Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner son personnage au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Briser le fil, nouer la trame : Galehaut le Brun dans Guiron le Courtois

Sophie Albert

Texte intégral

  • 1 En l’absence d’édition intégrale, on se reportera à l’ouvrage de Roger Lathuillère, Guiron le Cour (...)

1La version de base de Guiron le Courtois, représentée par le manuscrit de Paris, BnF, fr. 350, apparaît comme la juxtaposition de deux romans, l’un centré sur Meliadus, le père de Tristan, et l’autre sur Guiron le Courtois1. Si l’ensemble se caractérise par une commune inscription temporelle dans la génération des « pères » des héros arthuriens, le personnel romanesque et les procédés narratifs diffèrent sensiblement d’un roman à l’autre. Le Roman de Meliadus a pour protagonistes plusieurs pères de héros du Tristan en prose, notamment Meliadus lui-même et le Bon Chevalier sans Peur, père de Dinadan ; Arthur, encore jeune, y tient dans plusieurs épisodes le rôle d’un chevalier errant, et dans l’épisode principal, qui raconte la guerre opposant ses armées à celles de Meliadus, celui d’un dux bellorum. Ce premier roman est tout entier tourné vers l’avenir, comme en témoignent les nombreuses prophéties et prédictions qui émaillent la narration. Il s’agit d’annoncer ou, dans certains cas, de préfigurer l’histoire des héros futurs, en particulier de Tristan.

2À cette visée prospective fait pendant l’idéologie « passéiste » du Roman de Guiron. De nouveaux personnages entrent en scène (Guiron le Courtois, son ami Danain le Roux), d’autres s’effacent, au premier rang desquels Arthur, qui n’intervient jamais dans l’action principale. D’autre part, loin d’ouvrir sur l’avenir, le récit accorde une large place à la représentation du passé : tandis que les prophéties se font rares, les récits enchâssés abondent, évoquant des anecdotes de la vie des chevaliers errants ou de grands héros d’autrefois. C’est dans ce contexte que le lecteur découvre les aventures d’Hector le Brun et de Galehaut le Brun, tous deux morts au moment du récit principal. Bien que Galehaut le Brun porte le prénom d’un Galehaut célèbre, fils de la Belle Géante et seigneur des Lointaines Iles, il n’a aucun lien de parenté avec son homonyme. Son appartenance lignagère transparaît non pas dans son prénom, mais dans son surnom, « le Brun », qu’il a hérité de son père. Ce surnom lui confère une identité familiale immédiatement lisible. Au-delà de cette évidence, j’essaierai de montrer comment se construit, dans les premières versions de Guiron le Courtois et, plus rapidement, dans les remaniements postérieurs, le destin individuel et généalogique de Galehaut le Brun, ces deux niveaux étant étroitement liés. Cette construction, comme on le verra, procède à la fois d’une élaboration interne au roman et d’un dialogue intertextuel avec d’autres œuvres arthuriennes. J’examinerai pour commencer les modalités d’apparition de Galehaut le Brun, puis les réseaux de relations, onomastiques et familiales, dans lesquelles il s’intègre.

Un être du fragment

  • 2 Les § 75, 76, 96, 117, 118, 128 pour Galehaut, les § 77 et 78 pour Hector.
  • 3 Londres, British Library, Add. 36880. La continuation occupe les f° 160-263. Cette continuation, d (...)

3Deux récits enchâssés du Roman de Guiron relatent les prouesses d’Hector le Brun, six celles de Galehaut2 : Hector, dès la version de base, a à son actif beaucoup moins d’aventures que son fils. Ce déséquilibre s’accentue si l’on ajoute à cette version la continuation du manuscrit L43 : alors que Galehaut « gagne » encore trois récits, Hector ne fait l’objet d’aucun récit supplémentaire.

  • 4 Cf. Frances A. Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975 pour la trad. française (premièr (...)

4Ces récits enchâssés sont engendrés par différents types d’éléments déclenchants. Galehaut et son père sont d’abord mentionnés dans des discussions sur les vertus des chevaliers d’antan : les deux personnages, dit-on, sont bien supérieurs aux chevaliers du temps présent. Ces éloges ne sont souvent que le prélude à des récits à valeur exemplaire et, à ce titre, sont paradigmatiques de l’idéologie du Roman de Guiron, fondée sur l’idée d’une inéluctable degradatio temporum. Ils s’assortissent parfois d’un dispositif mémoriel plus complexe, engageant un élément du monde visible, une relique que Galehaut le Brun – jamais son père – a laissée à ses successeurs. Des reliques matérielles : au § 118, Guiron, hébergé par Febus, le fils de Galehaut, entre avec ce dernier dans une pièce. Les deux hommes, voyant une épée pendue au milieu de la chambre, s’abîment dans un « penser » profond avant de déplorer la mort du possesseur de l’arme, Galehaut le Brun. Après la déploration vient le souvenir des exploits du défunt, associés toujours à l’épée. Guiron raconte en effet, en un long récit, comment l’épée fut jadis dérobée à Galehaut, puis reconquise par celui-ci. L’épée, métonymie de l’histoire du chevalier, joue le rôle de l’image supposée, dans les arts de mémoire hérités de l’Antiquité, soutenir la remémoration4.

  • 5 L’épisode est donné par le ms. 350 (f° 361a sq.) et le ms. L4 (f° 164a sq.). Citation : ms. 350, f (...)
  • 6 6 Cf. par exemple Florence Plet, « La carte du Temps. Les entrelacs de l’espace, du temps et du ré (...)

5La relique peut revêtir une forme moins concrète. Au § 133, dans la continuation du manuscrit L4, c’est une interrogation sur l’origine d’un nom qui déclenche le récit. Arthur chevauche en compagnie d’un chevalier anonyme ; les deux hommes arrivent devant un château, le Petit Château de la Force Éprouvée, flanqué d’une tour, la Tour de Beauté. Le chevalier, alors, demande au roi : « Savés vous pour quoi li chastiaus fu premierement ensint apelés et pour quoi la tour ot si biau non5 ? » À cette question répond un long récit étiologique qui explique dans quelles circonstances Galehaut le Brun donna son nom à la Tour de Beauté. Galehaut, comme Uterpandragon ou d’autres personnages d’ancêtres du Tristan en prose par exemple, prend part, à petite échelle, au baptême du monde arthurien6.

  • 7 Deux récits dans le Roman de Guiron (§ 117, 128), deux dans la continuation du ms. L4 (§ 133, 139)

6Enfin, la relique peut se présenter comme une institution « politique » – en l’occurrence, une mauvaise coutume. Le scénario reprend un modèle familier aux lecteurs de romans arthuriens : un chevalier arrive à un château devant lequel il lui faut se battre contre un certain nombre d’adversaires pour avoir le droit de passer son chemin ou d’être hébergé dans la place. Avant ou après l’épreuve, un personnage mieux informé lui révèle l’origine de la coutume ; dans quatre cas7, Galehaut le Brun tient dans le récit une place essentielle, soit qu’il ait provoqué la coutume, soit qu’il l’ait lui-même instaurée.

  • 8 Le Roman de Tristan en prose, éd. Renée L. Curtis, Cambridge, D.S. Brewer, t. II, 1985, § 450-481, (...)
  • 9 Une évolution se dessine toutefois entre ces deux romans. Bien que Galehaut, dans le Lancelot en p (...)

7Ce rapport aux coutumes constitue, dans une certaine mesure, un legs du premier Galehaut. Dans le Lancelot en prose, celui-ci fait défendre par des mauvaises coutumes l’accès à deux de ses royaumes, le Sorelois et l’Ile Perdue. Le Tristan en prose, dans l’épisode du Château des Pleurs, développe un motif similaire : Tristan et Iseut échouent sur l’Ile du Géant, où ils doivent se soumettre à une coutume tenue par Brunor, le père de Galehaut, et la Belle Géante ; le sort qui attend Galehaut semble bien être, après la mort de ses parents, de maintenir l’usage8. Le personnage est donc lié, dans le Tristan comme dans le Lancelot, à la thématique de la coutume, que l’on retrouve en Sorelois, sur l’Ile Perdue et sur l’Ile au Géant9.

8Entre ce Galehaut et le héros du Roman de Guiron, les différences sont sensibles. Au premier Galehaut, il revient d’ancrer dans la continuité un usage que d’autres ont fondé : geste de répétition, de perpétuation. Au contraire, Galehaut le Brun, comme on l’a vu, participe directement à la fondation de coutumes que d’autres personnages devront perpétuer, son fils Febus dans le § 117, les fils d’Helyon dans le § 128. Ce faisant, il se livre à un acte qui engage une rupture initiale – rupture de l’ordre ou, du moins, de l’état du monde par l’introduction d’une loi nouvelle ; rupture marquée, dans le paysage, par un obstacle qui se dresse sur le chemin des chevaliers. Sur l’axe causal et temporel, il occupe une position inverse de celle du premier Galehaut.

9Plus globalement, les modalités d’apparition de Galehaut le Brun, dans les reliques qu’il a semées au hasard de ses aventures ou dans les récits enchâssés qui le prennent pour objet, distinguent fondamentalement son destin biographique de celui du premier Galehaut. Celui-ci, depuis son « entrée en texte » jusqu’à sa mort, recevait un destin cohérent, interrompu seulement par l’entrelacement, et dont le lecteur pouvait suivre une à une toutes les étapes. À l’inverse, Galehaut le Brun n’apparaît dans le Roman de Guiron que sous forme de fragments : fragments de son équipement dans l’épée qui tire des larmes à Guiron ; fragments de vie, aussi, dans les récits enchâssés, relatant chacun un épisode unique de son existence, sans corrélation avec les autres récits dans lesquels il est impliqué. Le lecteur perçoit Galehaut le Brun à travers ces tableaux parcellaires, dont l’assemblage ne parvient pas à dessiner une fresque continue.

  • 10 Sur les tombeaux dans le Lancelot, cf. par exemple Donald Maddox, « “À tombeau ouvert”. Memory and (...)
  • 11 § 101, ms. 350 f° 267c-d.

10Illustration frappante de la différence, sous ce rapport, entre les deux Galehaut, la question de la sépulture. La dépouille de Galehaut, dans le Lancelot en prose, est successivement placée dans deux tombeaux, chacun soigneusement décrit. Sur le premier, on a gravé une épitaphe : « Ichi gist Gallehous, li fieus a la Jaiande, ki pour l’amour Lanselot morut ». Le tombeau confère à la mémoire du personnage une forme élaborée, travaillée, pérenne ; l’épitaphe trace le bilan de sa courte existence10. Rien de tel pour Galehaut le Brun : on n’apprend nulle part les circonstances de sa mort, que Guiron, en une occasion, refuse de raconter11 ; aucun tombeau ne donne une forme construite à sa mémoire, aucune épitaphe ne résume sa destinée. Cette absence de monument post-mortem correspond à l’image fragmentaire que les récits enchâssés présentent de son existence.

Les « familles » de Galehaut le Brun

11À cette image fragmentaire correspond également une parenté d’un type très particulier. Dans le Roman de Guiron, Galehaut le Brun s’inscrit, comme la plupart des chevaliers, dans une lignée minimale : il a pour père Hector le Brun, pour fils Febus, et l’on signale, en un épisode du roman, sa parenté avec la famille d’un seigneur nommé Lyas. Or, à la fois Febus et les descendants de Lyas sont concernés de près par une « mauvaise coutume » fondée par Galehaut. Le récit du § 117 explique comment Galehaut a instauré le Passage Périlleux ; c’est à son fils Febus qu’incombe de le maintenir, en affrontant lui-même les chevaliers errants – qui doivent auparavant se battre contre vingt adversaires ! Même si la coutume a une fin théorique – elle cessera, selon le souhait de Galehaut, quand quatre chevaliers en auront surmonté les épreuves -cette fin paraît bien peu probable et, en tout état de cause, bien lointaine, et Febus se trouve, de fait, assigné à résidence par son devoir de « mainteneur » de coutume.

  • 12 MS 350 tant com ele vive ne nus des freres, corr. d’après le ms. de Privas, n° I (F7).

12La situation des enfants de Lyas est assez différente. Un ermite, au § 128, raconte à Danain que naguère, Lyas et Helyon, deux seigneurs ayant respectivement quinze filles et quinze fils, s’entretuèrent ; sur son lit de mort, chacun d’eux fit promettre à sa progéniture de ne pas se marier tant que subsisterait un seul membre du clan adverse. Une fois les deux pères enterrés, les fils d’Helyon assaillent les filles de Lyas, qui demandent son aide à Galehaut le Brun. Celui-ci repousse les fils d’Helyon et institue une coutume qui réaffirme le serment que les enfants ont juré à leur père : Galehaut « confrema des damoiseles ce que Lÿas en avoit fait : nule ne se puet marier tant que nus des freres vive12 ». Il ferme ensuite la vallée où vivent les enfants de Lyas et d’Helyon par un pont qui se relève une fois franchi, interdisant à quiconque de rebrousser chemin. Les filles de Lyas sont ainsi stérilisées et emprisonnées dans un nouveau Val sans Retour.

  • 13 Cf. les § 135-137 de l’analyse, correspondant aux f° 174 r°-191v° du ms. L4.
  • 14 Ms. de Paris, BnF, fr. 112, première partie, f 58b-61b. Le passage figure aussi dans le manuscrit (...)
  • 15 Ms. 112, f° 61a : « Si en maria les aucunes Palamidés, et aux autres donna la tour de dela qui est (...)

13Une fois pourtant les fils d’Helyon éliminés et les épreuves du Passage Périlleux surmontées par quatre chevaliers, la parenté enclose de Galehaut le Brun aurait pu resurgir ; des continuateurs auraient pu imaginer la fin des deux coutumes et accorder une seconde vie à ce lignage un temps emprisonné. Plusieurs ont exploité cette possibilité. La continuation du manuscrit L4 met en scène les errances de Febus, aux côtés d’autres chevaliers ; encore le lecteur n’apprend-il rien de plus sur l’histoire du Passage Périlleux13. Quant aux filles de Lyas, elles reparaissent fugitivement dans un épisode du manuscrit de Paris, BnF, fr. 112 qui conte comment Danain le Roux, retenu dans le val par la mauvaise coutume, est délivré par Palamède, puis meurt de maladie14. L’enjeu matrimonial n’est pas totalement absent : après avoir tiré Danain de sa prison, Palamède règle le sort des filles de Lyas, dotant les unes et mariant les autres15. Le texte, toutefois, omet de préciser si ces mariages furent féconds : le but du remanieur n’est pas tant de donner des suites au lignage de Galehaut le Brun que d’achever l’histoire de Danain.

14Galehaut, dans le Roman de Guiron, a par conséquent pour parents des êtres qu’il a lui-même pris le soin d’enfermer dans des domaines inaccessibles. Ce confinement traduit, sur le plan du lignage, l’étanchéité narrative des récits enchâssés : de même que chaque récit ne « communique » pas avec les autres et n’en constitue ni la suite, ni le commencement, de même la parenté de Galehaut n’existe que sous forme de fragments non reliés les uns aux autres.

15Comme pour pallier cette parenté lacunaire, l’auteur du Roman de Guiron tisse un réseau de relations entre Guiron et Galehaut le Brun. Les deux chevaliers sont d’abord unis par le compagnonnage : Galehaut, au début de la carrière chevaleresque de Guiron, a joué pour lui le rôle d’un mentor, remédiant à l’absence d’un père que le héros semble n’avoir jamais connu. Guiron, en outre, possède l’épée d’Hector le Brun, ou plutôt de l’une de ses épées, puisque Galehaut le Brun a lui aussi hérité une épée de son père. Guiron est donc pour Galehaut et pour Hector un « fils par les armes » ; à côté d’une parenté biologique, les personnages sont liés par une parenté chevaleresque dont la littérature médiévale offre d’autres exemples.

16D’autre part, des parallélismes s’ébauchent entre les lignages de Galehaut le Brun et de Guiron. Comme le comprend Guiron, Febus, le fils de Galehaut, porte le prénom d’un autre Febus :

Ge sai auques dont vient cest non. Il fu ja en l’ancien tens .I. chevalier si gratieus de toutes choses que puis ne fu nul plus prodom, si com ge croi. Cil ot non Febus sans faille, et ge croi bien que pour amour de celui Febus fu cestui Febus apelés.
(§ 117, ms. 350, f° 313a)

17Ce que Guiron ignore, c’est que ce Febus de « l’ancien tens » est son propre ancêtre. Ce lien généalogique est exposé plus haut, dans un passage où Brehus sans Pitié découvre, par la bouche d’un ermite, l’ascendance du héros éponyme. Febus, qui descend de Clovis par son père et de Joseph d’Arimathie par sa mère, est le bisaïeul de Guiron le Courtois ; il fut jadis un chevalier hors pair. L’homonymie entre ce chevalier et l’enfant de Galehaut le Brun suggère l’affinité entre les deux lignées.

18Un autre trait rapproche Guiron de Galehaut le Brun. Au § 103, le héros rencontre un chevalier félon, prénommé Sers, et s’adresse à lui en ces termes :

« Coument avés vous non, sire ? fet il [Guron]. — Si m’aït Dex, ge fui del lignage Hector le Brun, qui tant fu prodom. Galehout le Brun, le son fill, qui tant fu de haute renommee comme ge sai, si fu mon parent moult prochain. — Dex aïe, ce dit Guron, sire chevalier, com, se vous fustes de si haut lignage et de si vaillant com vous dites, comment est ce avenu que vos [270d] estes si eslongiés en toute guises de la haute maniere qu’il orent ? — Sire, ce dit li chevalier, ge cuit et croi que ce vint de ma nourreture. Ge fui norris en la maison de Brun le Felon, et illuec sans faille apris ge tant de felonnie et de crualté com chevalier porroit penser ; et pour ce ne me poi ge tenir dusqu’a cest point que ge ne feïsse mal toutes voies ».
(§ 103, ms. 350, f° 270c-d)

19Ce Brun le Félon n’est autre que le père de Brehus sans Pitié, parangon des valeurs anti-courtoises. Or le lignage de Guiron a lui aussi son « mauvais » rejeton, le fils de Guiron le Courtois. À sa naissance, l’enfant est confié à une mauvaise nourrice, fourbe et cruelle ; son lait, passant dans le sang du nourrisson, le gâte irrémédiablement. Par le biais de Sers et du fils dévoyé de Guiron, l’auteur laisse entendre que les lignages des deux héros sont unis par un même destin : déchoir de l’éminente position qu’ils ont un moment occupée dans la hiérarchie chevaleresque du roman.

  • 16 Cf. la version du manuscrit de Paris, BnF, fr. 1463, in Il Romanzo arturiano di Rustichello da Pis (...)

20À partir de ces données initiales, les écrivains postérieurs vont broder des canevas généalogiques faisant intervenir Hector et Galehaut le Brun. Dans la Compilation de Rusticien de Pise, Hector le Brun a pour fils Galehaut le Brun et pour cousin Branor le Brun, lui-même oncle de Ségurant16. On retrouve ce dernier personnage, surnommé le Chevalier au Dragon, dans les versions romanesques des Prophéties de Merlin ; il y est présenté comme le fils d’Hector. Enfin, Rusticien fait entrer Febus, l’ancêtre de Guiron, dans le lignage des Bruns, transformant en liens biologiques les relations d’amitié et d’homologie qui associaient jusque-là les deux lignées.

  • 17 Cette version se retrouve, sous forme de fragments, dans d’autres manuscrits. Cf. sur ce point l’a (...)
  • 18 Le ms. de Londres, British Library, Add. 36673, daté du xvie siècle (coté L3 par Roger Lathuillère (...)

21Après la Compilation, d’autres remanieurs s’essaieront à ordonner les liens familiaux entre les Bruns et Guiron le Courtois. Exemplaire, à ce titre, le manuscrit de Paris, BnF, fr. 358, premier volume d’une compilation de six manuscrits datée des années 147017. Cette compilation illustre la tendance des derniers siècles du Moyen Âge à composer de grandes sommes englobant le plus de matière possible : dans le dernier volume, le remanieur conduit Guiron jusqu’à sa mort, entremêlant, à sa « biographie », des pans entiers d’autres romans en prose ; dans le premier volume, après une version du conte Des Grantz Geanz et un abrégé du Roman de Brut de Wace, il invente les « enfances » du héros, non sans avoir, au préalable, rappelé ses ascendances18. Febus, toujours le descendant de Joseph d’Arimathie par sa mère, de Clovis par son père, a quatre fils, « desquelz l’ung ot un filz qui se maria a une noble dame du lignaige de Hector le Brun ; et de ce filz et de celle dame nasqui Guiron, dont la dame eut grant joye » (f° 32a). Voilà Guiron rattaché formellement au lignage des Bruns.

22Plus loin, un vavasseur fournit à Guiron des précisions sur ce lignage :

Premier, le chief et le plus preux et le plus victorieux chevalier que oncques fut au monde pour le temps qu’il regna fut Hector le Brun, pere de Galehault le Brun. Il ot ung frere que l’en nomma Ellain le Brun, vaillant et fort chevalier, mais riens n’estoit envers son frere. Cest Ellain le Brun ot trois filz dont l’ung ot nom du nom de son oncle, que Diex pardoinst, Hector le Brun. Le second eut nom Branor le Brun et le tiers Bruhault le Brun [...]. Messire Hector le Brun, qui regne presentement, a ung filz de jenne aage, ainsi jenne comme vous estes, qui se nomme Segurant le Brun, qui est nepveu de messire Gallehault le Brun.
(ms. 358, f°51a-b)

23Le remanieur concilie deux héritages, donnant à chaque Hector le fils qui est le sien : Galehaut le Brun au vieil Hector, conformément au Roman de Guiron ; Ségurant le Brun au second Hector, neveu du précédent, conformément aux Prophéties de Merlin et à la seconde version de la Compilation. Et au cas où le lecteur, perdu dans ce raz-de-marée de Bruns, n’aurait pas tout compris, le narrateur souligne, quand Guiron fait la connaissance de Galehaut le Brun (f° 55c-d), que les deux personnages sont cousins, insistant sur leur relation de parenté.

  • 19 Ms. L3, f° 37 v°-38 r° ; le texte de l’épitaphe figure dans l’analyse, au § 260.
  • 20 À partir du f° 76b, le ms. 358 raconte alternativement les exploits de Ségurant, de Galehaut et d’ (...)

24Que Galehaut le Brun, dans les compilations tardives de Guiron le Courtois, soit ainsi intégré à un lignage aux ramifications complexes, manifeste le goût des remanieurs pour l’exhaustivité. Leur désir de complétude se traduit aussi, au niveau diégétique, par le choix d’une narration linéaire, qui remonte aux premières années – et aux premiers ancêtres -du héros éponyme. Ce choix implique très logiquement de faire sortir Galehaut du seul cadre des récits enchâssés : le manuscrit 358, qui le fait « entrer en texte » lors de sa première rencontre avec Guiron, lui prête un destin sinon biographique, du moins plus continu que ne le faisait le Roman de Guiron ; le manuscrit L3 raconte sa mort, que Guiron, dans les premières versions du roman, se refusait précisément à rapporter, et imagine son épitaphe19. Cet aplanissement temporel a pour effet d’ôter à Galehaut le Brun une bonne part de son caractère exemplaire. Privé de la dramatisation qui, dans le Roman de Guiron, présidait à la mise en scène des récits enchâssés, inclus dans une ligne narrative suivie où il figure à égalité avec d’autres chevaliers, en particulier Ségurant le Brun, le fils de l’autre Hector, Galehaut perd beaucoup de son aura d’ancêtre prestigieux20. Il n’est plus le témoin disparu de la splendeur passée de la chevalerie, mais un chevalier parmi d’autres, valeureux, certes, et toujours admirable, mais ni plus ni moins, semble-t-il, que d’autres personnages.

25La fabrique de Galehaut le Brun passe donc par plusieurs strates successives. Le personnage, dans le Roman de Guiron, reçoit un portrait fragmentaire, à travers des récits enchâssés et la découverte occasionnelle de ses reliques ; sa parenté, reflétant cette identité parcellaire, n’apparaît que dans des îlots soigneusement repliés sur eux-mêmes. Cette construction par médaillons invitait à combler les lacunes, à compléter la destinée du personnage ; cette parenté confinée demandait à être étoffée. Aussi les continuateurs se sont-ils livrés à des recompositions visant essentiellement à intégrer Galehaut le Brun à une trame généalogique plus fournie. Ces recompositions ne sont ni aveugles, ni arbitraires : le fait que les écrivains aient rattaché Guiron à la famille de Galehaut le Brun amplifie une tendance des premières versions du roman, où ces deux personnages, construits comme en miroir, étaient associés par un faisceau d’indices.

  • 21 Selon la définition de Georges Duby, « Les “jeunes” dans la société aristocratique dans la France (...)

26Dans ces recompositions, des distinctions s’affirment, esquissées dès le Roman de Guiron, entre les fonctions respectives d’Hector le Brun et de Galehaut. Au fur et à mesure des textes, Galehaut le Brun est le héros d’aventures de plus en plus nombreuses, souvent aux côtés de Guiron. Symétriquement, il s’efface, dans les exposés généalogiques, au profit d’Hector. Celui-ci était déjà, dans le Roman de Guiron, le père de Galehaut, et on évoquait plutôt « le lignage d’Hector le Brun » que « le lignage de Galehaut » ; ce trait se confirme par la suite. Hector, contemporain chez Rusticien de Branor, le « Viel Chevalier », est le chef de lignée des Bruns dans les Prophéties de Merlin ; le remanieur du manuscrit 358 met l’accent sur sa place en « premier », à l’origine de la lignée, comme le manuscrit L3, dans lequel un autre Hector le Brun, sans doute un homonyme, devient le grand-père de Febus (f° 15 r°). Une partition des rôles s’opère, qui fait d’Hector un chef de lignage et de Galehaut, un « fils » aventureux, dont le sort semble toujours lié, malgré ses quelque « .L. a .LV. ans d’eage » (ms. 358, f° 55c), à la jeunesse de Guiron le Courtois. Entre ce fils et ce père, ce sont par conséquent deux fonctions complémentaires qui sont représentées : à Galehaut revient une éternelle jeunesse21, remplie de hasards et d’audaces, tandis qu’Hector représente l’image du père fondateur. Témoin, en creux, de cette distribution, la totale disparition, dans les tableaux généalogiques des manuscrits tardifs, de Febus, le fils de Galehaut le Brun, comme si celui-ci était ramené, par cette absence de filiation, à l’essentielle stérilité du premier Galehaut.

Notes

1 En l’absence d’édition intégrale, on se reportera à l’ouvrage de Roger Lathuillère, Guiron le Courtois : étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966, noté ici « analyse », qui donne un résumé de tous les manuscrits connus en 1966. Les numéros de paragraphes, dans la suite de l’article, renvoient à cet ouvrage. Le Roman de Meliadus correspond aux § 1-51 de l’analyse, le Roman de Guiron aux § 52-130. Le texte intégral du Roman de Guiron est donné seul, sans le Roman de Meliadus, dans les manuscrits de Marseille, BM, 1106 et de Privas, Archives départementales de l’Ardèche, n° I (F7). Dans le ms. 350, il est séparé du Roman de Meliadus par un blanc d’un folio et demi.

2 Les § 75, 76, 96, 117, 118, 128 pour Galehaut, les § 77 et 78 pour Hector.

3 Londres, British Library, Add. 36880. La continuation occupe les f° 160-263. Cette continuation, dont le début figure dans le ms. 350, reprend, du Roman de Guiron, la technique des récits enchâssés, tout en réintroduisant certains des personnages du Roman de Meliadus, notamment Arthur. Un autre manuscrit, coté X par Roger Lathuillère, contient la continuation, mais il appartient à un collectionneur privé et n’est pas accessible.

4 Cf. Frances A. Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975 pour la trad. française (première éd. en langue originale : 1966).

5 L’épisode est donné par le ms. 350 (f° 361a sq.) et le ms. L4 (f° 164a sq.). Citation : ms. 350, f° 361a.

6 6 Cf. par exemple Florence Plet, « La carte du Temps. Les entrelacs de l’espace, du temps et du récit dans la toponymie du Tristan en prose », Le Monde et l’Autre Monde. Actes du colloque arthurien de Rennes (8-9 mars 2001), éd. Denis Hue et Christine Ferlampin-Acher, Orléans, Paradigme, 2002, p. 305-320.

7 Deux récits dans le Roman de Guiron (§ 117, 128), deux dans la continuation du ms. L4 (§ 133, 139).

8 Le Roman de Tristan en prose, éd. Renée L. Curtis, Cambridge, D.S. Brewer, t. II, 1985, § 450-481, p. 67-90. Sur cet épisode, cf. Laurence Harf-Lancner, « Le géant et la fée : l’utilisation d’un schéma folklorique dans le Tristan en prose », Actes du 14e congrès international arthurien. Rennes, 16-21 août 1984, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, t. I, p. 302-313.

9 Une évolution se dessine toutefois entre ces deux romans. Bien que Galehaut, dans le Lancelot en prose, n’ait pas institué lui-même les coutumes qui régissent l’accès à ses domaines, il en respecte scrupuleusement les règles. Le Tristan décale le personnage vers un univers d’où les coutumes doivent être bannies : Galehaut exprime à plusieurs reprises sa volonté de faire cesser la coutume de l’Ile au Géant, puis, après la mort de ses parents, son regret de ne pas y avoir mis un terme plus tôt, et finit effectivement par l’abolir.

10 Sur les tombeaux dans le Lancelot, cf. par exemple Donald Maddox, « “À tombeau ouvert”. Memory and Mortuary Monuments in the Prose Lancelot », Por le Soie Amisté. Essays in Honor of Norris J. Lacy, éd. Keith Busby et Catherine M. Jones, Amsterdam, Rodopi, 2000, p. 323-338, et la bibliographie donnée en notes.

11 § 101, ms. 350 f° 267c-d.

12 MS 350 tant com ele vive ne nus des freres, corr. d’après le ms. de Privas, n° I (F7).

13 Cf. les § 135-137 de l’analyse, correspondant aux f° 174 r°-191v° du ms. L4.

14 Ms. de Paris, BnF, fr. 112, première partie, f 58b-61b. Le passage figure aussi dans le manuscrit de Turin, Bibliothèque Nationale, R. 1622 (L. 9), f° 3-6. Sur le ms. 112, cf. Cedric Edward Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, Paris, Nizet, 1959, notamment le chap. IX, « Palamède », p. 113-121. Le remanieur s’emploie à délivrer les héros enfermés du Roman de Guiron : non seulement Danain le Roux, mais aussi Guiron et le Bon Chevalier. Le § 128 reçoit également une suite dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 362, f° 334c-346b. L’enjeu lignager, toutefois, y est totalement occulté.

15 Ms. 112, f° 61a : « Si en maria les aucunes Palamidés, et aux autres donna la tour de dela qui estoit aux chevaliers ».

16 Cf. la version du manuscrit de Paris, BnF, fr. 1463, in Il Romanzo arturiano di Rustichello da Pisa, éd. Fabrizio Cigni, Pise, Pacini Editore, 1994, § 15 et 38 (p. 235 et 242). Sur cette version, cf. Fabrizio Cigni, « Pour l’édition de la Compilation de Rustichello da Pisa : la version du ms. Paris, B.N., fr. 1463 », Neophilologus, 76, t. 4, octobre 1992, p. 519-534. La version que résume Eilert Löseth correspond à une seconde rédaction ; Hector y devient, comme dans les Prophéties, le père de Ségurant, et le rédacteur ajoute de nouveaux épisodes à l’histoire des Bruns. Cf. John Fligelman Levy, Livre de Meliadus : an Edition of the Arthurian Compilation of BnF fr. 340 attributed to Rusticien de Pise, Berkeley, University of California, 2000, § 251-283 et § 310-329.

17 Cette version se retrouve, sous forme de fragments, dans d’autres manuscrits. Cf. sur ce point l’article de Barbara Wahlen, « Du recueil à la compilation : le manuscrit de Guiron le Courtois, Paris, BnF fr. 358-363 », Ateliers, 30, 2003, p. 89-100, n. 16.

18 Le ms. de Londres, British Library, Add. 36673, daté du xvie siècle (coté L3 par Roger Lathuillère), présente une construction généalogique du même ordre, également précédée par une allusion au Roman de Brut. Cf. le résumé qu’en donne Roger Lathuillère aux § 256-261 de l’analyse. Selon toute vraisemblance, le contenu du ms. de Turin, Bibliothèque Nationale, R. 1622 (L. 7), fortement endommagé lors de l’incendie de 1904, devait être le même que celui du ms. L3 (cf. Fanni Bogdanow, « Part III of the Turin Version of Guiron le Courtois : a hitherto unknown source of Ms. B.N. fr. 112 », Medieval Miscellany presen-ted to Eugène Vinaver by pupils, colleagues and friends, éd. Armel H. Diverres, Franck Edmund Sutcliffe et Frederick Whitehead, New York, Barnes & Noble, Manchester University Press, 1965, p. 45-64 : p. 47).

19 Ms. L3, f° 37 v°-38 r° ; le texte de l’épitaphe figure dans l’analyse, au § 260.

20 À partir du f° 76b, le ms. 358 raconte alternativement les exploits de Ségurant, de Galehaut et d’autres chevaliers. Ségurant, conformément à un épisode de la seconde version de la Compilation de Rusticien, triomphe même de Galehaut à la joute, ce qui indique sa supériorité (§ 224 de l’analyse ; on peut lire l’épisode dans John Fligelman Levy, Livre de Meliadus..., op. cit., § 251-275.). Cet épisode confirme que l’enjeu n’est plus de mettre en évidence l’exemplarité de Galehaut le Brun.

21 Selon la définition de Georges Duby, « Les “jeunes” dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle », La Société chevaleresque. Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1988, p. 129-142.

Auteur

Université de Toulouse II – Le Mirail

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540