Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

La Geste de Garin de Monglane en prose

L’Histoire de Galien le Restoré (1)

Texte intégral

Comment Jaqueline enfanta d’un filz, le quel fut nommé Galien et receu de deux dames, que le livre nomme faees, lesquelles lui donnerent de beaux dons et vertueux

1L’istoryen, lequel a ja cy avant protesté qu’il ne soit reprins d’aucunnes menteries, treuve que, quant le roy Huguon sceut que sa fille estoit ensainte et preste de delivrer, il fut plus dolant c’onques mais et jura Dieux qu’il la chasseroit hors de son hostel, en lui imposant ribaudie, ce que elle avoit fait par son commandement mesmes et par son ordonnance. Et quelque excusacion que la [206v] roine sceust faire ou dire pour sa fille, la commanda il vuidier de leans, dont la royne sa femme fut tant desplaisante que nulle mere plus, et non sans cause. La damoiselle se parti au fort a heure certaine et s’adreça en l’ostel d’une simple femme, la quelle comme son acointe la receut en son povre hostel benignement et fist son lit parer selon son estat au mieulx qu’elle peust. Sy fut la damoiselle auques reconfortee de ses doleurs, et pour la matiere abregier, se leva par ung matin la belle Jaqueline. Ainsy ensainte et plaine de vif enfant qu’elle estoit s’en entra en ung jardin moult bel ou quel la bonne dame de leans prenoit son deduit. Or avoit en icellui jardin une moult belle fontaine assise desoubz arbres en lieu delicieux et plain de plaisance, et d’icelle fontaine couroit ung ruissel que la damoiselle avisa, la quelle, en reboursant le dit ruissel selon la rive, vint ainsy que le mal d’enfanter la pourmenoit a la fontaine. Et illecq la convint reposer, ne plus avant ne pouoit cheminer pour le grief mal qui de plus lui faisoit sentir de destresse. Fin de compte elle s’estendi sur l’erbe vert, et en delivrant d’un moult beau fieulx getta ung cry, au quel, comme il pleust a Dieu, acourut la bonne dame, mais si tost n’y sceut venir que ja estoit Jaqueline delivre et vuide d’enfant, que receurent deux dames, venues illecq ne savoit [207r] Jaqueline dont, comment ne quelle avanture les avoit illecq amenees. Sy les apperceut bien la bonne dame, la quelle ne se osa entremettre de plus avant aler pour cause qu’elle ne savoit qui estoient ces dames, qui en leurs mains manioient l’enfant.

2La dame qui premiere mist la main a l’enfant estoit par nom ou temps qu’elle vesqui appellee Galienne, et l’autre se nomma Esglantine. Icelle Esglantine fut en son temps contesse de Poitau et du linage de la dame Meslusigne, de la quelle le renon ne fauldra sinon a grant paine, car elle fist des choses mervilleuses par la science qui lui estoit destinee tant que chascun en puet encor ouïr parler. Sy faisoient les aultres, mais l’istoire n’en veult parler synon de ce qui est escript et dit que Galienne, en tenant l’enfant et le regardant par grant cure, parla si que bien l’entendi Jaqueline la noble damoiselle, laquelle fut auques de ses griefz maulx reconfortee. « Vierge Marie, fait elle, comme vostre doulx enfant a destiné de paine et de meschief a ceste povre creature durant sa vie, sy lui vueil de par moy faire courtoisie, et puis que je ne le puis de paine garandir, il sera nommé Galien en signe de mon nom, puis a lui ay premier atouchié, et si lui octroie qu’il soit en tous lieux hardi autant que homme du monde vivant et qu’il ne puisse recepvoir cop ne plaie [207v] dont il ne puisse avoir garison, jusques a ce qu’il soit roy de Constantinople, comme cellui auquel l’eritage doit apertenir. » Galienne le baisa lors et le mist és mains d’Esglantine, qui doulcement le receut et dist : « Beaulz don lui avez donné, dame, fait elle, sy vueil que de par moy soit estrené. Je lui destine, puis que grace lui avez donnee, d’estre le plus hardi du monde, qu’il ne reculle pour homme nul vivant et qu’il ne soit mort ne maté jusques a tant qu’il ait Charlemaine visité et conforté contre les Sarasins quant il aura ses.xii. pers perdus. Et si sera roy, portant couronne en Espaigne, qu’il aidera a conquerir aprés la mort de Rolant et de son pere Olivier. » Et ce fait ont l’enfant mis jus et se sont d’ilecq esvanouies, sy que la damoiselle ne sceut qu’elles estoient devenues, et non fist mie la bonne dame, la quelle s’aprocha lors et vint a la fontaine conforter la belle Jaqueline.

3Comme ouÿ avez, fut né l’enfant et manié des fees. Puis fut la damoiselle menee couchier en ung lit que lui avoit apresté la bonne dame, la quelle s’en ala vers la royne lui faire secrettement savoir l’avanture qui a sa fille estoit advenue. Et quant la royne en seut la nouvelle, elle fut moult joieuse a son cuer et moult prisa la bonne dame qui ainsy avoit besongnié et sa fille retraitte en son hostel. Elle lui bailla et fist secretement baillier draps d’or, d’argent, blanc linge, tappis, couvertours [208r] et tout ce qui necessaire fut pour l’amour de sa fille garder. Et moult de fois regreta le chevalier Olivier, qui sa fille avoit ainsy empeschee d’enfant. Puis conmanda que l’evesque feust mandé pour l’enfant faire chrestien, qui depuis le fut si parfait qu’oncques n’ayma Sarasin, Juis ne mescreant. Il fut baptisié au fort et nommé Galien, car la damoiselle ne voulut qu’on lui donnast autre non, puis que ainsy avoit esté appellé de par la dame Galienne. Il fut nourry et eslevé jusques hors des termes de jeunesse, il fut introduit, endoctriné et apris en toutes choses moustrables a enfans de noble generacion, sy que avecq la nature qui l’amonnestoit, il n’en avoit point en toute la contree de son pareil. Et qui demanderoit se la royne visita point sa fille en sa gesine et depuis, respond l’istoire que ouy songneusement. Mais de ce ne savoit rien Huguon le roy, ne bonnement ne l’eust peu savoir, car la roine fist mener l’enfant et la mere a Damas chiefz ung sien oncle, qui le nourry jusques a l’aage de.xiiii. a.xv. ans, que l’enfant se comença a sentir et congnoistre et voulut chevauchier, jouster et behourder. Et tellement aprist les fais des joustes et tournois qu’il passa tous les jeunes chevaliers de vaillance. Et tant estoit preux que ung chascun le doubtoit pour la grant hardiesse de lui.

[208v] Comment Galien seut qui il estoit et se parti de Constantinople pour cherchier son pere Olivier, qui estoit és Espaignes avecq Charlemaine

  • 1 ms. quil.
  • 2 ms. quil.

4Sy longuement dura la guerre en Espagne comme il est encores assez notoire que Galien l’enfant creut et devint grant et fort de l’eage qu’il avoit comme de.xiiii. ou .xv. ans au plus. Or voulut adont Huguon le roy tenir court plainiere, et brief fist son mandement de ses milleurs amis, entre les quelz le roy ou signeur de Damas fut convoqué par mandement, auquel il ne voulut faire desobeïssance. Ains se partit Galien son nepveu avecq lui, qui autre rien ne desiroit sinon jouster et veoir festes et assamblees de grans signeurs. Il estoit grant de corps, gros par apoint, bien fait et mosle, si que chascun le veoit voulentiers. La royne le festoya sur toute riens, veant le roy en plaine salle, qui demanda qui il1 estoit. Sy ne lui respondi rien la royne ; non fist mie le signeur de Damas, car trop doubtoient sa fureur. Le roy apella le damoisel lors non mie par son non, car il ne le savoit mie, et lui demanda qui il2 estoit en la presence du signeur de Damas. Sy lui respondi Galien : « Qui je sui say je bien, Sire, fait il, la mercy Dieu, qui est ma mere aussi, comme elle me fait entendant, [209r] mais mon pere ne congnois je, car je ne le veis oncques de ma vie, dont il me poise, ne dont il fut, ouquel homme n’ay je encores ouy parler. Sy le vouldroie je bien savoir, et promet a Dieu que jamais jour de ma vie ne sejoumeray en place tant que trouvé l’aye, tant desire avoir de lui cougnoissance. » Et quant le roy l’entendi ainsy parler, lors fut il plus desireux de savoir qui il estoit que par avant n’avoit esté et lui demanda dont il venoit et ou il avoit esté nourry. « De Damas, Sire, fait il, la m’a nourry ma mere, que Dieux gart, mais qui fut mon pere ne sceux onques de par elle ne de par autre. Si le vouldroie je bien savoir. »

  • 3 = petit-fils.
  • 4 ms. avoient.
  • 5 ms. freres.

5La royne, voyant son filz3, qui tant bel damoisel estoit que nul plus, oyant son signeur, qui tant avoit grant desir de le congnoistre pour sa grant beaulté et façon, rompi le langage lors et le dist au roy que moult estoit cellui damoisel de grant beaulté plain. « Vous dittes voir, ce respondi le roy. Je vouldroie savoir qui il est, et pleust ores a Dieu que vous et moy eu enffans ung autel par ainsy que je n’aymay oncques homme tant comme j’aimeroie lui, car il fait bien a amer. Il est garny de toutes gracieusetez par samblant, et en lui ne say a redire sinon qu’il m’a dit qu’il [209v] ne scet qui il est. Si le me fault savoir comment qu’il soit, ou autrement ne pouroie durer, tant est venu en ma plaisance. » Et quant la dame vist le roy qui ja l’aimoit de tout son cuer, elle s’enhardi lors de parler et dist : « Loué soit Dieux, Sire, fait elle, quant si bonne nouvelle vous aporte vostre cuer comme d’avoir joie du vostre mesme. Sy vous di tant, puis que savoir le voulez, que c’est l’enfant du quel Jaqueline vostre fille, qui jadis baillastes au conte Olivier pour son plaisir faire, acoucha lors que chassier la feistes a grant tort de vostre hostel, car elle ne pouoit rien de ce que lui feistes faire adont. Or en est, Dieux mercy, si bien venu qu’il ne pouroit mieulx, car il est beau damoisel, grant et fort furny et puissant comme de l’eage de.xiiii. a.xv. ans et qui retraira, se Dieux plaist, a son pere de chevalerie, le quel est renommé sur tous les chevaliers du monde de proesse et de vasselage. » Et quant Huguon vist la royne et l’enfant de costé elle, il lui souvint du chevalier Olivier, au quel il retrayoit comme painture. Sy se repenti lors de la rudesse qu’il avoit faitte a sa fille, et comme resolu en soy manda Jaqueline a Damas et dit que jamais ne lui fauldroit. Elle fut mandee fin de compte et bien receue a la court, de sa mere par especial, et de son pere, qui par mauvais conseil lui avoit4 ce fait faire. Et qui demanderait dont ce pooit venir, respond l’istoire que Huguon avoit deux filz5, tendans chascun a la couronne et qui faisoient doubte que Olivier n’espousast la noble damoiselle, dont par avanture il eust peu avoir enfans, par lesquelz ilz eussent esté eslongniez. Et pour ce lui donnerent [210r] eulx conseil de la chasser hors, comme elle fut par l’espasse de.xiiii. ans. Et a ce propos met ung sage en deux vers ainsy rimez :

Mauvais conseil croire et amer flateurs
Engendre erreur, ce dient les aucteurs.

  • 6 ms. freres.
  • 7 ms. frere.

6Or fut la damoiselle acordee avecq son pere par le pourchas et moyen de la royne, qui tant joieuse en fut que merveilles, et Galien bien venu a la court si qu’il n’y avoit si grant qui de lui ne tenist grant compte. Et avint ung jour que l’un des filz6 du roy Huguon, voulant soy esbatre plaisamment comme pour soy desennuier, apella son nepveu Galien et lui demanda ung peu d’eschés. « A vostre plaisir, Sire, ce respondi Galien, commandez ce qu’il vous plaira, et je vous serviray de tout ce qui possible me sera. » Hz se mirent l’un devant l’autre lors et commencerent leur jeu, qui depuis cousta la vie du filz7 Huguon, mais l’istoire ne devisera mie comment ne quant pour l’abreviacion de ceste presente matiere. Le jeu dura longue piece au fort et jusques ad ce que Galien trahy ung roc dont il dit mat a son oncle, qui par grant aïr s’argua et en hauchant l’eschequier pour le ferir l’apella bastart. De quoy Galien ne fut point content, jasoit ce qu’il eust alors pacience. Il se leva hastivement, et le plus droit qu’il peust chemina vers la chambre sa mere, qui adoncq ne pensoit mie a lui, et en lui declairant le debat qui estoit meu entre son oncle et lui requist qu’elle lui deist qui estoit le [210v] sien pere et comment il avoit esté engendré. La dame fut contrainte finablement, sy que en pleurant lui racompta tout le fait et comment son pere l’avoit habandonnee pour une nuit au conte Olivier de Gennes, du quel il estoit issu par loyale generacion. Et quant Galien entendi qu’il estoit issu de si noble lignie comme du linage de Monglenne, il se reconforta la plus doulcement qu’il peust en faisant veu a Dieu que jamais en place du monde ne feroit sejour jusques ad ce qu’il eust trouvé son pere et son linage congneu.

7Galien se parti de sa mere lors et vint vers le roy Huguon, qui tant l’aymoit que mie ne le veoit a demy, et lui exposa son cas, disant que l’un de ses oncles l’avoit apellé bastart et que pour ceste cause se vouloit il de la departir et tant cerchier que son pere aurait trouvé, au quel il ferait tant, s’il pouoit, qu’il vendrait sa mere espouser, affin qu’il feust legitismé et que nul ne l’apellast jamais bastart qui ne s’en repentist mortellement. Sy fut le roy tant desplaisant que merveilles du partement de Galien, que lui, la royne et Jaqueline sa mere ne peurent oncques retenir. Et quant Huguon vist son affaire, il lui bailla ung chevalier en sa compagnie avecq certaine quantité de nobles hommes, soubdoiers et vassaulx, lesquelz il paya et failla finance pour l’enfant conduire. Le quel prist congié et s’en parti de Constantinople, mais vous devez savoir que ce ne fut mie sans le [211r] congié de sa mere, qui lui donna toutes enseignes de creance.

Comment Galien fut fait chevalier par la main de Charlemaine et comment il parla a son pere Olivier, qui estoit a mort feru en Raincevaulx

  • 8 ms. sen bucherent.

8Tandis que Galien l’enfant faisoit ses preparatoires pour soy partir de Constantinople, estoient ses deux oncles a conseil pour le faire mourir en chemin, pour ce qu’il s’estoit vanté d’amener son pere Olivier en la cité veoir son pere Hugon et sa mere Jaqueline espouser. Ilz assamblerent gens et s’embucherent8 hors ou chemin, par ou il devoit passer. Mais avanture le garandi de mort, comme il ne vint mie au plaisir de Dieu. Et dit l’istoire que la fut Galien vengié de cellui qui bastart l’avoit apellé, et trop pouroit l’istoire ennuier qui racompteroit la maniere comment et la grant trahison de ses oncles. Il eschappa sain et sauf au fort, et tant fist de chemin que ou païs de Romenie fut rencontré de barons dont il eschappa pareillement a leur dommage et confusion. Sy ne puet mie l’istoire toutes ses avantures racompter. Il vint a Gennes, ou il fut recongneu a la samblance et philozomie du conte Olivier, et la le festoya Olive la mere de Olivier il ne fault mie demander comment. Et fist tant par belles et gracieuses parolles qu’elle sceut qui il estoit [211v] et lui dit et racompta tout, ainsi comme autrefois l’avoient ouy racompter a son filz Olivier. Sy devez savoir que grant fut la joie en la cité de Germes pour la venue de l’enfant, mais la ne volu il gaires demourer, pour ce que Regnier le compte n’y estoit mie, ains estoit a icelle heure et en cellui temps avecq l’empereur en Espaigne, dont Galien fist si grant inquisicion qu’il dist que jamais n’aresteroit si auroit son pere et ses amis veus. Et quant il voulu demander le congié a la dame Olive, elle lui fist amener ung destrier si grant, si bel et plain de bonté que rien n’y avoit a redire sinon qu’il estoit auques sauvage, et l’avoit le duc Regnier gouverné bien.vii. ans et dés icelle heure c’on lui amena jeune et petit poulain. Or estoit il si grant, si fort et si creminel devenu que nul ne l’osoit aprouchier sinon cellui qui de lui gouverner avoit la cherge. La dame envoya querir le cheval et le fist devant Galien amener et lui dit : « Cestui cheval vous donne, beaux filz, affin que vous en faciés vostre plaisir et que, quant vous voudrez chevalerie recepvoir, vous soyés avantageusement monté. Mais tant a en lui que nul vilain ne autre, s’il n’est duit de chevaux manier, ne le puet enseller ne il ne veult atendre le pié d’un chevalier pour lui mettre en l’estrier, s’il n’est plain de si grant legiereté que il ne faille a monter en la selle. »

  • 9 ms. lequel estoient la plus grant partie de ses barons répété.

9[212r] Moult fut Galien joieux du destrier que Olive sa mere grant lui donna. Il le prist par le frein lors et fist tant qu’il monta en la selle, et lors commencha il a poindre et galoper Marchepin, qui lui rendi trois saulx en plaine terre, sy que bien apperceut la dame qu’en lui aurait chevalier plain de grant vassellage. Il prist congié de court fin de compte, car trop desiroit son pere veoir ; sy lui donna la dame, et lors s’en party et chevaucha vers Espaigne non mie sans pluiseurs avantures trouver, dont l’istoire se passe a present. Et, pour abregier, enquist tant et esploitta qu’il ouÿ compter ou l’ost Charlemaine estoit. Et tesmongne l’istoire que cellui jour mesmes se combatoient les nobles chrestiens en Raincevaulx, dont nul ne pouoit partir ne eschapper, tant y avoit de payens assamblez contre eulx, et és environs de toutes pars estoient tous les pas et destrois gardez, ainsy comme Guennes et Marcillions l’avoient basti en leur traittié. Et avoit du lieu ou se estoit logié Charlemaine jusques en Raincevaulx plus de.vii. grans lieues d’Espaigne et oultre les ports, ad ce que les chrestiens ne peussent estre secourus. Galien chevaucha tant finablement que il vist l’ost de France et le tref Charlemaine, devant le quel estoient la plus grant partie de ses barons9 assamblez, [212v] lesquelz il avoit devant lui mandez pour leur esclarcir son courage, car tant avoit le cuer dolant que il ne savoit comment il estoit de lui. Sy advint que en la pensee ou il estoit vint illecq Galien, le quel salua humblement l’empereur, comme bien sceut faire, et l’empereur lui demanda dont il venoit et quelles nouvelles il apportoit, car moult en desiroit ouïr. « En non Dieu, Sire, fait Galien, je sui de Romenie, duquel païs je vien, et me donna la ducesse de Gennes ce cheval, ses armes et ceste espee que j’ay tousjours depuis portee en mon poing, car j’ay pieça juré que homme ne la saindroit a mon costé sinon vous qui estes, comme renommee le tesmongne, le plus vaillant et noble prince des autres. Sy vous requier, Sire, puis que je sui ad ce venu que je vous ay trouvé que de par vous soye chevaliers adoubé ou non de Cellui pour quelle creance tous chevaliers doivent combatre. »

10Dieux, que joieux fut l’empereur d’ainsy ouïr le damoisel parler ! Il le fist chevalier et lui donna colee en le commandant a Dieu, que de mal le voulsist garder, puis demanda Galien ou estoient Rolant, Olivier et les pers de France, dont il avoit ouy parler que voulentiers les verroit. Et a ces mos souspira l’empereur pour la souvenance qu’il en eust, sy que bien s’en apperceut Guennes, qui taire ne se [213r] peust, ains lui dist, en reprouvant le pais de Lombardie, que pour neant avoit esté fait chevalier. Et la feust le debat commencé et Galien en mortel dangier quant Charles s’escria que nul sur paine de la hart ne l’atouchast. Et ainsi que la se devisoient, vint aux oreilles de l’empereur le son du cors que Rolant avoit sonné par si grant force que les maistres vaines du col s’estoient rompues et escrevees ; par quoy il rendi et vuida plus de sang que par toutes les plaies qu’il avoit eues. Sy ne fut mie Charlemaine joieux, car a icelle heure se troubla et obscurcy le temps et changa le soleil sa clarté, la terre trambla en France, et a Saint Denis en veirent les aparances et signes si merveilleux que clerc n’y savoit que dire ne que penser. Charlemaine, veant ses barons entour soy, escoutant chascun en son endroit le son qui plainement se faisoit ouïr, s’escria lors et dist : « Trop me siet mal le cuer, beaux signeurs, fait il, et voulenté avoie de le vous dire quant ce jone baceller est cy arrivé. Je me doubte de mes hommes qui sont demourez avecq Rolant, Olivier et ceulx de leur baniere, et plus me vient en pensee Rolant mon nepveu c’onques mais, car il m’a samblé ne say je c’est la pensee que je y ay que j’ay ores le son de son cor ouy. » Et en ces mos disant commencha le noble [213v] empereur a larmoyer, dont ses princes furent piteux. Et respondi ung chevalier gascoing nommé Acart que ainsi le cuidoit il avoir ouy. « Par Dieu, Sire, ce respondi Naymon le duc de Baviere, pareillement cuiday je avoir entendu, ou je ne say que ce puet estre. Sy vous conseille pour toutes doubtes que retourner faciés vostre ost, a ce que, s’aucun besoing vous survient, que Rolant et Obvier soient secourus. »

  • 10 ms. ou inséré.

11A ces paroles se hasta Guennes de respondre et dist : « Ne ayes paour, sire empereur, fait il, et considerez que c’est de Rolant vostre nepveu. Il corneroit ung jour entier pour une beste sauvage s’il l’avoit veue. Or est il en lieu ou10 assez en puet trouver, si ne se faudra mie a bien sonner son cor. Et c’est ce par aventure que vous oyés, dont vous ne vous devez aucunnement merveillier. » Et quant Galien, qui ne dit point l’istoire pour quoy n’avoit point le conte Guennes en grace, entendi les parlers du conte Guennes, il respondi haultement : « Car retournez, Sire, fait il, se mon conseil croyés et ne adjoustez aucunne foy en excusacion c’on vous face, puis que mal vous siet vostre cuer. Ou du mains me donnez congié, affin que il ne me soit en aucun temps reprouchié que de vous me soie honteusement parti. » Charlemaine, qui tant estoit dolant que homme ne le pouroit estre plus, escoutant se plus oroit icellui son, le beneÿ lors et dit que bon voyage peust il faire. Et lors [214r] s’arma Galien, et Gerart de Secille son chevalier pareillement, puis mist sur son heaulme une piece de cendail armoyé et paint noblement, que lui avoit donné pour banderolle Olive la comtesse de Gennes, et quant il fut armé et habillié, l’empereur et tous ceulx de l’ost le virent voulentiers et le regarderent chevauchier tout le chemin que les grans ostz estoient venus. Mais ainçois qu’il feust eslongnié une lieue et demie, ressonna de rechief le chevalier Roland son cor par si grant vertu que le sang lui filla au long de sa face. Et tellement vola la voix d’icellui cor parmy les grans bois, plains et forest[z] que les pluiseurs de l’ost Charlemainne l’oÿrent plainement avecq la pensee qu’ilz y avoient, car tousjours mettoient paine d’escouter, pour ce que tant veoient Charlemaine pensifs.

12Or fut Charlemaine dolant plus que oncques mais quant au cler entendi sonner le cor de Rolant son nepveu. Il commanda chargier son harnois lors et aler aprés les Sarasins pour secour donner a son nepveu. Mais tousjours et de tout son pouoir y mettoit Guennes le trahitre empecement. Sy s’en aloit devant Galien chevauchant les grans galos, desirant son pere veoir qui ja estoit a mort fera en plus de cincq lieux, sans les autres plaies innummerables que les payens lui avoient faittes par droite mortelle haine et par commandement du roy Marceille, qui [214v] autant le haiout comme il hayoit Rolant. Et tant se hasta Galien de chevauchier que comme a mye voye de l’ost de France et de Raincevaulx, ou la desconfiture s’estoit faitte des chrestiens, il encontra ung chevalier françois, lequel se hastoit plus qu’il pooit d’exploitier pour raporter a Charlemaine la plus douloureuse pesme nouvelle qui oncques mais lui fut racontee. Et qui demanderoit le non du chevalier qui ainsy navré s’estoit parti de la bataille dit l’istoire que c’estoit Gondebeuf de Frise, qui estoit envoyé devers l’empereur Charlemaine par le conseil de.v. princes, qui estoient demourez en vie et lesquelz l’istoire nommera cy aprés.

  • 11 ms. me ne.
  • 12 fil biffé à l'encre rouge.

13La ou Galien rencontra Gondebeuf, le mist a raison et lui demanda qui ainsi le hastoit de chevauchier. Sy lui respondi Gondebeuf : « Le besoing que j’ay, beaux amis, fait il, et ad ce que gaires ne me faciés cy arester, je m’en voys devers l’empereur de par Rolant, de par Olivier, de par Berangier, de par Sansson et ung grant prince qui encores se combatent, atendant le secours Charlemaine et la grace du dous Jhesucrist, car de.xxm. chevaliers n’y a demouré en vie que eulx cincq, lesquelz sont entamez et navrez chascun en plus de cent lieux et n’ont plus baston, dont ilz se puissent deffendre, sinon Durendal, [215r] l’espee Rolant, et Hauteclere, l’espee d’Olivier. Et se chevaliers n’en pense jamais, autre jour ne verront que cestui. Si te prie, doulx amis, que me bailles ton cheval ou retourne querir Charlemaine, car je sens le mien tel qu’il ne me portera ja jusques la. — Non feray, certes, ce respondi Galien, mon cheval ne11 vous bailleray je ne au retour ne me quier je mettre tant que veu auray les payens. Mais hastez vostre cheval, tandis qu’il est chaut et me saluez l’empereur, disant que cellui que vous avez trouvé en chemin, le quel il fist hier chevalier nouvel, est filz du conte Olivier et que jamais n’arestra tant qu’il aura le sien pere et les.xii. pers vengiés. — Helas, sire chevalier, ce respondi Gondebeuf, car retournez et ne passez de cy en avant se ne voulez que de vous porte a l’empereur nouvelle aussi piteuse comme des autres, dont au jour d’ui n’eschappera ung seul, ne moy aussy qui ja sens la mort qui m’a griefvé. Et vous mesmes l’alez querir la ou je l’ay prise, qui sera dommage inreparable du fil perdre et d’avoir le père 12perdu. »

14Galien, dolant de son pere sur toutes riens, picqua le bon cheval Marchepin, chevauchant droit le chemin par le train qu’estoit Gondrebeuf venu, lequel il pouoit plainement sievir au sang de l’un et de son cheval. Et Gondrebeuf s’en aloit d’autre part le plus tost qu’il pouoit, et tant hasta son cheval qu’il [215v] trouva Charlemaine, qui son ost faisoit deslogier. Et quant il vint devant lui, il le salua, disant que Guennes avoit son nepveu et sa compagnie trahie et vendue. « Rolant vous mande, Sire, fait il, que Guennes faciés emprisonner comme trahiteur, puis secourez le demourant de.xx. mil chevaliers choisis et eslis en vostre hostel, qui ne sont plus que cincq par compte fait. Et cellui que hier feistes chevalier nouvel, qui aussi grant besoing en a et plus que nul des autres, car il est frés, jeune et bon chevalier par samblant, sy sera ung damage mervilleux s’il n’est en especial hastivement secouru. Et pour ce qu’il ne s’est aucunnement fait congnoistre en vostre hostel, dont il sur tous autres est bien recommandé pour l’amour de Olivier, qui l’engendra en la fille du roy Huguon, comme il m’a dit que je vous die. » Sy fut l’empereur tant dolant qu’il n’est clerc qui le voir en sceust escrire. Et a ces parolles fut Guennes saisi et mis prisonnier, toutes excusacion et parolles d’amis ostees, et ce fait, se mist Charles a chemin pour aler aprés Galien. Au regart du prince Gondrebeuf, il ne vesqui tant ne quant, dont ce fut pitié, mais lors n’estoit mie heure ne temps de le plourer.

Cy parle des avantures que Galien trouva en la queste de son pere Olivier

  • 13 ms. avoit avoit.
  • 14 ms. esproueray.
  • 15 ms. trauerseray.
  • 16 ms. autre.

15[216r] Tant esploita Galien depuis qu’il eust Gondrebeuf laissié qu’il approucha Rainchevaulx, et quant il fut ou hault de la plaine dont il pouoit plainement veoir le lieu ou avoit esté la mortelle desconfiture, et il vist tant de gens mors par les champs, il se adenta sur son archon devant et piteusement les moustra a son chevalier Gerart de Secille et aux autres escuiers et souldoiers de sa compagnie et leur dit : « Veez, beaux seigneurs, fait il, quelle douloureuse journee ! Et quelle pitié de la chevalerie chrestienne, qui tant souloit estre noble chose, crainte et redoubtee, et or gist a terre sans vie et sans pouoir soy vengier ne aidier contre la gent sarasine, dont tant y a de morts que, se Dieux n’en pense, jamais n’averay mon pere ne son amy Rolant recongneu, mesmement que tous sont si entremeslez et couchiés l’un sur l’autre que trop m’y convendroit amuser. » Et ainsi que la se garmentoit, vist .xi. paiens sourdre d’un bosquet, dont l’un estoit appellé Martiniaulx, lequel estoit roy de Turquie, grant Sarasin, fier et hardiu. Cellui Martiniaulx avoit13 ausques tout le jour esté en bataille, et pour cerchier les mors retournoit ou champ pour ocire ceulx qu’il trouveroit vivans. Sy le moustra Galien a Gerart de Cecille, disant : « Vela.x. hommes de cheval, beaux sire, fait il, ne say s’ilz sont chrestiens ou non, mais a eulx me veil adrecier, ad ce qu’ilz m’ensei[216v]gnent comment je pouray nouvelles avoir de mon pere Olivier. Sy vous tenez cy endroit sans vous mouvoir jusques a ce que j’aie a eulx parlé. » Il s’en parti lors et tant esploita qu’il approucha la conpagnie et leur demanda par leur loy s’ilz estoient chrestiens ou Sarasins. « Pour quoy le dis tu, amis ? », ce respondi l’un d’iceulx. « Je le demande, beaulx seigneurs, fait il, affin c’on m’ensaingne ou je pouray le corps du chevalier Olivier trouver et de son compagnon Rolant. — Trop es tart venu, maleureux chrestien, ce lui respondi lors Martiniaux de Turquie, pour la mort du chevalier Olivier vengier, car tant te say je bien dire que hui matin m’esprouvay14 contre lui d’un espie dont je lui traversay15 le16 corps de part en part, sy que je croy mieulx que autrement que jamais toy ne autre ne le verrez en santé. Et pour c’on m’a dit et raporté pour verité qu’encores n’est mie Rolant mis a mort, suy je retourné ainsi que veoir me pués pour l’ocire, ad ce qu’il ne nous face jamais nuisance. »

16Qui fut dolant adont, chascun doit et puet croire que ce fut Galien pour l’amour de son pere, du quel il faisoit la queste. Et parla lors moult aïreement, disant : « Trop m’as cy merveilleuse nouvelle racomptee, Sarasin, fait il, qui de la mort mon pere t’es vanté ! Saches que jamais pour cest mot ne auras paix a moy ! » Il tire la resne de Marchepin lors, et en soy reculant couche [217r] la lance, fiert le cheval des esperons et lui vient si trés aïreement assener qu’il le porte plus de.x. piés par dessus la coupe de son cheval, voire si rudement que mort le tresbuche, sans ce qu’il ait aucun pouoir de soy relever. Puis passe oultre et revient au.iie. et au.iiie, qui oncques rien n’en eurent milleur marchié. Et quant les.vii. autres voient leur signeur occis et la grant fierté du chrestien, chascun delibere en soy de le fuir comme doubtans la mort. Et adont se mettent en voie, eslongnant Galien de tout leur pooir, mais le fuir gaires ne leur prouffita, car Gerart et ses compagnons se mettent aprés, et finablement esploitent ainsi que des.vii. n’en eschappe que l’un qui par aventure se met a sauveté ne scet par ou. Or estoient ja les batailles des Sarasins de parties du champ pour eulx retraire et mettre a sauveté, avant ce que le jour premist, car ja veoient le soleil abaissier, et pour ce qu’il estoit et encore est de coustume a gens conquerans et qui par force, par fortune, par grace divine ou autrement par aventure avoient leurs ennemis subjugiés et desconfis de tenir les champs toute nuit comme une beste qui garde ou vuet garder et deffendre sa proie. Aucuns pouroient demander pour quoy Marcille ne le faissoit en maniere. Respont l’istoire que Marcille, [217v] qui avoit ceste trahison et mauvaistié compilee avecq Guennes, doubtoit tousjours la venue et secours de Charlemaine par le son du cor que Rolant fist si asprement bondir que toute la Champagne en retenty, et pour ce tendoit il a soy eschappier pour sa vie sauver. Et sy fai-soient ses hommes pareillement, lesquelz ne tenoient plus nul duroy, ains estoient sans ordonnance.

  • 17 ms. ioinart.
  • 18 ms. ce iour ce iour dui.

17Un Sarasin fort, fier et mervilleux nommé Pinart17, le quel estoit roy et signeur de Bermiseille, faisant l’ariere garde du roy Marcillion, oncle du payen Martiniaulx que Galien avoit ocis, vist venir cellui qui pour doubte de mort avoit le champ laissié et habandonné aux compagnons Galien, qui longuement l’avoient sievy. Sy lui demande quel besoing le faisoit ainsi haster. Le Sarasin, qui grant paour avoit eue et qui mie n’estoit encores asseuré, lui respondi en regardant deriere lui se nul plus le poursievoit : « Par mes bons dieux, Sire, ce respondi celluy payen, j’ose bien tesmongnier que de plus mortel dangier n’eschappa oncques homme que je sui ce jour d’ui18 eschappé. Et se vous me demandiés de qui j’ay eu paour, je vous fais assavoir que ou champ de Raincevaulx, ou a esté la desconfiture, avons trouvé ung jeune chevalier acompagnié de.x. hommes [218r] seullement, mais je cuide qu’en tout le monde ne seroit trouvé son pareil. Et croy par ce qu’il dit a vostre nepveu Martiniaux que Olivier l’avoit engendré. Ne vous sauroie dire ne songier en qui il le peust engendrer synon en une deablesse, car a mon samblant ses fais ne sont que deablerie. n a vostre nepveu occis a ung seul cop de lance qui plus de cincq cens a fait au jour d’ui mourir. Et finablement nous a tellement contournez que de mes compagnons n’est que moy seul eschappé. Sy avons bon mestier de vostre aide avant que l’ost de France retourne, car se Charlemaine se trouvoit acompagniet de cent telz comme il en est ung, jamais nul de nous ne retourneroit en Saragoce ne il ne seroit de nous nulle bonne nouvelle chantee. — Or me dy, amis, par ta creance, a quoy je le recongnoistray, et se il s’ensuira ou non avant que je soie vers lui venu ? — A deux hons rampans, Sire, fait il, et a son cheval le pourez vous congnoistre, qui plus tost court c’un cheval quant il se sent des chiens entrepris. Mais ne croiés que pour vous seul il guerpisse ou habandonne le champ, non mie pour.cc. des plus hardis payens du monde ! »

18Legierement retourna Pinart et dit a ses compagnons que tout seul se voudra [218v] esprouvier contre le chrestien, puis qu’il est du linage Olivier, qui tant fut vaillant. Et fin de compte se trouva aux champs, si que bien l’apperceut Galien, qui pour ce ne se desmeust ne destourna de son chemin. Ains aproucha, et lances baissees se coururent sus de toutes leurs forces. Pinart rompi sa lance sur l’escu Galien, qui la siene conduisy si droit que jusques a la char lui entama le hernois, qu’il avoit endossé, mais tant avoit la char dure que il ne l’eust entamee neant plus que une englume. Sy le maudist Galien quant il senti le fer de la lance rebourser encontre. « Bien es maleureux, chrestien, fait il, qui cy es venus querir ta mort ! Et croy que se tu me congneusses comme tu me congnistras au jour d’ui, jamais ne m’eusses atendu ne toy aprochier, car j’ay la char plus dure que nul metail, sy ne la poroies entamer pour chose que tu puisses faire. Sy te di tant que de ceste heure ne feusse mie envis, se Rolant, Olivier, Haton, Berangier, Yvoire et Yvon, que j’ay huy abatus et occis, m’eussent sceu par nulle maniere entamer. Sy te garde de moy, se tu ne veulx presentement mourir ! — Trop t’ay ouy vanter, Sarasin, ce respondi Galien, et tel mot as cy dit que mieulx te venist [219r] avoir en ta bouche retenu, car pour le pareil ay hui ung Sarasin occis. Et si feray je toy ne ja n’auras si dure pel que m’espee ne te face sentir ! » Et a ceste parolle a Galien l’espee traitte, dont il assena Pinart sur le heaulme par si grant vertu que le heaulme et la coiffette lui pourfendi jusques au chief, mais ne le pot mie entamer. Ains resorti l’espee contremont comme s’elle eust aconsivy ung enclume, dont il fut tant dolant que merveille. Le payen, qui des assaulx que Galien lui faisoit ne tenoit aucun compte, tira l’espee neantmains pour cuidier Galien assener. Mais quant Galien le vist esmer, il se recula comme savant que c’estoit deguerié et revint contre Pinart, qu’il fery ung cop en travers assez grant pour le copper par my s’il ne fust si dur comme il estoit. Il n’y fist riens au fort sinon qu’il lui ocist son cheval soubz lui.

  • 19 ms. qui.

19Or fut a pié le roy Pinart de Brimcheseille, le quel n’avoit paour sinon que Galien se mist a la fuite, tandis qu’il n’avoit point de destrier. Mais guaires ne demoura sans cheval, et qui demanderoit comment et par quelle maniere, dist l’istoire que comme a ung giet d’arc d’ilec estoit ung Sarasin acompagnié de.ix. payens [219v], le quel, quant il vist son oncle a pié devant Galien, se parti le plus hastivement qu’il19 peust pour venir au secours de Pinart le sien oncle. Et quant Galien l’aperceut, il brocha celle part le plus tost qu’il peust, l’espee traitte, pour que qu’il n’avoit point de lance. Et tant fist qu’il occist le payen, puis saisy le cheval et le presenta a Pinart, disant que a pié ne le voloit mie combatre. « De ce ne vous ay gré, sire chrestien, ce lui respondi Pinart, et aymasse mieulx neant que telle courtoisie, car vous avez ung mien nepveu occis. Sy en serez tant mains deporté de par my. » Il a haulsé l’espee lors et sans espargnier l’a sur le heaulme Galien si aïreement devalee que tout fendi jusques au sourcil, et le navra si avant que tout fut son cheval et son harnois de sang vermeil couvert, dont Galien fut dolent, et pour soy vengier haulça l’espee, et de toute sa force le laissa cheoir sur l’espaulle du payen, voire si qu’il lui rasa selon la char, qui tant dure estoit, tout le haubert et le fer qu’il avoit armé, et lui vist l’en la char du bras toute nue. Et lors sambla a Galien que a l’autre cop ne faudroit ja a lui abatre le bras par terre sans nulle faulte, mais ce fut pour neant, car jamais [220r] n’eust son espee ne autre ferment entré en sa char.

20Longuement se combatirent Galien et Pinart, et tant qu’il ennuia aux Sarasins de la compagnie Pinart. Et dit l’un que moult avoit en eulx grant lascheté qu’ilz n’aloient leur signeur aidier. « Vous dittes voir, certes, ce respondi l’autre, et qui m’en croira, nous yrons en son aide. » Il en parti.xiiii. lors, lesquelz se mirent a chemin droit vers Galien, qui legierement l’aperceut et dit : « Par foy, Sarasin, fait il, en vous n’a mie si grant vassellage que je cuidoie qui tant avez dure la char que m’espee n’y puet entrer, et si souffrez que ces payens vous vienent aidier contre moy qui ne sui c’un seul chevalier. Et par la foy que je doy a cellui qui me fist, se autant m’en venoit en ayde contre vous, je ne le soufferoie mie, tant que m’espee peusse manier. » Et quant Pinart apperceut ceulx qui venoient, il se mist a chemin lors pour les destourner et blasmer de l’entreprise que ilz avoient faitte. Sy racompte l’istoire que tandis et pendant icellui temps se reposa Galien en regardant ung arbre, qui assez prés de lui estoit, et s’avisa, comme Dieu le voulu, d’en copper une branche grosse et massive, de la quelle il se vanta d’assommer Pinart, puis que d’espee ne de lance n’avoit peu entamer. Adoncq retourna Pinart le plus hastivement qu’il peust vers le chevalier Galien, et de l’espee lui donna ung cop sur son escu sy qu’il lui coppa en deux moitiés. Et quant Galien senti le [220v] coup, il haucha le baston et le descharga sur l’escu atout le bras du roy tellement que s’espee lui fist du poing partir enmy le champ, dont Pinart fut dolant a merveilles et bien menasse Galien d’occire se il puet par avanture son espee recouvrer. Il se baissa lors pour la cuidier relever, mais Galien, qui assez avisé estoit, haulca le bois et descharga si aïreement que le chief lui estonna si qu’il convint Pinart verser. Et adoncques se mist Galien a pié et le baston haulcé l’assena si fermement que la cervelle du chief lui fist par terre boullir. Et ainsy fut Pinart occis.

Comment Galien parla a son pere Olivier et a son compagnon Rolant en atendant Charlemaine

  • 20 ms. Langres.

21Or dit l’istoire que, quant Pinart de Brimseille eust esté occis par le chevalier Galien, et il cuida avoir fait lors, fut ce a recommencher, car la survindrent Sarasins jusques au nombre de.xxxvi., lesquelz contraingnirent par force lui et les siens si asprement qu’il convint crier pour les plus esbahir « Mont Joie saint Denis » voire et eulx aculer et retraire au dos d’une haye entre les mors assez prés de laquelle estoient Rolant, Olivier, Salmon, Berangier, l’evesque de Reims20 et Sanson, gesans par fine recreantie, et jasoit ce que chascun d’eulx feust a mort feru, si haulcerent eulx les testes et virent la bataille des chrestiens et des [22lr] Sarasins, dont les horions se faisoient bien ouïr. Olivier apperceut Galien, qui si vaillanment se deffendoit qu’il n’y avoit Sarasin qui de lui osast aprochier, et legierement congnut son destrier. Sy le moustra a son amy Rolant et dist : « Ha, quel dommage, doulz amis, fait il, de ce chrestien qui au jour d’ui se fera occire par sa vaillance. Sy say je tant du cheval qui le porte que, s’il s’en daignoit aller, jamais nul des autres ne le consuivroit. Je vous requier que je soie monté a quelque paine, et lui alons a secours, car j’ay grant desir de savoir qui cellui destrier lui bailla, et dont il est ores venu qui ne se trouva hui en bataille sinon a present. » Rolant et Berangier monterent Olivier a quelque paine, et pour son vouloir paracomplir, chevaucherent le long de la roce et vindrent eulx cincq en l’aide de Galien, le quel se maintenoit et contint si vaillanment que en peu d’eure furent les payens mors et desconfis. Mais ainsi advint que l’un d’iceulx et qui plus hayoit Olivier que nul aultre — ne dit point l’istoire a quelle cause — s’adrecha vers lui et d’une lance qu’il tenoit l’en fera si aïreement que tout oultre le corps l’entama. Et lors le convint a si grant destresse cheoir que oncques puis ne s’en releva, ains fut si malade comme cellui qui a mort se senti feru. Sy ne fut mie de ce comptent le payen, ains s’adrecha vers le corps Olivier, [221v] le prist par le heaulme et ja lui eust le col copé quant sur lui vint Galien, qui de s’espee lui donna tel cop que jusques és espaules pourfendi le payen. Et adont aproucha Galien de son pere et parla a lui ainsi que vous orez.

22Olivier le noble conte, gesant a la terre, rouge et sanglante des corps humains qui ilecq tout environ avoient martire receu, regarda piteusement Galien et lui dit : « Qui es tu, amis, qui de cestui payen m’as vengié, lequel m’a la mort avancee ? Saces que volentiers auroie de toy congnoissance, non mie pour plaisir ne recompensacion que jamais te puisse rendre du Sarasin dont tu as le champ delivré, lequel sans nulle faulte m’eust occis sans remission ne congnoissance de mes peciés. Or ne l’a pas Dieu voulu, ains croy qu’il a voulu que tu ayes esté mon champion et deffenseur. Sy t’en mercie et te prie que tu me dies qui tu es et ou tu pris ce bon ceval, car autrefois l’ay je veu a Gennes en l’ostel de mon pere le duc Regnier. — Par Dieu, Sire, ce respondi Galien, qui je sui et dont est bien raison que je vous le die, et d’avoir le Sarasin occis n’ay je mie grant tort en quant en ma presence vous feray. Et bien doy sur toutes riens louer Cellui qui en vostre ayde m’a sy apoint amené que veoir vous puis a mes [222r] yeulx avant que mort eust de vous fait proye. Tant sachiés que je vien de Constantinople de l’ostel au roy Huguon et sui vostre filz, comme dit Jaqueline la dame, la quelle par moy vous salue assez de fois, se salus pouoient aucunne chose valoir. Je suis passé par Gennes ou je veis Olive la noble ducesse, la quelle pour vostre amour me donna ce destrier et bien me dist que je vous trouveroie avecq l’empereur Charlemaine, qui hier me fist chevalier et au jour d’ui vient a secours au son d’un cor qui de son ost fut clerement ouÿ. »

  • 21 Allusion à David Aubert, Croniques et Conquestes de Charlemaine.

23Et quant Olivier entendi Galien ainsi parler, il fut moult joieux et dolant ensamble. Sy ne se doit nulz merveillier s’il fut joieux d’un tel enfant veoir, qui tant estoit de grant proesse, plain que de son corps ne doubtoit Sarasin qui devant lui se trouvast. Et bien avoit occasion de couroux pour la dame Jaqueline qu’il devoit espouser par promesse qu’elle lui fist et lui a elle, lors qu’il l’eust despucellee et qu’elle l’eust asseuré de mort. Il souspira lors parfondement et recorda en son courage toutes ces choses. Sy le veoit bien Galien, qui grant pitié en avoit. Or estoit Rolant d’autre part qui entendoit aux Sarasins chassier et mehaignier, et pour vous abregier ceste histoire, la quelle est moult piteuse qui la voit et oit, et veoir et [222v] ouïr la puet l’en ou livre21 sur ce fait et composé, parlant au long des grans fais et belles conquestes que fist Charles en Espagne avecq Rolant, Olivier, Ogier et les princes et barons alemans et françois, qui comme le plus noble prince du monde le servoient. Olivier trespassa de ce monde, si firent les autres, et fut Rolant le darrenier, le quel fist assez de regrés piteux, mais pour or, pour finance, pour chasteaux, pour citez ne pour nul tresors qui soit ou monde ne les eust l’en peu ou sceu rachater. Et lors fut Galien esperdu et troublé en sa pensee, sy que il fut longue piece sans mot sonner, tant avoit le cuer dolant et couroucié pour son pere Olivier, qu’il veoit mort devant lui.

  • 22 Allusion au Pseudo-Turpin ?

24Charlemaine aprocha la place de Raincevaulx, ou la desconfiture avoit esté, mais pour son nepveu plorer ne pour sa chevalerie regreter n’en eust ja valu son fait. Il trouva Galien, et Galien lui, qui le hasta de poursievir les payens, qui tous, ou la plus grant part, furent occis en cellui jour par l’ayde de Dieu, qui ses miracles y moustra en telle maniere que le soleil, qui estoit comme fort abaissié, fist tenir trois heures en estat. Et adont s’en retourna l’ost de France, et la ploura chascun son parent et son amy, comme l’istoire le recorde ou livre22 sur ce fait et composé.

25[223r] Charlemaine conquist Saragoce depuis et desconfist Baligant, le roy d’Auffrique et son nepveu Langallie et Mauprin de Turquie. Cellui fut pris en bataille par Galien et sauvé de mort moiennant ce qu’il devint chrestien. Et delivra Montsusain et Guinande la belle au damoisel Galien, qui depuis l’espousa, comme l’istoire poura par aventure cy aprés racompter en parlant des fais de Galien le noble damoisel. Mais a present se taist l’istoire de lui et parle de Aymery de Beaulande.

26[tiers de page laissé libre pour illumination]

Notes

1 ms. quil.

2 ms. quil.

3 = petit-fils.

4 ms. avoient.

5 ms. freres.

6 ms. freres.

7 ms. frere.

8 ms. sen bucherent.

9 ms. lequel estoient la plus grant partie de ses barons répété.

10 ms. ou inséré.

11 ms. me ne.

12 fil biffé à l'encre rouge.

13 ms. avoit avoit.

14 ms. esproueray.

15 ms. trauerseray.

16 ms. autre.

17 ms. ioinart.

18 ms. ce iour ce iour dui.

19 ms. qui.

20 ms. Langres.

21 Allusion à David Aubert, Croniques et Conquestes de Charlemaine.

22 Allusion au Pseudo-Turpin ?

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter