Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

L’écriture comme prière : le cas de Robert Le Clerc

Jean-Charles Payen

Texte intégral

  • 1 Les Vers de la Mort d’Hélinant de Froidmont (fin du xiie s.) ont été édités par F. WULFF ? et E. W (...)
  • 2 Les Vers de la Mort de Robert le Clerc ont été édités par C.A. WINDARL, Lund, Malmström, 1887. Je (...)

1Les Vers de la Mort de Robert le Clerc constituent comme le testament poétique d’un vieux trouvère arrageois qui, en expiation de ses péchés, entreprend ce long pensum de 312 douzains octosyllabiques pour la conversion de ses contemporains qu’il exhorte à partir pour la Croisade, l’œuvre date de 1269. Bile s’inscrit dans une tradition (celle d’Hélinant de Froidmont) qu’elle enrichit par un nouvel art de dire, très concret, parfois familier, presque toujours véhément, le poète interpelle avec violence son auditeur, et lui-même s’investit à mainte reprise dans le texte pour exprimer son repentir et sa foi. Ce faisant, il reste fidèle aux règles implicites d’un genre marqué par un lyrisme extrêmement personnel, déjà sensible chez Hélinant et chez ses autres émules arrageois (les poètes lépreux des Congés : Jean Bodel et Baude Fastoul)1. Je voudrais montrer en quoi la démarche même de Robert le Clerc est déjà une forme de prière ; je voudrais aussi étudier plusieurs douzains qui se présentent comme autant de prières insérées dans le texte ; mais je n’oublierai pas non plus d’examiner la place que Robert le Clerc confère à l’oraison dans la dévotion dont il se veut l’apôtre, les Vers de la Mort, cantique monumental ? J’aspire à réhabiliter ce chef d’œuvre trop méconnu dont je vais mener à bien l’édition, si Dieu me prête vie et m’accorde, pour parler comme mon "vieil antif", "deux mois de courtoisie ançois que point soit de fenir" (v. 905-906)2.

  • 3 Elle intervient strophe IV, v. 40-43, lors-qu’Hélinant évoque ses amis :
    Ainz pri Dieu, qui el cuer (...)
  • 4 Plus exactement, la strophe XIII, que P. RUELLE édite d’après le manuscrit de l’Arsenal, est une p (...)
  • 5 Cf. les v. 19 sqq. de ses Congés :
    Ne me doi mie desvoier
    Se Dix me veut mal envoier
    Pour mes griés p (...)
  • 6 En évoquant Gautier de Coincy, je pense à ses dits mariaux plus qu’à ses chansons, et je renvoie à (...)

2Le douzain octosyllabique est une forme consacrée à la mort. Il se met au service d’une poétique de l’attrition, de la crainte salutaire qui est le commencement de la sagesse. Hélinant de Froidmont s’est converti à la suite d’un événement grave, accident ou maladie, dont il a failli mourir. Retiré dans une abbaye cistercienne, il envoie la mort à ses amis pour qu’ils se souviennent de leur propre précarité et qu’ils se convertissent à leur tour. En fait, la plupart de ces personnages ont prononcé des vœux de croisade qu’ils tardent à accomplir, et les Vers de la Mort d’Hélinant constituent un somptueux sermon de propagande en faveur de la guerre sainte. Ce poème, où la prière n’est pas absente3, inaugure toute une lignée d’œuvres. En 1204, dix ans sans doute après les Vers de la Mort, Jean Bodel, devenu lépreux, chante sa mort au monde dans des strophes bouleversantes, lui aussi plaide pour la Croisade qui est en cours et qu’il n’a pas pu faire, lui aussi recourt à la prière, en particulier dans les douzains qu’il adresse à Notre Dame4. Puis s’écoule à peu près un demi-siècle, et un autre lépreux arrageois, Baude Fastoul, reprend le flambeau. Comme Jean Bodel, il rend grâces d’avoir retrouvé Dieu. Comme Jean Bodel, il ne cesse d’exprimer sa souffrance qu’il vit comme une pénitence expiatoire5. Pour ces deux mesels, l’écriture poétique est autre chose qu’une requête déguisée, destinée à leur procurer un douaire avant d’entrer en maladrerie ; elle contribue à les affermir sur la voie du salut, et à renforcer une foi que pourrait ébranler leur nostalgie du bonheur perdu, le poème, au Moyen Age, est souvent en lui-même une démarche orante. Ce qui est vrai de Gautier de Coincy le sera encore, en 1288 de Jean de Journy qui écrit une Dîme de pénitence pour la rémission de ses fautes6. Le poète pénitent renonce à la création mondaine pour mieux célébrer l’avènement du Royaume : telle va être la démarche de Robert le Clerc en 1169 lorsqu’il entreprend ce qui va sans doute être son chant du cygne.

  • 7 Tot ert fiens trésors et hautece...
    (str. XVII, v. 201)
  • 8 Avocas, qui t’escusera,
    Quant il t’esteura conte rendre ?
    Poins ert passés de consaus prendre,
    Car te (...)
  • 9 Li dampnée gent deceüe,
    Sor cui pestilence ert keüe,
    Arderont de fu desloial...
    (str. XI, v. 127 sqq.
  • 10 Mors, trai te en sus du roi de France
    Par cui crestientés s’avance !...
    (str. CXXI, v. 1441- 1442)
  • 11 Mors, tot par tout te keue ters !..
    (str. CXVII, v. 1393)
  • 12 Peciés les eles t’a tondues :
    S’avoir veus noveles et drues,
    Quier consel de te maladie !
    …..…
    Il covi (...)
  • 13 Teus cuide monter oui s’abaisse...
    (str. CXL, v. 1680)
  • 14 Sans orguel et sans reube vaire
    Ert vestus d’un povre suaire,...
    (ibid., v. 1675-1676)
  • 15 Glous, se tu as le ventre plain,
    Et te lasse ame muert de faim,
    Et de soif te geule ne caut,
    Regarde (...)
  • 16 Bourse d’aver n’est onques plaine...
    (str. CXXII, v. 1455)
  • 17 Str. CXLV sqq.
  • 18 Bertous, cui viellune fait combre,
    Mors ! peu te crient...
    (str. CIV, v. 1237-1238)
    Mors, tant avés B (...)
  • 19 Ne te fai mie daarrain
    A prendre de vie le pain,
    Por les mescreans desfier !
    (str. CXXXVIII, v. 1651- (...)
  • 20 K’atent dont de France li rois
    Et Robers, li sires d’Artois,
    Qui ne metent le guère a fin
    C’userier o (...)

3Les Vers de la Mort ressassent longtemps, avec un mélange de magnificence et de verve familière, tous les lieux communs sur la précarité des grandeurs terrestres7, l’effroi du jugement8, l’horreur de l’enfer9. La langue est souvent somptueuse10 et parfois triviale11. Elle recourt à de puissantes images12 et à une multitude de proverbes13 ; et surtout, elle dénonce la vanité du luxe mondain14, la damnation probable du gloton perdu par sa gula15, la rapacité insatiable de l’aver16 et de l’usurier contre lequel s’acharne Robert le Clerc dans un grand nombre de strophes17. Sa bête noire est un riche bourgeois d’Arras nommé Bertous, qu’il invective avec violence dans les strophes CIV et CV18. Mais les Vers de la Mort sont aussi un ardent plaidoyer pour la croisade, et sur ce point, ils se conforment à la typologie du genre inauguré par Hélinant. Le discours sur la croix qu’il convient de prendre intervient à partir de la strophe CLIII, après une série de douzains dévolus à la Vierge (CXXVI - CXXIX). L’objet de l’ost n’est pas seulement la libération de la Terre sainte et la rémission des péchés qu’a pu commettre le virtuel croisé, mais il est aussi la conversion des sarrasins qu’il faut contraindre à l’abjuration19. L’usure conspire à empêcher la croisade20 : allusion aux difficultés que rencontrait l’Eglise à faire payer la décime que devait financer l’expédition, le mal universel procède en grande partie de l’argent qui corrompt les avocats (str. CLXVIII sqq. ) et même l’official dont la charge est de présider au tribunal d’Eglise (str. CLXXIV). La fin du poème flétrit l’attachement immodéré à la chair. L’avant-dernière strophe (CCCXI) est une ultime requête à Notre Dame ; elle est suivie d’un douzain qui, loin de clore le poème, lance un nouvel assaut contre l’homme cupide qui subit la soif de l’or : j’en déduirais volontiers que le poète n’a pas achevé son ouvrage, et qu’il l’a abandonné, peut-être pour des raisons de santé, à la fin de l’année 1269 : la mort, en effet, a exaucé Robert le Clerc et lui a laissé trois ans de répit et non deux mois, puisque selon le nécrologe de la Confrérie des Jongleurs et Bourgeois d’Arras, il meurt seulement le 1er Octobre 1272. Mais entre temps, la croisade qu’il souhaitait a eu lieu, et le roi de France y a péri : pas un mot sur ces événements qui auraient prêté à de vastes commentaires. J’imagine volontiers que les Vers de la Mort sont donc demeurés suspendus, leur auteur n’étant plus capable de les mener à bien. Le manuscrit de Pavie condense cet ensemble et lui donne une certaine cohérence, mais il est très fautif dans le détail : c’est pourquoi je me fie au manuscrit A (B.N.fr.375) où l’œuvre ne parvient pas à se conclure ; cette version est en effet l’œuvre du scribe Jean Mados, neveu d’Adam de la Halle, qui connait bien le dialecte arrageois, et qui commet relativement peu de bourdes dans sa transcription. Or, elle met en lumière (comme d’ailleurs les deux autres versions) l’inachèvement d’un texte qui porte en lui, comme le Requiem de Mozart, la blessure béante de la fatalité qui interdit à tant de créateurs de finir le monument funéraire par eux érigé à leur propre mémoire. Si tel est le cas, on devine l’angoisse du poète, épouvanté par sa fin prochaine, et l’on comprend mieux la place qu’il confère dans son texte à la prière. Plus précisément, l’écriture est alors prière, et Robert le Clerc se prépare à mourir en chantant le chant de la mort, comme son maître Hélinant y invite ses auditeurs dans ce passage célèbre :

Mors, va m’a çaus qui d’amors chantent
Et qui de vanité se vantent,
Si les apren si a chanter
Corn font cil qui par ce t’enchantent...
Que tu nés puisses sozplanter.
Morz, tu ne sais çaus enchanter
Qui le tien chant suelent chanter
Et la paor Dieu en enfantent :
Cuers qui tel fruit puet enfanter,
Por voir le puis acreanter,
Que nul tien gien ne le sozplantent.(str. II)

  • 21 Voir Isidore de Varennes, Convenationes. in Archivum latinitatis medii aevi (Bulletin Du Cange), X (...)

4L’écriture comme prière méritoire qui concourt au salut, tel est le sens de la strophe LXXVI où le poète rappelle à la mort qu’il lui a par sa voix conféré une autorité universelle (au sens littéraire du terme auctoritas, qui implique une parole savante, au-dessus de toute contestation possible)21. Au terme de sa démarche, Robert le Clerc aura mérité le pardon divin de tous ses péchés antérieurs. Voici cet étonnant douzain, nui n’est pas facile à comprendre :

Mors, s’a nului pues estre amie,
Robert le clerc n’oublie mie !
Bien te doit de lui souvenir.
Quant sor tos t’a auctorisïe,
Fai l’ent deus mois de cortoisie,
Ançois que poins soit de fenir !
Teus k’en lanweur puisse tenir
Sen cors en espoir d’espenir
les meffais dont s’ame est soullïe.
Dieus ert avoec au covenir,
S’ert seürs d’a droit port venir.
Bontés doit bien estre merïe.

5(Mort, si tu peux être amie de quelqu’un, n’oublie pas Robert le Clerc ! Il est juste qu’il te souvienne de lui. Puisqu’il t’a donné autorité sur tout, accorde-lui deux mois de répit avant qu’advienne l’heure de sa fin, en sorte qu’il puisse au moins survivre languissant, mais avec l’espoir d’expier les péchés dont son âme est souillée. Dieu ne l’abandonnera pas au jugement, et il sera sûr de venir à bon port : la grâce doit se mériter).

6La mort est ici métaphorique d’un destin que le poète voudrait providentiel. Elle ne se prie pas puisqu’elle ne saurait être l’amie de personne, pas même de son porte-parole ; elle est seulement invitée à se montrer un peu moins aveugle en se souvenant de celui qui l’a chantée, pour lui laisser le temps de se réconcilier pleinement avec Dieu par la finition de son entreprise. Robert le Clerc réaffirme ainsi ce qu’il a déjà dit str. IX, dans une authentique prière :

Ains que par mort soie dontés,
Pri Diu tant me face bontés
K’a lui crier merci ne faille (v. 97-99)

  • 22 Mors, quant me caroigne presistes,
    Çou que devés faire fesistes :
    Paier me fait çou k’ainc ne bui...(...)

7Dès ce moment apparait le je du poète, un je qui n’est pas ambigu, et qui ne saurait se confondre avec celui de l’âme lorsqu’elle reproche au corps les égarements qui l’ont précipitée dans l’abime22, ni avec celui de l’homme en général, ce je impersonnel qui est celui de maint proverbe ou sentence ("Se je t’aim, tu me dois amer", v. 2313). Ce je est cependant exemplaire, dans la mesure où sa trajectoire, d’une jeunesse dissipée à une vieillesse pénitente, est celle de la plupart des individus ; lui aussi est tombé dans le piège de l’argent, mais il quittera ce monde aussi dépourvu que l’enfant qui vient de naître :

Povres ving, povres m’en rirai ;
Con plus vesqui, plus empirai ;
Ainc a bien faire n’entendi,
de mort ne me remirai.
Gratés me sui ; dont, me cuirai.
Assés acru, riens ne rendi.
Le tans que Dieus a fait vendi.
Bien fu qui le me deffendi.
A me fin sui, tout gehirai.
C’est de vrai cuer quanques j’en di.
Vrais Dieus, herbegiés cest mendi !
Car je ne sai u je girai.

8C’est de vrai cuer quanques j’en di : cette protestation de sincérité dissipe toute équivoque et transforme en confidence ce qui pouvait passer pour une sorte d’énoncé unanime. Robert le Clerc insiste volontiers sur sa déchéance physique, et presque toujours, l’aveu est suivi de la prière, comme dans la strophe CII :

……
Me maisons n’est c’uns povres cors,
Praille dedens, fraille dehors ;
Par tous les angles voit li mors.
Trop dout k’anemis n’i sorviegne
Bouter le fu es quatre cors.
Peu me vauroit crier "ahors" :
Por çou pri Diu c’ançois i viegne.

9(Ma maison n’est qu’un pauvre corps, fragile dedans, fragile dehors ; la mort y circule par tous les angles ; j’ai très peur que le diable n’y pénètre pour y mettre le feu aux quatre coins. Il me serait inutile de crier : "Aïe !" Aussi prié-je Dieu de le devancer).

10Cf. aussi la str. CX :

  • 23 La strophe suivante (CXI) exprime l’aveuglement du poète qui se sent indigne (Pechiés me tient des (...)

Mors, j’ai droit, se je te resoigne :
Force, jovens, santés m’esloigne ;
Ne puis çou que seul endurer.
Tos boins castois m’estoit antroigne ;
Et tos biens a faire, vergoigne.
Las ! Je cuidai tos jors durer.
Trop empris fort toile a curer ;
Ainc ne me peuc amesurer.
Or pri Diu que tel sens me doigne
Qui ne me laist desseürer,
Mais de s’amour asseürer,
Selonc çou qu’il set me besoigne23.

11(Mort, il est normal que je te craigne : force, jeunesse et santé s’éloignent de moi ; je n’ai plus ma résistance de naguère. Toute saine remontrance me faisait rire, et j’avais honte à bien agir. Hélas ! Je croyais vivre toujours. J’ai entrepris une lessive trop lourde ; jamais je n’ai su garder la mesure. A présent, je prie Dieu de me donner la sagesse de ne pas désespérer et d’être sûr de son amour puisqu’il sait ce dont j’ai besoin).

  • 24 Je souscris sur ce point aux hypothèses de Cl. THOMASSET qui rédige une thèse sur des traités de m (...)

12Ou bien encore, la prière est implicite, mais non transcrite au style direct, comme dans cette strophe LVIII où le poète insiste déjà sur la démesure et l’insouciance d’une vie gaspillée au service du jeu et peut-être, de la luxure24 :

Mors, se pieç’a fuisse curés,
Par consel de prestres curés,
En mi n’eüst souros né boce.
Mais par çou sui desmesurés,
K’en jouvent fui asseürés.
Or est bien qui le me reproce :
Viellune, qui le main me noce,
Que ne puis le dé metre en coce,
Qui mes deduis m’a enjurés.
Mais raisons par tant me racoce,
Qui me dist : "fai tant que Dieus t’oce !
Encor seras boins eürés."

13(Mort, si j’avais été plus tôt purifié par le conseil d’un directeur de conscience, il n’y aurait en moi ni tumeur ni goître, mais ma démesure est d’avoir cru en ma jeunesse. Bien agit qui me le reproche : vieillesse, qui fait trembler ma main au point que je ne puis mettre le dé dans le cornet, et qui m’a détourné de mes plaisirs. Mais Raison, enfin, me ramène dans la bonne voie, et elle me dit : "Fais en sorte que Dieu t’entende : tu connaîtras de nouveau le bonheur").

  • 25 Celui k’ai servi guerpirai ;
    De cuer et de cors servirai
    Le soverain roi deboinaire. (v. 2410-2412)
  • 26 Vrais Dieus ! De si grant poverté
    Fesis men cors plain d’enferté,
    Que ne me puis mais soustenir.
    De m (...)

14On pourrait continuer et analyser d’autres strophes où Robert le Clerc épanche son repentir et sa volonté de servir le Souverain Roi. Ainsi de la strophe CCI25 ou de la strophe CCXXX qui s’ouvre sur une interpellation au Vrai Dieu26. Les Vers de la Mort sont en quelque sorte ponctués de prières où le poète cesse d’invectiver les autres et se recueille sur lui-même, comme s’il avait besoin de ce ressourcement pour nourrir son inspiration. Ce faisant, il affiche une démarche qu’il voudrait probablement exemplaire ; le chemin qu’il trace est celui qu’ont à suivre tous les pécheurs, et l’auditoire est donc invité de façon discrète à pratiquer le programme que l’auteur s’applique à lui-même et qu’il définit str. LXX :

Juners, velliers, en orison,
Faire droite confession (v. 835-836),

15sans oublier la satisfaction, l’austérité réparatrice, qui contribue a la warison, au salut de l’âme pécheresse (v. 838-839). Etape capitale de cette quête, l’oraison, que lui-même a certainement cultivée avec une dévotion particulière, à en juger par la compétence dont témoigne dans ce domaine la fin de la str. XXVII :

Ja vois tu bien que Dieus t’apele,
Les bras tendus, en se nacele,
Qui de tot sen cuer te désire... (v. 322-324)

  • 27 Mors, trop petit fustes plourée,
    Quant Dieus de le lance amourée
    Reçut por estre a tous amis.
    Dont se (...)
  • 28 Dois tu vivre a wise de kien ?
    Ne tu ! Mais de boin crestiien.
    C’est honors du siècle despire
    Et dire (...)

16L’oraison est en effet une dévotion qui consiste à faire le vide en soi-même pour mieux contempler en esprit le Christ crucifié : l’orant y découvre ce qui le retient à la chair et au monde et ce qui, au contraire, l’attire vers le Dieu d’Amour ; il prend conscience de la charité divine dans son immensité ; il aspire à rejoindre le Seigneur sur la nef d’Espérance. Au cœur du mystère chrétien, tout converge vers le Calvaire, vers cette croix qui est à la fois le gibet du Golgotha, l’épreuve du croyant, émule de Simon de Cyrène, et l’emblème du futur croisé. Robert le Clerc s’émeut de la souffrance divine du Calvaire27 ; il veut que chacun écrive en son cœur la mort du Messie28 ; il insiste une nouvelle fois sur la figure de Jésus qui vient à la rencontre du pécheur, dans un douzain qui marie avec bonheur le je du poète et le tu de l’auditeur à convertir :

Mors, quant por jovenes fu tenus,
Ainsques peciés, grans né menus,
Nul jor ne me pot anoiier :
Or sui vieus, frailles et kenus,
Si port a Diu tôt men refus
Dont ne le puis mais guerroiier.
Gentieus cuer l’i fait avoiier,
Quant, par merci de cuer proiier,
Vient contre mi, les bras tendus.
Por çou ne te dois cointoiier.
Contre un qui dessert tel loiier,
En voit on.C. mile perdus, (str. CVIII)

17(Mort, tant qu’on me rangeait parmi les jeunes, jamais péché grand ou petit ne parvint jamais à troubler ma conscience : à présent, je suis vieux, fragile et chenu, et je porte à Dieu la somme de ma révolte, alors que je suis devenu impuissant à me rebeller contre lui. Son cœur généreux lui fait prendre le chemin d’Amour, quand, à force de m’écouter lui demander merci, il vient à ma rencontre les bras ouverts ! C’est pourquoi tu as tort de te pavaner ; en face d’un seul qui mérite tel salaire, on en voit cent mille qui se perdent.)

18La méditation sur la Passion traverse elle aussi les Vers de la Mort et revient interrompre ou mieux relancer l’invective à de nombreuses reprises, comme dans la strophe CCXCIII, qui est une saisissante illustration de ce culte du crucifix dont l’art du xiiie siècle donne tant de témoignages :

  • 29 Cette strophe est semble-t-il fautive. Je substitue la leçon peciés à celle du manuscrit de base q (...)

Pense que fist li rois des rois
Qui des peciés : porta se crois,
U il l’esteut crucefiier !
Estendus i fu por tes drois,
K’apareüst novele lois
Qu’il vaut a tous depuliier :
Piés et mains laissa claufiier ;
Plus vil mort ne sot espiier
Que cele fu. Dont est ce drois
Qu’il puist par haussage priier,
C’on ne voelle amor otriier
Fors c’a lui qui tant fu cortois29.

19(Pense à ce que fit le roi des rois qui porta sa croix pour nos péchés jusqu’à l’endroit où il devait être crucifié. Il y fut étendu pour que tes droits fussent restitués, et pour qu’apparût la nouvelle foi qu’il voulut publier à tous ; il ne pouvait chercher mort plus infâmante que celle-là. Aussi, est-il juste qu’il exige impérieusement d’être aimé de façon exclusive, lui qui s’est montré si généreux).

  • 30 Dieus atent que pechieres ruise,
    Et quant plus peke, plus l’en prie.
    (str. XXI, v. 250-251)
  • 31 Se tu veus paradis eslire,
    Il te covient te car despire,
    Encontre ses delis tirer,
    (str. XXIV, v. 283 (...)

20Prière d’oraison, pleine d’effusion mystique, la contemplation à laquelle nous invitent les Vers de la Mort est le couronnement d’une progression spirituelle qui commence par l’attrition ou crainte salutaire avec sa requête propre, tendue vers le pardon et vers l’obtention de la grâce suffisante30 ; puis vient le moment de l’ascèse, marquée par le renoncement au monde31 : alors le pénitent doit demander à Dieu de l’aider à accomplir sa volonté ("Vrais Dieus, fai me tel com tu veus", v. 232). La suite du texte occulte un peu cette dévotion du cœur, puisqu’elle prône un engagement actif qui est celui de la croisade. Il reste que Robert le Clerc inscrit dans son lyrisme une expérience contemplative qui est, me semble-t-il, indéniable et qui caractérise la foi de ses vieux jours. Sans avoir quitté le siècle, il se sent proche de Cîteaux dont la règle lui parait un modèle absolu de perfection chrétienne :

Faisons dont de Cistiaus no mue !
Wastons i no car vermolue
Qui riens ne vaut, cuite né crue,
Fors por nos pechiés espenir ! (V. 594-597)

21(Faisons donc de Cîteaux, la cage de notre mue ! Dévastons-y notre chair vermoulue qui, cuite ou crue, ne vaut rien, si ce n’est comme moyen d’expier nos péchés...)

22Ainsi se présente la prière dans les Vers de la Mort. Si verbeux qu’il soit, ce poème ne manque pas de puissance. Il contient des passages somptueux, comme ce tercet que je me complais à citer :

Te caroigne, c’est te kerue ;
S’ele n’est a sen droit tenue,
Tu pers et paine et ahanage (v. 442-444)

23(Ta chair périssable, c’est ta charrue ; si elle n’est pas tenue comme il faut, tu perds ta peine et ta fatigue.)

24Ce monumental ensemble participe d’une grande poésie chrétienne et s’inscrit dans une tradition qui va d’Hélinant à Péguy et Claudel en passant par d’Aubigné. Robert le Clerc, dans cette lignée prestigieuse, ne fait pas piètre figure. Il a de l’éloquence et sait, quand il le faut, manifester ses dons de visionnaire. Pour lui aussi, l’écriture est déjà prière, et c’est dans la prière qu’il se dévoile avec le plus d’intensité ingénue. C’est un annonciateur du Royaume dont la voix rude évoque celle des prophètes bibliques. Il mérite de figurer dans les anthologies et d’être reconnu à sa juste valeur. Je me vouerai sans défaillir à la diffusion de son œuvre, sans pour autant souscrire à la sévérité de son message.

DISCUSSION

25Réponse de J. Ch. PAYEN aux interventions sur son exposé :

26Hélinant de Froidmont est un auteur aristocratique. La conversion à laquelle il appelle passe par Cîteaux pour certains de ses destinataires, mais il reste que beaucoup d’autres sont des chevaliers ou des nobles qui se sont engagés à prendre la croix ; et s’il dénonce parfois l’usure, lorsqu’il se livre à une critique économique, c’est à l’exploitation des vilains et des serfs par la noblesse qu’il pense.

27Robert le Clerc, lui, participe qu’on le veuille ou non d’une poétique de la sincérité qui éclaire la lecture de son texte, et lorsqu’il écrit : "C’est de vrai cuer quanques j’en di", l’investissement du moi dans le texte est une réalité de fait. Quand à critiquer son christianisme par le fait qu’il demande deux mois de répit, c’est oublier d’une part son souci d’espenir, de racheter totalement ses péchés avant de mourir, et surtout méconnaître l’importance, pour lui, de l’achèvement de son œuvre, que je persiste à considérer comme une tâche à la fois esthétique et purificatrice.

Notes

1 Les Vers de la Mort d’Hélinant de Froidmont (fin du xiie s.) ont été édités par F. WULFF ? et E. WALBERG, Paris, 1905, (Société des Anciens Textes français). Les Congés arrageois ont été édités par P. RUELLE, Paris, P.U.E., 1965.

2 Les Vers de la Mort de Robert le Clerc ont été édités par C.A. WINDARL, Lund, Malmström, 1887. Je suis en train de les éditer moi-même pour Qu’ils soient publiés dans les Classiques français du Moyen Age.

3 Elle intervient strophe IV, v. 40-43, lors-qu’Hélinant évoque ses amis :
Ainz pri Dieu, qui el cuer m’a mis
Que ce li soille qu’ai pramis,
Qu’il lor doint longe vie et grace
De bien vivre tot lor espace.
Le v. 41 laisse entendre que l’écriture du poème est l’accomplissement d’un vœu, celui que le poète aurait prononcé alors qu’il craignait de mourir précocement.

4 Plus exactement, la strophe XIII, que P. RUELLE édite d’après le manuscrit de l’Arsenal, est une prière mariale et la strophe ultime de cette version (XLIII) est un adieu à la relique arrageoise de la Sainte Chandelle donnée par la Vierge à deux jongleurs au cours d’une épidémie. Voici le début de la strophe XLII :
Dame, cui Diex est pere et fis,
Vueillez que ne soit desconfis
Mes cuer...

5 Cf. les v. 19 sqq. de ses Congés :
Ne me doi mie desvoier
Se Dix me veut mal envoier
Pour mes griés peciés espenir :
A boin port me veut avoier...

6 En évoquant Gautier de Coincy, je pense à ses dits mariaux plus qu’à ses chansons, et je renvoie à la fin du t. IV de l’édition F.KOE-RIG (Genève, Droz, 1970) pp. 544, non sans souligner l’analogie entre les quatrains d’alexandrins monorimes des Saluts Notre Dame et la manière très répétitive de Charles Péguy. Quant à la Dîme de pénitence, c’est un traité en octosyllabes à rîmes plates qui s’inspire du De vera et falsa Poenitentia attribué (à tort) à saint Augustin. Voir l’éd. M. BREYMANN, Breslau, 1874 (Bibl. des lit. Vereins in Stuttgart) et J. Ch. PAYEN, le motif du repentir dans la littérature française médiévale, Genève, Droz, 1967, pp. 569 sqq.

7 Tot ert fiens trésors et hautece...
(str. XVII, v. 201)

8 Avocas, qui t’escusera,
Quant il t’esteura conte rendre ?
Poins ert passés de consaus prendre,
Car tes pechiés t’acusera....
(str. XLIV, v. 519 sqq.)

9 Li dampnée gent deceüe,
Sor cui pestilence ert keüe,
Arderont de fu desloial...
(str. XI, v. 127 sqq.)

10 Mors, trai te en sus du roi de France
Par cui crestientés s’avance !...
(str. CXXI, v. 1441- 1442)

11 Mors, tot par tout te keue ters !..
(str. CXVII, v. 1393)

12 Peciés les eles t’a tondues :
S’avoir veus noveles et drues,
Quier consel de te maladie !
…..…
Il covient que tu te desnues
D’avoir, aquis par trekerie,
Se voler veus en liu de vie,
Et k’en le crois tes pennes mues.
(str. CXLIII, v. 1708-1710 et 1713-1716)

13 Teus cuide monter oui s’abaisse...
(str. CXL, v. 1680)

14 Sans orguel et sans reube vaire
Ert vestus d’un povre suaire,...
(ibid., v. 1675-1676)

15 Glous, se tu as le ventre plain,
Et te lasse ame muert de faim,
Et de soif te geule ne caut,
Regarde ten jor primerain,
Le moien et le daarain !
S’i troveras que riens ne vaut
Gloutenie, qui si t’assaut,...
(str. CXXXI, v. 1561 sqq.)

16 Bourse d’aver n’est onques plaine...
(str. CXXII, v. 1455)

17 Str. CXLV sqq.

18 Bertous, cui viellune fait combre,
Mors ! peu te crient...
(str. CIV, v. 1237-1238)
Mors, tant avés Bertoul tracié,...
(str. CV, v. 1249)

19 Ne te fai mie daarrain
A prendre de vie le pain,
Por les mescreans desfier !
(str. CXXXVIII, v. 1651-1653)

20 K’atent dont de France li rois
Et Robers, li sires d’Artois,
Qui ne metent le guère a fin
C’userier ont contre le crois ?
(str. CLXII, v. 1933-1936)

21 Voir Isidore de Varennes, Convenationes. in Archivum latinitatis medii aevi (Bulletin Du Cange), XXXIV, 1964. pp. 99 sqq. (Compte-rendu des colloques de la Société thomiste sur la notion d’auctoritas).

22 Mors, quant me caroigne presistes,
Çou que devés faire fesistes :
Paier me fait çou k’ainc ne bui...
(str. LXXXIX, v. 1057-1059)

23 La strophe suivante (CXI) exprime l’aveuglement du poète qui se sent indigne (Pechiés me tient desous le suel, v. 1321) et qui déplore que la souillure ne lui permette plus de communion spirituelle avec Dieu, (... Que Diu ne voi, né Diu ne sai, v. 1328) ; mais tout le passage est imprégné par la ferveur de l’espérance (Par espérance me rapai, v. 1323 ; Mais, en men cuer atiserai Tel fu de coi je l’arderai. Se Dieus me veut, et je le voel. v. 1330 1332)

24 Je souscris sur ce point aux hypothèses de Cl. THOMASSET qui rédige une thèse sur des traités de médecine en ancien français et qui croit à l’existence des maladies vénériennes dans l’Occident médiéval. Cl. THOMASSET étudie dans cette optique le mythe de la, "femme venimeuse" dont le sexe est empoisonné. Malheureusement, à ma connaissance, l’exposé qu’il a fait dans le cadre du séminaire de Daniel POIRION à l’Ecole Normale Supérieure en 1979 est encore inédit.

25 Celui k’ai servi guerpirai ;
De cuer et de cors servirai
Le soverain roi deboinaire. (v. 2410-2412)

26 Vrais Dieus ! De si grant poverté
Fesis men cors plain d’enferté,
Que ne me puis mais soustenir.
De moi né d’autrui n’ai pité.
Secoures me de caritè ! (v. 2749-2753)

27 Mors, trop petit fustes plourée,
Quant Dieus de le lance amourée
Reçut por estre a tous amis.
Dont se chars fu descoulorée ;
(str. LXXIX, v. 937 sqq.)
Pensons que par no mespresure
Fu Dieus estendus en le crois !
(str. LXXXI, v. 968-969)

28 Dois tu vivre a wise de kien ?
Ne tu ! Mais de boin crestiien.
C’est honors du siècle despire
Et dire : "Sire, a vos me tieng ;
Je lais tot avoir terrien
Por vo mort en men cuer escrire."
(str. LXXXVI, v. 1027-1032)

29 Cette strophe est semble-t-il fautive. Je substitue la leçon peciés à celle du manuscrit de base qui transcrit : des periers v. 3505 ; je ne comprends pas le sens de ce terme dans le contexte.

30 Dieus atent que pechieres ruise,
Et quant plus peke, plus l’en prie.
(str. XXI, v. 250-251)

31 Se tu veus paradis eslire,
Il te covient te car despire,
Encontre ses delis tirer,
(str. XXIV, v. 283-265)
Tien te as durs lis, lai ceus de plume !
(str. XXXIII, v. 394)

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540