Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or au Moyen Âge

Note sur le "traité de la première invention des monnaies" de Nicole Oresme

Jeannine Quillet

Texte intégral

1Transformer l'or -et l'argent- en monnaie renvoie probablement à une des attitudes archétypales de l'humanité, tout comme la fascination exercée par le métal précieux, au Moyen Age comme à d'autres périodes de l'histoire humaine, a créé un certain nombre de comportements dont celui de la thésaurisation n'est pas un des moindres. Amasser un trésor, le conserver, le posséder est un signe indiscutable de la puissance. En filigrane, le sentiment, implicite ou explicite, qu'à l'or est liée toute une symbolique dont les traits essentiels sont l'impérissabilité, le caractère secret (on peut enfouir l'or n'importe où, pourvu qu'on soit seul à le savoir) ; la capacité d'en amasser beaucoup, dans un espace relativement restreint, la mobilité qu'on peut lui faire subir, le processus, enfin, d'intériorisation que la thésaurisation favorise chez celui qui en est détenteur, tout cela, et bien d'autres choses encore, a rendu l'or indispensable dans les sociétés humaines, car il constituait, et constitue toujours, un substitut de l'immortalité.

  • 1 A. Murray, Reason and Society in the Middle Ages, Oxford, 1978, p. 59-80

2Mais, à l'inverse, en Occident médiéval, toute une éthique, celle de la condamnation de l'auaritia1 ; l'ordre social et l'or ont enfin, en eux-même, des connivences indiscutables : l'un et l'autre ont une horreur avérée des voleurs, c car on sait que le moyen le plus efficace de se procurer de l'or est de le dérober.

Or et monnaie

  • 2 J. Quillet, La philosophie politique du "Songe du Vergier" ; Sources doctrinales, Paris 1977 On tr (...)
  • 3 Le Livre de Éthiques d'Aristote, édition critique d'A.D. Menut, New York 1940, et le Livre de Poli (...)

3L'or exerce-t-il ses sortilèges sur cet esprit positif et mesuré qu'est Nicole Oresme, l'un des conseillers les plus écoutés du roi Charles le Sage, et l'un de ses "intellectuels"2 ? Nous verrons que, d'une certaine façon, la réponse à cette question peut être positive, mais l'évêque de Lisieux l'aborde, comme à son habitude, avec un propos éthique et politique délibéré : l'or et l'argent, moyen d'échange, est une des voies nécessaires par où passent les relations humaines et sociales. Pour ce théoricien de la communauté politique, préoccupé des problèmes philosophiques que posent le pouvoir, sa nature, sa fonction, l'espace qu'il recouvre, il était indispensable de se livrer à la réflexion sur l'un des "instruments" les plus redoutables de la puissance : la monnaie. Dans ce domaine, comme dans celui de la philosophie politique en général, c'est son maître Aristote qu'il suit fidèlement, même s'il n'est pas toujours d'accord avec lui. Le Livre de Ethiques, le Livre de Politiques3 lui font rencontrer les problèmes liés à l'usage de la monnaie. Procédant, dans ses gloses, à sa manière habituelle, à un éclaircissement de la pensée aristotélicienne, il veut en tirer des enseignements pour l'intelligibilité des mécanismes socio-politiques de son temps : un temps à tous égards difficile, violent et perturbé, par la guerre, (celle dite de Cent Ans), les épidémies (surtout la peste), les révoltes et la récession économique, enfin le perpétuel endettement de la royauté Valois auquel le meilleur d'entre eux, Charles V, se trouve cruellement confronté.

  • 4 Nicolaus Oresme, Traktat Uber Geldabwertungen, éd. trad. allemande d'E. Schorer, Jena 1937 ; The D (...)
  • 5 Le titre de l'ouvrage d'Oresme en latin est le suivant : De origine, natura, iure et mutationibus (...)

4Toutes ces raisons, mais surtout les altérations des monnaies, pratiquées par Jean le Bon et même le dauphin Charles, conduisent Oresme à écrire son Traité4, d'abord en latin, puis en français, aux environs de 13565.

Nature et artifice

  • 6 Livre de Éthiques V,.8 fol. 100 a b c det Livre de Politiques, I, 10 et 12 fol. 21 b c.
  • 7 Traité des Monnaies, éd. cit. p. X
  • 8 Ibid. p. XI

5Si Oresme est convaincu, à la suite d'Aristote, du caractère artificiel de la monnaie, il reconnaît néanmoins dans ses gloses du Livre de Éthiques que son usage a pour origine "la contrainte de la nécessité naturelle"6.Elle doit être le moyen terme des échanges, et, comme telle, elle est d'une matière " qui est de sa nature plus propre à faire monnaie que d'autres". Une telle matière, précise Oresme dans le Traité des monnaies est l'or ou l'argent que l'on tire "des boyaux de la terre"7. Pourquoi l'or ou l'argent ? parce que la monnaie étant "l'instrument pour permuer les richesses naturelles", "la mesure des choses de quoi l'on fait commutation", il fallait qu'une telle mesure, qui, comme toute mesure, "doit être certaine et durable", un tel instrument fut "apte et convenable à traictier et manier légérement des mains, légier à porter, et que pour petite porcion d'icelle peuvent (estre) achetez et commuez Richesses naturelles, en plus grande quantité"8. Un tel instrument doit donc être fait "de précieuse matière et petite en quantité, si comme est or". Mais l'or n'est pas très abondant en général : c'est pourquoi on a aussi recours à l'argent, et lorsque ces deux métaux ne sont pas en quantité suffisante, on peut aussi utiliser l'airain et le cuivre. Cependant l'or et l'argent sont plus conformes à l'usage de la monnaie comme instrument. Et un tel usage, pour être artificiel, n'en est pas moins nécessaire à la communauté, au point qu'une cité qui "marchanderait" par le moyen du troc pur et simple n'aurait pas une bonne "communication". Le troc "ne pourrait durer en bonne policie".

  • 9 Ibid. p. IX

6L'Écriture le confirme, puisque le prophète Isaie a dit "Pour cuivre j'apporterai or, et pour fer je donnerai argent". C'est pourquoi l'or et l'argent sont la matière la plus propice à battre monnaie. Il vaut mieux qu'elle ne se trouve pas en abondance, en sorte qu'on ne puisse en user largement, qu'on ne puisse en fabriquer en toute facilité, comme a tenté de le faire l'alchimie, dont l'échec prouve bien, ajoute notre théologien, que l'homme ne saurait entreprendre des œuvres qui excèdent ses forces naturelles. En somme, la rareté fait le prix, cependant que l'or ne correspond à aucun besoin naturel, comme le montre bien 1'exemple du roi Midas, mort de faim auprès de son or.9.

Poids et mesure

  • 10 Ibid. p. XIX
  • 11 Ibid. p. XX-XIII
  • 12 Matthieu, XXII, 21
  • 13 La suite du chapitre VI de l'édition française n'existe pas dans le texte latin ; comme le suggère (...)

7Indispensable dans les échanges, la monnaie doit comporter des garanties, et la première d'entre elles est son poids. Mais le moyen d'avoir toujours à sa portée une balance pour le vérifier ? Et comment comparer une marchandise à un poids de métal dont il faut en outre avoir la certitude qu'il est précieux ? C'est là tout le problème de la valeur "de vérité" de l'or qui est posé, valeur que seuls des signes d'authenticité peuvent garantir. De tels signes, seule l'autorité publique peut les conférer, tant il est vrai que le politique et l'économique interfèrent ; mais, parmi de tels signes, la mesure pondérale est l'essentiel, toutes les autres caractéristiques de la monnaie étant, ajoute Oresme, "accidentelles". C'est pourquoi battre monnaie est le privilège des rois, ou, mieux, d'une "personne publique et députée par plusieurs de la communauté"10. Qu'une telle autorité soit celle'du roi, en définitive, ne veut pas dire que le prince peut forger monnaie selon son bon plaisir, mais, au contraire, qu'il doit, en recevant cette prérogative, n'en tirer aucun profit personnel, car la monnaie n'est pas la propriété du prince11. S'il en est le garant, c'est "pour l'utilité commune". Si l'on doit rendre à César ce qui est à César, ce n'est pas le denier à l'effigie de César qui lui appartient en propre. Il faut comprendre par la phrase de l'Apôtre qu'il faut rendre à César ce qui lui est dû, c'est à dire, le tribut, non le denier12. La monnaie appartient donc à "la communauté et aux personnes singulières"13 ; c'est la communauté qui doit en avoir la charge, compte tenu, bien entendu, de la taxe dont le montant revient à l'autorité chargée de la produire.

Valeur réelle et valeur nominale

  • 14 Traite des Monnaies p. XXVI-XXVII
  • 15 Ibid. p, XVII
  • 16 Ibid. p. XXVIII-XXIX-, dans le texte latin de 1'éd. Ch. Johnson, p. 14. Il est curieux que Ch. Joh (...)

8Le propos essentiel de l'évêque de Lisieux est de condamner la "mutation" des monnaies, autrement dit, l'altération des espèces. Dans une économie de type mercantile, où l'or et l'argent doivent traduire la valeur des marchandises, toute tromperie sur leur valeur réelle ne pourra qu'affecter, non seulement la valeur des marchandises elles-même, mais aussi toute transaction. C'est pourquoi la monnaie doit impérativement demeurer une mesure stable ; sa valeur réelle ne doit pas différer de sa valeur nominale : "il est certain que le cours et le prix des monnaies doit estre au Royaume comme une loy et une ferme ordonnance que nullement ne se doit muer ou changer"14. Le poids d'or, d'argent ou de métal moins précieux doit rester invariable, puisque c'est là la "nature" même de la monnaie. Toute transformation de cette "nature" conduit à des mutations, dont Oresme énuměre les diverses formes, en fonction de deux critères fondamentaux : le poids et la "substance de matière". Dans cette analyse, ce qui ne doi être mué, c'est à la fois ma matière de la monnaie et son poids déterminé15. On peut, certes imprimer une monnaie nouvelle, mais dans ce cas, le changement, d'impression ne doit pas être l'occasion d'une falsification des deux critères mentionnés : or, c'est ce qui se produit le plus souvent... Il est cependant deux circonstances qui autorisent les mutations, la première étant l'émission de fausse monnaie, la seconde l'usure de la monnaie courante16. Mais alors il faut s'interdire de maintenir le cours de la nouvelle monnaie au cours de l'ancienne ; le prince qui agirait ainsi serait à blâmer ; également, s'il a le propos de mettre davantage de monnaie en circulation à la faveur d'une nouvelle frappe, il en tirerait un profit qui serait dommageable à la communauté. On peut donc changer la monnaie dans des conditions bien déterminées, et toutes choses égales par ailleurs.

De la mutation

  • 17 Traité des Monnaies, p. XXX sq.
  • 18 Livre de Politiques, V, 33, fol. 211 c-212 c, Aristote, Politique 1316 a 1 sq. (trad. Tricot, t. I (...)
  • 19 Nicole Oresme, Le Livre du Ciel et du Monde éd. trad. anglaise de A.D. Menut et A.J. Denomy, Madis (...)
  • 20 Traité des monnaies, ρ. XXX sq.
  • 21 Ibid. p. XLIII

9Oresme est trop bon aristotélicien pour ignorer qu'il y a, selon son maître, quatre modes fondamentaux de changement : tout ce qui change, change selon la substance, ou selon la quantité, ou selon la qualité ou selon le lieu ; dans le cas de la monnaie, c'est le changement quantitatif surtout, mais aussi qualitatif qui vont retenir On attention. Cela, qui est valable pour le monde naturel, vaudra a fortiori pour le monde humain et pour la communauté politique. C'est pourquoi la thématique de la proportionnalité va être au premier plan de l'analyse des "mutations"17. L'interrogeant, à la suite d'Aristote, sur les causes de la "corruption" des constitutions dans le Livre de Politiques, l'évêque de Lisieux nous livre en même temps les raisons de la condamnation sans appel des mutations des monnaies. Pourquoi les constitutions dégenèrent-elles ? On connaît la réponse de Platon dans la République, qui implique une analyse du temps, sous tendue par une mathématique héritée des Pythagoriciens consistant pour l'essentiel dans l'établissement du nombre nuptial18, clef du changement. Aristote, peu enclin à mathématiser, critique la conception platonicienne, car il sait très bien qu'en matière de politique, le nombre ne fournit guère d'intelligibilité éclairant le processus de corruption des cités. Oresme lui emboîte le pas dans ce domaine, illustrant le propos d'Aristote par un recours à la théorie des proportions musicales19 reprise dans les gloses du Livre du Ciel et du monde ; comme toute mutation "ne peut estre qu'elle ne soit en mieux ou en non mieux, combien que aucune fois tout ensemble soit très bien, si comme un chant de plusieurs voix très bon ne serait pas si bon si les voix étaient toujours au très meilleur accord" et que, en d'autres termes le monde est semblable à "celui qui danse et ensuit la mesure du chant qu'il écoute", il est préférable, puisqu'il faut se résigner au changement, de l'effectuer en imitant autant que faire se peut les règles de la proportionnalité. Or, s'il est un domaine où c'est possible, c'est bien celui de la monnaie, qui, par la "nature" particulière de son support, est susceptible d'être traitée selon un modèle idéal, de forme mathématique. En effet, dans le Traité des Monnaies, Oresme définit la proportion comme "une comparaison ou habitude faite d'une chose à une autre, si comme en proportion de la monnaie d'or à la monnaie d'argent doit être certaine habitude et proportion en valeur et en pois "20. Une telle proportion doit être conforme à la valeur respective de l'or et de l'argent. Cette valeur, c'est à dire la qualité d'être précieux, ne change pas par "nature" (c'est à dire en son essence). C'est ce qui situe l'or et l'argent dans une domaine des choses de la nature tout à fait particulier, celui des choses qui ne changent guère ou très peu : c'est pourquoi, une fois la proportion calculée sur la valeur en question instituée, il n'appartient à personne de la modifier, puisque pour une fois nous tenons une des structures des relations humaines qui soit aussi peu que possible soumise au changement, loi naturelle des choses du monde sublunaire, et, en particulier des choses humaines. "Monnaie est donc juste et vraie en substance et en poids", conclut Oresme21, et il ne serait pas conforme à son essence qu'elle subisse des altérations.

Usure et mutation

  • 22 Ibid. p. XLVIII
  • 23 Ibid. p. XLIX et Livre de la Sagesse, XI, 21
  • 24 Livre de Politiques, éd. cit. p. 65 sq.
  • 25 Id. Ibid. p. 65
  • 26 Traité des Monnaies, p. LI
  • 27 Ibid. p. LII
  • 28 Ibid. p. LIII

10Opposant monnaie et richesses, Oresme admet la multiplication des secondes comme conforme à la nature, au lieu que faire fructifier la monnaie par toute espèce de mutation est contre nature. On ne s'en étonnera pas, puisque de telles pratiques mettent en péril la nature ou essence même de l'or ou de l'argent, et, par là-même, sinon l'ordre du monde, bien qu'à la limite elles contredisent à sa norme, du moins l'ordre politique : en effet, par nature, la monnaie est chose "non apte à porter"22 et il est monstrueux et contre nature qu'elle le fasse ; du reste, si cela est possible, c'est en raison des mutations. N'est-il pas dit, au Livre de Sapience, que Dieu fit toutes choses en mesure, en poids et en nombre23, comme le rappelle le Livre de Politiques ? Et, de même que, selon Bède et Ovide, l'avarice est semblable à l'hydropisie, car "tant plus boit 1'hydropique, tant a plus soif"24, de même, la racine de ce vice majeures est dans la subversion du moyen en fin :"1'avaricieux ou le convoiteux abuse contre ordre naturel", "car il prend pour fin de quoi il devrait faire moyen". Or, la monnaie n'est pas une fin ; elle est, selon nature, "moyen ordonné à bien vivre"25. Mais il y a plus : le gain "fait en mutation des monnaies est pire que usure", et, si Aristote a condamné cette dernière pratique, il n'a pas analysé la première, celle qui résulte, précisément, de l'altération des espèces, car "encore de son temps n'était point telle malice trouvée"26. S'il est vrai que "de usure, il est certain qu'elle est mauvaise, détestable et inique"27, le profit tiré des mutations est encore pire, car, en un certain sens, la pratique usuraire se justifie en quelque sorte du fait de l'existence d'une sorte de contrat entre l'usurier et sa victime, qui reçoit l'argent du premier "volontairement et de son bon gré". En somme, si l'un des contractants accepte de rendre plus qu'il n'a reçu, il le fait "librement", si l'on ose dire, cependant le profit résultant d'une mutation n'est pas la conséquence d'un accord, plus ou moins explicite, mais une tricherie pure et ε impie. "Car le gain d'un usurier n'est pas tant excessif ne si préjudiciable ou generalle à aucuns, si comme ceste mutation"28.

De la tyrannie

  • 29 Ibid. p. LXXVI
  • 30 Ibid. p. LXXVIII
  • 31 Ibid. p. LXXIX
  • 32 Ibid. p. LXXIV

11Une tyrannie est un régime où le prince gouverne pour son propre profit, non pour le bien commun de tous29, comme "le fait le bon roi ou prince, qui aime le bien et la liberté publique chez ses sujets" Or, un prince qui pratique les mutations veut attirer à lui toutes les richesses, transformant ainsi l'équilibre, la mesure et la proportion de la communauté qu'il gouverne. Le corps social ne peut en effet être préservé que par la nécessaire hiérarchie de ses parties. Le prince, qui en est la tête, le transforme en un monstre en accumulant ainsi indûment les richesses ; la communauté est alors semblable à un corps "duquel la tête est si grosse et le résidu d'icelui est si faible qu'il ne peut la soutenir"30. Les mutations de monnaie, gabelles, exactions diverses sont autant de facteurs de déséquilibre. Reprenant une comparaison d'ordre musical, Oresme considère un corps social ainsi déformé comme semblable à un chœur de νοix dont le mélange serait fait sans respect pour une "proportionnalité égale et amesurée", car, ajoute-t-il, les voix bien proportionnées font joyeuses modulations ou résonances ou chor"31 « De la même maniére, les richesses ne doivent pas être réparties de manière trop inégale entre les parties de la communauté, et si l'on veut que "la doulce mélodie de la royale policie (ne soit (pas) troublée", alors le prince doit se garder de tout excès en ce domaine : "Prendre, donc, ou augmenter son gain ou domaine par les mutations des monnaies est un fait plein de tyrannie et injuste"32

Or, argent, cause de mal ?

12Avec le Traité des Monnaies, nous sommes encore dans la sphère d'influence de la Politique d'Aristote, comme il apparaît par nos analyses précédentes. Du point de vue de la saisie et la compréhension de l'or au Moyen Age, on ne peut que constater combien l'évêque de Lisieux reste tributaire de la fascination exercée par le métal précieux ; mais une telle fascination s'exerce par la médiation des caractères spécifiques de l'or, garant, d'une certaine manière, de l'ordre social, pourvu que ce qui par essence n'est pas soumis au changement ne change pas. C'est parce qu'il est inaltérable que l'or est une monnaie sûre. C'est sa commensurabilité qui le fragilise, c'est pourquoi elle doit rester intouchable ; c'est la raison pour laquelle il faut respecter les règles de proportionnalité établies une fois pour toutes. Il est mesure des mesures, mais une mesure qui, tout en étant abstraite, s'incarne dans un objet concret. En d'autres termes, pour Oresme, la communauté politique n'est pas encore cette société abstraite où ; les lois du marché sont la règle commune pour tous, une société qui ne distingue ni personne ni rang, dans l'égalisation des personnes et des conditions. Il se refuse à admettre qu'un roi, dépositaire d'un pouvoir sacré, soit un spéculateur comme les autres.

  • 33 Michelet, Histoire de France, t. III, p. 509-510.

13A sa mort, "Charles V laissait deux choses, des places bien fortifiées et de l'argent. Après avoir tant donné aux Anglais, aux compagnies, il avait trouve moyen d'amasser dix sept millions. Il avait caché ce trésor à Vincennes, dans l'épaisseur d'un mur", écrit Michelet33. Pourtant il avait entendu les avertissements de son conseiller, puisqu'il avait aboli la pratique de l'altération durant son règne. Il avait thésaurisé, c'est à dire considéré dans le métal précieux l'essence même de la richesse.

14Pour Oresme comme pour son roi, l'or ou l'argent, s'ils sont monnayables, ne sont pas encore une marchandise. Sous les espèces de la monnaie, l'or est un instrument, une mesure, mais il n'est pas autre chose, autrement dit, il n'emmagasine pas de la valeur, il sert à comparer des marchandises C'est devant l'expansion rapide d'une société de type commercial, où la monnaie joue un rôle croissant, avec le développement du crédit et des banques, et où elle fructifie en intérêts qu'Oresme proteste, en théologien fidèle à la tradition. Sa conception de l"'essence" de la monnaie, considérée comme un bien propre, qui n'est ni une richesse naturelle, ni un signe arbitraire de la valeur, qui, enfin, a une valeur en soi, montre à quel point la prise de conscience de sa fonction réelle est restée sous la dépendance de son support traditionnel : l'or, pour autant que l'on puisse dire, du reste, qu'elle soit soit jamais affranchie...

Notes

1 A. Murray, Reason and Society in the Middle Ages, Oxford, 1978, p. 59-80

2 J. Quillet, La philosophie politique du "Songe du Vergier" ; Sources doctrinales, Paris 1977 On trouvera à la fin de cet ouvrage une bibliographie des rares travaux qui ont été consacrés à la pensée d'Oresroe.

3 Le Livre de Éthiques d'Aristote, édition critique d'A.D. Menut, New York 1940, et le Livre de Politiques d'Aristote, du même éditeur, Philadelphie 1970.

4 Nicolaus Oresme, Traktat Uber Geldabwertungen, éd. trad. allemande d'E. Schorer, Jena 1937 ; The De Moneta of Nicholas Oresme and Rnglish Mint Documents, trad. du latin avec une Introduction par Ch. Johnson, Londres,1956 ; Nicole Oresme, Traitie de la Première Invention des Monnoies, reproduction anastatique, Rome 1969 de l'édition de L. Wolowski : Textes Français et latin d'après les manuscrits de la Bibliothèque Impériale (contient également le Traité de la monnoie de Nicolas Copernic), Paris 1864.

5 Le titre de l'ouvrage d'Oresme en latin est le suivant : De origine, natura, iure et mutationibus monetarum. On ne possède pas de manuscrit original du De Moneta.

6 Livre de Éthiques V,.8 fol. 100 a b c det Livre de Politiques, I, 10 et 12 fol. 21 b c.

7 Traité des Monnaies, éd. cit. p. X

8 Ibid. p. XI

9 Ibid. p. IX

10 Ibid. p. XIX

11 Ibid. p. XX-XIII

12 Matthieu, XXII, 21

13 La suite du chapitre VI de l'édition française n'existe pas dans le texte latin ; comme le suggère dans son introduction Ch. Johnson (trad anglaise) elle n'est peut-être pas de la main d'Oresme.

14 Traite des Monnaies p. XXVI-XXVII

15 Ibid. p, XVII

16 Ibid. p. XXVIII-XXIX-, dans le texte latin de 1'éd. Ch. Johnson, p. 14. Il est curieux que Ch. Johnson (Introd. cit. p. X) reproche à Oresme de ne pas tenir compte, dans son analyse des mutations, de l'usure de la monnaie courante, puisque cette cause est mentionnée expressis verbis dans ce passage (que nous citons dans la traduction française d'abord) : "L'aultre cause (de mutation en figure) peult estre que se, d'aventure, la vielle (souligné par nous) monnoie estoit, par son ancien et long cours, tropt fort empirée et diminuée de poix".. Le texte latin dit, à cet endroit : "Alia causa posset esse, si forsan antique moneta esset uetustate nimia imperiorata uel in pondere diminuta".

17 Traité des Monnaies, p. XXX sq.

18 Livre de Politiques, V, 33, fol. 211 c-212 c, Aristote, Politique 1316 a 1 sq. (trad. Tricot, t. II p. 419 sq.) et Platon, République, Livre VIII, 545 d sq., Lois III, 683 e. Voir sur ce point A. Dies, Le Nombre de Platon, Essai d'exégèse et d'histoire, Paris 1936. Oresme s'inspire ici (dans le Livre de Politiques) de l'Institutio musica de Boèce, III, 8 Patrologie latine t. 63 col. 1169 sq.

19 Nicole Oresme, Le Livre du Ciel et du Monde éd. trad. anglaise de A.D. Menut et A.J. Denomy, Madison et Londres, 1968, p. 478 sq.

20 Traité des monnaies, ρ. XXX sq.

21 Ibid. p. XLIII

22 Ibid. p. XLVIII

23 Ibid. p. XLIX et Livre de la Sagesse, XI, 21

24 Livre de Politiques, éd. cit. p. 65 sq.

25 Id. Ibid. p. 65

26 Traité des Monnaies, p. LI

27 Ibid. p. LII

28 Ibid. p. LIII

29 Ibid. p. LXXVI

30 Ibid. p. LXXVIII

31 Ibid. p. LXXIX

32 Ibid. p. LXXIV

33 Michelet, Histoire de France, t. III, p. 509-510.

Auteur

Université de paris-ΧII

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540