Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc au Moyen Âge

Le clerc auteur et personnage dans Renart le contrefait

Chantal de Saulnier

Texte intégral

  • 1 Jacques Le Goff ; les intellectuels au Moyen Age ; Editions du Seuil ; Paris 1969 ; p. 3.

1Dans la société médiévale, culture et instruction sont à la fois rares et fréquentes...Rares, car tout un chacun est loin d’y avoir droit ou d’y prétendre ; fréquentes, car ceux qui les possèdent, les possèdent en abondance. Exception faite de quelques notables lettrés et nantis par héritage ou par conviction personnelle, la culture et l’instruction restent avant tout l’affaire des clercs et de l’Église qui détiennent, de surcroît, le monopole de l’enseignement au Moyen Age. Si, comme le souligne Jacques Le Goff, "le clerc ne se confond pas toujours avec les moines et les prêtres", il est unanimement reconnu comme l’ancêtre de la grande "lignée des intellectuels."1

2L’auteur anonyme de Renart le Contrefait, est un clerc, un intellectuel, de cette lignée qui engendrera au xvie siècle l’humanisme. Sa culture lui permet de s’imposer comme auteur, et sa condition de clerc, qui plus est de clerc bafoué, authentifie le regard qu’il porte sur lui-même et sur les siens : personnalité d’autant plus intéressante qu’il parvient à faire fusionner son statut d’auteur et celui de personnage en un mythe unique : Renart.

I. Le clerc / Auteur de Renart le Contrefait

  • 2 René Poncet ; Les privilèges des clercs au Moyen Age ; Slauune. Genève 1975.

3L’auteur de Renart le Contrefait est donc un clerc originaire de Troyes, radié de la cléricature pour cause de bigamie. Le motif paraît suffisant pour accréditer son propos. En effet, si la question du mariage des clercs n’est pas nettement tranchée et fluctue au gré des divers conciles, la bigamie, elle, comme l’explique René Poncet dans son ouvrage sur les privilèges des clercs, est systématiquement condamnée et impose au clerc qui y succombe le renoncement à l’ensemble des bénéfices ecclésiastiques.2 Ces considérations d’ordre privé posées, notre clerc affirme ses talents d’écrivains et fait montre d’un savoir quasi encyclopédique.

a). Un écrivain confirmé :

4Le clerc / auteur du Contrefait, selon son propre aveu, écrit pour échapper à l’oisiveté :

  • 3 Renart le Contrefait ; anonyme ; Par Gaston Raynaud et Henri le Maître. Slatkine. Genève 1975. Bra (...)

"car fol est, a pas se fol vient,
qui a oizeuzeté se tient"3

5mais prend aussi l’écriture pour une thérapie qui lui permet d’évacuer toutes les rancunes accumulées contre ceux auxquels il avait choisi d’appartenir et qui l’ont marginalisé :

  • 4 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 2 v 120-124

"Pour ce commence cest rommant
Pour dire par escript couvert
Ce qu’il n’osoit dire en appert
Et jetter lui convenoit foeur
De la cheminée du cœur"4

6Ce clerc / auteur ne saurait être assimilé à un simple moine copiste qui retranscrit plus ou moins laborieusement un des multiples avatars de Renart. Il fait œuvre d’imagination et de créativité dans un style mûrement élaboré.

  • 5 Début du procédé Branche II p. 226 v 22212 : "Et en prose tout meteray".

7L’ouvrage de plus de 40 000 vers effraie au premier abord par son gigantisme mais s’inscrit dans un cadre de composition rigoureuse ; L’histoire se répartie en huit branches distinctes et suit un fil directeur précis : Renart, traduit devant Noble pour rendre compte de ses exactions, détourne son attention au moyen d’une multiplicité de sujets culturels qui captent son intérêt. L’auteur a le sens du plan et de la composition, en vers comme en prose puisqu’il alterne les deux écritures, parfois sans la moindre transition.5

  • 6 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche II ; p. 250 Sqq.

8Sa formation de clerc et sa pratique des textes bibliques se retrouvent essentiellement dans la résurgence des anaphores qui attestent de ses connaissances en matière de Rhétorique. Ainsi, l’anaphore temporelle d’origine biblique "En celui temps" revient régulièrement sous sa plume pour introduire un nouveau développement, que le thème en soit religieux ou pas.6

9A aucun moment le clerc ne renonce à ses fonctions et à son état d’écrivain. Ses prérogatives surgissent au cours du récit lorsqu’il intervient directement pour amorcer une histoire différente ou marquer sa distance avec un personnage qu’il ne perd jamais de vue :

  • 7 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV ; p. 61 v 28371-28375

"Et pour ce qu’on doit l’art hanter
Et le commun en voeult user,
Et il lui plait a ainsi faire,
Une histoire en voulray retraire
Et de sa vie et de son estre."7

10véritable artifice d’artiste et d’écrivain maîtrisant son art et qui a conscience de promener son lecteur au gré de sa fantaisie dans le récit qu’il veut bien lui livrer et dont seul il connaît les arcanes. Cette omniscience et cette omniliberté du clerc / auteur l’autorisent à interrompre sans cesse sa narration initiale pour introduire d’interminables digressions :

  • 8 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V ; p. 77 v 29871-29874

"Cest compte cy si se taira,
Et ung aultre conte en fera
Le clerc qui cestui livre a fait,
Qui est Regnart le Contrefait."8

11puis à revenir sans toujours prévenir à son héros. L’usage du pronom personnel à la première personne du singulier :

  • 9 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V ; p. 81 v 30250

"Je meismes, qui ce livre ay fait"9

12justifie et légalise un libre arbitre qu’il ne reste plus au lecteur qu’à accepter.

13Prêtre écrivain, il se livre à un véritable labeur de création et utilise tous les aspects de ce double statut et de cette double formation. C’est probablement dans la branche VII qu’il confie le plus volontiers les difficultés de son métier. Echappatoire ou plaisir, l’écriture n’est pas un acte facile :

  • 10 Renan le Contrefait ; op cit ; Branche VII ; p. 123 v 34322-34330

"Cellui qui ce rommant escript
Et qui le fist sans faire faire
Et sans en prendre aultre exemplaire,
Tant y pensa et jour et nuit
Et avalant, y mist sa cure
Et continua l’escripture.
Plus de Xiij. ans y mist au faire
Ainçois qu’il le peüst parfaire."10

14Mais, lorsque le "je" du Prêtre rejoint le "je" de l’écrivain la fonction première de l’œuvre et l’intention de son créateur se réalisent dans la moralisation :

  • 11 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V p. 85 v 30726-30730

"Car povres est pour peu esmut,
Et pour peu yst de bonne voye,
S’il est qui par dons le convoye.
A tant de ce je me tairay ;
Et une aultre histoire en diray."11

15Moralisation est bien le terme-clef de l’ouvrage. Cependant, la soif croissante de savoir, les compilations des connaissances antérieures et souvent contemporaines, les préoccupations du siècle et la progression de l’encyclopédisme ont dédoublé l’œuvre et ont transformé l’intention didactique initiale du clerc en tentation / plaisir de tout dire, de tout aborder...

b). Sources et nature du savoir

16Le potentiel de savoir des clercs est considérable. Ils accumulent la somme des connaissances du passé et attestent des événements de l’histoire contemporaine, en tant que témoins ; comme le précise Jean-charles Payen ;

  • 12 Jean-Charles Payen ; Le statut des écrivains dans les fabliaux de Jean Bodel: Comique, satire et p (...)

"Les clercs consacrent leurs talents à gloser l’Ecriture Sainte ou à fixer dans les annales et les chroniques la mémoire collective de l’humanité".12

17Le clerc de Troyes, auteur du Contrefait, n’échappe pas à la règle. Sa principale source de références est la Bible sur l’autorité de laquelle il fonde ses propos et construit ses opinions. Cette base référentielle n’entrave point la multiplication des allusions, voire même les attaques directes, aux conflits qui déchirent les Ordres religieux au xiiie siècle et la papauté :

  • 13 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche II ; p. 281 § 123

"En ce temps, avoit deux qui se faisoient pappes : l’un esconmenioit l’autre, et l’un ne faisoit force de la sentence de l’autre ; pour quoy le menu peuple prisoit moins les clercs et la court de l’église, pour ce qu’ilz vëoient telle discorde entre les souverains."13

18Toutefois, notre clerc / auteur dépasse sa mission de témoin et transforme son livre en une véritable encyclopédie. Cette profusion sert l’intrigue d’un Renart désireux de détourner le mécontentement de Noble et culmine dans la Branche II, gigantesque digression du savoir universel.

19Rien ne parait laissé au hasard : la genèse et création du premier homme ; les origines de la chevalerie ; la biographie d’Alexandre ; l’histoire de l’aristocratie ; la vie modèle de Jules César ; l’hagiographie ; les principes du catholicisme et son illustration au travers de la fondation des Ordres religieux etc..

20Ces connaissances restent traditionnelles pour l’époque même si elles laissent présager du devenir d’un tel savoir au xvie siècle. Il s’agit d’un savoir historique et religieux pendant du savoir des encyclopédistes naturalistes du même temps.

21A côté de ce passé érudit, l’auteur détient également les acquis d’un savoir plus récent et littéraire : Le Roman de Renart et ses épigones. Il adapte d’ailleurs cette référence littéraire à son propre cas pour justifier le titre de son livre ; l’auteur veut se contrefaire, prendre le masque de Renart pour exprimer ce qu’il a sur le cœur sans avoir à redouter les châtiments de la censure. La crainte de cette dernière provient de l’aspect critique de son message, car le clerc / auteur se dédouble pour poser son regard sur un stéréotype issu de la réalité et de la tradition : le clerc / personnage de la satire.

II. Le Clerc / Personnage dans Renart le Contrefait

22Dans la littérature médiévale, le clerc devient rapidement objet de la satire. Une telle dérivation résulte des effets d’un état d’esprit frondeur, mais prend aussi ses racines dans la réalité quotidienne. Très souvent la critique du monde ecclésiastique renvoie aux clercs goliardiques, mais d’une façon générale, le clerc a une image de marque négative :

  • 14 Huguette Legros ; Parodie et représentations sociales dans les fabliaux ; Comique, Satire et parod (...)

"la satire traditionnelle fait des clercs des paillards ardents à céder à la gourmandise, à la gula"14

23Une telle renommée ne s’avère pas incompatible avec la reconnaissance et la gratitude populaires.

a). Une vision traditionnelle

24L’auteur, rejeté par les siens, victime de la rumeur, se marginalise délibérément et, renonçant à la solidarité de corps avec ses semblables qui l’ont trahi, règle ses comptes personnels en apportant sa pierre à l’édifice de la satire du clerc :

  • 15 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 19 v 1696

"Tel amy ay pour trop peu chier"15

25La satire s’oriente alors sur la dénonciation de querelles intestines entre les différents ordres pour des questions d’intérêts matériels, de luttes de prestige, d’orgueil : Jacobins et Cordeliers d’une part, Templiers de l’autre ; Séculiers ou Réguliers, Prêcheurs ou mendiants, ils sont tour à tour bourreaux et victimes les uns des autres. Leurs discordes ébranlent l’Université, l’Etat et la Papauté. Se plaçant au-dessus de la mêlée, le clerc/auteur du Contrefait entreprend de les réconcilier dans une même vision et une même condamnation satirique, reprenant des stéréotypes, mais insistant aussi sur des accusations personnelles et plus intimes.

26Les stéréotypes de la caricature du clerc ne manquent pas. Il est l’hypocrite qui prône la pauvreté et l’humilité pour vivre, lui, dans l’orgueil et la vanité des richesses qu’il amasse :

  • 16 Renart le Contrefait ; op rit ; Branche I ; p. 5 v 361-366

"Vont plourant, disant povres sont.
Mauvaises robes, mais souliers ont ;
Mais qui tres bien les cercheroit,
Plus de deniers y trouveroit
Qu’il ne feroit es bien vestus,
Combien qu’ilz soyent salez et nuz".16

27Son intelligence n’est qu’apparente et ne lui permet pas d’interpréter correctement l’Ecriture puisqu’il ne sait pas en appliquer les préceptes :

  • 17 Renart le Contrefait ; op cit, Branche I ; p. 25 v 2359-2363

"Vos estes clerc, sans vanité :
S’avez leu la divinité
Qui esclarchist les obscurtés
Et met en paix toutes durtés,
Et toute l’Escripture expose."17

28Enfin, ce sont des êtres veules qui s’adonnent à la luxure sous la protection honorifique de leur habit et leur unique préoccupations sont bien la table et l’amour :

  • 18 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 24 v 2182-2185

"Mais il ot trouvé bonne proye
Chiés ung convers que nourry ot
Une grasse oye a mettre en rot,
pour servir celle qu’il amoit."18

29Par l’absurde, par clichés ou par antiphrases, le clerc/auteur nous livre la vision traditionnelle et populaire du clerc/personnage de la satire littéraire.

b). La vision personnelle

30Parallèlement à ses griefs, le clerc/auteur impute au clerc/personnage des traits plus étroitement liés à la satire personelle et individuelle et dépendants de sa vie privée.

31L’auteur du Contrefait a été exclus de la cléricature pour bigamie, après dénonciation. La confidence n’est même pas voilée dans le texte. Or, la bigamie est l’accusation majeure qui peut spolier un clerc de son statut et de ses privilèges. Mis dans cette situation inconfortable, l’auteur laisse éclater sa misogynie :

  • 19 Renart le Contrefait ; op cit, Branche I ; p. 29 v 2699-2702

"Car femmes ne scevent gloser
Fors que selon le leur penser ;
Riens fors leur volenté ne quierent
outes de telz bastons se fierent."19

32et condamne, tout en faisant son propre mea culpa, les clercs qui se laissent séduire par le démon de la tentation féminine. La désapprobation trouve en fait sa place dans une satire généralisée de l’hypocrisie du clergé :

  • 20 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 1 v 22425-22431

"Et pour ce, sont fort a congnoistre
gens seculeres et gens de cloistre ;
Car tel me fait joyeuze feste
Et met entre ses bras ma teste,
Ryanment m’acole et fait joye,
Qui vouldroit que je fusse a Troye,
En Rommenie ou au Grant Caire."20

33La cléricature est le monde de prédilection des faux-semblants, et notre auteur en conclut qu’il existe deux personnes à qui il ne faut rien confier : la femme et le clerc. Il apporte donc la confirmation de ce qu’il avance par sa propre expérience. En outre, au-delà des lois de silence et de prudence qu’il préconise, son livre, si accusateur, ne prouve-t-il pas l’incapacité du clerc à se taire ? :

  • 21 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 2 v 22549-22550

"Mais ay aprins a dire tout
Quancques je pense tout au bout."21

34Hanté par le besoin d’accomplir sa propre vengeance, l’auteur imprime dans l’esprit de ses lecteurs l’image d’un clerc / personnage fourbe, bavard, misogyne et s’adonnant à la luxure. Il appuie son portrait sur la confidence et la référence personnelle. L’observation de son cas particulier favorise la création d’un personnage type mais qui rejoint la vision que le monde en avait déjà.

35Conscient de ses erreurs et de sa part de responsabilité dans son drame, il envisage une sorte de rachat en nous proposant une conception idéalisée du clerc / personnage qui n’a plus qu’une règle.

  • 22 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 7 v 22989

"Obéir Dieu trestout avant"22

36Dans le cadre de l’ouvrage du Contrefait, clerc / auteur et clerc / personnage finissent par se confondre, même si l’un obéit à un rôle précis d’écriture et si l’autre sert d’illustration à un stéréotype fortement ancré dans la littérature. Le clerc / auteur peint le clerc / personnage à partir de l’image que lui renvoie son regard dans le miroir de sa propre introspection. Nous assistons à un dédoublement sujet / objet dont la fusion se fait au travers d’un tiers, prétexte à l’œuvre : Renaît.

III. La Fusion Renardienne

37Analysant le problème de l’écriture et du "je" du narrateur dans le Roman de Renart, J. R. Scheidegger résume en fait parfaitement cette osmose Renardienne du Contrefait entre clerc / auteur et clerc / personnage :

  • 23 J.R. Scheidegger, Renart dans les branches : comique et réflexivité ; comique, satire et parodie d (...)

"Le narrateur se réfléchit dans la figure de Renart, comme Renart se mire dans le personnage du narrateur".23

38Dans le Contrefait, le clerc / auteur prête sa culture à Renart pour qu’il puisse assurer sa défense devant Noble, en l’étourdissant par la profusion et la diversité de son savoir encyclopédique. L’anthropomorphisation de Renart, bien avancée dans le roman initial, est désormais complètement achevée. Renart devient l’interlocuteur humain / auteur, et donc, clerc de Noble.

39Renart se prend au jeu du conteur / auteur, et la fusion entre le "je" du clerc et le "il" de son personnage renardien devient le mécanisme essentiel d’une structure narrative qui fait alterner une conversation en vers entre Noble et Renart avec l’exposé en prose du savoir de Renart. Les allusions aux événements politiques contemporains reflètent la réalité d’un auteur aux prises avec son temps et les propos de Renart s’adaptent au langage d’un clerc / auteur qui désirerait mettre le savoir au service du Bien car,

  • 24 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV p. 13 v 23549-23550

"Plus pesant fais ne puis porter
Que bien sçavoir et mal ouvrer".24

40Et si un doute subsiste encore, Renart précise que parmi tous les métiers qu’il a exercés se trouve celui de clerc :

  • 25 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV ; p. 29 v 25193

"Je fay le clerc, j’allegue loix"25

41Le récit se poursuit de la sorte sur plus de 40 000 vers durant lesquels la voix de Renaît et celle de l’auteur s’unissent ou alternent sous un "je" unique. Cette substitution est volontaire puisque, lorsqu’il le souhaite, le clerc / auteur rétablit la distance entre lui et son héros, entre ses confidences ou ses invectives et le déroulement de son intrigue.

42Parfaitement au fait des travers de Renaît, l’auteur lui voue, cependant, une réelle admiration. Lui, le clerc, a été dupé par des Renarts hypocrites, faux-amis qui ont su endormir sa confiance pour mieux le trahir. Il admet que pour dominer l’adversaire ; il faut savoir retourner contre lui ses propres armes. Dès lors ; le clerc / auteur, à la recherche d’un maître d’hypocrisie, regarde Renaît agir et s’identifie à lui : ce Renaît est investi de tous les défauts détestables du clerc / personnage traditionnel, mais il sait les contrefaire jusqu’à passer pour un sage et offrir sa revanche au clerc / auteur qui condamne ses actes mais revendique sa supériorité.

43Clerc / auteur et clerc / personnage passent indifféremment d’un côté ou de l’autre du miroir grâce au travestissement Renardien.

44Ouvrage complexe de par sa prolixité, Renart le Contrefait réfléchit l’image d’un personnage complexe à définir : le clerc. Somme de connaissances, le roman témoigne du savoir encyclopédique que pouvait détenir le clerc au Moyen Age ; satire et fustigation de vices, il transmet le regard porté par l’opinion publique sur le clerc, un personnage à double face qui ne peut que se reconnaître en Renart...

Notes

1 Jacques Le Goff ; les intellectuels au Moyen Age ; Editions du Seuil ; Paris 1969 ; p. 3.

2 René Poncet ; Les privilèges des clercs au Moyen Age ; Slauune. Genève 1975.

3 Renart le Contrefait ; anonyme ; Par Gaston Raynaud et Henri le Maître. Slatkine. Genève 1975. Branche I ; p. 2 v 93-94

4 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 2 v 120-124

5 Début du procédé Branche II p. 226 v 22212 : "Et en prose tout meteray".

6 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche II ; p. 250 Sqq.

7 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV ; p. 61 v 28371-28375

8 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V ; p. 77 v 29871-29874

9 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V ; p. 81 v 30250

10 Renan le Contrefait ; op cit ; Branche VII ; p. 123 v 34322-34330

11 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche V p. 85 v 30726-30730

12 Jean-Charles Payen ; Le statut des écrivains dans les fabliaux de Jean Bodel: Comique, satire et parodie dans la tradition Renardienne et des fabliaux ; Actes du colloque des 15 et 16 janvier 1983 ; Danielle Buschinger et André Crépin ; Kümmerle Verlag 1983. p. 52.

13 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche II ; p. 281 § 123

14 Huguette Legros ; Parodie et représentations sociales dans les fabliaux ; Comique, Satire et parodie ; op cit ; p. 32

15 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 19 v 1696

16 Renart le Contrefait ; op rit ; Branche I ; p. 5 v 361-366

17 Renart le Contrefait ; op cit, Branche I ; p. 25 v 2359-2363

18 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche I ; p. 24 v 2182-2185

19 Renart le Contrefait ; op cit, Branche I ; p. 29 v 2699-2702

20 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 1 v 22425-22431

21 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 2 v 22549-22550

22 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche III ; p. 7 v 22989

23 J.R. Scheidegger, Renart dans les branches : comique et réflexivité ; comique, satire et parodie dans la tradition Renardienne et les Fabliaux ; op. cit. ; p. 116.

24 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV p. 13 v 23549-23550

25 Renart le Contrefait ; op cit ; Branche IV ; p. 29 v 25193

Auteur

Université d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540