Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

34. Le lazaret de Tor décrit par des visiteurs

Maurice Boniteau bey, « Le pèlerinage à La Mecque et les campements quarantenaires », in Bulletin de la Société Khédiviale de Géographie du Caire

1902, t. 5, p. 647-667 (extrait p. 660-666)

Texte intégral

1Tous les peuples se trouvent réunis au Hedjaz, et, en présence d’une si grande agglomération, il y a naturellement à craindre que des épidémies importées par quelques pèlerins ne viennent à se déclarer au Hedjaz ou au retour du voyage seulement, comme cela s’est produit nombre de fois malheureusement. C’est à l’Égypte, gardienne de la route de Suez, qu’incombe la charge de défendre l’Europe contre les dangers d’une épidémie de peste ou de choléra venant du Hedjaz.

2Le voyageur qui quitte Suez se dirigeant dans la Mer Rouge, apercevra au bout d’un trajet de 16 heures environ, une baie située sur la rive d’Asie, baie dominée par les montagnes du Sinaï, par le Pic Sainte-Catherine entre autres ; c’est là, au fond de cette baie, qu’est installé le camp quarantenaire de Tor, une véritable ville au milieu du désert.

3D’un côté, la baie avec ses bancs de coraux, avec les eaux merveilleuses de limpidité du golfe de Suez, permettant de voir le fond de la mer, sa vie, ses plantes, ses animaux, ses oursins énormes avec leurs longs piquants qu’on dirait faits de jais ; à l’horizon, ces montagnes dénudées, ces rochers monstrueux, ce chaos au milieux duquel on ne trouve aucune végétation et qui enserre la plage où se trouve la station destinée aux pèlerins de toutes nationalités ; c’est là que tous, sans exception, vont prendre terre avant de regagner leur pays, c’est là que le Gouvernement égyptien et le Conseil Quarantenaire d’Égypte vont soigner les malades, nourrir les pauvres et faire tous les sacrifices qu’impose à l’Égypte sa situation de trait d’union entre le monde musulman occidental et le Hedjaz.

4Écoutons encore ce qu’écrit Élisée Reclus à propos du Sinaï ; mais, cette fois il a raison :

« Les premières montagnes qui appartiennent au groupe sinaïtique et qui s’élèvent au sud de la chaîne bordière, sont formées de grès au profil bizarre et aux coloris variés, qui se groupent en paysages pittoresques. Au sud, s’élèvent les granits, les gneiss et les porphyres. Uniformes par la composition de leurs roches, les monts du Sinaï ne le sont pas moins par l’aridité de leur surface ; ils sont d’une nudité formidable ; leur profil à vives arêtes se dessine dans le bleu du ciel avec la précision d’un trait buriné sur le cuivre. Ainsi, la beauté du Sinaï, dépourvue de tout ornement extérieur, est-elle la beauté de la roche elle-même ; le rouge brique du porphyre, le rose tendre du feldspath, les gris blancs ou sombres du gneiss et du syénite, le blanc du quartz, le vert de différents cristaux donnent aux montagnes une certaine variété, encore accrue par le bleu des lointains, les ombres noires et le jeu de la lumière brillant sur les facettes cristallines. La faible végétation qui se montre çà et là, dans les ravins et sur le gneiss décomposé des pentes, ajoute par le contraste à la majesté des formes et à la splendeur de coloris que présentent les escarpements nus ; sur le bord, des eaux temporaires dans les ouadi, quelques genêts, des acacias, des tamaris, de petits groupes de palmiers ne peuvent en rien voiler la fière simplicité du roc. Cette forte nature, si différente de celle que l’on admire dans les contrées humides de l’Europe occidentale, agit puissamment sur les esprits. Tous les voyageurs en sont saisis ; les Bédouins nés au pied des montagnes du Sinaï les aiment avec passion. »

5Il n’y a pas de ville dans la presqu’île sinaïtique, Suez, le port du golfe occidental est sur la rive africaine du canal maritime. Au nord Nakl ou la « Palmeraie » est une station militaire et un rendez-vous de caravanes ; le port de la péninsule sur le golfe occidental est le village de Tor.

6Le voyageur qui arrive dans la baie de Tor a au nord, à sa gauche, le petit village de Tor ; au sud, à sa droite, le village de Koroum ; le centre devant lui est occupé par toute la station quarantenaire.

7La population de Tor se trouve composée en grande partie de pêcheurs qui trouveront des emplois pendant la saison du pèlerinage. Il y a aussi quelques naturels qui se sont enrichis en faisant le commerce des pierres précieuses, émeraudes, turquoises et perles que leur apportent les Bédouins et beaucoup aussi en exploitant les pèlerins. Actuellement, ces naturels enrichis sont agents consulaires ; la même personne représente quatre ou cinq Puissances, et les jours de fête pavoise sa maison de tous les drapeaux. À Tor même se trouve une succursale du couvent de sainte Catherine avec des moines grecs orthodoxes qui ont également à Koroum des jardins, où se trouvent d’excellents raisins, des dattes exquises et des grenades de petite espèce qui peuvent se conserver pendant de longs mois. Ces moines fabriquent aussi avec les dattes d’excellente eau-de-vie qu’ils offrent gracieusement à tous ceux qui leur rendent visite.

8Pour Tor comme pour Koroum, la saison du retour des pèlerins, c’est la vie ; c’est en quelque sorte leur saison de touristes.

9Si aucun cas de maladie contagieuse ne s’est déclaré aux Lieux Saints ou ne se déclare au campement de Tor, le pèlerinage est déclaré net ; les pèlerins subiront à Tor trois jours d’observation. – Au contraire, un seul cas de peste, de choléra est-il signalé au Hedjaz ou au campement, le pèlerinage est déclaré brut. – Les pèlerins devront subir douze jours de quarantaine à partir du premier cas de maladie contagieuse constaté.

10Aussitôt qu’un bateau à pèlerins a jeté l’ancre en rade sur les indications du capitaine du port, les pèlerins débarquent au moyen de grandes chaloupes remorquées par un stream launch. Les chaloupes viennent aborder à l’un des débarcadères (il y en a trois) qui s’avancent assez loin dans la mer, environ 200 mètres. De là, ils passent à l’un des établissements de désinfection où cette opération se fait en présence du médecin chef de la désinfection, dans les meilleures conditions. Chaque pèlerin, homme ou femme, passe ensuite au bain ou à la douche suivant son désir. Les établissements pour les femmes sont absolument séparés. Les bagages sont ensuite désinfectés dans des étuves très bien installées et sont transportés après cette opération à la section par des voitures sur un chemin de fer à voie étroite, traînées par une locomotive.

11Si dans le bateau il se trouve des malades, ils sont transportés au moyen de cette voie de fer dans une voiture d’ambulance jusqu’aux hôpitaux, un pour les femmes, deux pour les hommes ; chacun peut contenir trente lits.

12Ces installations hospitalières sont encore insuffisantes et beaucoup de malades doivent être soignés sous la tente où ces affaiblis souffrent cruellement des brusques variations de température ; mais le Conseil quarantenaire se préoccupe de remédier à cette situation et il ne cessera de construire que quand tous les malades pourront être reçus dans de confortables hôpitaux de pierres.

13Les affections dominantes, vous le savez, sont des affections gastro-entérites. Régime lacté : autrefois, on ne pouvait nourrir ces pauvres pèlerins qu’avec du lait concentré, cette année une laiterie sera organisée avec un certain nombre de vaches et les malades seront alimentés de lait frais et pur.

14Le soin de nourrir les pèlerins est confié à des entrepreneurs : leur tâche est difficile car ils ne savent jamais au juste à quel moment les bateaux débarqueront à Tor leur contingent de pèlerins et combien de bouches ils devront approvisionner à la fois.

15Puis quelle garantie contre ces entrepreneurs qui n’ayant à subir aucune concurrence, certains qu’on ne pourrait se passer d’eux pendant la brève durée de la quarantaine, ne cherchaient qu’une chose, gagner le plus d’argent possible en vendant le plus cher possible des denrées aussi mauvaises que possible.

16Il y a deux ans, la question des vivres avait été un sujet de plaintes nombreuses et justifiées. Le Gouvernement et le Conseil Quarantenaire ont compris qu’il fallait passer avec l’entrepreneur un contrat renouvelable pour plusieurs années. Alors la fourniture des vivres aux pèlerins a cessé d’être une brève spéculation pour devenir une affaire sérieuse et de longue haleine et les résultats de cette transformation ont été excellents.

17Les entrepreneurs ont construit à Tor à leurs frais deux fours, un magasin pour abriter les approvisionnements. Dans chaque section ils ont établi un restaurant, une épicerie et des fourneaux ; actuellement, les aliments sont soigneusement préparés, les provisions de qualité supérieure.

18Les pèlerins à nourrir se divisent en deux catégories : ceux qui se nourrissent à leurs frais et ceux qui, dénués de tout, doivent être nourris par le gouvernement si on ne veut les voir mourir de faim.

19Il est flatteur pour les Égyptiens de constater que les indigents sont presque tous étrangers. Ce résultat prouve que si les Gouvernements étrangers prenaient à l’égard de leurs sujets musulmans des mesures analogues à celles qui sont prises par le Gouvernement égyptien, il serait possible de réduire à presque rien le contingent des pèlerins misérables. Cette constatation est d’autant plus intéressante que les pèlerins indigents sont considérés comme particulièrement dangereux pour la santé publique, la maladie ayant plus de prise sur les sujets affaiblis par les privations.

20L’eau distribuée au campement provient des puits Mourad situés près du village de Koroum. Ces puits sont fermés extérieurement ; des tuyaux plongent dans l’eau et un puissant moteur avec pompes, envoie, presque sans interruption, l’eau à un vaste réservoir.

21De là au moyen d’une canalisation souterraine, l’eau est distribuée dans chaque section où elle arrive dans de vastes bornes fontaines munies de robinet qui donnent aux pèlerins autant d’eau qu’ils peuvent en désirer. Cette eau est bonne, légèrement salée, mais de beaucoup supérieure certainement à celle qu’ont trouve dans la plupart des puits et sakies de Zeitoun et Matarieh.

22Les pèlerins de chaque bateau forment une section. – Les sections sont séparées les unes des autres par des grillages métalliques ; dans chaque section ils sont installés sous des tentes et bientôt des bâtiments en pierres seront construits.

23Cette année enfin, Tor va prendre des allures de grande ville, puisque le campement va être éclairé à la lumière électrique, ce qui permettra d’activer pendant la nuit les opérations de désinfection et d’assurer la sécurité publique dont le service est confié à une compagnie d’agents de police envoyée spécialement par le Ministère de l’Intérieur pendant le retour des pèlerins.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access