Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Tradition et prière dans l'Islam

Michel Salvat et Zaki Couss

Texte intégral

  • 1 ’AN-NAWANI, Les Quarante hadiths, texte arabe et trad. par G.H. BOUSQUET, 4e éd., Alger (La Maison (...)

"Que le témoin d'une chose parmi vous en transmette la connaissance à qui était alors au loin."
"Que Dieu embellisse le visage de qui, ayant entendu ma parole, la conserve dans son coeur, puis la transmet à d'autres telle qu'il l'a entendue".1

  • 2 Th. W. JUYNBOLL, in Encyclopédie de l'Islam, t. II, article "Hadith". Il précise : "De différents (...)

1Ces paroles parmi d'autres du Prophète Mahomet, rapportées par ’An-Nawawī (1233 1278), fondent la transmission de la science sacrée. Cette transmission, selon l'opinion commune des Musulmans, est avant tout orale : "il fallait entendre les traditions et on avait même l'habitude d'entreprendre de longs voyages pour écouter les discours"2 d'un maître réputé pour être un sûr connaisseur ayant lui-même appris oralement ce qu'il sait.

2Néanmoins, "c'était aussi une pratique très courante qu'un des élèves lût une copie, tandis que les autres écoutaient et que, le cas échéant, le maître corrigeât" ou expliquât ce qui venait d'être lu. Enfin, dès l'époque la plus ancienne, on mit la tradition par écrit ; on collationna, transcrivit des séries de témoignages afin de les propager, avec la formule d'usage qui servait à les authentifier : ḥaddaṯanī "x...m'a communiqué".

3Nous allons donc passer rapidement en revue les documents dont pouvait disposer un commentateur religieux à la fin du xvè siècle. Ces sources écrites sont de trois ordres : d'abord bien entendu le Coran, puis les recueils de traditions, enfin les commentaires tardifs.

Le Coran

  • 3 Claude CAHEN, L'Islam des origines au début de l'empire ottoman, tome 14 de l'Histoire universelle (...)

4En Arabe, qur’ān, c'est "lecture, discours". L'orthodoxie musulmane professe que chaque syllabe du Coran a été inspirée par Dieu à Mahomet, et que "l'original se trouve au Ciel"3. Il nous faut ici retracer très rapidement la genèse du Livre.

  • 4 Will DURANT, "La Civilisation islamique", in L'Age de la Foi, t. X de l'Histoire de la Civilisatio (...)

5Au cours de sa "vie prophétique", c'est-à-dire les vingt dernières années de sa vie terrestre, Mahomet "dicta à tout instant des fragments de cette révélation" pieusement recueillis par ses disciples "sur du parchemin, du cuir, des feuilles de palmier, ou même des os", lus à une assemblée, puis déposés en divers réceptacles avec des fragments précédents, sans souci de l'ordre logique ou chronologique".4 On appelait qurra ceux qui connaissaient par coeur l'ensemble de la Révélation.

  • 5 Dans une récente déclaration, S.M. Hassan II, "Commandeur des Croyants", descendant du Prophète, r (...)

6Mais à la mort du Prophète, en 632, il n'en existait aucun recueil. Le Coran que nous connaissons aujourd'hui comme troisième livre sacré (après la Bible et le Talmud) est né, peut-on dire, en 651 lorsque Zāÿd ’ibn Ṯābet et trois "érudits" furent chargés par le Calife ‘Uṯmān d'établir une version officielle. Des copies en furent déposées à Damas, Kufa et Bassora, les trois premiers foyers religieux de l'Islam. Depuis, le texte n'a subi aucune modification puisqu'il est "parole de Dieu". Aux yeux des Musulmans, il constitue la phase achevée de la Révélation divine, code de conduite religieux, mais aussi juridique et social, d'où le nom de "Sceau des Prophètes" attribué à Mahomet, car celui-ci est le dernier avant la fin du monde5.

7En ce qui concerne le rituel de la prière, dont M. Coussa va parler, le Coran ne nous donne que de vagues renseignements. C'est donc vers d'autres sources qu'il nous faut nous tourner et avant tout vers les recueils de "ḥadīṯ"

Le Ḥadiṯ et la Sunna

  • 6 W. DURANT, op. cit., p.358.

8Comme tous les autres livres inspirés, le Coran est parfois obscur ; en effet, "le temps amenait des questions de croyance, de rituel, de morale et de droit auxquelles le livre saint ne donnait pas de réponse claire."6 Des érudits recherchèrent alors ce qu'avaient dit ou fait le Prophète et ses compagnons afin d'élucider ces problèmes. C'est ainsi qu'au Coran vint s'ajouter le Ḥadīṯ.

  • 7 Th.W. JUYNBOLL, op. cit.

9Ḥadīṯ est traduit aujourd'hui par "Tradition". Le mot signifiait d'abord "communication ou récit en général, de nature profane ou religieuse". On appela "ḥadīṯ" toute information relative aux actes et aux paroles du Prophète et de ses compagnons", puis "l'ensemble de la tradition sacrée des musulmans",7 à partir du iiiè siècle de l'Hégire, notre ixè siècle. Le Ḥadīṯ constitue ainsi notre seconde source.

  • 8 Encyclopédie de l'Islam, t. IV, article "sunna" Al-sunna est, dans un sens plus restreint, "la pra (...)

10Le sunna est le contenu du Ḥadīṯ. Le terme de sunna signifie proprement "le chemin que l'on a coutume de parcourir" d'où est venu le sens figuré de "manière ordinaire d'agir, ou vieil usage" (us et coutumes en quelque sorte). C'est dans ce sens que les Arabes, avant l'Islam, "considéraient comme une vertu de suivre la sunna des Pères". Dans l'Islam, c'est une nouvelle sunna que Ton doit vénérer, chaque croyant étant "tenu, dans toutes les circonstances de sa vie, de prendre pour modèle la conduite du Prophète et de ses compagnons. A la 'sunnat 'alawwalīn' (= la coutume des ancêtres) se superpose la 'sunnat Allah' (= la coutume de Dieu)."8

11Le premier recueil important de "Ḥadīṯ" remonte à 870. C'est le Ṣaḥīḥ (= livre correct, authentique, digne de foi) d'al-Buḵārī qui, dit-on, recueillit et examina quelque six cent mille traditions à travers toutes les terres d'Islam pour n'en retenir "que" 7275 ! Chaque hadît ainsi rédigé se compose de deux parties. La première, qui comprend les noms des personnes qui ont transmis successivement le contenu de la tradition, s'appelle isnād (ou sanad), c'est-à-dire "le fondement" ; en effet à partir de l'époque du Prophète et pendant trois cents ans environ, les traditions avaient été transmises surtout oralement de génération en génération. La seconde partie est le matn, le "texte", donc le contenu de l'information. C'est sous ce schéma que se présenteront désormais tous les ḥadīṯ.

  • 9 Avec le Ṣaḥīḥ d'AL-BUḴARĪ (mort en 256 Hégire = 870 J.C), ce sont ceux de MUSLIM (mort en 261 H = (...)

12A côté d'al-Buḵārī, cinq autres compilateurs de ḥadīṯ, tous du iiiè siècle de l'Hégire, sont reconnus universellement par les Musulmans orthodoxes comme des autorités. L'ensemble de leurs recueils est le plus souvent nommé "les Six Livres" ou "Les Six Ṣaḥīḥ".9

  • 10 Le plus souvent 40, d'où les nombreux ouvrages appelés ’Arba‘īn, c'est-à-dire "livre contenant qua (...)

13Au cours des siècles suivants, de nombreux autres recueils apparaissent, mais il ne s'agit plus d'ouvrages complets. Ce sont des compilations plus ou poins importantes, parmi lesquelles on peut distinguer deux grandes catégories. A la première appartiennent des extraits des Ḥadīṯ antérieurs, en particulier des Six Livres, plus ou moins commentés et ordonnés de différentes façons. A la seconde, des ouvrages où le compilateur a choisi de relever un sujet déterminé de traditions ou un nombre limité de traditions importantes.10

Les commentaires tardifs

  • 11 Th.W. JUYNBOLL, op. cit.
  • 12 Claude CAHEN, op. cit., p.67

14A partir du xiiiè siècle de notre ère, comme "le sens du Ḥadīṯ n'était plus, à maints égards, compréhensible pour les nouvelles générations musulmanes, de nombreux savants sont amenés à rédiger des commentaires relatifs aux recueils de traditions."11. Ce serait notre troisième source, oeuvres de spécialistes pouvant "raisonner sur le contenu de la foi révélée", les mutakallimun (de kalām, raisonnement théologique) " que nous pouvons appeler théologiens sous la seule réserve de comprendre que, pour le musulman, la foi est en son principe entièrement raisonnable, et qu'il n'y a donc pas théoriquement la même dissociation partielle foi raison que connaît par exemple la philosophie chrétienne".12

15Les plus célèbres de ces commentaires du Ḥadīṯ sont ceux d'an-Nawawī déjà cité, d'Ibn Hadjar (xvè s.) et, postérieur au texte faisant l'objet de notre étude, d'al-Kastallānī (fin xvè début du xviè s.)

La ṣalāt

16Un certain nombre de ḥadīṯ et de commentaires aborde, à divers titres, le problème de la prière, et M. Coussa va en présenter un exemple. Mais que doit-on entendre exactement par "prière" et comment cette prière s'exprime-t-elle ?

  • 13 Claude CAHEN, op. cit., p.17.

17Parmi les cinq actes précis que Dieu exige de l'homme figure la ṣalāt, mot emprunté par les Arabes au syriaque, que nous traduisons par "prière", mais qui signifie proprement "pitié exprimée par les attitudes" (prosternation, génuflexion etc.). Les Arabes désignent par ce mot la prière rituelle. "Profession de soumission"13, la ṣalāt ne s'accompagne d'aucun sacrifice, sauf au cours du Pèlerinage à la Mecque (un autre des cinq actes exigés par Dieu) où, le dixième jour, on sacrifie un mouton, un chameau ou une bête à cornes.

18Nous allons voir maintenant, par l'étude d'un manuscrit du xvè siècle, quelques-uns des aspects de la prière musulmane en laissant la parole à M. Coussa.

DEUX ASPECTS DE LA PRIÈRE DANS L'ISLAM D'APRÈS UN MANUSCRIT INÉDIT DU MOYEN-ÂGE

19J'ai constaté au cours de ce colloque que l'on s'est parfois attaché à la prière de tel ou tel individu, pour ne pas dire personnage : Roland, Charlemagne, Olivier, Aude.. et on n'a pas rencontré la prière de tout un peuple, personnage collectif anonyme de la Chanson de Roland, évoqué sous le terme de "Sarrasins".

20Du côte des Francs s'élevaient les prières de demande, de côté des Sarrasins aucune !

21La victoire "connue" avait comme principal adjuvant romanesque la prière.. Et l'on se demande : Les Sarrasins ne priaient-ils donc pas ?

22Certes ils le faisaient, mais la structure du récit lui-même - étant donné que le résultat du combat est connu de l'auteur - ne lui réservait aucune place.

23La prière "adjuvant romanesque" est donc du côté du héros, tandis l'absence de prière "opposant romanesque" est du côté des "païens", du côté des vaincus et ils le méritent "romanesquement" bien entendu !

24En effet, la prière occupe une place prépondérante dans l'Islam. Ceci est clairement manifesté et dans le Coran - parole de Dieu par excellence - et dans les propos du Prophète (Ḥadīṯ).

25L'Islam, venant après le Judaïsme et le Christianisme, s'est fortement inspiré de ces deux religions. Il ne les abolit pas, il les continue. Aussi, le Coran renferme-t-il plusieurs allusions bibliques concernant la prière :

26"Nous révélâmes à Moïse : "Invitez, ton frère et toi, votre peuple à prendre en Egypte des demeures. Faites de vos demeures des lieux de recueillement. Accomplissez la prière et annoncez une bonne nouvelle". (X, 87)

27Le Coran parle plus de cent fois de la prière et la nomme indifféremment : ṣalāt (prière rituelle), du‘ā'(invocation), ḏikr (souvenir), tasbīḥ (louange), etc..

28Ce sont pour la plupart des prières d'adoration qu'élève la créature vers le Créateur ; les versets sont nombreux : "Louez Dieu matin et soir".

29"O vous qui croyez ! Inclinez-vous, prosternez-vous et adorez votre Seigneur !" (XXII, 77)

30La prière de demande a naturellement, "humainement", sa place aussi : "Si vous vous sentez en danger, priez en marchant ou sur vos montures" (II, 239)

31La prière rituelle, souvent évoquée dans le Coran, est une occasion sans cesse renouvelée (cinq fois par jour) afin de consacrer à Dieu quelques instants de la journée et de communier ; par conséquent, avec lui :

  • "Accomplissez la prière [prescrite], faites l'aumône et [devant moi] courbez-vous avec ceux qui se courbent"(III, 42)14
  • "Accomplissez assidûment vos prières [aux heures fixées]". (II, 238)
  • "La prière est pour le croyant une prescription à des moments déterminés". (IV, 102)15

32La prière est un soulagement, une élévation :

33- "Accomplissez la prière, acquittez-vous de l'aumône légale, attachez-vous à Dieu. C'est lui votre patron ! Quel excellent patron et quel excellent soutien !" (XXII, 78)

  • 16 id°, cf. aussi : XIII, 22 ; XXIII, 1-2.

34La prière est une joie, bénéfique dans cette vie et dans l'au-delà : "Ceux qui croient, font des oeuvres méritoires, s'acquittent de la prière, font l'aumône, recevront de leur Seigneur leur récompense. Ils seront à l'abri de la peur et de la tristesse." (II, 277)16

  • 17 ’AN-NAWAWĪ, Les Quarante hadiths, op. cit., p.17. La même idée se trouve aussi à la page 10.

35Pour sa part, le Prophète Mahomet a exprimé son opinion sur la prière et sa place dans la religion musulmane : l'Islam, dit-il, est bâti sur cinq piliers : le témoignage qu'il n'est d'autre divinité que Dieu, et que Mahomet est son envoyé, l'accomplissement de la prière rituelle, l'acquittement de l'aumône prescrite, le pèlerinage à La Mecque (pour qui le peut), le jeûne du mois de ramadan".17

  • 18 id°, p. 67.

36Il dit ailleurs : "La partie principale de la religion c'est la soumission à Dieu, sa colonne c'est la prière rituelle, et l'extrémité de son sommet la guerre sainte"18.

  • 19 id°, p. 51.

37La prière est une expiation, elle revêt - de par la communion avec Dieu - un caractère sacré : "La prière rituelle est une lumière".19

38"Le fondement de la foi est la prière" précise Mahomet ; il va encore plus loin en déclarant : "La différence entre un musulman et un renégat c'est l'abandon de la prière". Précisons tout de suite que pour Mahomet tout croyant est un musulman, mais tout musulman n'est pas forcément croyant !

39Dans l'Islam on distingue deux sortes de prières : les prières prescrites obligatoires qui sont les cinq prières quotidiennes et la prière du vendredi, et les prières facultatives dites dans des conditions particulières.

40Mon sujet ne traitant que deux aspects de la prière rituelle (ou culturelle), je m'empresse de donner quelques brèves indications. Ainsi, les cinq prières portent le nom de l'heure où elles doivent être accomplies : prière de l'aube ('al-fajr), du milieu du jour ('al-ẓuhr), de l'après-midi ('al-‘aṣr), du coucher du soleil ('al-maġreb), du soir ('al-išā). Cela exige qu'on abandonne pendant quelques minutes, pour chaque office, tous ses intérêts matériels, afin de rendre un témoignage de soumission et de gratitude au Créateur.

  • 20 Quelques différences surgissent toutefois selon les écoles juridiques.

41La prière rituelle exige du "priant" un état de pureté physique et morale. Elle est elle-même une "liturgie", où tout acte, positions du corps, des mains, et toute parole sont réglés et déterminés.20

42La prière rituelle se compose :

  1. d'un préliminaire, formulation de la niyya (intention) ; formulation du takbīr (Dieu est plus grand) ; demande d'aide ou de recours à Dieu.
  2. du corps de l'"office" qui se compose lui-même d'un ensemble de gestes et de paroles : récitation de la Fatiha (première sourate du Coran) ; inclination du buste, les mains touchant les genoux, puis station droite, mains levées et formulation de louanges à Dieu ; prosternation le front à terre suivie d'une position mi-assise, sur le pied gauche, mi-agenouillée ; puis d'une deuxième prosternation, le tout scandé d'oraisons.
  3. de la conclusion : en position assise (sur les talons) doivent être prononcés la šahāda (profession de foi), le salut et la bénédiction sur le Prophète et le salut final.21

43Mon propos, comme je l'ai déjà signalé, n'embrassera que deux aspects, deux phases fondamentales de la prière rituelle :

  1. l'appel à la prière (aḏān), qui précède chacune des cinq prières ainsi que la prière du vendredi.
  2. La profession de foi (šahāda) et le salut final.
  • 22 Ce manuscrit se compose de quatre-vingt deux feuillets (recto et verso) ; hauteur 14cm, largeur 9c (...)

44Mon étude a été ainsi délimitée et élaborée à partir d'un manuscrit inédit de la Bibliothèque Nationale (Manuscrits orientaux - Fonds arabe n°1139) intitulé "Kitāb’al-īḏān bifatḥ asrār attašahud wa-l-'adān" (L'annonce de l'explication des mystères renfermés dans la formule de la profession de foi et de l'appel à la prière). Il est attribué à un certain 'Ibrahim 'ibn ‘Omar 'ibn Ḥasan ’ar-Rabbāt [...] 'abū Bakr 'al-Biqā‘ī.22

45L'auteur ait (f.81 recto) qu'il a fini de composer ce "précieux ouvrage la nuit du vendredi 16 rabi‘ ’al-'awwal de l'an 873 de l'hégire (janvier-février 1468-69 ap. J.C) dans sa maison située place de Bāb al-‘īd, au Caire."

46Il précise, en outre, que son travail a duré trois journées consécutives, à côté de ses autres occupations quotidiennes. Suit (f.81 verso-82 recto) une petite note d'un certain ‘Alī ’ibn Muḥammad ’al-Manẓrāwī, qui ne serait que le copiste, et qui précise qu'il a terminé cet ouvrage dans le courant du mois de rabī‘’al-aẖira de l'an 875 de l'hégire [fév-Mars 1470-71] soit deux ans plus tard.

47Situé en l'an 873-875 de l'hégire [1468-70 ap. J.C], donc sous la deuxième dynastie de l'époque Mamlūk, en Egypte, ce manuscrit est une oeuvre de compilation et d'explication.

48Divisé en deux parties, la première comporte deux chapitres : 1) de l'appel à la prière - 2) de la profession de foi ; la deuxième partie, par ses deux chapitres correspondant aux précédents, tend à expliquer les formules de l'appel et celles de la profession de foi.

49Aussi, la compilation se reflète-t-elle dans toute la première partie, l'explication dans la deuxième.

50L'auteur, comme beaucoup d'autres compilateurs à partir du vème siècle de l'Hégire (xiè s. ap J.C), s'est tenu à une catégorie déterminée de traditions.

51Il a bien délimité son sujet et l'a restreint à deux aspects de la prière rituelle.

52Et comme la plupart des commentateurs, il s'est lancé dans les détails, s'arrêtant aux mots, les expliquant, se répétant, non sans obéir quelquefois à son élan poétique.

53Il s'agit, en effet, d'un ouvrage à but didactique. L'auteur consciencieux, a donné l'essentiel concernant ces deux phases fondamentales de la prière.

54Il a puisé aux sources "authentiques" de la Tradition à savoir : Buḵārī, Muslim.'Abū Dāoud.'al-Tirmīḏī, ’an-Nasā’i, et quelques autres encore ainsi que’an-Nawawī et ’al-Bayhaqī.

55Il a, cependant, effectué un choix évoquant rarement les problèmes délicats qui concernent les diverses écoles juridiques.

56'Al-Biqā‘ī nomme ses auteurs, retranche la chaîne des témoignage ('isnād), et allège, par ce fait même, son texte : il concentre les faits et en facilite l'acquisition.

57Il intervient rarement à la première personne (une seule fois : f.25 verso), commente indirectement, nie l'authenticité de telle ou telle version.

  • 23 Toutefois un problème se pose : la confrontation du ms. avec les quelques sources de la Tradition (...)

58Aussi pouvons-nous dire qu'il ne s'agit que d'une oeuvre de vulgarisation, d'un "bréviaire" au double sens du terme, un livre de préceptes.23

L'Appel à la prière :

59'Al-Biqā‘ī nous donne l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur l'appel à la prière : son origine, les formules de l'appel, la façon de les déclamer, son lieu, et la personne chargée d'émettre cet appel.

De l'origine de l'appel

60L'auteur nous transmet trois versions, je ne présenterai ici que les deux premières.

  • 24 Ms., f.3 recto et verso. 'An-Nawawī note de son côté : "cette 'convocation' ("nidā’") à la prière (...)

61Quant à la première : "ibn ‘Omar disait : Au début de leur arrivée à Médine, les Musulmans se réunissaient et s'indiquaient entre eux le moment de la prière sans qu'on les y appelât. Un jour, comme on s'entretenait de ce sujet, un des fidèles dit : "Servez-vous d'un battoir pareil au battoir des chrétiens", un autre proposa une trompette pareille à la trompette des juifs. "Pourquoi, demanda ‘Omar, ne chargeriez-vous pas un homme d'entre vous de faire l'appel à la prière ?" - Là-dessus l'Envoyé de Dieu dit à Bilāl : "O Bilāl, lève-toi et appelle à la prière".24

  • 25 Dans la version d'Isaac : "il dit : Je vis un homme qui descendit du Ciel, se mit près, d'un mur e (...)

62La deuxième origine est beaucoup plus anecdotique : Abdallah ben Zayd rapporte : Quand le prophète ordonna d'employer les battoirs pour assembler les gens à la prière, un homme m'est apparu en songe.25 Il portait un battoir. O toi, lui dis-je, vends-tu le battoir ? -"Et que ferais-tu avec ? répondit-il. Annoncer la prière.- Je t'indiquerai, m'expliqua-t-il, mieux que cela. Il se mit alors en direction de la Qibla (La Mecque), et me récita les formules de l'appel [...]

  • 26 Ms. f.6 recto et verso.

63Je me rendis le lendemain auprès du Prophète et lui racontai ce que j'avais vu. Il me dit alors : ".. Levez-vous, Bilal et toi ; dicte-lui ce que tu as entendu afin qu'il le déclame, car il a une plus belle voix que la tienne". Nous nous levâmes Bi-lāl et moi ; je lui dictais et il répétait à haute voix. ‘Omar ’ibn ’al-Ḵattāb, qui était chez lui, entendit l'appel. Il vint vers le Prophète et lui dit : "Au nom de celui qui t'a envoyé, je vis en songe ce que je viens d'entendre". Et le Prophète de dire : "Louange à Dieu".26

  • 27 Le feu est signalé par Buḵārī et par Muslim, d'où le nom 'manāra' (minaret) ; le drapeau, 'raya', (...)

64'Al-Biqā‘ī se limite - volontairement ou par ignorance - à ces deux sortes de signaux, le battoir et la trompette ; il ne mentionne ni le feu ni le drapeau, tous deux proposés pour indiquer les heures de la prière.27

La répétition de l'appel :

65L'appel à la prière se fait en deux temps : le premier appel est suivi, après une pause, d'un second appel.

66Le premier appel consiste en sept formules :

  • 28 1 ’Allāhu ’akbar
    2 ’ašhadu ’an lā ’ilāha ’illa-l-lāh
    3 ’ašhadu ’anna Muḥammadan rasūlullāh
    4 ḥayya ‘a (...)

671- Dieu est le plus grand, 2- J'atteste qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu, 3- J'atteste qu Mahomet est l'envoyé de Dieu, 4- Venez à la prière, 5- Venez au salut, 6- Dieu est plus grand, 7- Il n'y a d'autre divinité que Dieu.28

68Toutes les formules sont répétées deux fois, excepté la dernière, qui est récitée une fois seulement.

  • 29 Ms. f. 7 recto. Cf. ’an-Nawawī, op.cit., p.81

69En donnant une autre version de ce premier appel, compilée cette fois-ci du Ṣaḥīḥ de Muslim29, 'al-Biqā‘ī nous renseigne doublement : tout d'abord sur l'appel des Šafi‘ītes qui répète quatre fois, au lieu de deux, la première formule (Dieu est plus grand), et ensuite - ce qui était sa principale visée - sur la façon de déclamer ces formules :

  • 30 Ms. f.7 r. Dans l'édition que nous avons consultée d'an-Nawawi, op.cit., pp.80-81, Muslim note ’Al (...)

70"Abū Maḥzūra rapporte : Le Prophète m'a appris lui-même à faire l'appel. Il dit : "En prononçant 'Dieu est plus grand' (4 fois), tu élèves la voix ; tu dis ensuite : 'j'atteste qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu' (2 fois), 'j'atteste que Mahomet est l'envoyé de Dieu' (2 fois), et là tu baisses la voix ; enfin tu élèves la voix en proclamant la formule de profession de foi"30

71Les formules d'appel subissent quelques variations suivant l'heure de la prière ainsi que l'école juridique.’Al-Biqā‘ī n'omet pas de les mentionner.

  • 31 "’as-ṣalātu ḵayrun min-an-nawm".
  • 32 " ḥayya ‘ala ḵayr-il-‘amal "

72Ainsi au service du matin on ajoute : "La prière vaut mieux que le sommeil" (2 fois)31, insérée entre la 5ème et la 6ème formule ; tandis que l'appel chiite se distingue de l'appel sunnite en ce qu'il y a une 8ème formule - entre la 5ème et la 6ème - : "Venez au meilleur ouvrage"32.

  • 33 La durée de cette pause est très débattue. Cf. par exemple Buḵārī, Ṣaḥīḥ, Le Caire, 1387 H (1967 J (...)

73Le second appel suit, après une certaine pause,33 le premier appel ; il contient les formules suivantes :

  • 34 1 ’Allâhu akbar
    2 ’ašhadu ’an lā ’ilāha ’illa-l-lāh
    (3,4 et 5 cf. note 28)
    6 qad qāmatis ṣalāt.

741- Dieu est plus grand, (2 fois), 2- J'atteste qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu, 3- J'atteste que Mahomet est l'Envoyé de Dieu, 4- Venez à la prière, 5- Venez au salut, 6- L'heure de la prière est venue (2 fois).34

75Et ’al-Biqā‘ī de rapporter deux traditions sur les quelques différences entre le 1er et le.2ème appel : la répétition du premier, et l'endroit de l'émission de chacun d'eux :

  • 35 Ms. f/11 verso. ’An-Nawawī commente : "la raison pour laquelle on prononce une seule fois le secon (...)

76"'Anas a dit : "Bilāl reçut l'ordre de répéter deux fois l'appel à la prière, mais de ne prononcer qu'une seule fois le second appel, sauf pour ces mots :'l'Heure de la prière est venue'."35

  • 36 Ms. f.12 verso.

77Quant à l'endroit de l'émission de l'appel, 'al-Biqā‘ī note : "D'après ’Abū Barza 'al-Aslamī : la Sunna prescrit que le premier appel (iqāma) se fait dans la mosquée"36

78Remarquons tout de suite que pour un homme de la fin du xvè siècle il est évident que l'appel soit prononcé du haut du minaret. Aussi, l'auteur se contente-t-il de répéter une réalité contemporaine sans donner aucune indication de point de vue historique. Mentionnons toutefois que les premières mosquées n'avaient pas de minaret ; l'appel se faisait dans la rue, puis sur le toit de la plus haute maison proche de la mosquée.

  • 37 D'après ‘Āiša, la femme fait l'appel à la prière pour elle même ainsi que pour ses amies ; elle ne (...)

79Le muezzin est la personne chargée de faire l'appel37. S'appuyant sur une tradition,’al-Biqā‘ī tire une conclusion judicieuse mais incomplète :

  • 38 Ms. f.13 recto.’al-Biqā‘ī donne aussi une autre version où, dans le même contexte, ces deux noms s (...)
  • 39 Ms. f.13 r.

80"D'après ’Āiša, le Prophète dit : "C'est Bilāl qui fera l'appel à la prière durant la nuit. Mangez donc et buvez jusqu'à ce que 'Ibn-'Um Maktūm vous appelle à la prière.38 Précisons que c'était pendant le jeûne de ramadan. Et ’al-Biqā‘ī de déduire :"Si cette version est exacte, elle indique qu'il y avait alternance dans l'appel à la prière entre Bilāl et ’Ibn-’Um Maktūm".39

  • 40 ’an-Nawawī, op. cit., p.83, confirme cette idée ; il précise en outre : "il n'est pas souhaitable (...)

81Néanmoins, ce dernier étant aveugle, il ne pouvait pas faire l'appel "tant qu'on ne lui avait pas dit 'voici le matin ! voici le matin !"40 ’al-Biqā‘ī ne donne aucune précision à ce sujet.

  • 41 ’an-Nawawī, op. cit., p.77.

82La voix du muezzin a une grande importance. En rapportant son anecdote sur l'origine de l'appel - comme nous l'avons, noté ci-dessus-’al-Biqā‘ī évoque cet aspect mais ne s'y attarde guère. En effet, la voix du muezzin a suscité quelquefois des polémiques comme le signale ’an-Nawawī : "D'aucuns demandèrent :"Si l'on trouve un Muezzin qui a une belle voix et qui demande à être rémunéré pour faire l'appel, et un autre qui se charge de le faire bénévolement, mais qui n'a pas une belle voix, lequel devons-nous prendre ? Ibn Šarīḥ réplique : "Celui qui a la belle voix".41

  • 42 id°

83Si diverses interprétations sont venues se greffer sur l'idée de l'appel (telle que l'appel du muezzin met Satan en fuite), il reste "le manifeste de l'Islam, il révèle l'unicité de Dieu, annonce l'heure de la prière et son lieu, et invite les fidèles à la réunion".42

La profession de foi

84A V instar du chapitre concernant l'appel à la prière, ’al-Biqā‘ī compile en les ordonnant les divers renseignements sur la profession de foi, ses formules et son rituel.

85La formule de la profession de foi est restée inaltérable tandis que les salutations finales ont subi quelques modifications radicales comme nous le montre cette version tirée de la Tradition :

  • 43 Ms. f.15 recto et verso.

86"‘Abdallah dit : "Quand nous faisions la prière derrière l'Envoyé de Dieu, nous disions : "Le salut soit sur Gabriel, sur Michel, le salut soit sur tel ou tel". Un jour l'Envoyé de Dieu se tourna vers nous et dit : "Certes Dieu c'est le salut. Quand l'un de vous prie, qu'il dise donc : "A Dieu les adorations, les prières et les oeuvres pieuses. Le salut soit sur toi, ō Prophète, ainsi que la clémence de Dieu et ses bénédictions, que le salut soit sur nous, sur les adorateurs vertueux de Dieu". Cette dernière oraison, prononcée par vous, s'étendra à tous les adorateurs vertueux de la terre comme au ciel. "J'atteste qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu ; j'atteste que Mahomet est son adorateur et son Envoyé".43

  • 44 Ms. f.32 r. La version de Buḵārī ajoute : "Je me réfugie auprès de Toi contre le péché et contre l (...)

87'Al-Biqā‘ī rapporte aussi d'après Muslim les oraisons formulées par Mahomet, après la profession de foi et avant la salutation finale. Il demandait le pardon pour ses actes, ses paroles et ses excès. Il disait, selon une version : "O mon Dieu, je me réfugie auprès de Toi contre le châtiment du tombeau, je me réfugie auprès de Toi contre les épreuves de la vie et de la mort, je me réfugie auprès de Toi contre les épreuves du Messie l'Antéchrist."44

88Le rituel, dans cette phase de la prière, revêt une importance particulière. Tout doit contribuer à communier avec Dieu.

89Le fidèle qui prononce la profession de foi avance sa jambe gauche, dresse sa jambe droite et s'assied sur son séant.

  • 45 Ms. f.16 v. et 17 recto

90'Al-Biqā‘ī donne beaucoup d'indications concernant la position des mains. Il écrit : "Il est préférable au fidèle qui proclame la profession de foi de poser sa main gauche, ouverte, sur sa cuisse gauche, les doigts joints et dirigés vers la Qibla."45

  • 46 Ms. f.17 verso.

91La position de la main droite est beaucoup plus controversée. Il expose trois versions, tout en nous indiquant la plus authentique : elle consiste à poser la main droite sur la cuisse droite près du genou, en fermant les doigts, excepté ceux qui tiennent le chapelet. La preuve de l'authenticité de cette version se trouve dans le Ṣaḥiḥ de Muslim (d'après ’Ibn ‘Omar) : "Quand l'Envoyé de Dieu s'asseyait lors de la profession de foi, il posait sa main gauche sur son genou gauche, et sa main droite, fermée à 53 degrés, sur son genou droit, et faisait avec l'index un geste indicatif."46

  • 47 Ms. f.25 r.’al-Biqā‘ī note la remarque de ’al-Bayhaqī : "Il est probable que par 'remuer', il faut (...)

92Ce geste indicatif est lui aussi fort débattu : faut-il faire tout simplement un geste indicatif ou doit-on remuer le doigt ? Les deux possibilités restent toutefois admises, mais il ne faut pas remuer l'index pendant toute la durée de la profession de foi. Et ’al-Biqā‘ī de rejeter l'idée selon laquelle "remuer l'index pendant la prière effraie Satan et le fait fuir."47

  • 48 Ms. f.25 verso.

93Quant à la position des mains sur les genoux, ’al-Biqā‘ī intervient directement (et pour la seule et unique fois) à la première personne (je) et fait remarquer qu'"une telle position unit à la perfection le corps et l'âme afin d'être convenable en présence de Dieu. Le geste indicatif, lui, signifie l'union du dire et du faire."48

  • 49 Cf. 'al-Bayhaqī, op. cit., p.132.

94Cependant, certains considèrent que le geste indicatif du doigt est le symbole de l'unicité de Dieu.49

95Un mot concernant le regard : il ne doit pas dépasser le doigt qui fait le geste indicatif.

96Reste enfin une remarque qur la symbolique du chapelet : chose évidente pour l'auteur, il n'effleure même pas la question. Rappelons que le chapelet, composé de cent perles correspondant à Dieu et à ses 99 noms magnifiques, sert à l'énumération de ces noms.

97Ainsi, par son rituel et ses formules, la profession de foi renouvelle l'engagement avec Dieu, témoigne de ce que l'on continue à obéir à Ses préceptes et à suivre l'exemple donné par le Prophète.

98Que pouvons-nous dire en guise de conclusion, sinon que cette sélection est loin d'être innocente. L'auteur a choisi deux aspects de la prière : l'un, l'appel, se rapporte directement au muezzin et non à celui qui prie, tandis que le second, la profession de foi, se rapporte à l'orant et non au muezzin.

99Celui-ci lance son appel sans aucun rituel ; le croyant, lui, accomplit tout un rituel gestuel précis, mais les formules qu'il prononce restent le plus important. Ainsi, le lien entre ces deux aspects, c'est l'énoncé, la parole à travers laquelle l'un et l'autre proclament leur foi, et pas n'importe laquelle : la foi en l'unicité de Dieu, et l'obéissance à Son Prophète.

100A l'appel venu d'en haut répondent les invocations des fidèles montant vers le Ciel. Les coeurs se réunissent, les voix retentissent, en haut, en bas, cinq fois par jour, pour proclamer l'unicité de Dieu.

Notes

1 ’AN-NAWANI, Les Quarante hadiths, texte arabe et trad. par G.H. BOUSQUET, 4e éd., Alger (La Maison des Livres), 1954, p.6.

2 Th. W. JUYNBOLL, in Encyclopédie de l'Islam, t. II, article "Hadith". Il précise : "De différents propos du Prophète, il est recommandé comme constituant une oeuvre agréable à Dieu de voyager 'fi talab al-ilm' (= en vue de rechercher la science)." Et encore : "Celui qui avait entendu exposer de cette manière des traditions sous la direction d'un maître pouvait à son tour les communiquer à d'autres."

3 Claude CAHEN, L'Islam des origines au début de l'empire ottoman, tome 14 de l'Histoire universelle Bordas, Paris, 1970. Cet ouvrage constitue une excellente présentation de l'Islam médiéval dans tous ses aspects et comporte une importante bibliographie classée par thèmes.

4 Will DURANT, "La Civilisation islamique", in L'Age de la Foi, t. X de l'Histoire de la Civilisation, trad. française, Lausanne-Paris, 1963, p.298.

5 Dans une récente déclaration, S.M. Hassan II, "Commandeur des Croyants", descendant du Prophète, résume parfaitement la différence de regard des religions du Livre : "...le Coran a cet avantage sur la Bible et les Evangiles que ceux-ci ont été souvent mis de côté par la laïcisation des pays chrétiens, ce qui n'est pas le cas du Coran dans les pays musulmans." (Le Figaro Magazine, 2 février 1980, p.44).

6 W. DURANT, op. cit., p.358.

7 Th.W. JUYNBOLL, op. cit.

8 Encyclopédie de l'Islam, t. IV, article "sunna" Al-sunna est, dans un sens plus restreint, "la pratique et la théorie de la communauté des musulmans orthodoxes. ’Ahl ’al-sunna wa l-džamā‘a', les gens de la sunna et de la communauté, sont ceux qui évitent de s'écarter du dogme et des pratiques usitées. Dans ce sens, cette expression est employée spécialement pour s'opposer au mot shia, désignant la’secte des partisans (d'Ali)', d'où la division de l'Islam entre Sunnites (=orthodoxes) et Shiites (=partisans, sous-entendu d'Ali et de ses descendants)."

9 Avec le Ṣaḥīḥ d'AL-BUḴARĪ (mort en 256 Hégire = 870 J.C), ce sont ceux de MUSLIM (mort en 261 H = 875 JC), ’AL-NASĀ'Ī et ’IBN MADJA (morts en 273 H = 886 JC), ABŪ DAŪD (mort en 275 H = 888 JC) et ’AL-TIRMĪDĪ (mort en 279 H = 892 JC).

10 Le plus souvent 40, d'où les nombreux ouvrages appelés ’Arba‘īn, c'est-à-dire "livre contenant quarante traditions."

11 Th.W. JUYNBOLL, op. cit.

12 Claude CAHEN, op. cit., p.67

13 Claude CAHEN, op. cit., p.17.

14 Le Coran, trad. de Cheikh Si Hamza BOUBAKEUR, Paris, 1979 (Fayard), 2 tomes, cf. aussi VI, 92 ; XIII, 22 ; LXXIII. 20.

15 id°, cf. aussi : XXIII, 9.

16 id°, cf. aussi : XIII, 22 ; XXIII, 1-2.

17 ’AN-NAWAWĪ, Les Quarante hadiths, op. cit., p.17. La même idée se trouve aussi à la page 10.

18 id°, p. 67.

19 id°, p. 51.

20 Quelques différences surgissent toutefois selon les écoles juridiques.

21 Cf. Louis GARDET, L'Islam : religion et communauté, Paris, Desclée De Brouwer, 1967, pp.120 et sq.

22 Ce manuscrit se compose de quatre-vingt deux feuillets (recto et verso) ; hauteur 14cm, largeur 9cm, 7 lignes par page. D'une belle écriture à l'encre noire, le rouge est cependant utilisé pour souligner les chapitres et les sous-chapitres, pour mettre en relief le nom de l'un des rapporteurs (garants), et parfois même pour les virgules.

23 Toutefois un problème se pose : la confrontation du ms. avec les quelques sources de la Tradition qu'il a signalées - et qui ont pu être à ma disposition - (tout spécialement Buḵārī, Muslim, ’an-Nawawī, ’al-Bayhaqī) démontrent l'exactitude "en gros" du contenu ("matn"). Quant à la chaîne des témoins ("isnād"), elle varie, diffère de temps à autre...Aussi reste-t-il à savoir si ’al-Biqā‘ī composait de mémoire ou puisait directement dans les livres, et si oui à quelles éditions il avait recours.

24 Ms., f.3 recto et verso. 'An-Nawawī note de son côté : "cette 'convocation' ("nidā’") à la prière est autre que l'appel ("’adān"), et était faite avant l'appel proprement dit"", f.3 verso. Mais cf. aussi son Explication de Ṣaḥīḥ Muslim, Le Caire, ’al-Maṭba‘ a ’al-Miṣriyya wa maktabatuhā, s.d., tome 1, p.77.

25 Dans la version d'Isaac : "il dit : Je vis un homme qui descendit du Ciel, se mit près, d'un mur en direction de la Qibla et récita..." (f.4 verso et 5 recto).

  • Suivant la Sunna, il faut se mettre debout pour appeler à la prière. Il est permis, explique ’an-Nawawï, de faire l'appel tout en restant assis. Explication.., op. cit., p.77.
  • ’Al-Bayhaqi, dans son Kitāb ’as-sunan ’al-kubra, Haydar-Abad, Inde, 1344 H (1923 JC), t.l, p.392, rapporte que Bilâl a fait l'appel sur sa monture.

26 Ms. f.6 recto et verso.

27 Le feu est signalé par Buḵārī et par Muslim, d'où le nom 'manāra' (minaret) ; le drapeau, 'raya', se trouve dans ’al-Bayhaqī, op. cit., t.l, p.390.

28 1 ’Allāhu ’akbar
2 ’ašhadu ’an lā ’ilāha ’illa-l-lāh
3 ’ašhadu ’anna Muḥammadan rasūlullāh
4 ḥayya ‘alassalāt
5 ḥayya ‘ala-l-falāḥ
6 ’Allahu’akbar
7 la ’ilāha 'illa-l-lāh.

29 Ms. f. 7 recto. Cf. ’an-Nawawī, op.cit., p.81

30 Ms. f.7 r. Dans l'édition que nous avons consultée d'an-Nawawi, op.cit., pp.80-81, Muslim note ’Allāhu akbar' deux fois seulement !

31 "’as-ṣalātu ḵayrun min-an-nawm".

32 " ḥayya ‘ala ḵayr-il-‘amal "

33 La durée de cette pause est très débattue. Cf. par exemple Buḵārī, Ṣaḥīḥ, Le Caire, 1387 H (1967 JC), t.2, p.13 et sq.

34 1 ’Allâhu akbar
2 ’ašhadu ’an lā ’ilāha ’illa-l-lāh
(3,4 et 5 cf. note 28)
6 qad qāmatis ṣalāt.

35 Ms. f/11 verso. ’An-Nawawī commente : "la raison pour laquelle on prononce une seule fois le second appel (’iqāma), mais qu'on répète deux fois le premier (’aḏān), c'est que celui-ci se fait pour prévenir les absents, tandis que l’’iqāma se fait pour les gens déjà présents : partant, il est inutile de le répéter. C'est pourquoi les docteurs disent d'élever la voix lors du premier appel, et non lors du second." Op. cit., p.79.

36 Ms. f.12 verso.

37 D'après ‘Āiša, la femme fait l'appel à la prière pour elle même ainsi que pour ses amies ; elle ne doit pas le faire pour les hommes. ’al-Bayhaqī, op.cit., tome 1, p.408.

38 Ms. f.13 recto.’al-Biqā‘ī donne aussi une autre version où, dans le même contexte, ces deux noms sont intervertis.

39 Ms. f.13 r.

40 ’an-Nawawī, op. cit., p.83, confirme cette idée ; il précise en outre : "il n'est pas souhaitable qu'un aveugle fasse tout seul l'appel."

41 ’an-Nawawī, op. cit., p.77.

42 id°

43 Ms. f.15 recto et verso.

44 Ms. f.32 r. La version de Buḵārī ajoute : "Je me réfugie auprès de Toi contre le péché et contre les dettes." Op.cit., tome 2, p. 135.

45 Ms. f.16 v. et 17 recto

46 Ms. f.17 verso.

47 Ms. f.25 r.’al-Biqā‘ī note la remarque de ’al-Bayhaqī : "Il est probable que par 'remuer', il faut entendre 'faire le geste indicatif' et non la réitération du mouvement." Cf. f.24 r et ’al-Bayhaqī, op. cit., tome 2, pp.131-132.

48 Ms. f.25 verso.

49 Cf. 'al-Bayhaqī, op. cit., p.132.

Auteurs

École Normale Supérieure de Saint Cloud

Université d'Alep Syrie

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540