Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Âge

Perspective sur la condition familiale de l'enfant dans la littérature médiévale

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Dans la société médiévale "le sentiment de l'enfance n'existe pas". Philippe ARIES. L'enfant et la (...)

1L'enfance a passé longtemps pour une période négligée par la littérature médiévale1 ; l'enfance, thème littéraire et découverte du xixème siècle, domaine quasi préférentiel des écrivains du xxème siècle (Proust, Colette, Cocteau, Mauriac, Hervé Bazin et combien d'autres), l'enfance, depuis Freud, explication de tout destin et de tout le destin, aurait été ignorée par les poètes médiévaux ; seul, le héros adulte retient à cette époque l'intérêt, voire le héros âgé dont le prestige et les forces demeurent intacts dans la grande vieillesse, ou le héros déjà adolescent, qui dès l'âge de 14 ans se conduit en homme fait, et même en surhomme.

2L'enfance, ses mystères, son importance, auraient échappé, temps obscur et englouti, à nos premiers écrivains. Les œuvres épiques improprement nommées "Enfances" content en effet dans leur grande majorité l'adolescence héroïque d'un Ogier, d'un Guillaume, et même d'un Vivien. Mais les premiers débuts dans la vie de ces grandes figures sont traités trop souvent avec une brièveté dédaigneuse. Et pourtant, que de richesses dans la véritable enfance, au sens moderne du mot, de ces personnages prestigieux !

3A mieux regarder, à travers œuvres épiques et premiers romans, on distingue un foisonnement d'aventures enfantines et d'épreuves de toutes natures, un monde intense de sentiments, et on s'aperçoit que pour bien des héros, l'enfance est le temps du romanesque par excellence, le temps des passions essentielles et naturellement le temps de la formation de l'expérience peu à peu acquise, le temps des "Chastoiements" : c'est donc la période capitale qui préfigure déjà tout l'avenir de l'homme ; c'est aussi dans certains cas le temps d'une sagesse précoce et provisoire différente de celle de l'homme fait, et plus proche de la sûre intuition.

  • 2 Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mise en français moderne par Lucien FOULET, PARIS 1974, (...)

4Quant au style artistique qui procède à la description des jeunes années, il mêle la tendresse et l'humour, la sympathie admirative et la recherche du comique, le ton de la pitié. Il s'agit de la part des conteurs, d'une écriture d'engagement et aussi de distanciation" à l'égard de ces débuts dans les carrières du prestige médiéval. Qu'on se rappelle par exemple la manière dont Chrétien de Troyes traite les aventures de Perceval "Il était vêtu à la guise des Gallois et chaussé de gros brodequins. Partout où il allait, il avait eu l'habitude de porter trois javelots et maintenant aussi il veut en prendre trois, mais sa mère lui en fait laisser deux, autrement il aurait eu l'air trop Gallois."2

5Nous délimiterons le temps de l'enfance pour les "valets" de la naissance à l'âge de 14 ans, et à l'âge de 12 ans pour les "pucelles".

***

  • 3 Mainet, deuxième moitié xiième siècle, "Fragments publiés par Gaston PARIS. Romania Tome IV 1875, (...)
  • 4 Macaire. Publié par F. GUESSARD. Anciens poètes de la France. PARIS I866
  • 5 Parise la Duchesse. Publié par F. GUESSARD et LOREDAN LARCHEY, Anciens poètes de la France. PARIS (...)
  • 6 La Reine Sybille, première version de MACAIRE, xiième siècle
  • 7 Les rédactions latines de la Légende de Geneviève de Brabant apparaissent au début du xivème siècl (...)
  • 8 cf La Manekine par Philippe de REMI, Sire de Beaumanoir, Tome I des Oeuvres Poétiques publiées par (...)
  • 9 Miracle du Roi Thierry, Roi d'Aragon - publié par Gaston PARIS et Ulysse ROBERT - Tome V

6L'enfance est d'abord le temps des grandes aventures : à bien considérer les faits, rares sont les grands héros qui vivent leurs premiers ans dans une atmosphère ouatée au sein d'une famille unie et sans problème : Charlemagne dans l'Epopée est d'abord Mainet3 un orphelin maltraité par ses frères adultérins (à moins que ce ne soit lui le fils adultérin). Pour le héros médiéval, le malheur frappe à la porte de bonne heure, souvent avant la naissance même ou alors dès la naissance, ou dans les premiers jours qui la suivent. Nombre de jeunes mères enceintes partent sur les routes, chassées par leur mari, leur famille, et accouchent seules dans des conditions difficiles. Blanchefleur dans Macaire4 parcourt à pied, enceinte, les forêts de l'Europe, Parise la Duchesse5 accouche sans compagne pour l'assister dans une forêt ; la mère et l'enfant nouveau-né sont conduits dans les déserts par des bourreaux pour y être tués (version Noroise de la Reine Sybille6, Légende de Geneviève de Brabant7. Le nouveau-né est abandonné aux eaux d'un fleuve ou sur la mer (la Reine Sybille, la Fille du Roy de Hongrie8, perdu dans un bois (Miracle de Thiérry Roi d'Aragon)9. De toutes ces situations où il devait périr cent fois, l'enfant prédestiné sort sain et sauf : son salut est le signe même d'un grand destin ; Dieu ne le sauve pas "pour rien."

  • 10 Berta e Miloné - publié par A. MUSSAFIA - Romania Tome XIV 1884
  • 11 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste du xiième siècle publiée par P. MEYER et A. LONGNON. SATE PARIS (...)
  • 12 Enfances Renier. Canzone di gesta inedita del sec. xiii° - Edition Caria Crémonési - Milano. Varès (...)
  • 13 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste renouvelée par Paul Tuffrau - PARIS 1924, p. 71
  • 14 Parise la Duchesse, traduction Pierre JONIN. Pages épiques du Moyen Age Français - Tome II - PARIS (...)
  • 15 Traduction des Enfances Renier, op. cit. vers 1656
  • 16 Doon de la Roche, édité par P. MEYER et G. HUET SATF, PARIS 1921
  • 17 Galien li Restores - édité par E. Stengel - Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanisc (...)

7L'enfance est souvent entâchée de bâtardise : fréquemment la naissance des grands héros est illégitime, ou considérée comme telle : bâtards ou supposés bâtards Charlemagne, Roland (Berta e Miloné)10, Hugues, fils de Parise la Duchesse, Bernier (Raoul de Cambrai11, Rénier (Enfances Rénier)12. La bâtardise est reprochée comme une tare sociale à Mainet, à Bernier à Hugues, à Rénier. "Chien, tu es le bâtard d'Ybert de Ribémont, crie Raoul à Bernier. Je ne sais ce qui me retient de prendre ta tête, fils de ribaude !"13. Hugues s'entend dire : "Enfant trouvé, fils de putain ! Autrefois tu as été apporté d'un bois par des voleurs. Tu ne connais pas le père qui t'a engendré et pas davantage la mère qui t'a porté dans ses flancs"14. Les compagnons de Rénier et le fils du Prévôt, jaloux de lui, décident de le pousser dans la rivière et l'appellent : "fol bas-tart, bastart trouvé"15. Suspecté à tort de bâtardise également Doolin dans Doon de la Roche16 ; Enfant naturel Galien le fils de Jacqueline et d'Olivier (Galien li Restorés)17. Dans Berta e Miloné, Roland "roule" sur le sol d'une grotte où sa mère le met au monde loin de tout secours. Et quand il est dit le fils de Gisle, Roland est le péché de Charlemagne, comme Mordret est le péché d'Arthur : ce départ presque maudit dans l'existence expliquerait la fin tragique de ces deux grands personnages. Et la bâtardise, sans conséquence sociale dans les siècles précédents, est devenue un déshonneur.

  • 18 Doon de Mayence, Chanson de Geste du xiii° siècle publiée par A. REY, Anciens Poètes de la France, (...)

8La littérature médiévale connaît déjà les enfants martyrs : le jeune enfant est maltraité par un père affolé de jalousie : ainsi Doolin est renversé de son berceau et blessé à la tête par son père Doon de la Roche. Il en gardera la cicatrice toute sa vie. Les enfants martyrs sont représentés parfaitement par Doon de Mayence18 et ses deux jeunes frères dans la longue œuvre épique des Enfances Doon. Les trois frères sont molestés par le traître Herchambault qui veut épouser de force leur mère la Comtesse Marguerite. Des deux jeunes frères de Doon, l'un est tué dans des circonstances atroces par le précepteur même des enfants, Salomon. En le voyant pleurer, Salomon :

  • 19 Doon de Mayence, op. cit. vers 346-347

"Au maisné courut sus, de son pié le bouta
Si tost que au batel la teste li hurta"19.

  • 20 Enfances Vivien, Chanson de Geste publiée par Carl Wahlund et Hugo Von Feilitzen. Edition Diplomat (...)
  • 21 La Chevalerie d'Ogier de Danemarche, Edition Mario Eusebi, Milano Varèse 1963
  • 22 Girart de Roussillon, Edition W. Mary Hackett 2 vol. SATF, PARIS I953

9Girard meurt et Doon s'évanouit de douleur. Le second frère mourra de faim et de soif dans la barque où ce même Salomon avait voulu l'assassiner. Le jeune Vivien manque d'être brûlé vif par l'émir qui l'a réclamé en otage contre la vie de son père (Enfances Vivien)20 : c'est ici le cas de l'enfant otage promis en principe à la mort. De même le jeune Ogier de Danemark, fils de Godefroy, otage de Charlemagne, devait être exécuté par l'Empereur21. Un baron félon assassine le jeune fils de Girart de Roussillon22, irrité d'avoir entendu Girart vanter l'étendue de ses domaines et les promettre à ce fils, son successeur : nous assistons au meurtre particulièrement odieux d'un jeune enfant innocent. L'émir qui achète le petit Rénier a l'habitude de faire rechercher et acheter des bébés chrétiens pour en nourrir ses lions (Enfances Renier).

***

10L'enfant est souvent considéré dès sa naissance comme une marchandise destinée à être vendue à un prix d'autant plus haut qu'il est plus beau et plus robuste : ainsi le jeune Rénier qui sera volé au berceau dans son château par le pirate Grimbert qui le revendra lui-même au marchand Gyre, lequel le revendra à son tour au père de la belle Ydoine. Le marchand dit à l'émir

  • 23 Enfances Renier, op. cit. vers 1211-1212

"Vous aportons tout le plus bel enfant
Que veissiez en trestout vo vivant."23

11Pendant de longues années, il ignorera qui sont ses parents et les recherchera avec une obstination mélancolique :

  • 24 Enfances Renier, op. cit. vers 1760-1761

"Se je ne sai dont sui certainement
N'aurai mes joie en trestout mon vivant.24

  • 25 Chanson de Godin, éditée par Françoise Meunier, Louvain 1958
  • 26 Roman de Laurin, fils de Marques de Sénéchal, édition Lewis Thorpe, chez Heffer, Cambridge, 1972

12Godin, fils de Huon et d'Esclarmonde, est également volé par les sarrazins25. A peine âgé de quelques semaines, l'enfant Dyomarques, fils de Dyogenne et de Marques, Roi d'Aragon, sera vendu à un africain dans le Roman de Laurin, fils de Marques le Sénéchal26. Le jeune Vivien, échappé par miracle à la mort, sera racheté sur le marché d'esclaves de Luiserne par une marchande compatissante. Le petit garçon de Parise la Duchesse lui est volé, dans la clairière même où elle a accouché, par une bande de brigands qui vont le livrer au Roi Hugues de Hongrie.

  • 27 Aucassin et Nicolette, édition Mario Roques, CFMA, PARIS 1929
  • 28 Floire et Blancheflor, édition Margaret Pélan, publication de la Faculté des Lettres de l'Universi (...)

13Les petites filles aussi constituent une marchandise recherchée : la jeune Nicolette (Aucassin et Nicolette27, princesse carthaginoise a été achetée toute petite par le Vicomte de Beaucaire, et la jeune Blanchefleur sera vendue par le père de Floire (Floire et Blanchefleur)28, à des marchands venus d'Orient.

  • 29 Chrétien de Troyes. Guillaume d'Angleterre, édition Maurice Wilmotte. CFMA, PARIS 1927

14Les vols et trafics d'enfants s'accompagnent nécessairement d'errances et de dépaysements : l'enfant est "décentré !" comme on dirait aujourd'hui, coupé non seulement de sa famille, mais souvent de son pays et de sa religion. Il change donc de climat moral et de civilisation : ainsi pour Rénier élevé à Venise chez un Emir "persan". Leur rachat ou leur adoption par des inconnus les place souvent dans une situation sociale inférieure : ainsi les deux jumeaux du Roi Guillaume d'Angleterre,29laissés quelques instants sans surveillance sur le rivage, seront miraculeusement recueillis par deux marchands : le premier jumeau volé puis délaissé par un loup s'appellera Lovel, le second à l'abandon dans une barque, sera appelé Marin ; Tous deux supporteront avec impatience l'éducation commerciale de leurs prétendus pères et leur royale famille ne sera reconstituée que 25 ans plus tard.

  • 30 Charroi de Nimes - édité par J.L. Ferrier, CFMA PARIS 1941

15La spoliation de son héritage légitime est aussi très fréquente pour le jeune héros : Doolin de Mayence et ses deux frères sont évincés de leurs droits ; même Raoul de Cambrai se voit frustré d'une grande partie de son héritage par le Roi Louis au profit de Gibouin le Manceau et dans le Charroi de Nîmes30 le même Roi Louis propose par deux fois à Guillaume un héritage qui aliène les droits des enfants légitimes : celui du Comte Foucon, celui d'Auberi le Bourguignon : Guillaume repousse d'ailleurs ces propositions avec colère. Juridiquement les droits de l'enfant héritier d'un fief sont bien loin d'être respectés.

***

  • 31 Floovant, publié par Sven Andolf Upsala, Almqvist 1941

16La responsabilité de ces débuts dans la vie incombe le plus souvent au père : qu'il disparaisse soudain de la vie familiale, oublieux de ses devoirs, comme le Comte Gui, père du jeune Doon de Mayence, qui brusquement décide de se faire ermite et abandonne sa femme, ses trois enfants et son fief ; soit qu'il se transforme en tyran domestique sous l'effet de mauvais conseillers et persécute sa femme et son enfant comme Doon de la Roche, ou le Comte Sifroi, mari de Geneviève de Brabant ; soit qu'il chasse sa femme comme Raymond de Saint Gilles chasse Parise : tous ces personnages, pères et époux abusifs, déploient une autorité excessive. Parfois le père accepte comme Garin d'Anséune que son fils soit livré à un supplice affreux, en échange de sa délivrance (Enfances Vivien). La raison avancée est que la vie d'un Baron vaut plus cher que celle d'un jeune enfant. Le Roi Clovis veut tuer son fils Floovant pour une plaisanterie de gamin irrespectueux31. Clovis déclare :

  • 32 Floovant, op. cit. vers 121-125

"… Aulez n'i demorez
Ici por devant moi Floovant m'amenez !…
Je le ferai détrare ou les mambres coper
Ou isi grant jostise con l'en sera panser."32

17S'il ne punit pas à tort, le père souvent abandonne. Olivier quitte son amie Jacqueline et ne se soucie guère des conséquences de leur liaison (Galien li Restorès), Marques délaisse Dyogenne enceinte sans s'inquiéter des répercussions au moins morales de son départ, sans savoir ce que son enfant deviendra une fois né. Ibert de Ribémont ne peut pas épouser la mère de Bernier, Marcent. Il le sait parfaitement, il en fait cependant sa maîtresse et semble ne s'être guère soucié de son fils, dont la mère devra se séparer à son tour (Raoul de Cambrai). Dans toutes ces intrigues apparaît la démission du père, l'abandon de ses soins, de sa protection quand il n'y a pas hostilité déclarée de sa part. L'enfant dépend seulement de sa mère qui souvent est incapable elle-même de le protéger et doit s'en séparer pour diverses raisons : ainsi Marcent au moment de se retirer dans l'abbaye d'Origny, remettra avec beaucoup de tristesse son fils à Aélis, mère de Raoul et ne le reverra plus qu'au moment de sa mort tragique.

18Il faut reconnaître que parfois, la seule fatalité est à l'origine des malheurs de l'enfant : ainsi le petit Rénier est volé dans la chambre où il dort avec sa nourrice, le petit Hugues est volé auprès de sa mère endormie de lassitude, le petit Lovel est enlevé par un loup malencontreux.

***

  • 33 Doon de Mayence, op. cit. traduction, vers 2100 et suivants

19L'enfant se retrouve donc seul, recueilli dans un milieu étranger qui lui est parfois hostile et qu'il devra dominer pour survivre, mais parfois aussi, plein de sympathie à son égard ; le jeune héros toujours exceptionnel par ses qualités fascinantes, va faire la conquête de son entourage en surmontant tous les obstacles. Le courage de l'enfant lui permet d'abord d'être l'égal des hommes adultes et d'en triompher : ainsi Doolin de Mayence qui n'a que 7 ans, tue son précepteur Salomon, vengeant ainsi la mort de son jeune frère ; ayant miraculeusement retrouvé son père ermite au cœur de la forêt, il grandira près de lui en jeune sauvage bien adapté à son milieu naturel, traquant les animaux, utilisant des armes rudimentaires. Doolin de Mayence est l'exemple de l'enfant précoce dont le passé est déjà lourd et qui, à 7 ans, a déjà acquis une amère connaissance de la vie et des hommes. Non moins complète et précoce, est l'expérience du petit Vivien : Agé lui aussi de 7 ans, il échappe à la cruauté des musulmans, et vendu à la dame marchande, accepte de passer pour son fils, lui garde fidèlement et hypocritement le secret, arrive enfin à obliger son pseudo-père le marchand à le laisser se battre, à mener la vie d'un chevalier selon un idéal héréditaire auquel il ne peut renoncer. Ces enfants sont munis d'une sagesse instinctive ; ils ont de promptes réactions de défense, ils devinent vite la nature et le point faible de leurs adversaires : ainsi le valet d'Evrart veut enlever son chevreuil au petit Doon : "A deux mains Doon empoigna le chevreuil par la tête. Avec une très grande colère il le souleva et en frappa l'homme en lui donnant un tel coup sur le haut de la tête qu'il lui brisa le cou"33.

20Grâce à leur intuition remarquable, les enfants évoluent avec aisance dans leur nouvelle existence ; ils possèdent également le don d'attirer la sympathie : ils se font des amis et des amies ; des protections puissantes leur sont vite accordées ; le Roi Hugues de Hongrie élèvera le fils de Parise comme le sien propre, au point que tous les jeunes gens de sa cour en sont jaloux ; le roi est son parrain et plus tard, Hugon épousera la fille de Hugues qui très vite le préfère à tous. La conquête amoureuse du jeune Rénier sera plus étrange encore : recueilli par la Princesse Ydoine, il sera élevé par elle comme par une jeune mère (elle n'a.que 12 ans) dans le secret. Quand il atteint 14 ans, Ydoine qui en a près du double, l'avertit qu'elle souhaite changer leurs rapports et passer de l'amour maternel à l'amour. Rénier épousera Ydoine, sans enthousiasme excessif, après bien d'autres aventures ; c'est en effet un nostalgique de ses vrais parents, de son identité réelle

  • 34 Enfances Renier, op. cit. vers 1884-1885

"Querre mon père me convient il aller
N'avrai mes joie se ne le puis trouver"34

21L'enfant perdu aspire à se connaître, à redevenir ce qu'il était à sa naissance, Roi ou grand seigneur. La trace de l'aristocratie authentique subsiste en lui.

  • 35 Jeanne Lods, le Thème de l'Enfance dans l'Epopée Française. Bulletin bibliographique de la Société (...)

22Doolin de Mayence, séducteur précoce, vivra à moins de 15 ans une idylle courte et tragique avec la petite Nicolette (qui n'en a pas 12), dont il sera l'amant pendant 3 jours dans la tour d'un château fort assiégé : l'intrigue sera brutalement rompue par la mort de Nicolette, désespérée de se voir séparée de Doolin. Doolin est l'enfant guerrier, l'hercule enfant à 7 ans, il a tué d'un coup de couteau son précepteur, puis il tue une tigresse en train de se battre avec un lion, grâce à ce même couteau ; à 14 ans, il tue dans la forêt le valet d'Evrart qui voulait lui dérober le produit de sa chasse, puis le chevalier Evrart lui-même d'un coup de bûche. A peine plus âgé, il tue le passeur qui se moquait de lui en le faisant traverser la Meuse, il massacre et met en fuite des guerriers qui lui barraient la route : ses premières années sont donc jalonnées de meurtres. Les enfants tueurs, Doolin, Perceval, sont de jeunes géants à la force presque surnaturelle. Rénier tue un de ses camarades qui d'ailleurs voulait lui-même le noyer, puis il en blesse d'autres grièvement "il est de la nature des jouvenceaux d'être sans mesure" écrit Madame Jeanne Lods35.

***

23On a dit que l'enfance était le temps des passions essentielles : ainsi pour Nicolette, morte d'amour à 12 ans, l'enfance est toute la vie ; plus enfantines encore, mais plus durables seront les amours d'Aucassin et de Nicolette, de Floire et de Blanchefleur, puisque c'est sur les genoux de leurs mères qu'ils ont appris à être inséparables. Ensuite, se développe pour les deux jeunes héros une phase d'amours écolières : c'est par l'instruction reçue en commun, la lecture des livres d'Ovide en particulier, que se fortifient leurs sentiments amoureux.

  • 36 Floire et Blancheflor. op. cit. vers 222 à 224

"En amer mistrent moult lor cure
En apprendre avoient bon sens
Au retenir meillor porpens"36

24Plus ils s'aiment, meilleurs élèves ils sont. L'amour des enfants est sans retenue et si visible que le Roi, père de Floire, tentera vite de les séparer, comme le Comte de Beaucaire tente de séparer Aucassin et Nicolette ; les pères, soumis à la société, apparaissent dans ce cas comme l'obstacle au bonheur, mais les jeunes héros, parfaitement individualistes, ont vite compris que l'essentiel de l'amour consistait à garder la présence de l'Autre : Floire recherchera Blanchefleur dans tout l'Orient, Aucassin et Nicolette feront tout pour se rejoindre. La Nicolette de Doon meurt en imaginant l'absence définitive de l'Etre Aimé. Ces personnages ont fixé leur destin réciproque bien avant leurs 10 ans.

25Mais ce n'est pas seulement l'amour "qu'on suce avec le lait", c'est aussi la haine : l'enfance sera pour Raoul de Cambrai et Bernier l'apprentissage de la haine. Raoul reçoit en présent à 9 ans Bernier, compagnon de jeux et déjà petit écuyer privilégié. Leurs mères Aélis et Marcent arrangent ce compagnonnage, pensant l'une et l'autre faire le bonheur de leurs fils. Le rapprochement entre Bernier, fils naturel, délaissé par son père, et Raoul, le jeune seigneur orphelin commence bien. Mais très vite, Raoul se sent le maître de ce jeune garçon qui le sert, qui l'aide à se vêtir, qui est son échanson et son valet d'armes : et comme ce compagnon inférieur est aussi beau, aussi vaillant, plus fort, et que sa supériorité morale agace Raoul, celui-ci très tôt fera sentir le poids de sa domination qui se transformera en tyrannie. Le premier chevalier adoubé que fera Raoul, à peine adoubé lui-même à 15 ans, sera Bernier : s'agit-il là d'une marque d'honneur affectueuse ou au contraire d'un lien de dépendance renouvelé, resserré de de Bernier à Raoul ? Dès le serment de vassalité prêté, la haine larvée de Raoul se déclare parce que Bernier abat plus glorieusement la quintaine que lui. Bernier est un bâtard : cette tare lui sera jetée au visage avec des insultes par Raoul ("Bâtard de Ribémont… fils de ribaude") ; bientôt Bernier prendra au moins de cœur le parti de son père et de son lignage contre Raoul ; la mort affreuse de sa mère dont Raoul est responsable, achève de le dresser contre son suzerain. Les amis d'enfance, les compagnons de jeux finiront par s'entretuer sauvagement, entrainés l'un contre l'autre par une haine incœrcible.

26Pour Vivien aussi, l'enfance est le temps de la haine : le petit Vivien n'oubliera jamais son séjour chez les Sarrazins ; il y aura puisé une aversion indomptable qui orientera toute sa vie et même sa mort ; les évènements de son enfance (la menace du bûcher, l'exposition et la vente sur le marché d'esclaves) le marqueront à jamais : à la haine générale du Franc s'ajoute en lui la haine personnelle de l'enfant Vivien, qui ne vivra plus que pour exterminer une race haie.

27Parmi les haines de jeunesse, on peut mentionner aussi les persécutions entre frères : celles de Rainfroi et de Heudri contre leur demi-frère orphelin, le petit Mainet ; elles se manifestent par des brimades, la volonté d'humilier leur jeune frère, de le déclasser et de le réduire à l'état de cuisinier. Une coalition de jeunes valets, fils de nobles fidèles, va sauver Mainet.

28La lutte en ce cas se déroule entre très jeunes gens, des adolescents à peine sortis de l'enfance : la jeunesse, si elle a souvent 1'apanage de la pureté, de la fraicheur des sentiments, de la droiture, n'est pas une grâce indistinctement accordée à tous. Il existe des enfants mauvais et malfaisants : les enfants qui insultent le jeune Renier, les adolescents qui insultent Hugues, fils de Parise, Raoul de Cambrai, extériorisent des instincts meurtriers, jalousie, envie, sentiment d'infériorité insupportable en face d'un autre enfant prestigieux.

***

  • 37 Le Conte du Graal. Publié par Félix Lecoy - CFMA - PARIS 1973

29Les petites filles apparaissent moins souvent que les jeunes garçons dans les intrigues médiévales et leur conduite est plus souvent déjà celle d'adolescentes que d'enfants proprement dites. Parfois, la petite fille se modèle entièrement sur son compagnon chéri : ainsi, Blanchefleur reproduit les faits et gestes de Floire. Nous mentionnerons cependant le comportement original de trois adolescentes bien différentes les unes des autres, la Nicolette des Enfances Doon, la Florette de Floovant et la Pucelle aux petites manches du Conte du Graal37. La première est une tendre naïve, la seconde une enfant gâtée, la troisième une intuitive comme le héros du Conte, Perceval. Filles dont on ne mentionne pas les mères, elles sont toutes trois très attachées à leur père ; en effet, si les fils (Doolin de la Roche, Bernier, Perceval) demeurent d'ordinaire liés mentalement à leur mère, les filles sont les enfants chéries des pères. Nicolette craint le sien, en se refusant d'abord à Doolin de Mayence qui abuse non sans mauvaise foi de sa simplicité : il va chercher la ceinture du père tué de sa main et la rapporte à Nicolette comme preuve de son consentement. Nicolette incarne l'innocence, 1'ignorance,de la vie, et Doolin devra inventer à son usage une théorie du mariage à l'essai. Florette est une fille capricieuse et gâtée, sûre de son pouvoir sur son père, qui exige du Roi Floovant pour époux. Le Roi consent, sans consulter d'abord Floovant lui-même. Florette, obstinée, tient à son beau chevalier et se résignera seulement par la force des choses à le céder à Maugalie

"Elle vint à son père, se li dit an plorant
Merci, bau sire peres, por Deu omnipotant !
Se vos ne me donez lou marchis Floovant,
Je n'aurai mais mari an trestot mon vivant". V. 2209

30Le Roi s'adresse à Floovant

  • 38 Floovant op. cit. vers 2209 et suivants, vers 22I7-22I8

"Ou ques li rois lou voit, si li dit sinplemant
"Car recevez ma file, frans chevalier vailanz. V. 221738

  • 39 Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mise en Français moderne par Lucien Foulet - PARIS 1974 (...)
  • 40 Jean Frappier. Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal, Cedes, PARIS 1972, p. 219

31Quant à la Pucelle aux petites manches, taquine, bavarde, hardie, insolente avec son ainée, elle fait ce qu'elle veut de son père qui la ramène tendrement entre ses bras sur son cheval et l'approuve en tout, pour la plus grande colère de sa sœur "il l'emporte entre ses bras et éprouve une grande tendresse à la tenir serrée contre son cœur"39. Ce n'est qu'une petite fille qui joue à la femme, à avoir déjà un vrai chevalier pour champion, c'est à dire Gauvain. Il s'agit pour elle de l'emporter sur sa sœur qui ne parle que de Méliant du Lis ; cependant, elle se plait également à exercer sur Gauvain une séduction précoce et quand elle se séparera de lui, dans un geste à demi innocent, elle lui baisera le pied "pour qu'il se souvienne". Gauvain, plus conquis qu'il ne le semble, la traite en demoiselle et s'attarde auprès d'elle ; Jean Frappier la qualifie de "Nymphette de l'âge courtois"40.

  • 41 Le Chevalier au Cygne, édition du Baron de Reiffenberg, Bruxelles 1846

32Le souvenir, les malheurs de leur mère, hantent les fils : la mort de Marcent détachera définitivement Bernier de Raoul, Doolin de Mayence sera le champion et le sauveur de sa mère la Comtesse Marguerite, de même Hélias, le chevalier au Cygne41 sauvera sa mère Béatrix ; Perceval est fortement "motivé" par sa mère aussi bien dans son destin que dans ses remords : le souvenir de sa mère est comme un leit-motiv qui circule dans les premiers épisodes du Conte du Graal ; le reniement de sa mère est son "péché", qui l'empêchera de poser les questions libératrices, on le sait.

***

  • 42 Analyse du Karl Meinet, par Gaston Paris. Histoire Poétique de Charlemagne, p. 485

33Si l'enfance est le plus souvent le temps de la maturité précoce, elle apparaît dans certaines natures enfantines comme le temps de la simplicité prolongée, de la "niceté". Les règles sociales ne sont ni connues, ni assimilées. Mainet montre parfois dans sa conduite des traits de nice : ainsi quand il soufflette son royal frère avec un paon rôti42 ; Floovant est d'abord un jeune simple mal dégrossi, lui qui coupe la barbe à son précepteur par une impulsion enfantine irraisonnée, et manque ainsi de peu la mort ; exilé par le Roi Clovis, il fera son éducation par le combat et l'amour ; qu'il s'agisse de Doon de Mayence, de Floovant ou de Perceval, ces trois héros parmi d'autres illustrent la conquête de l'expérience acquise : leur histoire est un long "chastoiement", le portrait de l'enfant qui devient homme et trouve sa personnalité définitive ; cette évolution de l'enfant à l'homme intéresse vivement, on le sait, les conteurs médiévaux. Dans ce mûrissement interviennent des prudhommes : ainsi Gyre pour Rénier, Richier pour Floovant, Gornemant pour Perceval. Par contre, l'expérience de Doolin de Mayence sera presque toujours solitaire : il trouvera tout, tout seul et l'on ne peut guère mentionner la présence de son père âgé de 80 ans passés dans l'acquisition de cette expérience car les actes déterminants de Doolin ne s'accomplissent pas quand il est auprès de son père. Le cheminement de Perceval est également solitaire et il ne doit qu'à une élection de la providence son expérience capitale, le séjour au château du Graal ; cette expérience semble exceptionnelle car elle est, en apparence, toute passive, elle n'entraîne aucune action, aucune parole de sa part et le déchiffrement de cette expérience se fera grâce à des personnages mystérieux : la cousine, la demoiselle Hideuse, l'hermite. Perceval dans cet épisode est bien l'enfant Elu. La belle étude de Jean Frappier a tout dit sur cette ascension spirituelle de Perceval, sur le passage du nice au jeune homme réfléchi, lucide, capable du choix volontaire. La conduite de Perceval se différencie de celle des autres adolescents, car elle est en grande partie mystique.

34L'enfance est enfin bien souvent décrite comme le temps de l'opposition à l'adulte, de la révolte contre la société ; il y a persécution sous diverses formes des hommes faits à l'égard des enfants et il y a très vite méfiance et crainte des enfants à l'égard des adultes : pour Doon de Mayence, tout homme rencontré prend visage d'ennemi, en dehors de son vieux père, tout adulte est brigand, assassin, traitre, tout adulte est donc à éliminer si l'on veut survivre ; l'animosité entre les deux générations aboutit à la lutte ouverte et souvent au meurtre. Les enfants amoureux rejettent les pères : Floire désespéré du sort de Blanchefleur envisage même de se réfugier dans la mort par le suicide, plutôt que de se ranger aux conseils de sagesse prodigués par son père. Les enfants en révolte abandonnent leurs parents, Floire et Aucassin leurs pères, Perceval sa mère. Clovis envisage de faire tuer son fils et héritier Floovant. Vivien est en révolte perpétuelle contre son faux père le marchand, de même que Lovel et Marin contre les marchands, leurs pères adoptifs. Dans les œuvres médiévales, la crise de l'autorité paternelle se manifeste pleinement, car il est évident que dans tous ces textes, les enfants ont raison contre les parents.

***

  • 43 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste renouvelée par Paul Tuffrau PARIS 1924, p. 70

35Aussi, la solitude morale est trop souvent le lot de l'enfant dans la littérature médiévale ; il y apparaît souvent malheureux et proche du désespoir. Comment Bernier ne sentirait-il pas son infortune auprès de son jeune maître Raoul ? Tous deux échangent des regards chargés de haine dans la scène du hanap présenté à genoux par Bernier43. Hugues, fils de Parise la Duchesse, insulté par les jeunes nobles à la cour du Roi de Hongrie, poussé au meurtre, se sauve, n'aspire qu'à retrouver son père véritable. Rénier (Enfances Rénier) se sent vite seul à la cour d'Idoine dont l'affection ne le satisfait pas : lui aussi est tourmenté par le problème de ses origines et le désir éperdu de retrouver ses parents. Même si la situation matérielle de l'enfant est relativement confortable, le jeune héros demeure nostalgique, avide de se connaître, de savoir enfin quelle est son identité, et plus profondément quelle est sa vraie nature.

36L'enfant médiéval inspire la pitié ; la vision de l'enfance à travers toutes les intrigues mentionnées est sympathique ; presque toujours, l'enfant apparaît préservé moralement, encore proche de l'innocence bâptismale, non gâté ; ses réactions sont bonnes, l'enfant voit juste, il a le sens droit, ses vertus sont intactes. Il y a peu d'enfants vicieux ou méchants. Quand il en existe, le poète dresse en face d'eux, en contre-poids, la figure prestigieuse d'un enfant parfait qui triomphera de la perversité de ses compagnons. Si l'enfant commet des meurtres comme Doolin de Mayence ou Rénier, il en est absout par le Conteur et la nécessité de survivre.

  • 44 Bernier. La Housse Partie. Recueil Général et Complet des Fabliaux des xiii° et xiv° siècles, publ (...)

37Le jeune Perceval commet des erreurs, mais c'est parce qu'il est un enfant sauvage, et sa mère est totalement responsable de cette sauvagerie. L'enfant est donc plus proche du bien que l'adulte, il l'accomplit plus facilement, plus spontanément et il est aussi plus proche de Dieu que l'homme fait ; quelquefois, l'enfant fait la leçon aux hommes, par exemple dans le Fabliau de la Housse Partie : c'est le jeune fils de parents indignes qui leur fait comprendre leur ingratitude et leur méchanceté mal avisée envers le grand-père44. L'enfant dicte alors leur conduite aux adultes. Il crée le monde à l'envers ; ainsi Vivien apprend aux tranquilles marchands à devenir des guerriers efficaces ; c'est un cas extrême sans doute, mais pour le conteur médiéval, le véritable héros-enfant a raison contre le monde entier et le prouve. Il n'est pas anarchiste ; il veut faire régner son ordre, qui se révèle le meilleur.

Notes

1 Dans la société médiévale "le sentiment de l'enfance n'existe pas". Philippe ARIES. L'enfant et la vie familiale sous l'ancien régime. PARIS 1960, p. I34

2 Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mise en français moderne par Lucien FOULET, PARIS 1974, p. I7

3 Mainet, deuxième moitié xiième siècle, "Fragments publiés par Gaston PARIS. Romania Tome IV 1875, p. 3I5 et sqq.

4 Macaire. Publié par F. GUESSARD. Anciens poètes de la France. PARIS I866

5 Parise la Duchesse. Publié par F. GUESSARD et LOREDAN LARCHEY, Anciens poètes de la France. PARIS I860

6 La Reine Sybille, première version de MACAIRE, xiième siècle

7 Les rédactions latines de la Légende de Geneviève de Brabant apparaissent au début du xivème siècle, cf. "Geneviève ou l'innocence reconnue" par le Sieur de Cerizier, LYON 1682

8 cf La Manekine par Philippe de REMI, Sire de Beaumanoir, Tome I des Oeuvres Poétiques publiées par HERMANN SUCHIER - PARIS 1886 et Le Miracle de la Fille du Roi de Hongrie dans les Miracles de Notre Dame par personnages. Publié par Gaston PARIS et Ulysse ROBERT - PARIS 1876 - 1893 -tome V

9 Miracle du Roi Thierry, Roi d'Aragon - publié par Gaston PARIS et Ulysse ROBERT - Tome V

10 Berta e Miloné - publié par A. MUSSAFIA - Romania Tome XIV 1884

11 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste du xiième siècle publiée par P. MEYER et A. LONGNON. SATE PARIS I882

12 Enfances Renier. Canzone di gesta inedita del sec. xiii° - Edition Caria Crémonési - Milano. Varèse 1957

13 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste renouvelée par Paul Tuffrau - PARIS 1924, p. 71

14 Parise la Duchesse, traduction Pierre JONIN. Pages épiques du Moyen Age Français - Tome II - PARIS 1970, p. 357

15 Traduction des Enfances Renier, op. cit. vers 1656

16 Doon de la Roche, édité par P. MEYER et G. HUET SATF, PARIS 1921

17 Galien li Restores - édité par E. Stengel - Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie -Tome LXXXIV 1890

18 Doon de Mayence, Chanson de Geste du xiii° siècle publiée par A. REY, Anciens Poètes de la France, Tomes I et II, PARIS I858

19 Doon de Mayence, op. cit. vers 346-347

20 Enfances Vivien, Chanson de Geste publiée par Carl Wahlund et Hugo Von Feilitzen. Edition Diplomatique de 4 manuscrits en vers, Upsala - PARIS 1895

21 La Chevalerie d'Ogier de Danemarche, Edition Mario Eusebi, Milano Varèse 1963

22 Girart de Roussillon, Edition W. Mary Hackett 2 vol. SATF, PARIS I953

23 Enfances Renier, op. cit. vers 1211-1212

24 Enfances Renier, op. cit. vers 1760-1761

25 Chanson de Godin, éditée par Françoise Meunier, Louvain 1958

26 Roman de Laurin, fils de Marques de Sénéchal, édition Lewis Thorpe, chez Heffer, Cambridge, 1972

27 Aucassin et Nicolette, édition Mario Roques, CFMA, PARIS 1929

28 Floire et Blancheflor, édition Margaret Pélan, publication de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg. Les Belles Lettres. PARIS 1956

29 Chrétien de Troyes. Guillaume d'Angleterre, édition Maurice Wilmotte. CFMA, PARIS 1927

30 Charroi de Nimes - édité par J.L. Ferrier, CFMA PARIS 1941

31 Floovant, publié par Sven Andolf Upsala, Almqvist 1941

32 Floovant, op. cit. vers 121-125

33 Doon de Mayence, op. cit. traduction, vers 2100 et suivants

34 Enfances Renier, op. cit. vers 1884-1885

35 Jeanne Lods, le Thème de l'Enfance dans l'Epopée Française. Bulletin bibliographique de la Société Rencesvals. Fascicule n° 2 – PARIS 160 p. 73

36 Floire et Blancheflor. op. cit. vers 222 à 224

37 Le Conte du Graal. Publié par Félix Lecoy - CFMA - PARIS 1973

38 Floovant op. cit. vers 2209 et suivants, vers 22I7-22I8

39 Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mise en Français moderne par Lucien Foulet - PARIS 1974 - p. I27

40 Jean Frappier. Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal, Cedes, PARIS 1972, p. 219

41 Le Chevalier au Cygne, édition du Baron de Reiffenberg, Bruxelles 1846

42 Analyse du Karl Meinet, par Gaston Paris. Histoire Poétique de Charlemagne, p. 485

43 Raoul de Cambrai, Chanson de Geste renouvelée par Paul Tuffrau PARIS 1924, p. 70

44 Bernier. La Housse Partie. Recueil Général et Complet des Fabliaux des xiii° et xiv° siècles, publié par Montaignon et Raynaud, PARIS 1872-1890, II 30

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540