Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le nu et le vêtu au Moyen Âge

Oter et mettre, lacer et délacer dans le Prosa-Lancelot (de L’Enfance de Lancelot à la Karren-Suite)

Claire Rozier

Texte intégral

1L’on s’arme et se désarme beaucoup plus qu’on ne s’habille ou ne se déshabille dans le Prosa-Lancelot. Les combats et les batailles l’emportent, si l’on ne considère que le geste d’ôter et de mettre, de lacer et de délacer, sur l’amour et sur la vie à la cour, c’est-à-dire sur l’hospitalité, les réceptions et les fêtes.

2Notre propos a été d’établir une typologie des gestes qui consistent à « ôter et mettre, lacer et délacer » dans le Prosa-Lancelot, adaptation en moyen haut allemand, du Lancelot en prose, qui a été rédigée entre 1220 et 1225.

3Le fait de procéder par thème permet de relier les gestes aux situations et d’éclairer les uns par les autres.

4L’opposition de base « ôter et mettre » se réalise de trois manières :

  • le premier couple le plus important du point de vue de la fréquence est armer/désarmer ; il concerne les chevaliers : on met et on ôte des armes ;
  • le deuxième par ordre d’importance est vêtir/dévêtir ; il concerne partiellement le monde courtois. Il n’a pas, dans ce cas, d’éléments exogènes, on peut y retrouver des chevaliers, mais on y trouve des gens qui ne font pas partie du premier cercle ; on met et on ôte des vêtements ;
  • le troisième c’est couvrir/découvrir ; on met et on ôte des morceaux d’étoffe.
  • On a relevé les mentions de l’acte d’ôter ou de mettre une arme, un vêtement, une étoffe ou une pièce de tissu, en les situant dans la micro-situation respective, par exemple, le chevalier met son heaume avant le combat et le retire à la fin de la bataille ou l’arrache à son adversaire vaincu.

5Certaines de ces micro-situations s’organisent en couples inversés, comme dans l’exemple du heaume, ou bien sont asymétriques, ainsi l’adoubement (c’est-à-dire le fait de ceindre l’épée au valet) ne s’oppose à aucune action inverse, le statut de chevalier est inaliénable.

1. armer/désarmer

1.1. Les actes asymétriques

1.1.1. Armer ou s’armer

  • 1 Les citations sont tirées de Lancelot und Ginover, I, II, Hans-Hugo Steinhoff, Deutscher Klassiker (...)

6Lorsque le fait d’armer ou de s’armer est lié à un acte officiel comme l’adoubement, celui-ci ne peut être annulé par le fait inverse1.

1.1.1.1. L’adoubement du chevalier

  • 2 II p. 376,1. 21-24, « Da gab er im den halsslag und gurt im das schwert und bat unsern herren got (...)
  • 3 I p. 904,1. 34-35, « und myn herre Gawan gu°rte dem knappen sin schwert umb und spien im sin sporn (...)
  • 4 I p. 398,1. 20-24, « ‘Den schilt und die glen’, sprach der knapp, ‘wil ich gern nemen, das schwert (...)
  • 5 I p. 402,1. 21-24, « Er nam das schwert und gurt es zuhant umb… ‘Got lone myner frauwen’, sprach e (...)

7Le roi ou un héros adoube le valet en lui ceignant l’épée, « das schwert (umb) gurten2 », une seule fois il est aussi fait mention des éperons, « sporn/spien… umb3 ». Seul Lancelot ose, « gethar4 », sur ordre de la reine, s’adouber lui-même, en ceignant l’épée qu’elle lui a offerte5.

1.1.1.2. Le serment

  • 6 I p. 930,1. 17, « Hestor wapent sich biß an das heubt und an die hende und die konigin det die hei (...)

8Le chevalier revêt aussi ses armes, il s’arme, « wapent sich6 », pour prêter serment.

1.1.1.3. Le don

  • 7 II p. 276,1. 32-33, « Da bracht sie mym herren Gawan fast gute wappen und halff im das er wol gewa (...)

9Le chevalier revêt aussi les armes qui lui sont offertes, comme par exemple Gawan rééquipé après sa délivrance de prison, par une demoiselle7.

1.1.2. Désarmer ou se désarmer

10Le chevalier se désarme parfois dans un but bien précis.

1.1.2.1. Contraintes matérielles

  • 8 I p. 870,1. 34-36, « Darnach kam er wiedder zu syner gesellschafft und det synen schilt von im und (...)
  • 9 I p. 1174, 1. 16, « Er (Hestor) det synen helm ab, das er sie deste baß gesehen mocht. » Hestor se (...)

11Il peut tout simplement s’adapter à des contraintes matérielles, par exemple en retirant son heaume ou son écu en raison de la chaleur, « den helm/den schilt dete… von8 », ou bien encore tout simplement pour mieux voir9. Ces cas sont des cas à part, qui ne sont pas symétriques.

1.1.2.2. L’expression des sentiments

  • 10 II p. 264,1. 35-36, « Da daten sie ir helm abe und kusten sich, und einer bevalh den andern got. » (...)
  • 11 I p. 1150,1. 11 -14, « Da det myn herre Gawan sinen helm ab und sinen ku°ff und ging zu dem bette (...)
  • 12 I p. 1236,1. 26-27, « sie entwapent den konig und ging by im slaffen uff ein schôn bette ». Gartis (...)

12Bien sûr le port des armes n’est pas favorable aux embrassades et aux épanchements amoureux et, s’il arrive parfois que, dans leur désir de se donner l’accolade, les chevaliers ne prennent pas le temps de retirer leur armure, « harnnischt », ils prennent habituellement le temps de retirer leur heaume10. Quand il s’agit de la dame, ils sont prêts à bien plus : retirant leur coiffe, « coif11 », et se désarmant entièrement « entwapenen », quand ce n’est pas l’amante qui en prend l’initiative, comme le fait Gartissie12 avec Artus pour ensuite mieux le trahir.

1.1.2.3. Les soins au blessé

  • 13 I p. 902,1. 12-14. « und der knapp entwapent yn und det im alles das gemach das man zu recht gewun (...)
  • 14 I p. 196,1. 19-20, « deth im den schafft uß der schultern ziehen, ee dan man im den halßberg uß de (...)
  • 15 I p. 404,1. 20-21, « Die frauw dete yn (Lancelot) entwapen und fant die wunden groß und tieff. » L (...)

13Enfin, le chevalier blessé se verra retirer ses armes par son écuyer13, un médecin14 ou bien encore, par exemple, une dame15 qui demande qu’on le désarme.

1.2. Les oppositions symétriques

1.2.1. L’arrivée et le départ

  • 16 II p. 342, 1. 29-30, « Die jungfrau dete im den helm abe und halff im das er entwapent wart. » La (...)
  • 17 II p. 694,1.14-15.

14Au terme d’une journée de voyage ou de combat le chevalier prend hôtel et est accueilli dans un château ou dans une demeure. Si la bienséance veut qu’il se présente à visage découvert en signe de paix, il arrive parfois, mais de façon très exceptionnelle, que l’hôte lui-même (le roi Artus en personne, par exemple) ou une demoiselle lui retire son heaume. Amis, compagnons, barons, écuyers, demoiselles16 ou serviteurs s’empressent autour de lui pour l’aider à se défaire de son armure, « hollffent ime auβ dem harnnischt17 », et le désarment, « entwapen ».

  • 18 II p. 634,1. 32-33, « da nahme er seinen harnnischt unnd legt den an unnd nahme da vonn dem kônige (...)

15Mais le départ est toujours plus discret et si parfois un ami est là pour l’aider à s’équiper, le plus souvent le chevalier s’arme seul. Il revêt son armure, « den harnnischt anlegen » ou « anthun18 », prend ses armes, « wapenen », son écu au col, « syn schilt anhangen » et ceint son épée, « das schwert umbgurten ». Plus rarement il protège sa tête et revêt ses manicles « wappenet, heubt unde hende », mais c’est le plus souvent tête et mains nues qu’il quitte son hôtel.

  • 19 II p. 714,1. 27-29 II, « unnd theten ime seinen harnnischt mitt gewalt auß, dann er sagte, er môch (...)

16Une situation particulière montre bien que le fait que mettre son armure est le signal du départ : en effet, lorsque les barons de Gorre entendent dire à Lancelot qu’il ne veut pas rester auprès d’eux et refuse leur hospitalité, ils lui arrachent violemment son armure pour l’empêcher de partir19.

1.2.2. Le combat

  • 20 II p. 456,1. 24-25, « Und sie hallff ime selbs seinenn harnnischt anthun. » Le texte précise bien (...)

17Le héros se prépare au combat seul ou avec l’aide de ses compagnons ou serviteurs. Plus rarement, une femme l’aide à revêtir ses armes (la femme du sénéchal20).

  • 21 II p. 374,1. 31-32, « Sie gurten irn roßen und bunden ir helm off. » Des chevaliers et des écuyers (...)
  • 22 I p. 650, 1.17-19, « Die garczune von den wapen begunden zu ru°ffen in des konig Artus here das ma (...)

18On retrouve ici les gestes du départ de l’hôtel auxquels s’ajoute le fait de mettre son heaume « den helm uffseczen », ou de le lacer « den helm uffbinden21 » ou de lacer son haubert, « coudre », « den halBberg nahten », ainsi que de protéger ses mains, « hende wapenen », avec des manicles. Il sangle aussi son cheval, « gurten ». Le combat peut commencer dès que le heaume est mis. Le signal de la bataille est d’ailleurs donné par l’ordre de mettre son heaume22.

  • 23 I p. 1246, 1. 31-32, « Des tages kam im nie (konig Yder) der helm von dem heubt. » Littéralement : (...)

19Tant qu’il combattra le chevalier gardera son heaume : ne pas l’enlever signifie se battre sans relâche23 (Yder). Inversement la mention que les chevaliers retirent leur heaume signifie que la bataille ou le combat sont terminés. Revenu à son campement ou au château, le chevalier déposera ses autres armes, « sich entwapenen, den harnnischt auβlassen ».

20On rencontre parfois des armes insolites, telle la hallebarde du roi Claudas ou même des armes de fortune, ainsi le manteau que Claudas enroule autour de son bras gauche comme bouclier pour se protéger lors du banquet de couronnement qui tourne mal, circonstance où l’hôte et les convives ne sont pas vraiment équipés pour se battre.

  • 24 Cf., infra, note 34.
  • 25 I p. 494,1. 27-29, « Der wiß ritter enwolt syn nit begeben und volget im ailes mit und ergreiff yn (...)
  • 26 Cf. infra, note 33.
  • 27 II p. 602,1. 14-15, « und (Boort) ropffet ime seinn hellm vonn seinem haupt… »
  • 28 II p. 476,1. 1-3, « unnd rupffet ime den hellm vonn seinem haubt unnd warffe in mitten inn die mat (...)
  • 29 I p. 1208,1. 18-20, « Er ergreiff yn mit dem heim und brach yn im von dem heubt. Da det er im die (...)
  • 30 I p. 494,1. 27-29, « Er stunt ab und dete im die kufe von dem heubt… »
  • 31 I p. 1124,1. 34 et p. 1126, 1. 1-2, « Da saß myn herre Gawan abe und brach y m den heim von dem he (...)
  • 32 II p. 602,1. 21-22, « Darnach hiewe er ime seinn ventaille ab ».
  • 33 II p. 458,1. 33, « rauffet die hellm ab den köpffenn » ; cf. également II p. 556,1. 30.
  • 34 II p. 712,1. 24-25, « Lanntzelot der reiß ime sein hellm vonn seinem haupt abe ». Voir également : (...)

21La tête constitue la partie la plus exposée du corps et, pour la protéger, le chevalier revêt tout d’abord la coiffe et la ventaille et recouvre la coiffe du heaume. Le chevalier vainqueur arrache le heaume et parfois même aussi la coiffe et la ventaille : un vocabulaire riche est attesté à cet égard en allemand, comme « den helm abereiβen24 », « brechen… von25 », « rauffen… ab26 », « ropffen27 », « rupffen28 » ; « die coif ab(e) thun29 », ou « thun… von30 » ou « brechen… von31 », « seinn ventaille hiewen… von32 ». Lancelot, qui accomplit des exploits au tournoi de Pommegly, « fait voler les heaumes des têtes33 ». Encore Lancelot, menant à mal son adversaire Agorindes, lui arrache le heaume34. Réduit à merci, le vaincu doit se rendre aux conditions de son vainqueur ou mourir.

22Une situation analogue peut se présenter en prison où le héros vainqueur retire le heaume de son ennemi prisonnier, « den helm abethun ». Parfois on fait la même chose au prisonnier, la violence étant alors le fait de sbires qui n’hésitent pas à le brutaliser, « den helm brechen/reiβen/rauffen… von ».

  • 35 I p. 28,1. 15-16, « zwenzig ritter kommen, die all ir helme of ir heubt hetten gebunden ». « Vingt (...)

23L’image du heaume lacé semble avoir une valeur métonymique et signifier imminence du combat ou de l’agression. Lorsque Banin, dans la forteresse de Trebe assiégée, voit arriver une importante troupe de chevaliers « heaumes lacés », il en perçoit immédiatement la menace et pense au combat probable35.

1.2.3. La folie de Lancelot

  • 36 I, p. 1248,1. 16, « Die burg war der Vels genant… ».

24On ne s’arme que pour se battre à l’extérieur et si Lancelot, devant le château dit « de la Roche », « der Vels36 (dans le Lancelot en prose, la

  • 37 I, p. 1256-1254, passim et I p. 1254, 1. 14-16, « er sprang von dem bett und ergreiff den schilt d (...)

25« Roche aux Saxons »), où le roi Artus est prisonnier, met son écu dans un espace clos et s’arme, par exemple, dans l’appartement de la reine37, ce geste est un trait de folie. Cet accès de folie se traduit par le fait qu’une fois ainsi armé, il s’en prend, par ailleurs, à des colonnes de pierre et s’en trouve la tête si vide qu’il s’en évanouit.

26La folie est en quelque sorte réversible, Lancelot, dans ce cas, ne fait jamais ce qu’il faut, ni dans un sens ni dans un autre.

27Le chevalier et ses armes sont consubstantiels. Lorsque Lancelot arrache son écu, cela témoigne d’un grand trouble et est un geste inacceptable pour ceux qui l’entourent. Aussi une des thérapies de la Dame du Lac consistera à lui suspendre au cou l’écu qu’il refuse, ce qu’il acceptera parce que le geste vient d’elle et qu’il respecte celle qui l’a éduqué.

1.2.4. L’incognito

  • 38 II s’agit du fameux rendez-vous qui a lieu dans le Lancelot en prose dans le pré aux arbrisseaux o (...)
  • 39 I p. 1236,1. 16-18, « Alda solt ir mich (die konigin) finden und die frauwen von Maloaut mit mir, (...)
  • 40 II p. 402,1. 27, « Lancelot det den helm abe, und der konig erkante yn zuhant… ».

28Le fait de revêtir ses armes permet aussi au chevalier de ne pas être reconnu. Ainsi Ginover et la dame de Maloaut fixent-elles un rendez-vous galant à Lancelot et à Galahot dans un verger (« boumgarten38 ») en leur demandant expressément de venir armés39. Ne pas retirer son heaume permet de préserver l’incognito. Et, inversement, on se donnera à reconnaître en retirant son heaume, c’est le cas, par exemple, de Lancelot qui ôte son heaume avant le deuxième combat contre Meleagant, et ce, conformément à la demande du roi Bandemagus qui, de ce fait, le reconnaît40.

2. Vêtir/dévêtir

2.1. Les actes asymétriques

2.1.1. Vêtir

2.1.1.1. L’« adoubement » religieux

  • 41 Ip. 50,1.12-13, « Zuhant det die ebtissin kleider bringen und wilent sie zuhant off der stat ». «  (...)
  • 42 I p. 50,1. 13, « (die ebtißinn) dete im geistlich kleyder ane ». « (l’abbesse) lui fit endosser le (...)

29Le rite d’initiation que constitue l’adoubement pour les jeunes valets se retrouve dans l’ordre du religieux : une personne habilitée, ici une abbesse, accueille au sein de la communauté régulière une reine (la reine Alene) en lui mettant le voile « wilen41 », ou un écuyer en le revêtant d’habits ecclésiastiques, « geistliche cleider anthun42 ».

2.1.1.2. Le don

  • 43 Par exemple la Dame du Lac qui couvre la tête de Lyonel d’un chapeau fait de fleurs : I p. 166,1. (...)
  • 44 II p. 172,1.27-29, « … er (Galahot) cleite arme lut und schucht sie, er halff witwen und weisen un (...)

30Pratiquant la vertu de munificence, le roi, la reine, la Dame du Lac, ou des demoiselles, revêtent les chevaliers de beaux vêtements, « cleider anthun, cleyden, cleiden, einen mantel umbhangen, einen schapel sec-zen43 », ou bien font des aumônes aux pauvres en les vêtant, « cleiden », et en les chaussant, « schuchen ». C’est le cas de Galahot44 qui, avant de mourir, se soucie de ses bonnes œuvres.

2.1.1.3. L’expression des sentiments

  • 45 II p. 622,1. 1-2, « … das ich keinen rock will anthun außgenohmen meines bulenn hembdt, unnd iren (...)

31Alors que l’armement constituait une entrave à l’expression des sentiments et que donc il convenait au préalable de les retirer, certains vêtements ou accessoires permettent précisément de manifester son attachement envers certaines personnes. Ainsi, pour mériter son amie, un chevalier s’engage-t-il à ne pas porter d’autre chemise que la sienne, « (ir) hembdt anthun », et à se coiffer de sa guimpe, « iren guimple binn-denn umb45… ». Mettre et porter un vêtement déjà porté par son amie était un gage d’amour, la proximité du corps qui a touché les vêtements soulignant la charge érotique de l’acte.

  • 46 II p. 544,1. 23, « … er wolkte es (clainot) umb seinent willen fuehren. » « Il voulait le (le bijo (...)

32Par amitié pour la demoiselle de Hongefort, Bohort veut bien porter le bijou, « clainot fuehren46 », qu’elle lui remet.

  • 47 I p. 364,1. 11-12, « unt thut yn gute cleyder anthun und heißent yn das er sich wol zieret. » Lors (...)

33Pour honorer leur bienfaiteur, des chevaliers revêtent les habits qui viennent de leur être offerts, « rock » ou « cleider anthun47 ».

2.1.2. Se dévêtir comme geste de désespoir

  • 48 I p. 198, 1. 15-16, « er (Phariens) reiß sin cleider und warff sie von im ». « Il (Phariens) déchi (...)
  • 49 I p. 956, 1. 11-13, « Der knapp ging in ein kamern und viel off ein bet, er schlug syn hende zuhau (...)

34Le geste de se déshabiller appelle normalement le geste symétrique de s’habiller, mais nous avons relevé un cas où seul le premier aspect de l’alternative est réalisé. Un chevalier, Phariens, en proie au désespoir, déchire ses vêtements, « cleider reiβen48 », et l’on retrouve ce geste chez un jeune écuyer qui l’accompagne d’autres manifestations tout aussi codées du désespoir telles que frapper ses mains l’une dans l’autre en signe de désespoir et s’arracher les cheveux49.

2.2. Les oppositions symétriques

2.2.1. Le froid, le chaud

  • 50 I p. 884,1. 1, « Da er gewapent was biß an den helm uffzuseczten und an die hende, da det er eine (...)

35S’il arrive au chevalier de retirer son heaume en raison de la chaleur, il ne s’arme pas pour se protéger du froid. Les vêtements ordinaires sont à l’origine d’opérations symétriques en liaison avec la recherche du confort : la reine revêt un surcot (« einen surkot anthun »). Hommes et femmes mettent des manteaux (« einen mantel umbschlagen, anhangen »), ou une chemise (« ein hembdt anthun »). Lancelot enfile sa plus belle cotte ou robe (« seinen besten rock zieht »). Quant à Gawan il met une cape/chape de/à pluie (« einen regenkappen50 »).

36Souffrant de la chaleur, la reine Ginover se dévoile (« entstoppt ir antlitz »).

2.2.2. L’incognito

  • 51 I p. 436,1. 8-9, « Sie was allwege bestoppet, das er sie nicht erkennen möcht. » Il s’agit de l’en (...)
  • 52 I p. 1122,1. 3-4, « … die jungfrauw hett sich so verbunden das man ir nicht ensah dann die augen » (...)
  • 53 II p. 558,1. 32-34, « Die junngfraw war mit ainem samatin rock beklaidet, unnd sie hatte sich so w (...)
  • 54 I p. 428, 1.12-13, « Die jungfrauw hett sich bewunden mit eim cleyde umb das heubt ; hett er sie b (...)
  • 55 II p. 560,1. 17-18, « aber sie hatte sich unnder irem antlitz nicht entplôßet, das sie Boort erken (...)

37Pour préserver leur incognito les femmes se voilent, se couvrent d’une étoffe (« sich bestoppen51, sich verbinden52, sich vermachen53, sich ein cleid bewinden54 »), inversement elles se dévoilent pour lever l’incognito (« sich enstoppen, das antlitz uffbinden, das cleit offheben »). Mais elles peuvent aussi persister dans le secret (« sich niht entplöβen55 »).

  • 56 II p. 124,1. 7-9, « … und (Lancelot) warff den mantel von dem hals. Da bleib er in dem rock stande (...)

38Si les hommes préfèrent recourir à leurs armes pour ne pas être identifiés, il leur arrive parfois d’utiliser un manteau dans la même intention, « er warff den mantel… von56 ».

2.2.3. L’expiation

  • 57 I p. 658,1. 12-14, « Der konig det all syn cleider uß, biß off syn nydercleit, und kam sere weinen (...)
  • 58 II p. 578, 1. 9-14, « Ich wil auch nimmer kein leynen tuch an meinem leib tragenn und haben die ze (...)
  • 59 II p. 164,1. 14-17, « Sie ritten zu Sorelois. Da sie zur stat kamen dar man yn sagt das sie was, s (...)

39Le code social prescrit de se vêtir de manière particulière pour obtenir le pardon. Les hommes doivent retirer leurs vêtements à l’exception de leur chemise (« cleider uβ thun… biβ uff… »). C’est le cas d’Artus pénitent57. La décence veut que les femmes manifestent leur désir d’expiation d’une autre manière, à savoir en choisissant la couleur grise et des étoffes grossières (pas de lin) (« graw thuch ») ou bien encore, en portant leurs vêtements à l’envers (« verkehret »), détermination qu’elle assortit d’autres conditions58. Pour montrer leur désir d’expiation les barons de Tamerlide se déshabillent à l’exception de la chemise59 et se jettent aux pieds de la reine qui va leur pardonner (la scène se passe en Sorelois).

  • 60 La dame de Hongefourt reprend ses habits courtois, II p. 734,1. 33-35, « Uff solchs thet die fraw (...)

40Bien sûr chacun retrouvera ses vêtements habituels, courtois, lorsque le pardon aura été obtenu (« andere cleider/klayder60 »).

2.2.4. Cas particulier

41Dans le cas suivant on retrouve une symétrie boiteuse. Nous avons mentionné que Gartissie avait déshabillé Artus pour se livrer avec lui aux jeux de l’amour. Mais alors qu’il se trouve sans défense en cet appareil, quarante chevaliers de Gartissie font, comme c’était convenu entre eux, irruption dans la chambre, s’emparent du roi et le rhabillent avant de le jeter en prison en compagnie de Keheriet qui dormait dans la pièce à côté et qui subit le même sort.

3. Couvrir et découvrir

42Les situations dans lesquelles on couvre ou on découvre des personnages sont tout à la fois analogues à celles que nous avons déjà rencontrées et spécifiques en raison de la nature particulière de l’objet utilisé qui est une étoffe.

3.1. Les actes asymétriques

43Les actes asymétriques sont tous du type : « couvrir ». Il s’agit de protéger ou de cacher.

3.1.1. Couvrir une dépouille ou un blessé

  • 61 II p. 726,1. 8-11, « unnd decket ine darnach mitt ainem sammat zue, welcher kostlich und reichlich (...)

44Lancelot fait recouvrir la dépouille de son ami le roi Galahot d’un samit (« decken mitt ainem sammat61 »).

  • 62 I p. 526, 33-35, « Sie verdackten die roßbare mit eim herlichen samyt, der yn die fraw von dem Lac (...)

45Les écuyers de Lancelot recouvrent eux aussi de samit leur maître blessé pour le transporter62.

3.1.2. Couvrir comme manifestation de la tristesse

46Galahot affligé par des rêves prémonitoires annonçant sa mort prochaine se couvre les yeux d’une zibeline, manifestant par là combien il est préoccupé.

3.2. Les situations symétriques

3.2.1. Incognito

47Un moyen de ne pas être reconnu est de recouvrir son visage d’une étoffe (« ein tuch niederlassen », « das antlitz bedecken »).

  • 63 I p. 528,1. 33-34, « Und der gewunt ritter hieß das tu°ch off heben… ». Le chevalier sous l’étoffe (...)
  • 64 Id., ibid., 1. 35-36, « (der gewunt ritter) ließ das tu°ch wiedder nyder und forcht das er yn beke (...)

48Si généralement le personnage caché révèle lui-même son identité, Lancelot blessé demande aux gens présents de relever le morceau d’étoffe qui couvre son visage pour qu’on puisse le voir (« das tuch off-heben63 »), mais comme il ne souhaite pas être reconnu, il s’empresse de rabattre l’étoffe « das tuch wiedder nyder64 ».

3.2.2. Panser une blessure

  • 65 I p. 196,1. 20-21, « Sie machten im sin wunden und bundens im zusamen mit starcken banden ». Les s (...)
  • 66 II p. 548,1. 11-12, « verstopffet ime seine wunde mitt ainem zenndell stuck vonn seinem rock, so e (...)
  • 67 II p. 14,1. 12-14, « ‘Nein’, sprach er, ich han sie (wunde) wol gesehen, ir dorffent sie nit decke (...)

49Selon la situation on utilise différents types d’étoffe pour panser les blessures. Un médecin utilisera de fortes bandes prévues à cet effet (« mit starken banden binden65 ») tandis qu’un chevalier sur les lieux du combat utilisera des lambeaux de ses vêtements pour un premier secours (« mit einem stuck von seinem rock verstopffen/verbinden66 »). Un tel bandage provisoire sera retiré pour que soit établi un diagnostic (Lancelot demande à voir la gravité de la blessure de Galahot et, pour ce faire, retire le bandage, « das cleit thun… von67 »).

  • 68 II p. 588,1. 37 et p. 590,1. 1-2, « Allso nahme er dieße zwey eyßerne banndt unnd thet mich mit bi (...)
  • 69 II p. 586, 1. 27-28, « Allso thete sie ain samaten decke vonn ir so uff ir lage biß an den nabell  (...)

50Le pansement vise à guérir le corps blessé. La torture a pour but de blesser le corps sain. Ainsi le roi Vadalon, pour se venger de la fille du roi de Mabon, la fait ceindre (littéralement : « attacher en liant ») de bandes de fer (« mit eyßernen banndten… binndenn68 »). En présence de Bohort qui lui demande quel est son mal, elle découvre elle-même la blessure en relevant jusqu’au nombril la couverture qui la cachait (« die decke uff-thun69 », « soulever la couverture »).

3.2.3. Le bandeau du sommeil

  • 70 I p. 552,1. 2-4, « Die frauw stunt nyder und dete ym das cleit von den augen. Sie begunde sere wey (...)

51Afin de le réveiller pour le soigner une dame retire le bandeau dont un chevalier blessé avait recouvert ses yeux pour dormir. Elle se met alors à pleurer car l’état du blessé l’inquiète au point qu’elle demande au médecin s’il va pouvoir guérir un jour70.

4. Conclusion

52Nous avons constaté que le fait d’ôter et de mettre, de lacer et de délacer constitue une thématique qui en recoupe d’autres, plus larges, telles que les combats, la vie de société ou l’amour qui constituent des mondes clos entre lesquels il peut certes exister des liens, au demeurant non-nécessaires, mais qui peuvent aussi s’opposer.

53Le geste de s’armer ou de se désarmer, de se vêtir ou de se dévêtir fait passer le chevalier d’une sphère à l’autre selon un rituel prévisible.

54Après le combat (tournoi, aventure ou bataille), le chevalier va chercher le repos dans un pavillon ou dans un château où ses hôtes le déshabillent, après quoi il peut jouir de la compagnie de ses parents ou de ses hôtes. Mais au réveil il abandonne presque en catimini ce monde dont toute sa vie est la négation et dans lequel il ne peut faire que de brefs séjours transitoires, et, seul, il reprend ses armes et part, renouvelant son errance et sa quête, remettant en jeu sa vie. Le sommet de son existence est atteint dans l’affrontement avec son adversaire, et, à nouveau, cette situation est délimitée par les gestes de mettre et d’ôter le heaume, protection ultime dont dépend sa vie.

55Les ébats amoureux enfin impliquent la nudité du chevalier et s’il n’est généralement point nécessaire de préciser que, la chose faite, le chevalier se rhabille, on imagine bien la déconvenue d’Artus qui, trahi par Gartissie, est surpris par quarante robustes chevaliers qui l’habillent de force et le jettent en prison.

56Les gestes de mettre et d’ôter réunissent les différentes facettes de la vie du chevalier et confèrent à son existence et au récit une dynamique, une cohésion et un ordre là où régnerait sinon une simple juxtaposition, un morcellement aléatoire.

Notes

1 Les citations sont tirées de Lancelot und Ginover, I, II, Hans-Hugo Steinhoff, Deutscher Klassiker Verlag. Frankfurt am Main 1995.

2 II p. 376,1. 21-24, « Da gab er im den halsslag und gurt im das schwert und bat unsern herren got das er yn gut man mechte durch syn barmherczigkeit ». Il s’agit là de Lancelot qui adoube un écuyer sur les lieux du combat, lui donne la colée et demande à son seigneur Dieu, que, dans sa miséricorde, il en fasse un bon vassal.

3 I p. 904,1. 34-35, « und myn herre Gawan gu°rte dem knappen sin schwert umb und spien im sin sporn umb, als man da spulget. » C’est Gawan qui adoube Helains. Il lui ceint l’épée et lui met les éperons, « comme c’est la coutume », dit le texte.

4 I p. 398,1. 20-24, « ‘Den schilt und die glen’, sprach der knapp, ‘wil ich gern nemen, das schwert gethar ich nit mit recht umb gurten, ich hab zu allererst ander gebott da von.’ ‘Nu duldet doch das es vor uch hange an uwerm sattelbogen.’ » Lancelot refuse de ceindre l’épée d’une autre main que de celle de la reine, mais accepte, devant la demande pressante de la demoiselle, que l’épée soit accrochée à l’arçon de sa selle.

5 I p. 402,1. 21-24, « Er nam das schwert und gurt es zuhant umb… ‘Got lone myner frauwen’, sprach er, ‘das sie mich ritter hatt gemacht ; nu bin ich ritter zu recht.’ Une fois l’épée ceinte, Lancelot loue sa dame, car, dit-il, c’est elle qui l’a fait chevalier, et il est maintenant chevalier à part entière.

6 I p. 930,1. 17, « Hestor wapent sich biß an das heubt und an die hende und die konigin det die heiligen bringen. » Hestor s’arme, sauf de la tête et des mains, pour jurer sur les reliques que la reine fait apporter. Le texte dit quelques lignes plus haut : tous les chevaliers en partance pour une quête devaient jurer sur les reliques pour la durée traditionnelle d’un an.

7 II p. 276,1. 32-33, « Da bracht sie mym herren Gawan fast gute wappen und halff im das er wol gewapent wart. » La demoiselle lui apporte de « bonnes armes » et l’aide à ce qu’il soit « bien armé ».

8 I p. 870,1. 34-36, « Darnach kam er wiedder zu syner gesellschafft und det synen schilt von im und synen helm, wann im heiß was. » Hestor ôte son écu et son heaume « parce qu’il avait chaud. »

9 I p. 1174, 1. 16, « Er (Hestor) det synen helm ab, das er sie deste baß gesehen mocht. » Hestor se décoiffe de son heaume pour voir la dame (Elaine) « d’autant mieux ».

10 II p. 264,1. 35-36, « Da daten sie ir helm abe und kusten sich, und einer bevalh den andern got. » Le duc et Ywan ôtent leur heaume avant de s’embrasser et de se séparer pour tenter l’aventure du « château aux secrets » (« die heimeliche von der burgk », ibid., 1. 29).

11 I p. 1150,1. 11 -14, « Da det myn herre Gawan sinen helm ab und sinen ku°ff und ging zu dem bette da die jungfrau off lag und schlieff. » Gawan ôte son heaume et sa coiffe pour rejoindre une demoiselle dans son lit.

12 I p. 1236,1. 26-27, « sie entwapent den konig und ging by im slaffen uff ein schôn bette ». Gartissie désarme le roi et va se coucher avec lui sur un beau lit.

13 I p. 902,1. 12-14. « und der knapp entwapent yn und det im alles das gemach das man zu recht gewunten rittern sol thun die vehtens mud sint. » L’écuyer désarme le chevalier blessé et lui dispense tous les aises comme il convient de le faire dans un tel cas.

14 I p. 196,1. 19-20, « deth im den schafft uß der schultern ziehen, ee dan man im den halßberg uß dete. » Des médecins ôtent son haubert à Claudas pour le soigner.

15 I p. 404,1. 20-21, « Die frauw dete yn (Lancelot) entwapen und fant die wunden groß und tieff. » La dame fait désarmer Lancelot et trouve sous ses armes des blessures graves et profondes.

16 II p. 342, 1. 29-30, « Die jungfrau dete im den helm abe und halff im das er entwapent wart. » La demoiselle qui reçoit Lancelot dans le château désert lui ôte son heaume et l’aide à se désarmer.

17 II p. 694,1.14-15.

18 II p. 634,1. 32-33, « da nahme er seinen harnnischt unnd legt den an unnd nahme da vonn dem kônige urlaub fast guettiglich. » et II p. 704,1. 1-2, « unnd thet da seinen harnnischt an unnd kame zue Banuis »

19 II p. 714,1. 27-29 II, « unnd theten ime seinen harnnischt mitt gewalt auß, dann er sagte, er môchte mitt nichten aida pleibenn. » La brutalité des barons qui lui arrachent l’armure de force pour montrer leur désir de garder Lancelot auprès d’eux est due au fait que Lancelot ne veut « en aucun cas « (« mit nichten ») accepter leur invitation.

20 II p. 456,1. 24-25, « Und sie hallff ime selbs seinenn harnnischt anthun. » Le texte précise bien qu’elle le fait « elle-même », « selbs ». La motivation de la femme du sénéchal, dans la prison duquel Lancelot est retenu, repose sur le fait qu’elle s’est éprise de lui.

21 II p. 374,1. 31-32, « Sie gurten irn roßen und bunden ir helm off. » Des chevaliers et des écuyers sanglent leur cheval et lacent leur heaume avant de se jeter dans la mêlée.

22 I p. 650, 1.17-19, « Die garczune von den wapen begunden zu ru°ffen in des konig Artus here das man bald die helm off bunde. » Dans l’armée du roi Artus, les garçons se mirent à crier de lacer bientôt les heaumes.

23 I p. 1246, 1. 31-32, « Des tages kam im nie (konig Yder) der helm von dem heubt. » Littéralement : « Le jour passa sans que heaume (du roi Yder) ne quitte sa tête. » Cette belle observation montre bien la valeur du combattant.

24 Cf., infra, note 34.

25 I p. 494,1. 27-29, « Der wiß ritter enwolt syn nit begeben und volget im ailes mit und ergreiff yn umb dem halB und brach im den helm von dem heubt. » Cf. également I p. 432,1. 27-28.

26 Cf. infra, note 33.

27 II p. 602,1. 14-15, « und (Boort) ropffet ime seinn hellm vonn seinem haupt… »

28 II p. 476,1. 1-3, « unnd rupffet ime den hellm vonn seinem haubt unnd warffe in mitten inn die matten hienein unnd schluge im da seinn ventaille ab. »

29 I p. 1208,1. 18-20, « Er ergreiff yn mit dem heim und brach yn im von dem heubt. Da det er im die ku°f ab und sprach, er slug im sin heubt ab,… ». Cf. également I p. 1036,1. 1-3, II p. 130,1. 35, II p. 384,1. 17-18.

30 I p. 494,1. 27-29, « Er stunt ab und dete im die kufe von dem heubt… »

31 I p. 1124,1. 34 et p. 1126, 1. 1-2, « Da saß myn herre Gawan abe und brach y m den heim von dem heubt und die ku°f die alle blutig was. Er sprach, er slug sin heubt abe,… »

32 II p. 602,1. 21-22, « Darnach hiewe er ime seinn ventaille ab ».

33 II p. 458,1. 33, « rauffet die hellm ab den köpffenn » ; cf. également II p. 556,1. 30.

34 II p. 712,1. 24-25, « Lanntzelot der reiß ime sein hellm vonn seinem haupt abe ». Voir également : II p. 476,1. 21-22, II p. 500,1. 29-31, II p. 530,1.34-35, II p. 688,1. 17-19,.

35 I p. 28,1. 15-16, « zwenzig ritter kommen, die all ir helme of ir heubt hetten gebunden ». « Vingt Chevaliers arrivent, tous, heaumes lacés sur leur tête ».

36 I, p. 1248,1. 16, « Die burg war der Vels genant… ».

37 I, p. 1256-1254, passim et I p. 1254, 1. 14-16, « er sprang von dem bett und ergreiff den schilt den die frau von dem Lac der konigin gesant hett, und hing yn umb synen hals. »

38 II s’agit du fameux rendez-vous qui a lieu dans le Lancelot en prose dans le pré aux arbrisseaux où Lancelot et Guenièvre vont échanger leur premier baiser.

39 I p. 1236,1. 16-18, « Alda solt ir mich (die konigin) finden und die frauwen von Maloaut mit mir, und sprich das sie beide gewapent komen ». « C’est là (c’est-à-dire dans le verger) que vous me trouverez (moi = la reine) en compagnie de la Dame de Maloaut et dis-leur qu’ils viennent armés ».

40 II p. 402,1. 27, « Lancelot det den helm abe, und der konig erkante yn zuhant… ».

41 Ip. 50,1.12-13, « Zuhant det die ebtissin kleider bringen und wilent sie zuhant off der stat ». « L’abbesse fit immédiatement apporter les vêtements et lui mit le voile sur-le-champ ».

42 I p. 50,1. 13, « (die ebtißinn) dete im geistlich kleyder ane ». « (l’abbesse) lui fit endosser les habits ecclésiastiques ».

43 Par exemple la Dame du Lac qui couvre la tête de Lyonel d’un chapeau fait de fleurs : I p. 166,1. 8-9, « und saczt im eine schones blumen schapel off sin heubt ».

44 II p. 172,1.27-29, « … er (Galahot) cleite arme lut und schucht sie, er halff witwen und weisen und macht arme gotteshuser rich,… » « Il vêtit les pauvres et les chaussa, il aida les veuves et les orphelins et fit des églises pauvres des églises riches ».

45 II p. 622,1. 1-2, « … das ich keinen rock will anthun außgenohmen meines bulenn hembdt, unnd iren guimple will ich umb mein haupt binnden soviel mir mueglich. » « … que je ne veux pas porter d’autre vêtement que la chemise de mon ami et que j’enroulerai ma tête dans sa guimpe autant que je serai en mesure de le faire ».

46 II p. 544,1. 23, « … er wolkte es (clainot) umb seinent willen fuehren. » « Il voulait le (le bijou) porter par amitié pour elle ».

47 I p. 364,1. 11-12, « unt thut yn gute cleyder anthun und heißent yn das er sich wol zieret. » Lorsque le blanc valet arrive à la cour, Ginover veut qu’on l’habille de « bons » (beaux) vêtements » et les lui fait mettre.

48 I p. 198, 1. 15-16, « er (Phariens) reiß sin cleider und warff sie von im ». « Il (Phariens) déchira ses vêtements et les jeta loin de lui ».

49 I p. 956, 1. 11-13, « Der knapp ging in ein kamern und viel off ein bet, er schlug syn hende zuhauff und macht großen jamer, er raufft syn hare uß und reiß sin cleider von im ». « L’écuyer alla dans une chambre et s’écroula sur un lit, il frappa ses mains l’une dans l’autre et se livra à de fortes lamentations, s’arracha les cheveux et ses vêtements ».

50 I p. 884,1. 1, « Da er gewapent was biß an den helm uffzuseczten und an die hende, da det er eine regenkappen uber sine wapen… » « Alors qu’il était armé sauf du heaume et des mains, il mit sur ses armes une chape de pluie… ».

51 I p. 436,1. 8-9, « Sie was allwege bestoppet, das er sie nicht erkennen möcht. » Il s’agit de l’envoyée de la Dame du Lac, qui est encore voilée afin qu’il ne la reconnaisse pas. Il l’aurait reconnue si elle n’avait pas été voilée ; cf. plus loin 1. 21-22 : « Er sah sie ane und erkant sie da er ir antlicz bloß sah ».

52 I p. 1122,1. 3-4, « … die jungfrauw hett sich so verbunden das man ir nicht ensah dann die augen ». Une demoiselle s’est si bien enveloppée dans un vêtement ou une étoffe que l’on ne voit plus que les yeux, son visage étant caché presque entièrement.

53 II p. 558,1. 32-34, « Die junngfraw war mit ainem samatin rock beklaidet, unnd sie hatte sich so wol vermacht, das mann iro nichts mehr dann die augenn sehen mocht. » Une demoiselle (belle) vêtue d’une robe de samit s’est si bien emmitouflée dedans que, comme dans l’exemple précédent, l’on ne lui voit plus que les yeux.

54 I p. 428, 1.12-13, « Die jungfrauw hett sich bewunden mit eim cleyde umb das heubt ; hett er sie bloß gesehen, er hett sie wol bekant ». « La demoiselle (envoyée de la dame du lac) s’était enveloppé la tête dans une étoffe/dans un voile, et s’il l’avait vue non voilée, il l’aurait reconnue ».

55 II p. 560,1. 17-18, « aber sie hatte sich unnder irem antlitz nicht entplôßet, das sie Boort erkennen môchte ». La demoiselle ne s’est pas « découverte » afin que Bohort ne la reconnaisse pas.

56 II p. 124,1. 7-9, « … und (Lancelot) warff den mantel von dem hals. Da bleib er in dem rock stande und was so wol gethan das yn aile die da waren zu wunder besahen ». « … et (Lancelot) retira son manteau de son cou. Il se trouva debout vêtu de sa robe et il était si bien fait que tous ceux qui étaient là le regardèrent avec admiration ». Lancelot enlève le manteau pour se dévoiler (et alors tous admirent sa beauté), ce qui témoigne du fait qu’il s’était dissimulé grâce à lui dans l’intention de préserver l’anonymat.

57 I p. 658,1. 12-14, « Der konig det all syn cleider uß, biß off syn nydercleit, und kam sere weinende fur sie allesament also gende ». « Le roi ôta tous ses vêtements sauf sa chemise et, fort en pleurs, se présenta ainsi devant tous ».

58 II p. 578, 1. 9-14, « Ich wil auch nimmer kein leynen tuch an meinem leib tragenn und haben die zeytt auß sünnden willenn. So will ich auch kein flaisch, fisch oder keiner ann-derley essen dann brodt unnd dartzue wenig wein trinncken unnd will kein annder tuch an meinem leib haben dann graw thuch ».

59 II p. 164,1. 14-17, « Sie ritten zu Sorelois. Da sie zur stat kamen dar man yn sagt das sie was, sie daten ir cleider uß allesamt biß off das hemd und kamen barfuß fur sie und vielen ir zu fußen ».

60 La dame de Hongefourt reprend ses habits courtois, II p. 734,1. 33-35, « Uff solchs thet die fraw vonn Hongefort anndre klayder an weder inn denen so sie komen was ».

61 II p. 726,1. 8-11, « unnd decket ine darnach mitt ainem sammat zue, welcher kostlich und reichlich gewirckt was vonn goldt unnd edlem gesteine ».

62 I p. 526, 33-35, « Sie verdackten die roßbare mit eim herlichen samyt, der yn die fraw von dem Lack gnung hett gegeben ».

63 I p. 528,1. 33-34, « Und der gewunt ritter hieß das tu°ch off heben… ». Le chevalier sous l’étoffe (Lancelot) demande qu’on la soulève pour qu’on le voie.

64 Id., ibid., 1. 35-36, « (der gewunt ritter) ließ das tu°ch wiedder nyder und forcht das er yn bekente ».

65 I p. 196,1. 20-21, « Sie machten im sin wunden und bundens im zusamen mit starcken banden ». Les soins prodigués par le médecin à Claudas consistent dans l’apposition de fortes bandes de lin pour tenir ses blessures.

66 II p. 548,1. 11-12, « verstopffet ime seine wunde mitt ainem zenndell stuck vonn seinem rock, so er über seinen rock anhatte ». Bohort empêche de couler le sang d’un de ses adversaires vaincu, le neveu de Galindres, en obturant (« verstopffen ») la blessure avec un morceau de cendal qu’il porte sur son propre surcot, ce qui témoigne d’un beau geste d’humanité en dépit de la situation de fin de combat. Lancelot ne se comporte pas autrement face à son adversaire Patrides : II p. 722,1. 32-35, « Lanntzelot schnitte ain stuck vonn seinem sammatinn rock unnd verbande ime seine wunndenn darmitt ». Il déchire un morceau de sa robe de samit pour panser (« verbinden ») ses blessures.

67 II p. 14,1. 12-14, « ‘Nein’, sprach er, ich han sie (wunde) wol gesehen, ir dorffent sie nit decken, laßt mich sehen ob sie icht angstlich sy !’ und det imselb das cleit von dem heubt ». Lancelot dit qu’il a déjà vu la blessure, qu’il ne doit pas la recouvrir et demande qu’on lui laisse voir si elle est grave, ce après quoi il soulève l’étoffe qui recouvre la tête de son ami.

68 II p. 588,1. 37 et p. 590,1. 1-2, « Allso nahme er dieße zwey eyßerne banndt unnd thet mich mit binndenn inn dießer truebseeligkait wie Ir mich sehenn ». La fille du roi de Mabon raconte à Bohort comment le roi Vadalon l’a fait ceindre de bandes de fer et comment il l’a précipitée dans ce malheur où il la voit.

69 II p. 586, 1. 27-28, « Allso thete sie ain samaten decke vonn ir so uff ir lage biß an den nabell ».

70 I p. 552,1. 2-4, « Die frauw stunt nyder und dete ym das cleit von den augen. Sie begunde sere weynen und fragt den arczat ob er icht genesen mocht ».

Auteur

Université de Paris X

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540