Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La geste de Garin de Monglane en prose

Préface

Hans-Erich Keller

Texte intégral

1Le renom du ms. 3351 de la Bibliothèque de l’Arsenal est tel qu’il se passe de présentation : Léon Gautier s’en est servi amplement pour ses recherches, Gaston Paris lui a consacré un article pertinent dans Romania, Georges Doutrepont l’a décrit en détail, Eduard Koschwitz en a publié Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople et Hermann Tiemann Le Roman de la reine Sibile, et Jules Horrent et François Suard, entre autres, le citent abondamment dans leurs études respectives. Mais une édition intégrale de ce texte fait encore défaut, ce qui est d’autant plus regrettable qu’il forme avec le manuscrit publié de Cheltenham (actuellement à l’Université de l’Oregon) et les deux incunables de Guérin une triade littéraire importante du Moyen Age finissant, à savoir La Geste de Garin de Monglane. Voilà pourquoi nous avons entrepris ici une édition complète du texte, en omettant cependant Le Roman de la reine Sibille (f°s 280-379), publié il y a vingt ans séparément et dont le rapport avec La Geste de Monglane est assez problématique.

2Il ne nous reste donc que l’agréable devoir de remercier tous ceux qui nous ont encouragé dans notre tâche longue et presque impossible sans ordinateur. Nous pensons d’abord à M. Jean-Claude Garetta, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, qui nous a offert une aide pratique à plusieurs reprises, ainsi qu’à notre ami Jean Subrenat, à qui nous devons la permission de publier cette édition dans la série bien connue du CUER MA de l’Université d’Aix-en-Provence. Nous n’oublions pas non plus notre ami François Suard, qui a suivi nos travaux avec une sympathie touchante et avec maint conseil utile. Nous remercions en outre les professeurs Marc-René Jung (Université de Zurich) et Jan A. Nelson (Université de l’Alabama) de leur aide fort appréciée dans la solutions de problèmes particuliers. Finalement, nous exprimons notre gratitude à notre collègue, Mme Christiane Laeufer, qui a eu la gentillesse de revoir notre style, ainsi qu’au College of Humanities de l’Ohio State University, dont le support financier considérable a grandement facilité nos recherches.

3Columbus, Ohio

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter