Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Un refus de la digression ? Étude de l’art narratif des Croniques et Conquestes de Charlemaine de David Aubert

Carine Bouillot

Texte intégral

  • 1 Nous avons étudié son écriture dans « L’Influence de l’art de conter de David Aubert dans les Chro (...)
  • 2 G. Paris, commentant les feuillets du sommaire écrit : « Ces expressions indiquent bien un auteur (...)

1En 1458, David Aubert réalise pour Jean de Créquy, un des courtisans du puissant duc de Bourgogne, les Croniques et conquestes de Charlemaine. Il a pour tâche de « curieusement enquerir et viseter pluseurs volumes tant en latin comme en françois [...] pour les assembler en ung livre ». Nous ne nous attarderons pas aujourd’hui à déterminer si David Aubert a ici été davantage éditeur, copiste, compilateur, traducteur ou auteur1, cela n’est pas le sujet de ce colloque. Considérons le simplement, comme nous y a invités G. Paris, comme un écrivain, certes un écrivain de seconde plume2.

  • 3 C’est un texte en prose du xiie siècle rédigé à partir de chroniques latines par un imposteur, pré (...)

2Pour réaliser cette œuvre gigantesque, David Aubert s’est fondé sur de nombreuses chansons de geste du cycle du roi et sur les Grandes Chroniques de France conservées à l’abbaye de Saint-Denis3. Le titre Croniques et conquestes semble indiquer une volonté non tant de mettre bout à bout les nombreux récits épiques dont il s’inspire, que de les transposer en une chronique, genre particulièrement prisé depuis le xive siècle, notamment à la cour de Bourgogne avec des auteurs comme Georges Chastelain, Jean Molinet ou Olivier de la Marche. De fait, cette compilation de la matière épique se veut surtout un ouvrage d’« ystorio-grafeur », à savoir un ouvrage qui mêle à l’histoire glorieuse de Charlemagne une réflexion politique et morale :

Les fais des anciens doit on voulentiers lyre, ouir et diligentement retenir car il puent valoir et donner bon exemple aux hardis en armes et nobles de cuer pour eulz moustrer la forme et maniere de gouverner leurs corps et noblement contenir en cheminant le plain chemin ou les patrons de noblesse et parfaitte chevalerie fichi-rent jadis en leur vivant, les bournes pour signer la largue et droite voye d’honneur.
(I, f° 11)

3On s’attend donc tout naturellement à être souvent détourné du sujet principal, les conquêtes de Charlemagne, pour suivre David Aubert sur des voies de traverse, témoignages d’actualité, réflexions politiques et considérations morales.

4Et c’est là tout l’intérêt et le paradoxe de ce texte : alors même que le genre de la chronique invite constamment au détour digressif, l’auteur bourguignon le rejette fermement et promet à ses lecteurs une narration uniforme et continue. Il y aurait donc un refus catégorique de la digression dans les Chroniques et conquestes de Charlemaine. Et pourtant à lire ce long texte, on quitte fréquemment le fil des aventures de Charlemagne pour des épisodes secondaires, des parenthèses d’explication ou encore des excursi moraux. David Aubert aurait-il une autre conception que nous de la digression ? Ou est-ce là le signe qu’il n’a su tenir son pari d’un récit fluide et homogène ? Nous tenterons de répondre à ces questions en étudiant précisément la position de David Aubert sur le sujet de la digression au travers de ses interventions dans le texte. Puis nous considérerons les chemins de traverse qu’il a empruntés en analysant quelques unes de ces digressions dans leurs modalités et leurs finalités.

5Commençons par relire les Croniques et conquestes afin de déterminer précisément la position de David Aubert sur la digression.

6Dans le Prologue des Croniques et conquestes de Charlemaine, David Aubert définit la ligne narrative de son texte. Il s’agit, nous l’avons dit en introduction, de compiler toutes les légendes épiques du cycle du roi et de les adapter aux goûts du xve siècle, par le passage à la prose et à une langue plus moderne. Et dans l’espace narratif de cet ouvrage, l’invention et l’interprétation personnelles n’auront pas leur place, notre auteur l’affirme clairement :

Non obstant ie n’ay point presume y adiouster de mon propre, chose que ie n’ay leu, veu et trouve.
(I, f° 13)

7Il pose ici la vérité comme impératif majeur de sa narration et s’interdit toute création romanesque et toute glose. Très rapidement, il précise d’ailleurs sa position. Refusant de raconter l’enfance de son personnage principal, il justifie, en ces termes, son choix narratif :

L’istoire qui de molt longue matiere assez charge pour descrire les fais du tres renomme Charle le grant [...] se veult passer de racompter de sa iennesse, de sa norreture, de son estude et des ses adventures et ce qui advint au temps du roy Pepin son pere et de la royne Berte au grant pie sa mere.
(I, f° 14)

8Autrement dit, David Aubert choisit d’écarter de son texte tout ce qui lui paraît détourner le lecteur du sujet principal, à savoir les conquêtes du roi Charlemagne. Il assume pleinement ce rejet radical de la digression, comme en témoignent les fréquentes interventions dans lesquelles il repousse hors de son champ narratif tout ce qu’il juge inutile et déviant de son propos. Par exemple, on peut lire à propos des églises édifiées sous les ordres de Charlemagne :

Je n’en parleray plus affin que ie n’eslonge ma raison et ce qui sert a mon pourpos.
(I, f° 84)

9De même évoquant le cheval Broifort gagné à la bataille par le vaillant Ogier, conscient de ce qu’il y a ici matière à un nouveau sujet, il élude sans délai :

Et pour ce que de lui il est fait mention en pluseurs livres bien au long, l’istoire s’en passe.
(I, F 226)

10Avec les Croniques et conquestes de Charlemaine se trouve donc pris l’engagement ferme d’une narration rigoureuse, homogène et continue qui ne mènera pas le lecteur sur des voies de traverse et se gardera de tout ce qui constituera, aux yeux de son auteur, un placage ou une excursion fantaisiste.

11Pourquoi David Aubert refuse-t-il la digression ? Pour répondre à cette question, tournons-nous vers les interventions par lesquelles il tente de justifier ses choix narratifs. En premier lieu, s’il refuse les digressions, c’est qu’il les considère ennuyeuses pour les lecteurs et néfastes pour le bon déroulement du récit. Cela ressort particulièrement de ce passage où le moine Alain va rendre visite à Charlemagne. Tenté de raconter la vie vertueuse du religieux, il se ravise aussitôt :

Nous tairons a tant de sa vertueuse vie que nous avons en brief cy dessus traittie pour ce que l’istoire est moult longue et ce ne sert a mon pourpos.
(I, f° 65)

  • 4 « Trop seroit longue chose a descripre toutes les manieres qu’ilz firent, leurs devises et conoiss (...)

12Arguant des mêmes raisons, il laisse de côté les décisions du concile requis par le pape Adrien (I, f° 40) et les festivités marquant la réconciliation des deux fils de Pépin après le succès de l’entreprise gasconne (I, f° 29 v°)4. En fait, David Aubert a conscience des longueurs inhérentes au genre de la chronique – il s’en excuse d’ailleurs fort souvent -et adopte une écriture de l’efficacité de laquelle la digression se trouve de façon évidente exclue. Il expose ce choix en des termes précis à la fin du premier volume :

Si ne puet point l’istoire de tout parler [...] car par adventure il pourroit trop ennuier aux liseurs et aux escoutans. Et dist en continuant nostre compte au mielx et plus brief que faire se puet.
(I, f° 385 v°)

13Autrement dit, afin de ne pas déplaire à ses lecteurs, et notamment à Jean de Créquy, le commanditaire, le récit doit suivre un rythme soutenu et viser l’essentiel. Par conséquent s’écarter du sujet principal des Croniques et conquestes serait une entreprise des plus fâcheuses dans l’esprit de David Aubert, qui refuse de se laisser emporter par ses pensées et par la fougue du grand style épique dont il s’inspire. Mais il n’est pas non plus aisé de ne pas dévier de la ligne du récit tout en donnant suffisamment d’informations aux lecteurs.

14Voilà pourquoi David Aubert, qui rejette la digression et entend mener son récit avec une rigueur et une efficacité quasi scientifiques, s’engage, quand la cohérence narrative l’impose, dans une forme minimale de digression, un résumé rapide glissé furtivement en parenthèses du récit. L’on rencontre donc de façon récurrente les expressions « abregier » ou « en brief », toujours assorties des excuses du narrateur à s’écarter légèrement du sujet. Nous en avons un exemple pertinent avec l’épisode de l’expédition en Espagne. Tandis que la source principale de David Aubert, le Pseudo-Turpin, mentionnait plusieurs expéditions, l’auteur bourguignon a voulu donner un récit unique de la lutte de Charlemagne contre les Sarrasins :

Veult l’istoire dire que le noble empereur fu par deux fois en Espaigne pour la delivrer des paiens. Mais pour ce que l’escripture serait longue et pourrait baillier ennuy et aussi ce seroit trop a tout desclairier les batailles, assaultz, assamblees... l’istoire s’en passe le plus legierement que faire se puet.
(II, f° 238)

15Cet exemple nous permet d’ailleurs de découvrir la deuxième raison invoquée par David Aubert pour expliquer son refus de la digression. Il a ici fait œuvre de simplification de la source, certes pour ne pas ennuyer, mais surtout pour dégager un récit unique. À ses yeux, en effet, prime la cohérence et la continuité narratives, la linéarité de l’ordonnance des événements relatés. Par conséquent, pour permettre à sa chronique de progresser de façon fluide et homogène, il doit se garder d’emprunter des sentiers détournés et s’appliquer à relier tous les épisodes au personnage principal de son pourpos. Nous le constatons aisément en relisant les transitions qu’il ménage soigneusement entre les différentes péripéties royales : toutes les expressions utilisées renvoient à Charlemagne afin d’éviter la dispersion du récit. Par exemple, voici comment il clôt le premier volet de la guerre contre les Saxons avant de procéder à la description du camp français :

Et plus ne parle l’istoire de ceste guere et rent fin ; laquele le trespuissant prince Charlemaine acheva moult eureusement. Et maintenant nous parlerons de Charlemaine et de son armee.
(I, f° 42 v°)

16Tout est ici logique car la dispositio demeure cohérente, les deux épisodes se trouvant reliés au personnage principal. C’est donc ce souci permanent de l’ordre et de la continuité narrative qui permet à notre prosateur de ne pas céder à la tentation de la digression, que l’on sent parfois affleurer. Cela transparaît bien dans la scène où Roland affronte Marsile en combat singulier : insistant sur la haine réciproque des deux hommes, David Aubert aurait bien envie de raconter l’événement qui a engendré ce sentiment violent,

Et qui demanderait dont procedoit la premiere hayne que Marcille pouoit avoir vers Rolant, l’istoire raconte que...
(II, 2, f° 11 v°)

17Et de renvoyer à l’épisode du poing tranché au cours d’une bataille menée par Renaut de Montauban contre le païen Danemont. Se rendant alors compte qu’il s’écarte de son propos, il abandonne son conte et s’en retourne derechef sur le droit chemin en des termes, certes un peu gauches :

Pour ce que l’istoyre des quatre filz Hemon n’est point a mettre avecques cette presente, je m’en deporte et retourneray au pourpos.

18Si la cohérence demeure sauve, l’on perçoit déjà avec cet exemple, que l’engagement d’une narration sans digression relève souvent, dans les Croniques, de la gageure. En présence d’un auteur aussi radical sur les inconvénients du détour digressif, nous nous attendons à lire un récit extrêmement rigoureux qui, avec une opiniâtre obstination, s’en tiendrait à l’essentiel. Combien grande est alors notre surprise à découvrir les nombreux rappels, les explications et autres excursi moraux qui émaillent ce long texte et le placent par conséquent sous le signe de la digression. David Aubert aurait-il échoué à tenir son engagement d’une écriture sans fracture ?

  • 5 F. Suard a étudié dans cette perspective le remaniement de « Girart de Vienne dans les Chroniques (...)

19En premier lieu, nous pouvons considérer comme des digressions, des voies de traverse narratives, tous les petits épisodes qui s’éloignent non seulement des aventures de Charlemagne, mais plus largement de la matière et de l’esprit épiques. Il s’agit de toutes ces petites scènes où apparaissent de charmantes créatures, qui séduisent les guerriers et confèrent aux Croniques et conquestes une forte saveur amoureuse. La première de ces femmes à détourner la narration de David Aubert est Gloriande, la fille de Corsuble, promise au païen Caraheu, mais qui séduit le prisonnier dont elle a la garde, Ogier (I, f° 211-17). L’on peut alors lire de longs monologues amoureux qui rappellent fortement ceux de Didon et Lavine dans l’Enéas (f° 219-23). La seconde beauté sarrasine à ensorceler nos guerriers et à nous détourner de la matière originelle des Croniques, est la reine Ansélise d’Afrique qui offre sa bague à Naymes en une scène de la plus pure courtoisie. Viennent ensuite Flori, la fille de l’empereur Balaam qui sauve de la mort Olivier et ses compagnons (II, 1, f° 49), avant de tomber amoureuse de Guion de Bourgogne (f° 63-70), Sybille qui séduit Baudoin, frère de Roland, ou encore Hélissent que l’on découvre sur l’herbe, aux côtés de Berart de Montdidier en plein rendez-vous galant (f° 170-1). N’oublions pas le fort long épisode de la rencontre entre Aude et Roland, où le thème amoureux s’ancre fortement. On retrouve dans tous ces épisodes la fine omor traditionnelle et son lexique courtois « soulas », « delit », « sorplus », « gente », et ses éléments caractéristiques pour peindre la rencontre amoureuse, la métaphore du dard, les signes cliniques du mal d’amour, le rendez-vous au verger, le don de l’anneau et les échanges amoureux. Le narrateur s’écarte, alors, de l’inspiration épique et donne à son texte une couleur courtoise et romanesque qui va sans doute dans le sens du goût de l’époque pour le roman chevaleresque5. La digression est alors double, narrative sur le plan de l’histoire racontée elle-même, car l’on quitte le temps de la parenthèse amoureuse le récit bruissant du fracas des armes, stylistique dans la mesure où le thème amoureux marque l’incursion du romanesque dans l’épique.

20La deuxième forme de digression qui apparaît dans l’œuvre de David Aubert relève de l’excursus moral au sens plein du terme et nous semble répondre au projet même de l’auteur. En effet, le Prologue de l’Acteur explique qu’outre honorer la commande de Jean de Créquy, le prosateur bourguignon souhaite remettre à la lumière les légendes épiques dans une fin purement morale :

Les fais des anciens doit on voulentiers lyre, ouyr et diligentement retenir car ils puent valoir et donner bon exemple aux hardis en armes et nobles de cuer pour eulz moustrer la forme et maniere de gouverner leurs corps et noblement contenir [...] Et le gracieux plaisir de la joyeuse lecture ou ilz se delictent rend leurs esperitz fiers, legiers, ioieux, en eulz mesmes, bien diposez ou aultre passe temps leur feroit dommage et aporteroit ennuy et melancoly.
(I, f° 11)

  • 6 Cette forte tendance didactique de la production de Bourgogne est montrée par O. Cartellieri dans (...)

21Dans cette phrase liminaire, il pose bel et bien Charlemagne et ses guerriers comme des parangons de chevalerie et vante les mérites de la bonne lecture, conçue ici comme lecture édifiante. Notons qu’il s’agit d’une caractéristique de la littérature bourguignonne que de vouloir éveiller et éduquer les esprits6. Et à cette tâche, David Aubert ne ménage pas sa peine, insérant dans son récit des commentaires moraux dès qu’un événement ou un personnage s’y prête. Il saisit l’occasion pour disserter sur les bienfaits du malheur qui éprouve les justes et punit les méchants (I, f° 14 v°) ou pour insister sur la nécessité pour l’âme de faire de bonnes actions :

Si pouons par ce entendre que la bonne foy et loy valent peu sans bonnes œuvres et dist l’Escripture que, ainsi, comme le corps est mort et sans âme, pareillement est morte la loy sans bonnes operations.
(I, f° 323)

22De plus, très souvent, il cherche à dégager un sens moral aux événements. Par exemple, il conclut l’épisode de la bataille contre Hunault par un virulent plaidoyer contre la guerre :

Et ainsi va de la guerrre car s’il en prent bien aux ungs aux autres n’en vient que toute perte et maleurté.
(I, F 47)

23Profitant de la présence de l’orgueilleux roi Gargane, il glisse une diatribe qui en fustige le vice :

Et aussi je ne pourroie croire que l’omme obstine en son orgueil peust longuement posseder ung royaulme en paix.
(I, F 100)

24Dernier exemple, un combattant lâche et couard vient-il à s’enfuir du champ de bataille que David Aubert, en moraliste, déplore :

Mais l’on voit souvent advenir que les plus couars vivent le plus longuement et aucune fois le contraire selon les cas qui en ordonnent et que Fortune permet.
(II, f° 116)

25Ces nombreux commentaires moraux sont comme glissés en aparté à l’intention du lecteur qui doit s’enrichir et se corriger au contact de ce livre. Ils constituent de véritables excursi moraux et relèvent par conséquent du procédé digressif. En fait, il était impossible d’assigner à un texte un but pleinement moral sans recourir à la digression, sans doute David Aubert n’en avait-il pas conscience au début de son travail, quand il avait contracté cet engagement d’une narration sans fracture.

26Par ailleurs, dans les Croniques et conquestes de Charlemaine, David Aubert se montre particulièrement soucieux de la clarté de son texte et de la continuité de son récit, nous l’avons déjà signalé. Pour ce faire il ne se contente pas d’organiser rigoureusement la narration et de soigner les enchaînements entre les épisodes, il s’applique à tout justifier, tout expliquer afin de ne pas laisser le lecteur dans l’ignorance. C’est la troisième forme de digression. Ce soin apporté à la dispositio expliquerait qu’un auteur qui entendait éviter à tout prix la narration par rupture et juxtaposition, procède à des rappels, dès lors qu’ils lui paraissent nécessaires à la clarté de la narration. L’on rencontre de fait, très souvent des formules du type « or vous ay je dit » ou « ainsi comme cy dessus est dist » ou encore « vous avez bien fresche memoire comment ». Et dans la mesure où l’on quitte le droit chemin de la narration pour retourner en arrière, nous pouvons considérer le rappel comme une forme de détour digressif. Par conséquent, nous surprenons à nouveau notre auteur en pleine contradiction avec son opinion sur la digression. D’ailleurs, sans doute conscient d’avoir failli à son projet, David Aubert s’en justifie :

Une chose ditte une fois doit estre mise en memoire a gens d’entendement car autrement pourroit estre nommee redite, si ce n’estoit que la matiere quiere le repliquier ou reciter souvant.
(I, f° 34 v°)

27Ne nous méprenons donc pas : les digressions par rappel ne sont nullement l’indice d’un laisser-aller dans l’art de conter, au contraire, il s’agit d’un moyen délibérément mis en œuvre par le narrateur pour apporter ordre et cohérence à la multitude des légendes épiques. C’est le cas dans le récit de la bataille contre les Saxons : avant d’évoquer la trahison de ces derniers, David Aubert procède à un rappel digressif pour donner au lecteur les informations nécessaires à la compréhension de l’épisode :

Bonne memoyre doit avoir souvenance de la foi et leaulté que les Sesnes promirent au puissant et eureux Charlemagne, voire qui a leu le chapitre qui devise la paix.
(I, f° 65)

28Et de résumer point à point le dit chapitre. Autre exemple : après avoir une première fois résisté à la tentation de la digression, il reprend en détail l’épisode de la bataille contre le roi Danemont, au cours de laquelle Roland a tranché le poing à Marsile (II, f° 12). Ce long récit digressif a pour seule fin d’expliquer l’origine de la rancœur de Marsile envers Roland, la formule liminaire de l’épisode ne laisse aucun doute :

Et qui demanderoit dont procedoit la premiere hayne que Marcille pouoit avoir vers Rolant, l’istoire racompte que, du temps de Regnault...
(II, 2, P 12)

  • 7 Cf. également en I, f° 14, 20 v°, 23 v° et 78 v°.

29Si les rappels7 manifestent le soin qu’apporte à la clarté de son récit un narrateur qui ne veut rien laisser dans le flou, les anticipations répondent à ce même souci d’éclairer les lecteurs. Dans la mesure où l’on quitte le présent de la narration pour se projeter dans l’avenir des personnages, on a également affaire au procédé de la digression narrative. Ainsi, bien longtemps avant la débâcle de Roncevaux, David Aubert annonçait-il la trahison et la punition de Ganelon :

Neantmains comme il pleut a nostre seigneur Dieu, le faulz traitre Guennelon n’en receut onques aucune chose car le roi Marcille moru tantost apres la journee de Rainchevaux ou Rolant lui coupa uns bras et Guennelon fu esquartelle a quatre chevaulx. Ainsi finirent ilz leur vie a grant confusion et misere comme cy apres le devisera l’istoire laquelle est en partie encommencie par ceste cause.
(I, f° 320 v°)

  • 8 On pourrait déplorer la même maladresse dans les digressions trop précises, trop éloignées dans le (...)
  • 9 Cf. aussi en I, f° 14 v°, 213, 358 v° ; II, 1, 120, 188 v° et 226 v°, et 2, f° 162 v°.

30Hélas, l’anticipation, trop précise, trop prématurée, annule tout suspense et anéantit toute la dimension tragique des événements. Si les anticipations peuvent rappeler les effets d’annonce qui, dans l’écriture épique primitive, devaient attacher l’auditoire au drame qui se jouait, elles ne visent plus ici à retenir le public, mais à l’éclairer au maximum8. C’est peut-être une faiblesse de l’écriture de David Aubert : à force de tout dire, de prévenir de tout, le récit perd de son piquant et la narration s’essouffle dans l’excès de précision. Nous le constatons également avec toutes les digressions qui ont pour fin d’expliquer un épisode. À tout vouloir justifier et expliquer, l’auteur ôte toute passion à l’histoire de Charlemagne et face à ses nombreuses digressions explicatives l’ennui guette le lecteur, qui ne peut vivre les événements comme c’était le cas avec l’épopée. Ainsi, David Aubert, qui refuse de laisser le moindre espace flou dans sa chronique9, va jusqu’à expliquer l’origine du nom de son héros :

Charlemaine fu en son propre nom appelle Charles mais par ses merveilleus fais fu depuis nonme Charlemaine qui vault autant a dire selon la vraye interpretation comme Charles le grant.
(I, f° 17)

31De même, craignant que les lecteurs du xve siècle ne s’étonnent de la longueur des préparatifs avant une bataille, il signale :

Et vous scavez que les seigneurs et hommes d’armes sont serviz et armez de leurs serviteurs, si ne puent pas entre si soubdainement prestz les ungs comme les autres.
(I, f° 50 v°)

32Certaines digressions paraissent d’ailleurs totalement inutiles, comme celle où il explique ce que devient Hunault après sa fuite : le personnage ne reparaissant plus dans le récit, pourquoi s’attarder à raconter « ce qu’il devint et en quel province il se retray » (I, f° 24) ? L’obsession de David Aubert pour la logique de sa chronique l’a poussé à commettre des digressions très maladroites. Cela est particulièrement net quand il interrompt la découverte de la dépouille d’Olivier par un récit extrêmement long. Il rapporte l’épisode des gabs de Constantinople (II, 41-44 v°) et s’attarde sur celui d’Olivier qui aura pour conséquence la conception de Galien. Cette digression tient lieu d’explication sur la nature des liens entre Olivier et Galien, mais elle manque singulièrement de pertinence dans la mesure où l’auteur expose la filiation avant même que le personnage ne soit entré en scène ! À force d’explication, le ton se trouve alors objectivisé, uniformisé, le lecteur comprend tout, sait tout, certes, mais il ne ressent plus le puissant souffle épique de la matière originelle.

33Voici venu le moment de conclure. Alors même que David Aubert critique ouvertement la digression, non seulement il la pratique, mais il assume totalement ses propres détours digressifs, comme en témoignent les formules qui les introduisent. Il s’efforce toujours de justifier les voies secondaires sur lesquelles il entraîne ses lecteurs en arguant de la clarté de son récit ou de l’enseignement moral qu’il poursuit dans les Croniques et conquestes de Charlemaine. Ses digressions, dont certaines s’apparentent à la glose, ne sont donc jamais fortuites, mais toujours nées d’une volonté franche et délibérée de tout expliquer, et c’est tout le paradoxe de ce long texte. L’auteur bourguignon aurait-il changé d’avis en cours de rédaction ? Aurait-il pris conscience de l’impossibilité à atteindre la narration linéaire pure ? Il nous semble plutôt que David Aubert n’a pas le sentiment de commettre des digressions quand il explique un événement ou dégage un sens moral : il ne s’écarte pas du sujet, mais il l’approfondit, en exploite la signification profonde pour répondre à son souci premier, écrire un livre moral, comme si la notion de digression se limitait, dans l’esprit de David Aubert, au hors-sujet, au placage ou à l’excursion fantaisiste.

34Reste que, si la plupart sont justifiées par le souci d’édifier le lecteur d’une part, par les nécessités de la cohérence narrative d’autre part, les digressions, dans les Croniques et conqueste ne sont guère plaisantes : en nous entraînant très souvent sur les voies détournées de l’explication et de la morale, notamment dans le second volume, non seulement David Aubert nous a imposé l’inconfort d’un récit sinueux, mais surtout il a ôté tout relief à son récit, il a considérablement affadi son style et bridé le souffle épique primitif.

Notes

1 Nous avons étudié son écriture dans « L’Influence de l’art de conter de David Aubert dans les Chroniques et conquestes de Charlemaine », communication présentée lors du colloque « Le Nord de la France médiévale entre épopées et chroniques », organisé par la branche française de la Société Rencesvals, à Arras les 17, 18 et 19 octobre 2002, sous presse.

2 G. Paris, commentant les feuillets du sommaire écrit : « Ces expressions indiquent bien un auteur et non un simple copiste », dans Histoire poétique de Charlemagne, Paris, 1865, p. 96.

3 C’est un texte en prose du xiie siècle rédigé à partir de chroniques latines par un imposteur, prétendant avoir accompagné Charlemagne durant quatre ans. J. M. G. Schobben a étudié La Part du Pseudo-Turpin, Paris-La Haye, 1969.

4 « Trop seroit longue chose a descripre toutes les manieres qu’ilz firent, leurs devises et conoissements ; mais pour tout conclure ils vindrent au palais et illec seiournerent et toute ioye et festivité l’espace d’un mois entier. » (I, f° 29 v°)

5 F. Suard a étudié dans cette perspective le remaniement de « Girart de Vienne dans les Chroniques et conquestes de Charlemaine », Les Manuscrits de David Aubert, textes réunis par D. Quéruel, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1999.

6 Cette forte tendance didactique de la production de Bourgogne est montrée par O. Cartellieri dans La Cour de Bourgogne, Paris, Payot, 1946.

7 Cf. également en I, f° 14, 20 v°, 23 v° et 78 v°.

8 On pourrait déplorer la même maladresse dans les digressions trop précises, trop éloignées dans le temps du récit, qui annoncent la trahison du traître Hunault (I, f° 34 v°), et surtout la conversion à venir d’Helsis et des siens alors même que la bataille n’a pas encore été livrée (I, f° 75).

9 Cf. aussi en I, f° 14 v°, 213, 358 v° ; II, 1, 120, 188 v° et 226 v°, et 2, f° 162 v°.

Auteur

Saint-Germain-en-Laye

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540