Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

Prières au cours de tempêtes en mer

Jean Larmat

Texte intégral

1Dans plusieurs textes français du xiie siècle surviennent des tempêtes en mer au cours desquelles des prières sont adressées à Dieu ou à Dieu et à des saints. Si la description de la tempête s'inspire plus ou moins directement de Virgile qui imitait Homère, les prières apparaissent comme un élément original dans la mise en œuvre d'un motif devenu banal.

2Depuis l'antiquité, la mort en mer est redoutée parce qu'elle prive d'obsèques le défunt. Peut-être est-ce pour cette raison que la tempête en mer devient vite un ornement traditionnel de l'épopée ; mais il n'y a pas de prières formulées dans l'Odyssée et dans l'Enéide, tandis qu'on en trouve dans Guillaume d'Angleterre, dans le lai d'Eliduc, dans la Chronique des ducs de Normandie de Beneit et dans le Tristan de Thomas. Ce sont elles que je me propose d'étudier très sommairement.

***

  • 1 "écoute-moi, seigneur dont j'ignore le nom. Je viens à toi, que j'ai si longtemps appelé ; "Homère (...)

3Ulysse (Odyssée, V, 292-450), bien qu'il soit secouru par Ino Leucothéa, loin de prier les dieux, craint un piège de leur part. Il n'invoque pas Pallas Athèna, qui intervient en sa faveur, ni Zeus, qui rend la terre à ses yeux ; il craint Poséidon. C'est seulement après avoir abordé à l'embouchure d'un fleuve, qu'il prie le dieu fluvial d'avoir pitié de lui. A-t-il appelé longtemps, comme il le prétend alors, un sauveur inconnu ?1

  • 2 Virgile, Enéide, trad. d'André Bellessort du vers 1, 199 : "dabit deus his quoque finem, "dans son (...)
  • 3 "et duplices tendens ad sidera palmas", id., ibid., vers 93.

4De même, Enée se contente de gémir dans la tempête, qu'apaise Neptune. Il attend le repas que prennent les Troyens sur la plage pour encourager ses compagnons en leur rappelant que" la Divinité mettra un terme à leurs maux" (Enéide. 1, 80-2072). Un problème difficile à résoudre : peut-on considérer comme une prière le regret d'Ulysse que reprend Enée : "Trois et quatre fois heureux les Danaens qui /.../ tombèrent dans la plaine de Troie !" (306-307). Enée prend l'attitude de l'orant3, mais l'importance de la formulation des prières à Rome rend cette interprétation difficile.

***

  • 4 Chrétien de Troyes, Guillaume d'Angleterre, éd. Maurice Wilmotte, Paris, 1962.
  • 5 V. note de Robert Marichal à l'Index nominum de son édition de Rabelais, Le Quart Livre de Pantagr (...)

5Dana Guillaume d'Angleterre4, nous trouvons une curieuse prière collective. Au début, un appel pressant à saint Nicolas, invoqué parce que, dans la lectio V de son office5 on lit que, se rendant en Palestine, il apaisa une tempête. Mais les suppliants savent que les saints ne peuvent être que des intercesseurs ; ils demandent donc à saint Nicolas d'obtenir de Dieu qu'il ait pitié d'eux et apaise les vents, qui se disputent pour rien. Ce qui donne lieu à une digression : en se faisant la guerre, les vents tuent les hommes sans risques pour eux-mêmes ; ils sont les seigneurs de la mer ; ainsi, sur la terre, les seigneurs s'amusent à brûler les châteaux. Le romancier profite en quelque sorte de la prière pour condamner les guerres seigneuriales. Elle s'achève par un appel direct à Dieu, appel rendu pressant par l'exclamation qui donne le ton, par le car qui renforce l'impératif exhortatif, par la reprise de l'apostrophe, par le mouvement anaphorique. Mais les suppliants s'aperçoivent qu'ils ont de l'audace d'estimer que les vents ont bien assez soufflé. Aussi déclarent-ils respecter la décision divine : "S'il vos venoit a volanté"(2332). Prière tout à fait orthodoxe dans le rôle attribué aux saints et dans l'attitude à l'égard de Damediu (2334). Si la tempête dura trois jours, personne ne fut noyé et le bateau ne fut pas perdu.

***

  • 6 Les Lais de Marie de France, éd. Jean Rychner, Paris, 1969. V. aussi : Les Lais de Marie de France(...)

6Dans Eliduc, Marie de France6, maître de l'abbreviatio, rapporte au style indirect, la prière de l'équipage et des passagers (821-25). Tous implorent Dieu pieusement et prient saint Nicolas et saint Clément et" ma dame sainte Marie" :

Deu recleiment devotement,
Seint Nicholas e seint Clement,
E ma dame seinte Marie
Que vers sun fiz lur querge aïe,

  • 7 V. Légende dorée, ο.c., Il, p. 219-220.

7Pourquoi prier saint Clément ? Parce que, disait-on, il avait, pendant un an, conservé la vie d'un enfant que la mer avait submergé près de son tombeau7 (II, 219-20) Ainsi Dieu seul peut les sauver ; c'est de lui que dépend ou leur mort ou leur vie ;

  • mais le rôle des intercesseurs n'est pas négligeable : ils demanderont à Dieu d'écouter favorablement la supplication des malheureux8. Saint Nicolas apparaît encore comme l'avocat auprès de Dieu des marins en péril, mais saint Clément a les mêmes attributions ;
  • tel est aussi le rôle de celle qu'on n'appelle pas encore Notre-Dame dans les textes littéraires, rais que les Cisterciens désignent de ce nom depuis la première moitié du siècle9 et à qui l'on commence à consacrer des cathédrales ; citée la dernière pour mettre en lumière le rapport privilégié qui l'unit à Dieu et qui donne plus de poids à son intervention. Deux points ambigus seulement : dans le vers 824 : "Que vers sun fiz lur querge aïe, le verbe est au singulier ; il peut donc concerner uniquement la Vierge Marie, il peut aussi avoir pour sujet la Vierge et les saints ;10
  • le vers 801 s'adresse à Dieu. Les suppliants semblent faire une distinction entre deux des personnes divines : Dieu le Père, puissance abstraite et le Dieu incarné plus accessible aux prières. Une théologie rudimentaire se manifesterait dans cette très brève prière.

***

  • 11 Benoît, Chronique des ducs de Normandie, éd. Carin Fahlin, Uppsala, 1951, v. 4271-4336.
  • 12 Rollon invoque Dieu comme "tout-puissant, vrai Lieu, Très Haut" : "Omnipotens, veirs Dex, autisme" (...)
  • 13 Dire, qui les mers tiens e serres, Qu'eus ne covrent totes les terres E que ev ses tres crueus und (...)
  • 14 "D'eus sui estraiz com chiens sanz lei, Plein de peché e de deslei." 4309-10
  • 15 "Sire, tex est ton saint segrei ; Penser ne sai ne je ne dei Com grant chose c'est a comprendre ;" (...)

8Dans la Chronique des Ducs de Normandie11, Rollon, encore païen, s'adresse au dieu des Chrétiens. Il commence par célébrer la toute puissance de Dieu ; prière d'adoration, longue captatio benevolentiae de 31 vers, presque la moitié de la prière, puis il insiste sur son indignité de païen et de pécheur (12 vers). La deuxième partie de la prière comprend deux demandes : que Dieu ne lui refuse pas de devenir chrétien, bonheur qu'il espère et qu'on lui a promis (4314-4324) ; si Dieu attend quelque chose de lui, qu'il calme cette horrible tempête où tous risquent de périr. La première partie prépare la seconde, non seulement parce que la toute puissance divine s'y voit proclamée12 mais parce que Rollon prend soin de préciser que Dieu maintient les mers dans leurs limites et les empêche de noyer toutes les terres sous leurs ondes13. En rappelant son désir du baptême, il incite Dieu à le sauver. Il ne s'adresse qu'à Dieu ; il ignore ou néglige les intercesseurs. Enfin, il fait preuve d'humilité, vertu majeure, se disant extrait d'une race de chiens14, parlant de son "povre petit d'esprit"(4324)15.

***

  • 16 Thomas, les Fragments du roman de Tristan, ed. Bartina H. Wind, Geneve, 1960, fragment Douce. V. a (...)

9Dans le Tristan de Thomas16, c'est Iseut que l'on entend : elle prononce un admirable chant d'amour qui est en même temps une prière (1613-1696). Le couplet est un dialogue à une voix, une conversation tendre avec Tristan à qui elle parle comme s'il était présent. Entre eux deux, un obstacle : Dieu, qui punit sans doute les amants coupables. Iseut fait allusion à sa toute-puissance, mais sans s'adresser directement à lui. A six reprises, elle le nomme, trois fois comme responsable de leur malheur :

Deus ne volt pas que jo tant vive
Que jo Tristran mun ami veie ;
1616-17

10Le châtiment divin est double. Dieu refuse leur réunion et il veut qu'elle soit noyée en mer. Quant à elle, la mort lui serait indifférente, si elle avait vu son ami, mais elle souffre à la pensée que Tristan mourra de ne pas la revoir.

Se Deus volsist, jo venisse,
De vostre mal m'entremeïsse,
1627-28

11L'irréel du passé se substitue au présent de l'indicatif. Sa seule douleur tient à l'impossibilité où elle se trouve de venir en aide à Tristan.

De la meie mort, ne m'est ren :
Quant Deu la volt, jol vul ben :
1635-36

  • 17 Luc, 1, 37. V. aussi, Matt., 19, 26 et Luc, 18, 27.

12Puisque son sort et celui de Tristan sont indissolublement liés, Tristan s'est certainement embarqué pour aller à sa rencontre et périra noyé. Sur quoi, elle se met à rêver : un poisson pourrait les manger ; alors, on trouvera peut-être leurs corps dans le poisson, on les reconnaîtra et on les enterrera en grand honneur comme il convient pour un amour tel que le leur. Rêve irréalisable ? Non, puisqu'à Dieu rien n'est impossible :17

13E ! se Deu le vult, si estuet. 1664 Tout dépend donc de la volonté de Dieu. Bref moment d'espoir. Il n'y a pas, hélas ! d'illusion à se faire. Tristan ne peut se trouver sur la mer. Une consolation cependant : Tristan n'apprendra jamais sa mort ; il vivra longtemps après elle, car il guérira," se Deu plaist" (1675). Iseut ne sait plus que faire ni que penser. Mais elle désire Tristan plus que tout. Passion ardente qui fait oublier le ciel et l'enfer dans ce tête à tête sous le regard de Dieu maître du monde et de leur destinée. Alors, elle se décide, non pas à prier directement Dieu, peut-être parce qu'elle se sent coupable, parce qu'elle n'ose pas, ou parce qu'elle en veut a Dieu, mais à formuler un vœu qui est une supplication :

Deus nus doinst ensemble venir
Que jo, amis, guarir vus puisse,
U nus dous murrir d'une anguisse !
1692-94

14Iseut ne pense qu'à elle et à Tristan, non à ses compagnons de malheur ; elle ne prie pas pour eux, elle ne se repent pas ; elle ne manifeste pas de contrition. Maie il s'agit bien d'une prière, d'abord implicite que l'on sent à travers les plaintes et les reproches à Dieu d'avoir voulu cette situation et cette séparation, puis d'une demande qu'elle ose enfin prononcer après avoir longtemps hésité. Elle supplie le Tout-Puissant par amour pour Tristan. Ιci, pas de saint Nicolas ni de saint Clément, pas de "ma dame sainte Marie". La pécheresse ne connaît que Dieu ; il serait presque le dieu d'Athalie "Impitoyable Dieu, toi seul as tout conduit !" s'il n'était susceptible de se laisser attendrir. Le verbe "vouloir"eat seul employé dans les cinquante premiers vers quand il est question de Dieu, mais par le jeu des modes et des temps, on passe du refus à une possibilité de clémence.

15Ainsi, les nécessités dramatiques ou esthétiques amènent l'auteur à donner la parole tantôt à un seul, tantôt à tous les passagers.

***

  • 18 Joinville, Histoire de Saint Louis, CXXII et CXXIV ds Historiens et chroniqueurs du Moyen Age, éd. (...)

16La croyance en l'efficacité de l'intervention de saint Nicolas en faveur de personnes qui risquent de faire naufrage et de périr noyées se trouve confirmée par l'Histoire de Saint Louis18 de Joinville. Après l'échec de la quatrième croisade, en 1254, sur la route du retour, la nef du roi s'échoue sur un banc de sable en vue de Chypre. On la croit perdue. Le roi se jette en croix, à plat ventre, devant l'eucharistie. Il prie certainement, mais ne confie la teneur de sa prière à personne (CXXII). Le lendemain ou le surlendemain, une tempête s'élève. La reine entre dans la chambre royale où se reposent le connétable de France et Joinville, mais non le roi, à qui elle voulait demander de promettre à Dieu ou à ses saints un pèlerinage, pour que Dieu les délivre d'un danger si pressant. Joinville lui conseille de promettre un pèlerinage à saint Nicolas de Warangeville : elle sera sûre alors que Dieu la ramènera en France avec le roi et ses enfants. Tel est bien l'avis de la reine, mais elle n'ose pas prendre d'engagement sans avoir consulté le roi. Αlors Joinville lui dit de promettre à saint Nicolas une nef d'argent de cinq marcs, si Dieu la ramène en France avec le roi et ses enfants : un retour heureux lui sera de la sorte assuré. La nuit où leur bateau s'est échoué, lui-même a promis à saint Nicolas d'aller de Joinville à Warangeville à pied et "deschaus". La reine promet la nef d'argent et la tempête s'apaise aussitôt :"Saint Nicholas nous a garantis de cest peril, [dit-elle] car li vens est cheus."

17Ce texte permet de faire plusieurs constatations :

  • su milieu du xiiie siècle, deux parmi les plus grands personnages du royaume croient en l'efficacité d'un pèlerinage pour obtenir une grâce divine ; -ils croient que les saints peuvent influencer les décisions de Dieu ;
  • ils croient que chaque saint a son domaine d'intervention spécifique ;
  • ils croient que, faite à un saint, la promesse d'un pèlerinage ou d'une offrande joue un rôle important, voire déterminant, pour obtenir le miracle que l'on sollicite.
  • Dans deux des quatre textes littéraires précédents, marins et passagers en péril implorent Dieu et un ou plusieurs intercesseurs, mais ils ne promettent ni pèlerinage ni offrande : l'intercesseur est désintéressé. Dans l'esprit de Joinville, il ne l'est pas19.

***

  • 20 Rabelais, Quart Livre, ο.c., XVIII-XXII.

18Il devient alors intéressant de voir comment évolue la religion dans les siècles suivants, au cours des mêmes circonstances. La tempête du Quart Livre de Pantagruel20 nous fournit un exemple illustre. Rabelais y expose trois conceptions de la religion, celle de Panurge, celle de Frère Jean, celle de Pantagruel. De Frère Jean, je ne dirai rien ; il agit avec énergie, selon son habitude, en jurant souvent, surtout par le diable. Restent donc en présence, dans l'édition de 1552, un catholique romain et un évangélique.

Panurge invocqua tous les benoistz sainctz et sainctea à son ayde, protesta de soy confesser en temps et lieu, puis s'escria en grand effroy, disant : /.../ Pleust à Dieu et à la benoiste, digne et sacrée Vierge que maintenant, je diz tout à ceste heure, je feusse en terrre ferme bien à mon ayse. (XVIII)

19Après quoi, il parodie Homère et Virgile : "O Parces, que ne me fillastez vous pour planteur de choux !" Une vague le terrorise :"Geste vague nous emportera, Dieu servateur !" Etourderie de Rabelais qui met dans la bouche de Panurge un appellatif évangélique. Panurge gémit :

Pleust à Dieu que praesentement je feusse dedans la orque des bons et beatz pères concilipètes,/.../Zalas, zalas ! ceste vague de tous les diables (mea culpa. Deus). je diz ceste vague de Dieu enfondrera nostre nauf. (XIX)
Bientôt, Panurge se sent perdu : Sainct Michel d'Aure, sainct Nicolas, à ceste foys et jamais plus. Je vous fays icy bon veu et à nostre Seigneur que, si à ce coup m'estez aydans. j'entends que me mettez en terre hors ce dangier icy, je vous édifieray une belle grande petite chappelle ou deux." (ibid.)

  • 21 Les idées de Rabelais sont en étroits rapports avec celles d'Erasme. V. tout le colloque "Naufragi (...)
  • 22 Rabelais, ibid., ch. VIII.

20Comme Erasme21, Rabelais ne croit pas que les saints puissent venir en aide à l'homme en péril ; il ridiculise Panurge qui les invoque et qui, dans l'édition de 154822 s'adressait non pas à eux mais aux "deux enfans bessons de Léda" et à "la coque d'œuf dont ils furent esclouz". Dans la deuxième invocation de Panurge, l'addition de la "benoiste, digne et sacrée Vierge" en 1552, prouve que, pour Rabelais, il n'existe pas d'intercesseur entre Dieu et l'homme.

21Aux invocations et au vœu de Panurge, s'oppose la prière grave et ardente de Pantagruel :

Pantagruel, prebablement avoir imploré l'ayde du grand Dieu Servateur et faicte oraison publicque en fervente devotion, /.../ tenoit l'arbre fort et ferme. (XIX)

22Quand le danger s'accroît, le prince renouvelle son appel : "Le bon Dieu servateur nous soyt en ayde ! (XX) Et quand la tempête redouble et que Frère Jean se donne à tous les diables,

feut ouye une piteuse exclamation de Pantagruel, disant à haulte voix : "Seigneur Dieu, saulve nous ; nous perissons ! Non toutesfoys advieigne scelon nos affections, mais ta saincte volunté soit faicte !" (XXI)

  • 23 La première phrase reprend l'appel des disciples épouvantés par la tempête, la deuxième, les parol (...)

23Prière purement évangélique, puisqu'elle est empruntée à Matthieu (8, 25) et à Luc (22, 42)23. Le calme enfin revenu, Pantagruel remercie le Seigneur : "Dieu servateur en soit eternellement loué" (XXII) dans une brève prière d'action de grâces.

24En militant de l'évangélisme, Rabelais rend grotesque la religion de Panurge, tandis qu'il cite respectueusement les prières de Pantagruel. A y regarder de Drès, Panurge se comporte comme devaient le faire, comme le font encore la majorité des catholiques de France et d'Italie. On retrouve chez lui la foi dans l'intercession ou l'intervention directe des saints et de la Vierge que l'on peut constater dans Guillaume d'Angleterre, dans Eliduc et chez Joinville, tandis que l'attitude de Pantagruel correspondrait à celle des Réformés.

***

25Je conclus. Très inégaux du point de vue esthétique, les textes cités peuvent être considérés comme des documents sur les croyances religieuses non seulement du xiie siècle, mais du Moyen Age et même de la première moitié du xvie siècle. Qu'y voit-on en effet :

  • l'appel à Dieu seul est exceptionnel. Il figure dans la prière de Rollon, un païen prêt à se convertir. (Au xvie siècle, il prouve l'appartenance à l'Evengelisme ou à la Réforme) ;
  • on invoque généralement un ou plusieurs saints, parce qu'on les croit capables de venir en aide, directement ou indirectement, aux marins menacés de naufrage ;
  • on implore souvent la Vierge Marie dans de telles circonstances, parce qu'on la sait toujours prête à sauver ceux qui lui demandent secours ;
  • en confirmant l'existence de cette forme de piété, le récit de Joinville apporte une garantie historique, celui de Rabelais aussi, dans la mesure où il confronte deux conceptions de la religion chrétienne.

26Du point de vue littéraire, si l'on considère uniquement les textes du xiie siècle, la prière dans la tempête en mer apparaît, sauf chez Marie de France, comme une variété de discours, un ornement que chaque écrivain traite comme il l'entend, selon les besoins du récit. Celle de Guillaume d'Angleterre devient vite conventionnelle et trop politique, par le développement scolaire d'une longue comparaison "homérique" ; celle de Benoît s'alourdit de rhétorique. Plaçons à part le monologue d'Iseut, étrange prière où l'orante se dresse presque en accusatrice de la divinité dont elle se sait la victime, qu'elle ménage cependant parce qu'elle la redoute, qu'elle essaie sans doute d'attendrir et qu'elle finit par supplier au terme d'un lamento pathétique, oeuvre de génie, hors des normes religieuses, admirable par son lyrisme et par les dimensions tragiques qu'y prend l'héroïne.

DISCUSSION

J. DE CALUWE :

27Je me réjouis d'avoir entendu M. Larmat parler du goût de Marie de France pour la brièveté, car je continue à croire qu'Eliduc n'est pas, comme le croit J. Rychner, le développement d'une source plus courte, mais le "traitement résumé" d'une source plus longue.

28En ce qui concerne la prière proprement dite, je crois qu'il faut la mettre en rapport avec sa totale inefficacité dans l'oeuvre : c'est Eliduc, le pécheur, qui sauvera l'embarcation de la tempête. D'autre part, il faut noter que nous nous trouvons là, dans les lais de Marie, devant la seule allusion aux saints et à la Vierge. Les personnages "sérieux" s'adressent toujours directement à Dieu et obtiennent son appui efficace. N'y aurait-il pas ici un sourire de l'auteur (cf. aussi le mot "dévotement") qui rapporte une pratique "populaire" ?

J.C. PAYEN :

29La complainte d'Iseut exprime à la fois christianisme et profanité, comme la mort des amants, où interviennent deux courtes prières (Tristan : "Dex saet Ysolt e mei" : Ysout : Por li prie, pitusement) ; mais les discours retenus par Thomas (ceux qu'il cite en les développant) font basculer le texte du côté de la profanité.

Notes

1 "écoute-moi, seigneur dont j'ignore le nom. Je viens à toi, que j'ai si longtemps appelé ; "Homère, Odyssée, éd. et trad. victor Bérard, Paris, 1933, chant V, 450-451.

2 Virgile, Enéide, trad. d'André Bellessort du vers 1, 199 : "dabit deus his quoque finem, "dans son édition, Paris, 1934.

3 "et duplices tendens ad sidera palmas", id., ibid., vers 93.

4 Chrétien de Troyes, Guillaume d'Angleterre, éd. Maurice Wilmotte, Paris, 1962.

5 V. note de Robert Marichal à l'Index nominum de son édition de Rabelais, Le Quart Livre de Pantagruel, Genève, 1947. V. aussi : Jacques de Voragine, Légende dorée, Paris, Garnier, s.d., 1, p. 24. Saint Nicolas était un des saints les plus populaires au Moyen Age, patron des écoliers et des marins ; dans un tableau de Fra Angelico au Vatican, il sauve un bateau.

6 Les Lais de Marie de France, éd. Jean Rychner, Paris, 1969. V. aussi : Les Lais de Marie de France, trad. Pierre jonin, Paris, 1977.

7 V. Légende dorée, ο.c., Il, p. 219-220.

8 V. Jean Larmat, "Sur quelques aspects de la religion chrétienne dans les chroniques de Villehardouin et de Clari", Le Moyen Age, 1974, N° 3-4, p. 409-414. Pans la plupart des oeuvres en langue profane antérieures à 1200, la Vierge est désignée le plus souvent par "sainte Marie" ou par "Dame Sainte Marie" ou par "madame sainte Marie".

9 La construction de Notre-Dame de Paris o commencé en 1163.

10 V. Philippe Ménard, Manuel du français du Moyen Age. 1. Syntaxe de l'ancien français, Bordeaux, nle ed, 1973, § 128, 1°.

11 Benoît, Chronique des ducs de Normandie, éd. Carin Fahlin, Uppsala, 1951, v. 4271-4336.

12 Rollon invoque Dieu comme "tout-puissant, vrai Lieu, Très Haut" : "Omnipotens, veirs Dex, autisme" et rap elle qu'il créa le monde : "Oui deu munde fus ordeneres, /Faître e autor e compasseres" (4277-78). Comme dans beaucoup de prières épiques, le héros commence son imploration ar un credo.

13 Dire, qui les mers tiens e serres, Qu'eus ne covrent totes les terres E que ev ses tres crueus undes Ne nie e perist toz li mondes ;" 4287-90

14 "D'eus sui estraiz com chiens sanz lei, Plein de peché e de deslei." 4309-10

15 "Sire, tex est ton saint segrei ; Penser ne sai ne je ne dei Com grant chose c'est a comprendre ;" 4501-03

16 Thomas, les Fragments du roman de Tristan, ed. Bartina H. Wind, Geneve, 1960, fragment Douce. V. aussi, Jean-Charles Payen, Tristan et Yseut, les Tristan en vers, éd. et trad., Faris, 1974, p. 236-239.

17 Luc, 1, 37. V. aussi, Matt., 19, 26 et Luc, 18, 27.

18 Joinville, Histoire de Saint Louis, CXXII et CXXIV ds Historiens et chroniqueurs du Moyen Age, éd. A. Pauphilet et E. Pognon, Paris, 1958, p. 345-48.

19 V. Des. Ërasmi Roterodami Colloquia, Delphis et Lugduni Patav., 1729, "Naufragium, p. 253-43. Le colloque a paru pour la première fois en 1523. V. aussi les Colloques d'Erasme, choisis, traduits et présentés par Léon E. Halkin, Bruxelles, 1971, p. 47-55 : "Le Naufrage", en particulier : "Et toi, tu n'as fait de promesse à aucun saint ?
Adolphe.-Aucune.
Antoine.-Pourquoi ?
Adolphe. Parce que je ne conclus pas de marchés avec les saints. En effet, n'est-ce pas un marché de dire : « Je vous donnerai ceci, si vous faites cela », ou encore : « Je vous donnerai un cierge, si je puis me sauver à la nage », ou enfin : « J'irai à Rome, si vous me sauvez », (p. 50-51)

20 Rabelais, Quart Livre, ο.c., XVIII-XXII.

21 Les idées de Rabelais sont en étroits rapports avec celles d'Erasme. V. tout le colloque "Naufragium", et, plus spécialement, les pages 235, 237, 238.

22 Rabelais, ibid., ch. VIII.

23 La première phrase reprend l'appel des disciples épouvantés par la tempête, la deuxième, les paroles mêmes du Christ qui demande à son père d'éloigner de lui cette coupe, mais se soumet à sa volontés ». Note de G. Demerson dans son édition de Rabelais, oeuvres complètes, avec translation en français moderne, Paris, 1973.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540