Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La digression comme espace de liberté : les « queues » dans les Miracles Notre Dame de Gautier de Coinci

Marie-Geneviève Grossel

Texte intégral

  • 1 Les Miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, publiés par Fr. Koenig, Genève, Droz, 1966-1970 (...)

1Qui dit « di-gression » dit « écart », impliqué en bonne et due étymologie par le préverbe séparatif DI- Faute donc, contre la logique d’un discours qui doit fuir les lignes torses pour courir au plus droit, droit fil, droit chemin, droite ligne du récit linéaire. Moins grave cependant, la digression de langage que la « dé-viance » où la voie se fait ligne de conduite, ou encore le « dé-lire » où l’image paysanne bien oubliée renvoie à l’opprobre l’homme qui s’est avéré incapable de tracer droit son sillon avec le soc... Pour campagnards que, vus d’ici, nous jugions nos ancêtres médiévaux, ce n’est pourtant pas la métaphore de la route – cette tentation à chaque croisée de s’aller perdre pour mieux se retrouver – qui aimante la souveraine imagination du trouvère de Notre Dame, Gautier de Coinci1. « Digresseur » convaincu et fort conscient de l’être, le moine, en bon terrien, rêve plutôt de la mer et nous offre en réflexion sur son écriture cette fascinante explication, qu’on dira introspective, qu’il « prend le large » quand il digresse : la digression comme espace de liberté, donc. Suivre Gautier qui digresse, c’est partir à l’aventure derrière un chevalier errant de l’hagiographie !

2Se pose ainsi d’emblée au lecteur l’irritante difficulté des définitions : digression parce qu’il parle d’autre chose que du miracle qui fait son propos ? La digression apparaîtrait en ce sens comme un écart par rapport à un registre.

3Après le comment, le pourquoi : cette digression, poursuivie et recherchée, récit après récit, dans une bavarde surenchère, quel rôle lui assigne cet écrivain qui croit bien davantage à l’énormité du sublime – appelons-le amplificatio – qu’à l’épure stylisée des trouvères, hantant sans cesse son amour pour Marie ?

4Dernière question, qui n’est pas la plus aisée à résoudre : quel goût a la digression dans la bouche de ce moine gourmand, si prompt à nous évoquer la saveur des mots et des phrases, la musique exquise de la prière, le suc suave du nom de Marie : la digression comme plaisir, pour tout dire, que, derrière lui, nous voilà largement invités à partager ?

5Gautier de Coinci ne cultive pas l’implicite, s’il fait une digression, il faut qu’il nous en avertisse, il en profite pour nous expliquer pourquoi et, même, il nous livre le mode d’emploi pour une saine et instructive lecture de ses digressions. D’abord la fin du récit de miracle :

De ce myracle plus n’y a
Ne ne mes livres plus ne m’en conte...
(IV, 330, v. 222-23)

6ne signe pas la fin de la parole :

Mais par la foy que doy le conte,
N’est pas raisons qu’on me resqueue
Que je n’i face un poi de queue...
(v. 224-6)

7La raison d’exister de cette « queue » tient au genre même du miracle qui se doit d’être aussi clair et précis qu’un témoignage à un procès de sanctification :

Souvent m’est vis, par saint Romacle,
Que que je sui en plain miracle,
Qu’en prison soie en une barge ;
Mais quant sui hors, lors sui au large,
Lors pense et di quanque je veil.
(v. 227-31)

8Non pas hors-sujet mais amplificatio qui confine à l’inflatum :

Je ne puis pas avec la letre
Quanque je puis ajoindre et metre,
Car trop i aroit de delai.
(v. 233-5)

9La « queue » est bien autre chose qu’une moralisation, n’est pas non plus une glose, trop proche du texte, mais le formidable rebond de qui a choisi le miracle comme tremplin de la belle éloquence :

Por ce les queues i ai mises
Et si ai fetes tex devises
Que cui la queue ne plaira
Au polagrefe la laira
Et qui la queue veut eslire
Sans le miracle la puet lire.
(v. 23641 sq.)

10La « queue » donc, si l’on suit le poète, est une sorte d’appendice, inutile au récit, retranchable à volonté, qui vient, évidemment, à la suite du texte. De fait, si cela n’est pas vrai dans tous les cas, ce l’est souvent. Et cette liberté consentie à l’expression explique également la longueur de ces digressions conclusives : les miracles « avec queue » (tous n’en ont pas une !) laissent en moyenne à cette dernière de l’ordre du quart au tiers du texte, ce qui n’est pas rien.

11De quoi parlent les queues ? Elles représentent très souvent l’endroit où le récit miraculaire s’efface devant une satire incendiaire du monde contemporain. La digression vitupère ainsi avec le même élan, mais pas toujours la même ampleur, les sujets qui agacent le bon moine, légion à vrai dire, qui amènent devant nous tour à tour les femmes, les anglais, les sodomites, les papelards et les ivrognes, les prélats adonnés au luxe ou au lucre, les amateurs et compositeurs de littérature profane, les médecins, les vilains, les béguins... entre autres. Il est alors facile de démonter le mécanisme qui déclenche, tel un système à retardement, la satire de la queue – sur un des motifs, parfois totalement accessoire, du récit. J’illustrerai cette constatation très simple avec deux exemples, l’un plutôt satirique, l’autre plutôt didactique.

12Dans le Miracle de Notre Dame de Sardenai, il s’agit d’une pieuse recluse à qui un clerc pèlerin a promis de ramener de son voyage une image de Marie ; mais, chemin faisant, le clerc se rend compte des pouvoirs thaumaturgiques exceptionnels de l’icône et décide de la garder pour lui. Deux miracles le convainquent de son erreur, les vents de la mer le ramènent immanquablement au port près duquel habite la nonne ; il est incapable de retrouver la porte de sortie d’une église dans laquelle il est entré prier. Voilà le pèlerin à l’attache désormais, auprès de l’icône et de la nonne. Nous sommes à la fin du récit, mais non pas à la conclusion. Car le narrateur s’en prend soudain avec une violence que rien n’avait annoncé aux mécréants qui restent fort sceptiques devant les beaux récits de miracles lointains :

Adont si dient, par saint Gile,
Ce n’est mie tout Euvangile
C’on dist au four ne chante as noces.
(IV, p. 400, v. 593-5)

13Les arguments pour tenter d’emporter la conviction cèdent bien vite la place à l’anathème : ne pas croire au miracle raconté est manquer de foi à Dieu, c’est déshonorer Dieu ; ces mécréants sont bestialisés (waignons) par l’insulte qui les ravale au rang d’enchanteurs d’Égypte. Nous ne savons toujours pas pourquoi c’est ce miracle plutôt qu’un autre, tout aussi susceptible d’attiser les soupçons, qui a suscité cette volée d’invectives. Gautier un instant se rassérène, évoque la fin de sa colère et du texte :

Voir, se n’eusse tant affaire,
Volontiers un peu les tappasse.
Mais je voi bien que l’eure passe...
(v. 709-11)

14Nous sommes déjà au vers 714... on s’en retourne à la nonne, du vers 717 au vers 740 pour la fixer enfin, en une sorte d’arrêt sur image, plongée dans la douce récitation de ses Ave... et Gautier repart de plus belle :

En bauboiant nel disoit mie
Ausi com font de telz i a.
(v. 740-1)

15Nous revoilà dans la diatribe de ceux qui prient à toute allure et sans componction véritable, pour qui la prière n’est somme toute qu’une corvée.

16Parfaitement inutile à l’intelligence du miracle, la queue prend ici des airs de mise en scène comique, autant dire cathartique, de la tentation d’incrédulité, probablement bien moins répandue que notre moine feint de le croire ! Débondant sa colère, Gautier en triomphe, en fait triompher son public. En face du récit clair et limpide de la prouesse mariale, le poète plante sa digression en toile de fond, comme si l’on se reconnaissait plus facilement féal de la Vierge miséricordieuse quand on se différencie du sceptique noir et sec que l’injure isole davantage dans son impardonnable maléfice.

  • 2 II, p. 273, sq.
  • 3 On la trouve cependant dans le texte, plus tardif il est vrai (début xive siècle), de Robert le Ch (...)

17Le Miracle de la nonne au cent cinquante saints2, l’emblématique Eulalie, est plus court et de leçon plus sereine. Il ne faut que 116 vers pour nous raconter l’histoire de cette simplette, devenue un vrai moulin à prières, engagée qu’elle s’était dans un vœu insensé de réciter cent cinquante fois le jour ses Ave. Marie elle-même, navrée d’entendre une si louable intention se muer en un bredouillis à la précipitation inaudible, vient lui expliquer gentiment la différence entre quantité et qualité. Du vers 115 au vers 272, la queue avoisine ici les quarante pour cent du texte ! Gautier redouble la mise en garde mariale en s’adressant spécifiquement au monde des religieux. À murmeler, bredeler, bauboier à toute allure leurs heures, ils rendent Dieu lui-même incapable de les suivre. Et de comparer la vitesse de prononciation des syllabes de l’oraison et la lenteur avec laquelle ils dégustent les grands hanaps de breuvages capiteux qui accompagnent les non moins délectables bars, luz et autres lamproies. Une magnifique opposition dresse l’une devant l’autre la bouche, organe engloutissant, et le cœur d’où sortent la musique et l’oraison, la « bouche du cœur » pourrait-on dire, bien moins souvent évoquée que les yeux du cœur, de l’esprit, de l’âme, chers aux mystiques depuis Augustin3. Car pour cet auteur de la voix et du chant, la digression est par essence orale, quand l’écart du récit se fait révélateur écart de langage ; l’incongruité que mime pour la dénoncer la satire ne saurait se ranger au jardin cultivé de la poésie mariale, on la bannit hors, là où l’on peut corriger et vitupérer en toute liberté.

  • 4 Par exemple, Thibaut de Champagne (Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre éd. par A. (...)

18Car la digression est fille de la liberté, hybride ou monstre, pourrait-on dire, au sens du monstrum latin, amené là sous nos yeux pour nous faire signe de la façon la plus démonstrative qui soit, et nous retrouvons l’image du prisonnier en sa barge, livré sans liberté de mouvement, ou plutôt de parole aucune, au pouvoir des flots, pouvoir infini de la puissance céleste. Toute mer est, à la façon des trouvères, « mer sanz rive ni font4 », inquiétante merveille de l’amour pour les chanteurs profanes, de la beauté pour le trouvère de Notre Dame. Et l’ampleur du corpus miraculaire amène souvent notre moine, éperdu dans son rêve d’exhaustivité, à évoquer les infinités océanes. Gautier aime à se peindre devant nous en lecteur qui avance dans le droit fil de son texte de base, celui dont il se dit le translateur fidèle. Mais dire est vivre et dur est le silence imposé à la plume, au cœur de celui qui voudrait réagir, intervenir en acteur dans le film que déroule l’écriture traductrice. C’est, du moins, ce que voudrait nous faire croire Gautier, subtil manipulateur. Car cette liberté éclatante de la satire n’est rien moins qu’une improvisation désordonnée ; elle est soigneusement orchestrée, bâtie, elle a un dessein pour lequel tous les artifices de l’art d’écrire ont été mis en œuvre.

19Voici que s’avance sur les flots gris et instables – la mer n’est pas un espace heureux pour l’homme du Moyen Âge – la nef qui porte la châsse de Notre Dame de Laon. Les fidèles qui la convoient cinglent vers l’Angleterre où ils espèrent bien faire recette, assez pour rebâtir la grande cathédrale dont rêve la petite cité, jadis capitale carolingienne et déjà bien assoupie dans sa torpeur écclésiale. Mauvaise est la mer du Nord où la tempête est moins à redouter que les pirates, mauvais plus encore le cœur des marchands qui ont frété le bâtiment, prompts à promettre leurs gains à Marie quand le danger presse et à tout oublier, une fois le pied sur ce qui est déjà, hélas ! une Albion aussi perfide que soumise aux caprices d’un ciel infiniment pluvieux, terre digne ô combien de ceux qui y habitent, avec ce portrait au vinaigre d’un « doyen anglais » qui n’abritera certes pas des pèlerins trempés et crottés qui viennent, c’est un comble ! concurrencer avec leurs reliques sa propre fête religieuse, source de tant d’heureux profits :

Seignor François, fait li couez,
Entrer çaiens vos ne poez,
Car en tout l’an n’avons nos feste
Qui tant noz vaille com fait ceste.
Et nostre ofrande et nostre aport
Ne volons pas que France emport.
(IV, p. 85 v. 5661)

20On comprendra que notre moine, dont le chauvisnisme semble avoir de profondes racines, ne saurait accepter ces propos outrageants. C’est à la queue du miracle quand l’histoire s’est fort joyeusement dénouée par la déconfiture de cet héréditaire rival, que l’écrivain entonne à pleine voix une digression, qu’à vrai dire, le public, en familier de Gautier, attendait, espérait – et il ne sera pas déçu :

Anglois ne pot amer Franchois...
(v.6)

Che set cascun tout sans doutance
Que le tierç des Anglois paist France.
Mais ne fait mie que sage
Qui fait norrechon cucuage.
(v. 15-18)

Le rois de France est faus naïs
Que tant en laist en cest païs.
Maint mal i font, maint mal i forgent
Et nos bons vins tous nos engorgent.
(v. 60-72)

21On notera dans cette digression l’habituel passage du passé caractérisant le récit (un passé entre guillemets, car tout est mis sous la responsabilité de Maître Hermann de Laon, du texte latin originel) au présent de la satire fondé sur un passé composé qui justifie le présent de colère et d’inimitié, passage enfin du Il, les troisièmes personnes du miracle, au Je du narrateur :

J’aim mout tous tans Englois laïs
Mes je les has lasus amont
(v. 49-50)

22qui cède enfin la place au Nous : Pour ce haïr les devons tous (v. 54). La volonté de ridiculiser l’adversaire fait délibérément verser la digression dans le dramatique, le théâtral. Il semble donc que Gautier ait à sa façon accepté le sens fondamental du mot « satire » = « mélange ou farciture », en accrochant ses queues digressives au registre miraculaire, et créé ainsi un registre nouveau avec des notions anciennes ; on se rappellera, en regard, le texte raide et quasi hiératique des miracles anglo-normands d’Adgar ou la retenue qui étouffe les quelques cris de colère d’un Jean Le Marchant exaltant la douce Dame de Chartres en ses œuvres.

23Le miracle tel que le relatent ces recueils n’est généralement pas un fait contemporain à l’écrivain et à son public ; toujours s’accuse le recul du temps. Temps quasi immémorial dans son ancienneté de saint Basile et de Julien l’Apostat ; et nous sommes presque chez les Pères quand nous marchons dans la noble Constantinoble de jadis. Temps hors du temps du petit Juif de Bourges, ailleurs petit juif de Grèce, ou de nulle part. Quand bien même le miracle se rapproche du hic et nunc, il faut le truchement d’un très ancien vieil homme qui se l’est fait raconter il y a des années par un autre très ancien, tel le mal des Ardents d’Arras ou de Soissons, déjà fixé dans l’autrefois immobile. Marie n’est pas de ce monde, pas de ce temps, mais d’un temps autre qui ressemble au nôtre, mais qui n’est pas le même tout à fait et c’est là le temps du miracle, un espace transcendental peut-être, soudain immergé dans notre immanence ?

24Le temps de la digression, en revanche, plante en pleine vie dans le siècle comme il va, ou plutôt ne va pas, cet exemple de présent éternel qui soudain prend sens et racine en notre vie et en ses misères. Le chemin qui s’ouvre au ciel et mène à la porte étroite, bien saint qui en verrait la droite ligne, quand on n’a que la bouche de son cœur pour se le faire indiquer, il faut beaucoup parler et beaucoup digresser, pour progresser.

25J’en prendrai pour exemple, qui pourrait sembler un contre-exemple, cet événement très réel qui survint un jour dans la vie du moine hagiographie. Au prieuré de Vic-sur-Aisne, bourg aimable quiétement installé dans les vallonnements boisés du Soissonnais, on honorait une petite martyre espagnole, Léocade. Gautier nourrissait en son cœur une tendre inclination pour l’enfant de Tolède, la seconde après Marie la bien aimée ; il lui avait fait confectionner une belle petite châsse toute neuve et précieuse qui attira la convoitise des larrons... Ce fut un moment d’horreur pour le moine : disparition de la châsse ! et les os de la petite fille ? jetés dans l’Aisne. Une fois rétabli l’ordre – la châsse retrouvée, la sainte réinstallée, la procession annuelle instaurée, les miracles multipliés, et plusieurs chants religieux par Gautier composés –, il nous retrace ce miracle en le rattachant à Marie, à Jésus, bref il le réinstalle dans le temps qui aurait dû être le sien, celui des miracles ordinaires, dans l’après du parfait, de l’achevé, quand l’écrit inscrit le sens, infiniment plus important que le fait. Par une dialectique assez extraordinaire, une large digression place cet événement, que Gautier vécut, au cœur de la lutte séculaire que se livrent l’Anemi abominable et le Champion Jésus Christ ; et Gautier de regretter explicitement que David ne soit plus là pour composer sur sa lyre un psaume adéquat. Mais c’est justement pour se glisser de façon implicite dans le rôle du Psalmiste défaillant, sans pour autant omettre de troquer au passage sa plume d’hagiographe pour le registre de l’historien :

Se faire veil relation
Des ans de l’Incarnation,
Lors eut escrit ou cierge nuef
Mil ans deux cenz et dis et nuef.
Cel an fut prise Damiette,
Cel an s’acointa de sa dete
A la mort nos bons abbes Miles.
(III, p. 328, v. 615-21)

26Le temps du miracle, une sorte d’aoriste proche, se trouve ainsi, par le biais de la digression, enraciné dans la longue ligne des siècles, d’avant même l’Incarnation, le temps des Prophètes Chanteurs (un idéal pour Gautier !), il passe par l’aujourd’hui qui n’a rien de bel, moment de l’épreuve transitoire, pour filer, pour aller se ficher, de digression en digression, jusqu’en la plénitude éternelle du sourire de Marie.

27On pourrait même se demander si, par sa mise en œuvre de la digression, Gautier n’a pas apporté sa réponse personnelle à un des problèmes sensibles du « beau xiiie siècle » en sa fleur, celui de la sainteté et de sa place, évoquée de manière lumineuse par A. Vauchez. Car si, en ces années, on continua d’écrire l’hagiographie des saints des temps premiers, les saints inimitables des persécutions et du monde païen, ce fut aussi le temps d’une autre sainteté, l’avènement de la sainteté du présent, vécue par des marchands, des mendiants, des fous et même des femmes, qui soudain accédèrent à l’autel. Et Gautier, qui ne tarit pas d’insultes et de gros rires gras sur les béguines réalise peut-être, à sa façon, entre satire et récit marial, entre texte et digression, l’inscription énigmatique du sacré dans le cœur dur de l’homme, par le détour de Marie, un « Aime Marie et fais ce que voudras » qui se traduirait par un « digresse et tu finiras par tomber sur la droite voie » ?

28Mais quittons ces hasardeuses hypothèses pour en venir au second point.

  • 5 II, p. 5 sq.

29Il est pour la digression chez Gautier un texte d’une richesse inépuisable, c’est le miracle « d’un archevesque de Tolede5 ». Bien connu de l’Histoire, Ildefonse fut à la fois l’élève d’Isidore de Séville, un poète adorateur de Marie, un pasteur attentif à ses ouailles et un fervent de Léocade. Sur tous ces points, Gautier se veut son émule zélé et secrètement jaloux. N’a-t-il pas reçu la garde de l’Enfant de Tolède, devenue patronne de Vic ?

30Deux-cent-huit vers nous racontent avec émotion l’apparition de Léocade à Ildefonse et les hymnes magnifiques que l’archevêque composa en son honneur. Et puis parce qu’également Ildefonse fut, après Jérôme, un adversaire farouche de l’hérésie d’Helvidius, d’un seul coup, Gautier cesse son récit, passe au présent et au Je, à l’invective contre des « hérétiques » tout autres, les Juifs. S’ensuit une véhémente rétractation de la croyance des Juifs, coupables de n’avoir pas su reconnaître le Messie et de persister dans leur erreur. Cette digression véritable (Ildefonse ne fut pas spécialement anti-israélite) dure 267 vers. Une transition de bonne taille (84 vers !) nous ramène par le biais de la louange mariale à Ildefonse, héros éponyme du Miracle, et à son livre. C’est le début du récit d’un second miracle dont fut favorisé Ildefonse, le don par Marie à son cher évêque d’une tunique à la blancheur neigeuse, un vêtement couleur de nuées tissé par les doigts de fée de Notre Dame avec l’impalpable substance d’un fil immatériel. Mais cette druerie est destinée à l’unique Ildefonse ! Que son successeur Syagrius essaie le vêtement magique, et le voilà frappé de mort subite, c’était donc bien une « tunique périlleuse ». Telle est la fin terrestre d’Ildefonse, prélat ô combien différent de ceux que, de ses jours, Gautier voit autour de lui. C’est la seconde digression, annoncée comme telle : « Voir vos dirai des prelas d’ore ».

31Cette digression s’étend du vers 713 au vers 888, elle se poursuit très logiquement par la mise sur la sellette des cardinaux (v. 889), de Rome et de la cour pontificale (v. 916), des chanoines (v. 1009), des clercs en général (v. 1069), de l’Université de Boulogne (v. 1107), des papelards (v. 1149) qui ne sont autres que les sodomites (v. 1225), avant de s’élargir à l’hypocrisie tout entière, car Gautier est déjà hanté par la figure de Faux Semblant. L’excursus nous a conduits jusqu’au v. 1698 ! La boucle se boucle pour nous ramener non à Ildefonse, qui est déjà mort depuis le v. 712, mais à sa mémoire et à sa bien aimée Léocade. C’est d’elle désormais que le texte va s’occuper. Ici, le terme de « roman à tiroirs » serait le bienvenu.

32C’est tout d’abord le saccage du royaume par l’invasion vandale, la récupération des reliques par le roi Louis le Pieux : nous frôlons l’épique. Puis c’est l’arrivée à Soissons de la vierge espagnole ; petite rétrospective sur le Soissons des temps carolingiens où résidait un diable affreux qui se caractérisait par sa voix « orrible et tenebreuse » : « Ve tibi Suessio ! peribis ut Sodoma ! » (v. 1797). À Soissons, que ne touche pas encore le feu promis (ce sera le Mal des Ardents), l’abbaye Saint-Médard est alors prétexte à une liste exhaustive de ses extraordinaires reliques ; sommes-nous loin d’Ildefonse ? en apparence seulement, car la belle Léocade est l’objet de soins un peu trop attentifs de la part de saint Sébastien et saint Grégoire ! Mais Gautier n’a nul besoin du blanc coulon pour lui dicter à l’oreille ce qu’il a à dire, non plus qu’à sa bien aimée !

N’ai nul talent, bien le puis dire
Que m’amie aprengne a lire.
(v. 1887-8)

33Il veut simplement Léocade pour lui en son prieuré de Vic, ce qui adviendra ; le ravisseur de la belle sera le vaillant abbé Mile, oncle de Gautier. Et notre moine d’entonner une hymne laudative à la gloire de Vic, le petit prieuré où la vie est si douce. Le texte s’épanouit en apothéose quand Marie et Léocade accueillent à Vic Cristine, dont Gautier n’oublie nullement de nous préciser qu’il écrivit pour elle une Vie. L’heure de la conclusion approche et, avec elle, une certaine gêne, non d’avoir digressé mais d’avoir un peu longuement digressé :

Sermon ou trop a de delai
Heent sovent et clerc et lai,
(v. 2267-8)

34et une remarque inattendue : s’il ne souffrait pas des épouvantables migraines qui sont son lot, il digresserait encore bien plus ! Mais pour être juste, précisons qu’il n’appelle pas cela « digresser », mais « trouver ».

35On l’aura compris, le Miracle d’un archevêque de Tolède, qui parle de tout ce que Gautier connaît, aime, déteste ou apprécie, est un arbre magnifique avec un petit tronc et de nombreuses grosses branches. Je n’en évoquerai ici qu’un seul aspect.

36À lire la longue satire des prélats, on se sent dans un autre registre que celui de l’hagiographie miraculaire ; de fait, c’est une véritable revue des Etats du Monde. Les thèmes qui se déroulent l’un après l’autre et jusqu’aux métaphores choisies, par exemple les chardonauz, chardons qui poignent, nous savons très bien où Gautier les a pris, ce n’est même pas un « hypotexte », c’est une retranscription avec amplificatio de la Bible de Guiot de Provins, autre bénédictin, qu’à l’évidence, Gautier a lu et apprécie. Nous avons dit que la digression était satire et que la satire était mélange, de registre et de style. Mais la digression est aussi une autre forme de translation, en l’occurrence, d’un texte roman à l’autre. Il ne s’agit pas ici d’un patchwork, car le style flamboyant de Gautier s’approprie le texte originel, en revêt la chair de ses métaphores personnelles, ente sa digression comme une branche étrangère sur un tronc nouveau qui va lui donner, avec sa nouvelle fonction, une nouvelle essence. Et c’est là, de la part de notre auteur, une mainmise des plus conscientes sur ce que précisément il a jugé digne de cette transplantation ; c’est exactement ce qu’il a fait pour les chansons de trouvères en créant la chanson contrefactique, lui qui va même jusqu’à se peindre en chevalier de pastourelle, cueillant au pré des citations une fleurette de pretz qui n’est pas Mariette qui n’est pas Marion, pas non plus Marote, mais bien Marie.

37On comprend alors pourquoi Gautier se sent « au large » dans ses digressions, c’est qu’il use de sa liberté de poète pour recréer un matériau ductile et inépuisable, qui est toute l’œuvre humaine, afin de l’orienter, de lui donner son vrai orient, celui de la perle unique, Marie. La digression apparaît comme un laboratoire où l’auteur fasciné par son propre travail – artisan du compas comme il se décrit – besogne dans l’ardeur de la flamme et réalise ainsi sa propre alchimie du verbe.

38Et pour conclure ces quelques remarques, on pourrait suggérer qu’à y mieux regarder, la digression est aussi une sorte de mise en abîme de l’écriture du récit elle-même. Car les traductions de Gautier ne sont certes pas aussi fidèles qu’il feint de le croire : nous sommes loin du laconique Hermann de Laon, de l’austère Hugues Farsit et même des beaux récits orientaux que Gautier adjoint au livre qu’il dit avoir trouvé dans l’armoire de Saint-Médard, un livre qui n’est rien d’autre au fond que les pages noircies de sa vaste mémoire. Si les miracles qu’opère la petite Léocade à Vic sont si semblables à ceux qu’elle fit jadis à Tolède, eh bien ! c’est que ces miracles en sont la simple reduplication, la réalité d’aujourd’hui venant recouvrir celle d’hier pour la dépasser à la façon dont le Nouveau Testament a réalisé et dépassé l’Ancien. Mais c’est aussi dans tous les registres, dans tous les textes qu’il a entendus, disons même écoutés, que Gautier va aller chercher ce qui donne à son écriture cet aspect si extraordinairement présent, si charnellement vivant. Brèves échappées sur la vie telle que nous la discernons dans les livres du temps, là seulement où pour nous désormais elle reste saissable. Mais aussi écriture sans frontière, plaisir gourmand d’exister qui ne saurait se ficeler dans les contraintes d’un plan ou d’un style soutenu.

  • 6 Guiot de Provins, Oeuvres éd. par J. Orr, Genève, Slatkine Reprints, 1974 (v. 627 sq.).

39La digression qui surgit quand le texte s’achève ou qui éclate au milieu du récit, ferment en pleine pâte un peu trop vite levée, n’est que la poursuite d’une seule et même recherche. Si Gautier habite un monde de mots et qu’il s’en nourrit, comme il le dit, c’est que les mots sont la clef du monde. Dans la digression, on joue à explorer le monde des mots des autres, soit pour les rejeter, et c’est l’invective, soit pour les remettre dans le droit sens, dans un autre sens. Le clerc, disait Guiot de Provins, doit être aiguille de la manete, toujours et invariablement pointée vers l’étoile tresmontainne6. Chez Gautier, l’étoile s’appelle Marie et celui qui tient la manete est son trouvère. Les Miracles Notre Dame ont pour désir de cristalliser autour du récit miraculaire qui s’élève, telle la voix en solo, toutes les autres voix du monde où vit Gautier, un monde bruissant de paroles vives, de textes où s’enferment les paroles. Le Je de l’auteur y tient une place essentielle ; et nous retrouvons, au terme de l’exploration de ces pistes diverses, la même image de la barge et de son occupant, libre, quand il le désire et le décide, de devenir le pilote de la nef, puiqu’aussi bien c’est toujours sur la même mer qu’on est prisonnier ou bien « au large ».

40L’amour ne prend d’existence belle que lorsqu’on le chante, voici ce qu’établirent les troubadours, vite relayés par les trouvères. Gautier, quoi qu’il en juge, est au fond un optimiste, qui pense qu’on peut changer le monde avec les mots, entrer dans « l’oreille du cœur » avec les mots sortis de la « bouche du cœur », à quoi bon, sinon, toutes les mises en garde solennelles, les réprimandes, les moqueries ? Il pense aussi que dès ce monde, on peut vivre de chanter Marie, ce qui, par delà David, est se voir dans le rôle des anges, un ange atrabilaire, soit, mais qu’importe ! L’éblouissante tâche du poète est de relier le terrestre au célestiel ; et si tous les chemins conduisaient jadis à Rome, on peut achever l’analyse en pensant que toutes les digressions permettent seules à la droite ligne du récit que construit l’auteur d’embrasser la totalité du réel pour le décrire et pour le rédimer. Gautier de Coinci ou la dignité essentielle de la digression !

41Dans cette écriture polyphonique où le miracle est la teneur, les multiples voix, fussent-elles celles cacophoniques du siècle, sont autant de mises en valeur de celui qui préféra la chromatique pour chanter Marie :

Amors qui seit bien enchanter
A pluisors fait tel chant chanter
Dont les ames deschantent.
Je ne veil mais chanter tel chant
Mais por celi novel chant chant
De cui li angle chantent.
(I, chanson 1)

Notes

1 Les Miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, publiés par Fr. Koenig, Genève, Droz, 1966-1970 (4 volumes).

2 II, p. 273, sq.

3 On la trouve cependant dans le texte, plus tardif il est vrai (début xive siècle), de Robert le Chartreux : « Ouvrez donques la bouche de vostre cuer et Il l’emplira » (A critical Edition and Study of Frère Robert (chartreux) Le Chastel Perilleux, by Sister Marie Brisson, Analecta Cartusiana, 19, Salzburg, 1974, p. 380).

4 Par exemple, Thibaut de Champagne (Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre éd. par A. Wallensköld, Paris, satf, 1925), chanson 26, v. 10.

5 II, p. 5 sq.

6 Guiot de Provins, Oeuvres éd. par J. Orr, Genève, Slatkine Reprints, 1974 (v. 627 sq.).

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540