Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

Appendices

Texte intégral

Quelques dictons

1A paine puet cellui gagnier qui en son cuer a deux paires de penses. (f° 59v)

2Assez acorde qui ne dit mot. (60v)

3Bon cuer ne puet ou doit mentir. (f° 81r)

4Bon droit a tout jours bon mestier d’aide. (f° 31r)

5Bonne amour fait maint homme souvent foloier. (f° 106r)

6Femme qui donne s’amour habandonne. (f° 117v)

7Grant fortune ne puet mie tousjours ou longuement durer ; sy n’est mie sage qui trop s’i fie. (f° 54r)

8Il n’est pas par avanture couchié qui aura malle nuit. (f° 50v)

9Il n’est rien, quant femme le veut entreprendre, de quoy elle ne viengne a bout ; c’est par un art qu’elle scet plus que le diable. (f° 16r)

10 Lever matin n’est mie le plus grant eur du monde. (f° 145)

11L’omme ne vault que tant qu’il se fait valoir. (f° 66v)

12Moult sont de maulx pluiseurs fois avenus par femme. (f° 100v)

13N’est sy beau jeu comme aprés disner. (f° 29r)

14On ne doit mie tant soy entremettre d’une chose qu’elle puisse tourner a ennui. (f° 113v)

15Quant la chose est faitte, le conseil en est tout d’une part. (f° 62r)

16Qui bien ayme, il ne dort mie le tiers de la nuit. (f° 104v)

17Sens et jonesse ne sont mie longuement ensamble. (f° 69r)

18Sy vaille a chascun son avanture ce qu’elle poura valoir. (f° 136r)

19Une farine est une fois pestrie, c’est fort de jamais la rebouleter. (f° 62v)

20Ungs homs desmessurez et hors d’atrempance ne puet l’on trop chastïer. (f° 122r)

Distiques

21A paine puet homme changier ses meurs
Quant il devient agé, chanu et vieus. (f° 121r)

22Cellui est fol qui cuide avoir se eur
Estat pour tant s’il a propice ceur. (f° 267v)

23Celui qui ne se voeult chastïer par belles et douces paroles
Doit estre pugny par layde et aspre corection. (f° 169v)

24C’est moult grant sens d’abandonner la place
Au furieux a la leonesse face. (f° 97v).

25Cil est eureux qui dispose sa vie
A pais sans ce qu’il ayt de guerre envie. (f° 106r)

26Cil n’est pas sage qui fortune ne doubte,
Car par ce sont mains de ceux somme toute. (f° 133v)

27Cil qui ne craint fortune n’est pas sage,
Car mains conduit souvent a dur passage. (f° 80r)

28Conseil secret d’un homme a femme apart,
Presens les gens, le bon renon s’en part. (f° 117v)

29Cuidier deçoit, souventeffois avient,
Par trop fier voy je que grant mal vient. (f° 142r)

30Diligence, grant soing et souvenir
Font souvent l’omme a hault bien parvenir. (f° 269v)

31D’omme orguilleux en cuidier affichié
Ne craint peril, mais tost y est fichié. (f° 169v)

32D’umilité vault trop mieulx le supploy
Que d’estre mis par force en mauvais ploy. (f° 163v)

33Entendre que c’est de gaber
Vault autant comme de flaber. (f° 193v)

34Entre les moines et abé d’un couvent
Meult des debas par faveur moult souvent. (f° 245r)

35Estre advisié sur les choses doubtables
Fait prendre soing sur les plus prouffitables. (f° 272r)

36Fais dissolus quelqu’en soit la plaisance,
En la parfin tournent en desplaisance. (f° 243r)

37Falace n’est nulle a paine si caulte
Que apperceue ne soit d’aucun sans faulte. (f° 93r)

38Fol est cellui qui cuide sa malice
C’on dit celler comment qu’il la police. (f° 138v)

39Fol hardement dechoit souvent son maistre
Par trop cuidier fort puissant ou sage estre. (f° 77v)

40Homme bourdeur de menteur mescreu,
Quant il dit voir, a paine est il creu. (f° 175r)

41Humilité en riche homme bien sciet.
Plus se tient bas, tant plus hault on l’assiet. (f° 76r)

42Il vauldroit mieulx a moyen estat tendre
Que le trop grant toute sa vie attendre. (f° 227r)

43Laissier aler de son droit mainte fie
Il est pas foleur mais sens, je vous affie. (f° 135v)

44L’amour qui vient simplement d’une part
Ne puet longtemps durer, ains se depart. (f° 99r)

45Le fel parler de matiere hayneuse
Atrait response despitte et rancuneuse. (f° 139r)

46Les bien d’autrui acquerir mal a point
Font ame et corps souvent mettre en dur point. (f° 256r)

47Le temps perdu ne puet on recouvrer
Pour ce, tandis qu’on la doit l’en ouvrer, (f° 112v)

48Le vray repos ne gist mie en l’avoir
Mais seulement en souffisance avoir. (f° 226r)

49Loiseux plaisir, quoy qu’il face a blasmer,
N’est pas leger a desacoustumer. (f° 180v)

50Louer autrui puis blasmer par usage
N’est mie signe d’estre vaillant ne sage. (f° 162v)

51Mauvais conseil croire et amer flateurs
Engendre erreur, ce dient les aucteurs. (f° 210r)

52On avoit souvent repentir mains
De mettre aux piés ce qu’il tienent aux mains. (f° 149r)

53On doit bien haÿr le soulas
Dont on dit en la fin helas. (f° 201r)

54Peu de chose moult grant debat souvent,
Petite pluie aussi abat grant vent. (f° 147r)

55Prudence aprent l’omme a vivre en raison,
La ou elle est eureuse est la maison. (f° 185r)

56Qui courtoisie et don tost habandonne,
Double service fait et deux fois donne. (f° 155r)

57Qui ne se puet d’un mauvais pas garder
Au mains s’en doit mettre hors sans tarder. (f° 204v)

58Quoy que la mort nous soit espouentable,
A y penser souvent est chose prouffitable. (f° 177r)

59Recalciter encontre la pointure
De l’esguillon redouble la bature. (f° 86v)

60Sage maintien et non trop de parolle
Siet bien a femme a qui qu’elle parolle. (f° 88r)

61Soy departir par bel en fin de compte
Est chose propre a qui de paix fait compte. (f° 117r)

62Tant vault cellui qui oit et rien n’entent
Comme cellui qui chace et rien ne prent. (f° 91v)

63Trop en querre n’est pas chose propice
Ne d’aultrui fait soy trop mesler qu’on puisse. (f° 126v)

64Trouver a tort sur autruy a redire
Donne achoison d’oïr de soy mesdire. (f° 239v)

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter