Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prière au Moyen Âge

La piété populaire à la fin du xve siècle, vue à travers le Calendrier des Bergers

Robert Deschaux

Texte intégral

1Entre les années 1502 et 1530, l'imprimeur lyonnais Claude Nourry fit paraître à six reprises, d'abord pour le libraire Jacques Huguetan puis pour son propre compte, le Calendrier des Bergers, copié, ainsi que les vignettes l'illustrant, sur l'édition publiée à Paris par Guiot Marchant en 1497. D'après Brunet (Manuel du Libraire, 1861, t. II, 203), le premier Calendrier des Bergers date de 1493, et l'on sait que ce genre d'ouvrage, qui sera réédité durant tout le xvie siècle et même encore aux xviie et xviiie, constitue en fait plus qu'un almanach au contenu assez hétéroclite, une sorte d'encyclopédie à l'usage de ceux qui ne sont pas clercs, "les simples gens", puisque c'est ainsi qu'est glosé le terme de bergers dans le Calendrier lui-même. On sait aussi que ce Calendrier était répandu à travers la France : il fut édité à Lyon, à Rouen, à Troyes ; on le traduisit d'autre part en anglais et en allemand. En raison de l'abondance et de la variété des textes de caractère religieux qu'il contient, il m'a paru digne d'intérêt, pour ce colloque consacré à la prière au Moyen Age, d'examiner à travers cet ouvrage comment, en dehors du sermon, on exhortait à la piété, dans les dernières années du xve siècle, l'habitant des bourgs et des campagnes qui ne devait pas disposer de beaucoup de livres pour meubler son esprit et élever son âme. L'exemplaire que j'ai étudié est l'incunable de 178 pages conservé à la Bibliothèque Municipale de Lyon sous la cote 303 et qui date de l'année 1508. De cet exemplaire, Mademoiselle Anna Loisidou a présenté une édition dactylographiée comme thèse de 3e cycle à l'Université de Lyon II en 1978.

***

2Le Calendrier des Bergers fournit en premier lieu les renseignements qu'on en attend, d'ordre astronomique et climatologique, qu'il s'agisse des mois de l'année, de la lune, du soleil et des planètes (pages 3 à 19, 24 à 28) ; l'on y trouve aussi des conseils d'hygiène et de diététique, fondés sur le rapport établi entre les saisons, les quatre éléments et les quatre tempéraments. Ces indications constituent l'essentiel de la première partie de l'ouvrage, qui va du début jusqu'à la page 56. Mais dans cette première partie, outre la liste des saints à fêter chaque jour, apparaissent à trois reprises des préoccupations de caractère religieux, et cela dès le prologue, ou plus exactement dès les prologues, puisque le prologue de l'acteur est suivi du prologue du maistre bergier. L'acteur affirme l'immortalité de l'âme et par suite la nécessité d'oeuvrer en vue de cette autre vie à laquelle l'homme aspire (p. 20). Quant au maistre bergier, après avoir déclaré que chaque mois de l'année correspond à une période de six ans dans la vie normale de l'homme, il conclut la présentation de chacun des mois par des exhortations à la piété dont voici un exemple : Octobre est à rapprocher des années cinquante-quatre à soixante de la vie humaine ; à ce moment les récoltes sont faites et l'espoir d'acquérir davantage est exclu. Mais de même qu'Octobre est le mois des semailles, de même l'homme arrivé à l'octobre de sa vie se doit pour servir Dieu de faire penitence et oeuvres telles qu'elles soient semences de fruitz qu'il cuillera l'an aprés son trespas (p. 23). Un peu plus loin, lorsque sont définies les propriétés de chaque mois, mention est faite du calendrier liturgique. Voici par exemple comment est présenté le mois de Mars :

"Je suis noble Mars florissant,
Tres gentil et tres vertueux ;
En moy vient bien fructifiant
Car je suis large et planctureux.
Et Caresme le glorieux
Est en mon regne, si vous dis
Que suis en mon temps vigoreux
Pour avancer tous mes amys." (p. 28)

3Ainsi, au progrès de la végétation est rattachée, par le Carême, le nécessité pour le chrétien du progrès spirituel.

4Ces préoccupations religieuses, qui n'occupent qu'une place restreinte dans la première partie, inspirent par contre la totalité de la deuxième, qui s'étend des pages 56 à 93. Cela commence par une description de l'arbre des vices et mirouer des pecheurs a veoir et congnoistre leurs pechés. Les sept grosses branches de cet arbre représentent les sept péchés capitaux ; ils sont réunis en un seul arbre parce qu'ils viennent d'un commencement premier qui est du dyable et tendent en une fin derniere c'est damnation.., (p. 56). En vue d'aider les simples gens à connaître leurs vices, par suite à savoir les confesser et faire fructifier à la place les vertus qui feront de leur conscience "la maison de Dieu", chacun des sept péchés est décrit de façon minutieuse et imagée. C'est ainsi qu'Orgueil ou Paresse donne naissance à dix-sept branches capitales produisant chacune trois pousses ou escotz, d'où naissent trois petites branches ou rameaux, ce qui fait au total cent cinquante-trois manières de commettre le péché d'orgueil ou de paresse ! Avarice, plus vigoureuse encore, produit vingt grosses branches aboutissant à cent quatre-vingts sortes de fautes, tandis que Gloutonnie et Luxure n'ont au départ que cinq branches, Ire dix et Envie treize.

5Nous sont proposés ensuite une exhortation sous forme de double ballade en décasyllabes dont le thème est de faire pénitence pendant qu'il est temps (p. 80), un commentaire de l'Ave Maria (p. 81), et un du Credo (p. 82) sur lesquels nous reviendrons. Cette partie se termine par une sorte d'interview de Lazare ressuscité, qui nous apprend, dessins à l'appui, quel châtiment frappe en enfer chaque catégorie de pêcheurs. Les orgueilleux sont fixés à d'énormes roues ferrées qui tournent comme des moulins en haut d'une montagne (p. 84), les envieux sont plongés dans les eaux glacées d'un fleuve sur lequel souffle un vent non moins glacial, les ireux sont transpercés de glaives et de couteaux, les paresseux sont la proie de serpents qui les mordent, les avaricieux trempent dans l'huile bouillante et les métaux fondus, les gourmands doivent se nourrir à une table infecte de crapauds et de bêtes venimeuses et se désaltérer d'une eau puante et polluée, les luxurieux enfin sont tourmentés en des puits profonds pleins de feu, de fumée et de soufre. Les descriptions que fait Lazare s'accompagnent d'un commentaire non moins imagé sur le danger que présente chaque vice. En voici quelques-uns :

6A propos de la colère : Le pescheur trouble l'eaue, que le poisson ne puisse veoir sa nasse, affin qu'il se boute dedens. Ainsi le dyable trouble l'homme par Ire affin qu'il ne congnoisse le mal qu'il fait ; et de rechief, ainsi que le corbeau premier va menger l'oeil de la charongne, ainsi le dyable par Ire premier oste a l'homme furieux l'oeil d'entendement..."(p. 86).

7A propos de l'avarice : L'avaricieux se prent au trabuchet du dyable, dont il pert la vie eternelle pour ung peu de biens temporelz, comme la souris se prent a la ratiere et pert la vie pour une noix. Les avaricieux semblent aux matins qui gardent la charongne quant leurs ventres sont plains, que les oyseaulx mourans de fain n'en mangent..."(p. 90).

8A propos de la gourmandise : La gorge est la porte du chasteau du corps de la personne ; mais quant les ennemys veullent prendre le chasteau, s'ilz gaignent une foys la porte, ilz auront aprés le chasteau ; aussi, se le dyable gaigne une foys la gorge de l'homme par gloutonnie, facillement aura le remenant et entrera dedens le corps avec sa compagnie de tous pechez..." (p. 91).

9Cette deuxième partie, dans la variété formelle des textes qu'elle rassemble, est donc tout entière destinée à l'instruction religieuse et à l'édification chrétienne du lecteur. La troisième partie, de beaucoup la plus étoffée puisqu'elle s'étend des pages 93 à 178, apparaît d'abord comme le prolongement de la seconde. Elle est présentée comme étant ung petit jardin plaisant plain de fleurs et arbres auquel la personne contemplative se pourra spacier et esbatre, et par bons enseignemens y cueillir plusieurs vertus" (p. 93). De fait elle commence par un commentaire détaillé de l'oraison dominicale, dont nous reparlerons, puis offre successivement l'exposé des cinq commandements de l'Eglise dont la transgression oblige a peché mortel (p. 97), une prière en 64 octosyllabes dans laquelle la créature humaine, comparée à un navire exposé aux dangers de la mer, demande à Dieu de la conduire au port (p. 98), un traité des sept choses importantes à connaître (la cinquième étant de savoir si l'on est en la grâce divine, ce que cinq conjectures permettent de supposer), ce traité étant illustré de la chanson d'une bergère (p. 99). Le Calendrier propose ensuite le dit d'ung mort (p ; 103), poème de 81 décasyllabes où la hideur du cadavre décrit doit servir d'avertissement aux vivants et rappelle l'épitaphe Villon :

"Car comme moy deviendras en pouldre,
Tout picoté, comme est ung deel a couldre,
D'ungtas de vers desquelz seras repas...".

10Suit une prosopopée de la Mort, inspirée de l'Apocalypse (VI, 8) : utilisant le pécheur comme monture, la Mort est suivie de l'enfer qui est prêt à engloutir le malheureux s'il meurt impénitent ; voici le premier huitain de ce poème qui en comporte quatre :

"Sur ce cheval hydeux et palle,
La Mort suis, fierement assise.
Il n'est beaulté que je ne halle° (°dessèche)
Soit vermeille ou blanche ou bise.
Mon cheval court comme la bise
Et en courant, mort, rue et frappe.
Mais je tue tout, c'est ma guise :
Tout homme trabuche en ma trappe." (p. 105)

11Un arbre des vertus se dresse ensuite, faisant pendant à l'arbre des vices de la deuxième partie. Les sept vertus qui le composent - il s'agit des quatre vertus cardinales et des trois théologales - prennent toutes leurs racines en Humilité, et chacune d'entre elles se subdivise en sept branches qui figurent autant de comportements à imiter. Ainsi, la vertu d'Attrempance (i.e. la tempérance), qui est une ferme et discrete domination de raison contre les impetueux mouvemens du couraige es choses illicites (p.109), donne-t-elle naissance à Discretion, Moralité, Taciturnité, Jeusne, Sobrieté, Affliction et Mesprisement du monde.

12Si les pages 111 à 153 offrent des renseignements de caractère profane (quelle veine inciser pour telle maladie ; quelle influence exercent les astres sur les humains, sur les plantes, sur les régions du monde ; comment discerner le tempérament d'après la physionomie ou connaître l'heure même pendant la nuit), ainsi qu'un admirable dit des oiseaux qui trace en quatrains monorimes la silhouette de quatre-vingt-onze d'entre eux, nous retrouvons ensuite les textes de caractère religieux, inspirés pour la plupart de l'idée de la mort. D'abord, une pathétique méditation de la Passion de Notre-Seigneur rattache à chacune des heures canoniales un épisode du supplice, afin de nourrir la méditation de ceux qui n'entendent pas le latin. Plusieurs poèmes de formes variées exhortent ensuite à se préparer à une bonne mort ou à prier pour l'âme des trépassés. Des jeux de mots dignes des Rhétoriqueurs voudraient parfois contribuer à inspirer la peur du jugement dernier, ce qu'avait déjà tenté le poète Vaillant dans sa Cornerie des Anges (p.160-161). L'Oraison de Notre-Dame, du poète Pierre de Nesson (1383-1442) clôt cet ensemble de ses 283 octosyllabes qui sont une supplique à celle que la maternité a rendue si puissante auprès de son divin fils (p.163-166). Et le Calendrier se termine par des considérations astrologiques sur l'influence du Zodiaque et par une présentation géographique des dix nations qui constituaient alors la Chrétienté (p.167-178).

***

13Cette longue analyse a montré l'abondance et la variété, au moins formelle, des textes d'inspiration religieuse dans le Calendrier des Bergers. A défaut d'y trouver un ordre, constatons que dans un volume de 178 pages ils en occupent 68, soit plus de 38 %. L'on aura reconnu au passage des traits caractéristiques de la religion chrétienne à l'époque, traits si fortement mis en relief par Huizinga dans son Automne du Moyen Age : en premier lieu, la place prépondérante accordée au thème du memento mori et des fins dernières, mais aussi la cristallisation fréquente de la pensée religieuse en images (arbre des vertus et des vices, miroir des pécheurs, image du jardin, du navire...), et surtout cette sorte de surcharge de la foi, riche de développements, d'analyses et de pratiques, foi au demeurant profonde et ingénue, qui ne laisse pas de place au doute, au sein d'une vie qui nous paraît saturée de religion.

14Parmi ces textes, assez rares toutefois ceux qui revêtent l'aspect d'une prière. Nous en avons signalé trois, en vers, dans la troisième partie : la prière de la créature qui, tel un navire désemparé, appelle à l'aide, prière en huit strophes de huit octosyllabes (p. 98), la prière d'une bergère, qui illustre l'intérêt de se bien connaître pour entretenir la ferveur, sous la forme d'une ballade de 34 octosyllabes (p. 103), enfin l'Oraison de Notre Dame de Pierre de Nesson, dont les octosyllabes à rimes plates déroulent longuement un docte hommage à celle dont on espère l'intercession (p. 163). Il faut ajouter, pour être complet, une courte prière de reconnaissance, en prose, qu'adresse (p. 101) un berger à Dieu pour Le remercier des six principaux bienfaits dont Il le gratifie : création, rédemption, don de la grâce, pouvoir sur terre, beauté du monde, espoir du paradis. Ces quatre prières ne brillent ni par l'originalité de la pensée ni par leur qualité littéraire. Aussi préférerais-je revenir sur le commentaire qui accompagne dans le Calendrier les trois prières les plus familières au chrétien de toutes les époques : l'Ave Maria, le Credo et le Pater Noster, prières citées dans l'ordre où elles apparaissent. A travers ces commentaires se discerne assez bien, me semble-t-il, l'état d'âme que l'on cultivait chez l'humble croyant d'alors, quand il prononçait les formules, rituel les.

15Voici d'abord le texte proposé pour l'Ave Maria tel qu'il figure à la page 81 du Calendrier : Je te salue Marie pleine de grace, Nostre Seigneur est avec toy, tu es benoiste sur toutes femmes et benoist est le fruit de ton ventre, Jésus. Saincte Marie, mere de Dieu, priez pour nous pzcheurs. Amen.

16Le commentaire qui suit fait observer que l'Ave Maria est à la fois salutation comme fit l'ange Gabriel, louange comme fit Elizabeth, et supplication qui provient de l'Eglise. Il ajoute que ce sont les plus belles paroles que l'on puisse dire à Notre-Dame et qu'il faut se contenter de formules beaucoup plus simples quand on invoque les Saints et les Saintes. Ainsi, s'adressant à Saint Pierre l'on dira : Mon seigneur Sainct Pierre, prie pour nous ; de même à Sainte Catherine : Madame Saincte Katherine, prie pour nous.

17A propos du Credo, il est précisé (p. 82) qu'il contient les douze articles de foi que nous devons croire sous peine de damnation. Chacun de ces articles est attribué à l'un des douze apôtres. Ainsi le premier article Je croy en Dieu le pere tout puissant, createur du ciel et de la terre est attribué à Saint Pierre, le quatrième Souffrit soubz Ponce Pylate, fut crucifié, mort et ensevely à Saint Jean, et le suivant Descendit es enfers, le tiers jour ressuscita de mort à Saint Thomas. Il est indiqué aussi que la foi doit être au coeur par congnoissance de Dieu, en la bouche par confession et loenges de luy, mais aussi en operation par exercite de ses commandemens et bonnes oeuvres, et que la meilleure des trois est celle qui gist es bonnes oeuvres que l'on fait (p. 82).

18Quant à l'oraison dominicale, elle est présentée sous deux formes, l'une est la traduction du texte évangélique, donc très proche du texte actuel ; mais le Calendrier propose une autre formulation, plus exactement une autre declaration (p. 93), destinée à mieux l'entendre, ornée d'ajouts que je vous laisse apprécier : Nostre Pere tressouverain, merveilleux en creation,doulx a aymer, riche de tous biens, qui es aux sainctz cieulx, miroir de Trinité, coronne de Jocondité et tresor de Felicité, sanctifié soit ton nom tant qu'il soit miel en nostre bouche, harpe doulcement sonnante en noz oreilles et devotion perseverante en noz cueurs. Ton royaulme nous adviengne, auquel serons tousjours joyeux sans aulcune tristesse, en repos sans tribulation et asseurés de jamais ne le perdre. Ta volenté soit faicte en la terre comme au ciel, si que nous aymons tout ce que tu aymes et haÿssons tout ce que tu hays, et que nous faisons tousjours tes commandemens. Nostre pain quotidien donne nous au jour d'huy, c'est assavoir pain de doctrine, pain de penitence et pain pour noz corps humaintz sustenter. Et nous pardonne noz pechez que nous avons faitz contre toy, contre noz prochains et contre nous mesmes, ainsi que nous pardonnons a tous ceulz et celles qui nous ont offensés ou par parolles, ou en noz corps, ou en noz biens, et ne souffre pas que nous soyons vaincus en temptation, c'est assavoir du monde, de la chair et du dyable, mais garde nous de mal fait et passé, présent et advenir. Amen (p.95). Ce qui me paraît notable dans cette formulation étoffée du Pater, c'est la constance du recours au procédé de la tripartition pour ordonner la paraphrase du texte évangélique. Habitude de la pensée médiévale, qui permet de classer ses idées mais d'abord de les analyser puis de les formuler avec nuance et précision, la tripartition préside ici d'un bout à l'autre au développement anagogique. De même qu'elle régit la structure de la ballade, organise souvent l'architecture ou la décoration de l'art gothique, la tripartition donne ici leur unité à ce que Claude Thiry appelle les "flamboyantes broderies de l'écriture".

19Le commentaire qui accompagne le Pater précise qu'aux sept requestes que renferme cette prière correspondent chaque fois sept autres significations, à savoir : les sept sacrements de l'Eglise, les sept dons du Saint-Esprit, les sept pièces d'armure spirituelle que l'on doit vêtir pour lutter contre le mal, les sept oeuvres de miséricorde matérielle et les sept de miséricorde spirituelle, enfin les sept vertus principales et les sept vices capitaux. Ainsi, la première pétition Nostre Pere qui es es cielz sanctifié soit ton nom peut faire entendre : 1) le sacrement de baptême (qui permet d'être appelé fils de Dieu), 2) le don de sapience (grâce auquel on sait honorer Dieu), 3) le haubergeon d'humilité, 4) le devoir de vêtir les pauvres, 5) celui de secourir les indigents en matière spirituelle, 6) la nécessité d'acquérir la prudence, 7) la mise en garde contre l'orgueil. Il est charitablement ajouté toutefois que l'on peut réciter le Pater avec profit même si l'on n'entend pas aussi pleinement les paroles que l'on prononce !

20En définitive, l'examen du Calendrier des Bergers a montré que les prières proprement dites n'occupent qu'une place assez limitée au sein de nombreux textes d'inspiration religieuse. Si la doctrine dont témoignent ces prières apparaît conforme à l'orthodoxie chrétienne, leur formulation et les commentaires qui les accompagnent révèlent un mode d'écriture et un univers mental qui s'apparentent à ce que nous proposent bien des oeuvres littéraires, philosophiques et artistiques de la même époque. Le recours à la comparaison et à l'image pour tisser des liens entre le monde concret et le monde abstrait est proche des jeux de l'allégorie, de la personnification et du symbole qui fleurissent alors dans les divers domaines de la pensée et de l'art. Le goût des divisions et des distinctions, des équivalences et des correspondances, qui morcellent et décomposent l'idée sous prétexte de l'approfondir, est celui que l'on rencontre couramment dans l'expression de la pensée profane ou religieuse du temps. Bref, les bergers que nous pouvons entrevoir au travers de leur Calendrier, nous apparaissent plus curieux de connaissances qu'on aurait pu le supposer, instamment exhortés à la piété et à la pratique religieuse dont la prière n'est qu'une modalité parmi d'autres ; surtout ils sont bien les contemporains des écrivains et des artistes du xve siècle finissant.

DISCUSSION

21J.C. PAYEN :

22Le Calendrier des bergers, qui n'est pas populaire, mais de simple diffusion large, ne fait qu'utiliser un contenu qui est déjà presque intégralement rassemblé dans les pénitentiels à l'usage du peuple chrétien tels qu'ils existent depuis le Manuel des péchés du xiiie siècle.

Auteur

Université de Grenoble III

© Presses universitaires de Provence, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540