Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

36. La pellagre

« Pellagre », in Émile Littré, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie et des sciences qui s’y rapportent

Paris, 1905-1908, p. 1 234-1 235

Texte intégral

1PELLAGRE, s. f. [pellagra, all. Pellagra, mailändische Rose, angl. pellagra, it. pellagra, esp. pelagra]. Maladie générale, se manifestant d’abord par des symptômes du côté de la peau, suivis d’altérations graves de la muqueuse digestive et de ses fonctions, puis de troubles du système nerveux central. Elle est particulière à certaines contrées de l’Italie, surtout au Milanais et au Piémont, au département des Landes, à quelques cantons des Pyrénées en France, et à quelques parties de l’Espagne. La pellagre est commune chez les individus dont la constitution a été détériorée par la misère ou les maladies. Vers mars ou avril, une tache rouge, et brillante apparaît sur le dos de la main ou sur quelque autre partie du corps ; elle ressemble à l’érysipèle, mais sans beaucoup de démangeaison ou de douleurs (érythème pellagreux, mal de la rosa des Espagnols, pella rosa des Italiens). Elle donne un peu de relief à la peau, produisant des tubercules de différentes couleurs. La peau devient sèche et se fend : il s’en détache de longues écailles furfuracées. Mais, par-dessous, la rougeur brillante persiste ; la santé est bonne. Le printemps suivant, l’affection cutanée augmente ; il y a de la céphalalgie et du découragement. Dans l’hiver, le mieux reparaît ; mais, au troisième printemps ou plus tard, les symptômes cérébraux deviennent manifestes. Alors l’abattement des forces est remplacé par une débilité des membres inférieurs, et arrive à l’état nommé paralysie pellagreuse ; les vertiges s’accompagnent assez souvent de chutes, qui offrent, dans certains cas, des apparences épileptiformes ; à des troubles sensoriaux, mêlés de stupeur et de tristesse, succèdent de véritables désordres cérébraux ; la folie pellagreuse paraît, ou les malades sont en proie à un affaiblissement mental progressif qui aboutit à la démence ou à l’imbécillité ou qui mène au suicide et particulièrement au suicide par submersion (hydromanie de Strumbio). La langue, les lèvres, la cavité buccale, présentent les altérations décrites sous le nom de stomatite pellagreuse. Des lésions se révèlent dans les voies digestives par des diarrhées opiniâtres. Au troisième degré la plupart des fonctions sont troublées : la peau est sèche, terreuse, et présente des altérations épidermiques générales ; le corps est amaigri et offre une profonde empreinte de cachexie ; on voit survenir des œdèmes et des hydropisies qui terminent assez souvent la vie des malades, lorsqu’ils ne sont pas enlevés par des diarrhées incoercibles. Les facultés intellectuelles sont abolies ; à la débilité des membres inférieurs s’ajoutent des tremblements, des convulsions et autres accidents, résultats complexes des intoxications et de l’ensemble des conditions débilitantes dans lesquelles la maladie s’est développée (Th. Roussel). Avant que ces derniers symptômes surviennent, il peut se passer dix ans. À l’autopsie on trouve diverses lésions de la muqueuse digestive et des enveloppes cérébro-rachidiennes, avec ramollissement de la substance blanche de la moelle (Brierre de Boismont, 1834), en particulier des cordons postérieurs (Bouchard, 1864). La pellagre paraît avoir des analogies avec le mal de rose ou des Asturies. Balardini, Costallat et autres considèrent la pellagre comme due à une intoxication résultant de l’usage du maïs envahi par le verdet, mais nullement causée par le maïs mûr ou préservé de toute altération cryptogamique à l’aide du passage au four. Costallat a aussi distingué de la pellagre le flema salada des Espagnols, qui est dû à la carie des céréales, et qu’il assimile à l’acrodynie de Paris en 1828 et 1829). Amb. Tardieu pense que le verdet est la cause unique de la pellagre, mais il admet, avec Bouchardat, que diverses céréales peuvent, comme le maïs, être envahies par le verdet. Gintrac admet que, si le maïs altéré n’est pas la cause unique, spécifique, de la pellagre, du moins il contribue à en préparer l’éclosion comme l’alimentation par d’autres céréales altérées ou non, mais insuffisamment réparatrices, pour des sujets placés d’ailleurs dans les plus déplorables conditions hygiéniques. – Les cas de pellagre sporadique signalés par quelques auteurs ne sont plus aussi généralement acceptés depuis que H. Gintrac s’est attaché à établir les différences qui existent entre les pseudo-pellagres et la pellagre, c’est-à-dire entre l’érythème solaire (coup de soleil) et l’érythème pellagreux, entre l’érythème et l’érysipèle, entre l’érythème pellagreux et l’érythème chronique, entre l’acrodynie et la pellagre. Il considère que la diarrhée ne peut suffire à faire diagnostiquer la maladie si elle n’est pas accompagnée de l’érythème des mains, et qu’il en est de même des accidents cérébraux. Ce sont les altérations de l’enveloppe cutanée qui ont d’abord attiré l’attention et qui ont valu à la maladie le nom qu’elle porte aujourd’hui (pella agria) ; il ne faudrait pourtant pas faire de la pellagre une simple maladie de la peau.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access