Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc au Moyen Âge

D’un Concire

May Plouzeau

Texte intégral

  • 1 Sur le contenu de cet ouvrage, voir May Plouzeau dans les Cahiers de lexicologie 36(1980), note 23 (...)

1Il y a bien longtemps, à la Bibliothèque nationale qui n’était pas encore "de France", j’eus le bonheur de découvrir un fragment de manuscrit amalgamé à la reliure d’un dictionnaire. L’exemplaire, un fort in-4° de 1108 pages coté X 4578, est l’édition donnée à "Alby" en 1674 du Dictionaire du P. Delbrun pour composer avec pureté, elegance & facilité de François en Latin |.| enrichi d’un second Dictionaire pour composer aisement et exactement de Latin en Grec1. Si l’on en démonte la couverture, on peut espérer amener au jour le fragment dont la description va suivre, et dont le contenu sera intégralement transcrit, étant donné les rapports curieusement étroits qu’il entretient avec le présent colloque.

2Aspect matériel. Titre. Feuillet de parchemin de 328 mm sur 219 ; deux colonnes par page ; 46 lignes par colonne ; la décoration consiste en une lettrine d’une hauteur de huit lignes au début du fragment (les quatre premiers vers sont écrits chacun sur deux lignes), puis d’initiales alternativement rouges et bleues, qui marquent le début des vers 19, 101, 141 et 167 ; comme il arrive souvent, ces initiales ne correspondent pas nécessairement à des divisions importantes de la pièce et leur place au vers impair témoigne que le responsable de la décoration n’a pas toujours observé le mouvement des phrases ; c’est pourquoi j’ai introduit mes propres subdivisions dans le morceau édité ; l’écriture, d’une seule main, est du xiiie siècle ; la pièce ne comporte ni rubrique, ni titre : celui que nous avons adopté s’appuie sur le vers 5.

  • 2 France Culture, émission diffusée le mercredi 11 janvier 1995.

3Langue de la copie. Peu marquée dialectalement, elle semble réaliser de façon presque suspecte ce "fantasme francien" dénoncé par Bernard Cerquiglini sur les oncles nationales2.

4L’auteur. Malgré la brièveté du fragment, sa langue se laisse assez aisément caractériser. On notera d’abord que les principes de la déclinaison sont respectés, mais que ne se trouve aucun picardisme, même de ceux qui sont les plus répandus et les plus commodes (possessifs courts, etc.). L’hiatus n’est pas réduit, la distinction entre [-s] et [-ts] partout observée. Rien de cela ne nous permet de descendre bien avant dans le xiiie siècle. En ce qui concerne le lieu de composition, les indices convergent vers l’Ouest : monophtongaison de ai (Jamés 116°), pronom personnel féminin dit tonique (121°), imparfait en -ot (126°, 157°, 173°), désinence de quatrième personne en -on (20°). Ces traits, tous assurés par la rime, sont d’autant plus fiables qu’ils ne peuvent être imputés au scribe : en effet, si ce dernier (comme beaucoup d’autres) a souvent pris soin de modifier ses propres formes en faveur de celles que suppose la langue de l’auteur lorsque la rime est impliquée (et c’est ce qui se produit pour les vers qui viennent d’être cités), nous pouvons voir grâce à des formes placées ailleurs qu’en fin de vers que son propre système est différent : cf. passim Ais, mais, des formes de laissier, etc., le pronom personnel féminin dit tonique li (55, 129), -ons (19, 78, 79, 169), -oit y compris dans les verbes du premier groupe (45, 62, etc.) ; il est important de noter que ne figure aucun contre-exemple dans les séries examinées ci-dessus. A cela s’ajoute le témoignage d’un lexique décidément occidental : à la rime forcible 87°, baïve 104°, endart *112° (le relevé n’est pas nécessairement complet), à quoi je joindrais volontiers, malgré sa position à l’intérieur du vers hâvenes 49 (en Lombardie !), que semble authentifier le mètre ; il convient par ailleurs d’attirer l’attention sur vés *94, forme rare qui pourrait remonter à l’auteur.

5L’examen linguistique nous apprend donc que l’auteur, originaire de l’Ouest de la France, écrivait à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle. Cet examen nous apporte un renseignement supplémentaire : les formes cortoise 36°, vive 85, baïve 104°, toutes assurées par la rime ou par le mètre, prouvent que l’auteur était une femme. Quant au contenu du texte, il pourrait témoigner chez elle d’une certaine connaissance du Midi de la France ; mais les allusions sont si banales qu’elles ne sont peut-être pas de première main. Par ailleurs, l’auteur manifeste une certaine familiarité avec l’œuvre de Chrétien de Troyes. Sur ces questions, voir le Commentaire qui suit le fragment. Il n’est guère permis de préciser davantage.

  • 3 Cf. les vœux formulés dans Senefiance 1 (1976), 164.
  • 4 Voyez par exemple, dans l’article argutare du FEW 25, fasc. 146 (1986), 211, "Afr. mfr. arguement (...)

6Toilette du texte. Comme il se doit en cette fin de siècle, l’on ne se borne pas à suivre les Règles pratiques /./ énoncées dans la Romania de 1926, qui restent toutefois de rigueur pour la majeure partie des démarches mises en œuvre : développement des abréviations (elles sont toutes courantes), introduction d’une ponctuation moderne, etc. Dans la perspective de tris électroniques3, j’utilise plus d’accents que ne le préconisent les Règles pratiques /./ (opposer par exemple, a [HABET] à la préposition à, ô "avec" au relatif ó et à la conjonction o) et par ailleurs, j’ai multiplié l’usage du tréma, dont la seule fonction reste bien entendu de marquer la diérèse : toute personne amenée à citer un mot hors contexte (je pense en particulier aux auteurs de grammaires ou de dictionnaires4) doit être en mesure, autant que faire se peut, de produire ce mot avec sa syllabation. Ces procédés ne nuisent pas à la clarté visuelle des documents, ils soutiennent l’intelligibilité des textes, et il n’est pas interdit de leur rêver quelque vertu pédagogique.

  • 5 V. 34. Sur le vin de festu, voir les importantes notes d’Albert Henry, Académie Royale de Belgique (...)
  • 6 V. 94. La documentation du TL et du FEW fait apparaître que vés (VASUM) est attesté d’une part dan (...)
  • 7 V. 110. Comparer Escanor, éd. Richard Trachsler (1994), 11876 : Car preuz ert et de grant savoir. (...)
  • 8 V. 112. Sur endart, voir Gilles Roques dans la Revue de linguistique romane 58 (1994), 415-416.
  • 9 V. 121-122. Sur rien /./ qui blo (et non blöe), comparer Je cuidoie que il n’ëust En Amor rien qui (...)
  • 10 V. 155. Une tache rend illisible le début de la ligne ; rétablir quelque chose comme Mais or.

D’un concire.
1 El mois de mars, au tens novel, [r°a]
li rois Jehanz en son chastel
d’Ais, qui tant est beaus et plaisanz
4 et clers et nez et deduisanz,
tint de clergie un grant concire.
De mout loing vindrent tuit à tire
li meilleur clerc qui sont el monde
8 tant com il dure a la rëonde,
6 clergesses et clerjonceles
qui trop erent sages et beles.
Clerc reclus et clerc marie,
12 clerc barbé et clerc coroné,
clerc lisant et clerc escrivant,
clerc des viles et clerc vagant,
clerc camus et clerc 6 corp nés :
16 tuit i furent, nus n’est remés
fors un, dont bien doit enirer
mes cuers, tant est savanz li ber.
Mais or laissons ceste leçon,
20 de ceus qui vindrent reparlon.
S’à cel concile ot tanz clergiez,
seigneur, ne vos en merveilliez :
bien savez que mainte monoie
24 a de genz, et que l’en foloie
en toz äages, car enviz
se destome en de ses deliz.
Tiex dist qu’il vient por clers entendre
28 qui le faisoit por ses merz vendre
à Ais et d’aprendre n’ot cure !
Et cil ne vient por letreüre,
mais por la Montagne puiier.
32 Por sentir le soleil raiier
i restoit cil. Et cil refu
venuz taster vin de festu5,
qui ne bevoit mie cervoise.
36 Mais ne feroie que cortoise
se plus en disoie de boche :
s’aucuns het eve, à nos que toche ?
Que vos feroie plus lonc conte ?
40 Ce sevent tuit qu’à Ais ne monte
nule vile, si qu’acomz
i trovissiez clers esleüz
(d’ò il vindrent, bien le savrez [r °b]
44 se vos en cest escrit lisez),
et por ce i racontoit l’on
de clers de mainte regïon.
Là oïssiez de clers anglois,
48 de Provenceaus et de Tïois,
et de hâvenes en Lombardie.
Qui volt oïr de Normandie,
sel covenoit un clerc de Nice
52 escouter qui pas n’ert à nice
tenuz, ainz estoit mout senez.
Herbergiee en lui troverez
cortoisie et ó li franchise
56 et gentillece s’i est mise,
si que à nului ne faudra
cist nobles clers, qui à non a
d’Auvergne dan Gui Gotebrose.
60 Un clerc roïssiez de Tolose
qui mout ert genz et beaus et cointes.
Toz dis portoit colet à pointes
que François noment ui neu pap
64 (ne cuidiez mie que je gap !)
et si revestoit chascun jor
sorcot de diverse color
mout joli, de paile listé.
68 Cil clers a non Alain L’Abé
et si espondi son Girart de Rossillon,
et tot par art. Ne fu mie de Rossillon
72 uns autres qui Girarz a non,
mais del Rove : c’est uns villages
ò l’en achate beaus fromages
cras et rëonz et bien flairanz
76 qu’au Rove sont chievres paissanz
plus espés qu’el ciel n’a estoiles !
De fous lairons et d’apostoiles
vos redirons. Tiex en i a
80 dont Denis Colons devisa,
li gentis clers ò riens ne faut :
cil pape tant erent de haut
barnage que toz jorz voloiënt
84 guerre mener, et pais häoiënt !
A poi que je vive n’enrage,
que nul pape de tel corage
ne trueve en ui, ne tant forcible,
88 ainz veut toz tens lire en sa Bible
la nostre pape et por bataille [v°a]
ne feïst chauce ne ventaille lacier. Cui chaut ?
Or me doi taire
92 de ce, qu’il me covient retraire
d’un autre Denis, qui parla
de terre et de vés, mais tant a6
en lui sotileté et sens
96 que remembree iert à toz tens
et es escoles recitee
s’uevre par toz. Et se nus bee
à savoir dont il ert, si di
100 qu’il vint de Resnes à cel di.
Un clerc i ot qui de Bretagne
n’estoit pas, mais d’une montagne
haute et de vaches plenteïve.
104 D’icelui sui tote baïve,
car toz soit de juene jovent,
si trueve il menu et sovent
granz livres o livrez petiz.
108 Tant i a ja de ses escriz
que toz nes puis ramentevoir,
que preuz est et de grant savoir7
cist clerjonceaus, par saint Gotart !
112 Et ja nombreroit en endart8
les uevres de Richart le Fier :
quant une fine, senz targier
recomence il autres adés
116 et por ce croi je que jamés
ne repose ne ne someille :
dïablie est ce et merveille.
Or restuet — et ce m’est mout bel —
120 que paroi de dame Isabel.
Ceste dame n’ot rien sor lé
qui blo ne fust : s’ot acesmé9
ses oreilles et s’aumosniere
124 d’or et d’asur, d’une maniere,
et li blïauz que vestu ot
et li soler qu’ele chauçot
erent plus blo que fleur de lin :
128 bien fust gariz de l’avertin
qui de li vëoir se disnast.
Mestier m’est or que je me hast
d’un clerc de Monpellier conter
132 qui mie ne fait à blasmer.
Cil ot non Jehanz et parla
de traïson ; mais mout i a
entre dire et faire : sachoiz [v° b]
136 que foimenti nel troveroiz !
Mais bien a droit cil qui apele
de traïson dame Michele.
Cele et autres deslëaus furent :
140 quant de clergie parler durent,
de fous distrent o de Rolant
et d’Olivier.
L’autre Rolant
— Barthes —, Bloch, Jauss, Badel, Zumthor
144 n’oblïa l’en, si qu’en mon cor
m’estovroit encre trop avoir
por toz les clers ramentevoir
que messire Vincensini
148 verseilla, et trop sovent i
deüsse reprendre m’aleine :
ja à ce ne metrai je peine,
ainz dirai d’un qui pas n’est maz,
152 mais r’ïanz et de grant solaz
et si est droiz et bien tailliez
de braz, de jambes et de piez.
.................öez de l’encombrier !10
156 Icelui jor se dut aidier
de potences, car il clochot.
Mais cointe estoiënt si puiot :
plus vert furent que fueil de chol.
160 Tel vassal ne tieng pas à fol
cui li genouz doloit forment
et si aloit tempreëment
devisant par envoiseüre
164 de Virgile et de son augure
con se il ne l’en fust nïent :
trop est prodom, mien escïent,
et de son grant cuer me merveil.
168 Or est bien tens que del soleil
vos chantons, de celui qui maistre
est de toz, qu’encor est à naistre
ses pers. C’est messire Lecoiz,
172 qui bien se tot et mout fu coiz
fors s’aucuns clerjons mescontot
(o clerjoncele tel i ot),
que lores vos fust à vïaire
176 que de songe se deüst traire,
et quant il parloit, scïenteus
le trovissiez tant, par mes deus
livres, ja mar le mescrerez,
180 de lui oïr n’ert nus lassez.

7Commentaire. Sans préjuger des dimensions du texte complet, il semble bien que nous en ayons ici le tout début. C’est du moins ce que l’on peut inférer de la présence de la lettrine qui ouvre la pièce, et, au plan stylistique, de l’attaque de cette pièce. Toutefois, il n’est pas impossible qu’un prologue comportant une déclaration d’intention générale (du genre Pur remembrer des ancessurs ou bien Ki Deus a duné escïence, etc.) ait été omis par le copiste de notre témoin : les exemples de ces sortes de suppressions ne sont pas rares.

8Étant donné la brièveté du fragment, le genre de la pièce ne se laisse pas appréhender. L’on notera toutefois que l’incipit (si c’en est bien un) se place ouvertement sous l’invocation de Chrétien : cf. Erec et Enide, v. 27 et suivants de l’édition Roques ; le reste du texte ne permet que des rapprochements hasardeux avec d’autres productions médiévales.

9Traits de réalité. Malgré le grand nombre de noms propres que recèlent nos vers, je n’ai pu découvrir la moindre allusion à des personnages ayant existé. Seul le nom de lieu Ais a quelque ancrage tangible : si l’on peut hésiter entre plusieurs "Aix", les allusions au vin 34, au soleil 32 et à la Montagne 31, considérées toutes ensemble, orientent assez nettement vers Aix-en-Provence.

  • 11 Parmi les dernières études en date sur ce thème, voir Gaston Zink, La phrase de Christine de Pizan (...)
  • 12 Qui se refusent en fait à découdre le Dictionaire du P. Delbrun, dédaignant le gothique parchemin (...)

10Approche stylistique. La critique du xxe siècle a beaucoup parlé d’"écriture féminine"11. Sans doute faut-il imputer à cette "écriture" le manque de logique des évocations conjuguées de l’encre et du souffle (144-149), le brusque passage à l’impropre chantons 169, lui-même suivi d’une séquence chaotique, disloquée tout à la fois par la parataxe et par la versification. Au demeurant, le je de l’auteur se manifeste de façon toute pragmatique dans une multitude de chevilles, lesquelles vont du monosyllabe (je 116, 150) au groupe de deux vers ou plus (cf. 17-18, 36-38, et ainsi de suite). Comme en outre la composition (?) de la pièce se fonde exclusivement sur le principe de l’énumération, et que les enchaînements tiennent autant du pontage kleiberien que du raccord au son des cinéastes (59-60, 77-78, etc.), l’on ne regrettera ni le sort fait par les libraires d’autrefois au codex qui la contenait ni celui qui est fait à ses restes par les conservateurs d’aujourd’hui12.

Choix d’abréviations. Signes conventionnels

11AdenetHenry I = Henry (Albert), Les œuvres d’Adenet le Roi. Tome I ; Bruges 1951. — BnF = Bibliothèque nationale de France. — CligèsGL = Chrétien de Troyes, Ciigés, édité par Stewart Gregory et Claude Luttrell ; Cambridge (D. S. Brewer) 1993. (Arthurian studies 28.) — FCandSGM = Herbert le Duc de Danmartin, Folque de Candie, édité par Oskar Schultz-Gora puis par Ulrich Molk, 4 vol., Dresde, puis Halle, puis Tübingen 1909-1966.— FEW = Wartburg (Walther von), Französisches etymologisches Wörterbuch ; Bonn, puis Leipzig, Berlin, puis Bâle 1922-. — Gdf = Godefroy (Frédéric), Dictionnaire de l’ancienne langue française /./ ; Paris 1880-1902 ; 10 vol. — ms = manuscrit. — TL = Tobler (Adolf). Lommatzsch (Erhard), puis Christmann (Hans Helmut), Altfranzösisches Wörterbuch ; Berlin, puis Wiesbaden, puis Wiesbaden et Stuttgart 1925-. — L’astérisque signale l’existence d’une note dans l’édition. — : ce signe placé après un numéro de vers indique que la forme ainsi référencée est à la rime ou à l’assonance. — /./ : ce signe indique que je pratique une coupure dans mes sources.

Notes

1 Sur le contenu de cet ouvrage, voir May Plouzeau dans les Cahiers de lexicologie 36(1980), note 23 p. 41.

2 France Culture, émission diffusée le mercredi 11 janvier 1995.

3 Cf. les vœux formulés dans Senefiance 1 (1976), 164.

4 Voyez par exemple, dans l’article argutare du FEW 25, fasc. 146 (1986), 211, "Afr. mfr. arguement m. ’interprétation d’un songe’ (13e-14e s., Gdf)" : les exemples du Gdf sont tous à lire arguement !

5 V. 34. Sur le vin de festu, voir les importantes notes d’Albert Henry, Académie Royale de Belgique, Bull, de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques, 6e série, IV, 7-12 (1993), 357-358.

6 V. 94. La documentation du TL et du FEW fait apparaître que vés (VASUM) est attesté d’une part dans des textes qui se rattachent à l’Ouest, et d’autre part dans un passage de Fouque de Candie propre au ms BnF fr. 778. Je n’ai pas trouvé d’essai de localisation de la composition de ce ms dans l’ensemble de l’édition de FCandSGM ; Albert Henry s’est intéressé de près au codex : au plan d’une localisation éventuelle, il constate une "graphie centrale" (AdenetHenry I, 119). Je remercie madame Régine Colliot d’avoir bien voulu mettre à ma disposition son propre exemplaire d’AdenerHenry.

7 V. 110. Comparer Escanor, éd. Richard Trachsler (1994), 11876 : Car preuz ert et de grant savoir. Simple rencontre : un vers passe-partout n’engage pas à formuler l’hypothèse d’un emprunt.

8 V. 112. Sur endart, voir Gilles Roques dans la Revue de linguistique romane 58 (1994), 415-416.

9 V. 121-122. Sur rien /./ qui blo (et non blöe), comparer Je cuidoie que il n’ëust En Amor rien qui boen ne fust de GligèsGL 669-670 et les relevés du TL 8, 1280.

10 V. 155. Une tache rend illisible le début de la ligne ; rétablir quelque chose comme Mais or.

11 Parmi les dernières études en date sur ce thème, voir Gaston Zink, La phrase de Christine de Pizan dans le Livre du corps de Policie, p. 383-395 du recueil Une femme de Lettres au Moyen Age |.| publié par Liliane Dulac et Bernard Ribémont (Orléans [Éditions Paradigme] 1995) : l’éminent grammairien étudie la "phrase /./ bien féminine" [394] de l’écrivain.

12 Qui se refusent en fait à découdre le Dictionaire du P. Delbrun, dédaignant le gothique parchemin intégré dans sa reliure. Qu’il me soit permis à ce propos de faire remarquer à quel point l’accueil réservé par la BnF à ses différents usagés (s’impose la graphie d’Émile Ajar), que cet accueil, donc, trop souvent ne répond pas aux espoirs que fait miroiter le triple prestige des mots France, national et bibliothèque.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540