Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Rose et le Lys

 | 
Huguette Legros

Écritures et paroles

Texte intégral

DE LA "CLERGIE" A LA ROYAUTÉ

  • 1 Le choix entre l'une de ces deux éducations, qui est déjà posé chez saint Augustin, est pourtant u (...)

1Alors que la littérature profane du xiie siècle met quasi exclusivement en scène des chevaliers, que ce soit dans les épopées ou dans les romans, alors que, dès le xiie siècle, le thème du débat du clerc et du chevalier fait s'affronter, sur fond de rivalité amoureuse, ces deux types sociaux, le Conte de Floire et Blancheflor apparaît comme une exception. De plus, alors que bien des récits plus édifiants posent douloureusement la question du choix entre deux éducations, l'éducation cléricale et l'éducation chevaleresque, ici cette problématique semble résolue sans même que le problème soit posé : Floire recevra une éducation cléricale et succédera à son père dont il est le fils unique.1 On a souvent rendu compte de cette spécificité et de cette originalité en considérant Floire et Blancheflor comme un "roman idyllique", mais sans préciser le sens exact que l'on donnait à cette expression. Il y aurait sans doute là une recherche à mener qui montrerait les liens que notre Conte entretient avec la "comédie nouvelle" ou le "fabliau latin" ; mais cette recherche n'est pas faite et l'expression de "roman idyllique" tend simplement, lorsqu'elle est employée, à rendre compte de l'histoire d'un amour contrarié qui triomphe finalement. Certes, cet aspect existe, il est le fil conducteur de l'histoire, mais comme tout résumé d'une intrigue il ne rend compte ni de son traitement ni de son sens. Tous les western peuvent se résumer de la même façon, le schéma narratif est le même, or il y a loin de La Chevauchée Fantastique à un western spaghetti ! Ce sont les éléments qui font l'originalité de la narration de Floire et Blancheflor que je désire maintenant étudier.

2Le père de Floire est présenté comme un guerrier ; au début du roman il part piller les côtes chrétiennes de l'Espagne et ses actions, aussi peu glorieuses qu'elles soient, sont celles d'un chevalier. Il part accompagné de toute une armée ("de chevaliers ot grant compagnie") et nous avons vu que le récit de ce raid mettait en valeur la joie sauvage éprouvée par ces hommes pillant, brûlant, détruisant une terre considérée comme ennemie puisque chrétienne. Ensuite, à l'égard de Blancheflor, ses réactions seront celles d'un homme d'armes et non celles d'un lettré ; à deux reprises, la solution qu'il préconise est la mort :

Certes, fait il, sans eslongier
Li voel faire le cief trencier,
Puis donrai a mon fil oissour
Fille de roi u d'aumachour.
(v. 301-304).
------------------------------------
"Certes, fait il, la damoisele
Mar acointa ceste novele !
Puet estre que par sorcerie
A de mon fil la drüerie.
Faites le moi tost demander,
Ja li ferai le cief cauper.
Quant mes fix morte le sara, En peu de tans l'oubliera."
(v. 405-412).

3Réaction cruelle certes, mais qui n'est ni étonnante ni exceptionnelle de la part d'un chevalier vivant dans une société où la violence est quotidienne et considérée comme normale.

4Or cet homme, ce roi ("Uns rois estoit issus d'Espagne"), va faire donner à son fils unique qui est donc nécessairement son successeur une éducation exclusivement intellectuelle. Dès l'âge de cinq ans Floire est confié, par son père, à un précepteur :

Quant li rois vit son fil si bel,
De son eage damoisel
Et aperçut que sot entendre,
A letres le vaut faire aprendre.
Gaidon l'a commandé, un mestre ;
Miudres de lui ne pooit estre.
Ses parens ert, de sa maison,
Fondés des ars ; Gaides ot non.
(v. 201-208).

5Jamais il n'est question de donner à Floire une éducation autre que livresque. Il n'apprend pas à manier les armes : jamais nous ne le voyons porter une épée ou une armure. On peut certes objecter qu'il n'a que dix ans lorsqu'il est séparé de Blancheflor :

En seul.V. ans et.XV. dis
Furent andoi si bien apris
Que bien sorent parler latin
(v. 267-269).
----------------------------------
Li rois aperçoit bien l'amour
Que ses fix a a Blanceflour.
(v. 273-274).

  • 2 M. de COMBARIEU, L'idéal humain et l'expression morale chez les héros des chansons de geste, des o (...)

6et que l'âge habituel pour accéder à la chevalerie varie entre quinze et dix-huit ans ; mais, en fait, à cet âge l'éducation du jeune homme est faite et il est prêt à partir se battre et à livrer des combats qui vont lui apporter la gloire et la reconnaissance des siens. Cette éducation qui a pour but de le préparer physiquement et moralement aux tâches qui seront les siennes a lieu le plus souvent dans une maison étrangère, celle du seigneur ou du souverain, ou encore celle de l'oncle maternel.2 Lorsque Floire part pour Montoire, le duc Jonas, mari de la tante de Floire pourrait jouer ce rôle ; or il n'en est rien et c'est à sa sœur, Sébile, que la mère de Floire, avec l'accord du roi Félix, confie l'éducation de son fils. Comme nous l'avons vu, Floire suit des cours dans une école fréquentée par des jeunes filles. Cette éducation est doublement éloignée de celle que reçoivent les jeunes chevaliers : elle reste uniquement "cléricale" et Floire la partage avec des compagnes alors qu'habituellement toutes les activités pratiquées par le chevalier tendent à lui donner des partenaires exclusivement masculins.

7Conséquences de son éducation, les réactions de Floire ne sont jamais celles d'un jeune chevalier. Certes Lancelot, Perceval s'abîment dans la contemplation des cheveux de la reine ou de trois gouttes de sang sur la neige qui rappellent le visage d'une autre Blancheflor, mais ils ne cherchent pas la mort et loin de mourir d'amour, ils veulent vivre et s'illustrer pour l'amour de celle qu'ils aiment. Yvain songe à se suicider, mais c'est moins la perte de Laudine que la conscience de sa faute qui lui fait souhaiter la mort ; une telle idée n'effleure même pas les héros mis en scène dans les chansons de geste du xiie siècle ; quant aux trouvères, la "mort par amour" est pour eux, comme pour les troubadours, une figure de style qui dit plus la menace de la mort du chant que le désir réel d'en finir avec la vie ; et nous avons vu que nous ne pouvions comparer la peinture de l'amour faite dans Floire et Blancheflor à celle des romans antiques : Didon et Achille se suicident, mais leur amour était par nature (et par tradition) un amour morbide, or ce n'est pas le cas de celui qui unit Floire à Blancheflor même si, comme nous l'avons vu, la seule réaction de Floire lorsqu'il apprend la mort de son amie est la volonté de mourir. Les moyens qu'il emploie correspondent à la nature de son éducation. Yvain songeait à se frapper de son épée, mais Floire n'en possède pas :

Sa vie est molt en grant dolour.
S'il eüst une nue espee,
Tost l'eüst en son cuer boutee ;
N'en a nule, ce poise li.
(v. 796-799).

8et la seule arme qu'il trouve est un stylet qu'il apostrophe, de manière quasi dérisoire, comme le chevalier son épée :

Dont parla a sa grafe Floire :
"Grafe, fait il, por çou fus fait
Que fin mesisses a cest plait.
(v. 1004-1006).

9De même, l'idée de se faire dévorer par les lions apparaît comme le fruit d'un esprit compliqué et diffère foncièrement des décisions rapides et brutales qui sont celles des chevaliers dans les épopées comme dans les romans.

10De plus, Floire a tendance à privilégier les lamentations et les larmes aux dépends de l'action. Lorsque les amants sont découverts par l'Emir, la première réaction de Floire est de pleurer :

Entretant il enfant s'esveillent ;
Paor ont grant, si s'esmerveillent
Quant il le roi devant ex voient,
Dont cuident bien que morir doient.
L'espee nue sor aus virent,
Grant paor orent, si fremirent,
Et de çou furent esperdu
Quant le roi orent perceù.
Dolant furent et courecié
Quant il se furent esveillié.
Flores plora et Blanceflor ;
Morir cuident sans nul retor.
(v. 2657-2668).
------------------------------------
Li doi enfant andoi ploroient
Et de pitié s'entresgardoient.
(v. 2679-2680).

11Il ne songe ni à se battre avec l'Emir, ni même à s'expliquer.

12De même, lors du procès, face à la cour, il réagit en pleurant :

Issi parlant li enfant vinrent
Plorant, et par les mains se tinrent.
(v. 2827-2828).

13et le narrateur souligne ce trait de caractère lorsque, faisant le portrait de Floire, il évoque ses yeux :

Si oel sont gros por le plorer :
Nus ne s'en peüst soëler
D'els esgarder s'il fussent liés,
Mais del plorer sont empirié.
(v. 2855-2858).

14Son seul acte de courage est inspiré par la volonté de sauver Blancheflor de la mort en mourant à sa place ; mais, en fait, il agit plus par amour que par héroïsme.

15Il est vrai que Floire aurait été bien en peine de livrer un combat contre l'Emir et les gens de sa cour puisqu'il était sans arme.

  • 3 Le Charroi de Nîmes, ed. D. Mc Millan, Paris, Klincsieck, 1972, laisses XXXIV à LV.

16Le déguisement de Floire en marchand et le recours à la ruse pour pénétrer dans la tour de l'Emir rappelle le Charroi de Nîmes ou la Prise d'Orange ; mais le rapprochement permet de souligner ce qui oppose Floire et Blancheflor à ces deux textes. Dans le Charroi de Nîmes, le trouvère fait une peinture contrastée des marchands et des chevaliers ; de plus, Guillaume a pour seul but de prendre Nîmes et réagit violemment à la première insulte que lui dit Harpin. Il s'ensuit une mêlée puis une bataille rangée au cours de laquelle les Français tuent sans pitié ceux qui résistent. C'est que Guillaume a caché dans les tonneaux ses hommes en armes et que le déguisement n'est pour lui qu'une ruse de guerre.3 Dans la Prise d'Orange, Guillaume se déguise en Sarrasin et se noircit le corps ; il part sans arme accompagné de deux de ses neveux ; cependant la situation n'est pas comparable à celle de Floire car il a pour but de conquérir Orange et Orable, la ville et la femme du roi Aragon. Les visées de Guillaume sont celles d'un conquérant et dès qu'il se sent menacé il se bat, tout objet pouvant alors devenir une arme, entre ses mains :

  • 4 La Prise d'Orange, ed. Cl. Régnier, Paris, Klincsieck, 1970.

Un bordon ot, grant et forni et lonc ;
A ses.II. mains se leva contremont
Et si en fiert Salatré le gloton,
Qui l'encusa vers le roi Arragon,
Par mi le chief, mout grant cop del baston
Que la cervele en vola contremont.
"Monjoie ! escrie, ferez avant, varon !"
(v. 818-824).
-----------------------------------
Li cuens Guillelmes ra choisi un tinel
Qui por feu fere i estoit aporté ;
Cele part vient poignant et tressüé,
As poinz le prent, contremont l'a levé ;
Baitaime vet ferir, le desreé,
Par mi le chief, ruiste cop del tinel
Que le cervel li fet del chief voler ;
Devant le roi l'a mort acravanté.
(v. 827-834)4

17Pour Guillaume, la ruse et le déguisement sont des moyens d'action et non des armes alors que Floire en use pour se battre et retrouver Blancheflor.

  • 5 ed. cit. vers 1 157-1 158.

18Floire se déguise en marchand pour mieux retrouver la jeune fille ; il espère ainsi passer inaperçu et obtenir des renseignements concernant le sort de son amie, mais il n'éprouve aucun mépris à l'égard de son nouvel état. Mieux, alors que son allure ne trompe guère ses hôtes et qu'il se trahit lui-même, il semble à plusieurs reprises prendre un certain plaisir à cette occupation. Ainsi, il demande à son père l'autorisation d'emmener avec lui son chambellan car, dit-il, "(...) bien set vendre et acater/et au besoing consel doner".5 Plus tard, il se soucie des bénéfices qu'il pourra réaliser en vendant la marchandise qu'il a emportée :

Son estrumant a molt proié,
Et il li a bien otroié
Que a cel port l'arivera,
Dont il plus tost venir porra
En Babiloine la cité,
Car on li a dit et conté
Que des icel jor en un mois
I assanlera cascuns rois
Qui de l'amiral terre tiennent :
Trestout ensanle a sa cort vienent,
A une feste qu'il tenra.
"S'adont, fait il, estoie la,
Mes toursiaus puet estre vendroie,
Si cuit que jou i gaigneroie."
(v. 1365-1378).

19et ce n'est alors ni une feinte ni une excuse comme c'est le cas lorsque ses compagnons se font passer pour des marchands, ou lorsqu'il dit lui-même au passeur qu'il est un commerçant :

— Marceans sui, ce veés vous.
En Babiloine voel aler
Et por vendre et por acater.
'en cest castel ostel avés,
Anuit mais nous i ostelés.
(v. 1524-1528)

20voire lorsqu'il prétexte des inquiétudes concernant ses affaires pour expliquer à Daire son air soucieux :

Sire, dist il, jou sui pensis
De mon marcié que j'ai enquis
Molt par m'en criem que jou nel truisse
Et, se le truis, k'avoir nel puisse."
(v. 1659-1662).

21Certes, la conclusion de la demande qu'il adresse à son père n'a rien de mercantile :

Et se nos le poons avoir
Por nul marcié de nostre avoir,
Nos en donrons molt largement,
Puis revenrons hastivement."
(v. 1161-1164).

22et en dehors du "bourgeois" qui le loge à Baudas, ceux qui l'hébergent ne se trompent pas sur son statut social. En fait, la condition de Floire est présentée de manière ambivalente dans la mesure où le récit prête aux "bourgeois" un statut comparable à celui des chevaliers. Aucun mépris n'est perceptible ; mieux, ils semblent partager le même mode de vie. Les termes qui les qualifient sont laudatifs et soulignent leur richesse :

Ciés un borgois sont herbergié
Qui rices hom ert u marcié
Et notoniers et marceans.
(v. 1417-1419).
------------------------------------
Mes compains est, de mon mestier.
En Babiloine est rices hom,
Grant tour i a et fort maison.
De nos.II. pors somes compaing,
Par mi partomes le gaaing.
(v. 1558-1562).
----------------------------------------
La le troevent u siet sous l'arbre,
Sor un perron qui fu de marbre.
Son cors ot ricement vestu,
Preudome pert quant l'on veü.
(v. 1571-1574).

23Lors de leur première étape, les gens de Floire vont acheter des provisions à la ville :

As estaus del bourc sont alé,
Chars i acatent des plus cieres
(v. 1244-1245).

24mais ensuite ils trouvent de quoi se restaurer chez leurs hôtes ; à Babylone, Daire les reçoit somptueusement :

Molt se font servir ricement
En boins vaissiaus d'or et d'argent
Cler vin et piument et claré
Et boin bogeraste et anné.
De boin mangier ont a fuison
Et vollilles et venison.
(v. 1673-1678).

25suit l'énumération des plats qui sont servis jusqu'aux fruits qu'on apporte en abondance.

26En fait, ces bourgeois s'habillent richement et vivent dans le luxe. Daire conduit Floire à sa demeure qui est ainsi présentée :

Puis li a mostree sa tour.
Es les vos el castel venus.
(v. 1590-1591)

  • 6 J. LE GOFF, Marchands et banquiers du Moyen-Age, Paris, 1956, voir également "Métiers licites et m (...)

27Aucune discrimination n'est donc faite entre ces bourgeois et les chevaliers, contrairement à ce qui se passe dans d'autres œuvres contemporaines. En fait, dans la seconde moitié du xiie siècle, l'attitude de la classe féodale et celle de l'Eglise sont ambivalentes à l'égard des marchands qui sont souvent des banquiers. D'une part ils sont rejetés, d'autre part on négocie avec eux. Très tôt les grands commerçants ont joué un rôle politique auprès des princes et des rois et, alors que quelques théologiens mettent le marchand à l'index, dès le xie siècle l'Eglise leur accorde sa protection et les intègre à la communauté chrétienne. Au xiie siècle, les foires les plus importantes sont les foires de Champagne dont les comtes, et tout particulièrement Henri Ier, sont les instigateurs et les protecteurs. Jacques LE GOFF écrit : "Marchands et habitants jouissaient de privilèges importants et la fixation et l'essor des foires sont intimement liés à la croissance du pouvoir des comtes de Champagne et au libéralisme de leur politique"6

  • 7 J. LE GOFF, Marchands …, op. cit.

28Aussi l'importance prise par les marchands dans Floire et Blancheflor, la fonction narrative qui leur est accordée, comme l'absence de discrimination qui caractérise leur peinture peuvent-elles s'expliquer par le milieu culturel dans lequel fut probablement rédigé notre conte. Jacques LE GOFF écrit encore : "A l'origine, on construisait des baraquements provisoires sur les places ou en dehors de la ville. Puis, les habitants louèrent des pièces ou des maisons aux marchands. Enfin, des maisons spéciales furent bâties pour eux, en pierres pour résister aux incendies avec de grandes caves voûtées pour y entreposer les marchandises"7. A cela s'ajoute la place importante tenue par les marchands dans les villes italiennes comme dans les centres urbains orientaux plus développés que les villes occidentales.

29Cependant, le rôle qui leur est réservé dans notre conte est un trait original et distingue Floire et Blancheflor des productions littéraires contemporaines.

30Toutefois, comme nous l'avons vu, dans cette société Floire se distingue des autres par son comportement et par une certaine noblesse qui semble émaner de sa personne. La femme de Richier dit à son mari :

Par mon cief, n'est pas marceans,
Gentix hom est, el va querans.
(v. 1287-1288).

31De même le passeur de Monfélis se doute du statut de Floire :

Li maistres esgarde l'enfant ;
Gentix hom sanle a son sanlant.
(v. 1521-1522).

32Quant à Daire, il comprend vite que les soucis de Floire ne sont pas d'ordre matériel :

Vostre estre ne me celés pas :
Molt me sanle que çou soit gas
Que vos dras vendes a detail ;
D'autre marcié avés travail.
(v. 1721-1724).

  • 8 ed. cit. vers 1 276-1 280 ; 1 451- 1 452 ; 1 709-1 710. (Ce ne sont que quelques exemples car les (...)

33Est-ce à dire qu'on peut parler de dispositions naturelles qui donnent à Floire l'apparence ("a son sanlant") d'un chevalier ? sans doute ; mais c'est aussi son attitude qui le trahit : il ne partage pas les joies simples et triviales d'un bon repas copieusement arrosé et son air pensif le met en marge des autres. On nous dit qu'il "s'entroublioit", qu'il "souspiroit", et "ne donoit garde a sa main/se il prendoit u car u pain" ; ce ne sont pas là manières de marchand et de fait, cet air "morne et pensiu" est le fruit de son éducation.8 Aussi Floire est-il bien reconnaissable comme "fius de roi" comme il le dit à Daire. Enfin, il n'a pas la même attitude à l'égard de l'argent que les riches bourgeois qui l'accueillent.

34Alors que Richier se choque de voir répandre par maladresse, dans un geste exubérant, un verre de bon vin, Floire lui répond :

Après dist : "Li vins respandus
Bien est raisons qu'il soit rendus.
Tant en faites sor moi venir
Com il vos venra a plaisir."
(v. 1337-1340).

35De même, il paie avec générosité le navigateur qui l'a conduit à Baudas ; mieux, il distribue son argent avec joie parce qu'il s'agit pour lui de s'acquitter d'un service qui dépasse le fait d'avoir été transporté d'un point à un autre :

Icil sa promesse demande,
Et il li done boine et grande :
.XX. mars d'or fin et.XX. d'argent
Li fist doner joiousement,
Car vis li est k'en paradis
L'a mis quant il est el païs
U s'amie cuide trover
Que il siut par terre et par mer.
(v. 1405-1412).

36Enfin, il récompense avec largesse l'hôte qui, à Baudas, lui donne des nouvelles de Blancheflor :

Flores li done un boin mantel
Et un hanap d'argent molt bel
(v. 1473-1474).

37Floire paie le passeur de Monfélis cent sols puis doit acquitter un droit de passage pour franchir le pont qui le sépare encore de Babylone :

Ja a cel pont nom ne passast,
.IIII. deniers ne li donast,
Et puis.IIII. cil a ceval.
(v. 1575-1577).

  • 9 Il y a cependant une exception remarquable : Yseult dans le Tristan de Béroul invite son amant à m (...)

38L'argent occupe donc une place importante dans le conte, or c'est là un trait particulier à Floire et Blancheflor ; en effet, l'argent tient peu de place dans les chansons de geste ou dans les romans contemporains, qui opposent "richesse" à "pauvreté", mais ne font que très rarement état de monnaie sonnante et trébuchante ; les héros ne manipulent pas d'argent,9 celui-ci est l'attribut des marchands voire des "vilains". Même si dans la seconde moitié du xiie siècle, on relève une attitude ambivalente à l'égard de la monnaie.

  • 10 Au début du xiiie siècle, dans Aucassin et Nicolette, l'argent jouera le même rôle. Lors de la ren (...)

39Alors que, dans les mentalités, la richesse et la puissance sont encore étroitement liées à la possession de la terre, l'argent tend à jouer un rôle de plus en plus important dans la société et les monnaies venant d'Orient, qui commencent à circuler par l'intermédiaire de marchands itinérants, éblouissent les Occidentaux. Racontant l'arrivée à Byzance des croisés, Eudes de Deuil écrit : "Ce fut là que nous vîmes pour la première fois des monnaies de cuivre et d'étain" ; objet de fascination, signe extérieur d'une richesse inaccessible, l'argent peut donc jouer un rôle dans l'imaginaire. Il semble que, dans Floire et Blancheflor, il soit lié au monde oriental. De plus, il apparaît dans le conte comme un moyen d'action et sert aussi à exprimer des sentiments. Cette fonction narrative tend à faire de Floire un personnage original, ni chevalier, ni clerc. On pourrait, certes, expliquer les précisions pécuniaires par le déguisement de Floire, mais sa libéralité n'a rien de mercantile et concourt au contraire à démasquer sa véritable identité. En fait, l'argent joue dans le conte le rôle dévolu, dans d'autres romans, aux "dons" ; il permet à Floire de jouer son rôle de marchand tout en lui permettant d'accéder au but véritable de son voyage, la quête de son amie. L'argent est en quelque sorte un intercesseur entre le monde du portier et l'intime vérité de Floire10.

40Cependant, à la fin du roman, Floire va, en l'espace de quelques vers, être armé chevalier, être marié et devenir roi ; or d'emblée il va imposer son autorité et dès que les évêques ont béni sa couronne, il va dicter ses décisions sans reculer devant l'emploi de la force. Le jeune homme doux, fragile, délicat, nourri de culture cléricale, se transforme soudain en un souverain autoritaire, résolu, voire violent. En fait, Floire possède de façon innée les qualités d'un chef et comme Perceval, le "nice", apprend en une seule journée l'art de la chevalerie, Floire, en quelques jours, se découvre les vertus inhérentes à son nouvel état. Il s'est accompli dans et par la "clergie", mais ne devient pas pour autant, tant s'en faut, un rex pacificus ; tout au plus son attitude à l'égard de la mère de Blancheflor laisse-t-elle supposer qu'il sera bon et charitable et qu'il aura le sens de la justice. En fait, ne retrouvons-nous pas l'idéal du prince lettré, mais courageux et fin politique qu'était, selon les chroniqueurs, Henri Ier de Champagne ?

41L'enfance de Floire est placée sous le signe de l'étude, mais le conte s'achève sur l'accomplissement social et lignager de son destin. Par Blancheflor, la coupe royale lui est échue et avec elle la souveraineté, une souveraineté placée sous le double signe de la translatio studii et de la translatio imperii.

VOIX : "Si parlerai avenanment" "Ele commence avenanment"

A. Voix multiples

42Le prologue nous indique de façon quasi ludique la transmission du conte. A l'origine, un texte écrit, lu par un clerc, puis deux ou trois sources orales : le clerc a raconté l'histoire à la dame qui la raconte à sa jeune sœur et sans le savoir à un narrateur caché qui, peut-être, nous la raconte... Jeux de voix donc qui, par un jeu de miroirs, nous renvoient à des locuteurs multiples : auteur / narrateur / récitant / auditeur(s). Cependant, que ce soit "uns boins clercs" qui ait raconté à la dame cette belle histoire d'amour place d'emblée le conte dans une certaine tradition culturelle, celle de la "clergie". Le lieu commun de l'aveu des sources explique ou éclaire la diversité des références culturelles dont notre texte se fait l'écho. Il n'est pas question de revenir ici sur une recherche de "sources", mais plutôt de tenter de rendre compte d'une certaine écriture qui s'exprime aussi bien par ces intertextualités plus ou moins sous-jacentes que par l'utilisation originale des descriptions.

B. Intertextualités savantes et écriture romanesque

43Les références culturelles qui affleurent dans Floire et Blancheflor ne sont jamais gratuites ; elles font partie de la trame narrative ou elles donnent sens au conte.

44Ainsi les références à l'Antiquité sont toujours étroitement liées à l'histoire des deux personnages.

45Nous avons vu ce qu'il en était pour la décoration de la coupe, les rapports qu'elle entretient avec des épisodes à venir ou avec l'histoire amoureuse des enfants. Nous n'y reviendrons pas.

46Lorsque la mère de Floire veut détourner son fils du suicide, elle lui dit qu'il ira en Enfer s'il cherche à se tuer et que par conséquent il ne retrouvera pas son amie comme il l'espère. Pour le faire renoncer à son funeste projet, elle évoque la décision probable des juges de l'Enfer et lui cite l'exemple de Didon et de Byblis :

Infer son calenge i metroit :
La irés, biax fix, orendroit. Minor,
Thoas, Rodomadus,
Cil sont jugeor de la jus,
En infer font lor jugement.
Cil vos metroient el torment,
La u est Dido et Biblis,
Qui por amor furent ocis,
Qui par infer vont duel faisant
Et en infer lor drus querant.
Eles les quierent et querront
Tos jors, ne ja nes troveront.
(v. 1029-1040).

  • 11 Alors que l'on connaît le dogme musulman (cf. ci-dessous note 47), on fait des Sarrasins les adora (...)

47Floire est sarrasin ; or, bien souvent, dans les textes littéraires, une confusion volontaire est faite entre la religion musulmane et la mythologie ou les héros de la Rome antique.11

48Les interventions d'auteur sont très rares dans Floire et Blancheflor ; cependant au cours de l'une d'elles, Chalchidus, le traducteur et commentateur du Timée, est cité ainsi que Platon, à propos du caractère imprévisible des amoureux :

Signor, ne vos esmervilliés,
Car qui d'Amors est justiciés,
Çou cuide faire certement
Dont s'esmervellent molt de gent
C'est en Calcide et en Platon
Que pas ne cuidera nus hom
Qu'estre puist fait çou que fera
Cil qui d'amors espris sera.
(v. 1103-1110).

49Cette référence étonne d'autant plus que si à propos des lectures faites par les enfants le nom d'Ovide n'est pas prononcé, il est suggéré par quelques vers qui font penser à l’Art d'Aimer :

Livres lisoient paienors
U ooient parler d'amors.
En çou forment se delitoient,
Es engiens d'amor qu'il trovoient.
(v. 231-234).

  • 12 Non que l'auteur place l'amour des deux enfants dans une atmosphère de néoplatonisme ; simplement, (...)

50N'est-ce pas alors un moyen employé pour suggérer que la peinture de l'amour et de ses effets dans le conte n'est en rien redevable à la conception ovidienne dont s'inspirent tant d'oeuvres contemporaines ?12

51Un seul rapprochement relève de l'exercice scolaire : l'énumération comparative qui est faite lors du portrait des enfants :

Paris de Troies n'Absalon,
Parthonopex n'Ypomedon,
Ne Leda ne sa fille Elaine,
Ne Antigone ne Ysmaine
En leece tant bel ne furent
Com erent cil, qui morir durent.
(v. 2839-2844).

52Certains critiques ont fait des rapprochements avec la Bible. Ils n'impliquent évidemment pas une source directe. Les souvenirs d'épisodes bibliques que nous pouvons relever peuvent venir par l'intermédiaire de commentaires ou de récits contenant des réminiscences confuses ; ils peuvent aussi provenir de traditions narratives parallèles aux récits bibliques et diffusées de manière orale.

53Nous avons déjà commenté le nom de Daire, mais il ne faut pas oublier que celui-ci se trouve dans le Roman de Thèbes et est alors employé sans qu'il y ait aucun rapport avec Darius.

  • 13 E. BAUMGARTNER, art. cit. (cf. note 87) ; voir Jérusalem, Rome, Constantinople, l'image et le myth (...)

54Cependant le nom de "Babiloine" donné à une ville arabe fait penser à la Babylone biblique et, de ce fait, le séjour de Blancheflor dans cette cité semble faire écho à l'épisode de la "captivité de Babylone". Mais, plus généralement, l'exégèse biblique et l'ensemble de la tradition chrétienne opposent Babylone à Jérusalem ; la ville mauvaise, maudite, à la bonne ville, celle du salut. Or, bien souvent, dans la seconde moitié du xiie siècle, Constantinople est comparée à Babylone ; elle apparaît tout à la fois comme la cité convoitée et la ville de perdition.13 Bien des traits de la description que Daire fait de Babylone rappellent la capitale byzantine entourée d'une muraille surmontée de tours, dotée d'un phare qui éclaire loin dans la nuit, ville des coupoles et des dômes dont on pourrait retrouver un écho dans les vers qui décrivent l'extérieur de la tour de l'Emir :

En miliu de ceste cité
A une tor d'antiquité,
.CC. toises haute et.C. lee,
Roonde comme keminee ;
Tote est de vert quarrel de marbre
Coverte a vause tot sans arbre,
Hourdee amont comme clokier ;
Li torpins est desus d'or mier.
(1811-1818).

55En fait, la réminiscence biblique joue sans doute à plusieurs niveaux puisque Babylone est la ville où, paradoxalement, Floire va trouver, comme nous l'avons dit, le chemin de la foi ; peut-on alors parler d'une "destruction" de Babylone à propos de la suppression de la coutume de l'Emir ?

56Certains critiques ont songé à une source biblique pour la représentation du harem et l'évocation de la vie dans la "tors as puceles". De fait, le Livre d'Esther décrit le harem d'Assuérus et précise qu'il choisissait une nouvelle femme tous les douze mois, mais cet épisode n'est pas traduit dans la Vulgate, saint Jérôme rejetant en fin de livre la traduction de quelques fragments grecs et certains Pères excluant complètement le Livre d'Esther qui est considéré avec réticences par l'Eglise. La transmission se serait donc faite par des récits orientaux ou des commentaires, mais alors pourquoi ne pas songer à des récits puisant directement leurs indications dans la réalité ?

57De fait, Floire et Blancheflor baigne dans une atmosphère orientale et de nombreux détails renvoient de manière précise à des habitudes architecturales ou au mode de vie en usage dans les royaumes d'Orient, qu'ils soient chrétiens ou arabes. Ainsi la description du jardin de l'Emir, mise au service de la signification du conte, comporte des éléments qui renvoient à une réalité décrite par les voyageurs et les chroniqueurs qui connaissent l'Orient ou l'Espagne arabe, et qui tous furent frappés par l'importance des jardins dans la conception de l'architecture musulmane. Le jardin oriental, s'il n'est pas suspendu, est situé au coeur de la demeure, il est le lieu le plus intime et ce sont les appartements particuliers qui s'ouvrent sur ce domaine privé où tout est fait pour le plaisir des yeux et de l'ouïe. La végétation est choisie de telle sorte que le jardin est toujours fleuri et l'eau tient une place prépondérante dans la décoration et dans l'organisation de ces jardins. Des canaux relient des fontaines les unes aux autres et chaque cour intérieure est ornée d'une fontaine centrale.

  • 14 Voir mes articles cités aux notes 84 et 86.

58Ces jardins, comme les pièces de réception sont décorés de machineries qui ont ébloui les ambassadeurs et les voyageurs qui y ont eu accès. Liutprand de Crémone, Eudes de Deuil et Guillaume de Tyr disent leur émerveillement devant tant de splendeurs et une telle maîtrise des arts mécaniques. Les arbres d'or, d'argent, de pierreries, recouverts d'oiseaux animés et chantants ne sont pas des inventions. Les orientaux savaient construire des automates de forme humaine, animale ou végétale.14

59Ce qui conduit à penser à l'utilisation de détails pittoresques et vécus ou empruntés à des récits écrits à partir de choses vues, c'est la précision et la subtilité de l'emploi de ces éléments dans la narration ; ils sont là comme les touches de couleur dans un tableau impressionniste, pour créer une atmosphère qui concourt à la senefiance du conte et permet d'échapper à un merveilleux artificiel, à un "orientalisme" de pacotille.

  • 15 Ces jeux sont cependant toujours des manifestations du pouvoir de ceux qui les organisent alors qu (...)

60Seule l'évocation des jeux semble participer davantage d'une tradition littéraire que d'une source vécue. Les "jeux" de Barbarin rappellent ceux qui sont décrits dans le manuscrit D de La Prise d'Orange ou encore les "jeux d'Orange" évoqués dans les Enfances Guillaume ou les "jeux étranges" de l'empereur byzantin dans Girart de Roussillon ou encore l'art de l'enchanteur Hunaut dans Simon de Pouille.15 On le voit, la tradition se perpétue au xiiie siècle, cependant de telles évocations sont rarement gratuites ; dans ces récits, ces jeux soulignent la capacité de leur instigateur à tromper son entourage ; or le père de Floire ne parvient pas à duper son fils ; Floire échappe à ces divertissements qui ne sont qu'artifices comparés à la vérité qui est celle de l'amour qu'il éprouve pour Blancheflor. D'un côté, des enchantements trompeurs, de l'autre un amour voulu par Dieu et qui doit s'accomplir. On le voit, là encore, l'épisode n'est pas ornemental, il est savamment rattaché à la signification de l'histoire.

  • 16 A. GUILLOU, La civilisation byzantine, Arthaud, 1974, pp. 232-288.

61Le divertissement décrit au moment du mariage de Floire et Blancheflor et de celui de l'Emir avec Gloris rappelle, quant à lui, les jeux de l'Hippodrome ou les divertissements dominicaux de Byzance16 ce qui nous raménerait à l'hypothèse d'une possible assimilation entre la Babylone du conte et la cité médiévale de Byzance.

62Ainsi toutes ces références ne conduisent pas à une écriture pédante qui choisirait de déployer, comme c'est le cas dans les romans antiques, toute une imagerie érudite. Ces réminiscences ne contribuent pas non plus à donner à Floire et Blancheflor un style scolaire. Elles sont employées avec habileté et parfaitement intégrées à la texture du récit auquel elles donnent un surplus de sens dans la mesure où elles évoquent chez les lecteurs des images différentes. Aux voix des narrateurs répondent les voix multiples des lecteurs.

63La subtilité de cette écriture se retrouve dans l'utilisation originale qui est faite des descriptions.

64Elles tiennent une place importante dans la narration tant par leur longueur que par ce qu'elles signifient. Les romans antiques utilisaient les descriptions comme des ornements rhétoriques permettant de faire étalage du savoir de "clergie", et elles sont quasiment le reflet d'un certain esprit encyclopédique qui anime leurs auteurs. Rien de tel dans Floire et Blancheflor, alors même que les descriptions tiennent, par leur longueur, une place beaucoup plus importante dans la narration que celle qu'elles occupent dans les romans d'aventures contemporains. En fait, ce qui importe, c'est ce qu'elles signifient. L'auteur de notre conte ne commente pas les situations et les descriptions se veulent explicatives.

65Ainsi le discours de Daire, qui n'est a priori qu'une mise en garde adressée à un jeune homme téméraire et inconscient, met en images les dangers encourus par Floire. Daire ne lui expose pas les risques qui le guettent, il lui décrit la ville, la tour et le jardin et ces évocations deviennent le signe de la toute-puissance de l'Emir et du péril qui plane sur sa vie et son amour. Nous avons longuement étudié ces descriptions aussi ne reprendrai-je que quelques éléments qui permettront de mieux comprendre leur fonction narrative et la manière dont elles l'assument.

66Le pilier de la tour au pied duquel se tient l'Emir est le signe tangible de son omnipotence, et lorsqu'il quittera cette position qui le place "en majesté" pour monter dans la chambre de Blancheflor, ce geste suffira à montrer que l'ordre est perturbé ; mais ce pilier qui alimente en eau les chambres des pucelles et qui est érigé "(...) du fondement/dusqu'a l'aguille en haut (...)" est aussi comme nous l'avons dit un symbole phallique et comme tel il signifie le danger que court l'amour des deux jeunes gens puisque Blancheflor est à la merci de l'Emir qui veut, de fait, en faire son épouse.

67De même l'arbre mécanique placé au centre du jardin est tout à la fois le symbole du pouvoir de l'Emir qui détient un droit de vie ou de mort sur ses sujets (ici les femmes du harem) et celui du danger immédiat qui guette Floire et Blancheflor puisque, en tout état de cause, la jeune fille est (devrait être) condamnée à mort : soit au bout d'un an lorsqu'arrivera le terme de son mariage avec l'Emir ; soit, si Floire la retrouve, lorsque l'eau du ruisseau révélera qu'elle n'est plus vierge.

  • 17 A. LABBE, op. cit. p. 191.

68Nous avons vu que l'escarboucle placée au sommet de la tour a une double fonction ; d'une part elle représente objectivement un danger pour Floire, d'autre part, en correspondance avec celles qui ornent l'écrin de la coupe et le cénotaphe, elle est comme le signe de la présence de Blancheflor dans la tour. De plus, nous pouvons considérer que cette escarboucle qui brille au sommet de la tour de l'Emir a, comme celle qui orne le palais de Girart dans Girart de Roussillon, pour mission de "faire resplendir au loin l'éclat spécifique qui témoigne de la puissance et de la richesse du maître. A ses ennemis, elle adresse de loin une mise en garde, tandis qu'elle fait retomber sur ses vassaux, jusqu'à l'horizon, un peu de cette "lumière" palatine où l'éclat des matériaux précieux reflète et multiplie la radiance du souverain charismatique"17.

69Ces trois exemples nous permettent de tirer plusieurs conclusions. D'une part, certains éléments descriptifs sont chargés d'une polysémie qui renvoie tantôt à une symbolique immédiatement comprise au xiie siècle, tantôt à un faisceau de correspondances intrinsèques au conte. En fait, ces significations se superposent et contribuent à donner à l'oeuvre toute sa senefiance. De plus, un tel emploi des descriptions relève d'une esthétique spécifique à notre roman. Les images qu'elles suggèrent permettent de trouver la clef des idées. Comme Floire progresse sans heurt et hors de toute aventure, la pensée de l'auteur s'exprime non par des argumentations mais par des "signes". La pensée symbolique est au xiie siècle un outil mental et dans Floire et Blancheflor, l'auteur l'utilise pleinement en refusant de "décoder" le message pour le lecteur.

70Je ne reviendrai ni sur la description de la coupe, ni sur celle du cénotaphe qui ont été longuement évoquées ; en revanche, nous allons étudier la description du cheval que le roi Félix donne à son fils lorsqu'il part à la recherche de Blancheflor et les portraits des jeunes gens.

71La description d'un cheval intervient dans deux cas bien particuliers : ou elle fait partie, dans l'épopée, du motif narratif de l'équipement du chevalier, et il s'agit d'un destrier, ou, dans le roman, elle intervient lorsque le cheval a des propriétés merveilleuses, ou encore lorsque l'évocation d'un palefroi permet de suggérer une atmosphère "courtoise". Ainsi, Chrétien de Troyes dans Erec et Enide décrit assez longuement les différentes montures d'Enide ; la première est un palefroi vair qu'elle monte pour se présenter, somptueusement vêtue, à la cour d'Arthur ; le second palefroi est plus étrange ; il est fauve et sa tête est blanche d'un côté, noire de l'autre, les deux couleurs séparées par une ligne plus verte que feuille de vigne :

Cil estoit noirs et cist est sors,
Mes la teste fu d'autre guise :
Partie estoit par tel devise
Que tote ot blanche l'une joe
Et l'autre noire corne choe ;
Antre deus avoit une ligne
Plus vert que n'est fuelle de vigne,
Qui departoit del blanc le noir.
(v. 5274-5281).

72Ainsi Chrétien de Troyes utilise la description des montures d'Enide pour montrer les étapes de la vie sociale et de la vie morale de la jeune femme ; comme dans bien d'autres textes contemporains, le cheval est chargé de valeurs symboliques et appartient, par ses caractéristiques, au monde de la merveille.

73Or, l'originalité du Conte de Floire et Blancheflor réside, pour ce qui est du traitement de ce motif, dans le refus du merveilleux. En revanche, les détails donnés au cours de la description explicitent le sens de ce cadeau fait par Félix à son fils.

74Comme on peut s'en douter, il ne s'agit pas d'un destrier fait pour le combat, mais d'un palefroi ; de plus rien n'est dit des qualités du cheval, la description concerne le harnachement qui se distingue par sa richesse et par l'éclat de ses coloris. En effet, alors que les autres descriptions sont peu colorées, l'équipement du cheval se caractérise par l'abondance des notations de teintes : blanc, rouge, inde, vermeille, brun, auxquelles s'ajoute l'éclat des métaux précieux et des pierreries. Cependant la précision concernant le harnais est intéressante à noter :

(...) le conroi,
Qui d'une part estoit tos blans
De l'autre rouges comme sans.
(v. 1176-1178).

75Or, d'une part, ces couleurs se retrouvent à plusieurs reprises associées aux enfants, d'autre part elles signifient l'une le pouvoir sacré, l'autre la royauté. Ainsi, par ses couleurs, l'équipement du cheval présage le destin pour l'accomplissement duquel Floire quitte la maison paternelle.

76Toutes les autres notations concourent à souligner la richesse du harnachement et à faire de ce cheval un animal mieux équipé pour la parade que pour un long voyage ; il n'est ni la monture idéale d'un chevalier partant pour une quête, ni celle d'un marchand s'en allant pour son négoce.

77De plus, la description du palefroi prend sa signification dans la relation qui unit le donateur au donataire. Il est précisé que ce cheval a appartenu au père de Floire, aussi en lui faisant ce cadeau le roi Félix reconnaît-il à son fils le droit de briser le lien familial et fait-il de lui son héritier putatif ; mais le fait qu'il s'agisse d'un palefroi et non d'un destrier montre que Floire n'est pas encore considéré par son père comme un chevalier et, de fait, comme nous l'avons vu, c'est l'Emir qui adoubera Floire ; mais alors il a triomphé des obstacles et atteint son but : retrouver Blancheflor.

78La seconde description qui retiendra notre attention est celle des deux jeunes gens. Les portraits qui sont faits des deux enfants reprennent tous les lieux communs propres à ce type de description : l'auteur ne fait preuve d'aucune originalité sauf en ce qui concerne la place et la fonction de ces descriptions.

79Ces portraits n'ont pas pour fonction de présenter les personnages au lecteur puisqu'ils interviennent à la fin du roman, au moment du procès lorsque les enfants paraissent devant leurs juges tels des martyres dont la beauté dit assez l'élection. C'est ainsi qu'ils émeuvent tous les membres de la cour :

De lor biauté tot s'esbahirent
Quant u palais entrer les virent.
N'a si felon home en la cort
qui de pitié por eus ne plort.
Molt volentiers dont trestornaissent
Le jugement se il osassent.
Mais li rois fu si fort iriés
Que d'aus ne li prendoit pitiés.
(v. 2913-2920).

80et que l'"évêque" a le dernier mot en disant à l'Emir :

  • 18 Erec et Enide, ed. Mario Roques, Paris, Champion, C.F.M.A. t. I.

Car damages seroit molt grant
S'ensi moroient li enfant,
Car de lor biauté n'est mesure.
Plus biax ne fist onques Nature."
(v. 3069-3072).18

  • 19 ed. cit. vers 2948-2960

81Il semble que si l'auteur a refusé toute originalité pour se conformer strictement aux canons de la beauté médiévale, c'est pour mieux faire d'eux des figures exemplaires. Ce qui importe c'est la place qu'occupe, dans la narration, cette longue description de 67 vers.19

  • 20 Il ne faut pas oublier que "l'objet principal du genre oratoire que les anciens ont appelé démonst (...)

82La beauté des enfants apparaît comme une justification : elle plaide pour eux. En fait, sa signification est double : d'une part, on le sait, au xiie siècle la beauté du corps est considérée comme le reflet de l'âme20 ; d'autre part cette "présentation" des enfants fait pendant au discours accusateur de l'Emir qui a longuement argumenté ; leur seule plaidoirie réside justement dans leur comparution et leur principal argument est leur beauté.

83Cette scène n'est pas sans évoquer d'autres scènes de jugement où la preuve, unique ou principale, est l'arrivée d'un personnage qui emporte, à sa seule vue, l'adhésion des juges. On songe plus particulièrment à l'arrivée de la fée à la fin du lai de Lanval, mais alors le sujet de l'accusation concerne précisément la beauté de l'amie de Lanval comparée à celle de la reine. Dans notre conte, l'objet du litige est tout autre et si les situations peuvent sembler similaires, elles ne sont nullement identiques.

84En fait, une fois de plus dans Floire et Blancheflor, la description assume une fonction explicative en même temps qu'elle dénoue une situation qui semble sans issue, ici un dilemme.

  • 21 Seul Mathieu de Vendôme indique que la description doit venir à propos et se justifier par son uti (...)

85Ainsi, dans le Conte de Floire et Blancheflor les descriptions n'ont jamais un rôle strictement ornemental. Ou elles servent de langage symbolique pour exprimer soit le sens d'un épisode, soit la signification d'un geste, soit les sentiments des personnages ; ou elles prennent en charge des éléments constitutifs de la trame narrative, donnant ainsi sens au roman ; ou elles expriment dans un langage métaphorique la senefiance du conte. La pensée et la réflexion se font images. C'est par elles que le narrateur s'exprime et grâce à elles que le lecteur interprète ce qui n'est que suggéré. Cet emploi de la description comme modalité narrative dont la fonction est d'ordre explicatif et symbolique est original à la fin du xiie siècle, à une époque où, dans la plupart des récits, la description restait traditionnellement un procédé d'amplification, voire une des variétés de la digression.21

86L'auteur de Floire et Blancheflor fait œuvre originale et invente une forme d'écriture particulière, participant ainsi à l'efflorescence des modalités de narration qui, en cette fin du xiie siècle, prépare l'infinie variété des formes que revêtira, jusqu'à nos jours, l'écriture romanesque.

C. "Flores a son conte commencié"

87L'enchâssement des paroles est un élément remarquable de l'écriture et de la structure du conte de Floire et Blancheflor. Nous avons vu les jeux de voix entre auteur / narrateur / conteur, mais le "conte" se dit aussi par la voix de son héros. A plusieurs reprises, Floire rappelle des éléments de son histoire ou la raconte à un tiers ; il se fait alors narrateur : il dit ou redit le conte.

88Ces discours sont de nature différente non seulement par leur forme, mais aussi par ce qu'ils disent et par leur fonction.

89Au cours du planctus qu'il prononce devant le cénotaphe de son amie, Floire se souvient tout naturellement de sa vie avec Blancheflor ; ce rappel d'un passé encore proche n'est qu'un élément traditionnel de la rhétorique des plaintes ; en revanche les propos qui ouvrent le discours de Floire sont d'un autre ordre : Floire évoque le mystère de leur naissance.

Ja fumes nos né en un jor
Et en une nuit engenré
(v. 718-719).

90Or ces paroles au style direct renvoient quasiment mot pour mot à deux vers du prologue :

Car en un biau jor furent né
Et en une nuit engenré.
(v. 21-22).

91cela alors que le vers suivant : "Si com nos meres ont conté" fait écho à la conversation qu'ont eues les futures mères et qui fut rapportée par le narrateur :

Ele demande combien a
Qu'ele reçut çou dont mal a.
Le terme sot bien et dist li.
La roïne, quant çou oï,
Dist de cel terme estoit enprains
Et a cel jour et noient ains.
Dont sorent bien sans deviner
Le terme de lor enfanter.
(v. 155-162).

92Ainsi, d'une part le planctus débute par l'évocation de l'élément fondamental du destin des deux enfants : le caractère mystérieux, voire mythique, de leur naissance ; et, d'autre part, le monologue de Floire reprend les propos du narrateur, repris eux-mêmes par les deux femmes. Le discours direct a donc valeur de discours rapporté et souligne doublement l'importance que revêt dans la narration la simultanéité des naissances. Floire, à juste titre, la considère comme un signe d'élection et si, dans le discours immédiat, son rappel semble infirmer la certitude de la mort de Blancheflor (puisqu'ils sont nés en même temps, ils doivent -auraient dû - mourir ensemble), dans l'écriture globale du conte, Floire, en prenant, pour la première fois, conscience de cette prédestination, dit ce que le narrateur suggérait dans le prologue. Par ces paroles, il assume le dessein narratif de l'auteur dont les deux mères sont les agents.

93Lors des haltes, Floire, en entendant parler de Blancheflor, ne peut se retenir d'exprimer sa joie. Il renonce alors aux artifices de son déguisement et dit la vérité sur le but de son voyage. Ces aveux sont inutiles puisqu'ils interviennent alors que Floire a eu les renseignements qu'il souhaitait à propos de son amie ; de plus, ils réduisent à néant toute une mise en scène faite pour faciliter sa route et sa quête. Cependant, jamais ils ne lui nuisent et nous pouvons noter une certaine progression à mesure que Floire avance vers la réalisation de son projet : retrouver Blancheflor.

94Chez Richier, plein d'exubérance, il renverse son verre et ses paroles ressemblent à une véritable effusion :

"Iceste, fait il, vos present
Por çou que m'avés dit novele
De Blanceflor la damoisele.
Por li est çou que jou pensoie
A cest mangier et souspiroie,
Et por içou que ne savoie
Quel part jou querre le devoie.
Or le sivrai en Babiloine,
Ne le lairai por nul essoine."
(v. 1328-1336).

95La réponse qu'il fait à l'hôte chez qui il loge à Baudas est construite de manière plus logique, ponctuée par l'emploi de coordinations à valeur explicative :

"Sire, fait il, çou voel k'aiés
Et Blanceflor gré en saciés,
Car çou saciés, li vois jo querre.
(v. 1475-1477).

96Il n'exprime plus seulement sa joie et son désir fou de retrouver son amie, il affirme sa détermination et justifie sa quête : "Emblee me fu en ma terre".

97Arrivé à Babylone, Floire retrouve toute son impétuosité lorsqu'il entend Licoris dire que Blancheflor est sa sœur :

Quant Flores l'ot, si s'esbahi,
Isnelement li respondi
Et dist : "Non frere, mais ami !"
(v. 1740-1742).

98La réplique sous forme de phrase nominale souligne le caractère affectif de sa réaction ; mais il se reprend et tente de mentir par crainte d'échouer si près du but :

De çou k'ot dit se repenti :
"Mais freres, dame, jou mesdi !
Dame, merci, oubliés iere ;
Ele est ma suer et jou ses frere.
(v. 1743-1746).

99Daire n'est pas dupe du mensonge de Floire et, bien vite rassuré, le jeune homme lui raconte son histoire dont il ne retient que les éléments les plus importants : ses origines, son amour pour Blancheflor, le fait qu'elle lui fut ravie, son voyage pour la retrouver :

Fius de roi sui, je vos afi,
Et Blanceflor si est m'amie.
Emblee me fu par envie.
Sivie l'ai par ces regnés.
(v. 1752-1755).

100Puis il fait le point sur sa situation présente : son désarroi, son isolement, le fait qu'il a besoin de conseils et qu'il est prêt à payer largement pour être guidé :

Entrepris sui et esgarés.
Rices hom sui d'or et d'argent
Si vos en donrai largement
Se de cest plait me consilliés.
Biau sire ciers, tos sui jugiés
(v. 1756-1760).

101Enfin, il conclut sur une alternative dont, dans un premier temps, Daire ne retient que la seconde proposition :

Çou est la fins : u jou l'arai,
U por s'amor de duel morrai."
(v. 1761-7162).

102Ce discours est un exposé suivi d'une requête et d'une explication. Si Floire se raconte ainsi, c'est d'abord pour persuader son hôte de l'aider. Cependant, ce discours est aussi pour le jeune homme une manière de faire le point après le doute qui l'a assailli et avant de passer à l'action qu'il n'envisage qu'en terme d'accompli :" (u) jou l'arai". Ce qu'il attend de Daire, c'est le moyen de réussir, lui-même ne cherchant pas de solutions : il se contente d'exposer sa situation comme si son récit suppléait à toute action ou à toute activité. De fait, parler est alors, pour Floire, agir.

103Il en sera de même lorsqu'il s'adressera au portier : son récit aura pour seul but l'obtention de l'aide promise. Bien que Floire lui dise : "Des ore vos dirai ma vie", il s'en tient aux seuls faits qui concernent le but de son discours : la captivité de Blancheflor, l'amour qu'il éprouve pour elle, le voyage entrepris pour retrouver celle qui lui fut enlevée :

Lassus en la tor est m'amie,
Cele qui non a Blancheflors.
Tant me destraint la soie amors
Que d'Espaigne l'ai cha sivie.
Emblee me fu par envie.
(v. 2252-2256).

104Sa conclusion est, terme à terme, identique à celle qui achevait les propos qu'il a tenus à Daire :

La fins est tele : u jou l'avrai,
U por s'amor de duel morrai."
(v. 2259-2260).

105Raconter sa "vie" est, là encore, un moyen de forcer le destin.

106Il en sera tout autrement lorsqu'il retrouvera Blancheflor. Dire son aventure sera alors exprimer son amour.

107Blancheflor interroge au style direct, peu soucieuse de cohérence, oubliant d'attendre les réponses ou encore faisant les demandes et les réponses :

Ele respont : "Estes vos Floire
Qui fut envoiés a Montoire,
A cui me toli par envie
Li rois ses pere o trecerie ?
(v. 2467-2470).
---------------------------------------------
Comment venistes vos çaiens ?
Çou cuit que soit encantemens.
(v. 2475-2476).
-------------------------------------------
Mais, amis, qui que vos soiés,
Forment vos aim, ça vos traiés !"
(v.2479-2480).

108On peut s'étonner de ces interrogations répétées sur l'identité de Floire alors que peu de temps s'est écoulé depuis leur séparation, mais n'est-ce pas sur la nouvelle personnalité de Floire que son amie s'interroge ? De la gémellité à l'androgynie, de l'enfant à l'homme, de l'amoureux à l'amant.

109Le récit de Floire n'est pas rapporté au style direct ; en fait, le narrateur évoque une conversation entre les deux enfants et leurs discours se répondent, réintroduisant une complicité un instant rompue :

Après a l'uns l'autre conté
Confaitement il ont erré
Des icel jour qu'il departirent
Dusqu'a celui qu'il s'entrevirent.
(v. 2482-a-b-c-d).

110Floire aura deux fois l'occasion de raconter son aventure à l'Emir, mais les circonstances et le but de ces deux discours sont radicalement différents. Dans le premier cas, Floire répond à une interrogation pressante de l'Emir qui vient de le condamner à mort ; dans le second cas, il fait, de son propre chef, le récit de sa vie à l'Emir et à sa cour.

  • 22 ed. cit. vers 2 949-2 960.

111Intrigué par l'attitude des deux amants qui refusent l'un et l'autre de reprendre l'anneau qui pourrait sauver un seul d'entre eux, l'Emir interroge Floire : "Flore demande com a non". A cette banale question, le jeune homme répond longuement, profitant de l'occasion pour tenter de disculper son amie en s'accusant.22 Il raconte à l'Emir ses études à Montoire, l"'enlèvement" de Blancheflor (on note que le terme "emblee" revient comme un leitmotiv depuis Baudas, rappelant, par une fausse analogie, l'enlèvement d'Hélène), son arrivée à Babylone et son intrusion dans la tour, mais il revendique toute la responsabilité de son initiative :

Or l'ai en cest païs trovee.
Sor sains jurrai que Blanceflor
Ne sot quant j'entrai en la tor ;
Et, se vos venoit a plaisir,
Quant nel sot, n'en devroit morir.
(v. 2952-2956).

112Floire est assez habile pour ne pas évoquer son amour pour Blancheflor ni même sa longue quête. L'allusion à "l'enlèvement" de son amie semble n'être qu'une justification de l'acte fou qui lui est reproché : avoir rejoint la jeune fille dans la tour aux Pucelles. Ce discours se présente comme l'ébauche d'un plaidoyer destiné à innocenter Blancheflor.

113Bien différent est le second discours que Floire prononce en présence de l'Emir. D'une part, même si tous ont envie d'entendre son histoire, l'Emir ne demande pas explicitement à Floire de la raconter, d'autre part le discours de Floire est rapporté au style indirect.

114Le duc qui a ramassé l'anneau, puis l'"évêque" ont convaincu l'Emir qu'il était plus important de savoir comment Floire s'était introduit dans la tour que de tuer les enfants sans connaître la vérité. L'Emir accepte le marché à condition que Floire dénonce ses complices ;

115le jeune homme refuse tant qu'il n'a pas la certitude de leur impunité ; finalement l'Emir cède et Floire prend la parole. Le contexte semble donc impliquer que Floire va raconter à l'Emir et à la cour les conseils de Daire, ses parties d'échecs avec le portier et le stratagème du baquet ; or Floire commence son récit à sa naissance. Puis il dit son amour pour Blancheflor, comment elle lui fut enlevée, sa peine, son départ de chez ses parents pour aller à la recherche de son amie, son voyage, et ensuite seulement il explique par quels moyens et avec quelles aides il a pu pénétrer dans la tour de l'Emir. Il n'oublie pas de mentionner l'erreur des porteurs qui le fit arriver chez Gloris et les jours passés avec Blancheflor jusqu'à ce que l'Emir les découvre :

Et dist comment il a erré
Des icel jor que il fu né,
Com il l'ama en sa contree,
Confaitement li fu emblee.
Le duel qu'il fist lor a conté,
Com il issi de son regné Por Blanceflor s'amie querre, Son oirre par mer et par terre, Et com en Babiloine vint, Et com ses ostes cier le tint, Et comment il le consilla, Et comment l'uissier engigna, Com fu portés en la corbeille
(v. 3085-3097).
------------------------------------------------
Aprés, com il fu entrepris
Dedens la tor et abaubis
Quant il fu presentés Gloris,
Et com il fu desi que la
Que li amiraus les trova.
(v. 3100-3102 b).

116Ainsi, Floire résume sa vie en reprenant les événements principaux, ceux qui constituent, en quelque sorte, la trame de son existence. Présenté sous cet angle ce récit pourrait être considéré comme une sorte de justification a posteriori, Floire voulant expliquer à l'Emir et à sa cour des actions éminemment répréhensibles eu égard aux lois qui régissent la vie dans le palais de Babylone ; ces explications auraient alors pour but d'expliciter une conduite qui ne peut être qu'incompréhensible malgré l'indulgence dont les enfants viennent de bénéficier. Cependant, tout dans la manière dont ce récit est mené infirme une telle fonction narrative.

117D'une part, l'auteur ne fait pas parler Floire au style direct ; d'autre part, vu le contexte, les phrases qui introduisent le récit de Floire sont pour le moins étranges. Il n'est pas dit que Floire va raconter sa vie ou expliquer comment il est parvenu à pénétrer dans la tour ; nous lisons : "Flores a son conte commencié". Ainsi le jeune homme est présenté explicitement comme le narrateur de sa propre histoire et l'emploi du mot "conte" suppose une distanciation qui lui permet de considérer sa vie comme une "histoire" bien faite pour plaire à son auditoire ; et de fait nous lisons :

Assés haut, que cil de la cort
L'oïrent tot et mu et sort,
(v. 3083-3084).

118formule qui fait davantage penser à l'introduction d'une prestation de jongleur qu'à celle d'un récit en cour de justice. Le rythme du vers 3084 évoque un boniment de bateleur ou encore quelque formule orale ou oralisante placée en ouverture d'un récit qui va être raconté à un auditoire nombreux et bruyant ; or le vers 3082 que nous avons cité : "Flores son conte a commencié" fait écho aux vers qui terminaient la première et la seconde partie du prologue, comme si, à la fin du "roman", la confusion voulue entre auteur / narrateur(s) / conteur se résolvait en faisant du héros l'"auteor", le narrateur et le conteur de sa propre vie.

119La construction du récit qui est rapporté au sytle indirect repose sur la reprise anaphorique de "comment", "com", "confaitement", comme si le récit fait par le narrateur (extradiégétique) n'était qu'un abrégé de ce que Floire avait dit ; en effet, l'adverbe "com (ment)" implique à la fois la manière et les raisons : "comment" et "pour quelles(s) raison(s)" les faits ont eu lieu. Or le récit tel que nous le lisons n'est en rien explicatif ; il relève, au contraire, du résumé, de la "some".

120A nouveau, nous retrouvons une écriture en écho d'une admirable complexité puisqu'à la fiction d'un discours véritablement prononcé, répond la fiction d'un discours rapporté de façon déformée. De plus, à cette structure kaléidoscopique s'ajoute ou se superpose, par la pluralité des voix, un effet de polyphonie : "Flores son conte a commencié"... "tot a conté, sa raison fine"... "Ele commence avenanment". Récit dans le récit ; discours dans le discours ; emboitement quasi magique des paroles. Mieux, à l'intérieur même du discours de Floire, l'espace du récit est souligné par la notation des réactions de l'assemblée :

(Lors tinrent tot a grant merveille ;
Li rois meïsmes en a ris),
(v. 3098-3099).

121et les vers qui suivent, par l'emploi du style indirect libre, réintroduisent le discours de Floire dans la narration :

As piés li ciet, merci li crie
Por Diu qu'il li renge s'amie,
Car se li pert sa druerie,
Dont veut miex la mort que la vie.
(v. 3105-3108).

122Cependant le récit de Floire ne reprend que sa biographie, aussi est-il une mise en abîme du conte en tant qu'histoire de ses amours avec Blancheflor : "L'aisnee d'une amor parloit (...) / qui fu ja entre II enfans". Le début et la fin du conte échappent à ce procédé d'enchâssement : "Chi fenist li contes de Floire", celui du "roi Flore l'enfant" qui "Puis que Flores fu crestiens/li avint grans honors et biens".

123Parce qu'il n'est qu'une reprise partielle de l'histoire et apparaît comme une parenthèse narrative, nous pourrions penser que le récit de Floire s'apparente à la tradition narrative arabo-persane dans laquelle un récit, en fait le récit métadiégétique, est fait par l'un des personnages pour obtenir une sentence en faveur des héros : le persécuteur qui a rendu un jugement clément à l'écoute de l'histoire, ne pouvant se rétracter lorsqu'on lui avoue qu'il s'agit d'une histoire vraie. Rien de semblable dans notre conte puisque c'est Floire qui raconte, lui-même, son histoire ; il parle à découvert alors que la cause est gagnée avant même qu'il ne prenne la parole. En fait, comme nous l'avons vu, l'emploi de ce procédé narratif du récit dans le récit participe à la spécificité de l'écriture du Conte de Floire et Blancheflor.

124Ecriture savante et complexe pour narrer l'histoire d'un jeune clerc que le destin voue aux plus hautes destinées chevaleresques. Complexité de l'écriture, complexité des points de vue au service d'un "conte" qui allie les deux idéaux d'une société curiale à la fois lettrée et politique : clergie et chevalerie.

Notes

1 Le choix entre l'une de ces deux éducations, qui est déjà posé chez saint Augustin, est pourtant une question débattue au xiie siècle. Les romans "d'éducation" comme les miroirs aux princes ou les "débats du clerc et du chevalier" posent les deux états même si tel ou tel prince est célébré pour son savoir dans les textes historiographiques.

2 M. de COMBARIEU, L'idéal humain et l'expression morale chez les héros des chansons de geste, des origines à 1250, Publications de l'Université de Provence, 1979, 2 vol., t. I, pp. 10-37.

3 Le Charroi de Nîmes, ed. D. Mc Millan, Paris, Klincsieck, 1972, laisses XXXIV à LV.

4 La Prise d'Orange, ed. Cl. Régnier, Paris, Klincsieck, 1970.

5 ed. cit. vers 1 157-1 158.

6 J. LE GOFF, Marchands et banquiers du Moyen-Age, Paris, 1956, voir également "Métiers licites et métiers illicites dans l'Occident médiéval" dans Pour un autre Moyen-Age, Paris, Gallimard, 1977, pp. 91-107.

7 J. LE GOFF, Marchands …, op. cit.

8 ed. cit. vers 1 276-1 280 ; 1 451- 1 452 ; 1 709-1 710. (Ce ne sont que quelques exemples car les mêmes termes reviennent parfois à propos de Blancheflor lors d'une comparaison).

9 Il y a cependant une exception remarquable : Yseult dans le Tristan de Béroul invite son amant à mendier, déguisé en lépreux, lors de l'épisode du "mal pas", or elle dit à Périns "Demant l'aumosne simplement /Il li dorront or et argent/Gart moi l'argent, tant que le voie/Priveement, en chambre coie". (vers 3 281-3 284) ed. J. Ch. PAYEN, Tristan et Yseut, Classiques Garnier, 1974.

10 Au début du xiiie siècle, dans Aucassin et Nicolette, l'argent jouera le même rôle. Lors de la rencontre entre Nicolette et les bergers deux ordres de réalité s'affrontent : le bon sens des bergers et le merveilleux poétique qui s'exprime par le langage métaphorique de Nicolette. Or les bergers refusent la merveille "Vos estes fée si n'avons cure de vos conpaignie, mais tenrés vostre voie" partie XVIII, ed. J. DUFOURNET, Garnier-Flammarion, 1984 et seul un élement tangible peut les fléchir, ce sera les cinq sous donnés par Nicolette. Plus tard, l'argent permettra à Aucassin d'accéder au monde de la merveille, d'abord en payant à son tour les bergers qui lui diront alors le message de Nicolette puis en offrant de l'argent au bouvier ; c'est immédiatement après qu'Aucassin va trouver la loge de feuillage. L'argent est donc l'intercesseur entre le monde pragmatique des bergers et du bouvier et le monde de la féérie qui est celui de Nicolette.

11 Alors que l'on connaît le dogme musulman (cf. ci-dessous note 47), on fait des Sarrasins les adorateurs d'idoles, Apollin, Tervagan et Mahomet ; il est fréquent dans les chansons de geste que les "païens" renient leurs dieux et brisent leurs statues (cf. par exemple La Chanson de Roland, ed. G. Moignet, Bordas, 1969, laisse CL XXX VII).

12 Non que l'auteur place l'amour des deux enfants dans une atmosphère de néoplatonisme ; simplement, il semble affirmer son originalité par rapport à la conception ovidienne qui préside à la peinture de l'amour dans les romans de la seconde moitié du xiie siècle.

13 E. BAUMGARTNER, art. cit. (cf. note 87) ; voir Jérusalem, Rome, Constantinople, l'image et le mythe de la ville, textes réunis par D. POIRION, P.U. de Paris-Sorbonne, 1986 ; voir aussi L. BREHIER, Le monde byzantin, t. 3, La civilisation byzantine, Paris, Albin Michel, 1950.

14 Voir mes articles cités aux notes 84 et 86.

15 Ces jeux sont cependant toujours des manifestations du pouvoir de ceux qui les organisent alors que dans Floire et Blancheflor ils ont une fonction de divertissement. Pour les textes cités voir A. LABBE op. cit. pp. 181-182 et B. GUIDOT, Recherches sur la chanson de geste au xiiie siècle, Publications de l'Université de Provence, 1986, 2 tomes, t. II, ch. IV, pp. 592-593.

16 A. GUILLOU, La civilisation byzantine, Arthaud, 1974, pp. 232-288.

17 A. LABBE, op. cit. p. 191.

18 Erec et Enide, ed. Mario Roques, Paris, Champion, C.F.M.A. t. I.

19 ed. cit. vers 2948-2960

20 Il ne faut pas oublier que "l'objet principal du genre oratoire que les anciens ont appelé démonstratif est l'éloge et le blâme, et le moyen par lequel on y atteint est la description". E. FARAL, les arts poétiques du xiie et du xiiie siècles, Paris, Champion, 1923, p. 76. Ceci explique la réflextion de l'évêque v. 3 069-3 072 : la beauté des enfants signifie leur innocence.

21 Seul Mathieu de Vendôme indique que la description doit venir à propos et se justifier par son utilité dans le récit : "Amplius, non praetermittendum est, utrum persona de qua agitur debeat describi an ejus descriptio praetermitti. Plerum que descriptio personae est tempestive, plerumque superflua", E. FARAL, op. cit. p. 118.

22 ed. cit. vers 2 949-2 960.

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540