Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome II

"La chanson des Saisnes, témoin d'une évolution typologique et/ou expression narrative d'un milieu urbain"

Huguette Legros

Texte intégral

  • * Je tiens à exprimer ma reconnaissance à Dominique Luce-Dudemaine qui a bien voulu écrire cet artic (...)

1Note portant sur l'auteur*

2La Chanson des Saisnes est au carrefour de deux traditions, celle de l'épopée qui retrace la lutte de Charlemagne contre les infidèles, et celle de la narration épique qui reprendrait au roman son écriture et certains de ses thèmes.

3De plus, cette épopée de la fin du xiie siècle a la particularité d'avoir été écrite par un auteur que nous connaissons bien, Jean Bodel, et dans une ville, Arras, qui se trouve alors au carrefour des routes stratégiques et des routes commerciales du nord de la France. En conséquence, il nous a semblé qu'il ne suffisait pas d'aborder ce texte avec les seuls outils traditionnels d'une critique littéraire qui s'appuierait uniquement sur la typologie des genres ou sur des rapprochements socio-historiques ponctuels. Jusqu'à présent, la chanson a été étudiée soit en fonction des rapports qu'elle entretient avec les autres oeuvres de Jean Bodel, soit, ce qui s'avère parfois complémentaire, dans la perspective d'une mutation typologique de la chanson de geste dont l'auteur aurait été l'artisan. Nous nous interrogerons sur la pertinence de la seconde approche et nous préciserons les nuances qu'il faut selon nous apporter à un tel jugement. De plus, nous suivrons d'autres directions de recherche qui nous permettront de donner des ébauches de réponses aux questions que posent sa structure, le choix de certains éléments narratifs et la présence d'épisodes fort embarrassants pour qui veut ramener toute chanson de geste à un schéma considéré abusivement comme immuable. Aussi replacerons-nous l'oeuvre dans le contexte culturel, social et politique de sa création, contexte que nous connaissons bien depuis les travaux de Roger Berger. De plus, nous nous interrogerons sur ce qui permet de mieux comprendre la genèse du texte dans un milieu dont l'auteur participe et qui influe sur son écriture comme sur la manière dont il conçoit son travail d'écrivain.

  • 1 La Chanson des Saisnes, ed. Francisque Michel, Paris, 1839.
    La corone de France doit estre mise ava (...)
  • 2 Ne sont que iii matieres a nul home antandant :
    De France et de Bretaigne et de Rome la grant ;
    Et d (...)
  • 3 Daniel POIRION, "Chanson de geste ou épopée", in Travaux de linguistique et de littérature, t X, 2 (...)
  • 4 Sur l'ensemble de la question voir Alexandre MICHA, De la chanson de geste au roman, Genève, Droz, (...)

4Dès son prologue, J. Bodel affirme sa volonté d'écrire une oeuvre qui se démarque des "genres" contemporains. La matière de son récit est spécifique : c'est la "matière de France", une "matière" qui a pour vertu la vvéracité" et qui va permettre à l'auteur de glorifier la monarchie française1. De tels propos apparentent les Saisnes à toute la tradition des gestes qui sont l'expression d'un idéal collectif et social. Mais Jean Bodel entend faire une oeuvre originale ; il modifiera le schéma traditionnel de l'épopée carolingienne sans pour autant faire un roman épique ou une épopée romanesque. S'il prend soin de qualifier chacun des genres contemporains par sa matière, c'est pour attirer l'attention du lecteur sur le contenu de l'oeuvre2 ; cette distinction fait que "de ce point de vue, il y a autant de différence entre un "roman" antique et un roman "breton" qu'entre chacun de ces genres et la chanson de geste"3. Aussi, est-il hasardeux de considérer certains épisodes comme des contaminations provenant d'un genre que nous, nous appelons roman, ou comme de simples digressions appartenant à une structure narrative dite "romanesque"4. Nous devons nous interroger sur la présence ou l'absence de parallélismes entre la structure formelle de ces épisodes et celle propre au roman, ainsi que sur les structures thématiques que l'on rencontre dans l'un et l'autre genre aux environs de 1200. Nous tenterons également de savoir pourquoi J. Bodel a choisi cette modalité narrative.

  • 5 Roger BERGER, Littérature et société arrageoises au xiiie siècle, Arras, 1981, p. 110.
  • 6 Op. cit. p. 110.
  • 7 Op. cit. p. 110 à 116.
  • 8 Charles FOULON, l'Oeuvre de Jehan Bodel, Rennes, 1958, p. 417 sq. et p. 430 sq.
  • 9 Nous retrouvons dans l'épopée de Jean Bodel des tournures orales qui invitent à un certain type de (...)
  • 10 art. cit. p. 15.

5Si nous nous reportons au milieu culturel arrageois, nous pouvons constater sa remarquable hétérogénéité. Un public simple, fruste même, se plait à entendre une nouvelle version des aventures du roi Charles, mais ce public côtoie un auditoire instruit : bourgeois et nobles se plaisent sans doute à retrouver des allusions à des oeuvres littéraires connues. Roger Berger nous dit qu'un quart au moins de la population d'Arras a reçu une éducation que nous qualifierions de "supérieure"5. De plus, ces hommes ne sont pas de simples praticiens des affaires communales ou du négoce, ils ont le souci de faire "de leur cité un haut lieu de la vie littéraire médiévale, le seul capable de rivaliser avec Paris"6. Deux sociétés savantes regroupent ces amateurs de "belles lettres" : le Puy est sans doute la plus fameuse mais sa fondation et le caractère original de ses activités doivent beaucoup à la Confrérie des Jongleurs et Bourgeois d'Arras, appelée aussi Carité Nostre Dame des jogleors et borgois7. Leurs membres et leur public nous sont bien connus : nous savons que dans ces deux grandes assemblées, et surtout dans la première, se rencontrent des écrivains, des bourgeois, mais aussi des nobles de haut rang. C'est pour cet auditoire qu'écrit J. Bodel, ce qui explique que son style, outre son originalité personnelle, se démarque de celui des autres épopées contemporaines. On a pu dire que l'écriture des Saisnes relevait de l'évolution typologique de la narration épique. Charles Foulon dans sa thèse sur Jean Bodel pense que la geste des Saisnes participe de l'écriture romanesque et voire parfois de la thématique propre aux fabliaux8, mais c'est oublier que parler d'épisodes "romanesques" relève d'un jugement esthétique moderne. Les auteurs de romans sont au contraire soucieux de se démarquer des modalités narratives propres à l'épopée et de même, si Jean Bodel choisit d'écrire une chanson de geste, son choix est délibéré. Il va mettre en scène des personnages qui appartiennent à un univers "historique" et il adapte son style à sa matière9. Au début du xiiie siècle, il n'y a plus aucune confusion possible entre "roman" et "récit épique". Certes, les auteurs ne classent pas leurs oeuvres selon une typologie des genres qui est moderne, mais Jean Bodel comme Chrétien de Troyes sait à quel mode d'écriture correspond le choix d'une "matière". Daniel Poirion souligne fort justement que la chanson de geste "n'apparaît pas comme une survivance, dont on ne sait quelle production épique primitive. Il (le genre) se développe, en concurrence immédiate et constante avec le roman, à toutes les phases de son évolution, comme avec toutes les formes de poésie, avec le lyrisme et avec le drame qu'on réinvente à la même époque"10.

6Il est vrai que J. Bodel introduit dans son récit des épisodes galants qui semblent sans rapport avec la trame strictement épique de la narration, c'est-à-dire la guerre que Charlemagne mène contre les Saxons et les problèmes féodaux que posent l'alliance ou la rebellion des Hurepoix dûment mandés par l'empereur. Puisque les armées campent au bord de la Rune qui sert de frontière entre les hommes de Charlemagne et les Saxons, il est impossible de mener un siège en règle, aussi Guicelin cherche-t-il un moyen de tendre un piège aux chevaliers francs. Il décide de placer les tentes des dames en vue de l'ennemi, car pense-t-il, les chevaliers de Charlemagne se laisseront facilement séduire. De fait, Baudoin, le neveu de Charlemagne va succomber aux charmes de Sébile, la femme de Guicelin.

  • 11 Cf. L'article de Daniel POIRION, pp. 11 - 13.

7Le récit de cet épisode a lieu en deux temps, en deux séquences. Sur le plan formel, la structure spécifique à la chanson de geste est donc respectée ; de plus, la laisse et l'assonnance préservent un certain rythme propre à l'écriture "de geste". Reste les thèmes. Certes, J. Bodel donne aux femmes une place importante et nous ne pouvons reprendre un des critères avancés par D. Poirion pour caractériser la chanson de geste : "exclues aussi les femmes qui proposent au héros l'énigme philosophique de la beauté. La Prise d'Orange, comme celle de Troie, se fait bien pour conquérir une femme, mais l'épouse de Guillaume ne pose pas de problèmes métaphysiques : ce n'est pas comme Hélène, une "femme à histoires"11 écrit-il dans son article "Chanson de geste ou épopée ?" Or, Sébile sera une "femmes à histoires" pour Baudoin comme pour son mari. Alors que penser de cette entorse faite au schéma traditionnel ? Doit-on parler d'épisodes romanesques ?

  • 12 art. cit. p. 16.
  • 13 "Sire, ce dit Sebile, miaz vos sauroie aprandre :
    Se vos volez François angignier et sorprandre,
    Des (...)

8Nous examinerons tout d'abord le passage dans lequel Guicelin se décide a placer les dames comme appât. Dans un premier temps, la narration insiste sur le fait qu'il s'agit d'une ruse de guerre et Sibile elle-même conçoit d'abord son rôle comme un stratagème visant à attirer les chevaliers chrétiens dans le camp ennemi12 ; certes, le rôle qui lui est dévolu ne lui déplait pas, car c'est une coquette qui aime plaire aux hommes et les provoquer13. Aussi, s'empresse-t-elle de faire dresser sa tente au bord de la Rune et d'y loger avec les plus belles dames de la cour ; mais, J. Bodel a su par l'emploi d'un certain vocabulaire et par son souci de justifier la scène en fonction de la trame essentielle du récit, inclure cet épisode dans une modalité narrative propre à la chanson de geste.

  • 14 "Dame, dist la roïne, or somes bien an voie
    De veoir les François, se aucuns s'an cointoie.
    Qui or a (...)
  • 15 Laisses LXXI et LXXII.
  • 16 Laisse LXXII.
  • 17 Laisse LXXIII.

9Vient le récit de l'arrivée de Baudoin auprès de Sébile ; nous assistons alors à une véritable scène de séduction dont le ton n'a rien d'épique : il semble plus proche de celui des romans arthuriens ou des lais14. Néanmoins, certains détails nous rappellent que cet épisode s'insère dans une chanson de geste. J. Bodel donne une large place à l'armure de Baudoin, armure qu'il hésite longuement à enlever15. De plus, alors qu'il doit quitter précipitamment Sébile, il tue un sarrazin et, détail important, s'empare de son cheval16. Cette capture a valeur de trophée et représente une richesse pour l'armée de Charlemagne. Or, la scène se répètera toujours de la même façon et nous avons ainsi l'emploi d'un procédé de rhétorique épique : à chaque fois que Baudoin se séparera de Sébile, il tuera un ou plusieurs païens lors de sa fuite et ne manquera pas de ramener leur monture dans le camp de ses pairs. Mieux, lorsque Gérard passera lui aussi la Rune pour aller courtiser Hélissant, les deux jeunes gens vont s'affronter sur le plan de la bravoure : ainsi, le dépit pousse Baudoin à retraverser la Rune lorsqu'il voit Guichart revenir d'un de ses rendez-vous galants avec pour butin un faucon et un cheval pris à un chevalier saxon17. Jean Bodel fait de telle sorte qu'à chaque rencontre avec Sébile ou avec Hélissant, corresponde un combat singulier qui n'a rien à envier à ceux des autres épopées. De plus, l'épisode des amours de Baudoin et de Sébile n'a rien de gratuit ; il a, au contraire, une fonction narrative importante puisque c'est à cause de ce penchant que Sébile trahit son mari sauvant ainsi l'armée de Charlemagne. Toutefois, Sébile n'a rien de commun avec la figure traditionnelle de la sarrasine qui tombe amoureuse du vaillant héros chrétien et qui se convertit soudainement à la juste cause ; nous l'avons dit, c'est une coquette et c'est dans cette mesure que J. Bodel innove, car il se démarque d'un topos spécifiquement épique tout en faisant de telle sorte que l'aventure individuelle soit au service de l'aventure collective et qu'ainsi Baudoin et Guichart restent bien des héros épiques qui ne ressemblent nullement aux héros arthu-riens. Quant à la Rune, elle demeure explicitement un obstacle entre deux armées désireuses de s'affronter, même si elle nous fait songer à d'autres rivières comme la tente des deux jeunes femmes nous fait songer à d'autres tentes.

  • 18 Laisses CXXII, CXXIII, CXXVI, CXXVII.
  • 19 Les références ou allusions à des oeuvres contemporaines ou à des écrits théologiques sont fréquen (...)
  • 20 Nous songeons aux femmes venues de l'Autre-Monde qui abondent dans la matière celtique, tant dans (...)
  • 21 Chrétien de Troyes ne décrit pas la reine qui demeure un être de désir ; elle n'a de réalité que p (...)

10Toutefois, une question surgit : pourquoi Jean Bodel a-t-il inventé de tels épisodes si son seul souci est de respecter les lois du genre ? Pourquoi choisir de placer des femmes comme appât ? Pourquoi des tentes au bord de la Rune ? Pourquoi consacrer 23 vers à la description de Sébile et 19 â une scène d'amour entre la reine et Baudoin ?18 Nous pensons qu'il peut y avoir deux explications qui se rejoignent et qui sont liées au milieu culturel arrageois. J. Bodel fait des concessions à la mode et des clins d'oeil à ses lecteurs. Il ne s'agit pas de dire qu'il parodie des motifs romanesques, mais il sait que ces motifs plaisent à tout un public et il les réinvente dans un mode narratif qui demeure épique. Les contes de Bretagne sont "vain" nous dit-il, mais ils plaisent. De plus, comment un auteur tel que lui pourrait ignorer la littérature de son temps ? Son souci d'originalité éclate dans la plupart de ses créations, mais il n'en reste pas moins vrai qu'il est certainement nourri de toute une culture cléricale et profane19 ; s'il se plaît à inventer, il n'en est pas moins influencé par toute sa culture littéraire et il est vrai que ces scènes évoquent d'autres tentes, d'autres rencontres amoureuses propres au monde celtique, à savoir les tentes de ces "femmes-fées"20 qui s'offrent b un chevalier de la Cour d'Arthur ; mais le récit de J. Bodel n'est que le vague écho de ce thème sans doute connu de son public ; en effet, notre auteur transpose ce schéma narratif initial en respectant les lois du genre épique. La Rune n'a rien de la rivière qui sépare le chevalier du monde merveilleux et dans la description que J. Bodel fait de l'héroïne, il insiste sur les attributs royaux de son costume pourpre, alors que Guenièvre n'est qu'exceptionnellement décrite et que les "femmes-fées" sont traditionnement vêtues de blanc21. Sébile n'est pas une héroïne de roman, sa personnalité se définit par le rôle qui lui est conféré dans la narration. Reine, elle aura le pouvoir de trahir des secrets stratégiques et sera ensuite un bon parti pour Baudoin, neveu de Charlemagne. L'impression de véracité est préservée par le fait que Sébile a une existence sociale ; elle n'est pas la femme mythique et idéale qui existe d'abord par l'imaginaire des autres personnages.

11Quant à la scène d'amour entre Baudoin et Sébile, elle évoque celle qui réunit la "dame" et Lanval, mais elle n'a rien de la sensualité propre à l'oeuvre de Marie de France : Baudoin refuse en effet de se départir de son armure, et Sébile a toutes les peines du monde à lui faire enlever son haubert. C'est que J. Bodel est très soucieux de respecter un certain ton, propre à ce qu'il appelle la "matière de France". Cet épisode comme ceux qui suivront, est bref, et s'avère nécessaire au récit tout en révélant une complicité entre le poète et les lecteurs avertis qui ne manquaient pas à Arras.

  • 22 Op. Cit. p. 361 - 362.

12Un autre épisode retiendra notre attention dans les mêmes perspectives de lecture : celui du perron d'Aix. Certes, on en connaît la source et cependant, là encore, J. Bodel renouvelle le thème. Charles Foulon rapproche cet épisode de celui que contient la Karlamagnasaga. De plus, il note dans sa thèse que ce perron pourrait évoquer les "perrons d'épreuve" des romans bretons22.

  • 23 Laisse XLV.

13Pour ce qui est de la source latine, elle nous paraît peu probable pour des raisons que nous ne pouvons développer dans le cadre de cette intervention. De surcroît, même dans le cas où cette hypothèse serait retenue, l'originalité de J. Bodel est incontestable puisqu'il ne fait plus du perron d'Aix un lieu où les chevaliers de Charlemagne éprouvent la résistance de leur épée. Dans les Saisnes, l'argent que Charlemagne avait exigé des Hurepoix est fondu dans la pierre où sera gravée une inscription qui rappelle la dispense du chevage accordée par l'Empereur aux Hurepoix23. Ce perron devient donc le témoignage de l'indépendance des barons Hurepoix à l'égard de l'Empereur. De plus, la présence des deniers, insolite dans le discours épique, symbolise la résistance à Charlemagne et peut se comprendre dans la mesure où J. Bodel écrit pour un public sensibilisé à la valeur de l'argent conçu comme un moyen de pression contre les puissances de tutelle. Rappelons qu'Arras est une ville de foire et de change au carrefour des routes commerciales de l'Ouest et du Sud. Cependant, J. Bodel respecte les lois de la narration épique puisque cet épisode tient une place importante dans le récit du conflit qui oppose les Hurepoix à l'Empereur. Les Saisnes sont, par certains aspects, une "geste du roi", mais J. Bodel y insère habilement le motif des "barons révoltés". Une fois de plus, notre poète sait faire oeuvre originale tout en faisant des concessions à la mode.

  • 24 Huguette LEGROS, Un auteur en quête de son public : les "fabliaux" de Jean Bodel, in Romania, t. 1 (...)

14Pour ce qui est du rapprochement opéré avec les "perrons d'épreuve", il mérite d'être approfondi. Arrivé devant ces perrons, le chevalier arthurien déclenche volontairement ou non les forces obscures qu'il va devoir affronter victorieusement pour demeurer dans l'ordre de ses pairs, à la cour du roi Arthur. Ces perrons ont donc une fonction magique qui les apparente aux objets merveilleux propres à la "matière de Bretagne". Or, dans les Saisnes, J. Bodel, ainsi que nous venons de le voir, transforme ce motif en fonction des centres d'intérêt de son public. Le perron d'Aix ne participe nullement de l'Autre Monde, il s'intègre à la réalité chevaleresque et féodale, même si cette réalité "s'embourgeoise" pour plaire à ses protecteurs, à savoir l'échevinat d'Arras.24. Ainsi, notre auteur reprend un motif connu à travers des sources savantes ou plaisantes, mais il le fait sien par une réécriture personnelle et par souci de toucher son auditoire sans pour autant faillir aux lois du genre épique.

15Si Arras est au carrefour des routes de foire, elle est aussi au carrefour des routes militaires, même si celles-ci passent un peu plus à l'Est. C'est en tenant compte de cette réalité que nous allons nous interroger sur le choix des "Saisnes" comme adversaires de Charlemagne et sur l'alliance de l'Empereur avec les barons Hurepoix. La situation du champ de bataille obéit, elle aussi, à une volonté déterminée de la part de l'auteur.

  • 25 Op. Cit. p. 367 à 370 ; pp. 405 - 406.

16Dans les Saisnes, la géographie n'est pas aussi fantaisiste qu'elle peut l'être dans d'autres épopées ; Charles Foulon souligne même le réalisme de la topographie25. Nous n'entrerons pas dans les détails toponymiques ou historiques, mais nous voudrions souligner deux points qui nous semblent importants. Dans notre texte, les ennemis viennent du Nord et de l'Est ; or, Arras était menacée par les territoires situés au nord de la ville et par les provinces d'Empire.

  • 26 Op. cit. p. 32.
  • 27 Le jeu de saint Nicolas se clôt sur la vision utopique d'une conversion générale des païens.

17Roger Berger nous rappelle dans son étude qu'Arras fut fortifiée par le Comte Robert de Jérusalem en 1100, alors que celui-ci avait des démêlés avec les empereurs d'Allemagne à propos de Cambrai26. Cette remarque n'est pas un rapprochement qui tendrait vers une recherche illusoire de sources historiques, mais elle nous permet de supposer que la position géographique de la ville a sans doute influé sur le choix du sujet dans la mesure où J. Bodel a probablement choisi des ennemis qui touchaient davantage son public parce qu'ils étaient plus proches. En effet, les Saisnes sont écrits à l'époque des événements de la troisième Croisade et l'auteur aurait pu sacrifier à l'actualité et reprendre le thème de la reconquête des Lieux Saints, or il désigne comme ennemi un peuple rarement présent dans l'épopée vernaculaire. Une fois encore, nous le voyons réinventer ou choisir son sujet en fonction d'une réalité presque tangible pour son public. Charlemagne lutte nécessairement contre les Infidèles, mais ses ennemis se confondent avec ceux que pouvait redouter la cité arrageoise. Le choix des saxons s'explique aussi par l'idée que Bodel se faisait de l'attitude que devaient avoir les chrétiens face aux Infidèles : il faut les convertir et non les massacrer27.

  • 28 Op. Cit. p. 351. sq.

18L'apparition des Hurepoix a posé de nombreuses questions aux critiques contemporains. On s'est interrogé pour savoir qui pouvaient être ces nouveaux alliés de Charlemagne et pourquoi ils portaient ce nom de Hurepoix ou Hurepés. Charles Foulon donne des réponses convaincantes dans sa thèse et les rapprochements qu'il effectue avec des faits historiques contemporains ou avec les sources possibles du poème, expliquent en grande partie la présence de barons des provinces de l'Ouest aux côtés de l'Empereur28. Toutefois, il ne faudrait pas oublier qu'ils n'ont jamais été absents des autres épopées, puisque les "échelles" de Charlemagne s'honorent du commandement des plus grands vassaux des provinces de Bretagne, d'Anjour, du Maine et de Normandie. Roland n'est-il pas Comte des Marches de Bretagne ?

19C'est donc le statut particulier que J. Bodel leur confère qui distingue les Hurepoix des alliés habituels de Charlemagne, qui faisaient traditionnellement partie du conseil impérial et qui, eux lui apportaient au combat un soutien inconditionnel, ce qui n'est pas le cas des Hurepoix.

20Une fois de plus, plutôt que d'étudier les sources savantes ou historiques, nous réfléchirons en fonction du milieu culturel arrageois. La question de la présence des Hurepoix aux côtés de Charlemagne ne peut être dissociée de celle des Provençaux, des Gascons et des Lombards. Ces peuples sont réputés lâches, peu fiables et mercantiles ; or, l'Empereur leur fait confiance lors de la construction du pont sur la Rune.

  • 29 Op. Cit. p. 104.
  • 30 Op. Cit. p. 105.
  • 31 Op. Cit. p. 105.
  • 32 Histoire de la France urbaine, la ville médiévale, Paris, Seuil, 1980, p. 257.

21Si Charlemagne fait des Hurepoix ses alliés privilégiés, et ceci malgré leur rebellion initiale, s'il admire leur courage et leur confère l'honneur d'attaquer les premiers lors de la bataille décisive, il ne méprise pas non plus les chevaliers méridionaux. Ces entorses aux images stéréotypées et à l'ordre traditionnel des préséances qui veulent que, dans un texte épique, la place d'honneur revienne aux guerriers francs, peuvent s'expliquer par la position commerciale d'Arras. Roger Berger nous rappelle que, dès le xiie siècle, les bourgeois de cette cité sont de "véritables pionniers du commerce international"29. Ils sont, nous dit-il, "les premiers ultramontains à Gênes, et pendant une génération, plus coursiers que marchands (...) ; ils y contrôlent une bonne part des affaires traitées dans nos régions"30. Nous ajouterons que si les relations commerciales d'Arras commencèrent avec le port de Gênes, elles s'étendirent très vite à la Lombardie. Mieux, dès 1222, des Lombards viennent s'approvisionner ou vendre aux foires d'Arras. Le deuxième axe de négoce de notre cité est l'Angleterre31 ; or, comme nous le savons, les provinces dont les Hurepoix sont originaires sont alors des terres du domaine Plantagenêt ; les draps fabriqués à Arras transitent par la Normandie et l'Anjou. De plus, si Arras appartient à l'ensemble des foires dites de Champagne32, nous savons que cette cité exporte volontiers vers Rouen et Le Mans, autres capitales régionales en fait de négoce.

  • 33 Citons les principaux chefs Hurepoix : Richard de Normandie, Jofroi l'Angevin, Salomon de Bretagne (...)

22De telles relations ne peuvent-elles pas expliquer, du moins en partie, la place importante que joue Huon du Maine à la tête du parti Hurepoix33 ?

23Certes, ces rapprochements peuvent paraître un peu schématiques. Cependant, il nous semble que la création littéraire relève plus souvent d'un ensemble de circonstances propres à un contexte donné que de faits historico-sociologi-ques précis. Aussi est-il pensable que Jean Bodel ait souhaité satisfaire un public qui reconnait dans les alliés de Charlemagne ses interlocuteurs privilégiés.

  • 34 Cf. la thèse de Charles FOULON, op. cit. p. 353-354.

24Les chevaliers francs restent présents aux côtés de l'Empereur et Naïmes est leur meilleur garant, mais d'autres personnages viennent, après le désastre de Roncevaux, conforter la puissance impériale. Si ces nouveaux alliés sont les barons des provinces convoitées par Philippe-Auguste34, ils sont aussi les partenaires commerciaux d'Arras et ainsi la "Grande Histoire" rejoint les intérêts des protecteurs et du public auxquels J. Bodel destine son oeuvre.

  • 35 Ibid. p. 428 - 434.
  • 36 Ce motif se retrouve dans de nombreuses épopées de La chanson de Roland au Pélerinage Charlemagne.
  • 37 Laisse LXXIX.

25Nous examinerons enfin l'épisode dit des "femmes adultères" et celui de la construction du pont et de la tour. L'épisode des "femmes adultères" est en fait très court, et le ton en est pudique. Les gloses dont il a fait l'objet sont certainement beaucoup plus longues et plus explicites35. En fait, là encore, J. Bodel renouvelle un motif traditionnel de la narration épique, à savoir la prière suivie du miracle36 Charlemagne demande à Dieu de renverser les murailles de Saint-Herbert, la ville dans laquelle les épouses infidèles sont retranchées avec leurs amants. Dieu exauce l'Empereur et les murailles de Saint Herbert s'écroulent comme celles de Jéricho37. La référence biblique est sans nul doute immédiatement comprise par l'auditoire, mais en outre, Jean Bodel ne l'a pas choisie au hasard, car elle coïncide avec une interprétation plus profane de ce symbole.

  • 38 Cf. La ville médiévale, op. cit. p. 263 à 280.

26En effet, les cités devenues villes franches aiment à suggérer leur force en se représentant sous forme de places fortes aussi bien sur leurs sceaux que sur les vitraux de leurs cathédrales38. Certes, leurs murailles sont alors fièrement campées, cependant le public associe immédiatement l'évocation de remparts inexpugnables à l'idée d'une puissance qui ne peut être détruite que par Dieu lui-même. Aussi pensons-nous que J. Bodel, tout en respectant la tradition du miracle révélateur de l'élection de Charles, s'est ingénié à se démarquer des autres récits épiques. De plus, même si cet épisode évoque le Tornoiement as dames d'Huon d'Oisy, J. Bodel axe sa narration sur le miracle et non sur l'aspect licencieux de la situation ; ainsi, il ne s'écarte pas de la structure thématique propre aux chansons de geste. Certes, ses lecteurs ont peut-être, eux aussi, fait des rapprochements avec d'autres histoires plus grivoises, mais cela relève de la réception de l'oeuvre et non de sa genèse.

  • 39 Charles Foulon, op. cit. p. 383.

27La construction du pont par les hommes de Charlemagne et celle de la tour par les Saisnes furent rapprochées de faits contemporains qui eurent lieu à Arras39, mais nous pouvons également y voir la glorification des travaux propres à la ville qui, sur les portails des grandes cathédrales du Nord, font pendant aux travaux des mois et des jours. Le pont, la tour, sont des symboles de puissance pour les cités et J. Bodel les transpose sur le champ de bataille, le rendant ainsi plus familier à des citadins qui ne sont pas tous hommes de guerre.

28Ces deux derniers exemples nous montrent que la genèse de l'oeuvre est intimement liée au milieu dans lequel vit le poète. Jean Bodel ne modifie ni la structure narrative ni la structure thématique de la chanson de geste, mais il fait subir aux motifs traditionnels de légers glissements diégéti-ques qui lui sont inspirés par l'activité industrieuse de la cité, et elles se chargent de sens lorsque nous tentons de comprendre quelle signification immédiate elles prenaient pour un public urbain.

  • 40 Cf. L'article, de Daniel POIRION déjà cité.

29Au terme de cette étude trop rapide de quelques passages des Saisnes, nous pouvons dire que cette oeuvre originale n'est pas une chanson de geste contaminée par un type de discours narratif ou par des thèmes spécifiques au roman de la même époque. Jean Bodel est très soucieux de respecter les structures formelles propres à la narration épique et jamais ce qui peut apparaître de prime abord comme des digressions n'est gratuit. Le poète a toujours le souci de la conjointure et sait rendre ces épisodes indissociables des lignes de force de la chanson qui "cristallise autour de certaines figures de héros, autour de certains noms, les questions fondamentales qui se posent à la société de l'époque"40. Simplement, Jean Bodel a su faire une magistrale synthèse de ces interrogations qui valent pour la communauté chrétienne toute entière et des soucis plus quotidiens de son auditoire. Il ne néglige ni la réalité urbaine dans laquelle il vit, ni la culture de son époque qu'il partage avec beaucoup de ses lecteurs. Nos classifications et nos jugements modernes sont souvent mis en défaut lorsque nous nous attachons à connaître et à comprendre un milieu social, culturel et artistique différent du nôtre. Cette connaissance nous oblige a repenser en profondeur nos conceptions esthétiques et nous saisissons ainsi, par fulgurance certes, le travail de l'écrivain. La compréhension intellectuelle et érudite qui est le plus souvent la nôtre peut alors, peut-être, faire place à une intelligence plus profonde du texte, celle de sa création.

Notes

1 La Chanson des Saisnes, ed. Francisque Michel, Paris, 1839.
La corone de France doit estre mise avant,
Quar tuit autre roi doivent estre a lui apandant
De la loi crestiene qi an Deu sont creant.

2 Ne sont que iii matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant ;
Et de ces iii matieres n'i a nule semblant.
Li conte de Bretaigne sont si vain et plaisant ;
Cil de Rome sont sage et de san aprenant ;
Cil de France de voir chascun jor apparant.

3 Daniel POIRION, "Chanson de geste ou épopée", in Travaux de linguistique et de littérature, t X, 2, Strasbourg, 1972, p. 14.

4 Sur l'ensemble de la question voir Alexandre MICHA, De la chanson de geste au roman, Genève, Droz, 1976. On pourra également consulter : Marguerite ROSSI, Huon de Bordeaux, Paris, Champion, 1975, Chapitre VI, et les chapitres II et III du Précis de Littérature française du Moyen Age publié sous la direction de D. POIRION, Paris, P.U.F., 1983.

5 Roger BERGER, Littérature et société arrageoises au xiiie siècle, Arras, 1981, p. 110.

6 Op. cit. p. 110.

7 Op. cit. p. 110 à 116.

8 Charles FOULON, l'Oeuvre de Jehan Bodel, Rennes, 1958, p. 417 sq. et p. 430 sq.

9 Nous retrouvons dans l'épopée de Jean Bodel des tournures orales qui invitent à un certain type de lecture du texte ; le ton reste soutenu et le vocabulaire privilégie les termes concrets comme il est d'usage dans les autres chansons de geste.

10 art. cit. p. 15.

11 Cf. L'article de Daniel POIRION, pp. 11 - 13.

12 art. cit. p. 16.

13 "Sire, ce dit Sebile, miaz vos sauroie aprandre :
Se vos volez François angignier et sorprandre,
Desor l'aigue de Rune feroie mon tré tandre,
Si menroie compaignes, tant com an vodrai prandre :
Regarz de bele dame fait bien folie anprandre ;
Qant François vos verront cointoier et estandre,
Sovant vanront a nos donoier et descendre,
Et vos vanroiz si tost com chevax poira randre :
Ce qu'il bargigneront lor poiroiz molt cher vandre".

14 "Dame, dist la roïne, or somes bien an voie
De veoir les François, se aucuns s'an cointoie.
Qui or a son ami, qu'ele ne le fauvoie ;
Mès sovant an sa tante se deduise et donoie :
Que vaut biautez de dame, s'an jovant ne l'amploie ? "

15 Laisses LXXI et LXXII.

16 Laisse LXXII.

17 Laisse LXXIII.

18 Laisses CXXII, CXXIII, CXXVI, CXXVII.

19 Les références ou allusions à des oeuvres contemporaines ou à des écrits théologiques sont fréquentes dans les oeuvres de Jean Bodel. Elles témoignent de la culture du trouvère.

20 Nous songeons aux femmes venues de l'Autre-Monde qui abondent dans la matière celtique, tant dans les lais que dans les romans arthuriens.

21 Chrétien de Troyes ne décrit pas la reine qui demeure un être de désir ; elle n'a de réalité que par l'imaginaire des autres personnages. Sur les femmes-fées et leurs attributs, voir Laurence HARF, Les fées au Moyen Age, Paris, Champion, 1984.

22 Op. Cit. p. 361 - 362.

23 Laisse XLV.

24 Huguette LEGROS, Un auteur en quête de son public : les "fabliaux" de Jean Bodel, in Romania, t. 104, 1983, pp. 107-111.

25 Op. Cit. p. 367 à 370 ; pp. 405 - 406.

26 Op. cit. p. 32.

27 Le jeu de saint Nicolas se clôt sur la vision utopique d'une conversion générale des païens.

28 Op. Cit. p. 351. sq.

29 Op. Cit. p. 104.

30 Op. Cit. p. 105.

31 Op. Cit. p. 105.

32 Histoire de la France urbaine, la ville médiévale, Paris, Seuil, 1980, p. 257.

33 Citons les principaux chefs Hurepoix : Richard de Normandie, Jofroi l'Angevin, Salomon de Bretagne et Fouques de Dreux. Il est bon de noter que Dreux est une ville importante sur l'axe commercial Arras -Rouen, Arras - Le Mans.

34 Cf. la thèse de Charles FOULON, op. cit. p. 353-354.

35 Ibid. p. 428 - 434.

36 Ce motif se retrouve dans de nombreuses épopées de La chanson de Roland au Pélerinage Charlemagne.

37 Laisse LXXIX.

38 Cf. La ville médiévale, op. cit. p. 263 à 280.

39 Charles Foulon, op. cit. p. 383.

40 Cf. L'article, de Daniel POIRION déjà cité.

Notes de fin

* Je tiens à exprimer ma reconnaissance à Dominique Luce-Dudemaine qui a bien voulu écrire cet article sous ma dictée alors que j’avais perdu l’usage de ma main droite. Je rends hommage à sa patience et à son dévouement ; sans son ferme et amical soutien, je n’aurais eu ni le courage de rédiger cette communication ni celui de me rendre à Strasbourg.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540