Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

La Geste de Garin de Monglane en prose

Transition

Texte intégral

Comment Charlemaine, quant il fut en France, assambla ses grans compagnies pour aler en Espaigne, ou il fut par long temps

  • 1 ms. momontaignes.
  • 2 Allusion au Pseudo-Turpin.
  • 3 prendre a femme biffé.

1L’istoire dit que, quant Charlemaine et ses pers se furent departis du pays de Grece avecq les saintes reliques, qu’ilz portoient en leur compagnie, ilz chevauchierent tant sans faire mencion de leurs avantures qu’ilz arriverent a Paris, qui estoit la cité et ville cappital de toute sa seignourie, quant l’empereur se trouva la. Lors assambla il ses hommes et milleurs amis, aux quelz il fist feste belle, grant et notable, la quelle se continua [205r] et dura.xv. jours entiers, pendans lesquelz non mie en une nuit mais par trois fut revelé au riche et noble empereur le voyage d’Espaigne pour la voye de saint Jaques descombrer et nettoyer des Sarasins et enemis de la foy, qui adont occupoient toutes les terres et seignouries d’Espaigne, et jasoit ce que jamais Charlemaine ne fust sans guerre quelque part que ce feust tant pour appaisier ou acorder ses hommes, princes et subgiés comme pour faire nouvelles entreprises et conquestes. Sy se disposa il a aler celle part voire par especial pour vengier la mort Basilles et Basins, que Marcillion avoit fait mourir ou despit de Charlemaine et de Maugis, qui sa femme avoit maintenue amoureusement, comme l’istoire l’a cy avant racompté. Et quant Charlemaine eust ses princes en especial assamblez et il leur eust declairee son intention, lors fut chascun plus esbahy c’onques mais, car trop leur sambloit cose estrange, merveilleuse et forte a mener, afin que d’un tel pais conquester, car il avoit plus de.lx. rois et de citez fortes et imprenables sans nombre voire et de chasteaulx si haulz, si fors et de si grant magnificence que ung chascun disoit en conclusion que jamais nul d’eux n’en retourneroit et differoient pour ce moult fort a y aler. Sy les y constraingny l’empereur [205v] neantmains par sa grant cruaulté et leur assigna jour et temps pour venir et comparoir devers lui au bout de l’an prés en armes et chevaulx garnis de gens et d’abillemens guerroyable[s] et oultilz pour rompre et copper bois et montaignes1 s’il en feust besoing. Ce que ouy, comme l’istoire le racompte au vray ou livre2 sur ce composé au long, parlant des conquestes des Espaignes, des beaux et vaillans fais d’armes que firent sur les Sarasins Olivier, Rolant, Ogier et les aultres nobles princes de France, lesquelz ou la plus grant party demorerent en fin et y furent occis et martiriez pour la trahison que brasa Guennes avecq Marcille le roy de Sarragoce. Lequel s’enbucha en Ramiseaulx [sic], la ou il fut la piteuse desconfiture des chevaliers françois, et la moururent Rolant, Olivier, Yon, Yvoire, Angelier de Gascougne et.xx. mil chevaliers des François. Sy ne peurent a ceste cause Rolant et Olivier espouser leurs femmes, dont cy devant a l’istoire parlé, c’est assavoir Aude la seur Olivier, que Rolant devoit prendre a femme, et Olivier devoit retourner3 vers Jaqueline la belle pour la requerir honnourablement au roy Huguon de Constantinoble.

  • 4 ms. embrief.
  • 5 ms. tenxte.

2Or est ainsi que on scet bien quant on va mais du retourner n’est on mie certain. Pour tant le dit l’istoire que si longuement furent les chrestiens és Espaignes que grant temps se passa, [206r] et ne peust avoir Jaqueline nouvelles de son amy Olivier, qui pour loyaulté servir ne voulut son signeur ne son frere Rolant laissier. Sy n’avoit il mie pourtant mis l’amour de la belle Jaqueline en oubly, ains y pensa moult, pour ce qu’elle lui avoit dit que de lui estoit ensainte d’enfant. Elle porta son terme au fort, jusques au temps que plus ne le pot celer et que delivrer en convint son corps. Mais ce fut a peu de joie, comme l’istoire le dira cy aprés, voire en brief4, pour ce que la matiere n’en puet mie estre longue et que ce present translateur y treuve moult de choses, ésquelles il n’a ajousté mie grant creance. Sy en parlera il non pour entretenir le texte5 par ordre, sans changier ou varier, affin que les liseurs puissent tout mieux concepvoir. Et dira

Notes

1 ms. momontaignes.

2 Allusion au Pseudo-Turpin.

3 prendre a femme biffé.

4 ms. embrief.

5 ms. tenxte.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter