Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome II

Le passé indéfini : problèmes de la représentation du passé dans quelques chansons de geste féodales

Sarah Kay

Texte intégral

  • 1 R. Menéndez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs. 2e éd. revue et mise à (...)
  • 2 P. Le Gentil, ‘La notion d'"état latent" et les derniers travaux de M. Menéndez Pidal', Bulletin H (...)
  • 3 Menéndez Pidal, op. cit., p. 503.
  • 4 P.e. M.R. Morgan, The chronicle of Ernoul and the Continuations of William of Tyre (Oxford 1973), (...)

1Si R. Menéndez Pidal avoue qu'une "conception parfaitement consciente de la création poétique collective (est) quasi incompréhensible aux modernes"1, de son côté P. Le Gentil a admis que "ce qui est légendaire, on l'a vu, demeure à peu près totalement insaisissable"2. Ainsi le rapport entre les chansons de geste et l'histoire n'a-t-il pas perdu tout son mystère, non seulement pour ce qui est d'expliquer la présence d'un noyau historique déformé dans des textes relativement récents mais aussi pour savoir si les épopées doivent se lire comme une forme d'historiographie ou comme des romans historiques3. Une solution à ce second dilemme se dérobe d'autant plus qu'on nous met en garde contre une opposition simpliste entre les deux domaines du vrai et de l'imaginaire, de l'historique et du fictif4. La modestie et la précaution s'imposent donc à ceux qui malgré tout s'obstinent à conjecturer sur la manière dont les chansons de geste furent reçues de leur(s) public(s).

  • 5 P.e. P. Meyer, Raoul de Cambrai (SATF 1882), pp. XXXVII, XL ; Menéndez Pidal, op. cit., p. 503, pa (...)
  • 6 Excluant, par conséquent, le Chronicon d'Aubri de Trois Fontaines (MGHSS t. 23, 673-950) et tout c (...)
  • 7 Excluant, p. e., Tote listore de France ed. F.W. Bour-dillon (Londres 1897) et les Récits d'un men (...)
  • 8 Editions consultées : Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett, 3 tt. (SATF 1953-5) ; Raoul de Ca (...)

2Je propose d'examiner une seule des raisons nombreuses et diverses qui font pencher pour l'interprétation historio-graphique des chansons de geste : le fait que leur matière est reprise par beaucoup de chroniqueurs, qui semblent ainsi la légitimer5. Afin d'avoir un corpus aussi linguistiquement homogène que possible seules les chroniques en langue française seront consultées en profondeur6. Et pour permettre des comparaisons valables, ne seront visées que celles qui traitent la matière épique avec quelque ampleur7. L'étude porte uniquement sur la manière des chroniqueurs et des poètes de représenter le passé et l'avenir dans le texte même (par exemple, au moyen de rappels et d'annonces). Le choix des chansons de geste se justifie en partie parce qu'elles sont particulièrement intéressantes de ce point de vue, et en partie parce que, attirant aussi les chroniqueurs, elles permettaient de dresser les comparaisons voulues. Le corpus, donc, se compose comme suit8 :

  • 9 Sur la présence de ces deux fonctions dans l'épisode de Beuve d'Aigremont dans Les Quatre Fils Aym (...)
  • 10 Les chroniqueurs ne s'intéressent point à la causalité comme nous l'entendons aujourd'hui ; voir B (...)

3Plus l'épopée prend de l'envergure et plus le propre passé des personnages peut être incorporé. Dans la Chanson de Roland on s'interroge sur les raisons de l'animosité entre Roland et Ganelon ; mal expliquées par le ms. d'Oxford, elles sont peut-être antérieures au récit. Par contre dans les longues épopées plus tardives le passé inscrit dans le texte devient le ressort par excellence qui fait avancer l'intrigue. Celle-ci consiste le plus souvent en une chaîne où alternent crime et châtiment, accord et rupture, injure et vengeance. Dans Girart de Roussillon, par exemple, la première guerre est provoquée par les dispositions matrimoniales et féodales des premières scènes et la seconde est déclenchée par le meurtre de Thierri en représailles des morts qu'il causa dans la première. La structure de Raoul de Cambrai résulte de l'application infatigable de cette formule. Trois de mes quatre poèmes fournissent, en guise d'introduction, une esquisse des rapports entre le père du héros (son oncle dans Les Quatre Fils Aymon) et le souverain. Cette préhistoire pourrait remplir une fonction explicative, soit en préfigurant ce qui suit, soit en le munissant d'un contexte qui le rendra plus compréhensible. La trahison d'Ogier, dans la Chevallerie Ogier, par son père dont il est l'otage, préfigure la perte de la part du héros de tous ceux qu'il aime, et la révolte du père annonce celle du fils ; mais aussi, la colère et la méfiance de Charlemagne envers le forostagié fournissent le contexte qui permettra à la guerre d'éclater si violemment après la mort de Baudouinet9. Ces deux façons de présenter les événements, surtout la deuxième, sont bien sûr connues des chroniqueurs10.

4Il est notoire, cependant, que cette chaîne d'événements comporte des mailles faibles. La critique a relevé des contradictions dans tous mes quatre textes. Certaines en ont été (du moins en partie) expliquées ; il n'en reste pas moins que, nécessitant de telles explications, nos textes ne sont pas toujours lucides. Ce passé qui régit l'action peut être d'un accès difficile.

  • 11 Selon Mlle Hackett, cet accord aurait été redigé par écrit (voir la note au v. 482 de son éd.), ce (...)
  • 12 Notamment la belle étude de P. Le Gentil, ‘Girart de Roussillon : sens et structure du poème, Roma (...)
  • 13 S. Kay, ‘Raoul de Cambrai or Raoul sans Terre ? ‘, Neuphilologische Mitteilungen 84 (1983), 311-31 (...)

5Dans Girart de Roussillon l'accord rédigé entre Girart et Charles Martel garantit au premier la tenure de ses fiefs en alleu. C'est le prix exigé par Girart avant qu'il accepte que Charles épouse la fiancée qui lui était destinée, et que lui-même se contente de l'autre soeur (vv. 439-442, 473-4)11. Malgré les ingénieuses recherches sur les réalités féodales du midi12, il n'est toujours pas clair comment il se fait que par la suite d'une part Girart affirmera qu'il tient Roussillon en alleu héréditaire (v. 834), et de l'autre part sera censé demeurer engagé par ses devoirs vassaliques envers Charles (vv. 1475 ss., 3052 ss.). De même nous lisons dans Raoul de Cambrai que le jeune héros a été privé du fief paternel (vv. 295-308, 680-709) et pourtant il jouit des entières ressources de Cambrai. Or, Cambrai n'est peut-être pas le fief paternel, mais alors le récit est assez obscur pour avoir été mal compris et par le continuateur médiévalet par les éditeurs et érudits modernes13. Comment ces obscurités (si ce ne sont des incohérences) seront-elles vues des chroniqueurs ?

  • 14 En ce qui concerne Raoul de Cambrai, il a le rare mérite d'avoir localisé à Origny, et non à Cambr (...)
  • 15 Ce détail sur Girart est, semble-t-il, retenu par au moins une mise-en-prose : il s'agit de l'inéd (...)
  • 16 Solution à peine croyable, d'autant plus que les chroniques sont souvent postérieures à nos épopée (...)
  • 17 Dans son article ‘De quelle version de Renaut de Montauban David Auber s'est-il inspiré ? ' in Fin (...)

6Philippe Mouskes, qui semble avoir connu ces deux poèmes sous une forme très proche de celle ou nous les avons recueillis14, les élimine tout bonnement. Résumant l'histoire de Girart, il rapporte la dispute des fiancées sans parler du marchandage sur le statut féodal du héros. D'une manière assez imprécise, mais caractéristique à la fois de son ouvrage et d'autres de son époque, il relie cette dispute à la guerre subséquente (Mais entr'aus comenca l'estris v. 1822), qu'il ne présente point sous un jour féodal (vv. 1823-5). Son résumé de Raoul de Cambrai, plus exact que celui des autres chroniqueurs, ne fait cependant aucune allusion a l'exhédération du héros. D'ailleurs aucune chronique, latine ou française, ne représente Girart comme relevé de son hommage ni Raoul comme déshérité15. Ou bien leurs auteurs ont tous sauf exception connu des rédactions épiques différentes des nôtres16, ou bien ils n'ont pas voulu retenir ces traits. Dans les deux cas, le cadre en apparence 'historique' de la chanson de geste (le passé qui 'explique' l'intrigue) est sans appui de la part des historiens17.

  • 18 Pour ne rien dire du problème de Louis et Lohier (v. 4407), fils de Carloman dans une rédaction an (...)

7Jusqu'ici mon exposition a confondu auteur et personnages dans l'intérêt des comparaisons en bloc entre chansons de geste et chroniques. Les personnages épiques se font-ils une idée plus claire de leur propre passé ? Bernier, ambassadeur des Vermandois au camp de Raoul de Cambrai, énumère les riches cadeaux qui lui ont été offerts en amendise de leur dispute (vv. 2274-8). Mais la scène dont il parle décrivait une toute autre forme de réparation : Raoul offrit d'aller pied nu portant sur sa nuque la selle de Bernier (vv. 1771-7). Plus tôt, Raoul avait dénoncé à sa mère l'hostilité de Bernier (vv. 1038-40), ce qui cadre mal avec les paroles conciliantes que celui-ci venait de prononcer ('Cil t'ont mesfait, pour ox l'amenderai', v. 940). Certaines des accusations échangées entre Ogier et Charlemagne après la mort de Baudouinet manquent également de bien-fondé. Charlemagne prétend (v. 3511) qu'Ogier a tué son connétable devant Beauvais, alors que les luttes dans le Beauvaisis sont décrites sans faire allusion à cet incident. Ogier en revanche donne d'abord (vv. 4394-6) un compte-rendu tendencieux des circonstances qui l'ont fait quitter la France ; il parle ensuite (vv. 4403-4) d'un siège que Charles lui aurait fait qui n'est nulle part rapporté ; et il finit par taxer Charles de sa mesquinerie envers les Bretons (vv. 4433-41)18. Le dernier point seul est répudié par le messager.

  • 19 Louis Michel, op. cit., p. 109.

8Impossible de savoir si ces personnages mentent, brodent, traduisent l'indifférence des auteurs envers l'exactitude ou signalent des lapsus de la part des scribes. Mais il est encore une fois intéressant de comparer geste et chronique. Pour La Chevallerie Ogier nous disposons de l'oeuvre de Jean d'Outremeuse qui suit, en l'amplifiant et en la mêlant à ses autres sources, la chanson de Raimbert de Paris19. Or, dans les scènes de la chronique qui correspondent aux passages en question, on ne relève pas d'incohérences. Les messagers qui passent entre Charlemagne et Ogier ou Desier racontent les simples faits et disent ce qu'on leur a dit de dire (voir Le Myreur des Histors t. III pp. 206, 208, 212).

  • 20 Voir n. 17.
  • 21 Voir le ‘prologue de l'Acteur' : ‘Pourquoi mon tres-redoubte seigneur, desirez de ioindre le chief (...)

9Cela nous amène à considérer d'une façon plus générale les scènes d'ambassade dans les chansons de geste. On constate que dans cette culture 'orale', ou devrait régner la mémoire, les messagers sont rarement à la hauteur de leur mission. Dans Les Quatre Fils Aymon les deux envoyés de la cour de Charles a Beuve d'Aigremont s'en acquittent assez mal. Le premier somme Beuves de comparaître 'nus piés et en langes' (v. 211), humiliation nullement imposée par la cour, et qui déclenche la violence meurtrière de Beuve. La cour du roi se doute peut-être de l'ineptitude de ce premier, car son choix porte maintenant sur Lohier qui parlera 'sagement' et ne sera pas 'bricon' (v. 387) ; mais lui aussi outrepasse ses ordres (cp. vv. 388-394 et 520-532). Qui plus est, son discours est soutenu par l'auteur : 'Grant ire ot li dus Bues quant il ot et entent Que Charles li manda .i. si fier mandement' (vv. 548-9). Il est probable que la source immédiate des Croniques de Charlemaine ne contenait pas l'épisode de Beuve20, mais dans l'épisode gascon tel qu'il est racontée dans le texte attribué à David Auber (ou copié par lui) il y a une scène tout analogue ou l'ambassadeur de Charles à Yon, persuadé par les traîtres, va à l'encontre de sa mission et propose à Yon exactement la même condition humiliante (t. II (1), p. 121). L'auteur du texte soit-disant historiographique21 fait tout le contraire du poète de la version Lavallière car il n'arrête pas de souligner que le messager s'est écarté 'malicieusement' du texte dont il a été chargé (voir pp. 121, 122, 124).

  • 22 Voir Micheline de Combarieu du Grés, L'idéal humain et l'expérience morale chez les héros des chan (...)
  • 23 Il paraît, d'après l'analyse de R. Louis, op. cit., t. III pp. 46-48, 55-6, que ces scènes ont été (...)

10Un autre ambassadeur poétique qui, au dire de son auteur, parle 'ben e sens mentir' tout en travestissant les communications qu'on lui confie est Peire de Mont Rabei dans Girart de Roussillon. Envoyé par Charles au camp de Girart avec le message des royaux, il est ensuite chargé de la réponse de Girart qu'il transmet au cours d'un long compte-rendu. Ces deux scènes se prolongent sur 1 ,000 vers environ (vv. 3754-4746) où les propos à échanger sont discutés, modifiés, répétés et déformés d'innombrables fois. Dans chaque camp il y a les durs et les modérés, les durs ayant une politique de l'affrontement, les modérés de l'appaisement. Dans les débats, ce sont toujours les modérés qui l'emportent, mais à chaque reprise les paroles rapportées par Peire se rapprochent davantage de la position des durs (cp. vv. 3758-67, 3892-901, 4032-8 ; 4257-73, 4514-6, 4559-61). Il semble donc envenimer la querelle ; ce qui rend encore plus surprenant l'éloge d'un auteur dont on connaît les idéaux pacifiques22. Mais encore, lorsqu'il rend compte à Charles de la manière dont il s'est acquitté chez Girart, il raconte un extraordinaire mélange de souvenirs très exacts, de dialogues inventés (p. e. vv. 4652-69) et de mensonge : car il veut faire croire qu'il avait prononcé le message sous sa forme modérée ... (vv. 4616-20). C'est comme si l'auteur voulait fournir un exemplum de la fallibité de la mémoire humaine. Les chroniqueurs de mon corpus ne remanient pas cette scène, mais on peut la mettre en rapport avec un incident des Croniques de Charlemaine23 (t. II (1) p. 116) où un chevalier, revenant de pèlerinage, et voyant par hasard le train de vie des fils d'Aymon, s'informe de toutes leurs circonstances, et ne quitte Bordeaux avant d'avoir tout 'mis a memoire', si bien que quant il revoit Charlemagne il 'lui compta mot après autre'. La mémoire est en honneur chez l'historien, ou prétendu tel. On ne peut pas dire de même du poète épique.

  • 24 On y relève surtout des inconséquences de datation. Voir Brandt, op. cit., p. 51 ; sur les défauts (...)
  • 25 Il s'agit du nombre d'enfants de Doon de Mayence. Il est vrai que le passage auquel il renvoie n'é (...)

11En effet, la mémoire des auteurs de geste n'est pas toujours meilleure que celle de leurs personnages. La première partie de La Chevallerie Ogier est rattachée au récit de sa révolte par un curieux mélange de rappels et d'annonces. Sans être tout à fait faux, ces rappels sont inexacts. Le passage commence (v. 3106 ss.) par nous rappeler comment Gaufrois, père d'Ogier, a mis son fils en danger de mort en manquant de tenir ses engagements envers le roi, dont Ogier est l'otage. Il résume ensuite la colère du roi et la tentative d'intervention de la part de la reine. Tout cela est juste. Mais après il affirme que Charles aurait pardonné Ogier, qu'il l'aurait armé chevalier et fait gonfalonnier. Le récit antérieur, pourtant, nous avait laissé entendre que Charles ne faisait que remettre à plus tard sa vengeance contre Ogier (vv. 353-6), et il nous a décrit en toutes lettres comment Ogier lui-même a dépouillé Alori, le gonfalonnier nommé par Charlemagne et qui a fui le champ de bataille, de l'étendard et de ses armes, improvisant ainsi l'armure d'un chevalier et se promouvant gonfalonnier de sa propre initiative (v. 591 ss.). Charles n'a fait que la consacrer en lui çaignant plus tard son épée (v. 579). Sans doute les bévues ne manquent-elles pas chez les chroniqueurs24. Toujours est-il que quand Jean d'Outremeuse en vient à rattacher les enfances d'Ogier à sa carrière de baron révolté il ne retient pas un mot de ces rappels ; et qu'ailleurs il s'emporte contre une rédaction de Renaut de Montauban qu'il trouve en erreur par rapport aux chroniques, renvoyant par un 'sicom dit est desus' (t. III, p. 99) à un passage antérieur où il a fourni la version authentique des faits ; (il renvoie au t. II, pp. 520-22)25.

  • 26 L. Michel, op. cit., p. 199, fait remarquer que la forme Versiliach qu'écrit Jean d'Outremeuse ne (...)

12Un autre trait qui trahit un manque de cohésion entre le passé et le présent du récit épique est la manière un peu déroutante dont certains auteurs nous présentent un personnage comme un inconnu alors qu'il est déjà important. Juste avant la querelle décisive de Raoul de Cambrai et Bernier, après l'incendie d'Origny, Raoul demande du vin. Parmi les quatorze jouvenceaux qui accourent se trouve '.I. damoisel, nez fu de S. Quentin, Fix fu Y., .j. conte palasin' (vv. 1598-9). Ce ne peut être que Bernier, identifié ici de manière on ne peut plus oblique par un trait qu'on ne lui connaissait pas (d'être né à Saint Quentin). L'auteur de Girart de Roussillon nous déconcerte également en parlant du personnage central de Thierri comme d' 'uns duc d'Ascance' (v. 1733), alors qu'il nous était connu comme seigneur de la Lorraine (v. 1714), et comme si, d'ailleurs, en Ascance, un chacun était duc. Quand Jean d'Outremeuse présente la même personne de deux manières différentes, c'est bien parce qu'il croit avoir affaire à deux personnages distincts, comme lorsqu'il parle (t. II, p. 442) de la translation des reliques de Marie-Madelaine à Vézelay par 'Gerar, le duc de Bourgogne', et immédiatement après (p. 443) de la défaite par Charles Martel de 'Gerard de Rosselhon'. Le premier renseignement dérive d'une source latine, le second d'une chanson de geste26.

13Sur le passé dans ces chansons de geste il règne donc un certain flou. Ceci ne s'explique pas uniquement par la thèse des remaniements successifs, qui ne saurait, par exemple, rendre compte des ambassades de Peire de Mont Rabei. D'ailleurs le phénomène est trop général pour que cette explication seule soit suffisante : car il faudrait croire non seulement que chaque contradiction est due à un remanieur, mais que tous ces adapteurs ont été également indifférents à la cohérence des récits sur lesquels ils travaillaient. Si indifférence il y a, pourquoi ne serait-elle pas le fait des auteurs ? Pourtant, une comparaison entre leur représentation du passé et celle de l'avenir va suggérer qu' 'indifférence' n'est guère le mot qui convient. Nous allons poursuivre en juxtaposant toujours chansons de geste et chroniques.

  • 27 Voir mon ‘The Character of Character in the Chansons de Geste', The Craft of Fiction. Essays in Me (...)

14Le songe prémonitoire est un moyen d'annoncer l'avenir connu des deux genres. Philippe Mouskes n'en rapporte pas dans les résumés de chansons de geste dont il est question ici, mais il fait prévoir en songe à Rou sa conversion au christianisme et son succès sur les anglais, à Guillaume le Roux sa mort s'il continue à dépouiller les églises (vv. 13227-13303, 17746-17793). Racontant la fin du siège de Castelfort, Jean d'Outremeuse retient les grandes lignes du songe prémonitoire que Raimbert de Paris attribue à Ogier dans la chanson de geste (cp. Myreur t. III p. 247 s. et Ogier vv. 8212-25). Les deux genres se servent également d'apparitions surnaturelles - anges ou saints - qui dévoilent l'avenir aux personnages, mais l'usage de ce procédé est plus restreint. Le personnage épique se distingue plus nettement de son confrère historiographique par son don de la prescience, qui lui imprime une qualité presque mythique27. Averti par sa mère que la concession du Vermandois entraînera sa mort et que ce sera son ami Bernier qui la lui donnera, Raoul de Cambrai avance néanmoins sur Origny comme s'il ignore le destin que toutes ses actions ne servent cependant qu'à hâter. De même il y a chez le Charlemagne des Quatre Fils Aymon une curieuse intuition de son propre avenir lorsqu'il s'emporte contre Ogier :

Vos volriés avoir mis Broiefort l'aragon
Que jo fusse ore en France, a Rains o a Ssesson
Et tot mi chevalier refussent en maison
Ou Renaus me tenist la ens en sa prison. (vv. 5507-12)

15Ce trait manque chez David Auber.

  • 28 Brandt, op. cit., pp. 52-65.

16Du côté de l'auteur l'équivalent du songe prémonitoire est le présage merveilleux. Il est rare dans la chanson de geste. J'ai retenu un exemple dans Les Quatre Fils Aymon, ou la future sainteté de Renaut est préfigurée par l'assombrissement soudain de la chambre où il se trouve, et par l'épouvante de Yon (vv. 6072-7). Les chroniques, en revanche, foisonnent en présages. David Auber, il est vrai, ne les favorise pas, mais ce sont Philippe Mouskes et Jean d'Outremeuse qui sont plus caractéristiques des chroniqueurs médiévaux. Certaines 'merveilles' sont expliquées. Philippe Mouskes raconte, par exemple, que les chevaliers de Charlemagne en guerre contre Agolant plantaient leurs lances dans le sol le soir ; ceux qui les retrouvaient, le matin, recouvertes de feuilles, mourraient dans la journée (v. 4921 ss). Mais il est beaucoup plus fréquent que la 'merveille' se trouve seulement juxtaposée à un incident ; au lecteur, alors, de décider si elle en est la cause, l'annonce ou le simple avant-coureur. Ainsi Philippe Mouskes rapporte-t-il un 'verai signe' (v. 16024) embrassant la métamorphose du chevalier au cygne, l'apparition de deux soleils, et la mort de Robert II de France en 1031. Jean d'Outremeuse, de son côté, rédige une entrée qui semble rattacher un orage, la mort du vénérable Bède et un siège de Constantinople par les Sarrasins (t. II p. 433). Ce procédé est trop connu pour exiger une documentation plus étendue28. Notons, cependant, qu'il sert presque immanquablement à préparer un incident qui survient immédiatement après, tandis que le présage dans Les Quatre Fils Aymon annonçait le dénouement du texte quelque dix mille vers plus tard.

  • 29 Brandt p. 46. Mais il est plus courant d'interpréter un événement comme la réalisation d'une proph (...)
  • 30 T. II (1) p. 110 il prévoit la sainteté de Renaut qui, dans ses Croniques, au lieu d'être martyris (...)
  • 31 L'auteur déclare v. 3443 que le siège de Castelfort dure 7 ans, ce qui est confirmé au v. 8455 ; i (...)
  • 32 Voir aussi laisse 203.

17Cette différence majeure entre la présentation de l'avenir-dans-le-texte dans une chanson de geste et dans une chronique est encore plus nette quand on considère l'annonce tout court. Il arrive, très rarement, qu'un chroniqueur fasse allusion à un événement qu'il ne traitera que plus tard29. Dans Les Croniques de Charlemaine il y a même deux annonces d'événements à venir, mais aucun des deux ne se réalise dans le texte30 ! Par contre dans les chansons de geste l'emploi de l'annonce est systématique. Dans Raoul de Cambrai l'auditeur est averti de la mort du héros dès le v. 391, ou dès le v. 11 si on regarde le prologue comme une sorte d'annonce ; de la mort du Mansel Giboïn (qui ne meurt pourtant que dans la suite rimée) dès le v. 139 ; du futur rôle de Gautier dans la lutte contre les Vermandois dès le v. 3734, et ainsi de suite. Comme les premières laisses surtout foisonnent en prémonitions des souffrances à venir, il n'y a aucun élément de l'intrigue qui ne soit ainsi bien préparé d'avance. Dans La Chevallerie Ogier le malheureux Baudouinet n'est pas encore né qu'on prédit sa mort. Cette annonce assez circonstanciée ne contient qu'une seule inexactitude : Charlot le tuera non pas avec un roc (v. 93) mais avec l'échiquier (v. 3175). Une seconde annonce corrigera cette erreur (v. 3118). Ses succès à Rome ayant en apparence réconcilié Ogier avec l'empereur, le poète accumule les avertissements des malheurs que subira son héros : dispute avec le roi, exil en Pavie (vv. 3098-9) ; mort de son fils, exil, siège de Castelfort, emprisonnement à Rheims, et enfin service éclatant rendu à Charlemagne (vv. 3117-47) ; détails supplémentaires sur les épisodes de Castelfort et de Rheims (vv. 3443-70). Ces renseignements s'avèrent exacts jusque dans le détail des chiffres31. Les annonces ne manquent pas dans Les Quatre Fils Aymon ; dans Girart comme dans Raoul de Cambrai elles se multiplient surtout en fin de laisse et dans la première moitié du poème, c'est-à-dire dans les parties mêmes du texte qui, de par leur manque de correspondance avec les développements ultérieurs du récit, et notamment avec les rappels qui s'y trouvent, ont paru tellement suspectes32. La soi-disante indifférence des remanieurs n'opère qu'en un seul sens. Là où l'avenir est en cause, ils sont méticuleux.

18Mieux vaut laisser de côté les accusations, et nous en tenir à nos constatations. Dans les chansons de geste étudiées, le passé est parfois brumeux et même irrécupérable là où la mémoire des auteurs ou des personnages fait défaut ; en revanche les grandes lignes de l'avenir sont claires comme le jour pour l'auteur, qui les entonne en une série d'annonce explicites, et souvent accessibles par des intuitions, des avertissements ou des songes, à ses héros. Dans les rédactions de la matière épique par les chroniques, et plus généralement dans les chroniques étudiées au cours de cette enquête, c'est l'inverse. La mémoire des personnages est sûre, et l'auteur veut que sa présentation du passé, comme la leur, inspire la confiance. Par contre l'avenir-dans-le-texte n'est que rarement annoncé d'une façon explicite, et deux annonces de cette sorte sont fausses.

19Ces différences ne sont, au fond, que rhétoriques. Pour l'auteur de la chronique comme pour celui du poème épique, l'avenir de ses personnages est dans son passé à lui, ou bien lui est connu comme tel. Cela ressort très clairement à l'emploi systématique du prétérit pour les annonces dans les chansons de geste, alors que leurs récits se déroulent en grande partie au temps présent. L'auteur nous révèle au passé défini où tend l'histoire, avant d'adopter le mélange de temps plus dramatiques pour nous la faire vivre. Mais ces différences rhétoriques créent de différentes perspectives sur le temps chez les chroniqueurs et les trouvères.

20L'orientation vers le futur plus que vers le passé répond, dans les poèmes, à une esthétique qui préfère les aventures à leurs causes et les dénouements aux scènes d'exposition. Elle peut traduire un élan dramatique : la carrière d'un Ogier, par exemple, tour à tour abandonné, fêté, poursuivi, combattu, accueilli et fêté de nouveau, se fonde sur l'intérêt du devenir. Elle peut aussi remplir une fonction morale, notamment dans les deux poèmes - Girart et Les Quatre Fils Aymon - où un dénouement hagiographique sert de point de mire pour l'interprétation de l'oeuvre entière. Dans Girart de Roussillon on trouve même des passages ou les annonces sont si intimement liées au récit et aux rappels qu'on a peine à les distinguer :

21L'auteur paraît vouloir confondre non seulement la relation du passé et du futur, mais aussi celle de l'événement et du commentaire.

22L'épopée vise donc à un but, qu'il soit purement narratif, ou qu'il se double d'une valeur morale. La marche du temps est ressentie comme la force qui nous en rapproche ; le récit est fortement marqué de cette téléologie. Dans la chronique, au contraire, le départ vaut autant que l'arrivée, parfois jamais atteinte, et le temps, ou le récit, ne fait qu'interposer des couches successives, au gré des années, entre l'auteur et le début de son texte. Les deux genres sont donc on ne peut plus différents dans leur manière de représenter l'essence même de l'historiographie, le déroulement des événements dans le temps. C'est pourquoi les procédés d'adaptation des chroniqueurs confrontés par nos poèmes nous révèlent autant de méfiance que de foi. Leur témoignage sur la valeur 'historiographique' des chansons de geste est donc bien moins que probant.

Notes

1 R. Menéndez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs. 2e éd. revue et mise à jour (...) avec le concours de R. Louis, trad. par I. -M. Cluzel (Paris 1960), p. 460.

2 P. Le Gentil, ‘La notion d'"état latent" et les derniers travaux de M. Menéndez Pidal', Bulletin Hispanique LV (1953), 113-148, p. 133.

3 Menéndez Pidal, op. cit., p. 503.

4 P.e. M.R. Morgan, The chronicle of Ernoul and the Continuations of William of Tyre (Oxford 1973), ch. IX, notamment p. 152 : ‘But it must be admitted that the boundary of imagination's proper use is far from clearly delineated at this period, or rather should we say that it was not envisaged that there might be boundaries beyond which its use becomes improper' ; Norman Daniel, Heroes and Saracens. An Interpretation of the Chansons de geste (Edinburgh 1984), pp. 64, 267-274.

5 P.e. P. Meyer, Raoul de Cambrai (SATF 1882), pp. XXXVII, XL ; Menéndez Pidal, op. cit., p. 503, para. 4 ; S.G. Nichols, ‘Poetic Reality and Historical Illusion in the Old French Epic', The French Review 43 (1969-70), 23-33, p. 27.

6 Excluant, par conséquent, le Chronicon d'Aubri de Trois Fontaines (MGHSS t. 23, 673-950) et tout ce qui dérive de la Chronique du pseudo Turpin.

7 Excluant, p. e., Tote listore de France ed. F.W. Bour-dillon (Londres 1897) et les Récits d'un menestrel de Rheims au xiiie siècle, ed. Natalis de Wailly, Société de l'Histoire de France (Paris 1876).

8 Editions consultées : Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett, 3 tt. (SATF 1953-5) ; Raoul de Cambrai, voir n.5 ; La Chevallerie d'Ogier de Danemarche, éd. Mario Eusebi (Milan, Varese, 1963) ; La chanson des Quatre Fils Aymon, éd. Ferdinand Castets (Montpellier 1909) ; Philippe Mouskes, Chronique Rimee, éd. Le baron de Reiffenberg, coll. Chroniques Belges Inédites, 2 tt. (Bruxelles 1836, 1838) ; Jean des Preis, dit d'Outremeuse, Ly Myreur des Histors, éd. Ad. Borgnet et S. Bormans, coll. Chroniques Belges Inédites : Corps des Chroniques Liégeoises, 7 tt. (Bruxelles 1864-87) ; David Auber (attrib. douteuse), Croniques et Conquestes de Charlemaine, éd. Robert Guiette, Académie Royale de Belgique : Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques, coll. des Anciens Auteurs Belges N. S. no. 3, 3 tt. (Bruxelles 1940-51). Ce dernier texte se rapproche davantage du genre de la mise en prose. Il représente ainsi un seul pas sur un chemin qui aurait mené loin, l'espace et le temps permettant.

9 Sur la présence de ces deux fonctions dans l'épisode de Beuve d'Aigremont dans Les Quatre Fils Aymon voir W.C. Calin, The Epic of Revolt (Genève 1962), pp. 77, 79 ; et A. Adler, Rückzug in Epischer Parade. Studien zu Les Quatre Fils Aymon, La Chevalerie Ogier (...) Analecta Romanica 11 (Francfort a.-M. 1963), pp. 34-7 et n. 11.

10 Les chroniqueurs ne s'intéressent point à la causalité comme nous l'entendons aujourd'hui ; voir Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l'occident médiéval (Paris 1980), pp. 147, 207-11. Leur but principal est de fixer l'ordre des événements dans le temps. William Brandt, The Shape of Medieval History (Yale 1966), distingue une manière cléricale d'une manière aristocratique de percevoir cette filiation. Chez les aristocrats c'est l'idée de séquence ou de conjonction qui prédomine, tandis que les clercs conçoivent l'événement comme une structure a trois phases comprenant un statut quo, un bouleversement, et ses conséquences ; voir les ch. 2-3. La conception figurale de l'histoire est surtout associée au nom de Joachim de Flore, sur qui consulter Morton Bloomfield, ‘Récent Scholarship on Joachim of Fiore and his influence', in Prophecy and Millenarism. Essays in Honour of Marjorie Reeves éd. Ann Williams (London 1980), 23-52.

11 Selon Mlle Hackett, cet accord aurait été redigé par écrit (voir la note au v. 482 de son éd.), ce qui rend la confusion concernant ses termes plus surprenante encore.

12 Notamment la belle étude de P. Le Gentil, ‘Girart de Roussillon : sens et structure du poème, Romania 78 (1957), 328-89, 463-510.

13 S. Kay, ‘Raoul de Cambrai or Raoul sans Terre ? ‘, Neuphilologische Mitteilungen 84 (1983), 311-317.

14 En ce qui concerne Raoul de Cambrai, il a le rare mérite d'avoir localisé à Origny, et non à Cambrai ou ailleurs, la célèbre scène de l'incendie. Pour Girart, il retient la dispute des fiancées, invention du poète de la version d'Oxford, du moins selon René Louis, De l'histoire à la légende, 3 tt. (Auxerre 1946-7), t. II p. 240 ss.

15 Ce détail sur Girart est, semble-t-il, retenu par au moins une mise-en-prose : il s'agit de l'inédite Histoire de Charles Martel ; voir R. Louis, op. cit., t. III p. 32.

16 Solution à peine croyable, d'autant plus que les chroniques sont souvent postérieures à nos épopées, mais reflètent, au dire de la critique, des remaniements qui leur sont souvent antérieures. Voir L. Michel, Les légendes épiques carolingiennes dans l'oeuvre de Jean d'Outremeuse (Bruxelles 1935), pp. 205 (Girart de Fraite), 218-236 (Les Quatre Fils Aymon).

17 Dans son article ‘De quelle version de Renaut de Montauban David Auber s'est-il inspiré ? ' in Fin du moyen âge et Renaissance. Mélanges (...) Robert Guiette (Anvers 1961) 127-137, Maurice Piron ajoute à sa liste d'indications que les Croniques de Charlemaine se basent non pas sur la version Lavallière mais sur celle, plus tardive, de R et ses antécédents, le Fait que les Croniques, comme R, omettent l'épisode de Beuve d'Aigremont qui sert de prologue dans le texte Lavallière. Cet épisode est assez maladroitement rattaché à la suite du récit en vue du désaccord qui règne sur la question si c'est bien Beuve qui y a tué Lohier (si encore c'est Lohier qui est mort et non Louis) ; voir vv. 698-701, 2134 s., 2191 s., 3111, et le commentaire d'Adler, op. cit., p. 32. L'auteur des Croniques n'aurait donc pas rejeté cet incident de son propre chef. Il est tout de même curieux qu'il est également omis par Philippe Mouskes et Jean d'Outremeuse.

18 Pour ne rien dire du problème de Louis et Lohier (v. 4407), fils de Carloman dans une rédaction antérieure ? Voir Adler, op. cit., pp. 89-92.

19 Louis Michel, op. cit., p. 109.

20 Voir n. 17.

21 Voir le ‘prologue de l'Acteur' : ‘Pourquoi mon tres-redoubte seigneur, desirez de ioindre le chief auec-ques les membres, m'a chargie de curieusement enquerir et viseter pluseurs volumes tant en latin comme en francois ... Car il luy sembloit que l'ystoriografeur qui compilla les croniques de France, n'en fist point assez'.

22 Voir Micheline de Combarieu du Grés, L'idéal humain et l'expérience morale chez les héros des chansons de geste des origines à 1250 (Aix-en-Provence 1979), t. II, pp. 665-756 ; les pp. 694-700 sont consacrées à ces ambassades.

23 Il paraît, d'après l'analyse de R. Louis, op. cit., t. III pp. 46-48, 55-6, que ces scènes ont été omises par L'Histoire de Charles Martel.

24 On y relève surtout des inconséquences de datation. Voir Brandt, op. cit., p. 51 ; sur les défauts de la chronologie chez Jean d'Outremeuse, voir Michel, op. cit., pp. 41-5.

25 Il s'agit du nombre d'enfants de Doon de Mayence. Il est vrai que le passage auquel il renvoie n'énumère que les fils.

26 L. Michel, op. cit., p. 199, fait remarquer que la forme Versiliach qu'écrit Jean d'Outremeuse ne peut dériver que d'un document latin contenant la forme Virziliacum, que le Liégeois n'aura pas reconnu.

27 Voir mon ‘The Character of Character in the Chansons de Geste', The Craft of Fiction. Essays in Medieval Poetics, ed. Leigh A. Arrathoon (Rochester, Michigan, 1984), 475-498.

28 Brandt, op. cit., pp. 52-65.

29 Brandt p. 46. Mais il est plus courant d'interpréter un événement comme la réalisation d'une prophétie, conservant ainsi l'orientation caractéristique du chroniqueur sur le passé ; voir Philippe Mouskes, vv. 19126-7, 19461-66, 20543-48, ou les décès de S. Thomas Beckett, Henri le Jeune Roi et Richard Coeur de Lion remplissent les prophéties de Merlin.

30 T. II (1) p. 110 il prévoit la sainteté de Renaut qui, dans ses Croniques, au lieu d'être martyrisé, revient paisiblement en France auprès de sa femme et ses enfants ; p. 123 il annonce la mort en prison de Yon qui sera cependant mis en liberté aux pp. 141-2.

31 L'auteur déclare v. 3443 que le siège de Castelfort dure 7 ans, ce qui est confirmé au v. 8455 ; il estime, v. 3455, à 7 ans encore le terme d'emprisonnement du héros, ce qui cadre parfaitement avec v. 10513 ; quant a sa nourriture en prison, cp. vv. 3365-8 et 9494, 9511.

32 Voir aussi laisse 203.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k

Auteur

Université de Cambridge

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540