Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome II

"Un emprunt d'Anséis de Carthage (ms. A) à la chanson des narbonnais"

Jean-Claude Vallecalle

Texte intégral

1La critique moderne considère souvent sans grande indulgence le travail des remanieurs de nos chansons de geste. Et il est vrai que leurs efforts n'ont abouti parfois qu'à altérer ou mutiler des oeuvres que nous aimerions connaître dans leur état antérieur. Cependant avait-on à leur époque, et avaient-ils eux-mêmes beaucoup d'illusions sur la valeur de leurs innovations ? Il n'était pas rare, en tout cas, que l'on condamne celles que l'on attribuait à des jongleurs ignorants ou négligents :

  • 1 Anseïs von Karthago, hgg. von J. Alton, Tübingen, 1892, v. 10-12. Cette édition sera désignée, dan (...)

Chil jougleor vous en ont dit partie,
Mais il n'en sevent valissant une alie,
Ains le corumpent par la grant derverie1.

  • 2 Sur la date de cette chanson, cf. J. Subrenat : De la date d'"Anseïs de Carthage", dans Mélanges P (...)
  • 3 D'autres interpolations, assonancées, qui se trouvent dans plusieurs mss. d'Anseïs sont étudiées p (...)

2Le trouvère qui, entre 1230 et 12502, s'exprimait ainsi au début d'Anseïs de Carthage, promettait de restaurer une estoire corrompue par ses devanciers. Se doutait-il que son propre texte allait subir bientôt cette "corruption" qu'il dénonçait ? L'un des manuscrits de la chanson présente, en effet, un épisode qui est, à l'évidence, une interpolation. Mais cela ne signifie pas qu'un arrangeur peu scrupuleux ait laissé libre cours à sa fantaisie. Car il s'agit sans doute d'un emprunt dont on peut découvrir l'origine dans un autre poème. Et il est permis, en ce cas, d'espérer que la comparaison du passage avec son modèle apportera quelques lueurs sur la façon de travailler d'un remanieur du xiiie siècle3.

  • 4 AC, v. 8375-9293.

3Toute l'histoire d'Anseïs de Carthage s'inscrit entre deux interventions de Charlemagne. C'est lui qui, au début du poème, confie au jeune héros la couronne d'une Espagne enfin délivrée des Sarrasins. Et c'est lui encore qui, malgré la vieillesse et la maladie, devra revenir beaucoup plus tard pour secourir son vassal et lui rendre sur son royaume une légitime autorité. Car Anseïs, qui a provoqué, par sa maladresse, la trahison de son principal conseiller et le retour des païens, n'a pas su les empêcher de reconquérir presque tout le pays. Après des années de guerre, le voilà donc en grand péril, assiégé dans la dernière de ses forteresses. Seul, le retour de l'empereur et de son armée peut encore le sauver et assurer un heureux dénouement. C'est dire l'importance d'un événement qui, sans être inattendu dans une chanson de geste, est présenté et développé ici d'une façon singulière : Anseïs envoie trois messagers chercher des secours à Paris4.

  • 5 Cette tactique apparaît nettement dans le texte des mss. B et D. Par exemple, D, fol. 68 v° : Rois (...)
  • 6 AC, v. 8744-8835.
  • 7 AC, v. 8978-9052.

4Les aventures qui vont marquer leur voyage ne sont guère, pour des héros d'épopée, que de menus incidents. Ils réussissent d'abord à quitter la ville sans se heurter à aucun obstacle sérieux. Leurs amis font une sortie, attaquent le camp de Marsile, et cette diversion permet aux envoyés de franchir aisément les lignes ennemies5. L'un d'entre eux, d'ailleurs, le chapelain Englebert, ne porte pas d'armes ; et ses deux compagnons, Madien et Raymond, doivent se contenter d'abattre quelques païens au passage. A peine une troupe de Sarrasins rencontrés un peu plus tard leur offre-t-elle une dernière occasion de manifester leur vaillance, le temps d'une brève escarmouche6. Ils vont bientôt gagner des régions plus paisibles, et parvenir à Nantes, où l'oncle d'Anseïs, le roi Gondrebuef, les accueillera chaleureusement, et décidera de les accompagner lui-même à Paris, avec une nombreuse escorte7. En définitive, c'est un voyage sans surprise que relatent la plupart des manuscrits de la chanson. Son déroulement est trop ordinaire et son issue trop facile à prévoir pour susciter l'inquiétude, ou même une réelle curiosité.

  • 8 Cf. C. Voretzsch, Sur "Anseïs de Carthage", suppléaient de l'édition de H. Alton, II, Le roman en (...)

5Assurément, les lecteurs du poème publié en 1892 par J. Alton ne retrouvent pas ici tous les événements qui font l'originalité de l'épisode, dans le récit qu'ils connaissent. C'est que l'éditeur a choisi d'imprimer le texte du ms. A (B.N. fr. 793), qui présente, seul contre tous les autres manuscrits de la chanson et le roman en prose8, une version de l'aventure des messagers qui a été remaniée et enrichie. Le rédacteur de A était-il conscient des faiblesses que présentait son modèle dans ce passage ? Il semble bien, en tout cas, s'être efforcé de rendre celui-ci moins terne, en introduisant des péripéties et des personnages nouveaux. Trois interpolations assez longues, complétées, on le verra, par une vingtaine de morceaux plus brefs, lui permettent non seulement d'amplifier, mais surtout de transformer profondément l'épisode. Il attribue, en particulier, un rôle considérable à quelques Sarrasins qui n'apparaissaient pas dans les autres manuscrits. Et grâce à leur présence, l'action devient à la fois plus complexe et plus incertaine.

  • 9 AC, v. 8018-8195.
  • 10 Cf. C. Roth, : Vrais et faux pèlerins sur les routes des chansons de geste, dans Mélanges René Lou (...)

6Dans le manuscrit A, en effet, les envoyés d'Anseïs ne sont plus seuls à se rendre en France. Avant eux ou avec eux, plusieurs païens font aussi ce voyage, dans des buts évidemment fort différents. La première interpolation9 raconte comment Marsile envoie à Paris les rois Fabur et Matefier, pour espionner Charlemagne, découvrir ses intentions, et tenter de prévenir une éventuelle intervention française. Déguisés en pèlerins, comme la plupart des espions épiques10, ils vont s'employer à rassurer l'empereur et à le convaincre que son vassal règne tranguillement sur l'Espagne :

  • 11 AC, v. 8068-8069.

"Bien tient sa tere et trestous ses defois ;
Il n'i a home ki li fache sordois"11.

7Ils y parviennent si bien que lorsqu'ils prennent enfin congé de Charlemagne, celui-ci est loin d'imaginer la situation inquiétante de ses amis - ce qui la rend encore plus grave : les païens n'ont-ils pas désormais les mains libres pour forcer la victoire et achever leur conquête ?

  • 12 Cette deuxième interpolation est divisée en de nombreux segments : AC, v. 8497-8534, 8550, 8553-85 (...)

8Mais si le rédacteur de A met ici en relief le dangereux isolement des assiégés, il va bientôt adopter un ton plus rassurant, et leur offrir un auxiliaire inattendu. La deuxième interpolation12 présente en effet un prisonnier sarrasin, le roi Félix, qui s'engage à accompagner les émissaires d'Anseïs. En échange de sa liberté, il les protégera contre toute attaque pendant la traversée des lignes païennes, et les guidera ensuite jusqu'à la fin du voyage :

  • 13 AC, v. 8824-8826.

"Si nous conduist rois Felix, li baron,
Ke Anseïs avoit en sa prison ;
Quites en iert, quant nous chi revenron. "13

  • 14 AC, v. 9061-9193.

9La précaution, d'abord, paraît superflue : les messagers accompliraient tout aussi bien la même mission sans l'aide du Sarrasin. Et comme celui-ci va rester le plus souvent à l'écart des combats, sa présence ne pourra guère contribuer à rendre plus captivante la suite de l'épisode. Peut-être le remanieur semblera-t-il céder ici trop complaisamment à son goût pour l'anecdote. Mais il faut se garder de séparer les différentes additions qu'il a faites au récit, car elles se complètent, et s'éclairent mutuellement. Et c'est seulement la troisième interpolation14 qui va justifier les deux précédentes, en révélant leur cohérence.

10Ménageant une série de surprises, cette scène va lier des aventures qui paraissaient jusque là indépendantes. Lors d'une halte, près d'une fontaine, les envoyés d'Anseïs rencontrent les deux faux pèlerins, qui s'en reviennent de Paris. Bien que Félix les reconnaisse sous leur déguisement, il évite d'abord de les dénoncer. Mais, fidèle à sa parole, il se résout à intervenir lorsque l'un des espions, Fabur, commet l'imprudence de vouloir tuer Raymond qui, fatigué, s'était endormi à l'écart. Et il le retarde suffisamment pour que le comte, averti par un songe, s'éveille et puisse se défendre. Les deux Sarrasins seront ainsi capturés, démasqués, et ramenés à Paris pour être livrés à Charlemagne.

11Nos trois interpolations constituent, on le voit, un ensemble fermement dessiné, dont les différentes parties sont peut-être mieux accordées entre elles qu'avec le récit sur lequel elles se greffent. L'abondance des péripéties ne diminue pas la cohérence du schéma narratif, ni sa relative originalité. Il est vrai que pour agrémenter l'histoire des messagers, le remanieur de A n'a pas hésité à accumuler des matériaux traditionnels, fréquemment utilisés dans les chansons de geste. Et si on les considère séparément, les événements qu'il ajoute ne paraissent pas exceptionnels. Mais leur association, leur disposition, la place que chacun occupe dans la narration sont beaucoup moins ordinaires. Et l'on ne s'attend guère à retrouver intégralement, dans un autre récit de siège, cette séquence complexe, variée, et en même temps organisée rigoureusement et close sur elle-même.

  • 15 Les Narbonnais, publ. par H. Suchier, 2 vol., Paris, 1898. L'éditeur proposait de situer ce texte (...)

12L'improbable, pourtant, arrive quelquefois : une série d'événements tout à fait identiques apparaît dans un texte qui précède d'au moins deux décennies la rédaction de l'Anseïs rimé conservé par les différents manuscrits : le poème des Narbonnais15. L'un des épisodes du siège de Narbonne, que cette chanson raconte dans sa deuxième partie, présente en effet de remarquables correspondances avec le morceau ajouté à l'histoire d'Anseïs par le rédacteur de A.

  • 16 N, v. 5210-5246.
  • 17 N, v. 5357-5502.
  • 18 N, v. 5503-5640.

13Sa structure ne diffère en rien de celle qui régit notre groupe d'interpolations. Les Sarrasins qui assiègent la ville envoient d'abord deux espions en France, afin de s'assurer que l'empereur n'interviendra pas16. Aimery charge ensuite Guibert et Romant d'aller chercher des secours. Et ceux-ci, comme les messagers d'Anseïs, traversent sans encombre l'armée ennemie, grâce à la protection d'un noble païen prisonnier, qui achète ainsi sa liberté17. Enfin, lorsqu'ils rencontrent les deux espions, toute la scène se déroule exactement comme dans la troisième interpolation d'Anseïs de Carthage18. En particulier, c'est en voulant tuer Guibert pendant son sommeil que l'un des espions, Danebrun, va se trahir et provoquer sa capture et celle de son compagnon. Car le Sarrasin qui escorte les messagers s'oppose a son dessein, et le fils d'Aimery, effrayé lui aussi par un songe, s'éveille à temps pour s'emparer du traître.

  • 19 Cf. H. Suchier, op. cit., t. II, pp. LX-LXV ; Les Enfances Guillaume, publ. par P. Henry, Paris, 1 (...)
  • 20 Les Enfances Guillaume, éd. cit., v. 2740-2756.
  • 21 Le Storie Nerbonesi, romanzo cavallaresco del secolo XIV, publicato per cura di I.G. Isola, t. I, (...)
  • 22 Il s'agit ici du texte rimé des Narbonnais. Dans les fragments assonancés publiés par G. Hutchings (...)

14Le texte de l'épisode est plus long, plus riche de précisions dans Anseïs de Carthage que dans Les Narbonnais. Mais ce sont bien les mêmes événements, disposés et enchaînés de la même manière, que les deux poèmes nous présentent ici. Et le schéma narratif qui leur est commun est suffisamment riche, complexe et inhabituel pour que l'on ne puisse attribuer cette rencontre au hasard. Est-il besoin de rappeler que, sur un thème identique, la chanson des Enfances Guillaume, dont on sait le rapport avec Les Narbonnais19, développe un épisode beaucoup plus simple et banal ? En quelques vers, un messager anonyme arrive à Paris, annonce le siège de Narbonne et demande de l'aide20. Et si elle est un peu plus développée, la mission d'Aliscardo dans les Nerbonesi, n'est guère plus proche de notre passage21. L'on mesure, par contraste, la fidélité du remanieur d'Anseïs au texte - sans aucun doute antérieur - des Narbonnais : tout porte à croire qu'il y a trouvé le modèle des aventures racontées dans ses trois interpolations22.

15Non point un vague schéma d'ensemble, mais un modèle précis auquel il n'a pas hésité à emprunter même des détails. Toutes sortes de traits communs, de nature et d'importance diverses, viennent ainsi confirmer l'affinité des deux textes, et montrer que leurs similitudes ne tiennent pas uniquement à la structure générale de l'épisode. Nul besoin, pour en être pleinement convaincu, de les relever tous : il suffirait par exemple de relire, en les comparant, les deux récits de la rencontre.

  • 23 AC, v. 9066-9070, N, v. 5509-5515.
  • 24 AC, v. 9131-9135, N, v. 5592-5597.
  • 25 N, v. 5530-5555.

16Tout y est présenté de la même façon, depuis le décor un identique locus aaoenus rafraîchi d'une source et planté de lauriers -23, jusqu'aux songes de Guibert et de Raymond, qui se ressemblent non seulement par leur place et leur fonction narrative, mais aussi par leur contenu, même si l'envoyé d'Anseïs rêve qu'il affronte deux lions - les deux espions -, alors que le Narbonnais se contentait d'un seul24. Il est vrai que le remanieur n'a pas reproduit la conversation engagée d'abord, dans Les Narbonnais, entre les faux pèlerins et les envoyés d'Aimery25, ce qui crée une rupture et donne au récit un tour un peu maladroit. Mais il avait pour cela une raison précise : on y apprenait la mort de Charlemagne et le couronnement de Louis, et ces nouvelles ne pouvaient être transposées dans l'histoire d'Anseïs. Il a seulement gardé, en la déplaçant, une trace fort nette de cette conversation : une véritable citation. Dans le ms. A d'Anseïs, l'espion Fabur déclare à Charlemagne qu'il est originaire "de Tours a Saint-Martin", et il ajoute :

  • 26 AC, v. 8127-8128.

"Chis miens compains est nés de Caorsin"26

  • 27 N, v. 5532-5533.
  • 28 A la différence de Félix, Clargis n'accompagnait pas les messagers chrétiens en France, mais il en (...)

17Il reprend ainsi, à un mot près, les mêmes termes que son homologue, Danebrun, employait avec Guibert, disant seulement Biauvoisin au lieu de Caorsin27. Et cette fidélité n'est pas exceptionnelle : les correspondances qui mériteraient d'être signalées sont fort nombreuses. Il faudrait, par exemple, confronter le personnage de Félix et le Clargis des Narbonnais28. Mais il n'est guère possible de s'attarder, car l'abondance des détails similaires ne doit pas empêcher d'examiner, au moins de façon sommaire, le travail d'adaptation et de réécriture accompli par le remanieur.

18Celui-ci ne pouvait greffer sans précaution les éléments empruntés aux Narbonnais sur l'histoire d'Anseïs de Carthage. Il a essayé de les accorder à leur nouveau contexte, et c'est pourquoi, on vient de le voir, il a supprimé la conversation engagée, dans son modèle, par les messagers chrétiens et les espions sarrasins au moment de leur rencontre. Sans doute n'a-t-il pas toujours réussi à ajuster parfaitement tous les faits qu'ils voulait raconter, mais il a procédé le plus souvent avec prudence, évitant de maltraiter le texte d'Anseïs par des transformations ou des suppressions inutiles, tout en suivant de près le récit de l'épisode qu'il tirait des Narbonnais. Surtout, il s'est efforcé de préparer l'insertion de cet épisode, par une série d'additions disposées régulièrement dans la chanson, non pas au hasard mais selon un projet d'ensemble.

  • 29 N, v. 5671-5715.

19Il aime, visiblement, annoncer les événements et acclimater les personnages par de précoces et parfois lointaines correspondances. Une anecdote trouvée dans Les Narbonnais29 lui permet ainsi de laisser pressentir, dès la première scène de la chanson, le dénouement même de l'histoire d'Anseïs. Charlemagne, après avoir couronné le jeune roi, lui remet son épée et s'engage à le secourir si les païens lui font la guerre :

  • 30 AC, v. 173-176.

"Envoiés moi .I. mes de grant bonté,
Ki viegne en Franche a Paris, la chité :
A ches enseignes de chest brant acheré
Vous secorrai o mon rice barné"30.

  • 31 AC, v. 8553-8567.
  • 32 AC, v. 9216-9217, 9225.

20C'est là une sorte de présage : bien des années -et quelque huit mille vers- plus tard, les messagers d'Anseïs rapporteront en effet Joyeuse à l'empereur31. Mais si ce détail provient des Narbonnais, il prend ici une tonalité et une portée différentes. Guibert et Romant, arrivant en France après la mort de Charlemagne, devaient convaincre le timide Louis de secourir Narbonne. Et c'est à ce moment que l'épée jadis remise à Aimery par le grand empereur prenait toute son importance : l'inscription qu'elle portait, rappelant la promesse de Charles, lui donnait le caractère indiscutable d'un ordre paternel. Mais dans Anseïs de Carthage nul besoin d'une telle inscription : Charlemagne n'est pas mort. Et quand les messagers lui transmettent l'appel au secours d'Anseïs, sa décision, malgré la vieillesse et la maladie, ne fait guère de doute. L'épée semble alors un peu superflue, et elle n'est d'ailleurs mentionnée que de façon rapide32. Car c'est au début du poème qu'elle intéressait vraiment le remanieur. La promesse de Charles, dont elle est le gage, lui permettait déjà de préparer le dénouement. Et surtout elle accréditait, elle ancrait dans les esprits, l'idée de ce retour de l'empereur qui allait bientôt représenter, pour Anseïs, à la fois un espoir et une menace, la garantie du salut et la certitude du châtiment.

  • 33 AC, v. 4041-4042.
  • 34 AC, v. 5299-5300, 5720-5721.
  • 35 AC, v. 7876-7877, 7889-7894.

21Le motif emprunté aux Narbonnais est donc utilisé ici dans une perspective nouvelle. Cependant, le rédacteur du ms. A, dans son travail de préparation et d'adaptation, n'oublie jamais son modèle, même lorsqu'il s'en écarte. Il met beaucoup de soin -plus, peut-être, que le narrateur de l'épisode dont il s'inspire- à introduire naturellement ses nouveaux personnages. Très tôt, Fabur, Matefier et Félix arrivent d'Afrique avec des renforts appelés par Marsile33. Et ils reparaîtront plusieurs fois auprès de lui, avant que leur aventure n'attire sur eux l'attention34. Mais toujours, jusqu'à la capture de Félix35, ils sont mentionnés ensemble. Car leur groupe est fixé, leur destin est scellé depuis Les Narbonnais. Un détail curieux témoigne d'ailleurs de la présence constante de ce modèle à l'esprit -et peut-être sous les yeux- du remanieur.

  • 36 E. Langlois, Table des noms propres de toute nature compris dans les chansons de geste imprimées, (...)
  • 37 Id., ibid., p. 149, 169.

22En passant d'un poème à l'autre, ces trois personnages ont gardé le même rôle, mais deux d'entre eux -deux seulement- ont changé de nom. Danebrun est devenu Fabur, et Clargis a cédé la place à Félix. Seul, l'un des espions, et le plus discret, a conservé son nom : Matefier ou Matifier. Ce privilège est singulier, mais peut aisément s'expliquer : le nom de Matefier, s'il semble convenir parfaitement à un sarrasin épique, est cependant fort rare dans les chansons de geste. La Table des noms propres d'E. Langlois le signale seulement dans deux chansons : Les Narbonnais et, bien entendu, Anseïs de Carthage -plus précisément dans des vers du ms. A36. Les noms de Clargis et de Danebrun, Danebru ou Danebu sont au contraire si répandus37 qu'ils étaient déjà portés par des personnages secondaires dans le texte d'Anseïs commun à tous les manuscrits. Or, le remanieur n'a probablement pas voulu les confondre avec leurs homonymes venus des Narbonnais. A ceux-ci il a préféré attribuer des noms différents, mais il a conservé celui de Matefier qui ne pouvait susciter aucune méprise. Il n'a d'ailleurs guère dissimulé son procédé. Se souvenant que dans Les Narbonnais le modèle de Fabur se nommait Danebrun, il s'est efforcé de souligner que ce personnage était différent du Sarrasin déjà connu, dans toutes les versions d'Anseïs, sous le nom de Danebu. Par deux fois, lorsque celui-ci apparaît, le remanieur mentionne aussitôt Fabur, Matefier et Félix, comme si ce nom de Danebu évoquait inévitablement l'image du groupe de païens découverts dans Les Narbonnais. Ainsi, à un moment où Marsile, s'élançant au combat, appelle à ses côtés Ysoré,

  • 38 AC, v. 5719.

Et Danebu et le roi Alestant38

23le ms. A ajoute :

  • 39 AC, v. 5720-5721. Cf. v. 5297-5300.

Et Matifier et Fabur, le vaillant,
Le roi Félix, que il par amoit tant39.

24Les rapprocher ainsi, et à deux reprises, c'est à la fois les distinguer en les mettant en présence, et avouer qu'il existe entre eux un rapport : même lorsqu'il écrit le nom de Fabur, le remanieur n'oublie pas son modèle Danebrun. Mais avec un soin et une attention extrêmes, il s'efforce d'intégrer harmonieusement dans le récit d'Anseïs tous les détails de l'épisode qu'il emprunte aux Narbonnais.

  • 40 Par exemple, AC, v. 8571, 8588, 8685, 8707, 8716, 8742, 8761-8779…

25Il n'y réussit, a vrai dire, pas toujours. Et curieusement, c'est peut-être parce qu'il est trop scrupuleux, ou trop timide. Car s'il ajoute volontiers au texte, multipliant par exemple les mentions de Félix, tout au long de son voyage40, il hésite à mutiler ou remodeler profondément le récit. Faute de choisir entre les deux épisodes qu'il veut combiner, il lui faut donc parfois associer des événements incompatibles. Et ses principales interpolations, alors, ne se soudent plus très bien sur le poème.

  • 41 AC, v. 8587-8613, N, v. 5429-5500.
  • 42 AC, v. 8626-8634, 8659-8705.
  • 43 AC, v. 8685-8686.

26L'on se souvient que les messagers d'Anseïs profitaient initialement d'une sortie de leurs amis, et de la confusion créée par la bataille, pour traverser sans être arrêtés les lignes païennes. Mais dans le ms. A, dès lors qu'ils reçoivent l'aide de Félix, quel besoin d'un tel stratagème ? Ces deux moyens de quitter la ville font évidemment double emploi, et l'attaque contre le camp de Marsile ne se justifie plus. Le remanieur, pourtant, n'ose pas la supprimer, et il tente gauchement de concilier, en les présentant successivement, deux versions discordantes du même événement. Comme dans Les Narbonnais, les messagers passeront d'abord une nuit paisible au milieu des Sarrasins, dans le pavillon de leur guide41. Mais comme dans le texte commun d'Anseïs ils combattront ces mêmes Sarrasins avant de s'éloigner42. Et puisque la bataille se trouve renvoyée au lendemain de leur sortie, ils reviendront sur leurs pas pour y participer, cependant qu'à l'écart, le roi païen Félix, leur compagnon de route, attendra patiemment en observant leurs exploits43. Comment justifier leur volte-face, et cette curieuse péripétie ? En vérité, le rédacteur est bien embarrassé, et il ne trouve à proposer qu'une explication décevante : après avoir discrètement quitté le camp sarrasin, Raymond, le sage conseiller d'Anseïs, déclare tout à coup :

  • 44 AC, v. 8627-8639.

"Par chel seignor, ki tout a a jugier,
Ne m'en iroie pour l'or de Monpellier.
Ains arai fais Sarasins trebucier"44.

27Ainsi, à trop vouloir respecter ses modèles, le remanieur en vient à rendre son récit arbitraire et à en souligner l'invraisemblance et l'artifice.

28Comme s'il finissait par s'y résigner, il traite d'ailleurs, dans sa dernière interpolation, une semblable difficulté avec une sorte de désinvolture. Après leur passage à Nantes, les messagers d'Anseïs sont accompagnés, on le sait, par le roi Gondrebuef et une importante escorte. C'est alors qu'ils rencontrent les deux espions. Evidemment, en présence de cette troupe, la scène ne pourrait se dérouler comme dans Les Narbonnais. Comment Fabur s'attaquerait-il à Raymond, devant tant de chevaliers ? Mais il suffit d'une phrase pour les écarter, les escamoter un instant : Raymond s'assoupit,

  • 45 AC, v. 9094-9095.

Et tout li autre se vont esbanoier
Aval le bruel pour un poi refroidier45.

  • 46 AC, v. 9178-9180.
  • 47 La réception des messagers par Charlemagne est aussi présentée avec maladresse. Certains segments (...)

29Et lorsqu'ils reviendront, vers la fin du passage, ils ne sembleront même pas remarquer la capture des faux pèlerins46. Le rédacteur ne tente plus, ici, de dissimuler que son interpolation est mal accordée au récit47. Il aurait pu, sans doute, la placer aisément avant l'arrivée des messagers à Nantes. Mais il n'y songe pas, ou peut-être y songe-t-il trop tard. Et passivement, il se contente désormais de suivre, tour à tour, chacun de ses deux modèles.

  • 48 Les deux espions apparaissent pour la dernière fois lors de leur présentation à Charlemagne (AC, v (...)

30Ainsi, en confrontant au texte des Narbonnais certains passages particuliers au ms. A d'Anseïs de Carthage, l'on découvre l'origine probable de ces interpolations, et en même temps quelques aspects du travail de leur rédacteur. Il prépare avec application, par une série de jalons, l'insertion de son épisode dans la chanson, mais le raccorde maladroitement à son contexte immédiat, manifestant même, lorsque s'annonce le dénouement, une négligence inattendue. Mais peut-être celle-ci est-elle significative, si on la rapproche, pour finir, d'un fait remarquable : le remanieur ne dit plus rien, après leur arrivée à Paris, de Fabur, Matefier et Félix48. Il s'écarte ainsi de son modèle, et semble oublier brusquement les personnages auxquels il avait consacré tant d'attention. Comme si, ayant accompli strictement une tâche qui lui était demandée mais qu'il n'avait pas choisie, il s'en était ensuite désintéressé.

Notes

1 Anseïs von Karthago, hgg. von J. Alton, Tübingen, 1892, v. 10-12. Cette édition sera désignée, dans les notes suivantes, par le sigle AC. L'épisode étudié ici a été examiné dans les mss. A (B.N. fr. 793), B (B.N. fr. 12548), D (Lyon, Bibl. Mun. ms. 59). M. Alexander Kerr a eu l'extrême obligeance de me confirmer que le ms. de Durham ne contient pas les interpolations dont il sera question. Qu'il veuille bien trouver ici l'expression de mes vif remerciements.
Sur les reproches adressés aux jongleurs, cf. en dernier lieu, Ph. Ménard, Les jongleurs et les chansons de geste, dans Mélanges René Louis, Saint-Père-sous-Vézelay, 1982, t. I, p. 35.

2 Sur la date de cette chanson, cf. J. Subrenat : De la date d'"Anseïs de Carthage", dans Mélanges Pierre Le Gentil, Paris, 1973, pp. 821-825.

3 D'autres interpolations, assonancées, qui se trouvent dans plusieurs mss. d'Anseïs sont étudiées par A. Kerr, les laisses assonancées dans "Anseïs de Carthage", Studia Neophilologica, 55, 1983, pp. 77-87.

4 AC, v. 8375-9293.

5 Cette tactique apparaît nettement dans le texte des mss. B et D. Par exemple, D, fol. 68 v° : Rois Anseïs a sa gent commandee / Que d'armes soit garnie et aprestee / Puis soit la porte ouverte et desfremee / Car as paiens feront une assemblee / Et li mesage s'en iront a celee / Tot coiement en France la louee. (Cf. B, fol. 58 v°, et l'éd. Alton, v. 7574, 8635-8642).

6 AC, v. 8744-8835.

7 AC, v. 8978-9052.

8 Cf. C. Voretzsch, Sur "Anseïs de Carthage", suppléaient de l'édition de H. Alton, II, Le roman en prose. Romania, 27, 1898, pp. 259-260. J. Alton donne, à la suite de son édition, la liste des vers particuliers au ms. A, pp. 439-440.

9 AC, v. 8018-8195.

10 Cf. C. Roth, : Vrais et faux pèlerins sur les routes des chansons de geste, dans Mélanges René Louis, op. cit., t. II, p. 1099.

11 AC, v. 8068-8069.

12 Cette deuxième interpolation est divisée en de nombreux segments : AC, v. 8497-8534, 8550, 8553-8567, 8571, 8575-8643, 8659-8673, etc.

13 AC, v. 8824-8826.

14 AC, v. 9061-9193.

15 Les Narbonnais, publ. par H. Suchier, 2 vol., Paris, 1898. L'éditeur proposait de situer ce texte aux environs de 1210 (t. II, p. LVI), et cette date ne semble pas contestée. Ce texte sera désigné, dans les notes suivantes, par le sigle N. Je dois remercier une nouvelle fois M. Alexander Kerr qui a bien voulu me communiquer un passage de l'ouvrage de Helmut Brettschneider : Der "Anseïs de Cartage" und die "Seconda Spagna", (Romanistische Arbeiten, 27, Halle, 1937), que je n'avais pu consulter en préparant cette étude. En une phrase, H. Brettschneider note qu'il existe une ressemblance entre l'histoire des espions, dans Anseïs de Carthage, et l'épisode des Narbonnais (p. 114). Mais il ne mentionne pas Félix, et surtout ne tire aucune conséquence de son observation, s'employant plutôt à établir un parallèle entre l'épisode du ms. A d'Anseïs et une scène de Folque de Candie pourtant assez éloignée.

16 N, v. 5210-5246.

17 N, v. 5357-5502.

18 N, v. 5503-5640.

19 Cf. H. Suchier, op. cit., t. II, pp. LX-LXV ; Les Enfances Guillaume, publ. par P. Henry, Paris, 1935, (S.A.T.F.), pp. XXXV-XXXVII ; M. Tyssens, La geste de Guillaume d'Orange dans les manuscrits cycliques, Paris, 1967, pp. 75-79.

20 Les Enfances Guillaume, éd. cit., v. 2740-2756.

21 Le Storie Nerbonesi, romanzo cavallaresco del secolo XIV, publicato per cura di I.G. Isola, t. I, Bologna, 1877, libro II, cap. 7-11, pp. 156-171. Cf. H. Suchier, op. cit., t. II, p. XXXV ; J. H. Grisward, Archéologie de l'épopée médiévale, Paris, 1981, p. 85 sq.

22 Il s'agit ici du texte rimé des Narbonnais. Dans les fragments assonancés publiés par G. Hutchings ("Les Narbonnais" (Fragments of an assonanced version), dans Studies M.K. Pope, Manchester, 1939, pp. 145-159), Clargis apparaît sous le nom de Clardin (fgt. VIII, v. 194, p. 158), mais malgré ce que dit G. Hutchings (p. 147 et p. 154), rien ne montre de façon certaine la présence des deux espions. Cf. M. Tyssens, Le "Siège de Narbonne" assonancé, dans Mélanges Rita Lejeune, Gembloux, 1969, t. II, pp. 906-907.

23 AC, v. 9066-9070, N, v. 5509-5515.

24 AC, v. 9131-9135, N, v. 5592-5597.

25 N, v. 5530-5555.

26 AC, v. 8127-8128.

27 N, v. 5532-5533.

28 A la différence de Félix, Clargis n'accompagnait pas les messagers chrétiens en France, mais il envoyait à sa place un "latimier". Félix correspond d'abord à l'un, puis à l'autre de ces personnages.

29 N, v. 5671-5715.

30 AC, v. 173-176.

31 AC, v. 8553-8567.

32 AC, v. 9216-9217, 9225.

33 AC, v. 4041-4042.

34 AC, v. 5299-5300, 5720-5721.

35 AC, v. 7876-7877, 7889-7894.

36 E. Langlois, Table des noms propres de toute nature compris dans les chansons de geste imprimées, Paris, 1904, p. 441.

37 Id., ibid., p. 149, 169.

38 AC, v. 5719.

39 AC, v. 5720-5721. Cf. v. 5297-5300.

40 Par exemple, AC, v. 8571, 8588, 8685, 8707, 8716, 8742, 8761-8779…

41 AC, v. 8587-8613, N, v. 5429-5500.

42 AC, v. 8626-8634, 8659-8705.

43 AC, v. 8685-8686.

44 AC, v. 8627-8639.

45 AC, v. 9094-9095.

46 AC, v. 9178-9180.

47 La réception des messagers par Charlemagne est aussi présentée avec maladresse. Certains segments interpolés, qui sont séparés, gagneraient à être rapprochés. Ainsi les vers 9216-9217 devraient précéder immédiatement le vers 9225 (réaction de Charlemagne à la vue de son épée) ; et les vers 9228-9233 seraient mieux accordés au texte s'ils étaient placés au contact du vers 9259 (l'empereur rappelle les informations reçues des (faux) pèlerins, et Raymond démasque les espions).

48 Les deux espions apparaissent pour la dernière fois lors de leur présentation à Charlemagne (AC, v. 9261-9269). Félix est nommé encore une fois, comme pour mémoire (AC, v. 9296), et son départ avec les messagers est évoqué par Marsile (AC, v. 9720-9722). Ils disparaissent ensuite. Dans Les Narbonnais, les espions sont présents plus longuement devant l'empereur, puis on les ramène à Narbonne, où ils sont cruellement châtiés (N, v. 5739-5779 et 6105-6130). Clargis intervient jusqu'à la fin de la chanson, et reçoit le baptême (N. v. 7881-7900).

Auteur

Université de Franche-Comté

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540