher de Ch. p. 335.
  • 33 Hist. An., v. 155, 165.
    Tudebode, p. 25.
    Raymond d’Aguilers, p. 243, 247, 249.
    Foucher de Ch., p. 349 (...)
  • 34 Hist. An., p. 45.
    Tudebode, p. 25.
    Ch. d’A.,
  • 35 Tudebode, p. 92.
    Ch. d’A., V, v. 1097.
  • 36 Hist. An., p. 175.
    Ch. d’A., VII, v. 805-821.
  • 37 Tudebode, p. 73.
  • 38 Foucher de Ch., p. 475.
  • 39 Ibid., p. 380.
  • 40 Ibid., p. 365.

31Nous pouvons, en nous appuyant sur ces textes, situer le niveau des connaissances d’Ambroise sur l’Orient musulman. La plupart de ces connaissances constituent le lot commun de ce qu’un Occidental du xiie siècle pouvait posséder sur le Proche Orient musulman depuis la première croisade. Chez les chroniqueurs que je viens de citer et surtout dans la Chans. d’Antioche, on vante la rapidité du cheval arabe29. La légèreté de l’armement des cavaliers turcs30, leurs javelots31, la pluie de flèches qu’ils font pleuvoir sur l’ennemi32, l’originalité de leur tactique33, leurs cris de guerre34, l’usage des "tabours"35, l’utilisation du feu gregeois36 : tous ces points y font l’objet de mentions plus ou moins développées. Dans le butin pris à l’ennemi figurent ici et là : or, argent, besants, riches soieries. Le choix des éléments de la faune et de la flore n’est pas identique. Les bufles37 ne figurent pas dans la faune d’Ambroise, le crocodile (corcodrillus) n’est mentionné par Foucher que dans un chapitre de son 3ème livre où, s’inspirant de Pline et de Solin, il décrit les animaux et les peuples plus ou moins imaginaires du Pays des Sarrasins38. Là où Ambroise s’étend sur les caroubes, Foucher se penche sur les dates (dactylos)39 ou les cannes à sucre (cannamelles)40. Ces divergences tiennent à ce qu’habituellement l’allusion exotique n’est jamais isolée mais liée au déroulement d’une expérience particulière.

  • 41 Raymond d’A., p. 291.
  • 42 Foucher de Ch., p. 474.
  • 43 Ch. d’A., VIII, v. 57.
    Cf. Paul Bancourt, Les chevaux des Sarrasins, art. cit. p. 122.
  • 44 Ch. d’A., VI, v. 883 "Aride !" alteration de l’arabe "arir", cri de victoire ou de guerre.

32Il arrive qu’Ambroise paraisse mieux renseigné que ses devanciers, par exemple sur l’abstinence de porc et la circoncision. Il s’intéresse plus qu’eux - encore qu’incidemment - à la toilette et aux vêtements des musulmans, mais il ne mentionne nullement l’utilisation par les musulmans de pigeons voyageurs, bien connue de Raymond d’Aguilers41 et de Foucher de Chartres42. Inversement, La Chanson d’Antioche présente quelques détails qui manifestent au moins autant que l’Estoire un contact vivant avec la civilisation musulmane : usage de suspendre au cou des chevaux de race leur pedigree dans un étui de cuir43, cri de victoire transcrit presque exactement de la langue arabe44.

***

  • 45 En effet, malgré les clichés habituels pour la représentation morale des Musulmans, Ambroise recon (...)

33Par rapport aux chroniqueurs et à Richard le Pèlerin qui lui sont antérieurs de quelque quatre vingts ou cent ans, Ambroise ne paraît pas avoir notablement élargi la connaissance de l’Orient musulman, du moins dans le domaine de la couleur locale extérieure45. Mais Ambroise dispose, en langue vulgaire, d’un vocabulaire plus étendu pour désigner les réalités orientales. C’est un coloriste. Quelques-unes de ses comparaisons frappent par leur justesse. Son sens de la diversité - qualité essentielle de l’auteur exotique - est servi par le don de la formule frappante qui en définit exactement la singularité. Cette qualité explique que les historiens de l’art militaire lui ait reconnu une valeur documentaire pour leur spécialité.

34Quelle que soit l’importance relative de la matière exotique chez ces auteurs l’un par rapport à l’autre, la façon dont celle-ci est mise en oeuvre est analogue. Elle ne s’étale jamais en descriptions étendues. Elle ne fait l’objet d’aucune complaisance particulière. Elle a une fonction explicative, narrative, parfois brièvement documentaire. Ni Ambroise ni les chroniqueurs latins ni le Pèlerin Richard, bien qu’ils aient tous eu le sens de la diversité des moeurs, n’ont prétendu réunir une somme de connaissances sur le monde musulman. Ils n’ont jamais non plus cultivé l’exotisme comme un remède à la lassitude ou à l’ennui et un stimulant pour la rêverie. Ce n’est pas sur ce versant de l’exotisme médiéval - j’entends celui qui se rattache directement à l’expérience - que le narrateur marque une halte pour contempler, admirer, susciter le rêve. De ce point de vue, l’exotisme de l’Estoire se distingue nettement de celui qui est représenté sur l’autre versant, le versant imaginaire de l’exotisme, celui de chansons de geste et des romans des xiie et xiiie siècles, où la note exotique - même exacte - se glisse dans le moule des lieux communs de la topique traditionnelle et se pare de merveilleux.

Notes

1 Les références de notre article renvoient à l’Estoire de la Guerre Sainte, histoire en vers de la troisième croisade (1190-1192) par Ambroise, publiée et traduite d’après le manuscrit unique du Vatican par Gaston Paris, Paris, 1897.

2 Au plus tard sept. 1203 nov. 1207 d’après Kate Norgate, The Itinerarium perigrinorum and the song of Ambroise, Engl. hist. Review, t. XXV, 1910.

3 John G. Edwards, The Itinerarium regis Ricardi and the Estoire de la Guerre Sainte, Mélanges James Tait, Manchester 1933.

4 The Crusade of Richard Lion-Heart by Ambroise, translated from the old french by Merton Jerome Hubert, with notes and documentation by John La Monte, Columbia University Press, 1941.

5 Ibid, p. 3.

6 Ibid, p. 4.

7 Encyclopaedia Britannica, Tome I, p. 722.

8 Roger Mathé, L’exotisme d’Homère à Le Clezio. Bordas, 1972, Univers des Lettres, série thématique, p. 14.

9 H. Delpech, La tactique au xiiie siècle, 2 vol., Paris, Picard, 1886, T. I, p. 358, 447.

10 R. Grousset, Histoire des Croisades et du royaume français de Jérusalem, 3 vol., Paris, 1936, T. III, p. 64 et ss.

11 Ch. Oman, A history of the art of war in the middle ages, 2 vol., 2e éd., New York, Burt Franklin 1924, t. I, pp. 316-317.

12 F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Age en Europe et dans le Proche Orient, 2 vol., Paris, Payot 1946, t. I, p. 62.

13 Aly Mazaheri, La vie quotidienne des Musulmans du Moyen Age, xe au xiiie siècle, Paris, Hachette 1951, p. 70.

14 R.H.C., Hist. Or, T. III, p. 178.

15 Chroniques arahes, traduites et mises en ordre par M. Reinaud, t. IV de la Bibliothèque des Croisades, par J.F. Michaud, Paris, 1829, 4 vol. t. IV, p. 224, note I.

16 Wartburg (W. von), Französisches Etymologisches Worterbuch, B. XIX, Orientalia.

17 La Prise d’Orange, chanson de geste de la fin du xiie siècle, éditée d’après la rédaction AB par Cl. Régnier, 2e éd., Paris Klincksieck, 1969, p. 132.

18 Régis Antoine, La Relation exotique, Revue des Sciences humaines, 1972, p. 373.

19 Ibid, p. 374.

20 Cité par Pierre Jourda, L’exotisme dans la littérature française depuis Chateaubriand, Paris, Boivin 1938, p. 10.

21 Sur ce point voir Ed. Faral : Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois au Moyen-Age, Paris, Champion, 1913.

22 Paul Bancourt, Les chevaux des Sarrasins dans les chansons de geste, convention, fiction, réalité. Senefiance n° 1 (Cahier du CUER MA) 1976, Paris, Champion 1976, pp. 113-131.

23 Paul Bancourt, La décoration des intérieurs sarrasins dans la chanson de geste du xiie siècle et l’art musulman, Mélanges Pierre Jonin, pp. 62-88.

24 Histoire Anonyme de la première Croisade, éd. et trad. par Louis Bréhier, Paris, Les Belles Lettres, 1964.

25 R.H.C., Hist. occ, T. III, pp. 9-117.

26 Ibid., pp. 231-309.

27 Ibid., pp. 311-485.

28 La Chanson d’Antioche publiée par Paulin Paris, 2 vol., Paris 1848.

29 Hist. An., p. 49, 57.
Raymond d’Aguilers, o.c., p. 243.
Ch. d’Antioche, IV, v. 171-228, V, v. 968-969, VII, v. 43-46

30 Foucher de Ch., p. 332, 334.
Ch. d’A., VI, 904-917, VIII, 856.

31 Hist. An., p. 47.

32 Foucher de Ch. p. 335.

33 Hist. An., v. 155, 165.
Tudebode, p. 25.
Raymond d’Aguilers, p. 243, 247, 249.
Foucher de Ch., p. 349, 413-414, 421-424, 447-448.
Ch. d’A., VIII, 856-862.

34 Hist. An., p. 45.
Tudebode, p. 25.
Ch. d’A.,

35 Tudebode, p. 92.
Ch. d’A., V, v. 1097.

36 Hist. An., p. 175.
Ch. d’A., VII, v. 805-821.

37 Tudebode, p. 73.

38 Foucher de Ch., p. 475.

39 Ibid., p. 380.

40 Ibid., p. 365.

41 Raymond d’A., p. 291.

42 Foucher de Ch., p. 474.

43 Ch. d’A., VIII, v. 57.
Cf. Paul Bancourt, Les chevaux des Sarrasins, art. cit. p. 122.

44 Ch. d’A., VI, v. 883 "Aride !" alteration de l’arabe "arir", cri de victoire ou de guerre.

45 En effet, malgré les clichés habituels pour la représentation morale des Musulmans, Ambroise reconnaît à leurs principaux chefs, en plus de la bravoure, la sagesse et même la loyauté.

Auteur

Université de provence

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540