Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Mélanges

À propos d'un concordancier de Béroul : remarques sur le traitement par ordinateur d'un texte d'ancien français

May Plouzeau

Texte intégral

PLAN

I - Choix du corpus.
I.1 - Partir du seul manuscrit.
I.1.A - D'une présentation qui rendrait compte à la fois des mots du copiste et de l'interprétation que nous en faisons.
I.1.B - Relevé des formes du manuscrit.
I.1.C - Une nouvelle édition de Tristan.
I.2 - Partir des éditions de Muret Defourques et de Ewert.
II - Constitution du corpus.
III - Comment lire les citations, ou : les difficultés du codage.
III.1 - Rapide présentation des codes.
III.1.A - Limites et ambiguïtés des codes <,≠ et < :.
III. l.B - Incohérences dans l'utilisation des codes <, <: et ≠
III.2 - L'apostrophe.
III.3 - Les citations.
IV - Présentation du concordancier.
Conclusion.

Liste alphabétique des abréviations et note sur certains mots

1CFMA = Classiques français du moyen âge. E. = The Romance of Tristran by BEROUL. Edited by A. EWERT. Volume I. Basil Blackwell, Oxford, 1939 (reprint 1967). E.II = The Romance of Tristran by BEROUL, Edited by A. EWERT. Volume II. Basil Blackwell, Oxford, 1970. éd. = édition(s). ex. = exemple(s). FGO = forme(s) graphique(s) occurente(s). fol. = folio. M = Béroul, Le Roman de Tristan, poème du xiie siècle, édité par E. Muret, 3e éd., Paris, Champion, CFMA, 1928. MD = Béroul, Le Roman de Tristan, poème du xiie siècle édité par E. Muret, quatrième édition revue par L.M. Defourques. Paris, Champion, CFMA, 1947. ms. = manuscrit, mss = manuscrits, p. = page, pp = pages. Tristan désigne le Tristan de Béroul (voir note 2), à l'exclusion de tout autre, v. = vers.

2Nous avons employé certains termes dans une acception particulière : citation (note 29), listing (note 5), mot (note 14) ; la référence entre parenthèses est celle du passage où nous donnons une définition des dits termes valable pour le présent article.

  • 1 G. Andrieu, J. Piolle, M. Plouzeau, Le Roman de Tristan de Béroul. Concordancier complet des formes (...)

3Les présentes remarques ont eu pour point de départ la parution, en 1974, d'un Concordancier de Béroul1. Elles s'ordonnent selon deux axes principaux : travail qu'il eût fallu mener à bien (section I), travail réalisé (sections II, III, IV). La section I débat du choix du corpus en s'attachant à mettre en lumière quelques problèmes touchant le traitement direct du manuscrit. Dans la section II est décrit le corpus auquel nous nous sommes arrêtés (comparaison de deux éditions déjà existantes). La section III expose les codes utilisés, apparemment nombreux et pourtant insuffisants, et souligne les difficultés que suscite la combinaison de deux textes. La section IV explique brièvement la disposition du Concordancier et n'a d'autre utilité que de faciliter la compréhension de certaines références.

I - Choix du corpus

  • 2 C'est pour des raisons de commodité que nous désignons ainsi le texte du ms. B.N. f. fr. 2171 ; ce (...)
  • 1 Au moment où nous travaillions, en Juin 1974, n’avait pas encore paru l’édition de J.C. Payen, chez (...)
  • 3 Est-il nécessaire de rappeler la compétence d'E. Muret, d'A. Ewert et de 'L.M. Defourques' (= L. Fo (...)
  • 4 Pour les ouvrages cités en abrégé, on trouvera des compléments bibliographiques dans la liste des a (...)

4Le Tristan de Béroul2 est conservé dans un seul ms., Paris, B.N., fonds français 2171 ; parmi les éditions dont il a fait l'objet, deux se détachent à l'heure actuelle1 : produits d'un travail attentif, tributaires de nombreuses recherches, elles s'éloignent le moins souvent possible du ms. et n'omettent pas de signaler les leçons du copiste qui ont été rejetées ou dont l'interprétation est douteuse ; il s'agit de l'éd.de Ewert, parue en 1939 (nous avons travaillé sur la réimpression de 1967, que nous désignerons par E.) et de celle qu'ont publiée les CFMA en 1947 : elle est due à Muret et Defourques3 (nous la désignerons par le sigle MD)4. De ces trois textes, faut-il en choisir un, et lequel, pour effectuer des dépouillements sur' le Tristan ? Les pages qui viennent prétendent répondre à ces deux questions.

I.1 - Partir du seul ms

I.1.A - D'une présentation qui rendrait compte à la fois des mots du copiste et de l'interprétation que nous en faisons

  • 5 Tout au long des présentes remarques, le terme de listing désignera exclusivement le texte de Trist (...)

5Le manuscrit, étant unique, paraissait devoir s'imposer comme base de dépouillement. Il a fallu renoncer à le privilégier, principalement parce que la transcription pour le listing5 eût exigé un codage dont l'extrême complexité aurait découragé les utilisateurs du concordancier.

6Le développement qui suit tente d'exposer, à l'aide de quelques exemples, quelle méthode nous croyons utile d'adopter pour fonder un listing sur le ms. et pourquoi le projet a dû être abandonné.

  • 6 Les références sont celles des éd. E. et MD : leur numérotation coïncide, sauf à six vers pour lesq (...)
  • 7 Nous avons travaillé dans un premier temps sur des photographies aimablement communiquées par l'I.R (...)

7Le vers 1706 se présente ainsi dans le ms.7 (fol. 2a)
7 ie'tendrai le plement
ou bien 7- ie'tendrai leplement
(il est difficile de décider si le et parlement sont séparés) ; la situation dans le passage montre qu'il faut comprendre "Et j'en tendrai le parlement". Si le listing reproduisait la seule transcription diplomatique, le lecteur consultant le concordancier pour y trouver la première personne du futur de tenir devrait chercher à la lettre i, entrée ientendrai : il y a peu de chances qu'il s'avise de cela. Inversement, si l'on préparait un listing avec introduction de lettres ramistes, développement des abréviations, séparation moderne des mots, figureraient bien dans le concordancier tendrai, en et j', mais non plus ientendrai. Rien alors n'indiquerait que en 170 n'est pas séparé de tendrai dans le ms.

8Or cette particularité est intéressante : il y a deux raisons de ne pas la négliger.

    • 8 Encore faudrait-il que se découvrent de nouveaux fragments ou mss de Béroul et que l'ensemble offre (...)

    ie'tendrai du ms. a pu susciter de fausses lectures. Supposons qu'un scribe interprète j'entendrai et substitue de son propre chef io orrai à ie'tendrai de notre ms. : la leçon jo orrai s'explique bien si l'on suppose que le modèle porte ientendrai, moins bien s'il a ien tendrai. Voilà un cas où la connaissance de l'aspect graphique que revêt un syntagme dans le ms. peut aider à établir la filiation avec d'autres manuscrits. Un listing qui donnerait de bout en bout une image la plus fidèle possible du ms. serait un instrument appréciable pour l'élaboration des stemmas8.

    • 9 Par exemple enporter, enmener, où, comme on sait, la soudure est totale en français moderne.

    On peut se demander ce que le copiste lui-même a compris : j'en tendrai ou j'entendrai ? Si l'on dispose d'une liste complète des en pronom ou adverbe du texte, avec indication, pour chacun, de sa position dans le ms., détaché ou non de la forme qui le suit, il sera facile de voir si le copiste écrit régulièrement d'un bloc le groupe en + verbe dont en est complément (auquel cas ientendrai peut représenter pour le scribe aussi bien j'en tendrai que j'entendrai), ou s'il sépare toujours (alors on ne pourrait lire que j'entendrai, et l'on pourrait assurer qu'en cet endroit le copiste a commis un contresens), ou si le ms. présente en tantôt collé au verbe, tantôt détaché de lui. soit que l'on ne parvienne pas à découvrir de principe de répartition, soit que en se soude plus volontiers à certains types de verbes9. En fait il est aisé d'obtenir cette liste complète : il suffit de préparer un listing qui consigne simultanément, à l'aide d'un codage approprié, l'aspect graphique du ms. et sa transcription moderne, puis de soumettre ce listing à un traitement automatique qui donne un relevé de toutes les occurrences du mot en, chaque occurrence étant accompagnée d'un contexte d'au moins un vers.

  • 10 On verrait ainsi que pour la locution prépositionnelle en mié 4041 et enmié 3488, les leçons de MD (...)
  • 11 Peut-être parce que cela allongerait trop le texte à imprimer, et à coup sûr parce que les relevés (...)
  • 12 Pour garder l'exemple de en : E., s'appuyant probablement sur la syntaxe du v. 2110 en a porté, cou (...)

9L'ex. du v. 170 a permis de souligner combien le besoin se fait sentir d'éditions qui fournissent un luxe de détails, et de relevés qui permettent de tirer parti de cette somme de renseignements : que le philologue prépare des éditions de ce type, qu'il ait recours à l'informatique pour en tirer des concordances et index de toute sorte, et bientôt le médiéviste disposera d'outils qui l'aideront à comprendre ou à contrôler la démarche des éditeurs10, à clarifier les rapports entre mss, et surtout à donner des descriptions complètes et systématiques des habitudes des scribes, c'est-à-dire à toucher du doigt la réalité de nombreux faits dont les éditions usuelles ne rendent-pas toujours compte11, à pénétrer un peu plus avant dans la conscience linguistique de ceux qui copiaient les mss12.

  • 13 Voici deux passages de Tristan où des abréviations sont en cause et où l'accès aux données du ms. p (...)
  • 14 Les 'mots' du copiste ne coïncident pas nécessairement avec nos mots. Dorénavant, sauf dans la conc (...)

10Pratiquement, comment présenter le listing ainsi conçu ? Revenons au v. 170, ms. "7 ie'tendrai le plement" ou bien "7 ie'tendrai leplement". Il convient de développer les abréviations pour pouvoir classer à leur rang alphabéti que dans le concordancier les formes obtenues, tout en signalant qu'il s'agit de résolutions d'abréviations13. Le recours aux italiques est tout indiqué, et l'on obtient : "et ientendrai le parlement". Il faut encore transcrire les lettres ramistes. L'on peut décider de faire précéder de deux points i du ms. quand il se lit j, ce qui donne : ientendrai. Il reste à tenir compte des blancs du copiste et de ceux qui résultent de notre façon de découper moderne14, et l'on obtient :

et :i"en"tendrai le=parlement

11Le signe " correspond à un endroit où le ms. n'a pas de blanc tandis que l'éd. moderne en a un ; le signe = indique un endroit où le ms. a peut-être un blanc tandis que l'édition moderne en présente un à coup sûr.

12Une table des codes permet de suivre sur le listing à la fois l'image du ms. et l'interprétation que nous en faisons. D'un tel listing, convenablement traité, on peut tirer de multiples relevés grâce auxquels il devrait être possible en principe de ne laisser dans l'ombre aucun des aspects du texte.

13En principe, car en pratique il faut se demander si tout est codifiable. Bien sûr, tous les codes doivent être biunivoques, ce qui veut dire, pour prendre un seul exemple, que si le copiste, pour la conjonction 'et', outre la notation '7', utilise '7', il est nécessaire de souligner la différence en écrivant par ex. 1et, pour '7', puis rendre '&' du ms. par 2et, etc. L'ensemble des codes ne peut être qu'élaboré lentement, au terme d'explorations minutieuses des habitudes du copiste. Parmi les difficultés rencontrées, mentionnons encore, sans prétendre épuiser la question : les incertitudes concernant la forme des lettres (n ou u, c ou t), la valeur de certaines abréviations : gas9igne 1974 = Gascoigne ou Gascoingne ?, 7 (v. 2839) = con ?, les bafouillages, les corrections apportées par le copiste, la ponctuation du ms. et la ponctuation moderne des transcriptions (en les distinguant, évidemment). Tout cela exigerait beaucoup de réflexion, une grande quantité de signes, une imprimante perfectionnée, une masse de papier, bref une énorme dépense de temps et d'argent, le tout pour aboutir à un outil lourd et rébarbatif qui n'intéresserait qu'un nombre restreint de spécialistes, en un mot, un ouvrage invendable.

  • 15 Compte tenu des délais d'impression, nous disposions de fort peu de temps. Nous avons travaillé sur (...)
  • 16 Mais la lecture du concordancier est encore ardue : cf. section III.

14Il se trouve que le Tristan de Béroul figurait en France au programme de grands concours pour la session de 1975 : il a paru opportun de mettre le plus vite possible15 à la disposition du public le résultat de certains travaux en cours, moins ambitieux et peut-être plus accessibles16.

  • 17 Ainsi a procédé H. Naïs en publiant le "Relevé des formes du manuscrit O de la Conqueste de Constan (...)
  • 18 C'est la méthode adoptée par G. De Poerck, R. Van Deyck et R. Zwaenepoel pour le Charroi de Nîmes e (...)

15S'il fallait renoncer à une publication conçue en fonction des données précédemment exposées, restait toujours 1'idée de partir du ms. Elle pouvait se réaliser de deux manières : livrer un relevé des formes du ms.17 ou établir le concordancier à partir d'une édition fondée sur nos propres leçons du ms.18. Nous examinerons successivement pourquoi l'un et l'autre projet ont paru peu satisfaisants.

I.l.B - Relevé des formes du ms

  • 19 En voici les principaux caractères : formes transcrites selon l'usage moderne (distinction entre i (...)

16Les travaux d'H. Naïs (cf. note 17) ont suffisamment frayé la voie pour qu'il ne fût pas nécessaire de s'interroger longtemps sur le mode de présentation19. Mais les errances du copiste soulèvent des problèmes de deux ordres.

  1. De nombreux groupes sont susceptibles de plusieurs lectures : ex., ms. v. 3246 (fol. 24a) : faut-il enregistrer demite, demice, deiuite, deiuice, de juite (2 mots), de mite etc. ?

  2. Dans un tel relevé figurent les fautes du copiste (en nombre élevé) tandis que les mots dont ces fautes tiennent la place n'y sont point. Par ex. ligliglise du v. 957 du ms. (fol. 7d) se dénonce comme bafouillage (vers trop long) ; les mots l et iglise ou la et glise, produits de corrections séduisantes, manqueraient au relevé. S'en tenir au ms. conduirait à enregistrer dans le relevé sainte 239, consis 603, gegoit 763, soi 1318 (ce n'est là qu'un mince échantillonnage) tandis que les corrections presque certaines perte 239, consel pris 603, qesoit 763, foi 1318 en seraient absentes. Pour qui étudie le vocabulaire de Tristan, il est sans intérêt de savoir que le copiste a écrit sainte 239, consis 603 etc., mais il serait fâcheux d'ignorer perte 239 etc. Or, d'une part le scribe est très négligent, et d'autre part le sens général d'un passage, la syntaxe, le mètre et la rime permettent souvent de proposer des corrections hautement probables.

17Alors se fait jour l'idée de soumettre au traitement automatique non le texte du seul ms., mais un texte déjà corrigé par nous, autrement dit, de préparer une nouvelle édition de Tristan.

I.l.C - Une nouvelle édition de 'Tristan'

18Du texte établi par nos soins on peut assurer deux choses : il innoverait très rarement et, pour les passages-difficiles, il adopterait le plus souvent la leçon proposée par MD ou par E. Le concordancier réalisé à partir de cette édition comporterait nécessairement, parmi les occurrences relevées, celles qui seraient communes à notre éd. et à E., mais rejetées par MD, et celles qui seraient communes à notre éd. et à MD, mais rejetées par E. En d'autres termes, et cela va de soi, on y trouverait certaines leçons déjà présentes dans MD ou E., certaines leçons déjà proposées par tel ou tel philologue, mais non toutes les leçons de MD, ni toutes celles d'A. Ewert ni, bien évidemment, toutes celles qu'a proposées la critique. Or les difficultés que présente le ms. sont si nombreuses, elles ont suscité les réflexions d'esprits si exercés, qu'il serait outrecuidant et peu honnête de donner au public le dépouillement d'un listing qui contînt uniquement nos leçons, résultats d'un choix toujours contestable.

I.2 - Partir des éd. MD et E

19Préparer un listing et un concordancier qui contiennent 1'ensemble des leçons proposées par la critique pour Tristan soulèverait les difficultés qui ont été évoquées à la fin du § I.l.A.

20Un tri s'impose. Pour laisser passer le moins possible de leçons intéressantes tout en présentant un ouvrage dont la lecture ne fût pas trop ardue, nous avons préparé le listing de la façon suivante : il contient toutes les leçons de MD et de E., et en outre, au moyen de signes spéciaux, il attire l'attention sur un grand nombre de passages où il existe d'autres leçons que celles de ces deux éditeurs.

II - Constitution du corpus

  • 20 Jusqu'ici, nos références ont été faites en fonction des éd. MD et E., auxquelles le lecteur doit d (...)
  • 21 Jusqu'ici, nos références ont été faites en fonction des éd. MD et E., auxquelles le lecteur doit d (...)
  • 22 Les divergences non signalées se répartissent en 2 catégories :
    1) différences dont le système d'imp (...)
  • 23 Cette base est d'autant plus nécessaire qu'il est parfois impossible de dire si certaines divergenc (...)

21Voici comment nous avons procédé : on a transcrit le texte de E. puis on l'a comparé à celui de MD : chaque leçon de MD différant de la leçon correspondante de E. a été introduite dans le listing et munie d'un code particulier. A l'exclusion d'un petit nombre de cas, toutes les divergences entre les deux textes ont été notées, qu'elles soient le résultat d'une attitude consciente des éditeurs (ex. ≠ ANTER 442220, leçon de E., ms. ancer, MD li ber) ou que de simples négligences en soient la cause, cf. ≠ ROIS 206021 et passim, où le texte de MD porte à tort roi22. Si nous n'avons pas écarté les divergences du second type, c'est à la seule fin de conserver une base purement formelle au corpus23.

  • 24 Pour obtenir un objet dont la consultation fût simple, il fallait renoncer à transposer dans le lis (...)
  • 25 Non complet cependant : -AN de TRISTRAN 806, 956, 1591, 2436, 2681, 4381 correspond à -a dans le ms (...)
  • 26 Sauf erreur, seul l'apparat à ≠PAROLE 2496 est obscur ; le recours au ms. montre qu'il faut compren (...)

22Chaque fois que l'apparat de E. mentionne l'existence d'une leçon autre que la sienne, ou qu'il fait un commentaire quelconque, le lecteur est prévenu de l'existence (mais pas nécessairement du contenu24) d'une leçon différente ou d'un commentaire : tout vers pour lequel l'apparat de E. signale quelque chose contient au moins l'un des codes suivants : <, <:, ≠, ou est suivi d'une apostrophe. L'apparat de E., fourni25, minutieux et généralement clair26, dispense de renvoyer aux notes de MD.

  • 27 Nous avons utilisé l'impression de 1967 de E. en tenant compte des corrections recensées dans E. II (...)

23En résumé, le corpus comprend : le texte de E. comparé à celui de MD, et l'apparat de E.27. L'intervention du philologue se borne à trois choses : interpréter l'apparat de E., délimiter les contextes (cf. § III. 3) et coder d'une manière cohérente. Cet extrême conservatisme peut susciter bien des critiques ; il a toutefois deux avantages : il permet à quiconque le désire de contrôler facilement la fidélité au corpus et d'autre part il évite de multiplier les codes.

III - Comment lire les citations, ou : les difficultés du codage

III.1 - Rapide présentation des codes

≠ précédant un mot ou une lacune (voir infra le code…) indique que ce mot ou cette lacune est acceptée par E. mais non par toutes les leçons.

< devant un mot ou une lacune (cf. liste des errata du concordancier, après la citation 2947) signifie que ce mot ou cette lacune est une leçon de MD refusée par E.

  • 28 Mot est toujours pris dans le sens que lui donne la note 14. Il devrait y avoir autant de : que de (...)
  • 29 Etant donné la constitution du corpus, un mot commun à toutes les leçons est un mot qui se trouve à (...)

<: tient la place d'un mot 28 rejeté à la fois par E. et par MD. (Un mot commun à toutes les leçons n'est précédé d'aucun signe29).

… représente une lacune matérialisée dans E. ou MD par un (ex. v. 49) ou plusieurs points.

  • 30 Ici, comme dans la suite de l'article, nous employons citation dans le sens précis de contexte de l (...)

x marque la fin d'une citation30.

' l'apostrophe appelle une note.

24Ce codage devrait en principe permettre au lecteur de restituer à l'intérieur de chaque citation la leçon de E., celle de MD, et d'être averti de tous les vers où l'apparat de E. comporte des renseignements. Le but n'a pas toujours été atteint.

III.1.A - Limites et ambiguïtés des codes <, ≠ et <:

25Nous travaillerons sur quelques exemples, sans prétendre aborder tous les types de difficultés.

  • 31 Les inconvénients dus à la typographie auraient été moins gênants si les FGO étaient regroupées en (...)
  • 32 Elles ne sont jamais inférieures à un vers, ne comportent pas de vers tronqués (sauf aux endroits o (...)

26Il faut rappeler l'extrême pauvreté des ressources typographiques du concordancier (cf. note 2131) et souligner le rôle des citations dont la présence aide à choisir entre différentes possibilités de lecture32.

≠AGUCETE 4324 FAITES UNE LONGUE BROCHETE

A UN COUTEL BIEN <AGUETE ≠AGUCETE

  • 33 En fait, E. reproduit ici le ms.

27La rime montre qu'il est impossible de lire agueté, la mesure interdit agüeté ou aguceté. On restitue : MD agüete, E. agucete, mais rien ne permet de savoir quelle éd. suit le ms. ou si les deux éd. s'écartent du ms.33.

≠YSEUT 1807 SA CHEMISE OUT ≠YSEUT VESTUE

28Ici Yseut est une leçon commune à MD et E. et le mot n'est pas dans le vers du ms., trop court de deux syllabes.

≠DE 2736 DRAS DE SOIE ET ≠DE PORPRE BIS

  • 34 MD a le même texte que E.

29La leçon de E. est naturellement "Dras de soie et d.". Rien, dans le codage, ne permet de savoir si MD a le même texte ou s'il reste plus près du ms. : "Dras de soië et p.".34

30Les ex. que nous venons de donner sont l'occasion de rappeler que si le signe < précède les mots de MD rejetés par E., en revanche, le signe ≠ précède des mots de E. qui ne sont pas nécessairement rejetés par MD. Il eût suffi, semble-t-il, de disposer de deux codes : ≠ affecté aux mots de E. contestés par certains y compris par MD, et 1≠ réservé aux mots de E. contestés par certains, mais non par MD, pour que le lecteur pût infailliblement rendre à chacune des deux éd. sa leçon propre.

≠A 1892

GEL VI <: ≠POI ≠A <: <: <ENSENBLE ≠SI ≠CON <: <O ≠JE <LUI ≠QUIT

  • 35 MD a Gel vi poi a ensenble o lui.

31Leçon de E. : Gel vi poi a si con je quit. Leçon de MD : Gel vi, ensenble, o lui appartiennent à son texte. Il manque une ou deux syllabes selon que ensenble précède un mot à initiale vocalique ou non. 1ère hypothèse : Gel vi ensenble si o lui ; 2ème hypothèse : Gel vi poi a ensenble o lui. Il y a ambiguïté car on peut trouver du sens à l'une et l'autre lecture35.

32La distribution et l'emploi du signe <: appellent quelques remarques. Dans le but de faciliter une exploitation ultérieure du listing, nous avons fait apparaître le plus possible de séquences <: < ≠, ou < ≠. Ainsi s'expliquent des sortes de monstres comme v. 2822 :

  • 36 Nous corrigeons le texte du concordancier, lequel porte NOLESTE, fâcheuse faute de frappe qui suppr (...)

33LI <: ≠TROIS QUI <: <NOS ≠ERENT <QUIERENT ≠DE MOLESTE 36 E. : Li trois qui er[en]t de moleste ; MD Li trois qui nos quierent m. ; ms. : Li trois qui ert de m.

34L'on voit que le découpage <: <NOS ≠ERENT / <QUIERENT ≠ DE ne rend pas du tout le mouvement qui a conduit MD et E. à corriger chacun de son côté le ms.

35La principale source d'inadéquation entre l'aspect des citations et la démarche qui a conduit à les élaborer est la nécessité d'opérer sur des objets qui soient définis sans ambiguïté ; nous avons considéré le mot comme unité de base ; ne voulant pas nous écarter de la définition du terme mot de la note 14, nous avons été amenés à considérer comme appartenant à un même ensemble des éléments qui, à beaucoup d'égards, sont hétérogènes. Voici deux exemples simples.

  • 37 L'apparat de E. transcrit plus ou moins diplomatiquement le ms. : s'il n'en reproduit pas les abrév (...)

361) ≠ENTENT 1883. Dans la séquence <: ≠M ≠ENTENT, <: représente mescoute37 de l'apparat de E., et ≠M ≠ENTENT représentent m'entent, leçon commune à MD et E. On a ≠M alors que l'éditeur E. se contente de remplacer escoute par entent.

  • 38 Ou bien -r à -1.

372) ≠AUTER 2983. Dans la séquence <: ≠L ≠AUTER, <: représente lautel de l'apparat de E., ≠L ≠AUTER représentent l'auter, leçon de E. et de MD. On a alors que les éd. ont simplement substitué auter à autel38.

38Voici trois exemples légèrement plus complexes toujours destinés à souligner l'inadéquation entre l'aspect des citations et le cheminement qui y a conduit. Dans tous les cas et de nouveau, le mauvais ajustement provient du parti pris de s'en tenir aux mots tels qu'ils apparaissent dans le corpus.

  • 39 Dans le corps de son texte, E. met entre crochets droits les lettres qu'il ajoute au ms. et entre p (...)
  • 40 La leçon du copiste suggère plutôt de corriger estre en bien. Si le ms. groupait estr ebien, on ser (...)

393) TENUE 376 QUI NE PUISE ESTR <: ≠EN BIEN TENUE
Le v. se présente ainsi dans E. : Qui ne puise estr'e[n] bien tenue. (Il n'y a pas de commentaire en bas de page ; la leçon de MD est identique à celle de E.). Le codage, fondé sur la disposition typographique de E., suppose les prémisses suivantes39 : estr n'est contesté par personne ; e est un mot rejeté (on le représente par <:) ; en, commun à MD et E., est contesté par le ms., qui porte e. En fait, ce codage ne rend pas compte de la leçon du ms., qui porte ici estre biē40.

  • 41 Pour la fonction des parenthèses, voir note 38.

404) ENSAIGNE 732 LE SANC <: <QUI <NN ≠QUIN IST LES DRAS ENSAIGNE
La leçon de MD est Le sanc qui'nn ist les dras ensaigne. On lit dans E. : Le sanc qui(en)n,41 ist les dras ensaigne ; E. signale en outre en bas de p. la leçon de M : qui'nn ist (On voit que MD l'a conservée). On interprète ainsi avant de coder : quienn = mot rejeté à la fois par E. et par MD (on le représente par <:) ; quin = mot de E. (contesté par la leçon quienn, d'où ≠QUIN), etc. Le codage trahit le ms. qui porte ici "qui ennist".

  • 42 Nous avons renoncé à prendre en ligne de compte les Notes Critiques de MD pour l'établissement du c (...)

415) ≠ CONSEL 603 TUIT <ENSENBLE ≠ENSEMBLE ONT CE <: ≠CONSEL <: ≠PRIS
Leçon de MD : Tuit ensenble ont ce consel pris. On lit dans E. : Tuit ensemble ont ce cons[el pr] is ; il signale en bas de p. qu'il adopte là une correction de M. L'interprétation préalable au codage est la suivante : les deux mots consel pris remplacent deux mots cons et is (un blanc les sépare dans E.) ; d'où <: (tenant la place de cons) ≠CONSEL (leçon contestée par cons) <: ≠PRIS. En fait, le ms. porte consis en un mot42.

III.l.B - Incohérences dans l'utilisation des codes <:, < et ≠

42Nous avons jusqu'ici souligné les limites du système de transcription utilisé. Les ex. que nous avons mis en avant avaient un point commun : s'ils aboutissent à des citations plus ou moins satisfaisantes, il est possible, pour chacune d'entre elles, de reconnaître ses éléments constituants (ainsi dans cons[el pr] is 603, le dernier des ex. cités, nous identifions quatre mots : cons, is, consel et pris).

43Nous aborderons maintenant un certain nombre de cas pour lesquels, à tort ou à raison, nous avons hésité à distinguer des mots différents. Nous tenterons chaque fois d'explique la cause de notre embarras et quelle solution nous avons cru devoir choisir. L'embarras a parfois été tel que, faute de temp nous avons codé tantôt d'une manière et tantôt d'une autre des passages qui présentaient exactement le même type de problème.

44La principale source de difficulté a été la suivante : pour un mot de son texte, E. propose parfois dans l'apparat un autre mot qui, formellement, en diffère, mais à propos duquel le philologue a le sentiment qu'il ne fait qu'un avec la leçon retenue, par exemple parce qu'il sait que les conventions graphiques d'un ms. médiéval et d'un texte imprimé au vingtième siècle ne sont pas les mêmes.

Chiffres romains et lettres ramistes

  • 43 E. développe les chiffres romains et ne signale leur présence dans le ms. qu'à l'occasion de leçons (...)
  • 44 Toutefois DESEVROT 1999 et LEVER 2569 ne sont pas précédés de : ≠ bien que l'apparat donne les leço (...)

45L'éditeur de textes médiévaux qui développe les chiffres romains ou utilise les lettres ramistes n'a pas l'impression qu'il s'écarte du ms. Et pourtant, formellement, i et j sont différents, .i. est autre chose que un43. Nous avons considéré, par pur formalisme, que i consonne et u consonne de l'apparat étaient autre chose que j et v des leçons de MD et E., que .i. n'est pas un(s). C'est pourquoi on lit dans le concordancier <: ≠UNS 1827, <: <UN 2708, <: ≠UN 4314 et d'autre part <: ≠JA 76, <: ≠JE 230, <: ≠JORZ 433144.'Mot' et 'molt'.

46Il est dit (note 21, 2°) que toute occurrence de mot de MD qui apparaît sous la forme molt dans E. est exclue du listing. Si nous avons codé <: ≠MOLT 3139 (où <: représente mot), c'est que mot est mentionné à ce v. dans l'apparat de E. qui rappelle la leçon de M, mot.

Mots comportant des signes d'abréviation non résolus dans 1'apparat de E

  • 45 Avec des doutes cependant, puisqu'on a codé ≠L ≠AUTRIER.

47Le cas se produit à six reprises : <: ≠CONTER 383 (apparat Got'), <: ≠GASCOINGNE 1974 (apparat Gas9igne), <: ≠CON 2839 (apparat "7 (for 9 ? "), GAUVAINS 3457 (apparat Gau'), PREE 4087 (apparat "p'laee with la expuncted"), ≠L ≠AUTRIER 4277 (apparat laut'). Si nous avons omis <: dans les trois dernières attestations, c'est qu'à nos yeux il y avait identité entre le mot de 1'apparat et celui du texte45, tandis que la transcription GASCOINGNE et CON 2839 nous paraissait discutable (tout le monde admettant que ≠CONTER 383 s'éloigne du ms. Got'). Il eût convenu d'écarter toute tentative d'interprétation pour coder uniformément <: ≠ dans les six cas.

Les erreurs du rubricateur

  • 46 "1083 Coloured initial D for A (which is the guide-letter appearing in the margin" ; "2249 Toine wi (...)

48L'intervention (malheureuse) du philologue, qui distingue entre les fautes du copiste et celles du rubricateur, a provoqué également des inconséquences dans le codage des v. 1083 et 2249 : on lit respectivement AMENEE et ≠ROINE, alors que l'apparat signale dans les deux cas une erreur dans le ms. pour la première lettre de chacun de ces mots46.

Le ms. est susceptible de plusieurs lectures

49Faute de réflexion, nous n'avons pas codé de façon cohérente les mots à propos desquels E. signale que le ms. offre plusieurs possibilités de lecture. Il faut tout d'abord souligner que l'apparat de E. n'est pas toujours très clair. Ainsi, ≠REQUIS 362, ≠TEL 591, ≠TEL 1601 renvoient respectivement à requis, tel, tel (tous trois leçons communes à MD et E.) et à ces mentions respectives dans l'apparat de E. : "dequis (?), "tel or cel", "tel or cel (?)" : faut-il comprendre que requis 362 est impossible à lire dans le ms., qui porte autre chose qui est susceptible de se lire dequis, que tel 591 est une lecture aussi plausible que cel, alors qu'au v. 1601 la lecture cel est moins probable ? Ou bien E. a-t-il utilisé indifféremment les trois formes de présentation ?

  • 47 Cf. encore SE L EN 1036 et l'apparat de F.

50Nous avons codé dans les trois cas : ≠REQUIS etc., ce qui signifie : il y a une autre lecture possible que requis etc., et nous avons procédé de même pour ≠ONCLE 555, ≠SOR 3935, ≠NUL 3596. Mais pour VOS 3062, NAIS 3280, AVRAI 3349, CUVERT 3643 et BRIVE 407647, rien ne.laisserait supposer que E. se demande s'il faut lire vos ou nos, nais ou naif etc. si les v. n'avaient pas été munis d'une apostrophe qui incite à se reporter à l'apparat de E.

  • 48 Or en principe, il devrait y avoir autant de : que de mots contestés. Aux références données, ajout (...)

51≠GUISE 3246, ≠LIE 3544, ≠FLAVELE 3823, ≠DEGIEZ 3843, ≠POR 3849 sont des corrections du ms. ; pour chacun de ces mots, l'apparat de E. indique que le ms. peut s'interpréter de plusieurs manières, aucune de ces interprétations n'ayant été retenue par MD et E. Le codage < : ≠GUISE etc. (un seul < :) ne rend pas compte de cette pluralité de lectures48.

III.2 - L'apostrophe

52Comme on vient de le voir, il est des cas où nous n'avons pas réussi à transcrire l'apparat de E. au moyen du jeu minimal des codes <, ≠, <:, ces codes ayant la signification exposée au § III.1. La difficulté vient du fait que, voulant donner au public une liste de mots, nous avons cru devoir considérer nos matériaux (c'est-à-dire les textes de MD et E. joints à l'apparat de F.) comme un ensemble de mots, mais nous n'avons pas toujours été capable d'identifier les mots. Chaque fois qu'il nous a paru impossible de résoudre un problème, plutôt que d'employer les codes <, <: , ≠ d'une façon non rigoureuse (comme cela s'est produit pour certaines formes examinées dans le § précédent) ou d'inventer de nouveaux codes, nous avons simplement muni d'une apostrophe la citation où se trouve la difficulté.

Exemples :

FIST 16 : le ms. est à peine lisible.

  • 49 Quand la correction du copiste est incomplète, le mot obtenu n'est évidemment pas celui que retienn (...)

SOFRIR 609, MAINS 1241 : MD et E. suivent une leçon qui est une correction du copiste lui-même49.

MORIR 857 : vers déplacé par certaines éd. par rapport au ms. ;

PARLEROIT 697 : vers surnuméraire dans le ms. ; après

PALISOIT 343 : vers suppléé par des éd. ; après CORTOISE 2403 : lacunes de vers supposées par d'autres éd. que MD ou E.

  • 50 L'apostrophe apparaît pour la même raison au v. 3930 (cf. TOR) ; leçon de E. = leçon de MD = ms. = (...)

PLEZ 2678 : la leçon de MD et de E. est : Est li plez mis de vos et d'eus ; l'apparat de E. donne la leçon de M : Est li plez mis d'eus et de vos ; les mots du second hémistiche sont communs aux 3 éd. et nous avons cependant deux leçons différentes ; c'est un cas où la seule notion de mot n'est pas opérante et où il eût fallu prendre la notion d'ordre50.

  • 51 Cf. ARENGE 3923 ou POR 507.
  • 52 L'apostrophe fait parfois double emploi avec les signes ≠ etc. Cf., entre autres, ≠LE 2487, ≠LOSENG (...)

53Résumons-nous. Lorsqu'il y a divergence de leçons entre les éditeurs modernes et le ms. portant, à l'intérieur de chaque v., sur un ou plusieurs mots, le codage au moyen des signes <:, < et ≠ est généralement possible. Chaque fois que le lecteur rencontre un de ces signes, il doit se reporter aux éd. MD et E. pour avoir plus de précisions. Quand le codage au moyen des signes <:, <, ≠ n'a pas été utilisé alors qu'il y a en fait divergence (par exemple vers déplacés) ou présomption de divergence (type VOS 3062 : vos ou nos dans le ms. ?), ou toute indication de l'apparat de E. qui ne peut être transposée dans le listing51, c'est la présence de l'apostrophe qui invite à se reporter aux éditions52.

III.3 – Les citations

  • 53 En effet, le contexte minimal n'est pas le couplet, mais le vers. Le concordancier n'indique pas, p (...)
  • 54 En particulier pour les pronoms : la citation ne permet qu'exceptionnellement de dire ce que représ (...)
  • 55 Cf. l'ex. de lui, pronom féminin, cité à la note précédente.

54Jamais inférieures à un vers, elles sont délimitées de façon à rendre possible, en principe, pour chaque mot, l'identification de la classe à laquelle il appartient (nom, verbe etc.) et de sa fonction par rapport aux autres mots de la citation. Chaque citation apparaissant dans le concordancier autant de fois qu'elle comporte de mots, et toute erreur commise dans la préparation du listing se répercutant de la même façon, il était nécessaire de faire court : nos citations ne renseignent pas systématiquement sur les rimes53, elles sont insuffisantes pour l'étude de nombreux faits de syntaxe54, pour des recherches du domaine de la sémantique et de la morphologie55.

  • 56 Le cas se produit entre autres lorsque les leçons respectives de MD et de E. les amènent à ponctuer (...)

55Nos bornes (blanc à gauche et astérisque à droite), pour répondre à la double exigence de brièveté et de clarté, ne coïncident que partiellement avec des ponctuations fortes de MD et de E., soit qu'on ait cherché à raccourcir (cf. SONE 3122 : le mot est suivi d'une virgule à la fois dans E. et dans MD), soit qu'il ait fallu grouper des éléments pour rendre la lecture intelligible56.

IV - Présentation du concordancier

56Il enregistre toutes les FGO du corpus constitué par le texte de E. complété par MD.

  • 57 Ce qui veut dire par ex. que SOIT 4458 (présent indicatif 3 de savoir) n'est pas distingué de SOIT (...)

57Les occurrences sont classées par ordre alphabétique. Les homographes ne sont pas distingués, les formes fléchies ou conjuguées ne sont pas regroupées sous une entrée unique constituant un mot-dictionnaire, et en outre, aucune précision n'est donnée sur la catégorie grammaticale à laquelle appartiennent les mots enregistrés57.

58On trouve à la note 21 des remarques sur la typographie. La signification des codes est donnée au § III.1.

59Les occurrences graphiques identiques sont groupées sous une entrée (ou lemme) unique : la note 56 met en relief les inconvénients du procédé.

60Sur la même ligne que le lemme on trouve : 1) des indications concernant le nombre et la répartition des occurrences enregistrées sous ce lemme ; la façon dont il faut interpréter ces indications est expliquée à la fin du présent paragraphe ; 2) en bout de ligne, la mention NO.= suivie d'un nombre ; ce nombre est le n° d'ordre du lemme dans le concordancier : ACOLE est le 19ème par exemple.

61Sous chaque lemme, les occurrences sont classées dans l'ordre suivant : 1) mots communs à toutes les leçons, 2) mots précédés de <, 3) mots précédés de ≠

62A l'intérieur de chacune de ces subdivisions, les occurrences sont classées par ordre d'apparition dans les éditions ; le n° du premier vers de la citation suit le signe deux-points (:), qui est lui-même précédé d'un nombre : ce nombre est le n° de l'occurrence à 1'intérieur de la subdivision.

63Les indications portées sur la même ligne que le lemme sont à lire ainsi : le nombre qui suit A= donne le total des occurrences de la première subdivision, celui qui suit B= donne le total des occurrences précédées de, celui qui suit C= donne le nombre des occurrences précédées de ≠.

Conclusion

64Il resterait à tirer la leçon de nos errances pour trouver des remèdes, à l'avenir, aux défauts qui entachent le concordancier.

  • 58 Soit que l'on travaille sur le corpus des FGO déjà donné par ordre alphabétique, soit que l'on essa (...)
  • 59 Cf. "A Concordance of the Chanson de Roland" par J.J. Duggan Ohio State University Press, 1969 ; "P (...)
  • 60 Voir § III.1.A.

65Avec une imprimante perfectionnée, c'est-à-dire avec beaucoup d'argent, nous obtiendrions une typographie présentable ; un peu de réflexion (c'est-à-dire beaucoup de temps) serait nécessaire pour regrouper les entrées en mots-dictionnaire58 ; nous renoncerions à donner aux citations une longueur variable, puisque de toute façon le résultat ne peut être toujours satisfaisant, pour adopter une longueur fixe59, et nous aurions trouvé des codes qui autorisent la restitution des lectures de MD et d'A. Ewert60.

66Sur ce dernier point, du moins, nous sommes satisfaits d'avoir combiné deux éditions. Bien plus, si nous avions été de loisir, notre ambition aurait été d'élaborer un listing qui incorpore les leçons du manuscrit et de toutes les éditions et corrections de nous connues, de façon à obtenir un corpus complet de la critique de Béroul. L'entreprise doit être réalisable, puisque le texte est assez court, le manuscrit unique, les éditions et leçons proposées en nombre fini à une date donnée.

67Toutefois, la réalisation de ce travail poserait encore de nombreux problèmes. Les principaux types de problèmes ont été décrits, croyons-nous, dans les pages précédentes. Ils se présenteraient sans doute de la même façon, mais en plus grande quantité, si l'on se proposait de traiter des textes dont la tradition (manuscrits et éditions) est plus complexe. L'essentiel des difficultés peut se résumer ainsi : les utilisateurs de concordancier attendent une liste de mots (nous prenons cette fois le terme au sens banal), alors que les matériaux à partir desquels on prépare le listing ne sont point seulement des mots (à moins que l'on n'encode simplement le texte d'une édition moderne), mais des 'n-grammes' ; le philologue doit se livrer à un constant et minutieux travail de comparaison entre ces unités et les mots qu'il désire voir apparaître dans le concordancier.

  • 61 Cf. les réflexions de D. Mc Millan, Zeitschrift für romanische Philologie, 88 (1972), p. 220.

68Nous nous bornerons à deux exemples : mes des manuscrits peut renvoyer à MAGIS, MEOS, MITTIS, MISSUS etc. ; ces formes devraient être dissociées dans le listing, par exemple au moyen de signes diacritiques appropriés61. Inversement, l'éditeur travaillant en vue du dépouillement automatique ferait un tri des formes du manuscrit que l'on peut tenir pour identiques à celles du texte, par exemple en disposant l'apparat sur plusieurs étages : ms. leu' = texte lever, mais ms. levez diffère de texte lever. Bref, l'éditeur serait amené à expliciter beaucoup d'interprétations et de démarches qui n'apparaissent pas dans les éditions 'classiques'.

69C'est à cette condition que l'ordinateur, dont l'intelligence est limitée, peut rendre des services efficaces. On ne voit pas, du reste, que de tels principes d'éditions nuisent au lecteur. Serait-il pas à propos d'élaborer d'autres Règles pratiques que celles qui ont paru dans la Romania de 1926 ?

Notes

1 G. Andrieu, J. Piolle, M. Plouzeau, Le Roman de Tristan de Béroul. Concordancier complet des formes graphiques occurrentes. Université de Provence, Aix, 1974.

2 C'est pour des raisons de commodité que nous désignons ainsi le texte du ms. B.N. f. fr. 2171 ; ce n'est pas ici le lieu d'aborder la question de l'unicité de l'auteur.

3 Est-il nécessaire de rappeler la compétence d'E. Muret, d'A. Ewert et de 'L.M. Defourques' (= L. Foulet et M. Roques, cf. E. II p. 47) ?

4 Pour les ouvrages cités en abrégé, on trouvera des compléments bibliographiques dans la liste des abréviations qui figure en tête de l'article.

5 Tout au long des présentes remarques, le terme de listing désignera exclusivement le texte de Tristan qui a été (ou 'aurait été', dans le cas où l'on envisage des démarches qui n'ont pas reçu d'application) établi en vue de subir un traitement automatique (il ne sera pas question des listings du concordancier). Le listing n'est en l'occurrence qu'une forme d'édition.

6 Les références sont celles des éd. E. et MD : leur numérotation coïncide, sauf à six vers pour lesquels, s'il est nécessaire de les mentionner,- la double numérotation sera rappelée.

7 Nous avons travaillé dans un premier temps sur des photographies aimablement communiquées par l'I.R.H.T. ; dans un deuxième temps, nous avons vérifié sur le ms. même les passages où les reproductions étaient peu nettes.

8 Encore faudrait-il que se découvrent de nouveaux fragments ou mss de Béroul et que l'ensemble offre mainte leçon corrompue du type de celle que nous supposons ici : conditions qui sans doute ne se réaliseront pas pour Tristan, mais qui existent pour nombre d'œuvres du moyen âge, auxquelles la méthode est applicable.

9 Par exemple enporter, enmener, où, comme on sait, la soudure est totale en français moderne.

10 On verrait ainsi que pour la locution prépositionnelle en mié 4041 et enmié 3488, les leçons de MD reproduisent scrupuleusement la coupe ou l'absence de coupe du ms. (Ce qui ne veut pas dire que l'éd. a raison de ne pas uniformiser.)

11 Peut-être parce que cela allongerait trop le texte à imprimer, et à coup sûr parce que les relevés manuels portant sur des occurrences nombreuses exigent un temps considérable.

12 Pour garder l'exemple de en : E., s'appuyant probablement sur la syntaxe du v. 2110 en a porté, coupe régulièrement en port-, Si le copiste écrit le plus souvent enport- (opposer par ex. ms. 1415 il en but = "il but de la potion", mais il est vrai qu'on ne pourra tirer de conclusions valables qu'au terme d'un relevé complet de toutes les séquences pronom régime + verbe dont il est complément), n'est-ce pas qu'il avait conscience que enporter formait un seul mot ?

13 Voici deux passages de Tristan où des abréviations sont en cause et où l'accès aux données du ms. pourrait éclairer le lecteur.
Le v. 1901 apparaît ainsi dans le ms. (fol. 14c) : "d orme't estroit 7 e'brachiez" : il faut savoir que le ms. porte ici 7 -non et en clair- pour pouvoir commencer à discuter les leçons respectives de MD et E. : estroitet enbrachiez et estroit et enbrachiez (la suite de la discussion devant en outre considérer : la distribution et l'emploi des 7 du ms., l'usage de la suffixation en -et dans Tristan, la réapparition éventuelle de estroit et estroitet dans le texte, les contextes des occurrences de enbrachier et dormir).
On est tenté de corriger con de MD et E. 2719 en çou (lecture qu'A. Henry, dans la Revue belge de philologie et d'histoire, t. XXII, janvier-juin 1943, p. 256, juge "beaucoup plus plausible"). La prudence s'impose quand on voit que le ms. a co', non con.
Inutile de multiplier les exemples.

14 Les 'mots' du copiste ne coïncident pas nécessairement avec nos mots. Dorénavant, sauf dans la conclusion, nous utiliserons le terme de mot pour désigner "des unités graphiques séparées par des blancs" (R.-L. Wagner, L'ancien français, paris, Larousse, 1974, p. 75). Au vers 170, ientendrai est un mot du ms. ; en, tendrai et j (l'apostrophe surmonte un blanc) sont 3 mots de E. ; .i. du v. 2708 est un mot du copiste, u un mot de E. H. Naïs, dans la communication qu'elle a donnée au colloque de l'I.R.I.A. en nov. 1974, aux "Journées informatique et philologie" utilise le terme 'n-grammes' pour les 'mots' du ms. Le présent article était déjà conçu lorsque nous avons pris connaissance des feuilles distribuées au colloque : la communication de Mlle Naïs expose de façon claire, concise et vigoureusement synthétique certains des problèmes qui sont abordés ici et beaucoup d'autres dont nous ne parlons pas.

15 Compte tenu des délais d'impression, nous disposions de fort peu de temps. Nous avons travaillé sur un listing de Tristan établi à partir d'un corpus différent de celui auquel nous nous sommes finalement arrêtés, ce qui a obligé à reperforer environ 1 000 cartes (chaque carte portait un vers). Cette précipitation est une cause majeure des nombreuses erreurs du listing, et par suite du concordancier.

16 Mais la lecture du concordancier est encore ardue : cf. section III.

17 Ainsi a procédé H. Naïs en publiant le "Relevé des formes du manuscrit O de la Conqueste de Constantinople" suivi de 1' "Index complet du manuscrit O de la Conqueste de Constantinople", Cahiers du CRAL, 1ère série, numéros l9 et 20 (1972).

18 C'est la méthode adoptée par G. De Poerck, R. Van Deyck et R. Zwaenepoel pour le Charroi de Nîmes et par R. Van Deyck et R. Zwaenepoel pour Villon, collection Textes et Traitement automatique, Librairie-Editions Mallier, respectivement 1970 et 1974.

19 En voici les principaux caractères : formes transcrites selon l'usage moderne (distinction entre i et j, u et v, résolution des abréviations, découpage des agglutinations, suppression des faux blancs), liste séparée des erreurs ou repentirs du copiste : mots répétés, partiellement lisibles, exponctués etc.

20 Jusqu'ici, nos références ont été faites en fonction des éd. MD et E., auxquelles le lecteur doit de toute façon toujours se reporter. Il nous arrivera, et ce de plus en plus souvent, de présenter les références en fonction du concordancier. Dans ce cas, elles seront écrites en lettres majuscules. Voici comment il faut interpréter : ≠ROIS 2060 renvoie à l'entrée ROIS, subdivision des occurrences précédées du signe ≠, n° 3:2060. (Pour la commodité de la dactylographie, nous transcrivons ≠ le signe ≠ du concordancier). Il est bon de prendre garde que le concordancier mentionne en face de chaque FGO le n° du premier vers de son contexte, tandis que nous donnons ici le n° du vers où elle est située : ≠ANTER 4422 est au vers 4422 mais est affecté de la référence 4420 dans le concordancier. La section IV explique la disposition du concordancier.

21 Jusqu'ici, nos références ont été faites en fonction des éd. MD et E., auxquelles le lecteur doit de toute façon toujours se reporter. Il nous arrivera, et ce de plus en plus souvent, de présenter les références en fonction du concordancier. Dans ce cas, elles seront écrites en lettres majuscules. Voici comment il faut interpréter : ≠ROIS 2060 renvoie à l'entrée ROIS, subdivision des occurrences précédées du signe ≠, n° 3:2060. (Pour la commodité de la dactylographie, nous transcrivons ≠ le signe ≠ du concordancier). Il est bon de prendre garde que le concordancier mentionne en face de chaque FGO le n° du premier vers de son contexte, tandis que nous donnons ici le n° du vers où elle est située : ≠ANTER 4422 est au vers 4422 mais est affecté de la référence 4420 dans le concordancier. La section IV explique la disposition du concordancier.

22 Les divergences non signalées se répartissent en 2 catégories :
1) différences dont le système d'impression choisi (capitales d'imprimerie, pas de ponctuation ni de signe diacritique : pour ne pas alourdir le listing, on n'a pas cherché à remédier à ces inconvénients en introduisant de nouveaux codes) interdit de rendre compte :
a) La ponctuation (or une différence de ponctuation implique parfois une grosse divergence d'interprétation, cf. ≠PARLEMENZ 3527).
b) Présence ou absence de tréma, ex. HOME 665 (MD home, E. homë) ; le lecteur, guidé par le rythme, sait s'il doit élider ou non l'e final.
c) Cas où les éd. se distinguent par la présence ou l'absence d'une apostrophe marquant une élision, ex. DERIER 4290 : E. édite derier' (il interprète la forme comme deriere avec élision de e final), on lit derier dans MD. (Cf. encore 281, E. coroné', MD coroné, 291 E. prové', MD prové.) Le type de divergence n'en MD 81, nen E. est répertorié (2 mots dans le premier cas, un seul dans l'autre, cf. note 14).
d) Présence ou absence de blanc après certaines apostrophes : C ERT 671 renvoie à c'ert aussi bien dans E. que dans MD. Mais PREST EN 3225 est écrit prest'en dans MD et prest' en dans E. La même différence de traitement s'observe pour CEST ASENBLEE 2010, CEL ASENBLEE 2751, CAINT ESPEE 3153, UN ESPINOIE 4354. On serait d'abord tenté de penser que E. utilise le blanc typographique pour distinguer les élisions dans les polysyllabes (ex. çaint' espee 3153) des élisions, beaucoup plus courantes, dans les monosyllabes (s'en esjot 370) ; pourtant il écrit estr'en 376.
e) Deux mots se distinguant par la présence ou l'absence d'une cédille ont été tenus pour identiques : ainsi ancois de l'apparat de E. 2021, éditions ançois, n'est pas représenté par <: • (Pour les problèmes posés par l'interprétation de l'apparat quand il transcrit certaines formes du ms., voir § III.l.B).
f) MD et E. diffèrent dans l'emploi de majuscules montrant qu'un mot est à considérer comme un nom propre ; le cas ne parait pas se produire.

2) Le résultat du latin multum est constamment abrégé dans le ms. L'éd. MD transcrit uniformément mot, E., molt. La divergence mot/molt n'a pas été consignée : le résultat de multum a partout été écrit molt (autrement dit, l'entrée mot du concordancier ne représente jamais multum) à l'exception de <MOUT 263, qui est le produit d'une correction. Le cas de ≠MOLT 3139 sera examiné au § III.l.B.

23 Cette base est d'autant plus nécessaire qu'il est parfois impossible de dire si certaines divergences sont fortuites ou non. E de MD 80 est remplacé par et dans Ewert ; le ms., indistinct à cet endroit, ne permet pas de savoir si le copiste s'est servi du signe tironien ou s'il a écrit la forme en clair. M. Andrieu a dressé, postérieurement au listing et après collation des éd. et de la photo du ms., un relevé d'errata et d'insuffisances de MD et de E. (Ce relevé, en ce qui concerne MD, est plus complet que la liste de corrections publiée dans la Romania, t. 70, 1948-49 p. 98.) La feuille du relevé, jointe au concordancier, devrait remédier partiellement au parti pris de faire figurer dans le concordancier des mots qui ne sont que des fantômes.

24 Pour obtenir un objet dont la consultation fût simple, il fallait renoncer à transposer dans le listing tout l'apparat de E. Si iannenbraz de l'apparat 3480 ne pose pas de problème, que dire de l'apparat du v. 3246 : "loi de mite (or iuice or mice ?)", 2839 "con M](for 9 ?)" etc.

25 Non complet cependant : -AN de TRISTRAN 806, 956, 1591, 2436, 2681, 4381 correspond à -a dans le ms. ; l'apparat de E. ne mentionne pas cette particularité (qui est pourtant mise en évidence au v. 1273). Ces omissions ne sont pas rectifiées dans le listing (cf. note 22).

26 Sauf erreur, seul l'apparat à ≠PAROLE 2496 est obscur ; le recours au ms. montre qu'il faut comprendre que le copiste a écrit non point pas pole pour parole (leçon de E.), mais pole au lieu de parole (oubli banal de la barre du p).

27 Nous avons utilisé l'impression de 1967 de E. en tenant compte des corrections recensées dans E. II p. 263. L'apparat de E. a deux sources principales : le ms. et l'éd. de Muret, CFMA 1928.

28 Mot est toujours pris dans le sens que lui donne la note 14. Il devrait y avoir autant de <: que de mots rejetés, mais cf. § III.l.B et § III.2.

29 Etant donné la constitution du corpus, un mot commun à toutes les leçons est un mot qui se trouve à la fois dans MD et dans E. et pour lequel l'apparat de E. ne signale pas d'autre leçon. Pour reprendre deux des ex. de la note 24, sous l'entrée TRISTRAN, on lit 1273 ≠TRISTRAN, mais 806 TRISTRAN, bien qu'en fait la leçon Tristran s'éloigne du ms. dans l'un et l'autre cas.

30 Ici, comme dans la suite de l'article, nous employons citation dans le sens précis de contexte de la FGO donné dans le concordancier.

31 Les inconvénients dus à la typographie auraient été moins gênants si les FGO étaient regroupées en mots-dictionnaire ou si des indications étaient données sur la catégorie grammaticale à laquelle elles appartiennent. Une personne peu familiarisée avec l'ancien français aura de la peine à reconnaitre dans CAINT 3153 le participe passé féminin de çaindre ou dans DE 937 le mot ('Dieu').

32 Elles ne sont jamais inférieures à un vers, ne comportent pas de vers tronqués (sauf aux endroits où l'on désespère de pouvoir déchiffrer le ms.), et sont fondées sur des textes (ceux de MD et de E.) qui, à l'exception des passages reconnus comme lacunaires par les éditeurs, satisfont aux exigences de la syntaxe, du sens et de la versification.

33 En fait, E. reproduit ici le ms.

34 MD a le même texte que E.

35 MD a Gel vi poi a ensenble o lui.

36 Nous corrigeons le texte du concordancier, lequel porte NOLESTE, fâcheuse faute de frappe qui supprime la moitié des occurrences de MOLESTE et introduit un fantôme NOLESTE.

37 L'apparat de E. transcrit plus ou moins diplomatiquement le ms. : s'il n'en reproduit pas les abréviations (sauf rares exceptions, cf. § III.l.B) et s'il n'indique pas en quels endroits on a affaire à des abréviations résolues, en revanche, il ne substitue pas j ou v à i et u consonne et reproduit généralement les groupements de lettres du copiste (mais pas partout : au vers 2528, l'apparat de E. signale que le ms. porte li escrit, alors que le copiste n'a pas séparé li de escrit).

38 Ou bien -r à -1.

39 Dans le corps de son texte, E. met entre crochets droits les lettres qu'il ajoute au ms. et entre parenthèses celles qu'il retranche.

40 La leçon du copiste suggère plutôt de corriger estre en bien. Si le ms. groupait estr ebien, on serait fondé à supposer un oubli du signe de nasalisation devant b et à accepter sans discussion l'émendation des éd. MD et E. En 1'occuarrence, il semble que le copiste ait oublié en. La note critique de MD donne une image fidèle du ms.

41 Pour la fonction des parenthèses, voir note 38.

42 Nous avons renoncé à prendre en ligne de compte les Notes Critiques de MD pour l'établissement du corpus : le luxe d'informations qu'elles prétendent donner (indication des endroits où sont résolues les abréviations, reproduction des groupements de lettres du copiste) a fatalement entraîné un nombre assez élevé d'erreurs (ex. 2376 : lire "liuer" (ms. liu'), non liver ;1901, lire "et", non "et" (cf. notre note 13) ; p. 146, lire 2346, non 2347 et, p. 147, 2772 à la place de 2722 etc.).Ces taches étaient inévitables.

43 E. développe les chiffres romains et ne signale leur présence dans le ms. qu'à l'occasion de leçons contestées. Seul le chiffre.i. est représenté dans l'apparat. .i. de l'apparat 3760 a été tenu pour différent de i du texte, d'où le codage <: ≠i.

44 Toutefois DESEVROT 1999 et LEVER 2569 ne sont pas précédés de <: ≠ bien que l'apparat donne les leçons deseurot et leuer : c'est qu'il s'agit de corrections du copiste : cf. § III.2.

45 Avec des doutes cependant, puisqu'on a codé ≠L ≠AUTRIER.

46 "1083 Coloured initial D for A (which is the guide-letter appearing in the margin" ; "2249 Toine with t for r (which is still visible in the margin)". La remarque concernant l'initiale est présentée un peu différemment dans les deux cas : cela explique (sans les justifier) les hésitations de codage.

47 Cf. encore SE L EN 1036 et l'apparat de F.

48 Or en principe, il devrait y avoir autant de <: que de mots contestés. Aux références données, ajouter ≠AN ≠LA 1503.

49 Quand la correction du copiste est incomplète, le mot obtenu n'est évidemment pas celui que retiennent les éditeurs. On code alors normalement <: ≠ ; cf. ≠FOUS 4172 (<: représente felons avec el exponctué = fons), ≠SOIEZ 3589.

50 L'apostrophe apparaît pour la même raison au v. 3930 (cf. TOR) ; leçon de E. = leçon de MD = ms. = Tor la ton vis et ça ton dos ; l'apparat de E. rappelle la leçon de M : Ton vis la torne et ça ton dos.

51 Cf. ARENGE 3923 ou POR 507.

52 L'apostrophe fait parfois double emploi avec les signes ≠ etc. Cf., entre autres, ≠LE 2487, ≠LOSENGIER 2566 (l'apparat mentionne des corrections du copiste qui n'affectent ni ≠LE ni ≠LOSENGIER) ; opposer ≠NUL 3596, vers muni d'une apostrophe (E. se demande si le ms. porte uiel à la place de nul). Aucune signification particulière ne s'attache à ces redondances.
En ce qui concerne les apostrophes adjointes aux v. déplacés, permutés etc., la pratique est généralement la suivante : pas plus d'une apostrophe par citation (pour des raisons d'économie, mais parfois il en reste plus d'une) mais, et cela est toujours réalisé, au moins une apostrophe par citation. Ex. vers 697-698 (cf. POOIT 698) : une seule apostrophe au v. 698 ; le lecteur consultant l'apparat de E. verra que les v. 697-698 de MD et E. tiennent la place de trois vers du ms. Mais pour les v. 719-720-721-722, l'apparat renseigne sur la position de chacun de ces 4 v. par rapport aux trois autres dans le ms. ; comme dans le listing, aucun de ces v. n'appartient à la même citation, chacun a été muni d'une apostrophe.

53 En effet, le contexte minimal n'est pas le couplet, mais le vers. Le concordancier n'indique pas, par ex. que ≠LOINZ 3166 rime avec DENZ 3165.

54 En particulier pour les pronoms : la citation ne permet qu'exceptionnellement de dire ce que représentent le, lui, ce etc. Ex. ≠LUI 4330 représente Yseut ; il faudrait citer le passage à partir du v. 4277 (en insistant sur les v. 4283 et 4315) pour mettre ce fait en évidence.

55 Cf. l'ex. de lui, pronom féminin, cité à la note précédente.

56 Le cas se produit entre autres lorsque les leçons respectives de MD et de E. les amènent à ponctuer différemment certaines fins de vers. Cf. ≠ANTER 4422 : borner après ce mot eût interdit la lecture de MD ; même chose après OST 2577 ; inversement, couper (mettre un astérisque) après JUGEMENT 2861 ou ≠PARLEMENZ 3527 empêchait toute tentative de restitution de la leçon de E.
Les citations incluent les lacunes supposées par les éditeurs, chaque fois que la présence de la lacune souligne les difficultés d'interprétation du passage : cf. ET 4314.

57 Ce qui veut dire par ex. que SOIT 4458 (présent indicatif 3 de savoir) n'est pas distingué de SOIT (présent subjonctif 3 de estre) 224 etc. ; SET 2425 etc., subjonctif 3 de estre est séparé de soit, subjonctif, mais groupé sous la même entrée que SET 324 (=7) ou SET 69, indicatif présent 3 de savoir.

58 Soit que l'on travaille sur le corpus des FGO déjà donné par ordre alphabétique, soit que l'on essaie de mettre au point un programme qui permette à "l'oeil électronique" de reconnaître bases et désinences. Les occurrences dont l'interprétation ne serait pas assurée (ex. que = conjonction de coordination ou de subordination, ot = AUDIT ou HABUIT, il est des cas où l'on peut hésiter) seraient munies d'un code particulier.

59 Cf. "A Concordance of the Chanson de Roland" par J.J. Duggan Ohio State University Press, 1969 ; "Philomena, Concordances…" par C. Dubois, M. Dubois-Stasse et G. Lavis, Liège, s. d. ; "Guillaume d'Angleterre, Concordances…" par C. Dubois, M. Dubois-Stasse, A. Fontaine-Lauve et M. Graitson, Liège, s. d. ; Villon, Oeuvres…, par R. Van Deyck et R. Zwaenepoel, Mallier, 1974.

60 Voir § III.1.A.

61 Cf. les réflexions de D. Mc Millan, Zeitschrift für romanische Philologie, 88 (1972), p. 220.

Notes de fin

1 Au moment où nous travaillions, en Juin 1974, n’avait pas encore paru l’édition de J.C. Payen, chez Garnier.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540