Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le diable au Moyen Âge

Le diable et l'enfer : représentation dans la sculpture romane

Étude faite à travers quelques exemples significatifs. Conques, Autun, Saint-Benoît-sur-Loire

Huguette Legros

Texte intégral

  • 1 Il s'agit de la période comprise entre le ive et le ixe siècle.
  • 2 Nous renvoyons pour les illustrations à Sainte Foy de Conques, Zodiaque, les. points cardinaux, pl (...)
  • 3 On trouverait de nombreux exemples illustrés dans Tympans romans, Zodiaque, les points cardinaux ; (...)
  • 4 C'est un motif qu'on retrouve tant dans la peinture que dans la sculpture. C'est la représentation (...)
  • 5 Citons (mais ce ne sont que des exemples parmi d'autres) : Meuilly-en Dijon, Baulieu (où les démon (...)

1Il y a au moins dans l'art, sinon dans la pensée religieuse de cette période un peu confuse qu'on appelle trop volontiers le haut Moyen-Age un dualisme latent ;1 il demeure visible dans la sculpture des premiers édifices romans. Nous considérerons ici le tympan de Conques, certains chapiteaux de Saint Benoît-sur-Loire et le tympan d'Autun2. Ce choix vient de ce que peu de tympans représentent l'enfer avec autant de détails que Conques et Autun ; encore que ce dernier soit d'une facture à la fois plus maniérée et plus sèche (maniérée dans la forme, sèche par l'absence de vie véritable, d'intention autre qu'artistique). Le plus souvent, en effet, les figures démoniaques sont reléguées sur les contreforts latéraux ou sur les archivoltes au profit d'une vision de gloire.3 Il y a là un choix iconographique qui dépend des traditions de sculpture, peut-être, mais surtout d'une volonté d'affirmer au tympan, c'est-à-dire au seuil de l'Eglise, que Dieu règne éternellement et sans conteste - sur la création : Son règne est arrivé ; cette affirmation dégage, partiellement et progressivement, le monde roman des doutes et des inquiétudes des siècles antérieurs, alors que l'homme était obsédé par l'idée et l'image de la pesée des âmes.4 Il nous faut donc considérer ces deux tympans - Conques et Autun - comme l'aboutissement d'une pensée, d'une conception du monde qui faisait de cette vie le temps de la lutte contre le Diable. Les dates sont importantes : Conques, 1065 ; Autun, 1152. Entre les deux une évolution sensible. L'enfer de Conques foisonne, le Diable y trône, certes au registre inférieur, mais sur le même plan qu'Abraham ; à Autun, le Diable n'est plus là, il reste des démons qui jaugent avec précision la valeur des âmes et l'on comprend que, très vite, l'enfer va être relégué dans un registre inférieur toujours plus écrasé par la vision du Christ en majesté jusqu'à n'être plus symbolisé que par des monstres foulés aux pieds par le Christ Rédempteur.5 A Conques, cependant, le Diable est encore un personnage important, il est le Tentateur, image fidèle de toute une vision théologique du monde sur laquelle nous reviendrons. De même, l'iconographie romane nous permet d'imaginer, sinon de savoir, comment les hommes d'alors se représentaient le Malin et ses œuvres.

Le tympan de Conques

ooo

  • 6 Curieusement cet homme n'a pas l'air désespéré et s'oppose par là à des figures telles que celle q (...)
  • 7 Voir J. RIVIERE, Le dogme de la Rédemption au début du xiie siècle, Paris,
  • 8 Il s'agit des offices de complies du dimanche récitées aussi par les fidèles.

2Regardons attentivement le tympan de Conques. Il est divisé symétriquement en deux parties latérales. Le Christ, au centre, (et des registres latéraux et des registres transversaux) détermine l'axe du tympan. Le registre médian représente à droite les élus, à gauche d'abord les anges protecteurs du Christ (remarquons qu'affrontés à l'enfer, ils portent des insignes militaires : le bouclier et l'étendard) puis l'enfer, grouillement de monstres sur la signification duquel nous reviendrons. Au registre inférieur face aux élus, les damnés - et notons là encore combien la symétrie est étonnante : face à l'ange gardien, un démon ; face à Pierre introduisant les élus en Paradis, un démon engouffre les damnés en enfer. Mais plus étonnant encore, Satan trône, placé symétriquement à Abraham et même plus haut que lui. En fait, le Diable est légèrement plus grand qu'Abraham. Qu'est-ce à dire ? Ce tympan est trop soigneusement organisé pour qu'il n'y ait pas là une intention. De fait, Abraham n'est qu'un homme alors qu'on se souvient que Satan fut le plus beau des anges, Lucifer. Déchu, il n'en garde pas moins une certaine majesté. L'Enfer est son royaume, mais aussi ce monde souillé par le péché originel. Regardons la sculpture avec attention : Satan a des traits humains ; mais par opposition à la sérénité des visages du Christ et d'Abraham, il offre aux fidèles une face terrifiante. Son sourire sardonique et la fixité de son regard donnée par les trous de trépan centraux font de lui un personnage inquiétant. Néanmoins, sa posture, et en particulier le geste de sa main gauche, lui confèrent une autorité soulignée encore par le fait qu'il pose ses pieds sur un homme vaincu.6 Une telle scène n'est pas sans nous rappeler la théorie "des droits du démon" telle qu'elle a été exprimée par Sède le Vénérable et qui veut que l'humanité ait été féale de Satan jusqu'à la venue du Christ.7 Or les damnés sont ceux qui ont refusé la Rédemption et donc la souveraineté divine. Nous avons là une représentation significative du Démon, maître de ce monde, Ennemi de l'Homme et souvent vainqueur. Cette figuration procède d'une certaine pensée religieuse : on prie pour éloigner le démon, on craint ses tentations. Ces prières sont nombreuses et fréquentes dans les offices monastiques. Citons, entre autres, (outre le Notre Père) la récitation des Complies. Une relecture attentive de ces textes révèle un dualisme latent soigneusement gommé par la stricte pensée théologique. Ne dit-on pas en parlant de Dieu : "Quis es in cœlis", "Adveniat regnum tum", "Fiat voluntas tua sicut in caelo et in terra" ? - c'est sous-entendre que le monde n'est pas encore complètement dominé par la volonté divine ; de plus n'ajoute-t-on pas : "Ne nos inducas in tentationem" ? la grâce est sans cesse nécessaire pour vaincre le mal ; c'est-à-dire pour les hommes du ixe siècle, pour déjouer les pièges de Satan. Sur ce dernier point, référons nous aux chants de complies. Au moment d'aborder la nuit, les moines implorent la protection de Dieu contre les tentations sans cesse renouvelées du Prince des Ténèbres ; le lecteur exhorte l'assemblée : "Fratres : Sobrii estote, et vigilate : quia adversarius verster diabolus tamquam léo rugiens circuit, guaerens quem devoret : cui resistite fortes in fide."8

Le Diable trônant au registre inférieur de Conques

  • 9 C'est là un chant propre aux moines.
  • 10 Signalons toutefois un chapiteau d'Autun représentant la Tentation au désert, Le monde d'Autun, Zo (...)
  • 11 Pour ce qui est de l'hagiographie de Saint Benoît, cf. Saint Grégoire le Grand, Vie et miracles du (...)
  • 12 Il s'agit de la 3ème face du même chapiteau, qui "raconte" l'histoire de la Tentation.
  • 13 Ce chapiteau fait face au précédent.

3Les moines chantent également : "Procul recedant somnia, Et noctium phantasmata : Hostemque nostrum comprime Ne polluantur corpora. "9 En effet le Démon est l'adversaire, l'Ennemi : qui-tons Conques pour Saint Benoit-sur-Loire et regardons les chapiteaux consacrés aux tentations de Saint Benoit et aux vengeances de Satan. Il y a là toute une tradition religieuse et iconographique qu'il n'est pas inopportun de souligner. Le Saint est d'abord celui qui a su résister aux tentations. Certes, le premier exemple est celui du Christ mais il semble que le plus souvent les sculpteurs aient préféré illustrer la vie du saint patron de l'abbatiale plutôt que les tentations de Jésus10. Ici le Diable tente Saint Benoit en lui amenant une femme dont il a pu autrefois admirer la beauté11 et pour vaincre la tentation, le saint homme devra se rouler dans un buisson d'épines (ou d'orties selon les versions).12 Plus tard, le Diable, furieux de n'avoir pas vaincu le moine, rompra la corde utilisée par Romain pour descendre les vivres à l'ermite de la grotte de Subiaco13. Mais, sur le plan iconographique qui nous intéresse ici au premier chef, voyons comment est représenté le Diable. Le sculpteur lui a donné l'aspect d'un homme aux oreilles d'âne. Il s'agit donc, et nous y reviendrons, d'une dégradation de l'homme perverti par le vice plutôt que d'une représentation chimérique du diable.

  • 14 On trouve les explications détaillées de ces scènes dans le Liber Miraculoremsancte Fidis et dans (...)
  • 15 Cette représentation du mauvais riche est présente dans toutes les abbatiales romanes ; on la retr (...)
  • 16 Nous n'avons pu répertorier de façon exhaustive les figures des damnés : certaines ne sont pas ide (...)

4En fait, le rôle de Tentateur est toujours celui qui fut assigné au démon. Qui va-t-il tenter ? Revenons à Conques : le chevalier, le roi, le moine, le riche - jamais le pauvre. Il y a là peut-être une remarque à faire : le paysan n'est jamais représenté dans l'enfer roman ; il est vrai que les humbles espèrent le sort de Job et ne peuvent croire qu'à une vie meilleure. Enfer comme revendication ? - non ! mais enfer comme satire, oui ! Qui donc voyons-nous parmi les damnés ? Le seigneur qui, pour avoir trop chassé, se fait rôtir par deux diables-lapins ! Il est vrai qu'il allait à la chasse aux heures des messes et saccageait sans vergogne les champs de ses manants. C'est encore un chevalier qui apparaît au registre inférieur gauche : lancé à la poursuite d'un moine de Conques, il se trouve culbuté de son cheval par l'intervention divine et, le crâne fracassé est pris en charge par les démons ; remarquons leurs visages : la férocité de celui qui pique allègrement le cavalier désarçonné et la joie maligne (au sens propre !) de celui qui le regarde "sous le nez".14 Remontons : au registre médian, nous voyons le mauvais roi qui, le crâne dévoré par un démon, se retourne pour désigner Charlemagne introduit parmi les élus ; notons que les visages oui l'entourent évoquent avec une vigueur peu commune la cruauté de la guerre si redoutée des vilains, le supplice du riche qui, par avarice, perdit le Ciel à force de vouloir gagner les biens de la terre jouxte cette scène.15 Enfin, en haut de ce registre médian et occupant toute la largeur, les tourments réservés aux abbés et aux moines.16 Alors, pas de pauvres ? Certes, il n'y en a. pas davantage en Paradis mais la foule des élus est indistincte et chacun peut s'y reconnaître : il suffit d'un peu d'Espérance… alors que l'Enfer est plus individualisé, plus pittoresque, plus "narratif", même s'il semble plus confus.

  • 17 En fait, nous pourrions rétablir les cloisonnements dans cette partie du tympan ; en effet, chaque (...)

5Regardons à nouveau l'ensemble du registre inférieur de Conques ; remarquons en bas à droite l'harmonie du rythme donné par les arcatures et la symétrie des motifs décoratifs : les justes forment un monde cohérent, organisé et qui s'oppose violemment à la confusion de l'enfer. Le sculpteur abandonne apparemment17 tout souci d'ordre et ne semble hanté que par l'appréhension du vide, le foisonnement des scènes est remarquable, et peut-être plus encore, dans le registre médian. Elles s'enchevêtrent ; les cloisonnements eux-mêmes n'y résistent pas et semblent n'être là que pour souligner le désordre qui les fait éclater. Il n'y a aucun rythme dans la sculpture ou plutôt ce qui se révèle est, volontairement, une pluralité de rythme. Les élus ont tous le visage tourné vers le Christ alors que dans le monde infernal on regarde derrière soi, devant soi, en haut, en bas… les démons ne sont pas sagement alignés ; ils prennent les postures les plus étonnantes, peuplant tous les recoins, épousant les lignes du linteau er bâtière. Inutile de dire que le mouvement est plus encore brisé et contourné lorsque la représentation des diables se fait sur les archivoltes du tympan. Il faut alors que le sculpteur épouse le rythme de l'architecture : elle se trouve convulsée, brisée pour des raisons fonctionnelles qui rejoignent le dessein des sculpteurs. Nous avons des exemples de ces contorsions à Vézelay comme à Loissac, à Saulieu comme à Poitiers.

Remarquons l'expression terrifiante des démons qui brandissent les armes, symboles de la guerre. Il est par ailleurs intéressant de comparer les représentations des têtes démoniaques. Des facteurs communs : la denture, l'absence de front, les nez ; mais le Diable d'Autun (ci-contre) a les cheveux hérissés et les oreilles pointues.
TETE DE DIABLE

Supplice de Rainon, seigneur du château d'Aubin en Rouergue : alors qu'il poursuit un moine de Conques, il est jeté à bas de son cheval par une intervention divine et les démons s'emparent de lui.

  • 18 Toutefois, Autun n'a déjà plus autant de vie ; Ghislebert, plus académique, n'a représenté que des (...)
  • 19 Nous avons rencontré le diable à oreilles de lapin au tympan de Conques ; celui qui tente Saint Be (...)
  • 20 Texte extrait des Chroniques de Raoul Glaber, traduction E. POGNON, Gallimard, Paris.
  • 21 Chapiteau du Narthex, 2e pilier Sud, face Est. Il est reproduit planche 63, Le monde de Vézelay, Z (...)
  • 22 Voir la planche 15, Le monde de Vézelay. Zodiaque, les points cardinaux.
  • 23 Petrus Venerabilis, éd. G. CONSTABLE et J. KRITZECK, 1956.
  • 24 Description que nous trouvons dans le De Vita sua, éd. L. BOURGIN, Paris, 1907.

6Si l'enfer roman est un monde grouillant,18 il est aussi polymorphe. En fait, par opposition au Christ immobile et hiératique, le Diable est celui oui change, oui se métamorphose. Il a. aussi bien des oreilles de lapin ou d'âne, une queue courte, un virage déformé, vaguement animal ou simplement humain mais terrible, défiguré par la violence ou la méchanceté.19 C'est que, si l'enfer représente les maux et les vices punis, il est aussi représentation d'une certaine conception du Malin, et cette conception vient des moines. Comment le décrit Raoul Glaber qui Le vit trois fois ? : "De petite taille, la poitrine bossue, le front bas ; une large bouche laissait voir une machoire semblable à celle des chiens ; ses cheveux étaient hérissés, ses mouvements convulsifs."20 fous pourrions regarder à nouveau toutes les figures démoniaques de Conques : chacun de ces traits est illustré mais nous avons choisi cette sculpture de Vézelay21 oui nous semble une étonnante synthèse de la description faite par Raoul Glaber - nous pourrions même dire un étonnant portrait de "son" diable. Il s'agit du motif iconographique que nous avons déjà rencontré : celui de la tentation de Saint Benoît. Regardons la facture du Diable. Il a. les cheveux dressés sur la tête ; le front est presque inexistant, les yeux sont exagérément allongés et leur forme est soulignée par une saillie supérieure ; les oreilles qui gardent une apparence humaine sont cependant trop longues et partent en pointe ; quant à la bouche, elle est largement fendue et s'ouvre comme une gueule ; néanmoins, il faut aller à Autun pour que ce diable acquière de belles dents !22 Il est certain que bien souvent "l'enfer" sortait de l'imagination d'un moine ; ainsi nous pouvons classer par groupes ces portraits démoniaques : Moissac, Souillac et Baulieu présentent des diables maigres et proches des satyres antiques ; à Saulieu, Satan revêt la forme d'un homme ailé au museau pointu comme celui d'un fourmilier : c'est la transcription d'une vision apparue à un moine de Cluny et rapportée par Pierre le Vénérable.23 A Autun, les démons sont des géants à petite tête conformes à la description de Guibert de Logent.24 leurs jambes et leurs bras - nous avons envie de dire leurs membres inférieurs et leurs membres supérieurs-sont démesurément allongés et cet allongement est encore souligné par les nervures qui au lieu d'imprimer un mouvement au corps (comme c'est le cas du drapé de la robe du Christ et de celles des anges) - le raidissent.

TYMPAN D'AUTUN
L'enfer d'Autun (ci-dessus) nous présente des démons conformes à la description qu'en fait Guibert de Nogent. Alors que le diable de la tentation de Saint Benoît à Vézelay ressemble étonnamment à celui des visions personnelles de R. Glaber.

TENTATION DE SAINT BENOIT (Vézelay)

7Ainsi, dans l'univers des formes romanes le Diable est polymorphe, et ses attributs ne sont pas encore fixés. Ils ne le furent que dans l'iconographie gothique - terminologie facile, il faudrait dire dans les représentations démoniaques des cathédrales. En effet, le Diable n'est plus terrifiant ; il n'est qu'un homme un peu enlaidi et les figures épouvantables du monde roman deviennent des faces ricanantes, moqueuses : diables farceurs auxquels on ne semble plus croire, sinon comme un moyen de fixer visuellement la représentation de nos fautes. En fait, le personnage du Démon va devenir une figure pittoresque, et meubler les endroits les plus divers, mais on ne lui accorde plus une place dominante. Et nous en arrivons ainsi par le biais de l'iconographie à retrouver l'évolution de la pensée théologique. De Grégoire le Grand à Saint Anselme, en passant par Raoul Glaber, Guibert de Nogent et Pierre le Vénérable (contemporain traditionnaliste de saint Anselme), il y a toute une démarche spirituelle qui fait du démon une force à part entière, inférieure à Dieu certes, mais ô combien supérieure à l'Homme, vers une conception intime du péché, de la faute, conception qui élimine le Malin en tant qu'entité pour faire place à l'individu pénitent dont la présence éclate au fronton de nos premières cathédrales. Mais il s'agit alors d'un art figé, académique et trop pédagogique pour émouvoir réellement. C'est pourquoi nous en resterons à la confusion grouillante de l'enfer roman dont la richesse et la vie n'ont rien perdu de leur attrait. Le diable fait peur au xie siècle, mais il fascine et il inspire. Il est efficace, au service d'une véritable catéchèse de l'attraction ; générateur de toute une esthétique envoûtante, il exerce encore ses sortilèges et par delà toute pensée théologique, il nous retient comme véritable mythologie de la révolte.

-o-

DISCUSSION

8J.P.Perrot :

9• A propos du rapprochement opéré par le sculpteur d'un chapiteau, du diable et de la musique, je signale qu'il se retrouve très fréquemment dans les Vies de saints, lors de l'épisode de la tentation : on essaie de fléchir la volonté du saint en lui offrant d'immenses richesses, ensuite en essayant de le divertir par des musiciens, enfin en lui présentant une femme. La musique est alors le symbole de tous les plaisirs mondains.

10A moins que la symbolique du chapiteau soit ici tout autre, et que le personnage jouant de la flûte -instrument à vent- signifie que les mauvais conseils que le diable souffle à l'oreille sont une douce musique, mais qu'il faut s'en méfier, car ils ne sont que du vent.

11• Je reviens sur le motif des diables-lapins faisant rôtir le chevalier pour faire remarquer un trait constant de l'Enfer, qui n'a pas été systématiquement analysé, mais qui est apparu incidemment au cours de quelques communications : à savoir que l'enfer se présente le plus souvent comme le monde à l'envers, l'envers du monde. C'est particulièrement net pour ces petits lapins, qui renversent les rôles et font griller celui qui les avait si souvent rôtis quand il était de ce monde. On le retrouve aussi dans les supplices subis par les damnés, qui sont punis par là où ils ont péché, ou plus précisément qui souffrent mille fois ce qu'ils ont fait souffrir aux autres.

  • 1 Il a été fait mention dans la discussion de nombreux autres exemples, en particulier de représenta (...)

12H. LEGROS : Je ne reprendrai pas ici tous les points de la discussion mais seulement certains d'entre eux.1

13Il est vrai que j'ai peu insisté dans mon exposé sur le fait que le Diable de Conques soit un personnage sexué ; cependant, je crois important de revenir sur cette remarque si elle prête à discussion ; cet attribut, remarquable à la fois par le réalisme de la sculpture et par ses proportions, n'est pas, à. mon avis, uniquement, le symbole de la luxure ; en effet, la figuration de ce péché capital est présente au tympan de Conques sous les traits du couple présent à la droite de Satan (nous savons qu'il s'agit d'Hector, seigneur du château de Belfort, qui se montrait les jours de la fête de sainte foy avec une femme adultère ; mais la représentation est traditionnelle) ; en fait, si le Diable présente cet attribut, rarement représenté dans la sculpture romane, sinon sous une forme monstrueuse ou grotesque, c'est qu'il est considéré comme le Seigneur de ce monde ; ce sexe est symbole de puissance autant, sinon plus, que de luxure ; toutefois nous n'oublions pas que si le diable règne sur ce monde c'est essentiellement grâce au péché de chair ; rappelions-nous les principaux instruments de la tentation : la musique profane, la femme et le pouvoir ou l'argent ; nous renvoyons aux diapositives concernant les tentations du Christ et de saint Benoit.

14Si je n'ai fait qu'évoquer la musique comme moyen de tentation c'est que le sujet eût été trop vaste et aurait pu faire l'objet d'un exposé à lui seul. Une bibliographie importante existe sur le sujet et le thème iconographique est répandu ; toutefois, dans la sculpture, il est presque toujours "schématisé" par un diable jouant d'un instrument à vent : je crois en effet, comme on me l'a suggéré dans la discussion, qu'il y a un lien avec tout ce qui est perturbation, tourbillon, etc…en fait, le thème n'est largement exploité que dans la peinture ; quittant l'époque à laquelle je me réfère, je citerai l'enfer du musicien de Jérôme Bosch.

15Pour ce qui est du choix de Conques, je considère cette représentation intéressante par le fait même qu'elle a un caractère populaire et que nous possédons le commentaire de ces scènes - je n'ai inventé aucune des histoires !-il est vrai toutefois qu'elle est originale et par là même relativement isolée ; mais je reviens ici sur ce que j'ai dit : de toute façon, il est peu de tympans qui offrent une véritable imagerie de l'Enfer ; dans la plupart des cas, les sculptures de figures démoniaques sont reléguées dans les voussures ou sur les contreforts et tendent à disparaître à mesure qu'on s'avance dans le xiie siècle. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ait plus de diables dans la sculpture romane tardive ou dans la sculpture gothique ; disons simplement qu'ils sont relégués à des places secondaires au profit des visions de gloire. Ce choix coïncide avec les progrès des hérésies : le tympan de l'Eglise se doit alors d'affirmer le dogme et la souveraineté incontestable et incontestée du Christ triomphant ; de plus, dès Saint Denis, on songera moins à représenter l'Enfer qu'à affirmer la puissance capétienne (voir G. DUBY, le temps des cathédrales). Néanmoins, je souscris totalement à l'objection qui m'a été faite : le diable redeviendra au xive siècle un thème iconographique largement répandu - simplement, je ne vais pas si loin !

16Les chapîteaux de Vézelay présentés au cours des projections sont des chapiteaux de la nef et appartiennent à l'ensemble de la campagne de travaux qui correspond à la consécration de 1104 (l'achèvement se situant autour de 1140-toutefois le problème des datations est toujours sujet à discussion ; en effet, seule la date de consécration est certaine, or elle peut se situer avant ou après l'achèvement des travaux ; de plus, il faut toujours distinguer (ou essayer de le faire) les différentes campagnes de travaux, tout en sachant qu'un élément, surtout un élément décoratif peut être réemployé postérieurement).

17Pour ce qui est des damnés du tympan de Bamberg (1235-1240) que j'ai présenté en opposition avec le désespoir des damnés d'Autun, j'ai peut-être dit un peu vite qu'ils avaient l'air heureux d'aller en Enfer ; néanmoins, je reste étonnée de leur attitude (mouvement un peu dansant des corps) et de leur sourire. Certes, il n'a pas le caractère serein de celui des élus mais il me semble difficile de parler de rictus dans la mesure où il n'évoque pas la douleur ; il participe me semble-t-il d'une joie satanique. Serait-ce comme le suggéra Mademoiselle de Combarieux le sourire de la folie ? Poux juger, je renvoie aux photos de l'ouvrage La Fin du Moyen-Age par Hans H. HOFSTATTER, édition Rencontre, Lausanne p. 56 : on y verra des têtes d'élus et le visage d'un roi damné…

18Enfin, je complèterai la bibliographie sur Conques en ajoutant ces quelques ouvrages : Paul DESCHAMPS, les sculptures de Sainte-Foy de Conques (Bulletin Monumental, 1941). Louis BOUSQUET, Le jugement dernier du tympan de l'église de Conques, 1948.

Notes

1 Il s'agit de la période comprise entre le ive et le ixe siècle.

2 Nous renvoyons pour les illustrations à Sainte Foy de Conques, Zodiaque, les. points cardinaux, planche 66 ; Saint Benoît-sur-Loire, Alpina, "La France illustrée", 1970, pp. 37, 41 ; Le monde d'Autun, Zodiaque, les points cardinaux, planche 4.

3 On trouverait de nombreux exemples illustrés dans Tympans romans, Zodiaque, les points cardinaux ; entre autres : Moissac, planches 15 et 16.

4 C'est un motif qu'on retrouve tant dans la peinture que dans la sculpture. C'est la représentation traditionnelle de la balance tenue par Saint Michel et qu'un démon tente de faire pencher de son côté. Les exemples seraient trop nombreux pour qu'on les cite.

5 Citons (mais ce ne sont que des exemples parmi d'autres) : Meuilly-en Dijon, Baulieu (où les démons sont devenus des bêtes infernales reléguées au linteau).

6 Curieusement cet homme n'a pas l'air désespéré et s'oppose par là à des figures telles que celle que l'on peut voir à Autun : Le monde d'Autun, Zodiaque, les points cardinaux, p. 43. Quant au diable, mentionnons une autre de ses particularités : un sexe érigé, long de 45 cm, symbole supplémentaire de sa domination sur l'humanité pervertie par l'œuvre de chair.

7 Voir J. RIVIERE, Le dogme de la Rédemption au début du xiie siècle, Paris,

8 Il s'agit des offices de complies du dimanche récitées aussi par les fidèles.

9 C'est là un chant propre aux moines.

10 Signalons toutefois un chapiteau d'Autun représentant la Tentation au désert, Le monde d'Autun, Zodiaque, les points cardinaux, planche 36.

11 Pour ce qui est de l'hagiographie de Saint Benoît, cf. Saint Grégoire le Grand, Vie et miracles du Bienheureux Père Saint Benoît, Paris (la Source) ; 1952, Dialogues, II, 2.
Le chapiteau que nous décrivons ici est situé en haut de la nef du xiie siècle, juste avant le transept, à la retombée des arcs des premiers collatéraux sur la gauche. Il faisait partie de la campagne de la fin du xie siècle comprenant le transept et le clocher central.

12 Il s'agit de la 3ème face du même chapiteau, qui "raconte" l'histoire de la Tentation.

13 Ce chapiteau fait face au précédent.

14 On trouve les explications détaillées de ces scènes dans le Liber Miraculoremsancte Fidis et dans le Codex Carnotensis, publiés par A. BOUILLET d'après le manuscrit de Sélestat "Textes pour servir à l'Histoire de France", Paris, 1897. On peut également trouver des extraits du texte des "Miracula" dans Rouergue Roman, Zodiaque, la nuit des temps.

15 Cette représentation du mauvais riche est présente dans toutes les abbatiales romanes ; on la retrouve à Autun sous le couvert de l'Avarice et à Vézelay dans le bas-côté Sud, 4ème pilier Nord. Là encore, ce ne sont que des exemples parmi d'autres. Cette scène n'a plus le pittoresque de celles que nous venons de décrire ; elle s'inscrit dans une tradition iconographique déjà fixée.

16 Nous n'avons pu répertorier de façon exhaustive les figures des damnés : certaines ne sont pas identifiables ; d'autres reprennent des motifs traditionnels : la luxure symbolisée par un couple, l'orgueilleux, le supplice de Judas…

17 En fait, nous pourrions rétablir les cloisonnements dans cette partie du tympan ; en effet, chaque scène occupe un espace déterminé et relativement bien ordonné jusqu'au supplice de Judas, mais ce n'est plus le cas de l'extrêmité gauche de ce registre où la confusion et le grouillement l'emportent.

18 Toutefois, Autun n'a déjà plus autant de vie ; Ghislebert, plus académique, n'a représenté que des scènes traditionnelles (dont la pesée des âmes), et ce choix l'a conduit à les mettre en valeur, laissant pour ce faire de grands espaces vides.

19 Nous avons rencontré le diable à oreilles de lapin au tympan de Conques ; celui qui tente Saint Benoît, au chapiteau de Saint Benoît-sur-Loire, a des oreilles d'âne ; le démon qui, à Conques, pique sauvagement le Comte Rainon, désarçonné, est représenté avec une petite queue bien différente de celle, fourchue, qu'on attribuera plus tard aux représentations de Satan ; les caractères animaux sont trop nombreux, trop variés pour qu'on puisse tous les citer ici ; quant aux faces patibulaires, nous en avons mentionné (et montré) de nombreux exemples.
C'est volontairement que nous négligeons les évocations du démon sous la forme de monstres. Elles sont ou plus tardives (deuxième quart du xiie siècle) ou caractéristiques d'écoles de sculpture bien déterminées : nous songeons tout particulièrement à l'art catalan. Il est vrai qu'alors les représentations démoniaques sont fantastiques. On ne peut savoir que le monstre est un avatar du Démon que par la présence à ses côtés de Saint Michel, ou d'un ange ou encore parce que nous avons affaire à une scène de tentation. Le plus souvent, il s'agit de motifs iconographiques propres à un tibulaires, nous en avons mentionné (et atelier de sculpture ou localisés géographiquement et tributaires de certaines influences orientales - Sassanides entre autres pour ce qui est de l'art catalan. En fait, ces représentations sont trop particulières pour qu'on s'y arrête ici : elles ne rentrent pas dans le cadre de nos remarques et pourraient faire l'objet d'une autre étude.

20 Texte extrait des Chroniques de Raoul Glaber, traduction E. POGNON, Gallimard, Paris.

21 Chapiteau du Narthex, 2e pilier Sud, face Est. Il est reproduit planche 63, Le monde de Vézelay, Zodiaque, les points cardinaux.

22 Voir la planche 15, Le monde de Vézelay. Zodiaque, les points cardinaux.

23 Petrus Venerabilis, éd. G. CONSTABLE et J. KRITZECK, 1956.

24 Description que nous trouvons dans le De Vita sua, éd. L. BOURGIN, Paris, 1907.

Notes de fin

1 Il a été fait mention dans la discussion de nombreux autres exemples, en particulier de représentations méridionales du diable, sous la forme de monstres : nous renvoyons à ce sujet à la note 19 de notre étude.

Table des illustrations

Légende Le tympan de Conques
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Le Diable trônant au registre inférieur de Conques
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende LE MAUVAIS ROI
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Remarquons l'expression terrifiante des démons qui brandissent les armes, symboles de la guerre. Il est par ailleurs intéressant de comparer les représentations des têtes démoniaques. Des facteurs communs : la denture, l'absence de front, les nez ; mais le Diable d'Autun (ci-contre) a les cheveux hérissés et les oreilles pointues.TETE DE DIABLE
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Supplice de Rainon, seigneur du château d'Aubin en Rouergue : alors qu'il poursuit un moine de Conques, il est jeté à bas de son cheval par une intervention divine et les démons s'emparent de lui.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende TYMPAN D'AUTUNL'enfer d'Autun (ci-dessus) nous présente des démons conformes à la description qu'en fait Guibert de Nogent. Alors que le diable de la tentation de Saint Benoît à Vézelay ressemble étonnamment à celui des visions personnelles de R. Glaber.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende TENTATION DE SAINT BENOIT (Vézelay)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2668/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540