Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner son personnage au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Quand le voyageur-narrateur façonne son personnage : Guillaume de Rubrouck dans Le Voyage dans l’Empire mongol

Huguette Legros

Texte intégral

  • 1 Citons Julien de Hongrie, Jean de Plan Carpin, André de Longjumeau.
  • 2 Itinerarium Willelmi de Rubruc, in Sinica Franciscana, t. I, p. 164 à 332 ; Voyage dans l’Empire m (...)

1Au xiiie siècle, de nombreux voyageurs se rendent chez les Mongols1. À leur retour, ils rédigent tous une relation de leur voyage, mais seul Guillaume de Rubrouck le fait sous la forme d’une lettre adressée à celui qui l’a envoyé en mission : le roi de France, Louis IX. Dans cette longue missive2, le franciscain évoque la vie des Tartares, leurs coutumes, leurs croyances ; il raconte aussi les difficultés du voyage que lui et ses compagnons ont effectué de Constantinople à Caracorum ; mais son récit se fait à plusieurs reprises plus personnel ; il parle de lui, campe son personnage, se met en scène ; c’est cet aspect du texte qui nous intéressera ; nous nous demanderons à quels moments Guillaume « façonne » son personnage ; comment et dans quels buts ?

  • 3 Cf. Michèle Guéret-Laferté, Sur les routes de l’Empire mongol, Paris, Champion, 1994, en particuli (...)
  • 4 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 13 sq. ; Paul Zumthor, Langue, (...)

2En recourant à la forme épistolaire, Guillaume rédige un récit à la première personne du singulier ; le plus souvent ce « je » qui est celui du « voyageur-narrateur » assume une simple fonction de régie, doublée éventuellement d’une fonction testimoniale3, sans qu’on puisse parler d’autobiographie, ni même d’éléments autobiographiques4 dans la mesure où ce qui est raconté se rapporte directement soit au récit du voyage, soit à la mission qui lui a été confiée ; pourtant, dans la présentation que Guillaume fait de son rôle perce déjà une mise en valeur du moi.

  • 5 Traduction citée, p. 86,118, 129, 158, 164, 207 ; p. 106, le message est rapporté au style indirec (...)
  • 6 Ibid., p. 109, 163, 214, par exemple.

3Il se présente comme le chef de l’expédition, ce qu’il est, de fait ; mais parce qu’il rapporte, le plus souvent au style direct, le discours qu’il tient aux responsables mongols et parce qu’il le répète à huit reprises, structurant ainsi sa narration, le lecteur ne peut qu’avoir l’impression qu’il insiste sur son rôle5 ; ceci d’autant plus qu’il parle souvent au nom de ses compagnons et que ses réponses aux questions des Khans sont telles qu’elles tendent à donner une certaine image des visiteurs : peu exigeants, respectueux envers les autorités, mais aussi soucieux de ne pas transiger avec les préceptes du christianisme romain6. Néanmoins, ces discours concernent tous les membres de la mission même si Guillaume emploie plus souvent le « je » que le « nous » ; en revanche, pour expliquer au destinataire de la lettre comment est organisé le voyage, il n’utilise que la première personne du singulier ; c’est ainsi, par exemple, qu’il précise :

  • 7 Ibid, p. 87.

J’avais apporté de Constantinople, sur le conseil des marchands, des fruits secs, du vin de muscat et du biscuit fort délicat, pour les offrir aux premiers capitaines tartares, afin de me faire ouvrir plus facilement le passage : ces gens-là en effet, ne regardent pas d’un bon œil celui qui vient les mains vides ! Je chargeai tout cela sur un chariot7...

4Guillaume se présente aussi comme l’interlocuteur privilégié des Mongols et ne manque pas de raconter des anecdotes dans lesquelles il tient le beau rôle ; il rapporte, par exemple, la réaction de Mangou Khan alors qu’il avait été écarté de la tente royale par un moine nestorien, fâché à cause de ses réprimandes :

  • 8 Traduction citée, p. 188. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Par la suite, il se trouva que lui-même et les prêtres se rendirent en procession à la cour, sans m’avoir invité [...]. Or quand ils furent en présence de Mangou, celui-ci, ne m’ayant pas vu au milieu d’eux, demanda avec empressement où j’étais, et pourquoi je n’étais pas venu avec eux. Les prêtres prirent peur et s’excusèrent. À leur retour ils me rapportèrent les paroles de Mangou, et ils murmuraient contre le moine8.

  • 9 Dans l’avant-propos de sa lettre, Guillaume de Rubrouck écrit : « vous m’aviez dit, quand je vous (...)

5Certes, on pourrait penser que ce récit a pour fonction de témoigner de sa proximité avec le grand Khan et donc de la validité de son témoignage, mais la véritable caution de la véracité de ses informations est sa volonté de répondre avec précision à la mission que lui a confiée Louis IX et son statut de franciscain, aussi de tels détails sont-ils inutiles pour mener à bien sa mission d’information sur les Mongols9.

  • 10 Ibid., p. 119 : « Seigneur, nous demandons que votre maître daigne accepter ce pain, ce vin et ces (...)

6Il explique encore comment il parvient à dénouer les situations de crise et il met alors en valeur ses qualités de diplomatie, de patience, d’habileté rhétorique, de ruse. Alors que Coiac, le secrétaire de Sartach, fait mine de croire que tous les objets présentés par Guillaume (les livres, la chapelle, les vêtements sacerdotaux) sont des cadeaux pour le Khan, celui-ci avoue : « j’eus bien peur et cela me déplut fort », mais il ajoute : « Mais dissimulant, je répondis » et son discours est, de fait, fort habile10.

7Il se montre aussi capable de patience comme le prouve le récit de cette anecdote : après qu’ils ont traversé le Tanaïs, leur guide renvoie leurs chevaux et leurs bœufs, croyant qu’ils en auraient d’autres fournis par le poste frontière ; or il n’en est rien ; Guillaume raconte :

  • 11 Traduction citée, p. 115.

Nous étions donc là en grande angoisse, parce que nous ne trouvions ni chevaux ni bœufs à acheter contre argent. Enfin, quand je leur eus démontré que la peine que nous prenions était pour le bien commun de toute la chrétienté, ils nous fournirent des bœufs et des hommes11.

8Dans la première phrase qui relate leur inquiétude, il emploie la première personne du pluriel alors qu’il recourt à la première personne du singulier pour expliquer comment il a résolu leur problème.

  • 12 Ibid., p. 179.

9Il n’hésite pas non plus à user de la ruse, voire du mensonge ; par exemple pour sauver son compagnon, accusé d’avoir buté sur le seuil de la tente de Mangou, d’un jugement sévère, voire la mort ; Guillaume qui connaissait parfaitement cet interdit affirme : « Seigneur, nous n’avions pas notre interprète avec nous, comment aurions-nous pu avoir compris12 ? »

  • 13 Ibid., p. 110.
  • 14 Guillaume et ses compagnons ont rencontré à la cour de Mangou un homme qui se fait passer pour un (...)
  • 15 Traduction citée, p. 188.

10Il campe ainsi, par petites touches, un portrait flatteur de lui-même ceci d’autant plus qu’il relate le rôle positif qu’il joue, à plusieurs reprises, à l’égard des communautés religieuses. Lorsqu’ils rencontrent des Alains, Guillaume tente de les éduquer : « je leur parlai de cette solennité [ils sont à la veille de la Pentecôte]... Alors je redressai leurs notions autant que je le pus, en les instruisant et les affermissant dans la foi13 » ; on pourra nous objecter qu’il est alors dans son rôle de franciscain, mais il n’en reste pas moins vrai qu’il n’expose pas objectivement les défaillances des Alains et qu’il préfère mettre sa prédication en valeur. De même, il raconte avec force détails une dispute qui oppose le moine14 et un prêtre appelé Jonas à propos de la création du monde : « Le moine disait que l’homme avait été créé avant le Paradis et que l’Évangile le disait. Je fus alors appelé comme arbitre de cette question », puis comprenant la nature de l’erreur du moine, il se met en colère : « En entendant cette hérésie du manichéisme ainsi publiquement et impudemment proclamée, je le réprimandai durement en lui disant de mettre un doigt sur sa bouche parce qu’il ignorait l’Écriture15 ». À de nombreuses reprises, dans sa relation, Guillaume se présente comme celui qui sait, qui détient la connaissance ; les exemples sont trop nombreux pour être tous cités.

  • 16 T. Todorov, Mickhaïl Baktine, le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981 ; cf. aussi V. Jouve, L’e (...)

11Ainsi lorsqu’il raconte comment il exerce ses responsabilités de chef d’expédition et d’homme de Dieu, Guillaume va au-delà d’un récit informatif et campe son personnage avec une certaine complaisance que le lecteur ne peut manquer de remarquer jouant ainsi le rôle que des critiques tels que M. Baktine ou T. Todorov lui accordent dans la constitution du « personnage16 ».

12L’évocation d’autres personnages comme son compagnon ou le moine permet aussi à Guillaume d’esquisser le portrait qu’il souhaite donner de lui-même.

  • 17 Traduction citée, p. 137, 228 à 230, entre autres.
  • 18 Ibid., p. 153, 154, 234, par exemple.
  • 19 Un exemple, cette anecdote racontée par Guillaume : « Même quand nous étions assis à l’ombre sous (...)
  • 20 Ibid., p. 158, 172, par exemple.

13Lorsqu’il parle de son compagnon c’est pour évoquer sa faiblesse et son manque de résistance qui, par contraste, font ressortir ses propres qualités physiques et morales. À de nombreuses reprises, il insiste sur la dureté des conditions du voyage : la faim, la soif, le froid, la fatigue17, l’angoisse suscitée par la traversée des régions désertiques18 ; à cela s’ajoute le mépris affiché des Mongols, leur impudence, les désagréments de la promiscuité aux campements19 ; et lors des séjours dans les cours mongoles, la vie n’est guère plus facile : les logements sont exigus, sans chauffage20 ; Guillaume et ses compagnons sont mal nourris ; dans son récit, le franciscain n’élude pas ces difficultés, mais il ne manque pas non plus de mentionner sa résistance personnelle supérieure à celle de son compagnon ; ainsi il note qu’il refuse, à plusieurs reprises, les vêtements chauds qui lui sont donnés alors que son compagnon, fragilisé par le froid et les privations, doit les accepter :

  • 21 Ibid., p. 186.

Elle [Cotota, la première dame de la cour de Mangou] me donna, ainsi qu’à mon compagnon, une tunique et des braies de samite gris, fourrées d’ouate de soie, parce que mon compagnon s’était grandement plaint du poids des fourrures. Je les acceptai en raison du soulagement apporté à mon ami, mais je m’excusai de ne pouvoir porter de tels vêtements. En ce qui me concerne, je les donnai à mon interprète21.

14De même, s’il demande de la nourriture, c’est pour le bien être de son compagnon :

  • 22 Ibid., p. 189.

Nous n’avions que du pain cuit sous la cendre et de la pâte cuite dans l’eau, pour en faire de la soupe ; et nous n’avions que de l’eau faite de neige fondue, qui était très mauvaise. Alors mon compagnon commença à être très abattu. J’exposai notre dénuement à ce David, le précepteur du fils aîné du Chan. Ce dernier nous fit donner du vin, de la farine et de l’huile. On nous donna ainsi une outre de vin22.

15Guillaume souligne ainsi sa générosité, sa sympathie et sa propre frugalité.

16Un autre personnage lui sert de faire valoir : un moine nestorien qu’il rencontre à la cour de Mangou. Guillaume en fait un portrait détaillé et truculent ; à travers lui, il stigmatise le syncrétisme qui existe dans les cours mongoles où christianisme, chamanisme et pratiques divinatoires font bon ménage et critique violemment les nestoriens qui, selon lui, déforment le christianisme. Mais au-delà de ces accusations, le personnage du moine apparaît comme un double négatif de Guillaume. Le moine est un menteur alors que Guillaume dit toujours la vérité ; ainsi pour attirer l’attention de Mangou, le moine, ou prétendu tel, lui a promis que « s’il voulait se faire chrétien, le monde entier viendrait à son obéissance ; et que les Francs et le grand Pape lui obéiraient », ce à quoi Guillaume répond :

  • 23 Ibid., p. 160.

Frère, je l’engagerai volontiers à se faire chrétien ; car c’est là ce que je suis venu prêcher à tous ; je lui promettrai également que les Francs et le Pape se réjouiront et le tiendront pour un frère et un ami ; mais qu’ils doivent devenir ses esclaves et lui payer tribut comme ces autres nations, jamais je ne lui promettrai, car je parlerais contre ma conscience23.

  • 24 Le moine lui fait adorer la croix, puis il prépare une potion à base de racine de rhubarbe dissout (...)

17Et il note la confusion du moine qui, de plus, est un charlatan : il prétend guérir les malades avec d’étranges potions et des pratiques pseudo religieuses, en fait proches de la magie ; Guillaume qui l’accompagne dans ses visites explique longuement son rôle ; ainsi lorsque le nestorien prodigue des soins douteux24 à Dame Cota, la seconde épouse de Mongka, il précise :

  • 25 Ibid., p. 180.

Je croyais alors que cette rhubarbe était quelque produit consacré qu’il avait apporté de la Terre sainte de Jérusalem [...] Je lui dis, pendant qu’il préparait son breuvage, de le faire avec de l’eau bénite [...] parce qu’elle a une grande vertu pour chasser les démons, et que j’avais compris qu’elle était tourmentée [dame Cota] par un démon25.

18Puis il oppose son attitude à celle du moine qu’il semonce sévèrement :

  • 26 Ibid., p. 197.

Choisis, ou bien d’aller comme un Apôtre, en faisant vraiment des miracles par la vertu de l’oraison et de l’Esprit saint, ou bien d’agir comme un médecin, selon l’art de la médecine26 !

19Le moine est aussi un être cupide alors que Guillaume précise qu’il refuse l’argent qu’on veut lui donner en raison de son vœu de pauvreté :

  • 27 Ibid., p. 181.

À la fin, elle fut réjouie, elle se sentit mieux, et fit apporter quatre iastoc d’argent, qu’elle plaça d’abord au pied de la croix, puis elle en donna un au moine et m’en tendit un que je refusai d’accepter. Alors le moine étendit la main et s’en saisit27.

20Enfin, le franciscain fait du moine un hérétique :

  • 28 Ibid., p. 200.

Par la suite, j’appris que le moine avait convoqué ledit devin dans sa chapelle, ainsi que son épouse, qu’il leur avait fait cribler de la poudre et les avait fait prédire pour lui. Il avait aussi avec lui un diacre ruthène qui faisait le devin pour lui28.

  • 29 En fait le portrait du moine est particulièrement négatif : il est, nous dit Guillaume, présomptue (...)

21Il emploie des termes très forts pour qualifier sa réaction : « je pris en horreur sa folie », marquant ainsi son attachement à la stricte doctrine chrétienne29.

  • 30 Cf., par exemple : p. 161, 174, 186, 226-227, 232.

22De manière plus générale, dans l’ensemble de la narration, Guillaume oppose fréquemment son attitude à celle des autres, surtout quand il peut ainsi faire valoir ses qualités30.

23Ainsi comme les personnages d’un roman se définissent les uns par rapport aux autres et par rapport à des codes, le récit de la relation tumultueuse entre les deux hommes permet à Guillaume de parfaire son propre personnage.

24Guillaume aime aussi se mettre en scène ; il se décrit au moment où il entre pour la première fois sous la tente de Sartach :

  • 31 Ibid., p. 119. Cf. aussi p. 164, 192.

revêtu moi-même des vêtements les plus précieux, je pris contre ma poitrine un très beau coussin avec la Bible que vous m’aviez donnée et le magnifique psautier que la reine m’avait offert, où figuraient de superbes miniatures31.

25La scène ainsi croquée revêt une solennité qui relève du théâtral. Il raconte encore comment, lui et le moine traversaient le camp de Mangou :

  • 32 Ibid., p. 182, 183. : « Les étendards du Roi s’avancent : le mystère de la Croix luit comme l’écla (...)

Après quoi le moine fit un étendard rempli de croix et se procura un bambou de la longueur d’une lance, qui nous servit à porter la croix en l’air. [...] Nous portions en effet la croix, dressée en l’air à travers tout le camp, en chantant Vexilla regis prodeunt, ce qui frappait les sarrasins de stupeur32.

  • 33 « Depuis l’endroit où se lève le soleil / et jusqu’aux confins de la terre / nous chantons le Chri (...)

26À travers ces nombreuses scènes, qu’il affectionne, Guillaume s’amuse à raconter ses facéties et ses impertinences ; ainsi lorsqu’il entre devant Mangou pour la première fois, il chante A solis ortus cardine33.

  • 34 Ibid., p. 130 ; il précise que « Frère Jean de Policarpe (sic !) avait changé d’habit ».
  • 35 Ibid., p. 159.

27Guillaume est aussi sensible au regard que les autres portent sur lui, même lorsqu’il est plus moqueur que sympathique ; ainsi parce qu’il a refusé de changer de costume, il arrive chez Sartach pieds nus et commente : « nous étions un grand spectacle à leurs yeux34 », puis il ajoute : « nous étions entourés de gens qui nous regardaient comme des monstres, surtout parce que nous étions pieds nus35 » ; ce faisant, il porte sur lui-même et sur ses compagnons un regard distancié qui tend à faire d’eux des personnages.

28Parfois le ton est plus sérieux et Guillaume se présente comme celui qui refuse de s’humilier devant les Khans, au nom de la toute-puissance de Dieu ; lorsqu’il arrive devant Batou son guide lui intime l’ordre de plier les deux genoux devant lui ; il n’ose refuser, mais il triche :

  • 36 Traduction, p. 131.

Et moi pensant que je priais Dieu puisque j’avais fléchi les deux genoux, je commençai mon discours par une prière, disant : « Seigneur, nous prions Dieu de qui procèdent tous les biens, qui vous a donné ces biens terrestres, de vous donner après eux les biens célestes, sans lesquels les premiers sont vains36. »

29Emporté par ses propres paroles, il conclut :

Vous saurez pour certain que vous n’aurez pas les biens célestes si vous n’êtes pas chrétien. Car Dieu dit : Celui qui aura cru et aura reçu le baptême sera sauvé. Qui n’aura pas cru sera condamné.

30Son interprète est, dit-il, frappé de stupeur et il ajoute : « il me fallut le réconforter pour le rassurer », montrant ainsi qu’il refuse de craindre le pouvoir de Mangou et qu’il sait faire preuve de courage et de détermination dans sa foi. De même, ensuite, alors qu’il explique comment il fut amené à confesser des chrétiens, il précise quelle fut son attitude :

  • 37 Ibid., p. 196.

Ils se disculpaient d’avoir volé, disant que sans voler ils ne pourraient vivre, car leurs maîtres ne leur donnent ni vivres ni vêtements. Alors moi, considérant que leurs maîtres les avaient enlevés, avec leurs biens, et privés de tout, sans juste cause, je leur dis qu’ils pouvaient prendre des biens de leurs maîtres le nécessaire, et j’étais prêt à dire cela à la face de Mangou-Chan lui-même37.

31Puis il interdit à des soldats de se battre contre des chrétiens « et je dis que si quelqu’un voulait m’accuser de cette doctrine auprès de Mangou-Chan, j’étais prêt à la prêcher en sa présence » ; remarquable modernité d’une pensée libre et d’un homme qui ne reconnaît que Dieu pour maître ! Mais cette relation est aussi un moyen de faire reconnaître ses qualités par le destinataire de la lettre.

32Enfin, Guillaume ne se met jamais si bien en scène que lorsqu’il évoque des sujets religieux ; je prendrai deux exemples en considération ; le premier est celui de sa première rencontre avec ceux qu’il appelle les « idolâtres » et qui sont, en fait, les bouddhistes, parce que se mêlent dans ce récit l’information, but premier de sa missive, et une mise en scène du moi ; le second est la relation d’une dispute théologique, voulue par Mangou, dans laquelle il va, selon lui, jouer un rôle capital.

  • 38 Michèle Guéret-Laferté a étudié ces modes d’insertion des informations dans le récit du voyage : c (...)

33L’évocation des « idolâtres » est liée à la ville de Cailac parce que c’est là qu’il entre pour la première fois contact avec les bouddhistes ; il consacre dix pages à la description des rites des différentes sectes ; il s’agit d’une longue pause informative38 qui fait la synthèse de ce que Guillaume a appris sur eux au cours de son voyage, ce qui tend à évacuer la présence du narrateur, sauf en fonction testimoniale ; or il va subvenir cette fonction pour se présenter comme un actant ; il interrompt la narration des premiers éléments informatifs par des phrases qui insistent sur le fait qu’il est entré dans les temples et transforme ce qui pourrait n’être que la preuve de la véracité de son témoignage en mise en scène de son courage et des conséquences de son esprit curieux :

  • 39 Les bouddhistes refusent de briser le silence qui fait partie de leur pratique dévotionnelle.
  • 40 Ibid., chapitre XXIV. C’est moi qui souligne.

Je suis entré dans deux de ces temples pour voir les marques de leur déraison... Le lendemain, entrant dans le dit temple, j’y trouvai les prêtres des idoles... Étant entré dans un de leurs temples à Caracorum, [...] j’ai tenté de bien des manières de les faire parler, mais sans aucun succès39... Donc, entré dans ledit temple, je trouvai les prêtres assis... Donc, je m’étais assis à côté des susdits prêtres, après être entré dans leur temple et après avoir vu beaucoup de leurs idoles, petites et grandes40.

  • 41 Ibid., p. 146 ; après leur avoir fait professer leur croyance en un seul Dieu qui est un esprit et (...)

34Ces précisions confortent la véracité du témoignage de Guillaume, mais à travers elles, il se met aussi en scène et se donne le beau rôle, particulièrement dans le récit de la discussion qu’il a eue avec les prêtres bouddhistes ; il la rapporte au style direct ce qui concourt à transformer l’information en joute verbale qui tourne à son avantage parce qu’il pose les questions qui embarrassent les bouddhistes41.

  • 42 Ibid., p. 206 à 212.

35Le côté théâtral de la scène est plus net encore dans le récit de la dispute théologique qui va opposer les Sarrasins, les bouddhistes et les chrétiens42 ; Guillaume se prépare avec méthode, mais il doit compter avec les nestoriens, eux aussi chrétiens ; il indique d’abord ce qu’ils ont préparé : « une chronique de la création du monde jusqu’à la Passion du Christ », une compilation donc, dénuée de spiritualité et inefficace puisque comme il leur dira plus tard, il est inutile de raconter les Écritures à ceux qui n’y croient pas ; lui, au contraire, n’a préparé que le Credo, affirmation de sa foi ; ensuite il se présente dans le rôle de conseiller : « Je leur demandai alors comment ils voulaient procéder [...]. Je leur montrai que ce n’était pas une bonne manière [...] Je leur conseillai » ; Guillaume qui n’a aucune confiance dans les nestoriens craint de ne pouvoir être entendu s’ils parlaient les premiers et s’ils étaient confondus ; aussi se transformant en metteur en scène, il leur propose un essai, une répétition générale au cours de laquelle il va jouer le rôle des Thuins, c’est-à-dire des bouddhistes ; il met les nestoriens dans l’embarras, ce qui lui permet de souligner une fois de plus leur ignorance et de décider qu’il prendrait la parole le premier ; lorsqu’arrive le jour de la dispute, il fait preuve d’une habileté remarquable qu’il met en valeur en rapportant les arguments échangés au style direct ; mais lorsque les nestoriens prennent enfin la parole, il résume la suite du débat. Ainsi Guillaume se donne le premier rôle et il se montre si fier de lui qu’il ne comprend pas la réprobation de Mangou qui lui assène pourtant une leçon de tolérance considérée par Guillaume comme une faute.

  • 43 Michel Zink, La Subjectivité littéraire, Paris, PUF, 1985, p. 67.
  • 44 Ibid., p. 63.

36Cette propension à créer une image du moi tend à faire du narrateur un personnage à part entière ; nous pourrions reprendre ici l’expression de Michel Zink et parler d’un « roman du moi43 » ; l’utilisation des descriptions et des discours directs donne l’impression d’une « parade du moi44 », le récit faisant une large place à une théâtralisation du « je ».

37Si, dans leur Introductio major ad lectionem plenam, Claude et René Kappler écrivent, fort justement : « Rarement la personne de l’auteur a été aussi présente dans un texte médiéval », nous pouvons, me semble-t-il aller plus loin ; Guillaume modèle un personnage capable de mener à bien une mission délicate (mieux connaître les Mongols, comprendre les enjeux politico-religieux, tenter de savoir si les Khans sont des alliés ou des ennemis potentiels dans les conflits qui opposent les Sarrasins à l’Occident chrétien). Or s’il fait tout pour réussir cette expédition ce n’est ni pour son profit personnel ni pour son plaisir, mais pour le salut de la chrétienté et son éventuelle extension, pour « essaulcier sainte chrestientet ». De même s’il se donne le beau rôle dans les discussions avec les chrétiens schismatiques d’Orient et dans les discussions théologiques, c’est pour faire triompher sa foi et l’église romaine : n’était-ce pas là une des missions premières des franciscains ? De même opposer son attitude à celle du moine, c’est finalement montrer la supériorité du christianisme occidental sur les nestoriens.

38Sur un plan plus personnel, Guillaume, en se mettant en scène, témoigne de l’idéal des frères mineurs : il supporte son sort grâce à l’aide de Dieu à qui il fait offrande, à l’imitation du fondateur de son ordre, de ses souffrances ; il ne cesse de se présenter comme un cordelier refusant de quitter son habit, expliquant pourquoi son vœu de pauvreté ne lui permet pas de faire de riches cadeaux :

  • 45 Ibid., p. 118.

Je m’excusai aussi [Guillaume s’adresse à Coiac] de ce qu’étant moine, ne possédant et ne recevant rien, n’apportant ni or ni argent ni rien de précieux, à l’exception des livres et d’une chapelle pour le service divin, je ne pouvais lui offrir aucun présent, ni à lui ni à son maître : moi qui avais abandonné mes biens propres, je pouvais être porteur des biens d’autrui45.

39De même, s’il ne cède jamais devant la toute-puissance laïque, ce n’est pas par orgueil, mais parce qu’il n’oublie jamais que le service de Dieu prime sur tout.

  • 46 C’est ainsi qu’il se présente au début de sa lettre ; cf. traduction, p. 81.

40Ainsi, contrairement aux apparences, frère Guillaume « très petit dans l’ordre des frères mineurs46 » n’a pas oublié son vœu d’humilité. Le personnage qu’il met en scène est d’abord un missionnaire franciscain et tant mieux s’il réussit son entreprise puisque c’est pour la plus grande gloire de Dieu ! Ce personnage, Guillaume le met sous le patronage des textes bibliques en évoquant, au début de sa lettre à Louis LX, l’Ecclésiastique :

Il est écrit dans l’Ecclésiastique à propos du sage : Il passera par la terre des peuples étrangers, il fera l’épreuve, en toutes choses, du bien et du mal. Cela, je l’ai fait, Seigneur, mon Roi : puissé-je l’avoir fait en sage et non en sot ! Beaucoup, en effet, font ce que fait le sage, mais sans sagesse et très sottement : je crains de faire partie de leur nombre ! Toutefois, quelle qu’en soit la manière, je l’ai fait.

  • 47 Traduction citée, p. 215 : « si j’avais eu le pouvoir de faire des miracles comme Moïse, peut-être (...)

41Ce rapprochement renseigne le destinataire et le lecteur moderne sur la manière dont Guillaume se représentait son ministère lors de sa mission ; de même lorsque, regrettant de ne pouvoir convertir Mangou, il se compare implicitement à Moïse, nous comprenons mieux l’idéal vers lequel il tend47.

42Son talent de narrateur permet à Guillaume de Rubrouck d’écrire mieux qu’un compte rendu de mission ; il campe un personnage qui, tout en portant les marques d’une certaine « subjectivité » littéraire est un représentant de l’idéal missionnaire franciscain. Si frère François a voulu porter la bonne parole aux Sarrasins, frère Guillaume s’efforce de la faire connaître à ces Mongols partagés entre animisme et nestorianisme. Si, en personne, il n’a pas réussi à convaincre, on comprend, à le lire, qu’en personnage, il y parvient.

Notes

1 Citons Julien de Hongrie, Jean de Plan Carpin, André de Longjumeau.

2 Itinerarium Willelmi de Rubruc, in Sinica Franciscana, t. I, p. 164 à 332 ; Voyage dans l’Empire mongol, traduction française et commentaire de Cl. et R. Kappler, Paris, Payot, 1985.

3 Cf. Michèle Guéret-Laferté, Sur les routes de l’Empire mongol, Paris, Champion, 1994, en particulier la deuxième partie.

4 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 13 sq. ; Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 165 sq.

5 Traduction citée, p. 86,118, 129, 158, 164, 207 ; p. 106, le message est rapporté au style indirect et p. 108, Guillaume emploie la première personne du pluriel.

6 Ibid., p. 109, 163, 214, par exemple.

7 Ibid, p. 87.

8 Traduction citée, p. 188. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

9 Dans l’avant-propos de sa lettre, Guillaume de Rubrouck écrit : « vous m’aviez dit, quand je vous ai quitté, d’écrire pour vous tout ce que je verrais parmi les Tartares et m’avez enjoint de ne pas craindre de vous écrire longuement ; j’accomplis ce que vous m’avez ordonné, avec crainte et humilité, car je n’ai pas les mots qu’il faudrait pour m’adresser à une si grande Majesté. », traduction citée, p. 81.

10 Ibid., p. 119 : « Seigneur, nous demandons que votre maître daigne accepter ce pain, ce vin et ces fruits, non comme présents, parce que c’est trop peu, mais comme bénédiction : nous ne voulions pas venir à lui les mains vides ».

11 Traduction citée, p. 115.

12 Ibid., p. 179.

13 Ibid., p. 110.

14 Guillaume et ses compagnons ont rencontré à la cour de Mangou un homme qui se fait passer pour un moine nestorien ; nous reparlerons de ce personnage.

15 Traduction citée, p. 188.

16 T. Todorov, Mickhaïl Baktine, le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981 ; cf. aussi V. Jouve, L’effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

17 Traduction citée, p. 137, 228 à 230, entre autres.

18 Ibid., p. 153, 154, 234, par exemple.

19 Un exemple, cette anecdote racontée par Guillaume : « Même quand nous étions assis à l’ombre sous nos chariots pour nous défendre contre la forte chaleur de cette saison, ils nous importunaient et nous serraient de si près qu’ils manquaient de nous piétiner, tant ils voulaient voir tout ce que nous avions. S’il leur prenait envie de se soulager le ventre, ils ne prenaient pas la peine de s’éloigner à plus d’un jet de fève ! Non ! Tout près de nous, en devisant entre eux, ils faisaient leurs immondices et faisaient encore bien d’autres choses qui nous dégoûtaient au-delà de toute expression. », trad. citée, p. 113.

20 Ibid., p. 158, 172, par exemple.

21 Ibid., p. 186.

22 Ibid., p. 189.

23 Ibid., p. 160.

24 Le moine lui fait adorer la croix, puis il prépare une potion à base de racine de rhubarbe dissoute dans de l’eau « avec une petite croix » ; elle est encore soignée par ce que Guillaume appelle des « sortilèges », ibid., p. 181 et 182.

25 Ibid., p. 180.

26 Ibid., p. 197.

27 Ibid., p. 181.

28 Ibid., p. 200.

29 En fait le portrait du moine est particulièrement négatif : il est, nous dit Guillaume, présomptueux, hypocrite : il prétend pratiquer le jeûne et ne manger que le dimanche, alors qu’il mange en cachette des fruits secs, etc.

30 Cf., par exemple : p. 161, 174, 186, 226-227, 232.

31 Ibid., p. 119. Cf. aussi p. 164, 192.

32 Ibid., p. 182, 183. : « Les étendards du Roi s’avancent : le mystère de la Croix luit comme l’éclair... Arbre admirable et fulgurant... qui arrache sa proie au Tartare. Ô Croix, salut, unique espoir ! »

33 « Depuis l’endroit où se lève le soleil / et jusqu’aux confins de la terre / nous chantons le Christ notre seigneur », p. 162.

34 Ibid., p. 130 ; il précise que « Frère Jean de Policarpe (sic !) avait changé d’habit ».

35 Ibid., p. 159.

36 Traduction, p. 131.

37 Ibid., p. 196.

38 Michèle Guéret-Laferté a étudié ces modes d’insertion des informations dans le récit du voyage : cf. op. cit., p. 45 sq.

39 Les bouddhistes refusent de briser le silence qui fait partie de leur pratique dévotionnelle.

40 Ibid., chapitre XXIV. C’est moi qui souligne.

41 Ibid., p. 146 ; après leur avoir fait professer leur croyance en un seul Dieu qui est un esprit et ne s’est jamais incarné, Guillaume leur demande : « Puisque vous croyez qu’il n’est qu’un et qu’il n’est qu’esprit, pourquoi lui faites-vous des images corporelles ? et si nombreuses ? De plus : puisque vous ne croyez pas qu’il se soit fait homme, pourquoi le représentez-vous sous des figures d’hommes plutôt que sous la forme d’un animal ? » ; en fait, Guillaume n’a pas compris la nature de ce qu’il prend pour des idoles et ses questions témoignent de sa vision chrétienne des choses, mais il se donne le beau rôle et c’est d’autant plus facile qu’il partage ses a priori avec le destinataire de la lettre.

42 Ibid., p. 206 à 212.

43 Michel Zink, La Subjectivité littéraire, Paris, PUF, 1985, p. 67.

44 Ibid., p. 63.

45 Ibid., p. 118.

46 C’est ainsi qu’il se présente au début de sa lettre ; cf. traduction, p. 81.

47 Traduction citée, p. 215 : « si j’avais eu le pouvoir de faire des miracles comme Moïse, peut-être se serait-il humilié ».

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540