Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

La Geste de Garin de Monglane en prose

L’Histoire de Hernault et de Milon de Puille son frère

Texte intégral

Comment Hernault fut receu en Acquitaine et comment la ville et sengnourie lui fu delivree

1Au departement que firent les quatre enfans de Monglenne chevaucherent longuement Milon et Hernault tant qu’il les convint departir, car Milon tira droit en Lombardie, et Hernault chevaucha et exploita tant par ses journees qu’il vint en Acquitaine, qui pour lors, comme dist l’istoire, estoit cité, et en avoit esté signeur ung prince nomme Gerin, frere du dit duc Garin de Monglenne. Or avoit eu cellui Gerin une dame a femme la quelle estoit de noble lieu, et avoit deux freres qui aprés la mort de Gerin prirent le gouvernement de la cité et jamais ne pensassent aux quatre enfans. Et quant Hernault fut arivé, il se loga en l’ostel d’un bourgois, car il ne vouloit mie sitost aler veoir son oncle. Si enquist a son hoste du duc [5v] Gerin son oncle, et il lui racompta comment n’avoit mie long temps il estoit trespassez de ce monde sans heritier, dont Hernault se prist moult a mervillier, si que bien apperceut Foste qu’il en avoit au cuer desplaisance, a ce qu’il lui veist muer couleur. « Or me dittes doncques, biaux hostes, fait Hernault, qu’est la dame devenue et qui gouverne la terre et le pais. — Par ma foy, sire, ce respondi l’oste, la dame est encore vivant, et est bonne dame et courtoise. Sy est grant damage qu’elle n’a enfant de Gerin, et damage aussi que ung escuier noble et de belle façon nommé Hunault, le quel est filz de Gerin, voire de bas, ne fut engendré en la dame, car la terre ne fust mie sans signeur. Et non est elle, au mains jusques a ce qu’il s’en appere ung, car elle est maintenue par deux chevaliers qui sont freres d’icelle dame, lesquelz ont le gouvernement du païs. Mais chascun maintient que c’est soubz l’adveu de Hunault, qui se dit filz du duc Gerin, le quel prent les revenues, et ne font rien les deux freres que par son ordonnance. » Et quant Hernault eust tout oy ce que son hoste lui racompta, il ne se peust taire lors. Ains dist : « Par foy, fait il, biaulx hostes, la terre n’est mie sans signeur, et tant vueil je bien que vous sachiés que au jour d’ui l’avez logié en vostre hostel, dont ja pis ne vous sera, se le savez amoureusement entretenir. » Si fut l’oste tout pensis pour ce que il ne savoit a qui il parloit, jasoit ce qu’il seust [6r] bien comment mesmement aussi que Hernault n’estoit arivé sinon a simple mesgnie. Pour quoy il ne savoit que cuidier.

  • 1 ms. esse.

2Longuement furent l’un devant l’autre sans parler aprés ces paroles l’oste et Hernault. Et a chief de piece commencha l’oste, disant : « Or me faites, sage sire, fait il, de ce que je vous demanderay, lequel est ce1 qui doit heriter ce païs et par quel maniere la terre lui puet appertenir, car je suis du temps dont je cuide respondre ad ce que vous me direz. — Certes, biaux amis, ce lui dist Hernault, je croy assez que vous soyes du temps que bien avez oÿ parler du signeur de Monglenne et de Anthyaulme de Pavie. — Vous dittes voir, sire, ce lui respondi l’oste, voirement furent eulx freres de Gerin, qui est mors. Et par la foy de mon corps, vous resamblez proprement au duc Garin qui conquist Monglenne, le quel non pour tant je ne vis ja long temps a. — Par Dieu, biaux hostes, ce respondi Hernault, quant j’auroie mestier de guide, je vous prendroie sur tous aultres, car vous ne vous fourvoyés mie, ains estes en droite voie. Et, a la verité, sui je filz du noble conquerant Garin, le sire de Monglenne, qui pour l’amour de Mabillette refusa partie du royaume de France. Or ne pensoie je mie [a] l’avanture qui est advenue, la quelle, puis que eur et fortune me presentent, je ne vueil ne doy mie refuser. Mais vous certefie que je seray signeur de ceste terre, ou je veray qui me fera empechement. »

  • 2 ms. sine.

3[6v] A ces paroles se humilia l’oste et commanda mettre la table, car temps estoit de souper. Et lors vint illec l’ostesse, qui tousjours servoit par coustume comme celle de qui l’ostel devoit mieulx valoir. Et quant elle apperceut son mary, qui si fort s’entremetoit de festoyer son hoste, elle se trahy vers lui et lui demanda pour quoy il estoit ainsi soingneus de cellui servir et festoyer que jamais veu. Si ne lui volu mie l’oste celer, affin qu’elle s’efforçast de sa part de lui faire plaisir et honneur. La bourgoise, qui estoit du lignage aux femmes du costé de la bouche, sitost qu’elle fut devalee en bas ne seut sa pensee ne ce que son mary lui avoit dit celer, ains le declaira a une sienne2 voisine que prumiere trouva. Puis s’entremist du souper ainsi que son mary lui avoit ordonné.

  • 3 Au-dessus de ce vers est écrit d’une main postérieure Ryme.

Sitost comme l’ostesse sceut la venue Arnault3,
Tart lui est que le sacent Gaultier et Chenenault.
Ne le tenist secret pour tout l’or de Haynault.
Aussi bien cella, puis que dire le fault
Que prestre son sermon quant est en l’escaffault,
Ses voisins s’asemblerent sans faire aucun default.
Qui lors veïst arriver Katherine et Mahault,
Ysabel et Perrette, Gertous et Guynehault
Et d’aultres plus de.xv., qui parlerent si hault
Qu’assez de gens y vindrent pour livrer .i. assault.
Arnault s’en effroya, le nobille vassault,
De table se leva par dessus, fist ung sault, [7r]
Puis vint a la fenestre regarder le debault
Du peuple qui crioit de joyeux cuer et baut :
« Ou est nostre nouvel sire ? Moustrez le nous,
Thibault !
Car plus n’obeïrons a ce bastart Hunault ! »

  • 4 ms. moustrent.

4Et quant l’oste Thibault entendi les paroles, si fut comme esbahis dont ce pooit venir. Si respondi courtoisement : « Non pour tant ne vous effrayés, fait il, biaulx signeurs, voirement, voirement est arivez cellui a qui par droit et legitimement doit ce païs cy competer, et jatost se moustre4 a tous ceulx qui veoir le voudront ou palais notablement, ainsi que faire se doit. » Sy s’en partirent atant les ungs et les aultres qui mieulx mieulx et ne cesserent d’aler par les rues faisans feste et solempnité voire jusques ou palais et hostel seignoural, au quel estoit Hunault, qui legierement enquist pourquoy ainsi se assambloient illec tant de gens. Et quant Hunault entendy les nouvelles du filz Guarin de Monglenne, qui leens estoit arrivé, et il vist le peuple ainsi joieux de sa venue, il se pensa lors que pour neant pouroit il aler au contraire. Il manda adont ses plus prochains et affectiez amis et leur exposa son cas en leur suppliant faire faintement chiere la plus joieuse que faire poroient, pensant en soy meismes que jamais ne fuieroit tant qu’il aroit cellui trahy et livré és mains des Sarasins, par qui il convenoit son honneur ainsy decliner. Et finablement vint leans le noble damoisel Hernault, acompaignié de son hoste sur tous les aultres et de tant grant [7v] peuple, qui les poursievoient que a grant paine eust eu Hunault ne nul aultre aucun au dire et parler. Et quant Hunault veist la maniere, il s’avansa au devant du damoisel, rompy la presse et tant exploita qu’il vint au devant de Hernault, son chappel hosté, lui mist les bras au col et le plus haultement et doulcement qu’il seust lui dist : « Bien soit venu ly miens cousins, cellui a qui ceste terre doit par droit appertenir comme vray heritier du noble duc Garin, qui par sa grant valeur conquist Mabillette et la terre de Monglenne ! »

5Sainte Marie, comme fut tout le peuple resjoÿ quant Hunault et Hernault, qui oncques n’avoient l’un l’autre veu, s’entrebaisierent ! Chascun ouvry la bouche lors et se prirent a crier « Noël ! » si haultement que tout firent retenir le palais. Et fin de compte fut receu Hernault a signeur et honnouré des grands, des moyens et des petis par certain espace de temps et jusques a ce que l’istoire le recordera.

  • 5 ms. damoiselles desquelles.

6Et d’autre part fut receu Milon son frere avec Anthiaulme, frere du duc Garin leur pere, et moult fut bien venu en Lombardie et tellement aymé de son oncle qu’il fut puis duc et signeur de la terre de Puille a cause de une pucelle qu’il espousa, en la quelle il engendra deux nobles damoisiaux, desquels5 l’istoire parlera cy après. Si ne se puet mie tout racompter ensamble mais par ordre pour mieulx concepvoir l’escripture. Renier et Gerart exploitierent tant par leurs journees qu’ilz ariverent a Paris, comme [8r] leur pere leur avoit commandé, furent moult bien venus a court et amez de Charlemaine, qui pour amour du duc de Monglenne leur pere leur proumist donner terre et signourie, comme il fist puis, dont assez s’en repenti aprés. Finablement ilz demoroient et servirent assez longuement sans aultre amandement que de simples dons que Charlemaine leur faisoit comme aux aultres enfans de grans signeurs, dont largement avoit a son hostel, et tous les jours y habondoient nouvellement. Si se mettoient les ungs en oubly pour la venue des aultres.

Comment Hernault d’Aquitaine conquist Beaulande et Fregonde la pucelle

7Or dit l’istoire que Hernault, estant en Aquitaine ainsi que ja avez oÿ, estoit Hunault son prochain conseillier et l’omme du monde ou plus se pooit fier, car Hunault de soy estoit homme blandissant, bel parlier et par samblant preudomme, si que il n’estoit rien que Hernault ne lui eust acordé. Dont moult se tenoit fiers Hunault le bastart et moult souvent parloit a ses amis sur le fait et matiere de trahir son signeur, qui encores estoit plain de sy grant jonesse qu’il ne savoit congnoistre qui bien ou mal lui vouloit. Ung jour s’avisa Hunault de declairier son courage a Hernault selon le traictié que lui et aultres traîtres ses parens et amis desirans la mort Hernault avoient pourparlé, et lui dist que marier le convenoit. Si le regarda Hernault [8v] adont, puis lui demanda quel femme lui seroit bonne, et jamais n’eust cuidié que cellui l’eust volu decevoir. « En non Dieu, sire, fait il, moult bien vous assigneray, se croire me voulez, et belle dame aurez se ou monde en a point. Si serez bien legie[r] a l’avenant, car si assez prés sur la mer a une ville si bien fermee qu’en ce païs n’a milleur. Si la gouverne ung roy payen nommé Flourent, riche a merveille et garny d’amis. Il a une fille nommee Fregonde, jone, haulte, droite et bien faitte si que nature ne pouroit mieulx ouvrer. Sy a en elle tant de bien qu’elle est bonne chrestienne par grace de Dieu qui en son cuer s’est boutee. Et ne le scet son pere ne homme nul de sa court. Or est ainsi que cellui roy Florant et nous avons eu grant guerre et tant grevé l’un l’autre que par contrainte avons faites unes trieves a.vii. ans, lesquelles nous avons jurees d’une part et d’aultre pour tenir loyaulment et aler ensamble et converser sans trahison ou mauvaytié aucunne. Sy ne fay nulle doubte : se la pucelle aviés veue que ne feussiés si amoureus de sa grant biauté que pour rien ne laisserez qu’elle ne fust vostre. Si serait la plus belle paire du monde, et mieulx en vaudrions tous en cestui païs : sy en pouroit issir lignie dont encore pouroit nostre paranté monter en haulte honneur. »

  • 6 ms. porter

8Assez escouta Hernault parler le traître sans mot sonner et ne pensoit mie a la voulenté [9r] qu’il avoit. Ainchois recorda en son cuer les mos qu’il lui avoit racontez de la biauté de Fregonde, dont ja eust son courage esmeu sy que illui respondi que jamais il ne dormiroit de bon somme tant que veue auroit celle que tant lui avoit ouÿe louer. Si en fu le traître moult joieux, et pour la matiere abregier firent leur preparatoires d’aler. Et tant exploiterent que a une certaine heure ariverent aux portes de Beaulande, ou ja estoient advertis de la venue du damoisel Hernault et de ses alyés traïtres et consentans de la mauvaisetié. Sy avoit le roy sarasin fait appareillier et tendre son palais, ou quel furent menez les deux chrestiens, qui moult honnourablement furent receus, et du roy mesmement qui rien ne savoit encore de ce que Hunault lui vouloit dire mais cuidoit fermement que les chestiens se venissent de parler6 paisiblement avec lui et sa fille soubz ombre des triefves que lui avoit a l’autre donnees. Or est ainsi que nouvelles vont tost par cy et par la : si s’espandirent legierement et alerent jusques és oreilles de Fregonde, la quelle estoit en sa chambre atendant l’eure qu’on la ferait venir en sale pour disner. Et dist l’istoire qu’onques jour de son eage n’avoit pour une heure esté ainsi richement paree que elle se appareilla adoncq, car elle avoit ja oy parler du duc Hernault qui venir devoit ce jour disner leans, mais mie n’avoit enquis de son estat, de son lignage ne de sa beaulté et [9v] façon. Et pour ce que ja lui tardoit l’eure qu’elle le veist, appella ung escuier qui souvent aloit en Acquitaine et lui demanda se piecha y avoit esté. Et il lui respondi que ouÿ. « Or me dittes doncques, fait elle, des nouvelles des chrestiens et qui gouverne maintement la cité et le païs. »

  • 7 ms. set.
  • 8 ms. seroye.

9Cellui escuier, qui n’estoit mie aprentis de biau parler, lui respondi assez hardiement : « Par nos bons dieux, damoiselle, fait il, de ce vous saray je bien informer, car c’est une liçon que je say toute par cuer. Je vous dy que n’a mie .xv. jours d’uy que j’estoye alé en Aquitaine ou je veis Hunault le filz bastart du duc darenyer trespassé, qui toute la terre souloit maintenir. Mais je y vey ung aultre jone damoisel, jone home, habille et si biau chevalie[r] que qui chercherait .xiiii. royaumes je croy qu’on ne trouverait plus bel de lui. De vaillance ne vous say que dire, car il ne s’est7 point esprouvé dont il soit aucunne nouvelle. Et se de sa noblesse me demandiés, je saroye8 tesmongnier qu’il est de si noble sang issu qu’il ne pouroit faillir a estre preux, car il est filz aisné du duc Garin qui conquist la terre de Monglenne, et croy que de beaulté ne puet il gaires fourlignier, ainsi que le tesmongnent ceulx qui Mabillette sa mere ont congneue, et au mien essient est dommage quant il ne croit és dieux ésquelz nous croyons. Sy m’a l’en dit qu’il est arivez ou doit au jour d’ui venir en ceste cité, et l’atent, comme je le puis entendre, vostre pere [10r] pour disner avecq lui. Si le pourez la et ung chascun veoir tout par loisir. » Et ainsi que la devisa l’escuier a la pucelle, vindrent quatre nobles hommes a la loy sarasine querir Fregonde de par le roy son pere, qui bien leur avoit commandé a l’amener et conduire ainsi que fille de roy doit estre, dont elle fut tant joieuse que nulle plus.

  • 9 ms. tables.

10Les quatre chevaliers payens amenerent la damoiselle en la salle ou Hernault estoit, qui regardoit le roy faire sacrifice a Manon, qu’il avoit fait drechier et parer pour la venue des chrestiens, et avoit fait devant l’image alumer .iiii. tortis de cire pour plus faire d’onneur a leur loy. Sy en estoit Hernault trop mal content, et ja avoit oublié celle pour qui amours l’avoit leans fait venir quant Hunault l’apella pour lui moustrer la damoiselle, qui ja avoit sa visee sur [lui]. Et dit l’istoire que autant le desiroit elle veoir que lui elle. Hernault se retourna lors et vist la pucelle que les quatres payens amenoient. Si lui sambla tant belle que la couleur lui prist a muer et dist a soy meismes que n’auroit mie cil failly a dame qui d’une telle pouroit joïr a sa plaisance. Fregonde la noble pucelle le regarda pareillement, voire si ententivement que sa face lui fist amours par sa vertu et puissance devenir vermeille comme rose, si que bien se perchurent l’un et l’autre que navrez [10v] estoient amoureusement. Si en firent chascun endroit soy le moins de samblant que faire peurent, en couvrant leur mal le mieulx qu’ilz pouoient. Et plus ne pensa Hernault a l’idole de Mahon que chascun Sarasin honnouroit en passant pardevant, et mesmement le roy qui tout ce faisoit faire et qui en salle l’avoit fait aporter pour cuidier les chrestiens convertir a leur faulse loy. Finablement les tables furent drecees, les nappes9 mises, l’eaue cornee et les princes servis royalment de pluiseurs et divers mets, dont chascun menga ainsi que bon lui sambla. Si furent Hernault et Fregonde de peu saoulez, car l’istoire dit c’onques ne mengerent sinon des biens dont amours repaissent leurs servans.

11Apres disner se leverent de table et convoierent la pucelle en sa chambre, ainsi que tousjours l’avoit a coustume. Et la se bouta Hernault qui a nulle mauvaitié ne pensoit mais a bonne amour, qui son cuer destraingnoit tellement que pour tout l’or du monde il ne se fust tenu de dire sa pensee a la damoiselle, s’il pooit avoir de ce faire loisir. Le roy et Hunault se pourmenerent ce pendant assez a loisir, parlans de pluiseurs choses que Hunault le bastart mettoit en termes, tendant venir a ses fins. Et finablement se apuia le roy a une fenestre et Hunault a une aultre poingnant, si que personne ne pooit leurs parolles ouïr. Et lui [1 lr] dit Hunault : « Savez vous, sire, fait il, qui ceans nous a amenez ? » Le roy lui respondi que non. Et il lui dit lors : « Or sachiés, sire, fait il, que, s’il vous plaist obeïr a ce que je vous conseilleray, jamais ne sera besoing d’avoir trieves ne guerre aussi entre vous et moy, car je vous feray hommage de la terre d’Aquitaine et la tendray de vous par ainsi que je tendray la loy que vous tenez, moyennant que vous ferez mourir Hernault que ceans vous ay amené. Et bien est en vostre commandement, car il est és chambres ou il s’esbat avecq les damoiselles ; si ne saura personne riens de sa mort. Et bien le devez faire aussy, car il est filz de Garin de Monglenne, qui conquist Mabillette et ocist vostre oncle Gamadras le puissant ; si ne devez mie mieulx aimer les enfans. Et se vous me demandiés pour quoy c’est que je desire sa mort, je vous respondroie que c’est pour tant que j’ay eu la paine et le meschief, comme vous savez, de garder la terre et le païs qui fut a mon pere, et bien me deust ores appertenir jasoit ce que je soie bastard. Or est Hernault venu, qui par l’aide du peuple menu et rebelle s’en est fait pocesseur et heritier a ma desplaisance si grant que j’ains plus chier renier le saint batesme et croire en Mahon et en vos dieux que de lui me soie vengié prouchainement. »

12Moult s’esmervilla le payen d’ainsi oïr parler Hunault de traÿson, car jamais n’y eust pensé. Il lui respondi non pour tant que, s’il [11r] vouloit entretenir sa parole, que il lui prestroit gens pour prendre Hernault et pour l’enfermer és prisons, tellement que a paine en pouroit partir. Si fu Hunault de ce tout joyeux.

Comment Hernault d’Aquitaine fut mis en prison par Hunault, que Robastre tua et delivra depuis de la prison Hernault

13Comme ouÿ ayez s’estoit Hernault mis és chambres des dames pour convoyer Fregonde et parler a elle se son point eust veu. Et quant la pucelle le vit en sa chambre, elle le merchia doulcement, disant qu’il n’estoit mie tenu de tant prendre paine pour elle comme de l’avoir jusques a la convoye[e]. Et il, qui ne queroit sinon lieu et occasion de parler, lui respondi moult gracieusement : « Pardonnez moy, fait il, ma dame, se trop avant me suis avecq vous embatu, car s’aucunne faulte ay par aventure faitte, ce fist amours qui le me fist penser. Si en est la merchi vostre, que je vouldroie bien requerir, s’il vous venoit a plaisir. Et de tout mon cuer et de mon corps vouldroie me soubzmettre en telle amende que voudriés deviser, sauve ma loy toutesvoies que pour rien ne vouldroie faulser. » Si fut la damoiselle tant contente et joieuse que jamais n’avoit plus esté d’ainsi ouïr gracieusement parler son amy. Elle le regarda lors des biaulx yeulx de sa face et le prist [12r] par la main, puis le mena a une fenestre. Mais vous devez penser que le plus asseuré des deux amans estoit comme la feulle qui va sur l’arbre au branle du vent par la force d’amours qui leurs deux cuers avoient en leur possession. De toutes leurs parolles ne sauroit ne pouroit aussi mie l’istoire faire mencion, mais bien dit que tellement se descouvrirent l’un envers l’autre c’onques puis ne s’entrehaïrent. Ains se aymerent si parfaitement que puis espouserent l’un l’autre. Si ne fesist mie le mariage si tost, car trop eust Hernault a souffrir par la traïson que Hunault avoit fait, et si faisoit a icelle heure avecq Florant le pere Fregonde, qui ja avoit baillié gens pour aler avecq Hunault prendre Hernault, qui s’esbastoit avecq elle.

  • 10 ms. embas.

14Ainsi que les deux enfans estoient en joie et en consolation, parlans de leurs affaires amoureusement, survint illec Hunault acompaignié, comme ja l’istoire dit. Et, pour abregier, mist et fist mettre la main a son frere et le fist emprisonner sauf tous drois et toutes deffenses, dont nul ne se doit mervillier s’il fut dolent et pensif. Il regarda son amie Fregonde, qui tant estoit tourblee de l’ennuy c’on lui faisoit qu’a merveilles, mais elle n’en osoit parler [12v], car elle ne savoit pourquoy on lui faisoit telle rudesse. Et d’autre part faisoit doubte que son pere feust dolant de ce qu’ainsi avoient ensamble longuement et priveement parlé. Pour quoy elle le laissa ainsi enmener et se reconforta a plorer a par elle, disant tout bas que ses amoureux avoient petite duree. Et quant Hernault se vist avaler en la prison, il requist a son cousin qu’il lui deist pour quoy on le traictoit ainsi villainement. Sy ne lui en volut aucunne cose dire mais le fist tresbuschier en bas10, puis le fist enfermer et garder par le geolier, qui de ce faire avoit ordonnance et commission de par le roy Florant.

15Des regrés et lamentations que fist Hernault en la prison ne sauroit mie veritablement l’istoire racompter la moitié mais dit que Hunault ne vesqui mie .iii. hours aprés. Il s’en retourna devers le roy Florant prendre congié de lui, jusques a ung jour certain qu’il avoit promis de retourner pour acomplir ce qu’il lui avoit dit en convenant. Et pour la matiere abregier, quant il fut aux champs avecq ses milleurs amis et consentans de la traïson, il appella a part les dis adherans et leur dit : « Or avons nous commencé, beaux signeurs, fait il, et plus ne reste sinon parachever. Il est de necessité que je demeure deriere [13r] moy seul et que vous autres en ailliés en Acquitaine pour le peuple appaisier. Si maintendrez que Florant de Beaulande a les triefves rompues et qu’il a pris et retenus prisonniers moy, et Hernault voire, et que a grant paine vous a il laissié venir. Et quant venra sur le soir, je chevaucheray comme tout esperdu et diray que je sui par mon engin eschappé. Sy aviserons aprés comment nous porons nostre besongne mener a fin. »

16A ces paroles se departirent ceulx qui avecq Hunault estoient venus et laisserent Hunault, qui tout volentiers d’eulx se destourna. Et pour mieulx cuidier besongnier et eslongier le chemin d’Acquitaine se frappa en une forest si avant que, quant il se cuida radercier, il ne sceust pour cause qu’il ne pensoit mie a son chemin mais seullement a la mauvaise trahison qu’il avoit brassee. Et quant la nuit aproucha et son esprit lui fut revenu, il regarda ça et la pour soy cuidier radrechier, mais jamais n’eust sceu. Il se pourpensa lors que Dieux, qui est vray juge et tout congnoissant, lui vouloit moustrer sa faulte. Et pour ce tourna ses yeulx amont, se repenti et dit en soy que il estoit mauvais d’avoir son signeur et propre cousin trahy. [13v] Et ainsi pensant se prist a larmoyer comme contrittement qui moult lui peust prouffiter a l’ame.

17Or estoit pour icellui temps vivant ung jayant nommé Robastre, le quel avoit par maintes journees par pluiseurs batailles et assaulx et par diverses fois secouru, aidié et frequenté Garin de Monglenne par sa force et par l’engin et subtilité d’un nommé Pardigon, soy congnoissant en l’art de magique, dont il avoit piecha usé et puis l’avoit delaissié. Mais il en joua aprés comme devant, si que bon mestier en eust Hernault. Cellui Robastre, pour sa vie amender, s’estoit fait hermite en la forest dont Hunault ne se pooit partir, ainchois s’en entroit tousjours ou plus parfont, et tant avant s’y bouta qu’il perchut le lieu ou quel Robastre faisoit sa demourance. Sy se resjouÿ ung petit lors, et tant s’aproucha qu’il vint au manoir.

  • 11 ms. se.

18Robastre, qui mie n’avoit a coustume de souvent veoir gens, le regarda aimablement, car moult le vist desconforté. Si ne le vouloit point espouvanter Hunault, qui puis le jour devant n’avoit mengié. Lui demanda lors s’il estoit homme croiant en Jhesucrist ou en la loy sarasine, a quoy Robastre respondi qu’il creoit en Jhesucrist voirement. « Et en l’onneur de Jhesucrist, dit lors Hunault, je vous prie que me donniez de vostre pain, car huy ne finay de chevauschier, et tant me sui fourvoyé de mon chemin que radrecier ne me saroye de moy seul. Si ne parait gaires chaloir se loups ou bestes sauvages avoient mon corps devouré, [14r] tant a en moy de mauvaitié. » Robastre, qui bien vit que celui estoit comme desesperé, lui dist : « Vous devez savoir, beaulx amis, fait il, qu’il n’est si belle chose ou monde ne sy vertueuse que de bien faire. Et qui tous les maulx du monde aurait fais, c’est de soy humblement repentir et venir a amendement. Il n’est si grant ne si orrible pechié que Dieu ne sace et qu’il ne pardonne se le pecheur s’en veult confesser. Et tout ainsi qu’il souffre les pecheurs en ce monde, a il aussi ordonné les confesseurs, qui en donnent les penitances selon les cas et remettent les pecheurs hors du dangier des diables d’enfer et en voye de salvacion. » Et quant Hunault entendi ce que l’ermite lui disoit, il se pourpensa que c’estoit vraye verité, et adont lui requist il confession. Mais quant Hunault lui eust tous ses fais recomptez et la trahison de Hernault son cousin et que il lui eust dit qui filz estoit Hernault et parlé de Garin le duc de Monglenne, il fut tant dolant que merveilles et ne lui respondi a icelle heure aucun mot. Ains se leva d’emprés lui, et en le regardant par si grant maltalent que oncques n’eust Hunault si grant paour, car il le vist aler a ung arbre arrachier une grosse branche et retourner vers lui, qui onques ne s’en seust fuir. Et lui dist haultement et fierement Robastre : « Faulz et mauvais trahiteur, au jour d’ui m’as confessé [14v] chose dont de mort ne te deportroie pour autant d’or que vault la cité de Beaulande. Penses aux pechiés que tu as cy endroit confessez et en ayes contricion, car en present t’en sera l’absolucion faitte. » Si11 haulsa le fust lors et en assena sur le chief Hunault si qu’il lui fist la cervelle boulir. Et ainsi fini le trahitre, du quel se taist l’istoire.

Comment Robastre et Fregonde la pucelle delivrerent le damoisel Hernault de la prison

  • 12 ms. mesment.

19A cellui mesme jour que morut Hunault se delibera Robastre de soy mettre a chemin pour aler secourir et aidier Hernault, qu’il aymoit tant pour l’amour de son pere Garin que nul ne le diroit. Il se parti fin de compte et dit a soy mesmes qu’il querroit tant son compagnon Pardigon qu’il le trouveroit, et a son ayde ne faisoit aucunne doubte que bien ne le delivrassent de la plus forte prison du monde, mesmement12 que de milleur maistre en sience de magique et art diabolique n’avoit ou monde que Pardigon. Et de plus fort Tomme aussi n’eust l’en finé en son temps que cellui Robastre. Il chemina par ses journees qu’il vint en la forest que bien congnoissoit, ou ja avoit long temps laissié Pardigon hermite pour servir Dieu en repentance des maulx innumerables qu’il avoit fais. Mais ne savoit mie Robastre le bon et hault serment que Pardigon avoit fait et proumis a Dieu quant il se rendi hermite.

20Il le trouva au fort du bois, [15r] et moult joieuse chiere se firent en parlant de pluiseurs choses, parmy lesquelles fut ouverte la matiere et la cause principale pour quoy Robastre avoit son hermitage laissié. Et croit l’istoire que tout fut racompté a Pardigon et mesmement la confession faitte a Robastre par Hunault, sa mort aussi et la grant voulenté qui meu l’avoit d’aler aidier a l’enfant pour l’amour de Garin le pere que tant avoyent aymé. Sy ne resta plus somme toute a Robastre que avoir la response de Pardigon qui longuement songa. La quelle, sans reciter les propres mos que nul ne sauroit avoir aussi songiez, fut telle que jamais d’enchantement, d’art ou des gieux dont autreffois avoit joué il ne s’entremettrait. Et quoy que moult le pressast Robastre, n’en volu a celle fois rien acorder Pardigon.

  • 13 ms. belande.
  • 14 ms. mesment.
  • 15 hommet biffé.

21Sainte Marie, comme fut Robastre plain de couroux quant il oy cellui qui a tous besoings a toutes heures et a tant et diverses fois avoit son corps et son sens exposé en Tayde du pere que tant avoit naturellement aymé ! Et maintenant ne vouloit aidier au filz ! Il se marmousa lors a par soy, et fut comme tout deliberé de l’ocire se n’eust esté ce qu’il pensa que, par aventure, il se pouroit bien aviser. Il se parti de lui au fort, et tant exploita qu’il vint a Beaulande13, ou Hernault tenoit prison de par le roy, qui de sa mort n’avoit aucunne envie, ne il ne l’avoit [15v] oncques désirée. Ainchois s’atendoit au pourchas qu’il cuidoit que Hunault feist. Sy n’estoit mie pour ce Hernault joieulx ne il n’avoit confort synon de Dieu et de la damoiselle, qui tous les jours une fois du moins lui envoioit a boire et a mengier et elle mesme14 chascun jour pour une fois samblablement le visetoit, dont son pere ouÿ parler, qui n’en fut mie bien content. Il la manda ung jour pour ceste cause et lui enquist qui ce lui faisoit faire. Et elle respondi que c’estoit en intencion de le convertir a la loy de Mahon15, le quel il ne savoit ja que faire du croire, comme elle lui dist affin que plus en fust joieux. Le roy Florant son pere lui deffendi que plus n’y alast, et dist l’istoire que ce fut le propre et mesme jour que Robastre arriva en la ditte cité de Beaulande.

  • 16 ms. emprison.
  • 17 ms. sara.

22Par ce que Hunault avoit confessé a Robastre savoit il les amours de Fregonde et de Hernault ; si en fut assez plus hardi. Il frequenta par la cité, demandant aumosne en l’onneur de Mahon, et on ne lui refusoit mie. Sy parla au roy mesmes comme cellui qui bien [savoit] le langage sarasin et chrestien, et quant il se trouva bien venu entour le roy, il s’aventura entour la damoiselle, qui tant estoit humble, doulce et gracieuse que volentiers l’oÿ parler, et escouta tout ce qu’il voulu dire. Et pour la matiere abregier, parla a elle et fist tant qu’elle se con[16r]senti de parler au geolier, affin qu’il peust parler a Hernault qui en prison16 estoit. Mais ne le pouoit mie bonnement faire sans le sceu et consentement du geolier. Au fort il n’est rien, quant femme le veult entreprendre, de quoy elle ne viengne a bout. Mais je croy que c’est ainsi c’on dist assez souvent que c’est par ung art qu’elle scet plus que le diable. Et quant Robastre et Hernault eurent parlé ensamble et assez devisé en la prison d’unes choses et d’aultres qui trop pouroient alongier nostre matiere, il fut mis hors et retourna en la chambre de la dame, qui tant desiroit sa venue que merveilles. Il lui racompta lors tout ce qu’il avoit dit a Hernault et comment il estoit plus joieux que oncques, mais n’avoit esté de ce qu’il l’avoit asseuré de la mort de Hunault. Si en fut aussi la pucelle moult joieuse, pour tant qu’il avoit esté trahitre et envieux. « Or me dittes, damoiselle, fait dont Robastre, par la foy que vous devez a amours, se vostre amy estoit ores delivré de prison et il avoit trouvé maniere de partir, vouldriés vous point venir avecq lui en lieu ou vous le puissiés avoir a signeur et lui vous a femme ? — Par foy, sire, fait la damoiselle, moult seroie dolante qu’il fust sans moy hors de lieu, ou je ne le peusse souvent veoir, car tant vous di que plus vifz et tant plus l’aime si ne sera17 jamais ly mien corps a son aise tant que delivré le voye. Et se croire me voulez, je [16v] vous ensengneray comment de ceans partirons. »

  • 18 ms. la.
  • 19 ms. tout.

23Elle lui racompta lors qu’en une forte et grosse tour seant et faisans le coing du chastel ou du palais son pere avoit cinquante chrestiens, tous François et prisonniers, qui ja avoient esté leans l’espace de .vi. mois et estoient comme gens mis en oubly, pour ce qu’il n’y avoit avecq eulx nul homme de renon, mais comme marchans ou pelerins avoient esté rencontrez sur mer. Et quant Robastre entendi la damoiselle, il fut moult joieux et ne desira sinon veoir la tour s’elle estoit forte et bien garnie et emparee, et parler aussi aux prisonniers chrestiens pour enquerir se ilz se vouldroient mettre a deffense se besoing estoit. Elle fist finablement avecq le geollier tant qu’il s’acorda de le faire parler aux prisonniers, et quant il les eust veus et sceu leur voloir, il s’en retourna. Et en ceste meisme nuit delivra le18 damoisel Hernault, le quel fut moult joyeux de veoir la pucelle, qui ainsi aimablement procurait sa delivrance. Puis se remirent a chemin vers l’autre grosse tour. Et premierement mirent le geolier, sa femme et deux enfans a mort, puis rompirent la prison ou il avoit cincq huis a passer et les rompirent, et fin de compte delivrerent tout ce qui dedens estoit. Puis chercherent la tour hault et bas, et tous19 les harnas amasserent, et si bien s’abillerent que pour .ccc. hommes n’eussent reculé au [17r] besoing, voire a l’ayde de Robastre, qui estoit le plus mervilleux homme du monde en son temps.

  • 20 ms. considerer.

24Or furent en grant leesse les chrestiens d’eux veoir a delivre qui si longuement avoient tenue prison, et moult desiroient boire et mengier leur saoul, car piecha ne l’avoient fait. Ilz beurent et mengerent assez, tandis que Robastre, Hernault et la pucelle devisoient comment ilz poroyent mieulx leur tour advitaillier, qui estoit aisiee chose et legiere a faire mesmement que ou chastel et palais avoit crosses garnisons dont ilz pooient legierement sans grant dangiers recouvrer. Consideré20 qu’encor n’estoit mie jour de grant piece et que nul ne se devoit doubter de rien par leans, Robastre et Hernault, asseurez de la pucelle qui tout savoit les estres, offices et chambres de leans, prist .xl. compagnons des plus asseurez a son pooir pour mener avecq lui la ou il plairoit a Fregonde de les conduire, et especialment charga au demourant de demourer et garder la tour, ad ce que Sarasins nul n’i entrast. Puis se partirent de la tour et entrerent ou palais, rompirent portes, huis et fermetez et tuerent Sarasins et Sarasines, enfans malles et fumelles sans aucun deport. Et mesmement rompi Robastre l’uis de la chambre du roy, qui ne dormoit mie, ains escoutoit qui ainsi menoit grant bruit. Et quant il ouÿ son huis [17v] brisier, il se lancha par une fenestre jardiniere et s’eschapa tout maugré Robastre, qui de mort l’avoit fort menassé. Et adont fu temps de pillier et assambler ce dont ilz avoient mestier. Si devez savoir que mie ne dormirent les chrestiens, ne la fille du roy, aussy qui bien assena au treffort de son pere. Et tant fournirent leur tour que assez eurent provision pour long temps, se longuement se fussent leans tenus. Et plus eussent fait se le jour ne feust venu, qui les contraingny a deslogier, car Florant, qui eschappé estoit, avoit ja assamblé par la cité si grant quantité de payens que a paine eussent ilz eu loisir d’eulx sauver.

  • 21 efforca biffé.

25Finablement les chrestiens se retraïrent sans perdre aucun de leurs hommes. Et tantost aprés vint Florant assiegier la tour et menachier les chrestiens, descorchier tous vifz et sa fille d’ardoir en ung feu, pour ce que ainsi avoit les chrestiens delivrez. Puis envoya veoir en la prison ou avoit esté Hernault. Si la trouverent rompue et le tourier occis et avaliez en bas, sa femme et maisnie pareillement. Sy en fut le roy tout dolant qu’il jura ses dieux qu’il en aura vengement. Mais gaires ne s’en effroya21 sa fille ne Robastre aussi, car forte estoit la tour a merveilles et si bien advitaillie et pourmene[e] d’abillemens de guerre que ilz ne les doubtoient [18r] se peu non. Et s’il estoit la tour compassee, ainsi c’on pooit saillir et entrer hors et ens se trop n’y eust eu forte deffense.

Comment Hernault fut mis en prison22 en Acquitaine a la requeste des amis Hunault, qui l’acuserent a justice de l’avoir occis

  • 22 ms. emprison.
  • 23 ms. belande.
  • 24 ms. belande.

26Comme Hernault se vist ainsi assiegié en la tour de Beaulande23, il fut moult dolant et pensa a soy qu’il laisseroit son amie en la garde de Robastre et s’en ysteroit de leans pour aler querir secours en Aquitaine, qui encore estoit tenue en son non, parce que Hunault n’estoit point retourné. Il avoit leans ung chastelain qui toute la justice gouvernoit avecq .iiii. eschevins, que la ville assambleement avoit commis pour la cité gouverner en deffault de signeur. Et sy avoit deux oncles Hunault, que cy aprés nommera l’istoire, lesquelz avoient plus grant voix en la cité que nulz aultres. Et avoyent ces deux oncles pluiseurs parens qui tous, ou la plus grant partie, furent consentans de trahir Hernault, que jamais ne cuidoient veoir, pour ce qu’ilz le pensoient estre mort en prison. Ung jour se descouvry Hernault a Robastre et lui dist : « Vous veez, Robastre, biaux amis, le grant dangier ou quel aventure nous a mis par le pourchas d’amours par l’ennortement de Fregonde et par la proesse de vostre corps. Ne il n’est chose possible qu’eschapper en puissions [18v] sans secours ou aide, lequel il est ores besoing de querir. Je conseille pourtant que de ceans face departie. Sy m’en iray en Aquitaine et amenray des gens tant quelque part que prendre les doie, que mienne sera la cité de Beaulande24 et le siege levé malgré Florant et tous les payens qui cy sont assamblez. Mais tant y a qu’il nous convient ceste cose tenir secrete, affin que rien n’en puisse Fregonde savoir que je ne soye ja avant parti, affin qu’elle ne puisse mon voyage empechier. »

  • 25 ms. belande.

27A cest acort furent Robastre et ses compagnons. Et au matin lendemain, sitost qu’il ajourna, fut Hernault armé, monté et prest avant que Fregonde feust de son lit levee. Et, pour abregier, fut la porte ouverte, puis s’en parti et tant esploita sans faire mension de ses avantures que il ariva en Acquitaine, ou il fut assez regardez des ungs qui ja l’aymoient moult, lesquelz le festoierent et conduisirent a pié et a cheval ainsi qu’ilz le rencontroient jusques ou palais, et des aultres parens aliés et amis des oncles Hunault, lesquelz ne lui donnerent salut ne demy si non tout bas. Ceulx la s’asamblerent en ung de leurs hostelz, tandis que Hernault fut mené et conduit ou palais par les .iiii. eschevins mesmes, qui surent sa venue mesmes incontinent. Sy fut grande la feste que les .iiii. eschevins lui firent, et aussi fist le chastelain de la justice. Vous devez penser que assez leur [19r] compta Hernault de ses nouvelles, voire du commenchement jusques a la fin, et comment il avoit intencion de conquerir Beaulande25 par le moyen du secours qu’il leur demanda, a l’aide aussi de Robastre et de ceulx qui en la tour estoient avecq Fregonde. Mais ainsi avint que les trahitours, qui ensamble se conseilloient, pourparlerent ensamble chose, par quoy la besongne Hernault fut mise en delay et l’esperance de Robastre, de la damoiselle et des aultres chrestiens de la tour mue[e] en si grant doubte que bien cuiderent morir. Et convint que le jayant Robastre venist aidier a Hernault et que Pardigon l’enchanteur venist en l’ayde de ceulx du chastel, ou ilz eussent esté perdus.

  • 26 ms. emprison.
  • 27 ms. heent.

28Tout maintenaint que l’acort fut fait a Hernault de l’aler secourir a puissance et que l’en vouloit faire le cry par la cité et envoyer par le pays faire l’armee, viennent leans Fromont et ung sien frere nommé Foucart acompaigniés de grans gens qui tous, ou la plus grant partie, devoient porter tesmongnage de ce que Fromont et son frere devoient devant les signeurs proposer contre Hernault. Sy en congnut Hernault partie et ceulx mesmes qui avoient esté avecqes Hunault lorsque Florant de Beaulande le fist mettre et mener en prison26. Fromont et son frere saluerent les signeurs et dist Fromont : « A vous, biaux signeurs, fait il, nous complaingnons [19v] de Hernault le trahitre, murdrier, qui la est present de nostre nepveu Hunault, qu’il a par sa grant mauvaitié voulu livrer au roy Florant pour sa fille avoir en mariage. Et puis l’a de sa main occis comme faulx et mauvais qu’il est. Et ces choses voulons nous prouver, mon frere et moy, par bons tesmoings et loyaux gens, dignes de foy, qui mentir n’en daigneraient. Et aussi vous requerons qu’il soit mis prisonnier pour tant qu’il a le peuple abusé d’avoir tenu et occupé ceste ville et ce païs, qui en rien ne lui compette. Ainchois appertient aux vrais suscesseurs et heritiers de Anthiaulme de Pavie et de Garin de Monglenne son frere, du quel il se dit estre filz, ce que nous ne devons mie croire. Car par son pourcas pourrait trop de maux venir et pouroit par aventure livrer ceste cité és mains des Sarasins, qui plus nous heent que poison ne het27 triancle. Si vous requerons que pour l’interest que nous poons avoir en la mort de mon nepveu, il soit mis prisonnier, et offrons prouver et soustenir nos fais. »

  • 28 ms.herenault.
  • 29 ms. belande.
  • 30 ms.mesment.

29Moult fut tout le commun esbahy d’ainsi ouïr parler Fromont, et si furent les eschevins et le chastelain. Ilz regarderent l’un l’autre comme ceulx qui ne savoient que penser, puis regarderent Hernault et lui [20r] dirent que sur ce lui convient rendre response. Hernault28, qui adont fut plus vermeil que rose de fin despit et de couroux qu’il eust au cuer, respondi lors : « Ne croyés les gloutons signeurs, fait il, car tout le contraire est verité de ce qu’ilz proposent cy contre moy. Et respondre a la trahyson veez cy mon gage que je presente pour mon corps exposer en bataille contre eulx deux ! Et au jour qui nous sera assigné de combatre vueil je prouver et leur faire par force confesser qu’il n’en est rien et que Hunault me vendi au roy Florant de Beaulande29 par sa grant mauvaistié et que puis que mon corps fut par lui mesmes mis en prison. Je ne le vois, si me soit Dieux en ayde au plus grant besoing que j’aie ! Au regart du surplus, je leur mousteray aussi que je sui filz aisné du noble duc Garin de Monglenne et que a bon droit m’a le peuple tenu a signeur et obeÿ jusques aores, dont je suis content et ne daigneroie faire faulsseté ne trahison contre lui. Si vous requier que mon gaige recepvez et que jour me soit donné pour moy purgier de ce meschief. » Sy fut grant l’argu et debat des deux oncles et de leurs parens et amis, redarguans que bataille ne s’en devoit faire, mesmement30 que promptement offroient prouver leurs fais par bons tesmoingz.

30Grant fut le conseil entre les signeurs et les bourgois. Et finablement appointerent [20v] qu’ilz combatroient, et fut leur journee assignee a .xl. jours ensievant. Pendant lequel temps on ordonneroit le champ et la place, mais chascun tendroit prison jusques adont. Sy fut Hernault tant desplaisant que merveilles, et moult se complaingnoit de fortune qui lui estoit diverse et contraire, pensant a la belle Fregonde et a Robastre son bon amy, qui aucunnes nouvelles ne pooient avoir de lui pour l’empechiement que les trahystres lui donnerent. Sy ne puet mie l’istoire racompter la grant douleur qu’il avoit. Et aussi furent les aultres mis en prison, dont moult leur ennuya, car trop envis se combatoient, pour ce qu’ilz cuidoient estre receus a prouver leurs fais.

  • 31 ms. parler.
  • 32 ms. apparut.

31Ung peu de temps et tost aprés ce que Hernault se fut parti de la tour de Beaulande pour aler en Adquitaine, s’avisa Pardigon, que aultreffois avoit tant aymé Garin de Monglenne, que jamais ne pouroit sa lignie haïr. Il pensa aussi que Robastre avoit long temps esté son compagnon, sy ne lui devoit faillir a ung besoing. Et en ceste pensee conclud de soy partir pour aler veoir comment il leur pouroit aidier. Sy se mist a chemin, et tant exploita qu’il arriva a Beaulande. Et quant il ouÿ parler du siege que on tenoit la devant, il pensa que sans jouer son mestier ne pouroit bonnement [21r] entrer en la tour ne conforter Robastre pour quelque amour il avoit son heritage laissié. Sy se mist a chemin et vint regarder par ou mieulx pouroit soy aventurer. Et en regardant demanda quelz gens estoient leans enfermez et pour quoy estoit la tour ainsi enfermee et assiegee. Sy lui respondi ung payen, qui en le regardant se doubta de lui pour ce que ainsi estoit vestu et habillié comme Robastre : « Pour neant le demandez, fait il, sire viellart, et qui auroit parlé31 a vous a secret, je croy, trouveroit autant de bien en vostre personne qu’il y a en Robastre, qui leans est, lequel a faulsement trahy le roy. » Lors mist cellui la main a Pardigon en l’apellant espie. Sy se fut gaires esbahy Pardigon de soy veoir saysi, pour ce que ja par pluiseurs fois estoit maint pluiseurs aultres dangiers eschappé. Il fut finablement mené devant le roy, qui ne le congnuissoit, et pour ce le fist mettre en prison, ou il fut tout le jour, car au roy ne souvenoit de lui. Et quant se vit en dangier de mort, il dit qu’il ayme mieulx son veu rompre que morir leans. Il conjura les diables adont, et par son art fist les huis ouvrir. Si s’en party si celeement c’onques ne fu apparu32 [21v] jusques a ce qu’il se trouva au pié du mur, dont il appela le guet de la tour, qui ne dormoit mie pour toutes doubtes. Sy fut il bien entré amont s’il eust volu par sa science ou par le diable, qui a tous ses commandemens estoit obeïssant. Et pour abregier la matiere, s’entreconnurent lui et Robastre, qui tous les jours parloit de lui, disant a soy meismes et a la damoiselle que, s’il avoit son compagnon Pardigon avecq lui, il ne doubtroit tous les payens du monde.

32Sainte Marie, comme fut joieux Robastre de son amy Pardigon veoir en sa compagnie ! Il le presenta l’endemain a la pucelle en lui disant que c’estoit cellui que tant desiroit et avoit tous les jours desiré. Sy en fut la demoiselle moult joieuse. Si furent tous les aultres prisonniers par le raport que Robastre leur en faissoit. Et ainsi devez vous savoir que les payens furent moult pensis de trouver leurs prisons toutes ouvertes : si ne seurent que dire ne que penser sinon qu’il convenoit que diables y eussent besongne, comme si avoient ilz fait veritablement. Le roy Florent, dollant en son courage des chestiens qui contre lui se tenoient, fist l’endemain crier l’assault, affin qu’il peust de sa fille faire justice et Robastre avoir pour faire mourir, pour tant qu’il l’avoit [22r] deceu et Hernault mis hors de prison. Sy se mirent adont les chrestiens a deffense le plus asprement que chascun peust. Si se commenchoit fort la pucelle a esbahir quant Pardigon la vint reconforter et lui dit : « N’ayés, fait il, paour, madame, car se tous estoient ceans avecq nous pesle mesle, sy les feroye je tous morir s’il me plaisoist. Et a ce que mieulx vous puissiés congnoistre la verité, vous voeil moustrer ung des gieulx dont je souloie moy esbatre. » Il fist cesser la deffense lors aux chrestiens, qui n’estoient mie trop asseurez, et fist ung charme par magique tel qu’il sambla visiblement au roy Florant et a tous les payens qui donnoient l’assault a ceulx et celles qui le[s] regardoient de dehors, que feu et flambe saillissent de la tour de toutes pars si habondamment que jusques és maisons de la ville se prenoient, et alumoient les estincelles et flamesches, et leur sambloit qu’en peu d’eure eust toute la cité arse et bruie. Sy n’oserent plus monter a mont ceulx qui ja estoient assez hault és eschielles, ains se laissoient cheoir aval és fossez, les ungs sains les aultres malades, rompus et defroissiés, et les aultres s’en couraient hastivement en leurs maisons getter eaue et deffendre le feu qui leur sambloit mervilleux. Sy les... ainsi Pardigon, dont la dame rioit de ce qu’elle... ainsi embesongniés les payens de neant.... Sur toutes riens estoit Robastres plus... nul aultre, car bien savoit que jam[ais]... leur pooit estre nuisant tant comm[e]... [22v] en sa compagnie. Mais quant les payens virent que l’enchantement fut failly et leurs maisons saines et entieres comme par avant, excepté qu’ilz avoient pluiseurs de leurs biens meubles gastez et gettez enmy les rues parmy les fenestres, ilz furent tant esbahis et dolans que merveilles. Et adont se pourpenserent que tout ce venoit par enchantement ou par ouvrage diabolique. Sy n’en savoient autre cose que faire si non maudire Robastre et Hernault, qui tenoit prison en Acquitaine.

Comment Fregonde la pucelle s’en parti de la tour de Beaulande33 avecq Robastre, qui la perdi en alant en Acquitaine querir Hernault

  • 33 ms. belande.

33Peu de jours passez aprés ce que Pardigon fut arrivé avecq Robastre se complaingnirent par leans les ungs aux aultres du noble damoisel Hernault qui tant demouroit. Sy les arraisonna par ung matin Fregonde : « Par Dieu, beaulx signeurs, fait elle, trop m’ennuie. Si doit il faire a ung chascun de vous, qui ceans estes enfermez comme moy, que tant demeure Hernault le mien amy, qui ja a longtemps, comme il me samble, s’est de ceans [p]arti pour aler a secours. Et pour vous esclarcir... de qui me moult de ce dire... ngié qu’il avoit encontre deux veneurs en... par une forest, lesquelz estoient garnis... fort espiel et l’assailloient si desesperam[ment]... trop estoit en grant dangier. Sy n’en... ree et me siet le cuer ou corps aul... ne souloit. Si que je vous prie que [23r] par nuit me faces hors de ceans conduire et mener jusques en Acquitaine, car tant vous dy que j’aime aussi chier mourir que ceans plus demourer sans mon amy veoir, pour ce que trop me doubte de sa personne. » Et quant Pardigon et Robastre entendirent la voulenté de Fregonde, ilz conclurent lors que Robastre la conduirait et Pardigon garderait la tour avecq ceulx qui leans estoient.

34Fin de compte la nuit venue et leur milleur point avisé, fist tant Pardigon par ses charmes et les tours d’ingremance que il les mist hors, voire jusques a sauveté, car il endormy ceulx de l’ost et, en soy retournant, prist et charga ses compagnons de vitaille ; ne jamais il ne feust affamé tant comme ses ennemis eussent eu a mengier. Sy cheminerent Robastre et Fregonde celle nuit tant que l’endemain ariverent en ung bourc assez loing de Beaulande, ou ilz prirent des vivres et ne voulurent mie la endroit sejourner pour toutes doubteuses avantures. Sy avint au bout de deux jours, a ung merquedi matin, ainsi que racompte l’istoire, qu’ilz ariverent en une ville passant, en la quelle avoit ung fort chastel comme a .v. ou .vi. lieues de Acquitaine. Et leans demouroit ung chastellain tenant grant seignourie, lequel, en passant par devant l’uis d’une taverne, apperceut Robastre assis devant Fregonde, qui tant belle lui sambla que merveilles. Sy s’aresta la le chastellain et lui demanda ou il avoit chargié celle damoiselle et ou il la menoit. Robastre, qui grant estoit, [23v] fort et puissant, acompagnié de son tinel seulement, lequel il avoit apuié contre une cheminee, oyant le chastellain, qui la damoiselle regardoit ententivement, lui respondi : « A vous, qu’en est, sire vassaulx, fait il, venez avecq nous jatost, quant disné aurons. Si saurez ou je la menray, car ja aultre response n’en sera de par moy donnee. »

  • 34 cuides biffé.
  • 35 aultres répété.

35Moult fut ly chastellain dolans quant Robastre ne daigna a lui plus humblement parler. Il s’en parti lors et s’en retourna en son chastel et appella .x. de ses hommes pour venir en son ayde, et moult menasse Robastre de lui oster la damoiselle. Puis s’en revient en l’ostel, ou il avoit laissé Robastre, qui avoit aucques disné, et dist a ses variés qu’ilz prenissent la pucelle et que il n’appertenoit mie a ung tel villain de la mener. « Vous mentez, fait lors Robastre au chastellain villain, ne suis je mie, sy le vous cuide34 ore endroit moustrer. » Lors prent son tinel, et aussi legierement le paulmoie et manie comme ce fust ung petit levier. Sy s’en merveilla moult le chevalier, et si firent les aultres35, qui oncques n’oserent main mettre a la demoiselle. Et lors s’en issi le chastellain dehors pour le peuple assambler, dont en peu d’eure y vint foison, et tant que la maison en fut comme plaine. Sy s’en parti Robastre d’illecq et se mist en la rue pour mieulx soy deffendre, et tellement esploita illecq sa force et son courage que plus de .xv. en mist mors devant lui, dont [24r] le chastellain fut tant dolant que il mist du tout en oubly la damoiselle. Et adont vint l’ostesse, qui dolante estoit de ceste avanture, vers la pucelle, qui toute esperdue estoit, et la destourna en sa chambre, affin que nul desplaisir ne lui feust fait. Et finablement, durant icellui triboul, lui despoulla sa robe a la requeste de Fregonde et lui bailla robe et vestement donné, puis l’amena en son jardin et lui habandonna les champs pour tirer a tel chemin la ou adventure la pouroit mieulx et plus sauvement mener. Et ainsi perdi Robastre celle que bien cuidoit amener et conduire a sauveté. Sy n’en savoit Robastre aucunne chose ne ne sceut d’icy atant que la place lui fut par force delivree.

36Sy longuement dura le debat que chascun s’en ala son chemin, et dirent les ungs aux aultres que ce n’estoit mie ung homme mais ung diable infernal. Et quant chascun le laissa, aussi fist le chastellain, qui pou y eust prouffité. La nuit approuchoit aussi. Si s’en revint Robastre a son hostesse, voulant payer son escot et querir Fregonde, qui ja estoit ou pooit estre eslongiee de deux lieues, mais quelle part ne savoit mie l’ostesse. Et quant Robastre le seust, il fust tant dolant que merveilles. Il se plaingny qui ainsi l’avoit mal adrechié, il se courouca a l’ostesse, et a peu qu’il ne la baty pour tant qu’elle n’avoit la damoiselle retenue. Puis se revint et pensa [24v] qu’elle n’en pooit mais. Et quelque heure qu’il feust se parti, cuidant que la demoiselle alast le grant chemin d’Acquitaine. Sy espoita tant qu’il y aryva, car n’y avoit mie grant chemin. Et affin que nul n’eust de lui paour, getta son tinel és fossés, ad ce qu’il ne fust mie tant regardé du monde. Il ala et vint par la cité longuement et finablement ne trouva en toute la rue qui herbegier le voulsist si ne ung hostelher qui en son hostel recepvoit toutes gens. Cellui hostellier ne pensoit mie qui estoit Robastre, et non pourtant se devisa longue pièce avecq lui jusques a une heure certaine qu’il ariva ung homme charbonnier qui, pour sa vie gaignier, amenoit vendre du charbon en la ville. Et quant il vist Robastre, il le congnut legierement, car il estoit du village ou le chastellain demouroit par qui Fregonde avoit esté adiree.

  • 36 jayant répété.
  • 37 ms. quil.
  • 38 ms. mappeller.
  • 39 ms. emprison.

37Quant le° paisant choisi le jaiant Robastre, il fut comme tout esbahy, appella l’oste lors et lui dist tout ce que en lui et de lui avoit veu et du chastellain pareillement. Sy n’en fut mie l’oste trop asseurez et non sans cause, car le charbonnier lui avoit dit plainement que ja ne se logeroit en son hostel ne homme nul de la ville dont il estoit tant comme cellui jayant36 y feust logié. A quoy l’oste respondi que tantost comme il averait disné, il se deslogeroit. [25r] Sy se parti l’ostelier, et tant fist que il trouva le chastellain de la justice en son hostel. Et lui dit : « Il a en mon hostel, sire, fait il, ungs homs grant, a merveilles gros, a l’avenant fourny, lourt et mal fait. Ne say mie qu’il est, dont il vient ne qu’il va querant, mais tant vous dy je bien que mieulx samble murdrier et larron qu’il ne fait estre preudomme. Or est ainsi que je loge pluiseurs gens : sy doy garder les ungs aussi bien comme les aultres, et a vous appertient en especial la congnoisance de telz gens. Sy vouldroye bien s’il vous plaisoit que vous eussiés cellui mandé devant vous ou que jusques a mon hostel feussiés venu pour l’oïr parler, car je vous feray faire informacion par ung charbonnier qui il est et de quoy il se scet entremettre quant il est au village. » Le chastellain, qui gracieux homs, sages et courtois estoit, respondi lors que voulentiers yroit. Sy prist jusques a .x. sergans et vint a l’ostel du bourgois, ou il trouva Robastre, qui encore seoit a table et qui pour peu n’estoit mie assouvis, car grant, gros et materiel estoit. Salua Robastre lors assez courtoisement, et Robastre lui, qui bien apperceut qu’en sa personne avoit grant raison. Sy lui demanda le chastellain qui37 il estoit. « Mon Dieu, sire, celui respondi Robastre, je sui ungs homs couroucés, qui ne puis oïr nouvelles d’un homme pour qui je sui en queste et ad ce que ne cuidiés que je me vueille celer. On m’appelle38 [25v] Robastre, homme d’un noble damoisel nommé Hernault, filz de Garin de Monglenne, que je servi long temps a. Or fut cellui Hernault, ou deust estre signeur d’Aquittainne, se par aventure ung traître nommé Hunault ne l’eust trahy et vendu aux payens, lesquelz le mirent en prison39, dont ja ne fust issu sans l’aide d’une damoiselle et de moy, qui gaignasmes une moult forte tour en la cité de Beaulande, et la feusmes assegiés et sont encore ceulx qui nous furent en ayde. Sy s’en party Hernault pour aler au secours, mais ne savons ou. Et pour ce que ja y a prés de .vi. sepmaines, me sui party de la tour pour en oïr aucunnes nouvelles dont je peusse estre esjoÿ. »

  • 40 presenter biffé.
  • 41 ms.empresent.
  • 42 ms. affaire.

38Moult fut joyeulx le chastellain de la justice d’Acquitaine quant il vit et oy parler Robastre, dont pluiseurs fois avoit oy faire mension du temps de Garin mesmes. Il le recueilly doucement lors et le mena en son hostel, ou il fist venir et assambler les .iiii. eschevins qui la cité gouvemoient, puis leur exposa ce que Robastre lui avoit racompté. Sy s’en mervillerent assez, et pour ce que le temps du jour assigné pour combatre aprochoit, ilz firent illec amener Hernault et si manderent les deux freres, affin que justice fust a chascun faitte et gardee. Et quant Hernault apperceust son bon amy Robastre, il fut plus joyeux que raconter ne sauroit l’istoire, et en signe d’amours lui mist les bras au col et le baisa. Puis lui demanda nouvelles de la chose que il aymoit mieulx en ce monde. [26r] Alors lui compta Robastre tout ce qu’il en estoit, comment Fregonde avoit songié qu’il se combatoit contre deux veneours, lesquelz estoient garnis de deux fors espieulx, pour quoy elle se volu partir de la tour avecq lui, et comment il l’avoit perdue par le debat du faulx chastellain qui la lui vouloit tollir. Sy s’en desconforta trop Hernault, et plus eust fait quant Robastre le rappaisa, disant que son hostesse l’avoit de vestemens donné, habilitee et vestue et qu’elle ne se pouoit estre fourvoye[e] en maniere qu’elle ne arivast en la cité cellui jour. Atant tindrent les signeurs leurs parlement sur le fait de la justice, et proposa le chastellain, presentes40 les parties, et oyant Robastre tout le cas pour quoy le champ devoit estre fait au jour de .vi. sepmaines, qui n’estoient mie encores escheve[e]s. Et quant Robastre eust tout bien entendu, il demanda congié de parler, et on lui otroya : « Or, beaulx signeurs, fait il, par vostre propos Fromont et Foucart son frere, qui cy sont presens, ont accusé Hernault de trahyson en maintenant qu’il a volu trahir Hunault et livrer au roy Florant pour sa fille Fregonde avoir a mariage, et mettent de fait et veullent, ou ont volu, prouver que Hernault, qui cy est, tua et fist mourir Hunault, et aultres choses pluiseurs que cy avez recite[e]s, pour quoy Hernault et eulz d’eulx se doivent combatre en champ a oultrance, les deulx pour soustenir ce que dit est et lui seul contre eulx [26v] deulx pour soy purgier et deffendre du cas qu’ilz lui opposent. Sachiés, fait il, beaulx signeurs, que de tout ce say je tout le voir. Sy le vous racompteray cy en present41. Je vous dy qu’a moy seul doit ceste bataille estre bailliee a faire42 contre eulx deulx et non mie a Hernault, qui couppe n’y a. Sy la vous requiers, car je occis de ma main Hunault le trahitre desloyal en ung bois ou il se vint confesser a moy comme homme perdu et esgaré qu’il estoit. Et par la confession qu’il fist, ay je tout son gouvernement sceu, tout son estat, et sa vie qu’il a usee en trahison et mauvaitié. Si ne se doivent les deux trahitres prendre ne combatre sinon a moy qui leur oncle feis morir. Et aussi feray je [le verbe manque] eulx et leur feray dire et confesser la grant trahison et mauvaitié qui est et estoit en Hunault et en eulx. »

  • 43 a inséré au-dessus de la ligne.

39Et quant longuement eust Robastre parlé, adoncq parlerent les trahitres et pour eulx deffendre respondirent par la bouche Foucart, qui cault et malicieulx estoit et dit : « Vous savez, biaux signeurs, cuy [sic ?] juge[r]. Quant il a son apointement donné, il ne le puet ne il ne le doit par raison muer ne revocquier. Veez cy Hernault, que nous avons accusé et acusons de la mort de nostre oncle Hunault, et avons pris et accepté jour pour prouver nos fais contre lui, qui s’est offert de soy deffendre contre nous deux. Or voit il [27r] maintenant qu’il a43 tort, et pour ce a il mandé ce grant villain que nul ne congnoist ne qui n’est mie a la valeur de soy trouver en champ contre gens de parages. Nous vous respondons que le jour venu nous sommes prest[s] de fournir et entretenir l’appointement par vous premier fait, et requerons pour ce qu’il se vante d’avoir occis Hunault qu’il soit mis en forte prison jusques au jour que nous devons combatre. Et se Hernault est par nous vaincu et subjugué, qu’ilz soient tous deulx pendus au gibet. »

40Amablement il fut ainsi conclud par l’oppinion des .iiii. eschevins et de pluiseurs bourgois illecq assistens, pour ce que de grant lignage estoient Fourmont et Foucart et que Hernault et Robastre estoient illecq tous seulx. Si leur en despleut assez neantmains se amendement en eussent peu avoir, mais atant se taist l’istoire d’eulx et parle de la damoiselle.

41Comment Fregonde pourchaça la delivrance de son amy Hernault et de Robastre le gayant.

42Or dit l’istoire que, quant Fregonde se vit vestue a guise et usage donné et elle fut aux champs ou chemin que son ostesse lui avoit ensignié, elle chemina jusques a ung petit halier qui en son chemin estoit et la se destouma jusques a ce que la fureur du chastellain, qui l’avoit volue ravir, et le debat des paysans peust a son advis estre passé et appaisié. Et ce temps pendant prioit Nostre Signeur pour Robastre. Sy se parti et [27v] tant esploita au mieulx que elle peust qu’elle arriva ainsy desguisee qu’elle estoit en Acquitaine. Mais ja estoit si tart qu’il la convint logier chiés ung bourgois, qui a sa femme racomptoit le procés d’entre Robastre et Hernault contre les deux trahitres freres. Sy emprist la bourgoise a souspirer pour l’amour de Hernault, que aultrefois avoient tenu a signeur. Sy escouta la pucelle toutes ces parolles sans en faire aucun samblant, mais plus dolante creature n’avoit en la cité qu’elle estoit. Elle fut souppee au fort et couchee en .i. lit ou elle n’osoit a son gré soy complaindre, ne elle n’eust sceu a qui, jasoit ce que bien y eust de quoy. Et ne fust tout son repos icelle nuit que de dueil et de gemissemens qui du cuer lui sourdoient, et sans cesser entroit de pensee en aultre sans dormir ou clore l’oeil jusques au point du jour, qu’elle ne savoit quelle conclusion faire d’elle. Et s’avisa en soy, louant que a Pavie la cité avoit Hernault ung fier oncle avecq ung sien frere, que elle lui avoit pluiseurs fois ouÿ nommer, ausquelz celui, sambla elle, ne pouroit ou devroit faillir a secours, et delibera que la yroit racompter l’outrage c’on faisoit a son amy et a Robastre, qu’on detenoit prisonniers. Et lors s’eleva, vesti et chauça, puis agrea son hostesse, et ainsy comme a soleil levant prist congié demanda le chemin et s’en parti. Sy exploita tant par ses journees, [28r] sans avanture contraire trouver dont il soit besoing de faire mencion, qu’elle vint a Pavie.

  • 44 ms. apperchurent.

43Or estoit une bourgoise, riche hostelliere, joyeuse et jone a son huis assise et vit par la grant rue venir Fregonde tant lasse et vaine de cheminer que merveilles. Sy apperchut44 sa face tant belle et coulouree que nulle plus, et moult lui pleust sa grant beaulté, et par ce fut meue de l’arrester. Si l’araisonna en lui disant : « Mon amy, je croy que vous soyés las de cheminer et que bon mestier avez de repos. Venez ceans logier, car je vous feray bonne chiere. » La pucelle Fregonde, qui pour celle heure n’avoit d’autre rien plus grant mestier, entra en l’ostel et s’assist devant la dame, qui toute sa cure mist a la faire servir par ses gens et moult ententivement pensoit a sa grant beaulté regarder. Mais la demoisellle buvoit et mengoit en songant comment elle pouroit avoir nouvelles de Millon le frere Hernault. Elle araisonna l’ostesse adont se Anthiaulme le signeur de Pavie estoit en son palais. Sy lui respondi l’ostesse que voirement y estoit il. « Or me dittes dont, dame, se vous congnoissiés homme de sa court a qui je me peusse adrecier pour avoir nouvelles de ce que je demande. — Certes, beaulx doulz amis, ce respond lors l’ostessse, si fais assez, et moy mesmes par avanture vous adreceray tellement que bienporez estre comptent se me dittes a qui vous avez a besongnier. » Lors dit Fregonde : « Vostre merchi, dame, j’auroie bien mestier [28v] de congnoistre ung jone damoisel extrait de noble lieu nommé Millon, lequel est nepveu du signeur de Pavie, car a lui sui par deça envoyé pour aucunnes choses touchans son grant bien et honneur ; si sauroie volentiers ou je le poroie trouver. — Par Dieu, sire, ce respond lors la bourgoise, vous parlez d’un gentil signeur, et croy que vous venez de Puille par deça lui aporter par avanture nouvelles de ses amours. Sy est par deça tout le monde joieux de son avancement, et dit l’en que le duc de Calabre et de Puille lui a sa fille acordee en mariage. Si ne poroit fille d’un grant signeur estre mieulx assignee que a lui. Je l’ay huy veu chevauchier par cy devant pour aler en gibier, dont il revendra jatost comme je pense, et porez a lui parler en son hostel mieulx que jamais, car on ne garde le jour qu’il se doit partir pour aler soy marier et querir femme. »

  • 45 ms. il.
  • 46 ms. leur.
  • 47 ne répété.

44Fregonde, oyant bonne nouvelle de ce qu’elle aloit querant, se reposa illec jusques a deux heures aprés midi ou environ, qu’elle pensa que on eust a la court pieça disné. Puis s’en parti au congié de son hostesse, vint ou palais, demanda l’ostel ou domicilie de Milon le damoisel, et on lui ensigna. Mais elle45 trouva son46 huis clos. Sy atendi tant c’un escuier l’ouvry pour en vuidier, et lors lui demanda Fregonde s’on pouroit parler a Milon. L’escuier regarda ung peu Fregonde, puis lui dit que non aumains a icelle heure, car encor estoit il a table, ou il s’esbatoit a ouïr chanter au son d’une harpe et que [29r] nul n’entroit en sa chambre durant son disner s’il ne jouoit ou servoit d’aucunne joieuseté. « Par foy, amis, ce respondi Fregonde. Pour ce y suy je venu ne ja n’y querroie entrer se n’estoit pour lui aporter quelque chose nouvelle. — Sy n’y perdrez riens, ce lui respondi l’escuier, car il est a ceulx qui lui donnent esbatement large et habandonné. » Adont lui fut huis ouvert et le mena l’escuier jusques a la table ou encores seoit Milon, que, quant l’escuier lui eust presentee, lui demanda que il estoit, dont il estoit et de quel mestier il savoit servir. Fregonde, qui ne lui vouloit mie dire son fait vulgarement mais a face, et lui respondi lors courtoisement : « Tantost le saurez, monsigneur, fait elle, mais je ne voeil mie vostre disner empechier. Et n’est, comme on dit voulentiers en commun parler, sy beau jeu comme aprés disner. » Sy fut Milon si content de ceste parolle qu’il se prist a rire, cuidant estre moult esjoÿ au lever de table. Il commanda comment que ce fust qu’on feist seoir le varlet qui ainsi avoit parlé, et lui envoya le plat de viande qui estoit devant lui. Et lors fut plus joieuse Fregonde c’onques mais, disant a par elle qu’elle ne47 pooit mal avoir employé ses amours en tel linage comme cellui qu’elle veoit la.

45Aprés disner furent graces dittes par ung chappellain qui la fut, puis se leva Milon et regarda Fregonde vers lui venir lui demander s’il lui plairoit oïr ce que elle lui vouloit dire. Et il lui dit que oÿ. Adoncques le tira Fregonde a une fenestre et, sans faire long procés, car vous avez [29v] ja tout ouÿ cy devant, lui racompta de chief en chief tout son fait jusques a la fin, dont Milon fut joieux et dolant. Il fut joieux de veoir la damoiselle et d’oïr et savoir son bon voloir et sy fut dolant pour son frere et pour Robastre qui ainsy estoient empeschiez. Il osta son chappel lors, embrassa Fregonde la damoisellle et lui dit : « Ma seur, vous soyés bien venue, et mon frere ait bonne aventure. » A ces paroles prist la damoisellle par la main, la conduisi en la chambre de la ducesse son ante, la quelle advertie de ce que dit est, lui fist si grant chiere que bien en fut la pucellle contente. Et adont fut le frere Garin de Monglennne nommé Anthiaulme de Pavie mandé pour veoir Fregonde et savoir de ses nouvellles, qui tant lui pleurent que incontinent toutes choses et besongnes especialles ou necessaires [furent] laissiees. On manda gens de toutes pars, et commanda l’en par la cité que chascun qui faire le devoit et tenu y estoit fust prest en armes et chevaulx pour aler avecq Milon. Si en furent trouvez plus c’on n’eust cuidié en peu de temps, pour ce que ilz pensoient a aler en Puille au mariage de Milon, qui puis fut duc de Calabre et de Puille. Et quant le jour c’on leur avoit donné fut venu, ilz se trouverent ensamble soubz Pavie et se partirent en armes et chevaulx, chevauchans droit vers Acquitaine. Sy s’en taist un petit l’istoire et parle de la bataille des trahitres qui Hernault avoient acusé.

Comment Robastre fut estably a faire le champ [30r] contre les deux trahitres, qui furent par lui desconfis

  • 48 ms. emprison.
  • 49 ms. dautres.

46Robastre et Hernault, veans eulz rebouter en prison48, pensans au siege qui estoit devant Pardigon et a Fregonde dont aucunne nouvelle ne savoient, furent — comme savoir le devez — moult dolans non mie pour ce qu’ilz eussent paour de combatre mais que trop leur ennuioit la journee qui si longue estoit. Au fort le jour vint que le chastellain avoit bien en memoire pour l’amour de son signeur. Il manda les eschevins lors et sy assambla des bourgois ungs et aultres pour soy conseillier lequel feroit le champ contre les deux freres, pour ce que Robastre l’avoit requis, disant que a lui devoit appertenir par les propos qu’il avoit fais. Et d’aultre49 part soustenoient les deux freres que ilz n’estoient tenus de combatre sinon a Hernault par ce que premierement avoit esté dit et ordonné en justice. Ces choses pour briefté racomptees par le dit chastellain devant les quatre eschevins et bourgois ensamble illecques convoqués, debatu[es] par les ungs comme parens et amis des trahitres et respondu[es] par aultres bien vueillans de la ville, fut dit et prononcié que Robastre ferait le champ mesmement qu’il se vantoit d’avoir occis Hunault en deschergant le damoisel Hernault, consideré aussi par les sages que Garin de Monglenne, pere de Hernault, et Anthiaulme son oncle, ausquelz par droite et directe successsion appertenoit [30v] l’eritage. Pour quoy Hernault se vouloit combatre leur en porterait en aucun temps aucunne rancunne et en pouroit ou temps avenir aucunne cose demander de quoy par avanture ilz ne sauraient ou poroient chevir, mais s’en poroit ensievir leur desercion totalle. Sy fut lors envoyé quérir Robastre, le quel estoit tant dolant que merveilles en la prison du jeune damoisel Hernault, qui se vantoit du champ faire contre les deux freres.

47[espace laissé libre pour illumination]

Comment Robastre le jayant desconfit Frommont en champ et Foucart pria mercy et fut pendu comme trahitre

  • 50 Allusion à la Chanson de Guillaume.

48Les deux trahitres furent mandez de pareillement, et fu commandé c’on les amenast tous prest[s] et armez comme pour soustenir ce qu’ilz avoient maintenu par avant a rencontre de Hernault. Et pour abregier fut premier ataint de sa prison Robastre et amené en champ, la teste tant seullement armee, et ung baston ou piece de bois qu’il choisy et prist en my une rue en passant, lequel [31r] il aloit de main en aultre paulmoyant comme Renouait au tinel50, qui depuis vint en grant bruit. Or devez vous penser que moult furent les deux freres esbahis quant ilz veirent enmy le champ : chascun d’eulx volu[t] soy deffendre et dire que justice ne leur tenoit mie ce que promis leur avoit. Mais le chastellain leur respondi que ilz se meissent a deffense se bon leur sambloit et que aultre chose n’en auroient. Si leur vint Robastre lors, son tronsson de bois paulmoyant, et tant les aproucha que deffendre les convint. Mais trop eurent courte duree, car Robastre s’aproucha de Fromont et fery d’estoc son ceval ou front par devant si que tout versa enmy le champ, et laissa cheoir le merrien de bois sur Fromont tellement que tout craventa. Ce veant Foucart, qui lui pria legierement mercy et recongnust la trahison et tout a l’onneur de Hernault, qui a la congnoissance fut mandé et getté et mis hors de prison, dont pluiseurs eurent joye. Et pluiseurs aultres eurent desplaisir pour l’amour de leurs amis. Et croit l’istoire que se Hernault se fust seul trouvé ou champ contre les deux comme fist Robastre, la bataille eust duré par avanture plus longuement, car bon droit a tout jours bon mestier d’aide.

  • 51 Allusion à la Prise d’Orange.
  • 52 ms. uillainement.

49La bataille ainsi vaincue comme dit est fut Foucart pendu, comme estre le devoit et ses pleges parens et amis deshonnourez. Hernault [31v] fut pris et solempnellement conduit et mené ou palais, receu et tenu a signeur, dont il ne volu[t] puis gaires jouir, car il conquist la cité de Beaulande, dont puis toute sa vie porta le non et si espousa Fregonde la bonne damoiselle. Et en elle engendra Aymery de Nerbonne, qui puis fut tant vaillant qu’il des-confist de France le pere Renouait au tinel et de Guibourt, que Guillaume d’Orange conquist depuis maugre le roy Thibault de Arrabe, qui ja l’avoit accordee et fiancee51. Et si fut Robastre moult prisié et aymé du commun peuple pour l’amour de leur signeur Hernault, pour qui il s’estoit si vaillanment52 deffendu. Hernault ne volu[t] mie mettre sa vie en oubly et non fist Robastre Pardigon son compagnon, qui en la tour de Beaulande estoit enfermé. Ilz firent assambler gens de toutes pars, et sans aucuns repos les commanda Hernault mettre aux champs. Si s’estoit ja l’ost tout comme apresté quant la ariva ung messsagier de par Anthiaulme et Milon, lequel s’adrecha au chastelain et lui dist que la venoit Anthiaulme pour la ville assiegier, s’on ne lui portoit les clefs et c’on lui rendist son nepveuz Hernault et Robastre.

  • 53 ms. ses.
  • 54 ms. affaire.

50Le chastellain, auquel ces53 commandemens s’adreçoient, fut moult joieux et dit au messsagier, qui telles nouvelles apportoit, que ce n’estoit mie a lui a faire54 et que ja estoit Hernault en possession de la cité, Robastre delivré de prison et les trahitres desconfis et pendus aux fourques. Sy mena lors le messagier devers Hernault, qui moult fut [32r] joieux des nouuelles ouïr et sur toutes riens desiroit son oncle et son frere veoir. Sy ne se post mie tenir qu’il ne demandast au messagier qui avoit meu son oncle et son frere de le venir secourir. « En non Dieu, sire, ce respondi le messagier, ce fist une jone damoiselle qui ne gaires arriva en Pavie vestue a guise d’omme, la quelle ne s’est oncques volu deporter qu’elle ne soit venue en l’asamblee, disant que jamais joie parfaitte n’aura au cuer tant que veu aura vous en especial et Robastre, duquel elle dit du bien assez pour vostre amour. Sy congnoissent assez vostre oncle et vostre frere cellui Robastre, et moult leur tarde qu’ilz le puissent veoir pour la grant courtoisie qu’il vous a faitte. — He Dieux, dist lors Hernault, tu soies graciés que ce que je desire m’envoies a souhait. » Il demanda son cheval lors, et on lui amaine. Puis s’en part hastivement, et Robastre aprés lui de pié, son baston en son poing gisant sur son espaule, car mie ne le veult laisser. Sy ne chevaucha gaires loings Hernault qu’il veist les banieres ventelans, les armes cleres reluire et estinceler contre la lueur du soleil. Mais tost l’avisa son frere Milon, lequel poingny contre lui, et sy fist la damoiselle Fregonde, qui rien tant n’aymoit en ce monde. Elle se avancha gracieusement en picquant le bon palefroy une petite ambleure plus tost que aultres fois. Sy ne lui mesadvenoit mie, car duitte estoit de chevauchier et galoper ung destrier a besoing, et bien sambloit estre de noble [32v] lieu extraite.

51Premierement encontra Hernault son frere Milon, qu’il salua seulement a icelle fois, car il veoit ses amours venir. Et quant il et la pucelle se furent entraprochiés, lors n’y eust cuer qui ou corps ne risist, si que il n’y eust ou ventre entraille qui n’en fust esjoyé. La ne furent mie espargniez les baisiers, mais joieusement donnez et receux. Sy y vint d’une part Robastre et d’autre part Milon et Anthiaulme pour leurs amis festoyer. Et aprés celle encontre premiere fut la damoiselle menee en la cité et les bourgois et bourgoises apppareilliez pour leurs signeurs venir recevoir et festoyer.

52[demi-page laissée libre pour illumination]

53[33r] [tiers de page laissé libre pour illumination]

Comment Fregonde la pucelle fut baptisee et comment Hernault l’espousa a grant solempnité en Acquitaine la cité presens son oncle et son frere

54Et pour abregier fut la pucellle baptisie et espousee a Hernault, qui tout son plaisir en feist et engendra en elle Aymery, qui puis conquist Nerbonnne la rice cité, que de France le grant tenoit. Et fut moult noble la feste et rices les dons qui furent a Fregonde presentez.

55Puis ne demoura gaires que les princes menerent leur puissance en Beaulande, qu’ilz conquirent legierement par la tour, ou estoit Pardigon l’enchanteur, et par Robastre, qui tant fist mourir de payens que merveilles. Et quant les payens veirent leur ville assaillie de toutes pars et l’entree ouverte par la tour, ilz n’y seurent remedier. Si adviserent que mieulx les valoit chrestiener que mort recepvoir. Sy se rendirent ceulx qui ceste [33v] volenté eurent et se firent chrestiener, et depuis servirent ilz a Hernault jusques a la fin en grant obeïssance. Et il les maintint et gouverna si doulcement c’onques n’eurent cause de eulx plaindre de lui.

56Aprés la conqueste de Beaulande se departirent les compagnies et s’en ala chascun en son pays. Et en cellui an fut Millon espousé a la damoiselle de Puille, qui de lui eust deulx enfans masles dont l’istoire ne fait cy aucunne mension. Et ainsi fut puis appellé Mille de Puille. Il fist moult de beaux fais en son temps et tint la terre et le pays que bien garda contre les payens tant comme il vesqui. Et se taist cy l’istoire de Hernault et de Milon et parle des deulx aultres freres, qui Charlemaine servoient a Paris.

57Cy fine l’ystoire de Hernault et de Millon son frere.

Notes

1 ms. esse.

2 ms. sine.

3 Au-dessus de ce vers est écrit d’une main postérieure Ryme.

4 ms. moustrent.

5 ms. damoiselles desquelles.

6 ms. porter

7 ms. set.

8 ms. seroye.

9 ms. tables.

10 ms. embas.

11 ms. se.

12 ms. mesment.

13 ms. belande.

14 ms. mesment.

15 hommet biffé.

16 ms. emprison.

17 ms. sara.

18 ms. la.

19 ms. tout.

20 ms. considerer.

21 efforca biffé.

22 ms. emprison.

23 ms. belande.

24 ms. belande.

25 ms. belande.

26 ms. emprison.

27 ms. heent.

28 ms.herenault.

29 ms. belande.

30 ms.mesment.

31 ms. parler.

32 ms. apparut.

33 ms. belande.

34 cuides biffé.

35 aultres répété.

36 jayant répété.

37 ms. quil.

38 ms. mappeller.

39 ms. emprison.

40 presenter biffé.

41 ms.empresent.

42 ms. affaire.

43 a inséré au-dessus de la ligne.

44 ms. apperchurent.

45 ms. il.

46 ms. leur.

47 ne répété.

48 ms. emprison.

49 ms. dautres.

50 Allusion à la Chanson de Guillaume.

51 Allusion à la Prise d’Orange.

52 ms. uillainement.

53 ms. ses.

54 ms. affaire.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter