Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

La Geste de Garin de Monglane en prose

L’Histoire d’Aymeri de Narbonne (1)

Texte intégral

Comment Aymery conquist Nerbonne, dont il fut signeur et gouverneur tous son temps

  • 1 A lettre fort enluminée.
  • 2 Allusion au Pseudo-Turpin.

1Aprés1 la bataille et mortelle desconfiture de Raincevaulx s’en party Charlemaine d’Espaigne, dolant plus que oncques mais et non sans cause pour ses amis [223v] qu’il avoit perdus. Et aussi convenoit il qu’il feist emmener les corps de Rolant, d’Olivier et des aultres nobles barons en leur lieux selon la bonne amour et voulenté des chevaliers et nobles hommes de chascun païs les ungs en Bretaigne, les aultres en Allemaigne, en Picardie, en Gascongne, en Poitau, en Auvergne, en Touraine, en France et ailleurs. Mais vous devez savoir que l’empereur pour toutes avantures doubteuses commist gens bons, vaillans au gouvernement du pays avecq ceulx qui s’estoient a la foy chrestienne convertis, és quelz ne pouoit mie parfaire seurté. Et entre les autres y voulu Galien demourer et ne pour don, pour promesse, pour or, pour argent, pour parolles, pour parens, pour amis ne pour quelque autre rien ne s’en voulut aler en France. Ains jura qu’il demouroit ou païs et que il conquerroit Montsusain et vengerait la mort d’Olivier son pere et de son compagnon et loyal amy Rolant. Il eust charge de gens finablement, tant de ceux de Monglenne, de Puille, de Beaulande, de Gennes et de Viennois, que Olivier avoit en son gouvernement, comme de ceux que Charlemaine lui delivra. Sy s’en party l’empereur et sejourna a Blaisves pour sepulturer les cors d’Olivier, de Rolant et de Aude, qui la fina de dueil, [224r] comme le vray livre2 le devise et racompte en piteux mos. Puis s’en party pour tirer droit en France, ou long temps avoit qu’il n’avoit mais esté.

2Advint en chevauchant atout grant nombre de gens, ainsy comme son chemin se adonna en aprouchant le païs de Prouvence et passant par terre basse, nommee maintenant Languedoc, qu’ilz virent une cité belle, grant, fort et rice, apeuplee et habitee noblement, mais en icelle ne en icellui païs, qui estoit ausques prés de la mer, n’estoit point le non de Dieu aouré ne congneu. Sy ne voulurent les chevaliers eslongnier de la cité, ad ce qu’ilz ne feussent apperceus de ceulx qui dedens estoient. Et rien tant ne desiroient les ungs et les autres comme d’eux haster pour venir en France et estre a sejour. Sy apperceut bien Charlemaine la maniere et demanda quelle ville s’estoit qui veoit a costé de lui. « C’est une cité, Sire, ce respondi ung chevalier qui la fut voisins d’icellui païs, et pour ce qu’en icelle n’a sinon payens et Sarasins qui de la loy Jhesucrist n’ont cure, convient il ce passage eschever, affin que aucun dommage ne puissent porter a ceulx de vostre compagnie. — Et comment est nommé celle cité, beau sire ? fait Charlemaine, car le me faittes savoir. — En non Dieu, Sire, ce respondi le chevalier, Nerbonne l’apellent ceulx qui y ont esté et qui souvent y conversent par [224v] saufconduit. — Et de qui est elle tenue ?, ce respondi Charlemaine. — Par foy, Sire, ce dit le chevalier, elle est tenue d’un moult fier admirai, riche roy et puissant plus que nul de ceulz qui furent en Espaigne, et avecq ce est grant et terrible comme ung jayant, car il est de l’extracion, et se son nom voulez savoir, il est appeliez Desramé, qui moult a de terres et grans seignouries. Sy lui est tout cestui païs en obeïssance jusques au gué du Rosne, et se tient communement a Cordres sur mer. Et sachiés que a moult grant paine lui puet l’en estre nuisant. »

3Sainte Marie, comme l’empereur fut pensifs quant il ouy ainsy parler le chevalier. Il s’aresta tout quoy adont et demanda ses armes, disant que de plus prés vouloit la cité veoir. Les compagnies furent arestees adont et le grant train et charroy de main en main. Si furent les armes deffardelees, prises et vestues d’un chascun, dont on ne sceut qui fut le plus joieux, car mestier avoient de repos plus que de guerre, de quoy les pluiseurs firent de ceste heure en avant doubte, et moult furent repentans d’avoir par la pris leur chemin. L’empereur s’arma fin de compte, si firent tous les haulz princes comme Ogier de Dampnemarche, le duc Naymon de Baviere, Salmon de Bretagne, Regnier de Gennes, Hernault de Beaulande, Gerart de Viennois, Huguon de Berry et assez d’autres, qui moult estoient preux et vaillans, [225r] lesquelz n’eussent pour nulle chose desdit l’empereur. Et quant chascun fut prest, lors se mist l’empereur a chemin, faisant conduire son dragon devant que tous Sarasins du monde craingnoient et congnoissoient pour enseigne, et veu l’avoient en Espagne et ailleurs en faisant ses conquestes. Sy n’y eust Sarasin tant hardi qui de la cité se partist, mais monterent aux murs et creneaulx pour veoir le maintien des chrestiens.

  • 3 ms. affaire.
  • 4 ms. hardemmement.

4Moult fut joieux Charlemaine quant il vist la cité si forte, si belle, si bien emparee et bastilliee et de grandeur assez spacieuse. Il loua Dieux lors et dist a soy mesmes que jamais d’illecq ne partira si l’aura ainçois par force conquise et soubzmise a la loy chrestienne, puis que si prés estoit voisine de son empire. Et quant il eust bien avisee tout entour, il assambla ses barons voire arrierre [sic] d’illecq, ad ce que ceulx dedens ne leur peussent porter nuisance de trait ou autrement, et leur dist : « Veez cy cité plaisante, beaulx seigneurs, fait il, bien assise, forte et en beau païs, et marchist assez prés de mon royaulme. Sy est dommage quant elle, ou ceulx qui sont dedens habitans, ne scevent qu’est Jhesucrist et de la loy que nous tenons. Et moult nous seroit chose honteuse de nous departir sans la conquester, qui serait aysee chose a faire3 et en petit de temps, comme il me samble mesmement que il n’a, comme [225v] je croy, leans deffense qui nous en sceut garder. Pour quoy je la bandonne a cellui qui la hardemment4 osera emprendre de la garder contre la geste sarasine, mais que je l’aye conquestee. » Et quant les haulx barons entendirent l’empereur, qui jamais n’avoit en le cuer saülé de guerre, chascun d’eulx fut moult esbahy, et n’y eust cellui qui ung tout seul mot respondist. De quoy Charles commencha devant eulx tous a larmoyer, car lors lui souvint il de Rolant, d’Obvier et de la chevalerie qu’il avoit en Raincevaulx perdue. « Or voy je bien, beaux signeurs, et fait il, que plus n’y a de Rolant en mon hostel ! Je congnois que Olivier est perdu et croy que ma chevalerie soit morte et que avecq s’en soit vaillance fuie quant sy hardi n’y a qui une cité que je me oblige a conquerir et baillier ose prendre la garde contre les ennemis de nostre foy. Sy me soient ainsy aidans Dieux et sains devis que jamais de mon aage ne partiray de devant jusques ad ce que je l’auray mise en ma subgection. Sy l’atendray en ma main, et qui aura de mon afaire, il vendra icy de tous les païs a moy obeïssans, voire se je ne treuve qui de la garder se vueille entremettre. »

5Charles commanda le siege lors, et fist on illec dessendre tentes, trefz et pavillons et autres choses propres a siege tenir. Sy devez [226r] savoir que mie ne furent les escuiers, variés et garchons de repos, ains s’entremist ung chascun pour son maistre ou son seigneur appointier de logeïs. Et quant le tref royal fut levé, lors manda l’empereur ses princes et barons et chevaliers pour jurer le siege en leur presence, et entre les autres avisa Gerart de Vienne. Sy lui dit : « A vous sui moult tenu, sire Gerart, fait il, sy vous vouldroie recompenser tellement que tousjours peussions estre bons amis, je vous donne ceste cité, qui mie n’est de reffus, car elle estoit en bon pays assise, prés de mer et en plaine terre. Sy pourez par icelle conquerir tout cestui païs et tenir en vostre main malgré tous les Sarasins du monde. — Vostre mercy, Sire, ce lui respondi Gerart, de terre ay je assez pour le present, et se de plus en prendre m’entremettoie, ce me pouroit plus par adventure tourner a dommage que a prouffit, mesmement que j’ay assez affaire a garder le mien, dont il me souffist et doit souffire trés grandement, et comme racompte ung sage en proverbe notable, disant en deux vers :

Le vray repos ne gist mie en l’avoir
Mais seulement en souffisance avoir. »

6Sy fut Charles plus dolant que par avant et bien dit que, s’il ne treuve a qui la baillier, qu’il la conquestra et fera son palais faire, sa chambre [226v] dés illec ordonner et sa propre demourance ; sy lui pouront tous ceulz de son obeïssance venir veoir se de lui ont aucun besoing. Ilz regarda pluiseurs autres princes, aux quelz il fist comme il avoit fait et dit au dit Gerart, mais tant estoient mattez de la guerre que nul ne lui respondi ad ce qu’il disoit. Et lors vist Hernault de Beaulande, le quel estoit assistant comme l’un des vaillans hommes de sa maison : « Et vous, fait il, Hernault, beau sire, ferez vous comme les aultres ? Serez vous de la cité de Nerbonne reffusant ? Je la vous otroie, s’en vous ne tient et se me croyés. Vous n’en ferez mie reffus, car bien vous appertient et croy que sur tous autres et contre tous hommes la saurez bien deffendre. — Pardonnez moy, Sire, ce respondi Hernault, je ne reffuse le don que vous me presentez ne je ne le retiens, et se la raison voulez avoir de moy, vous savez que de vous tien je la cité avecq la terre de Beaulande, qui costoie et marchist a Arragon et autres pars sarrasins, ou du moins ne sont mie encores si fermes que trop n’eusse contre eulx a besongnier. Se trop m’avançoie d’entreprendre grant charge de terre ou de quelque autre gouvernement que de cellui dont je me sui tousjours entremis, et comme dit ung sage en notable par deux vers ainsi rimez :

[227r] Il vauldroit mieulx a moyen estat tendre
Que le trop grant toute sa vie attendre.

7J’aime mieulx de ma part tenir et garder ce que j’ay conquis, tenu et gardé jusques a ce que tant embrasser a ung fais qu’il me convenist tout laissier cheoir en ung tas. Mais tant vous dy je bien et respons que j’ay ung filz, grant damoisel, puissant de corps et d’amis. S’en lui a bon courage, le quel je feray cy venir present vous, au quel vous octroierés, offrerés et presenterez ce que moy et pluiseurs autres ont reffusé. Et s’il ne le reçoit, sachiés que de mon vivant ne le tendray a filz. C’est Aymery, le quel n’a point de terre. Si me samble que ja ne la devra reffuser. » L’empereur commanda faire venir Aymery lors, et il fut appellé. Et quant il fut devant l’empereur, le regarda moult ententivement, disant : « Vous estes chevalier, Aimery, fait il, beaulx amis, et servi m’avez long temps, sans ce que gaires ayés de moy amende. Je ne vueil non pourtant vos paines retenir, ainçois vous vueil a mon pouoir recompenser non mie pour tous salaires mais pour une fois seulement. Vous ottroie ceste cité par ainsi que je la conquesteray et mettray fiance et nette en vostre possession. Vous la garderez et tendrez de par moy et en mon non s’il en est mestier, et je vous promettray saint Denis et par la couronne dont je fus couronné de vous la garandir, de vous secourir et faire tout [227v] ce que seigneur doit faire a vassal. Et mieulx vous feray, se ainsy le voulez acorder. »

Comment Aymery de Beaulande receut Nerbonne et comment il trouva maniere de l’avoir par assault

8Aymery de Beaulande, quant l’empereur, qui tel don lui offroit, regarda son pere premierement, vist son oncle Gerart, son oncle Regnier de Gennes et Milon le duc de Puille, qui mot ne sonnerent, ains le regardoient pour veoir la bonne voulenté de lui. Puis regarda l’empereur entre deux yeulx et hardiement lui dit : « Vostre mercy, sire empereur, fait il, du don que fait m’ayez cy endroit en la presence de tant de preudommes et de nobles chevaliers que ja ne m’est besoing d’en avoir lettres ne obligacion. Et je le retien par la convenance que fait m’avez et par ainsi que je metray toute paine a la conquerir et a la garder si songneusement qu’il n’y aura si hardi payen ou monde qui en moy ne treuve mauvais voisin. » Sy fut adont Charlemaine reconforté et joieux, et la lui en fist Aymery hommage presens tous les haulz princes et voua a Dieu et aux armes que jamais haulbert ne lui partiroit du dos tant qu’il feust sire et gouverneur de la cité de Nerbonne, puis que Charles la lui avoit promise et donnee. Et lors fut tout esjouÿ l’empereur et commanda drecier une quintaine devant la maistre porte de la cité, disant que, [228r] pour l’amour d’Aymery et de la gracieuse et doulce response qu’il avoit faitte, chascun s’esbat[r]oit a jouster qui vouldroit, et feroit feste a ses princes comme a ung jour solempnel. Sy furent adont gens embesongniés et pluiseurs manieres, les ungs a drechier la quintaine, a enseller destriers, a ferrer lances, a apointier leurs harnois, et les autres a viandes appareillier, a dressier tables pour le mengier que l’en devoit faire, et autrement.

  • 5 deuant mettre eulx fermer : mettre biffé à l’encre rouge.

9Comme dit est fut la quintaine mise sur bout enmy une plaine devant la grant cité, en la quelle avoit quatre rois qui de par le vielz Desramé avoient Nerbonne en commande et tout le païs soubz eulx, comme Nismes, Bedziers, Carcassonne, Orange, Montpellier, Beaucaire, Tourthoulouse et moult d’autres fortes places, lesquelles seront nommees en temps et selon que l’istoire le devra recorder. Les nons des.iiii. rois ne doit mie l’istoire celer, ains les nomme Rodonairs [sic], Abeaulx, Esclamart et Baalam, les quelz estoient sur le murail quant on dressa la quintaine et clerement le virent en appercevant veritablement que chascun s’aprestoit pour jouster et pour le siege devant eulx5 fermer, qui moult leur pouoit estre cose dommagable et ennuieuse. Et dist Redonars, qui plus estoit aagié que nul des autres : [228v] « Vecy deablerie, beaux signeurs, fait il, de cestui roy qui tant a en Espaigne receu de dommage, qui tant a de sa chevalerie morte et perdue, et lors nous vient cy endroit assegier comme chascun de nous puet appercevoir. Je croy que devant lui ne demoura ville, chastel ne cité qu’il ne mette en sa subgection. J’apperçoy sa maniere de faire et tant le congnois que bien say que jamais n’en partira d’icy, adont qu’il nous ait fait desplaisir. Or a il la fait une quintaine lever debout pour ses chevaliers par avanture esprouver, mais par la foy que je doy a Manon et a sa loy, qui croire me vouldra, nous saillirons la dehors et irons a la quintaine jouster comme les autres et leur porterons tout le dommage que faire se poura ou despit de leur dieu et du grant orgueil qui ainsi les demaine outrageusement. » Sy furent chascun, ou la plus grant part d’eux, a cest accort, et lors s’en alerent armer et apointier, ainsi comme entrepris et convenancié l’avoient, et commanderent leurs hommes garder leur cité et la porte, par la quelle ilz faisoient leur saillie, ad ce qu’ilz leurs feussent en ayde et secours, s’il les convenoit retraire par aucunne avantureuse fortune.

10Grant fut le peuple qui s’arma pour jouster tant dehors comme dedens, et moult [229r] fut Aimery pensis a ceste heure. Il appella son pere Hernault et lui dit que lors faisoit il bon assaillir la cité en lui moustrant que jamais si aisiement ne sy honnourablement ne l’aroient. « Et comment, beau sire, ce lui respondi Hernault, que je le sache ? — Vous veez, Sire, fait il, l’empereur, qui ceste quintaine a commandé a lever, et les chevaliers qui s’aprestent chascun pour jouster et acquerir honneur et pris, et d’autre part pouez vous appercevoir sur ce portail et a l’environ d’un costé seulement la puissance des payens, qui pour veoir les joustes et les tournois sont de cestui costé assamblez et les quelz, comme j’espoir — ou en eulx n’aura tant soit petit de valeur —, pourront faire saillie, car encor ne se sont moustrez contre nous aux champs, de quoy ilz font mains aprister. Sy ay en moy avisié, voire soubz vostre corection — car sans le vous faire savoir ne vouldroie aucunne cose emprendre —, que je prendray avec moy jusques a mil des plus jennes et aventurieux chevaliers, escuier[s] et nobles hommes, lesquelz me tendront compagnie a assaillir la cité a l’autre costé, ou mains pourons de peuple veoir, tandis que l’empereur et les autres barons maintendront leur behourt cy devant. » Sy fut Hernault joieux quant ainsy ouy le chevalier Aymery parler. Et a ces parolles se party Hernault et vint en l’ost son tref commander ses hommes armer, affin de son filz et de sa compagnie secourir, se mestier en feust. Et ce pendant commença [229v] le tournoyement entour la quintaine, ou sy grant estoit la presse que merveilles pour l’abatre et avoir honneur et les pris emporter de la journee. Sy le virent clerement les payens, lesquelz s’aprestoient pour saillir, et avoient leurs conrois ordonnez et leurs batailles devisees pour courir seure aux chrestiens, mais mie ne estoient fort puissans, adont pour ce que jamais ne se feussent doubtez du siege.

11Ainsi comme les payens ordonnoient leurs besognes et que le tournoy se faisoit, estoit d’autre part Aymery garny de gens propres et d’eschielles toutes prestes pour assaillir la cité. Et tout ainsy que les payens s’en issirent de la cité, se jetterent d’autre part Aymery et ses aydans és fossez, et comme ouvriers, qui a autre chose n’entendent sinon a besongnier, drecierent leurs eschielles aux murs, si que nul de la cité n’en peust rien veoir. Et n’enten-doient seulement sinon a veoir comment ceulx qui de leans estoient se maintendroient contre les chrestiens, lesquelz les receurent sans espargnier. Et commencha le cry et la noise si grant c’on n’y eust pas ouy Dieu tonnant. De la mortalité, qui la fut, ne fait point l’istoire mencion ne qui mieulx y fery, qui fut plus hardi, plus vaillant ou plus couart, car chascun entendoit a son ennemy grever. Mais bien amentoit et devise l’istoire que tout le premier fut Aymery [230r] monté sur le murail, la lance ou poing, ou il avoit atachié ung grant panoncel armoyé aux armes de Beaulande, avecq la difference qu’il portoit aprés son pere Hernault. Et quant l’enseigne fut hault levee, lors monterent aprés lui jusques a.xv. chevaliers et nobles vassaulz, plains de si grant hardiesse que onques payens ne s’osa tenir devant eulx, ains commencerent a fuir et leurs deffenses habandonner, si que malgré toute resistance Aymery commanda et aida a dressier eschielles aux murs pour monter de plus en plus et eulx fortifier dedens en maniere qu’ilz peussent estre seigneurs des portes et faire ouverture a tous venans.

  • 6 desdirent biffé à l'encre rouge.
  • 7 ms. aduitaillers.

12Dieux, quel dueil menerent les Nerbonnois quant ilz virent leur citez prise par deriere et ou nul ne prenoit garde ! Le bruit commencha a l’eure, et hault fut la criee du commun et menu peuple, qui tant fut esbahy qu’en lui n’avoit nesune deffense, ains delivroient la place aux chrestiens, qui tant s’enforcerent la dedens que par une force deffendirent6 en la cité. Mais moult a souffrir eurent avant que nulle des portes feust ouverte pour ceulz qui la se mettoient a grant puissance a garant et deffendoient aux mieulx qu’ilz pouoient, en faisant merveilles d’armes comme au plus grant besoing que ilz pouoient jamais avoir. Et finablement fut a l’empereur racompté la vaillance et entreprise [230v] du chevalier Aimery, en lui moustrant l’enseigne de Beaulande, qui sur le mur venteloit. Et quant les Sarasins s’en apperceurent, lors furent ilz tant dolans que nul ne le croiroit. Sy se mirent a sauveté qui mieulx mieulx et s’en alerent les ungs dedens et les aultres dehors. Ceulx qui eschaper peurent dehors s’en alerent droit vers Cordres et ailleurs, comme mieulx mieulx leur sambla, et de ceux qui dedens s’en entrerent en firent les François si grant discipline que toutes en estoient les rues de la cité jonchee et semee, car malgré la puissance sarasine rompirent Aymery et les siens une porte, par la quelle l’entree des chrestiens fut commune et a tous habandonnee. Et fin de compte se retrahy le roy Balaam ou chastel, le quel estoit si povrement advitailliés7 que sans remede le convenoit rendre ou mourir honteusement. Et croist l’istoire que mieulx et si largement l’eussent garny et pourveu de toutes necessitez, se de siege eussent, fait aucunne doubte que jamais sans grant coustement n’en eussent les chrestiens jouÿ paisiblement.

13Et qui demanderoit se tous furent occis par la cité dist l’istoire que non, car mort est chose trop espantable et cruelle ; si la redoubtent les ungs plus que les autres, et autant la doit craindre l’autre comme l’un s’il a en soy son bon sentement, car cil qui sans cesser l’averoit souhaidiee ou desiree toute jour et il la pouoit veoir et regarder vers lui venir, [231r] sy lui feroit il voye et se mettroit hors de son chemin comme la plus terrible cose du monde. Ceulx de la cité qui mort ne voulurent recepvoir et qui le saint batesme requisirent, furent pris a mercy, et par nombre s’en convertirent plus de trois mil hommes, qui puis furent si vaillans et bons chrestiens que bon besoing en eust depuis le bon chevalier Aymery. Et quant l’empereur se vist seigneur de la cité et qu’il ne convenoit plus que le chastel, lors le commanda l’empereur assaillir, car bien lui fut dit qu’il n’avoit leans aucuns vivres ne autres abillemens deffensables. Sy fut cellui chastel conquis en peu de temps et le roy Balaam pris et pendu, pour ce qu’il ne voulut son dieu ne sa loy renier. Et ainsi fut Nerbonne toute acquittee et france et quitte delivree au conte Aymery, mais mie ne la voulut recepvoir se l’empereur ne lui bailloit gens pour la garder avecq lui, comme la promesse lui estoit faitte. Et quant Charles entendi Aymery, qui ne vouloit seul demourer et non sans cause, il appella ung chevalier de Bourgongne nommé Gerart de Roussillon, qui fut moult sage et vaillant guerroyer, puis appella Hugues de Berry, Guion de Pierelee et Amaury de Mellant, et a ces.iiii. barons laissa l’empereur dix mil chevaliers, escuiers, vassaulx et soubdoiers bien et de guerre adurez et tous durs, et bien leur charga sur leur honneur et sur toutes mesprentures qu’ilz obeïssent au dit Aymery et lui aidassent a la cité [23lv] deffendre et garder, se aucun besoing leur survenoit.

14Gerart, qui assez aagez estoit, nommé trop, mais moyennement parla premier comme le plus savant, et dit : « De nous ne vous doubtez, Sire, fait il, car au plaisir Dieu nous cuidons tellement contenir que ja Sarasin ne sera tant hardi de la cité aprochier, ains vous en rendrons si bon compte que vous n’aurez cause nulle de vous douloir. Mais tant y a que se par siege sommes par aventure appressez, nous yrons vers vous a reffuge pour nous secourir et aidier, se trop grant besoing en avons, car autrement ne pourrions nous bonnement garder nostre honneur. » Et quant Charles eust apointié avecq Aymery et les siens, lors se partist il de Nerbonne et chevaucha en France, ou il fist faire ung jugement cruel sur le conte Guennes, qui par sa trahison et mauvaitié avoit les pers et chevaliers de France vendus au roy Marcillion, mais plus n’en parle l’istoire cy endroit, ains retourne a Galien Restoré, le filz Olivier, et y parle des conquestes et fais d’armes qu’il fist.

Notes

1 A lettre fort enluminée.

2 Allusion au Pseudo-Turpin.

3 ms. affaire.

4 ms. hardemmement.

5 deuant mettre eulx fermer : mettre biffé à l’encre rouge.

6 desdirent biffé à l'encre rouge.

7 ms. aduitaillers.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter