Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

35. Le professeur Adrien Proust

Bulletin de l’Académie de médecine

3e série, t. 50, 1903, p. 345-348

Texte intégral

Décès de M. Proust

1M. LE PRÉSIDENT : Un nouveau deuil vient de frapper notre Académie ; le Dr Proust, professeur d’hygiène à la Faculté, médecin honoraire des hôpitaux, médecin inspecteur des services sanitaires, a été enlevé d’une façon aussi subite qu’imprévue à l’affection des siens et de nous tous. Votre bureau, un grand nombre de collègues et une foule d’amis ont assisté à ses obsèques, qui ont eu lieu samedi dernier.

2Esprit fin et cultivé, lucide et pondéré, Proust était un confrère, tout à la fois, instruit, aimable et bienveillant ; aussi, son souvenir ne saurait-il s’effacer de la mémoire de ceux qui l’ont connu.

3Assidu à nos séances, il ne manquait jamais d’y prendre la parole dans les questions d’hygiène générale et, surtout, d’hygiène internationale ; il savait nous renseigner avec exactitude sur l’origine et la marche des grandes épidémies, et tenait, ainsi, dans notre Compagnie, une place des plus importantes.

4Né à Illiers, Eure-et-Loir, le 18 mars 1834, Proust fit ses études médicales à Paris. Interne des hôpitaux en 1859, docteur en médecine en 1862, il fut nommé chef de clinique en 1863, agrégé en 1866, médecin du Bureau central en 1867, et médecin des hôpitaux en 1874.

5Élu membre de notre Académie en 1879, il devenait, en 1889, professeur d’hygiène à la Faculté de médecine de Paris.

6Telles sont les étapes successives parcourues par notre collègue dans le domaine de la médecine ; mais, non content de ce rôle, déjà très beau, il fournit encore une carrière administrative des plus brillantes.

7Élève de Fauvel qui, le premier, fit prévaloir l’idée de l’importation en Europe du choléra de l’Inde, Proust s’orienta de bonne heure vers l’hygiène, et se prépara ainsi de longue main aux études propres à la chaire qu’il allait occuper plus tard, et aux grandes missions scientifiques qui devaient lui être confiées.

8Peu après un voyage en Russie et en Perse, où il avait été envoyé pour étudier les moyens de lutter contre l’invasion du choléra, il entra au Comité d’hygiène publique de France, devint l’adjoint de Fauvel, inspecteur général des services sanitaires, et lui succéda en 1884.

9En cette qualité, il assista, comme délégué du gouvernement français, aux nombreuses conférences sanitaires internationales qui se sont tenues de 1874 à 1903.

10À la conférence de Venise, notamment (1892), il joua un rôle considérable en faisant adopter, contre certaines propositions de l’Angleterre, des conclusions qui indiquaient, avec précision, la méthode à suivre pour concilier les intérêts, trop souvent contraires, de la santé publique et du commerce universel.

11Doué d’une grande activité, Proust publia des travaux nombreux, tant sur la pathologie que sur l’hygiène.

12Parmi ses travaux de médecine, nous citerons sa thèse de doctorat sur le pneumothorax essentiel, sa thèse d’agrégation sur les différentes formes du ramollissement du cerveau, et un grand nombre de mémoires sur la paralysie labio-glossolaryngée, l’aphasie, les localisations cérébrales, à propos d’un cas de trépanation du crâne ; sur l’athétose, les troubles de nutrition consécutifs aux affections des nerfs, le lathyrisme médullaire spasmodique, épidémie d’origine alimentaire observée dans les montagnes de la Kabylie (1883), les polypes de l’estomac, etc.

13Beaucoup plus nombreux sont les travaux de Proust relatifs à l’hygiène ; qu’il me suffise de citer les principaux, à savoir l’encombrement anthracosique des poumons chez les mouleurs en cuivre, les éruptions eczémateuses des ouvriers qui travaillent à la fabrication du sulfate de quinine et du sulfate de cinchonine ; l’intoxication saturnine par les mèches à briquet ; cette même intoxication chez les polisseuses de camée, et chez les ouvrières travaillant à la fabrication des accumulateurs électriques ; puis, enfin, un grand nombre de rapports, tant au Comité d’hygiène, qu’au Conseil de salubrité du département de la Seine, sur l’assainissement des villes, l’état de la vaccine en France et à l’étranger, la rage, la trichinose, le charbon, etc.

14Ces différents travaux se trouvent résumés dans un important traité d’hygiène privée et publique, où sont réunies en outre l’ethnographie, la démographie et l’hygiène internationale, qui a pris un si grand développement dans ces dernières années. Écrit avec clarté et simplicité, ce livre a eu un grand succès ; il est aujourd’hui à sa troisième édition.

15L’hygiène internationale a été la grande préoccupation de notre savant collègue.

16Un essai sur cette importante question, ses applications contre la peste, la fièvre jaune et le choléra asiatique, a été couronné par l’Institut, en 1873, et, depuis lors, Proust n’a cessé de s’occuper des moyens de défense qu’il convient d’opposer aux grandes épidémies, comme en témoignent les rapports si lumineux qu’il nous communiquait souvent sur l’origine et la marche de ces fléaux à travers les différents peuples. On lui doit, d’ailleurs, des études sérieuses et importantes sur l’étiologie et la prophylaxie du choléra (1883), sur la défense de l’Europe contre cette même maladie (1893), sur le pèlerinage de la Mecque (1895), etc.

17Dans ces divers travaux, Proust s’est appliqué à faire connaître les routes terrestres et les voies maritimes suivies par les grandes épidémies qui, trop souvent, viennent nous visiter, et il prévit même celles que l’avenir leur réserve ; ce qui l’a conduit à édicter les mesures prophylactiques les plus sages, tant au point de vue des intérêts de la santé publique, que de ceux de la liberté de l’individu, du commerce et de la navigation.

18Il a poursuivi la création d’une union internationale sanitaire qui, tout en respectant la souveraineté des États et leurs susceptibilités, aurait un pouvoir non exécutif, mais moral, capable de vaincre les résistances et de coordonner les efforts des différents gouvernements.

19« N’est-ce pas, dit-il, dans un ouvrage sur l’orientation nouvelle de la politique sanitaire, une institution particulièrement propre à la diffusion des idées de modération et de paix, accueillies aujourd’hui avec une si grande faveur, que celle qui aurait pour but de protéger la santé publique de l’Europe, tout en sauvegardant les intérêts du commerce et de la navigation. »

20C’est ainsi qu’il faisait marcher de front les questions de médecine et d’hygiène, avec les questions de morale et de législation.

21Il lui était difficile de traiter des sujets aussi importants sans rencontrer des contradicteurs, et sans avoir à répondre à des objections, parfois sérieuses : c’est ainsi que dans ces derniers temps, il eut encore à se défendre des attaques dirigées par plusieurs de nos collègues contre les quarantaines ; mais, il s’acquittait toujours de ces tâches difficiles avec un calme et une lucidité d’esprit qui parvenaient le plus souvent à entraîner la conviction. En somme, s’il n’a pas été le créateur, il a été, du moins, l’ardent propagateur de la doctrine de l’importation des grandes épidémies, et des mesures sanitaires et libérales qu’il convient de leur opposer.

22Remarquons, en terminant, que notre éminent collègue n’était pas un simple théoricien en fait d’hygiène internationale ; il savait, au besoin, payer de sa personne et se rendre sur les lieux même du fléau, quand il s’agissait de s’assurer de l’existence d’une épidémie et d’en réglementer les mesures prophylactiques. À maintes reprises, en effet, il s’est transporté à Marseille, afin de voir par lui-même, de prendre des informations précises sur les bruits répandus de peste ou de choléra, de veiller aux précautions nécessitées par ces épidémies, au besoin, de secourir les malades, et il faisait tout cela, avec un dévouement, une activité et une compétence vraiment dignes d’éloges.

23C’est ainsi que Proust a su se rendre utile à ses concitoyens ; aussi, peut-on dire, sans exagération, qu’il emporte dans la tombe, non seulement, les regrets de sa famille, à laquelle je me permets d’adresser, en votre nom, les plus sympathiques condoléances, mais, encore, ceux de notre Compagnie et du pays tout entier. (Assentiment unanime.)

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access