Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

La Geste de Garin de Monglane en prose

Transition

Texte intégral

Comment Charlemaine fut premierement moty d’aler en Espaigne faire la conqueste en laquelle montrent Olivier et Rolant

  • 1 Résumé de l’Histoire de Maugis d’Aigremont et allusion à Renaut de Montauban.
  • 2 ms. empartie.

1Comme Charlemaine estoit en Vienne, ou il sejoumoit en aprestant le voyage qu’il devoit faire en Jherusalem la cité, ou quel lieu il s’estoit voué, vindrent illecq deux nobles princes nommez Basilles et Basins, freres et bons amis, lesquelz s’estoient partis de France a gros peuple pour aler guerroyer la gent sarasine, qui pour adont estoit forte en la loy Manon, et gros dommage faisoient a la chrestienté, par especial a ceux qui aloient en Espaigne, qui toute estoit sarasine. Et pluiseurs royaulmes y avoit soubz les rois Marcilles1 et Baligant son frere. Cellui Marcille gouvernoit toutes les contrees, terres et paix depuis Bourdeaux jusques prés de Galice et se tenoit a Sarragoce, mais sans lui n’estoit rien fait en tout icellui païs. Il estoit filz du roy Galaffre, le roy de Tholete, et avoit [179r] une moult belle dame espousee a l’usage et coustume payenne, laquelle fut tant amoureuse de Maugis d’Aigremont que fuir le convint du païs, pour ce qu’il fut trouvé couchié en son lit avecq elle. Et qui demanderoit que icellui Maugis faisoit, la respond l’istoire que Maugis, le filz Beusves d’Aigremont, qui biau chevalier estoit et extrait du lignage d’Ogier, son cousin cermain [sic], avoit esté noury en partie2 certains temps et frequenté en Tholette, dont icellui Galaffre estoit roy. Et avoit esté a l’escolle a ung moult notable clerq et magicien nommé par son non Baudry, et plus avoit apris avecq lui des ars de magique et de la sience qu’on dit ingromence que nul aultre escolier qui la feust. Or estoit il bon et vaillant chevalier, preux aux armes et noble chrestien. Sy fut adont le roy Galaffre en guerre contre ung roy payen, lequel pour la matiere abregier, fut concquis et maté par Maugis, qui pour ceste cause demoura en la grace de Marcilles tellement que, aprés la mort d’icellui, Galaffre le retint a sa court et ne lui vouloit donner congié. Sy advint ung jour que cellui Marcille voulut aller en deduit et bien cuida que Maugis alast avecq lui, car moult l’aimoit, et se faisoit la royne sa femme tant qu’elle le fist demourer, l’envoya querir secretement en son hostel et le fist couchier emprés elle.

2Avanture, qui moult de choses consent, ne voulut mie que ceste besongne feust celee, [179v] et advint que Marcille le sceut, et pour la matiere, qui ad ce d’eclairier n’est mie disposee, abregier, haÿ depuis tant Maugis que il jura ses Dieux que jamais n’aymeroit chrestien quel que il feust. Sy le moustra bien depuis, car par ce et par autres choses furent mors et trahis Rolant, Olivier et les pers et nobles princes de France. Maugis eschappa de ses mains au fort et s’en retourna en France, ou il fist moult de inaulx, comme son livre et cellui de Renault de Montauban en font mencion. Et a propos revenir et parler Basilles et Bastins, lesquelz eurent vouloir d’aler leurs corps exposer sur les payens, sy tost que Marcilles sceut leur entreprise et venue, souvenant de Maugis qui sa femme avoit maintenue, manda gros peuple et vint contre les chrestiens et les mata tous et desconfist, si que a paine en eschappa se peu non. Et comme dit est arriverent les deux barons a Vienne et requirent ayde et secours en eulx complaingnant a Charlemaine, lequel fut moult doulant de leur perte et dommage, mais comme il leur dist, ne le pouoit pour adont amender. Il leur bailla gens neantmains pour eulx entretenir, jusques a ce qu’il eust son voyage acomply. Et adont se partirent, et comme desirans vengier la mort de Nostre Signeur Jhesucrist [180r] menerent et maintindrent guerre en la terre d’Espaigne par certain temps et jusques a leur finement, car tous furent mors, et mesmes Basilles pris et Basin aussi et livrez au roy Marcilion et aux rois Langalie et Baligant, lesquelz ou despit du roy Charlemaine et de Maugis firent mourir piteusement les deux nobles princes chrestiens Basilles et Basins. Et croy l’istoire que si peu en eschappa en vie que a grant paine le puet l’en veritablement savoir en France. Or n’en pouoit rien savoir Charlemaine, car lui et ses.xii. pers, comme le racompte l’istoire, estoient ou voyage de Jherusalem, duquel pour plus aprendre il convient faire mencion. Mais avant ce que l’istoirien entame la matiere qui puet par nature estre mensongiere ou forte a croire a ceulx qui la liroient, il proteste que les mots, du moins partie, ne lui soient imputez pour baverie, car son intencion n’est aucunnement d’y mettre ne adjouster rien du sien mais que seulement escripre et racompter joieusement ce qu’il a veu et trouvé en pluiseurs livres assez revenans l’un a l’autre. Et s’aucunne mençonge y est par aventure ditte ou racomptee plaisanment, sy est elle discrette de romans et histoires rimez d’aucuns temps que l’istorien croit aussy a [180v] paine que les escoutans et s’en raporte ad ce qu’il en fut. Sy pouroient aucuns dire qu’il vauldroit mieulx soy reposer que soy entremettre de telles choses faire ; a quoy respond l’istorien qu’il a veu le dit d’un sage, parlant en maniere de notable en deux vers rimez, disant :

Loiseux plaisir, quoy qu’il face a blasmer,
N’est pas legier a desacoustumer.

Notes

1 Résumé de l’Histoire de Maugis d’Aigremont et allusion à Renaut de Montauban.

2 ms. empartie.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter