Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc au Moyen Âge

“Savoir aimer, savoir le dire”, notes sur les Débats du Clerc et du chevalier

Marie-Geneviève Grossel

Texte intégral

  • 1 Les débats du Clerc et du Chevalier dans la littérature poétique du Moyen Age, Paris, Champion. 191 (...)

1Parmi toutes les qualités que nous prêtons au clerc, nous ne penserions pas à mettre en premier lieu l’art d’aimer ! C’est pourtant ses talents d’amant que proclament bien haut les textes français et latins regroupés sous le titre de “Débats du clerc et du chevalier” que jadis avait étudiés et édités C. Oulmont1.

  • 2 E. Faral, Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois, Paris, 1913.
  • 3 Madeleine Tyssens, En Avril au tans pascour(in) Mélanges à la mémoire de J. Boutières, Liège, 1971, (...)
  • 4 P. Bec, La lyrique française au Moyen Age, vol. 1 (Etudes), Paris, Picard, 1977.

2Ces textes curieux et plaisants n’ont pas suscité pléthore de travaux bien qu’on les évoque souvent dans les anthologies ou les manuels. Il y eut le temps de la recherche des origines, quand E. Faral se pencha sur eux pour les comparer aux poésies latines contemporaines, notamment celles des Goliards2. Plus récemment, Madeleine Tyssens les a rapprochés des poésies lyriques romanes dans ses très riches articles sur la reverdie3 ; et, dans sa typologie des genres lyriques, P. Bec a rappelé, mais sans les résoudre, les problèmes qui se posent à ce sujet4.

3Inscrits dans une thématique féconde qui conduit de l’union Clergie-Chevalerie, si bien chantée par Chrétien de Troyes, au jardin allégorique de Guillaume de Lorris, les Débats du Clerc et du Chevalier sont au confluent de courants parallèles tout en gardant quelques traits bien particuliers qui feront l’objet de cette brève analyse.

4Tout d’abord je rappellerai rapidement le contenu de chaque texte retenu par Oulmont ; puis j’essaierai d’en dégager l’image objective du clerc que nous brossent les auteurs ainsi que celle de son opposé, le chevalier ; enfin, puisqu’aussi bien le clerc est ici objet du dire mais surtout son sujet, j’ouvrirai quelques pistes sur la forme choisie pour exalter sa valeur, forme dont la lyrique constitue très probablement l’intertexte.

I LES TEXTES

5La chronologie des diverses pièces est très mal assurée. On estime généralement que les deux textes latins. Le Concile de Remiremont et l’Altercatio Phillidis et Florae sont du milieu du xiie s. et les Jugements français de la fin xiie. et du début xiiie siècle, les plus récents étant les deux textes anglonormands, puis le Fabliau du Dieu d’Amour.

6Bien avant le Tournoiement des dames mais d’aussi piquante façon, le Concile de Remiremont a l’idée de faire accomplir à des femmes une tâche réservée aux hommes, et, tout comme Hue d’Oisi, l’anonyme n’a hésité ni à choisir un monastère véritable ni à faire parler de très réelles religieuses, comme Elisabeth de Faucogney. On a dit que ce couvent n’était pas spécialement austère -mais peu importe ici. Ce concile est donc strictement réservé aux nonnes et aux femmes pour peu qu’elles “aiment”, on refoule les “vieilles dames pour qui toute joie devient habituellement un ennui”. Néanmoins, exception est faite aux “clercs honorables”, tout particulièrement les “clercs de Toul”, puisque “c’est pour leur plaire qu’on a réuni l’assemblée”. On nous précise la date - les Ides d’avril - et l’ouverture solennelle du Concile se fait par la lecture des Enseignements d’Ovide “en guise d’Evangile”, grâce à une charmante lectrice au nom prédestiné d’Eve. Suit le discours de la Présidente de séance ; seule note féerique dans son portrait : sa vêture splendide étincelle de pierres précieuses et déborde de fleurs nouvelles. Fille du roi, on nous la dit “semblable à la fille du printemps”. Cet aspect floral et merveilleux deviendra l’un des traits spécifiques du genre. De même les paroles qu’elle prononce

Amor, deus omnium quotquot sunt amancium,
Me misit vos visere et vitam inquirere.
Sic maius disposuit et aprilis monuit. (v. 50-53)

7Cette visite pastorale a donc pour responsable le pontife Amour. Très vite il s’avère que les nonnes partagent leur coeur entre les clercs et les chevaliers. Après un examen des mérites respectifs des deux catégories antagonistes, la présidente prononce la sentence : les clercs sont les meilleurs. Puis c’est la solennelle excommunication des rebelles qui refuseraient le verdict ou s’abandonneraient à de multiples amours.

8L’Altercatio a choisi une autre forme, elle se compose de 78 quatrains monorimes. Le cadre printanier est le même mais les demoiselles ne sont plus que deux, filles de roi, au semblable nom de fleur, Flora et Phillis qui évoque l’amandier en lequel, on le sait, fut métamorphosée la fille du roi de Phrygie. Flore et Amande donc, noms topiques du genre. Après la description d’un locus amoenus très classique, les belles s’arrêtent au bord d’un ruisseau sous l’ombre d’un pin et évoquent leur amant ; celui de Phillis, le chevalier, est comparé à Pâris, celui de Flora, le clerc, à Aristote. Sur quoi Phillis en raillant le clerc lance la querelle ; incapables de résoudre leur âpre alternative, elles décident d’en référer à Cupidon, sur la proposition de Flora. Les voilà parties, prétexte à une longue description de la mule de Phillis, don de Poséidon à Venus, et, en diptyque, du cheval de Flora dont le harnachement est non moins divin. L’approche du Paradisius Amoris se signale par un concert qu’anime une multitude d’instruments, un parfum délicieux et une symphonie de chants d’oiseaux dont les noms emplissent de nombreux vers. Ces traits seront retenus par les Jugements romans.

9Cupidon reste très près de son modèle antique ; son visage brille comme les étoiles, sa tête est empennée, il possède arc et flèches ; à ses pieds, les trois Grâces, autour de lui des choeurs où s’illustrent nymphes et faunes, Bacchus et le vieillard Silène. Cupidon ne se prononce pas lui-même, il confie le Jugement à Usus et Natura. C’est donc à la fois par sa “nature” et par la “coutume” (norreture ?) que le clerc est déclaré sans hésitation “ad amorem aptiorem”.

10Nos textes romans sont au nombre de 5. Tout d’abord deux versions un peu divergentes du Jugement d’Amour. La plus ancienne est aussi la plus charmante. Florence aime le chevalier, Blancheflor, le clerc. Leur entretien complice tourne vite à la critique puis à la dispute. Décision est prise, cette fois encore par l’amante du clerc, d’aller chercher verdict “à la cort au Dieu d’Amor”. La description de l’équipement des belles est totalement symbolique, cote de roses pures, ceintures de violettes, manteaux de jaunes fleurs à fermail de baisers...Amour n’habite plus dans le bois de Cupidon, il a château et tour mais tout bâtis d’odorantes épices et de flèches à blesser les coeurs. Le dieu reçoit les pucelles fort courtoisement et soumet le jugement à sa cour. Celle-ci se compose d’oiseaux qui échangent force insultes à propos des clercs et des chevaliers. Un duel sert de verdict qui dresse le rossignol tout adoubé de fleurs, partisan de Blancheflor et des clercs, contre le perroquet, défenseur des chevaliers. Le perroquet est vaincu, Florence en meurt de chagrin et le Jugement s’achève sur cette épitaphe vengeresse

Ici est Florence enfouie
Qui au chevalier fu amie. (p. 142, v. 417-18))

11La seconde version est plus prolixe, les oiseaux se multiplient... et changent parfois de camp. Mais on aboutit au même duel avec les mêmes champions et la même fin douloureuse pour la belle Florence.

12L’auteur de Hueline et Aiglentine semble d’un esprit beaucoup plus positif. Ses personnages ne sont plus féeriques et les arguments que s’envoient les belles sont fort méchants...On se demande comment ce trouvère original aurait raconté son jugement, là encore confié au dieu Amour. Mais le texte, incomplet, nous laisse devant le château du dieu dont la description marie la merveille exotique des pavés de cristal et des portes de cyprès avec la clôture féerique de fleurs de lis, la charpente et l’enceinte de cannelle et de réglisse qui confèrent un air de Cocagne à ce palais de Dame Tartine. Sous un arbre splendide tout peuplé d’oiseaux siège le dieu et une foule de seigneurs accourent à ses jugements...

13Dans le poème anglonormand Florence e Blancheflor, nous avons la surprise de voir le chevalier l’emporter. Le trouvère qui entonne nous conduit à sa suite en un jardin paradisiaque et irréel où les gouttes de rosée soignent de tous les maux. Les instruments de musique sont devenus innombrables, les oiseaux de même, et encore davantage ! le tout est fort joliment dit. Près de la fontaine se baignent deux soeurs qui ont bien quelque chose d’une fée. Mais leur tendre entretien tourne à l’aigre quand elles en viennent à vanter leur amant, clerc ou chevalier. Cette fois, c’est Florence, amie du chevalier, qui décide d’aller voir Amour - peut-être pour nous faire pressentir la victoire du laïc sur le clerc ? En tout cas, dans son château, toujours aussi merveilleux, Amour confie le duel à deux champions nouveaux, l’épervier et l’alouette. Naturellement l’épervier défend la chevalerie et il terrasse la pauvre alouette ; Blancheflor en meurt aussitôt, pour la plus grande gloire des chevaliers.

14L’histoire de Melior et Idoine prend aussi pour narrateur un cavalier égaré qui, par hasard, entre en un beau verger où se déduit une assemblée de dames. Elles sont fort occupées à discuter les mérites amoureux du clerc et du chevalier. Idoine, éprise d’un chevalier, s’en fait l’avocate et se heurte à Millor qui aime un clerc. Là encore les critiques sont plutôt acerbes ! Mais Amour n’interviendra pas ; ce sont les dames qui se choisissent des oiseaux en guise de champions : le merle pour le chevalier, le rossignol pour le clerc et la tourterelle comme arbitre ! L’armement est décrit sur le mode de la féerie. Le merle laisse sa vie dans le combat et le narrateur s’en va quérir un gîte pour sa nuit, avec la conviction que les clercs sont gentils et les chevaliers orgueillous.

15Le fablel du Dieu d’Amour, enfin, est composé de 152 quatrains monorimes. C’est une délicieuse farciture de motifs romanesques et lyriques, divisée en deux grandes parties. D’abord le poète raconte qu’il a une avision.. Il entre en un jardin merveilleux où l’eau du Paradis alimente une fontaine de jouvence et coule sur une gravelle de pierres fines ; tous les arbres les plus précieux entourent un clos où seuls entrent les courtois. Sous une ente chargée de fleurs et de fruits, le poète entend les oiseaux déplorer la décadence d’amour ; seuls les clercs et les chevaliers ont le droit d’aimer. La discussion devient plus vive mais le rossignol la calme.

16Survient alors la dame aimée du poète, elle lui avoue son amour mais cette heureuse confidence est interrompue par un serpent volant qui enlève la belle. Au cri de désespoir de l’amant, Amour apparaît, il emmène l’infortuné jusqu’à son palais où une foule compatissante le console. Une jeune fille lui montre en pleurant la tombe de son amant dans un verger. Le dieu d’Amour revient à cheval, devant lui la dame retrouvée. Et le dormeur s’éveille.

17On le voit, tous ces poèmes présentent une belle unité thématique et de nombreux points communs structurels. En nous offrant l’image que leurs amantes ont d’eux, les clercs révèlent l’idéal sous lequel ils se voient.

II L’IMAGE DU CLERC

18La vertu cardinale de l’amant est la courtoisie, aussi bien le clerc que le chevalier doit donc la revendiquer pour sienne. Il semblerait à nos yeux modernes que la courtoisie soit l’apanage du laïc qui vit dans les cours mais les textes s’empressent de nous assurer que cette courtoisie est un savoir ; dès lors le clerc a beau jeu d’affirmer qu’en ce domaine, il est un concurrent redoutable si le chevalier présente un apparent avantage :

Mult sunt dignes d’avoir amur
Les chivalers de graunt valur.
Car il sevent a dreit parler
Et curtoisement dauneer (p. 185, v.65-68))

  • 5 André le Chapelain, Traité de L’Amour Courtois, ed. C.Buridant, Paris, Klincksieck. 1974, p. 141.

19Droit constitue l’un des points essentiels du débat car, le traité d’André le Chapelain l’affirmera un peu plus tard, il ne convient pas aux clercs d’aimer ; ils ont acquis une noblesse supérieure (“valor”) en se consacrant à Dieu : “Ainsi, dans la mesure où il veut respecter la distinction propre à la noblesse des hommes d’Eglise, un clerc, de toute évidence, ne peut aimer”5.

20On se doute que nos textes refusent de considérer les choses de ce point de vue ! Seul le Florence e Blancheflor anglonormand met en cause la noblesse des clercs, mais, justement, c’est l’unique texte qui favorise les chevaliers :

Car clercs ne sont mie sovent
De bon lyn com autre gent,
E come recreaunt sont merchee. (p. 175, v. 208-210)

21On arguera plus souvent des difficultés matérielles que rencontre le clerc qui veut courtiser une dame car la cour n’est pas vraiment sa place, à l’inverse des laïcs :

Venir poent assez sovent
Sanz mesparlaunce de la gent ;
Car il apent a chivaler
As gentilles dames aquointer. (p. 190, v. 215-218)

22Le clerc est malvenu, et sa présence inexpliquée entraîne la losange et le deshonneur de son amante. Mais nous entrons dans un cas de figure bien connu de la casuistique amoureuse car l’une des qualités du fin amant est sa capacité à garder secret son sentiment et ce que l’on reconnaît (ou reproche) au clerc est précisément son engin, son art dissimulateur :

Mais li clers que jou aimme et prise
Sevent engien querre et aïe,
Et d’amors celer la maistrie.
Et si sont sage d’aus garder,
Si en font molt plus a amer (p. 144, v.53-57)

23Cette “science”, aisée au clerc, lui sera reprochée avec usure, elle met en cause sa sincérité “Il se honnist par son engien” (p. 148, v. 189) accuse l’épervier. Ils “sevent del mont le tour, Si en doivent avoir l’onnour” (p. 149, v.204-5) réplique la pie-agace, en un compliment pour le moins ambigu...

24Derrière la topique du meilleur amant à la mode courtoise, nous retrouvons la question, si douloureuse au xiie s. et davantage au xiiie s. de la véracité du dire. Notre clerc, certes, n’a rien encore d’un Faux Semblant, n’empêche que tant d’art apparaît bien suspect. Trop belle parole vole vite et disparaît. Face à l’artificieux, le solide chevalier a les pieds sur terre et le coeur ferme et franc :

Car il sevent tres bien amer
Sanz feintise e sanz fauser.
Les clers sunt trop renouler
Et de corage trop legers :
S’il comencent hui a amer,
Demeyn le veulent obier.
Ne parlés mès de clerc d’escole ! (p. 186, v. 89-95)

25La place du clerc n’est décidément pas là où il faut mentir, si l’amour relève d’un savoir, c’est un savoir de Nature, non d’école. Les paroles vaines et mensongères sorties d’un coeur trop habile viennent s’opposer à la parole vraie, celle sur qui repose l’ordre du monde, celle que respecte dûment le chevalier :

Car chevalier de bonne loi
Mainent le siecle a esbanoi ;
Se chevalerie n’estoit,
Ja li siècles ne dureroit. (p. 144, v. 41-44)

26En face de cette mainmise, le clerc feint de dissocier le politique des domaines du coeur, il ne parlera pas du siècle - et pour cause !-, il s’agit encore et toujours de l’unique amour ; comment le chevalier pourrait-il parler, lui qui ne “sait rien” ? il peut bien se targuer de maintenir le siècle, à quoi bon le monde sans amour ?

Que chevalier ne sevent rien....(p.l51, v. 273)
Cuer ont li clerc entir et vrai.
Et si vous di que a tous jours,
Il ont maintenues amours...(v. 286-288)
Et quant clerc ne le tenront mie
Donc sera amors departie, (p. 152, v. 291-292)

27Mais si la véracité du dire est le juste reflet d’une science inscrite au plus profond du coeur, pour que le monde conserve son ordre sacré, chacun se doit de faire ce qui lui convient. Parmi les “devoirs” du chevalier, l’amie ne manquera pas d’évoquer son assiduité “as jus, as festes, as tornois”. Courtois, preu, vaillant, le chevalier est un homme d’action. Sur ce thème l’Altercatio brode infiniment, reprenant à l’Antiquité l’idée que Venus a toujours fait les yeux doux à Mars.

28Comment peux-tu aimer un clerc ? s’étonne la belle Phillis, en lui rien d’élégant, c’est une sorte d’Epicure, une molle graisse rembourre ses flancs, il ne désire, il ne fait que manger et boire et dormir. Au ludere du fringant cavalier, il oppose son epulari perpétuel, le chevalier a pour nourriture et boisson Jeunesse et Amour.

29La guerre et le plaisir sont liés, disait déjà la nonne rebelle de Remiremont ; les chevaliers sont hardis dans les combats pour nous plaire et nous posséder. Qui ne craint nulle blessure ne saurait redouter les coups de l’amour.

30Les Goliards ou les clercs latinistes qui écrivirent ces textes n’hésitaient pas à retourner l’argument : un homme maigre et douloureux n’est pas si ardent, un miles cythereus ne rêve pas que plaies et bosses ! Mais les textes romans ne prônent pas cette inactivité propice aux tendresses. Ils veulent, quant à eux, contrecarrer l’adversaire sur son propre terrain. Le lien “prouesse/amour” est l’un des plus puissants ressorts du jeune roman. En face, les Débats n’hésiteront pas à puiser des forces dans la satire, la didactique, voire le fabliau.

31On ne dira pas, bien sûr, que le chevalier qui ne pense qu’aux tournois est un mauvais amant ; on insistera sur la pauvreté trop réelle qu’engendre cette manie. A Florence qui évoque le destrier que lui envoie son glorieux tournoyeur, Blancheflor répond, pleine de dédain :

Chevalier sont molt lasche gent ;
Quant il vont au tournoiement.
Il n’ont pas du pain a mangier
Se chascun n’i met son destrier
Ou son escu ou son haubert (p. 128, v. 133-37)

32Déjà lorsque Phillis s’exaltait à imaginer son beau guerrier sur le champ de bataille : il dissipe les querelles, il se souvient de moi dans les combats, il me regarde à son retour...Flora se gaussait de ses rêves : il est pauvre, il a à peine de quoi se vêtir, il vous revient tout affaibli...La rime “haut pris/seignorie” fait écho aux rimes “chevalier/destrier” et “gent/tornoiement”. Mais les Débats nous font redescendre de ces belles envolées belliqueuses et nous présentent une réalité bien plus dramatique et prochaine :

Et quant il n’ount mès pur doner
Dunc covient vendre ou gager
Tere ou tenement ou bieau maner
Pur despendre en cel estour.
Jeo ne preise gers cele valour. (p. 189-190, v. 194-198)

33observe Millor, la bien nommée. L’homme du Livre ici ridiculise doublement l’homme du champ. Ce sont les textes anglonormands qui se montrent les plus virulents et l’on peut présumer que le second auteur ne venait pas de la noblesse... Aiglentine n’hésite pas à rappeler à Hueline que, pour un destrier envoyé en cadeau, son galant lui a fait bien des emprunts qu’elle n’osait pas lui refuser, disons le mot, ce chevalier se fait plus ou moins entretenir...Et l’impudente d’ajouter qu’il troquera bien, quelque jour de grand faim, son épée contre un bout de truie salée... Pendant ce temps, le clerc fort riche couvre sa belle de cadeaux, tissus précieux et autres bijoux, toutes choses qu’il a obtenues “sans mêlée ni moleste”. Croyez-vous, disait déjà l’Altercatio, que ce soit Amour qui rende le chevalier farouche et ardent ? Que non, c’est la faim et l’indigence!

34Nous voilà loin des exploits de la belle chevalerie romanesque. Plus loin encore lorsque l’amante du clerc nous évoque les nuits passées auprès du glorieux tournoyeur qui ne cesse de pleurer et gémir tant il est couvert de plaies, tandis que, de son côté, elle serre nuit après nuit contre son coeur un clerc “sain comme une pomme” (p. 189, v. 181).

35Toutefois la violence de ces remarques triviales est révélatrice de l’enjeu du discours : c’est toute la question de l’apparence et de ses rapports avec l’essence qui est ici posée lorsque, les unes après les autres les amantes des chevaliers - ou les rivaux des clercs- en viennent à évoquer la tonsure propre au clergé. Dire du clerc qu’il est “tondu et bertoudé”, c’est le renvoyer à sa folie dangereuse et qu’il ne vienne pas jouer les Tristan ! Qu’il reste en son moustier. Son domaine, c’est le psautier, voilà son vrai langage :

Clers ne doit pas avoir amie
Ainz doit avoir un grant sautier
Ou il puist lire et versillier,
Li clers doit proier pour les ames
Et chevaliers doit avoir dames...(p. 136, v. 298-302)

36Au chevalier les dames, au clerc les âmes ! au clerc les absolutions, au chevalier les compagnons ! Le trouvère de Aiglentine et Hueline est particulièrement dur. Comment le clerc ose-t-il parler d’amour, alors que ce qui le regarde, c’est la mort :

Quant une biere voit porter.
Lors est seürs de son soper,
Miauz aime un mort de quatre vis (p. 163, v. 91-93).

37On voit sur quel terreau croît la richesse du clerc, il vit du deuil des autres. Dans le texte anglonormand qui choisit la victoire du chevalier, c’est une véritable haine qui anime le court et terrible tableau de la vie du clerc :

E of ses meins que taunt sount noirs
Maigne graeauz e tropeirs,
E sur Dieu reschine.
Tot son honur par taunt resceoit
E com un pork mange e boit ;
Ensi sa vie fine (p. 174, v. 181-186))

38Comment donc s’attacher à un porc qui grognasse sur son graduel et dont les mains noires sont le digne reflet de son âme pleine de papelardie ! Aimer, un clerc, c’est viser le bas, “asseoir” en vil lieu son coeur ; de plus - unique occurence ! - en ce fol bricon, nul espoir d’esposailles en honeison” (v. 171-173).

  • 6 p. 193-194. v. 308-319 et 191, v. 239-240.

39L’amour, puisque lui seul est en question, n’est sans doute que le droit de vivre au monde, ici réclamé par les clercs. Dans le portrait idéalisé de leur amant que nous tracent les dames, c’est une plaidoirie qu’on croit voir se dessiner. Pleins de grâce, avenants et aimables, les clercs ont de l’expérience et de l’habileté ; ils sont fidèles à leurs promesses, ils savent aimer, ils savent surtout le dire. En eux l’apparence de douceur coïncide avec un coeur tout de bonté. Mais telle nonne de Remiremont évoque à rebours le plaisir de se soumettre aux mâles chevaliers, et, pour leur faire plaisir, on ouvrira à leurs chevaux pâturages et fontaines du couvent... Non, les clercs savent avec douceur prendre en mains nos intérêts et les diriger, répond, indignée, Elisabeth. Les chevaliers sont légers, inconstants, une femme dans chacune de leurs terres, voire une “femme commune” ; ils se vantent de leurs amours quand ils vont en troupe ; ils adorent les querelles, ils suscitent les procès6.

40Le clerc a la tête rasée, il est tout de noir vêtu, il est le témoignage de la douleur humaine ? Non ! il est synonyme de Joie, il est cortois, jolif et même, il est beau, si sa “bonté” “valt miex assez” que sa beauté.

41Le clerc est menteur, plein d’art, “il quiert tous jours engien” ? Mais sa couronne signifie qu’il est le maître du monde, sa simplicité est signe de son innocence :

En chambre sunt baud od la biele,
Symple en sale come damoisele. (pl88, v. 143-144)

42Dans son repos, il se vautre comme bête brute ? Mais s’il ne manifeste pas sa prouesse, les chevaliers (et les autres) ne savent rien “s’il ne l’ont de cler aprise”. Maintenir le savoir, maintenir le monde, maintenir la courtoisie, c’est tout un et qui le saurait mieux qu’un clerc puisque

Li livres lor monstre et enseigne
Tout bien et tote cortoisie. (p. 152, v. 305-306)

43Bref, de lecteur, il est trop juste qu’ils se fassent écrivains pour redistribuer aux dames et au monde la Joie du savoir:

Trestout le sens de nostre vie
Queintise e curtoisie
Valour e amur e druerie
C’est escrit de clergie (p. 194, v. 331-334)

44Aux clercs donc la palme de Joie et d’Amour, édicte la Présidente du Concile, puisqu’il savent “nous louer dans tous les rythmes et dans tous les vers “(p. 104)! c’est ainsi que le clerc courtois devient et se veut nointns.

III MOTIFS POETIQUES

45Vers 1150, on peut sans doute pardonner à un concile de choisir pour Evangile l’Art d’aimer d’Ovide puisqu’aussi bien il s’agit d’une Assemblée des femmes, lesquelles, on le sait depuis Aristophane, n’ont qu’une idée en tête. Souples et modestes, prêtes à toutes les admirations, les nonnes de Remiremont confient leur coeur (et leurs intérêts) aux “habiles clercs de Toul” qui les récompensent de leurs vers louangeurs. Le clerc qui composa le Concile revendique orgueilleusement sa culture antique et les délices ovidiennes ; peu après que les théoriciens de l’Ecole de Chartres ont réalisé dans l’éblouissement leurs synthèses entre la philosophie de Platon et la théologie chrétienne, le milieu des Goliards lance cette justification ironique de la poésie légère, ce concile pour rire, ou plutôt pour écrire. La revendication de la Joie passe par le bonheur de se savoir lourd d’une culture dont on veut considérer la seule richesse :

Amor, deus omnium, juventutis gaudium,
Clericos amplectitur, et ab eis regitur.
Taies ergo diligo, stultos quoque negligo.(v. 95-97)

46Grand, fort et bête, tel est décrété le Pâris dont s’énamoure Phillis. L’auteur de l’Altercatio va plus loin sur ce thème qui l’a fait réfléchir ; il récuse l’opposition topique entre l’otium et la prouesse, certes le clerc est otiosus mais c’est que

Viles spernit operas, fateor, et duras ;
Sed cum ejus animus evolat ad curas,
Caeli vias dividit et rerum naturas (v. 154-156).

47Pour cette tâche divine, point n’est besoin d’user de la force brute :

Meus est in purpura, tuus in lorica ;
Tuus est in praelio, meus in lectica,
Ubi gesta principum recolit antiqua,
Scribit, quaerit, cogitat, totum de amica.(v. 157-160)

48Mais en passant dans la langue romane, cette problématique prend des formes nouvelles.

49Le Jugement d’Amour se veut un conte écrit par un homme plein “de courtoisie et de barnage”, clerc ou chevalier, on ne sait pas encore en ce prologue, mais en tout cas fermé aux vilains. Les reverdies partagent, avant tout autre, ce motif topique avec nos textes:

  • 7 P. Bec, La lyrique, vol. 2, p. 60, strophe 1.

Volez vos que je vos chant
Un son d’amors avenant ?
Vilain nel fist mie.
Ainz le fist un chevalier,
Soz l’ombre d’un olivier,
Entre les bras s’amie.7

50Ce n’est pas la seule caractéristique registrale que les Jugements aient en commun avec les reverdies Il faut d’ailleurs se garder d’oublier que le genre de la reverdie est difficile à cerner, indique P. Bec. Il s’agit d’un terme médiéval qui évoque tout naturellement le renouveau printanier propre à bien des exordes lyriques. En se situant toujours en avril ou mai, les Débats du Clerc et du Chevalier optent pour un contexte poétique, de façon large et générale. Mais ils présentent, dès le passage du latin en roman, le choix plus particulier de faire de leurs belles héroïnes des incarnations de Mai, ce mois des fleurs que symbolisera encore, plus tard la Lienor de Jean Renart, autre fin connaisseur de l’art lyrique. C’est ainsi que les fleurs dont elles sont nées les habillent ; on mettra en parallèle la reverdie ci-dessous citée (à droite) avec le Jugement d’amour :

Andui furent d’un fier corage.
D’une biauté et d’un parage.
De II mantiaus sont affublées
Qu’en I isle firent II fées
Li estains fu de flors de glai,
Traime i ot de roses de mai.
Et les panes furent de flors
Et les listes furent d’amors ;
Les ataches sont bien ouvrées,
A II besiers d’amors fermees,
Et molt sont riche li tassel,
Atachié sont a cri d’oisel (v. 19-32)

Chauces out de jaglolai
Et solers de flors de mai,
Estroitement chauçade.(v. 10-12)
Ceinturete avoit de fueille
Qui verdist quant li tens mueille.
D’or ert boutonade.
L’aumosniere estoit d’amor,
Li pendet furent de flor.( v. 13-17)

51Il n’est pas jusqu’aux rimes occitanisantes, sorte de petite révérence à la lyrique des troubadours qui ne nous incitent, à propos de ce poème ravissant et énigmatique, à chercher vers le pays d’oc le domaine de la Joie où nos clercs des Débats se targuent d’être chez eux, d’être les maîtres.

  • 8 voir par ex. Gace Brulé, ch. LVIII de l’édition H. Petersen Dyggve, Helsinki, 1951

52La discussion entre les deux jeunes filles reprendrait plutôt le schème des jeux partis ou des tensons. On remarquera notamment ce petit trait registral qu’est la violence querelleuse des belles. Dans les chansons de femmes de trouvères, on voit très souvent, de façon exactement identique, le Je assister, caché derrière quelque arbre, à une discussion entre deux dames qui finissent par se prendre aux cheveux, nécessitant l’intervention du pacifique chanteur8 !

53Ce motif de la violence vient s’ajouter dans le Florence e Blancheflour anglonormand à un début emprunté à la pastourelle :

L’autr’ier m’en alot jwant
De mes amors rejoïssaunt...
... Deleez en un gardin entroi.(p. 167, v. 1-2 et 13)

54parenté qu’accentue le schéma métrique choisi du sixain rimant AAB CCB. Dans le Débat de Belle Idoine et Millor, le cavalier se glisse sur son cheval derrière un bosquet et assiste, muet, à toute la scène, comme dans certaines pastourelles du genre pastorale.

55Mais nous quittons débat, tenson ou pastourelle lorsque les jeunes filles font intervenir le dieu Amour. Elles montent alors sur leur palefroi. La description mythologique de l’Altercatio a cédé la place au registre des fées-fleurs de la raverdie. Toute vêtues de glaïeuls, de violettes et de muguet, elle chevauchent au milieu d’un carillon merveilleux de clochettes et l’on nous précise bien le sens de ce motif :

Qui adès par enchantement
Sonent d’amors un son novel. (p.131, v. 184-185)

56Le gentil poète du Fablel d’Amour reprendra cette idée en faisant entrer son héros au château d’Amour par un passage qui n’est autre que la somme déployée en un riche éventail de toutes les écritures lyriques de l’amour :

De rotruenges estoit tot fais li pons,
Toutes les plankes de dis et de canchons,
De sons de harpe les estaces del fons.
Et les soliges de dous lais bretons, (p. 206, st. LXX))

57Dans les reverdies qui mettent en scène le dieu, c’est Amour lui-même qui monte un cheval aux attributs symboliques :

  • 9 P. Bec, II, p. 59.

Ses chevaus fu de deport,
Sa sele de signorie.
Ses frains (fu) de son dangier,
Ses estriers de fil de sie.
Ses hauberz estoit
D’acoler estroit.
Ses hiaumes de flors
De pluseurs colors.
Dex ! lance avoit de cortoisie
Espée de fuel de glai,
S’ot chaces de mignotie,
Esperons de bec de jai.9

58Nous n’en sommes pas encore dans l’allégorie telle que la construira et la fera vivre le xiiie s. Les Débats se contentent de faire intervenir le personnage en répartissant ses attributs sur les acteurs en scène, et, ce faisant, le texte s’ouvre à tout un intertexte lyrique comme pour nous signifier qu’il n’est d’amour que de poésie ; la voie romanesque où allier chevalerie et clergie n’est pas l’unique voie...

59Les oiseaux, enfin, font partie des motifs registraux de la reverdie. Au concert des instruments conçus de main d’homme répond la symphonie innombrable des chants d’oiseaux, comme pour marquer l’acquiescement de Nature à tant de culture. Nos Jugements développent ce que la chanson évoque seulement. On remarquera que, dans le plus ancien des Jugements, les oiseaux les plus mélodieux sont pour le clerc, rossignol, alouette, chardonneret, mauvis, tandis que le chevalier se voit défendre par les nobles éperviers ou faucons, par le geai et l’étourneau, oiseaux futiles, par le loriot et le papegau, dont les dames apprécient le brillant plumage...Mais déjà le texte anglonormand se satisfait d’une longue énumération, comme si les seuls noms suffisaient à réveiller l’évocation.

  • 10 cf. F.Lecoy, recherches sur Le Libro de Buon Amor, Paris, 1938 et Juan Ruis, archiprêtre de Hita, L (...)

60En une sorte de mise en abîme, les jeunes filles vêtues de fleurs comme l’est Amour, adoubent en les armant de fleurs leurs petits champions ailés, après que la dispute des oiseaux “en leur latin” a redoublé comme en écho le jeu parti des Belles amantes. Dans le Fablel d’Amour, les motifs ont cessé d’être liés, il n’y a plus d’altercation, seul reste le poète, entré comme chez lui dans le verger courtois d’Amour. C’est que ce dernier de nos clercs sait bien, lorsqu’on le lui demande, trouver et chanter un son d’amour avant d’admirer autour de lui la salle décorée des travaux des XII mois. Trait amusant, ce dernier motif reparaît dans l’ultime avatar de nos Jugements, le livre de Buon Amor de l’Archiprêtre de Hita Juan Ruis : quand se déploie le cortège d’Amour, tout peuplé de nonnes et de clercs, la tente qui attend le dieu des fleurs et des oiseaux est brodée de ce même calendrier10.

61Les débats du Clerc et du Chevalier sont susceptibles d’une lecture plurielle. L’image du clerc qui s’en dégage est lourde assurément de revendications et de rêves ; c’est une plaidoirie pour la reconnaissance d’une culture, d’une maîtrise, d’une suprématie où l’amour symbolise l’écriture. Mais dans le choix des motifs retenus, toujours identiques et quasi structurels, se discerne l’hommage rendu à une poétique, contemporaine de l’oeuvre en latin de bien des clercs. Le décor immuable du jardin d’Amour, ce dieu qui lève son sceptre de fleurs au-dessus de sa cour d’oiseaux mélodieux, est le lieu secret où la clergie, en quête d’une identité poétique, a opéré l’union entre les voix neuves de la lyrique et la culture des homme du Livre.

Notes

1 Les débats du Clerc et du Chevalier dans la littérature poétique du Moyen Age, Paris, Champion. 1911.

2 E. Faral, Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois, Paris, 1913.

3 Madeleine Tyssens, En Avril au tans pascour(in) Mélanges à la mémoire de J. Boutières, Liège, 1971, p. 589-603.

4 P. Bec, La lyrique française au Moyen Age, vol. 1 (Etudes), Paris, Picard, 1977.

5 André le Chapelain, Traité de L’Amour Courtois, ed. C.Buridant, Paris, Klincksieck. 1974, p. 141.

6 p. 193-194. v. 308-319 et 191, v. 239-240.

7 P. Bec, La lyrique, vol. 2, p. 60, strophe 1.

8 voir par ex. Gace Brulé, ch. LVIII de l’édition H. Petersen Dyggve, Helsinki, 1951

9 P. Bec, II, p. 59.

10 cf. F.Lecoy, recherches sur Le Libro de Buon Amor, Paris, 1938 et Juan Ruis, archiprêtre de Hita, Le Libre de Bon Amor, Stock Moyen Age, 1995.

Auteur

Centre d’Études Médiévales d’Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540