Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

33. Le lazaret de Tor présenté par le CSMQE

Gaston Zananiri, Tor. Historique et quarantenaire

Alexandrie, 1925 (extrait p. 85-93)

Texte intégral

1Dès qu’un bateau entre en rade de Tor, le capitaine du port, qui dépend du ministère de l’intérieur, indique au navire le mouillage qui lui est destiné. La première personne pouvant monter à bord est le médecin de la quarantaine lequel, après avoir pris connaissance de la patente, du nombre des pèlerins et des malades, autorise le débarquement. Le transport des pèlerins du navire au débarcadère est en mahonnes remorquées par un canot à vapeur. Avant d’accéder aux établissements de désinfection, situés sur le rivage, les pèlerins remettent leurs passeports et cartes d’identité à un représentant du service des passeports qui garde ces documents jusqu’au moment du départ. Après avoir passé par la désinfection, les pèlerins sont dirigés à pied vers les sections où ils sont logés pendant leur séjour en quarantaine. Quant aux vieillards et aux personnes affaiblies par les fatigues du voyage, ils sont placés dans de petits wagons montés sur voie Decauville et déposés à leurs sections respectives. Cependant, les malades sont débarqués avant les autres pèlerins et transportés directement du navire au rivage d’où un train-ambulance spécial, toujours sur voie Decauville, les dépose à la porte des hôpitaux. Avant d’y être admis, ils consignent aux employés du Beit El Mal leurs effets, valeurs, etc., puis un médecin les examine et les envoie à l’hôpital correspondant à la maladie dont ils sont atteints. Ceux qui, après l’expiration de la période quarantenaire, se trouvent dans un état satisfaisant, sont rembarqués sur leur propre navire ; quant aux autres, ils restent aux hôpitaux jusqu’à leur complète guérison. Dans les sections, les pèlerins subissent deux visites médicales individuelles faites par le directeur lui-même ; une à leur arrivée et l’autre à leur départ. Ils subissent également une visite journalière par les médecins des sections. Telle est la procédure employée en cas de pèlerinage net qui comporte la période quarantenaire de trois jours. Si le pèlerinage est brut, la période quarantenaire est de dix jours, et la surveillance médicale est renforcée selon le nombre et l’état sanitaire des pèlerins. Une fois la quarantaine achevée, les pèlerins ont l’autorisation de se rendre sur le débarcadère où les mahonnes les transportent jusqu’à leurs navires. C’est un spectacle curieux de les voir anxieux d’être enfin libérés, attendant, amassés devant la porte, le moment de leur sortie. Dès que la porte de la section est ouverte, ils s’éparpillent au dehors, et c’est à qui se rendra au plus vite au débarcadère. Tous chargés de leurs effets, sacs de voyage, tapis, ils marchent d’un pas précipité sous un soleil de feu ; beaucoup d’entre eux n’ont pour couvre-chef qu’une petite calotte en toile. Plusieurs pour aller plus vite ôtent leurs pantoufles ou leurs « kobkabs » Ce sont là des pèlerins venant principalement de l’Égypte, de la Palestine, de la Syrie et de l’Iraq. On trouve souvent aussi des Persans, Marocains, Algériens, Tunisiens, Sénégalais, etc.

Établissements de désinfection

2Il existe trois établissements de désinfection ainsi qu’un hangar abritant trois grandes étuves à formol de 40 mètre3 chacune, de la maison Geneste et Herscher. Les établissements de désinfection contiennent chacun : a) trois étuves à vapeur (dimension : 1 mètre 20 de diamètre et 2 mètres 20 de longueur). Dans l’établissement N° 3, une des trois étuves à vapeur est de grande dimension (1 mètre 84 de diamètre et 4 mètres de longueur). b) Une étuve à formol (dimension 1 mètre3). c) Une chaudière pour stériliser l’eau de Zem Zem à 100°. Chaque établissement est divisé en deux parties : une pour les hommes et une pour les femmes. Le pèlerin dépose ses vêtements dans une première salle où ils sont triés et envoyés à l’étuve à vapeur sous pression ou bien au formol selon la qualité des objets. Ceux-ci sont placés dans des filets à double fiche dont une est remise au pèlerin. Le pèlerin passe alors dans une seconde salle où il se déshabille et remet ses vêtements au personnel chargé de la désinfection. Pour tous les papiers importants qu’il pourrait avoir avec lui, on lui remet un genre d’étui en fer blanc qu’il est autorisé à garder.

3Il passe de là aux douches à eau chaude et froide, (les premières classes ont des bains), où il est lavé avec un savon spécial pour eau de mer, car par économie d’eau douce, le campement possède, pour les besoins hygiéniques, des réservoirs d’eau de mer alimentés par des pompes puissantes pouvant donner 80 mètres3 par heure. Après avoir été bien « loufé » et lavé, le pèlerin se rend dans une salle d’attente où on lui remet ses effets désinfectés dans le filet précité et dont le numéro correspond à la fiche qui lui a été remise à l’entrée. De là, il est directement transféré à la section avec ses bagages. Quant au navire qui a servi à transporter les pèlerins, il est gardé en quarantaine pendant la même durée de temps que ses pèlerins ; trois gardes sanitaires y sont installés, afin d’empêcher que le bateau ait des relations avec qui que ce soit.

4La désinfection des navires est faite de la façon suivante : lavage et brossage minutieux du poste d’équipage, des ponts de troisième et des cales, à l’aide d’une solution chaude à 5 % d’acide phénique brut, dans un milieu alcalin (savon potassique et carbonate de soude) ; de la cale avec de la chaux et de l’acide phénique ; pulvérisation des parois et des ameublement des cabines de première classe et des officiers à l’aide d’une solution de Lysinol à 10 %. La literie et le linge de l’équipage sont envoyés aux étuves sous pression dont il a déjà été question. L’équipage est débarqué et subit les mêmes mesures de prophylaxie que les pèlerins, avec la différence qu’il passe la période quarantenaire à bord. Un médecin quarantenaire fait journellement une visite médicale à bord du bateau, afin de se rendre compte de l’état sanitaire de l’équipage.

Sections

5Il y a vingt sections, chacune pouvant contenir une moyenne de six cents personnes. Dix sections sont destinées aux pèlerins venant de Djeddah et dix autres à ceux de Yambo. Ces dernières ne sont pas mises en activité car, depuis la guerre, les pèlerins ne font plus le pèlerinage à Médine, vu la difficulté du chemin à travers le désert en venant de La Mecque. Au cas où elles devraient fonctionner, des tentes seraient dressées pour loger les pèlerins. Tel n’est cependant pas le cas des sections de Djeddah ; elles contiennent toutes des bâtisses pour abriter les pèlerins, une chambre de consultation, deux chambres pour le médecin de service de la section et une autre pour l’agent ou maamour du ministère de l’intérieur. Chaque section contient aussi un genre de café où peuvent se réunir les pèlerins, et une personne est chargée de vendre aux pèlerins des denrées ou tout autre article dont ils ont besoin. Les prix sont fixés dans un tarif dressé par les soins du Conseil quarantenaire d’accord avec le ministère de l’intérieur. Dans la section même est pratiquée une enceinte en fil de fer, afin de séparer les pèlerins de première classe et ceux de la deuxième. Le personnel de chaque section est composé d’un médecin, le maamour du ministère de l’intérieur, un surveillant quarantenaire et quelques gardiens. Des fontaines sont installées et les pèlerins peuvent aussi avoir l’eau potable à discrétion. Toutes les mesures d’hygiène ont été prévues. Douches, latrines, bains (pour les pèlerins de première classe), électricité, etc. Il est expressément défendu à tout pèlerin, pendant la période quarantenaire, de sortir de la section ; il demeure entendu que dès qu’un malade est signalé dans la section, il est directement envoyé aux hôpitaux. Dans la section N° 10, on a construit l’année dernière un pavillon spécial pour l’Émir El Hag. Jusque-là, le chef de la caravane logeait dans un compartiment aménagé pour lui dans la section ; mais pour lui accorder plus de confort et de commodité, le Conseil quarantenaire a fait construire le pavillon dont on vient de parler et qui comprend cinq vastes pièces ainsi qu’une terrasse dominant tout le campement. Dans la même section ainsi qu’au N° 9, ont été construites deux petites mosquées ; ce n’est là qu’un début et on a le projet d’ériger graduellement une mosquée dans chaque section.

Hôpitaux

6Il y en a quatre : le N° 1 est destiné aux maladies infectieuses en général, le N° 2 aux femmes, le N° 3 est pour la chirurgie et le N° 4 pour la dysenterie, très répandue parmi les pèlerins et généralement due aux à la mauvaise qualité de l’eau du Hedjaz. L’hôpital N° 1 contient un minimum de vingt-neuf lits et pourrait en recevoir jusqu’à cinquante. L’hôpital N° 4, destiné aux dysentériques se compose de deux étages ayant chacun de trente-deux à soixante-deux lits et une petite salle de deux lits. Dans la division des hôpitaux, il faut aussi noter une pharmacie avec tout le matériel nécessaire, un laboratoire de bactériologie et une salle d’autopsie ; un petit établissement de désinfection a aussi été installé à l’entrée des hôpitaux, dans lequel les malades subissent la visite médicale, sont désinfectés et d’où ils sont ensuite envoyés dans les hôpitaux afférents à leur maladie. Il existe aussi une buanderie contenant deux lessiveuses et deux essoreuses mues par un moteur à pétrole de 10 HP, ainsi qu’un moteur électrique en cas d’avarie du moteur à pétrole.

Pavillons d’isolement

7Ils ont été construits en 1912 et sont ainsi divisés : au centre, un établissement de désinfection relié directement par un couloir en plein air aux 4 divisions (8 pavillons) lesquelles sont ainsi divisées.

  • 1 Cette maladie n’a jamais été constatée au campement.

8Ces pavillons sont destinés aux maladies pestilentielles : peste, choléra et fièvre jaune1, ainsi que pour les cas de typhus exanthématique et de petite vérole. Les porteurs de vibrions sont aussi parfois installés dans les pavillons d’isolement. De ces quatre divisions : deux sont destinées aux hommes et deux aux femmes. Le personnel qui est affecté à ces divisions n’a pas l’autorisation d’en sortir aussi longtemps qu’existent des cas de ces maladies.

Partie mécanique

9Elle est très perfectionnée. Le campement est tout éclairé à l’électricité : l’usine électrique est composée de deux dynamos de 107 ampères chacune à 220 volts commandées par deux machines à vapeur d’une force de 35 HP ; il existe aussi une dynamo de 80 ampères à 220 volts actionnée par un moteur à pétrole. Là aussi sont placés quatre indicateurs à fonctionnement électrique : un pour les deux réservoirs d’eau de mer ; deux pour les quatre réservoirs d’eau douce et un pour le puits Abou Kalam. Le puits Mourad et le puits Abou Kalam alimentent les quatre réservoirs par une double pompe centrifuge actionnée par un moteur électrique d’une force de 9 HP ; il a une profondeur de vingt mètre et peut donner dans les vingt-quatre heures une moyenne de quatre-vingts mètre3 d’eau. Le puits Mourad alimente les mêmes réservoirs par une pompe à piston actionnée par un moteur à pétrole de 8 HP. Un moteur Crossley est tenu en réserve en cas d’avarie de l’autre. Le puits Mourad peut donner environ le même volume d’eau que le puits Abou Kalam. Comme moyen de communication, le campement est muni d’une installation complète de voies ferrées Decauville d’une étendue de six kilomètres comprenant : deux locomotives, trois wagonnets à passagers et douze trolleys pour le service du personnel. À cette installation est joint un atelier perfectionné contenant tout le nécessaire voulu. Dans la partie mécanique, il faut aussi ajouter la machine à glace à base de gaz d’ammoniaque (NH3) et qui fournit environ cinq-cents kilos dans les vingt-quatre heures. Cette installation est d’une utilité qui se fait surtout sentir pendant la saison chaude. Dans le temps on importait la glace à Tor, à chaque départ de bateau de Suez, mais en dehors des frais considérables que ce transport comportait, la glace fondait en grande partie en route. La machine qu’on a l’intention de dédoubler est à même de répondre à tous les besoins du campement.

Photographies

LA RADE DE TOR

LA RADE DE TOR

Au second plan, à gauche, on distingue le village de Tor ; au centre, les établissements de désinfection ; à droite, les ateliers et les bureaux

ÉTABLISSEMENTS DE DÉSINFECTION

ÉTABLISSEMENTS DE DÉSINFECTION

Côté brut, chambre de triage des effets. Type de pèlerins

INTÉRIEUR D’UN DES HÔPITAUX

INTÉRIEUR D’UN DES HÔPITAUX

ESSOREUSE INSTALLÉE DANS LA BUANDERIE

ESSOREUSE INSTALLÉE DANS LA BUANDERIE

VUE D’UNE SECTION

VUE D’UNE SECTION

PAVILLONS D’ISOLEMENT

PAVILLONS D’ISOLEMENT

PÈLERINS DANS LES SECTIONS

PÈLERINS DANS LES SECTIONS

PAVILLONS D’ISOLEMENT

PAVILLONS D’ISOLEMENT

ÉTUVE À DÉSINFECTION INSTALLÉE DANS L’ÉTABLISSEMENT N° 3

ÉTUVE À DÉSINFECTION INSTALLÉE DANS L’ÉTABLISSEMENT N° 3

dimensions : 1 mètre 84 de diamètre sur 4 mètres de longueur

EXTÉRIEUR D’UN ÉTABLISSEMENT DE DÉSINFECTION

EXTÉRIEUR D’UN ÉTABLISSEMENT DE DÉSINFECTION

MAISON DE L’ÉMIR EL HAGG DANS LA SECTION N° 10

MAISON DE L’ÉMIR EL HAGG DANS LA SECTION N° 10

MOSQUÉE DANS LA SECTION N° 9

MOSQUÉE DANS LA SECTION N° 9

HÔPITAL N° 4 DESTINÉ AUX DYSENTÉRIQUES

HÔPITAL N° 4 DESTINÉ AUX DYSENTÉRIQUES

Notes

1 Cette maladie n’a jamais été constatée au campement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre LA RADE DE TOR
Légende Au second plan, à gauche, on distingue le village de Tor ; au centre, les établissements de désinfection ; à droite, les ateliers et les bureaux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre ÉTABLISSEMENTS DE DÉSINFECTION
Légende Côté brut, chambre de triage des effets. Type de pèlerins
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre INTÉRIEUR D’UN DES HÔPITAUX
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre ESSOREUSE INSTALLÉE DANS LA BUANDERIE
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre VUE D’UNE SECTION
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre PAVILLONS D’ISOLEMENT
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre PÈLERINS DANS LES SECTIONS
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre PAVILLONS D’ISOLEMENT
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre ÉTUVE À DÉSINFECTION INSTALLÉE DANS L’ÉTABLISSEMENT N° 3
Légende dimensions : 1 mètre 84 de diamètre sur 4 mètres de longueur
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre EXTÉRIEUR D’UN ÉTABLISSEMENT DE DÉSINFECTION
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre MAISON DE L’ÉMIR EL HAGG DANS LA SECTION N° 10
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre MOSQUÉE DANS LA SECTION N° 9
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre HÔPITAL N° 4 DESTINÉ AUX DYSENTÉRIQUES
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2058/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access