Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

32. Le chemin de fer du Hedjaz

Dr Franck-Gerard Clemow, « Étude sur la défense sanitaire du chemin de fer du Hedjaz », in Revue d’hygiène et de police sanitaire

1910, t. 32, p. 213-244 et p. 342-361

Texte intégral

2. Les questions sanitaires

  • 1 Plusieurs des renseignements et des considérations figurant dans la présente étude existent déjà da (...)

1ÉTUDE SUR LA DÉFENSE SANITAIRE DU CHEMIN DE FER DU HEDJAZ1

I

2Au mois de septembre 1908 la voie de chemin de fer du Hedjaz atteignit Médine, et son achèvement fut fêté dans cette ville d’une manière digne d’un événement si important. Cette ligne présente un intérêt tout à fait spécial, sinon même unique au monde. Les régions qu’elle traverse offre un attrait inépuisable, si on les considère au point de vue de la géographie, de l’histoire, de la religion, de l’archéologie, ou de n’importe quel autre point de vue. Non moins intéressantes sont les questions d’ordre sanitaire qu’elles soulèvent, la construction de ladite ligne à travers le désert ayant modifié du tout au tout les conditions qui existaient auparavant, et ayant donné naissance à une série de problèmes, dont la solution n’est pas des plus faciles.

3Il serait superflu d’insister ici sur le danger sanitaire que cette nouvelle ligne a créé. Il est universellement admis que la possibilité de la propagation des maladies pestilentielles – et surtout du choléra – a énormément augmenté par l’ouverture de cette voie ferrée. La substitution à un voyage à dos de chameau à travers un désert de plus de 1 300 kilomètres d’étendue, d’un voyage en train qui ne dure que quelques jours seulement, a évidemment rendu mille fois plus facile qu’auparavant l’extension de ces maladies. Il va sans dire que des mesures sérieuses de défense, proportionnées au degré du danger ainsi créé, sont d’une nécessité absolue.

4Cette nécessité a été reconnue par le Conseil supérieur de santé, qui a assumé la responsabilité de ladite défense, et qui a inauguré, depuis trois années, un système provisoire de dispositions sanitaires sur la ligne en question. Dans la présente étude je ne m’occuperai pas des mesures provisoires prises pendant les trois dernières saisons du pèlerinage, préférant borner mes observations à la question capitale des moyens permanents de défense à élaborer et établir sur le parcours de cette ligne. Je me propose d’exposer, aussi brièvement que possible, les démarches entreprises jusqu’ici en vue d’atteindre ce but, et surtout j’aurai à faire l’historique de la mission d’études envoyée sur les lieux en 1908, à indiquer la nature de ses observations et de ses conclusions, et à discuter certains problèmes intéressants, ayant une connexité avec la question principale, problèmes qui restent encore à résoudre. Je saisirai l’occasion de répondre en même temps à certaines critiques qui ont été faites à l’égard de cette mission, et de dissiper certains malentendus qui ont, paraît-il, surgi à ce sujet.

5Le 22 décembre 1907, la Commission des Lazarets du Conseil supérieur de santé fut subdivisée, par décision du Conseil, en deux sous-commissions, qui furent chargées d’étudier, l’une la réfection du Lazaret de Sinope, et l’autre la question de la défense sanitaire du chemin de fer du Hedjaz. Le lendemain du retour de Sinope de la première de ces sous-commissions (dont j’avais l’honneur de faire partie), au cours de la séance tenue par le Conseil le 19 mai 1908, la seconde sous-commission présenta son rapport. Elle proposa « l’envoi à Médaïni Salih de quelques-uns des membres de cette sous-commission, membres qui seraient accompagnés d’un chimiste chargé de l’analyse des eaux ou d’autre personne compétente dans la matière ». Parmi les quatre membres de la sous-commission, seul le délégué des Pays-Bas, feu le Dr Stékoulis, a pu faire partie de cette mission. Les délégués de France et d’Italie se trouvant à ce moment-là dans l’impossibilité d’entreprendre le voyage, le Conseil a élu à l’unanimité les délégués d’Allemagne et de Grande-Bretagne pour les remplacer. Le membre ottoman de la sous-commission, pour le même motif, a été remplacé par un des médecins du service (le Dr Cassim Izzeddine, depuis nommé inspecteur général). Un autre médecin de l’Administration (le Dr Rifaat, depuis nommé inspecteur du service) a accompagné la mission en qualité d’adjoint. Plus tard, à son arrivée à Beyrouth, la mission, exécutant fidèlement la décision du Conseil, a engagé les services d’un chimiste, dans la personne du professeur Patch, professeur de chimie au Collège américain de Beyrouth. Ce professeur nous a rendu de réels services, et son rapport, présenté au Conseil le 8 septembre 1908, contient une série d’observations et d’analyses des échantillons d’eau puisés sur plusieurs endroits de la ligne, analyses dont l’intérêt et l’utilité sont évidents. J’aurai à citer le résultat de ces analyses à plusieurs reprises dans le cours de la présente étude.

6La mission ainsi constituée devait tracer son programme. Son mandat était assez clairement précisé par la décision du Conseil du 19 mai, dont voici les termes : « Une mission composée de … (suivent les noms) se rendra de Damas jusqu’à Médaïni Salih, pour visiter les différentes localités de la région et y faire choix de celle où devra être érigé le futur lazaret destiné à recevoir les pèlerins retournant du Hedjaz par la voie ferrée. » Comment devait-elle exécuter ce mandat ? D’abord il fallait déterminer la nature des problèmes à résoudre. Or, les problèmes que présente la question de la défense sanitaire sur une ligne telle que celle du Hedjaz doivent être divisés en deux catégories – auxquelles je donnerai les noms (faute d’une meilleure définition) de « géographique » et « topographique ». Parmi les problèmes de la catégorie dite « géographique » se trouvent les questions d’ordre général – surtout le plan fondamental de défense contre les maladies pestilentielles à établir sur un aussi long parcours que 1 300 kilomètres. Ce plan doit être basé sur une étude générale, « géographique » plutôt que « topographique », des régions traversées par la ligne ; sur la connaissance des mouvements des pèlerins aux différentes époques de l’année, de l’ethnologie et de la climatologie des régions en question, ainsi que sur des considérations concernant l’épidémiologie des maladies à combattre – surtout du choléra – et les relations existant entre les caractères épidémiologiques de ces maladies et les conditions spéciales des susdites régions. Ce n’est pas sur les lieux, en plein désert, pendant le chômage du pèlerinage, que des problèmes de cette catégorie peuvent être résolus. Par contre, une fois le plan général de défense déterminé dans ses grandes lignes, une étude « topographique » devient essentielle ; elle ne peut s’effectuer que sur les lieux, et elle ne pourrait être utilement menée que lorsque les questions d’ordre « géographique » auraient été plus ou moins définitivement décidées. C’est cette voie que le Conseil et la mission d’études ont suivie. Le Conseil avait décidé de créer un seul grand lazaret, à être construit sur la ligne ferrée, dans un endroit situé soit à Médaïni Salih, soit au nord de celui-ci. Les membres de la mission, poursuivant toujours le même ordre d’idées, ont – soit avant leur départ, soit pendant leur voyage – continué l’étude des conditions générales « géographiques ». Ils ont consulté les principaux ouvrages traitant de la contrée traversée par la ligne. Parmi ces ouvrages, qui sont d’une autorité incontestable, je citerai – sans faire mention d’une série d’autres travaux traitant de l’Arabie en général ou du pèlerinage en particulier – les livres bien connus de Palgrave, de Hogarth, et surtout l’œuvre magistrale de Charles Doughty, ainsi que les deux rapports du général Auler Pacha.

7Ces études préliminaires nous ont renseignés fort utilement sur grand nombre de questions qui nous intéressaient. En outre, avant notre départ, nous avons interrogé longuement les médecins qui avaient dirigé le lazaret provisoire de Médaïni Salih en 1907-1908, et les médecins du service qui avaient accompagné la caravane sacrée de Médine à Damas pendant les saisons de 1906-1907 et 1907-1908. À notre arrivée à Damas, nous nous sommes renseignés minutieusement auprès de S. Exc. Abdurrahman Pacha, l’Émir-ul-Hadj ou Hadj-Muhafizi, qui, ayant été pendant dix-huit années consécutivement le chef absolu du pèlerinage musulman, possède des connaissances tout à fait spéciales, sinon uniques, sur le Dharb-ul-Hadj, et auquel nous devons tous nos remerciements pour l’amabilité qu’il a montrée durant un entretien qui a été réellement long et détaillé. Non moins utiles nous ont été les informations multiples que nous a fournies le Dr Haidar Bey, notable de Baalbek, qui, quoique étant médecin, est plus connu comme entrepreneur, et qui a exécuté plusieurs travaux importants sur la partie sud de la voie ferrée. Le Dr Haidar Bey a accompagné la mission pendant tout son voyage ; il possède des connaissances vraiment exceptionnelles sur tout ce qui a trait au parcours de la ligne du Hedjaz. Nous n’avons pas manqué aussi d’interroger les autorités civiles ou militaires du vilayet de Syrie, vilayet qui s’étend dans la direction du Sud, jusqu’à Médaïni Salih. À Ma’an, lors de notre voyage de retour, et où je me suis séparé momentanément de mes collègues de la mission, j’ai eu l’heureuse occasion de voir Meissner Pacha, ingénieur en chef de la ligne, qui m’a fourni sur place et plus tard par correspondance, des renseignements précieux, basés également sur la connaissance profonde des régions traversées par la ligne.

8Ces études préliminaires ont de beaucoup facilité la tâche de la mission. La distance entre Damas et Médaïni Salih étant de 955 kilomètres, une question se posa : Devions-nous inspecter, examiner, mesurer, mètre par mètre, ou kilomètre par kilomètre, tout ce long parcours ? Il est clair qu’une telle manière d’agir aurait été non seulement impraticable, mais aussi inutile.

9En effet, le résultat des susdites études préliminaires était de réduire entre des limites relativement restreintes l’aire de nos investigations pour le choix d’un terrain destiné au lazaret. En premier lieu, la contrée entre Médine et Médaïni Salih (c’est-à-dire une distance de 347 kil.), fut exclue de par les termes mêmes de la décision du Conseil. En second lieu, les régions relativement peuplées entre Damas et Ma’an (soit une distance de 459 kil.) furent également exclues par des considérations trop évidentes pour être développées ici. Dès le début, donc, les 1 302 kilomètres entre Damas et Médine se trouvaient réduits – comme champ de nos recherches – aux 496 kilomètres existant entre Ma’an et Médaïni Salih. Entre ces deux points le choix était encore limité par les considérations suivantes. L’endroit choisi devait être constitué d’un terrain plat, suffisamment étendu pour l’érection d’un grand lazaret et pour l’agrandissement ultérieur de celui-ci, le cas échéant ; cet endroit devait posséder des puits ou des sources, fournissant de l’eau de bonne qualité et en quantité suffisante pour tous les besoins ; la présence d’une carrière de pierre de construction était évidemment d’une importance considérable, vu le prix élevé du transport des matériaux de construction par le chemin de fer ; le sol devait se prêter à l’absorption des matières usées ; et ainsi de suite. De toutes ces considérations, la plus importante – celle qui primait toutes les autres – était la question de l’eau potable.

10Dans les paragraphes qui suivent je donnerai un court précis des caractères de tout le parcours de la ligne, de Damas à Médine ; ce précis est basé en grande partie sur les notes que j’ai prises sur les lieux (surtout en ce qui concerne les régions entre Damas et Médaïni Salih). J’ajouterai que le résultat de ces observations fut de confirmer la conclusion tirée de nos études préliminaires ci-haut mentionnées – c’est-à-dire que, entre Ma’an et Médaïni Salih, il n’existait que quatre endroits plus ou moins convenables pour l’érection du lazaret, et qui, par conséquent, méritaient d’être inspectés minutieusement par notre mission. Ces quatre endroits étaient : Ma’an, Tebuk, Akhdar, et Médaïni Salih. Chacun de ces endroits sera considéré séparément et en tous détails, plus loin, après que les régions situées entre eux et traversées par la ligne auront été brièvement décrites.

11DE DAMAS À MA’AN (459 kil.). Pour les raisons déjà mentionnées, je ne dirai que peu de mots concernant ces 459 kilomètres. La ligne traverse d’abord des régions cultivées ; elle côtoie l’El Lejah, ou le Trachonitis, district volcanique et d’un caractère tout à fait étrange ; elle traverse ensuite le Hauran, région d’une fertilité merveilleuse ; elle passe à l’est de la mer Morte et des montagnes de Moab ; et enfin elle entre dans la vraie Arabia Deserta, au nord de Ma’an.

12DE MA’AN À TEBUK (233 kil.). Au sud de Ma’an le désert presque illimité s’étend de chaque côté de la ligne ; sa surface est assez accidentée ; elle est composée de sable et de gravier, et recouverte quelquefois de débris volcaniques, de couleur noirâtre, et il y pousse quelques rares arbres de térébinthes ; par ci par là des colonnes ou des tas de pierres, de la hauteur d’un homme, constituent des signaux construits par les Bédouins.

13Au 475e kilomètre on arrive à la station de Guader-el-Hadj, probablement le Guader-um-Ayache des pèlerins.

14Akabat-el-Hedjazié, au 514e kilomètre, à 1 150 mètres au-dessus de la mer ; c’est, à l’exception de Dar-ul-Hamra, l’endroit le plus élevé sur toute la ligne. Entre Ma’an et cette station, on dit que l’eau manque presque complètement ; dans quelques ouadis, il y a néanmoins de rares arbres d’acacia, et dans une de ces vallées les ingénieurs de la ligne avaient foré un puits jusqu’à une profondeur d’environ 60 pieds, sans toutefois trouver de l’eau. Du côté droit (ouest) de la ligne on voit de loin les montagnes de l’El Hisma, chaîne qui se prolonge vers le Sud, composée d’une série de plateaux, dont plusieurs ont une hauteur de 2 000 pieds.

15Dans ces parages on parle de l’existence de certaines ruines à un endroit situé à l’ouest de la ligne et qui s’appelle Ayiné ; on dit qu’il y a là des sources d’eau, fréquentées par les Bédouins.

16Batn-ul-Ghoul, 520e kilomètre ; à 1 125 mètres au-dessus de la mer. Un peu plus loin la ligne descend, au moyen de grandes courbes, un escarpement raide, presque perpendiculaire, de quelques centaines de pieds de hauteur – le vrai Batn-ul-Ghoul (« le Ventre du Monstre »). Le paysage présente un spectacle extraordinaire, tant à cause de la conformation des rochers que de leur couleur.

17Tel-el-Chahim (546e kil.). Le désert ici est onduleux ; toujours à l’ouest, on voit la chaîne de l’El Hisma, et à l’est des collines de grès, moins élevées, situées dans la contrée des Cherarat.

18Mudevveré (572e kil.), à 732m4 au-dessus de la mer. Vaste plaine à l’est de la ligne. Petite oasis, dans laquelle est située une forteresse (kala’at), un réservoir d’eau (birket) et un puits, donnant, dit-on, environ 20 tonnes par jour d’une eau d’assez bonne qualité. À noter, en passant, que la plupart des noms des stations sur cette ligne ferrée ne représentent pas de villes, ni de villages, ni même des centres permanents d’habitation. Ils ne sont que les noms des lieux de repos, des fins d’étape (en arabe, des menzil) des pèlerins pendant leur pénible voyage par le Dharb-ul-Hadj. Leur situation a été déterminée généralement par la présence de l’eau. Cette eau est recueillie dans de grands réservoirs en maçonnerie, dits birket, et à côté du réservoir on trouve presque toujours le kala’at, bâtiment pittoresque en maçonnerie, ressemblant à une petite forteresse du moyen âge. L’eau est la propriété absolue du Hadj, et dans les rares cas où il existe des habitations aux environs de ces menzil, les habitants n’ont droit, dit-on, qu’au trop-plein du réservoir.

19Près de Harat-el-Amara ou Kalat-el-Amara (594e kil.), la ligne traverse une région rocailleuse. Les rochers, d’un grès friable et écailleux, effleurent par moment la ligne, qui passe alors par des passages relativement étroits.

20Dhat-ul-Hadj (608e kil., 691 m au-dessus de la mer). Le kala’at est entouré d’une petite oasis de palmiers. Le birket est alimenté par de l’eau provenant d’une source située à quelque distance ; cette eau est dit-on, très saumâtre, et elle a un goût sulfureux ; elle est assez abondante.

21Bir-el-Hermaz (632e kil.) ; le désert s’étend de chaque côté de la ligne, toujours plat et sablonneux, recouvert d’une couche de gravier de quartz et de détritus volcaniques ; les collines sur l’horizon ont la forme de pyramides ou de plateaux. Il y a ici un puits, donnant, dit-on, de l’eau potable jusqu’à 100 tonnes par jour.

22Makhtab (677e kil.) ; on parle de l’existence près d’ici d’un puits, donnant de l’eau saumâtre. De Makhtab jusqu’à Tebuk on rencontre de nombreux petits buissons, végétation caractéristique du désert, et quelques arbres (térébinthes, acacias, etc.).

23Au 692e kilomètre la ligne arrive à Tebuk.

24DE TEBUK À AKEDAR (68 kil.). Immédiatement au sud de Tebuk la ligne traverse un désert plat, presque illimité. Une quinzaine de kilomètres plus au sud elle entre dans une série de vallées, constituant Ouadi Etil.

25Ouadi-Etil est situé au 720e kil. En été cet ouadi est sec et presque dénué de toute végétation ; en hiver il est quelquefois inondé. À l’ouest de la ligne on voit des montagnes rocailleuses et noirâtres – c’est le commencement de la chaîne volcanique, dite Harra, qui continuera à occuper l’horizon jusqu’à Médaïni Salih. Cette chaîne se divise en trois groupes : le Harrat-es-Sidenyin, le Harrat-el-Khuturrha, et le Harrat-el-Moahib. L’ouadi devient de plus en plus étroit, et la ligne commence à passer entre des rochers ayant les formes de pinacles ou de blocs basaltiques.

26Dar-ul-Hadj (744e kil.) se trouve dans un paysage rocailleux et sombre, à cause de la couleur noirâtre des rochers. La ligne monte légèrement, toujours dans une contrée très accidentée et resserrée jusqu’à Mustabka.

27Mustabka (755e kil.). Il n’y a rien ici sauf la petite station, bâtie sur le modèle d’une forteresse en miniature – ce qui est d’ailleurs le cas de presque toutes les stations entre Tebuk et Médaïni Salih. Plus loin la ligne entre dans la vallée dite Zahr-el-Akhdar, traverse un tunnel de 180 mètres de longueur, et descend dans le Ouadi Akhdar.

28La station d’Akhdar, au 760e kilomètre, ne présente rien de particulier. La forteresse et les réservoirs sont situés dans une vallée secondaire, à environ 2 kilomètres au sud de la station.

29DE AKHDAR À MEDAÏNI SALIH (195 kil.). Au sud d’Akhdar la voie ferrée traverse toujours l’ouadi dit Ouadi Akhdar, ou Oaudi-el-Izan. Ici, on trouve en abondance des vignes de coloquinte, et d’autres végétaux. Dans quelques endroits, on rencontre aussi grand nombre de fossiles de forme annelée, auxquels les Bédouins ont donné le nom de « vers de Job ».

30Entre Hamis (782e kil.) et Tisad (805e kil.), la ligne passe par une série de vallées, entourées de collines de quelques centaines de pieds de hauteur. Les rochers composant ces collines sont, paraît-il, pour la plupart en grès, de différents couleurs. Dans les vallées, dont la surface est souvent noire à cause de la présence de débris volcaniques, on voit quelquefois des traces d’eau.

31Muaddham (828e kil., 1 005 m au-dessus de la mer) se trouve dans une plaine plus découverte, qui est de temps en temps convertie en lac pendant l’hiver. Des pluies torrentielles tombent quelquefois dans ces parages ; par exemple, trois fois pendant l’hiver 1906-1907, ces vallées ont été inondées, l’eau atteignant une profondeur considérable et les ouadis devenant de vrais torrents. Il y a ici un réservoir et une forteresse, construits, dit-on, par le sultan Selim ier. Plusieurs autres forteresses et réservoirs sur le Dharb-ul-Hadj sont attribués au même souverain.

32Dar-ul-Hamra (880e kil., 1 200 m au-dessus de la mer) est l’endroit le plus élevé de tout le parcours de la ligne. L’eau y est fournie seulement par les pluies, qui tombent à des intervalles très irréguliers.

33D’ici la ligne descend, en passant par les stations de El Moutali (904e kil.), Abou-Taka (918e kil.), et El Muzhim, (930e kil.). Enfin, elle entre dans la gorge vraiment extraordinaire et qui défie toute description, dite Mubrakat-en-Naka. Sur une distance de 25 kilomètres, elle zigzague parmi une série de rochers, dont les formes sont les plus bizarres qu’on puisse imaginer, et finalement elle débouche dans la plaine de Médaïni Salih, au 955e kilomètre de Damas.

  • 2 Qu’il me soit permis de dire qu’il m’est arrivé maintes fois, aux Indes, de voyager et de travaille (...)

34DE MEDAÏNI SALIH À MÉDINE (347 kil.). La mission n’a pas pu visiter les régions au-delà de Médaïni Salih. J’avais déployé beaucoup d’efforts afin que nous puissions aller au moins jusqu’à El Oula, 24 kilomètres au sud de Médaïni Salih, mais cela fut impossible. Trois circonstances – dont chacune à elle seule aurait suffi pour nous empêcher d’aller plus loin – nous ont obligés de retourner sur nos pas. En premier lieu, l’iradé sanctionnant l’envoi de la mission ne faisait mention que d’un voyage à Médaïni Salih ; en second lieu, l’escorte de 50 soldats qui nous accompagnait avait ordre de ne le faire que jusqu’à Médaïni Salih seulement. Enfin, le train spécial qui avait été mis à notre disposition ne devait pas non plus dépasser la station susdite. J’ai cru nécessaire de faire mention de ces détails parce que, dans les articles très intéressants de MM. Chantemesse et Borel, publiés par la revue « L’Hygiène générale et appliquée », dans les numéros de février et mars 1909, il est dit : « La mission n’alla pas jusqu’à El-Oula, représenté cependant comme un centre important ; elle jugea qu’il était dangereux de s’aventurer plus loin dans une région infestée par les Bédouins ». Comme on le voit, cette assertion est tout à fait inexacte. Non moins erronée est l’assertion, faite ailleurs, que la mission est retournée de Médaïni Salih à cause des fortes chaleurs qui y régnaient. La température à ce moment était, il est vrai, assez élevée (plus de 41 degrés à l’ombre) ; mais il serait puéril d’imaginer que ce détail ait pu influer sur la décision de la mission2. Les véritables motifs qui ont déterminé cette décision sont ceux-ci-dessus énumérés. Je rappellerai, d’ailleurs, que la mission était chargée par le Conseil de « se rendre de Damas jusqu’à Médaïni Salih », et non pas plus loin.

35El Oula (El Ala ou El Aly) est situé au 979e kilomètre de Damas. C’est un grand village, même une petite ville, avec une population assez nombreuse. L’eau est abondante, et cela permet d’y cultiver des dattes et autres fruits. La ville est située au pied des collines rocailleuses du Harrat-el-Moahib. L’eau provient de plusieurs sources dont l’une est assez grande pour fournir, dit-on, jusqu’à mille tonnes par jour. L’eau de quelques-unes de ces sources est, paraît-il, d’assez bonne qualité ; mais celle de certaines autres sources est chaude, elle a une odeur méphitique, sulfureuse, et un goût désagréable (Doughty). Le climat est malsain ; toute la population souffre d’une maladie ressemblant au bouton d’Alep ; mais elle ne lui est peut-être pas tout à fait identique, car elle ne dure, dit-on, que trente à trente-cinq jours. Elle laisse des cicatrices pigmentées ; quelquefois les plaies sont multiples ; on les voit rarement sur la figure ; elles affectent plus souvent la surface exposée d’une des extrémités. Cette maladie est inconnue à Médaïni Salih et à Tebuk.

  • 3 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

36El Bedai (998e kilomètre), l’eau manque3.

  • 4 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

37El Murabba, l’eau manque également4.

  • 5 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

38Bir-el-Djedid (1 072e kilomètre) à 600 mètre au-dessus de la mer. L’eau y est saumâtre5.

  • 6 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

39Berragheh. L’eau manque6.

40Hedieh (1 134e kilomètre), à 400 mètres au-dessus de la mer. À quelques kilomètres au nord de Hedieh se trouve l’endroit le plus bas de tout le parcours de la ligne ; son altitude n’est que de 345 mètres. À Hedieh, on trouve de l’eau, mais de très mauvaise qualité. La mission a pu obtenir un échantillon de cette eau ; voici les résultats de l’analyse de cet échantillon, faite par le professeur Patch :

Couleur, teinte jaunâtre. Odeur, terreuse. Chlore, 142,00. Azote, en acide azoteux et acide azotique (le chiffre manque), en ammoniaque libre, 0,013 ; en azote organique, 0,010. Oxygène emprunté au permanganate en solution acide, en trois heures, à 27 degrés centigrades, 0,6376. Degré hydrométrique (français) 70,3, dont 43,36 persistaient après ébullition. Résidu total, 393,0.
(Dosage, grammes par 100 litres.)

41Cette eau était de la plus mauvaise qualité, et on se rappellera que, lorsque le choléra fit son apparition dans ces parages en 1907-1908, ce fut surtout à Hedieh qu’il produisit le plus grand nombre de cas.

42Entre Hedieh et Istabal Antar (1 188e kilomètre) la contrée est peu élevée au-dessus de la mer ; les inondations sont à craindre. (En janvier 1910, cette partie de la ligne fut inondée, et, à cause de cette inondation, le Khédive d’Égypte, qui voulait retourner des lieux saints par le chemin de fer, dut prolonger son séjour à Médine pendant plusieurs jours). À Istabal Antar, l’eau manque.

43Bir Nassif (1 228e kilomètre), à 520 mètres au-dessus de la mer ; il y a, dit-on, de l’eau potable, ainsi qu’à Bir Djeber (1 290e kilomètre), à 600 mètres au-dessus de la mer. Enfin, la ligne arrive à Médine (1 302e kilomètre), à 700 mètres au-dessus de la mer.

44De tout ce qui précède, on peut tirer les conclusions suivantes. Entre Ma’an et Tebuk, il n’y a que deux endroits qui se prêteraient plus ou moins à la construction d’un lazaret. Ce sont Mudevveré et Bir-el-Hermaz. À Mudevveré, le terrain nécessaire existe ; mais les eaux n’y sont pas, à ce qu’il paraît, très abondantes, et les raisons qui nous ont amené à rejeter Ma’an pour l’emplacement du lazaret (raisons qui seront développées plus loin), auraient la même valeur en ce qui concerne Mudevveré. À Bir-el-Hermaz, par contre, on dit que les eaux sont très abondantes. Mais cet endroit n’est situé qu’à 60 kilomètres seulement au nord de Tebuk ; il ne présente aucun avantage sur ce dernier ; au contraire, il offre le désavantage d’être situé plus loin de Médine, de sorte que, si le lazaret était installé ici, la partie de la ligne « contaminée » en temps d’épidémie serait de 60 kilomètres plus étendue que dans le cas où le lazaret serait construit à Tebuk.

45Enfin, entre Ouadi Etil, situé à 28 kilomètres au sud de Tebuk et Médaïni Salih, la ligne traverse une série presque ininterrompue de vallées entourées de collines rocailleuses. Les bonnes eaux manquent, sauf à Akhdar. En un mot, sur tout le parcours de la ligne entre Tebuk et Médaïni Salih, le seul endroit qui semblait mériter une inspection détaillée était Akhdar.

II

46Ayant terminé cette courte description du parcours de la voie ferrée entre Damas et Médine, je passe maintenant à une étude plus détaillée des quatre endroits que la mission avait jugé dignes d’une inspection minutieuse.

47Ma’an est situé dans une vaste plaine onduleuse, formée de sable et de gravier. La station se trouve à une hauteur de 1 074 mètres au-dessus de la mer, à une distance de 459 kilomètres de Damas et de 943 kilomètres de Médine. Il y a deux villages portant le nom de Ma’an : ils s’appellent respectivement Ma’an-es-Cham et Ma’an-el-Hedjazié (ou Ma’an-el-Misr). Ma’an-el-Hedjazié est le plus rapproché de la station, d’où il est cependant invisible, en étant distant d’au moins 2 kilomètres. Ce dernier village augmente au détriment de Ma’an-es-Cham, qui commence à être abandonné et à tomber en ruines. L’ensemble de leur population est d’environ 4 000 habitants. Tous deux sont des villages au type purement arabe, construits en briques de terre cuite au soleil. Ma’an-el-Hedjazié est bien pourvu d’eau et riche en jardins, où les figuiers, les vignes, les palmiers et les grenadiers poussent en abondance. Il y a ici un kaimmakam (gouverneur), qui nous reçut dans le kala’at, au centre du village.

48L’eau, aux environs de la station de Ma’an, provient d’une source, dite Aïn-el-Kelbé, et de nombreux puits. La source Aïn-el-Kelbé est située à 300 mètres à peu près de la station ; l’eau est recueillie dans une petite citerne en pierre, construite autour de la source. Cette citerne n’est pas entourée d’un parapet, et la contamination de l’eau par des souillures provenant de la surface de la terre a lieu sans doute. Cette source fournit presque 25 tonnes d’eau par jour. Une partie de l’eau est amenée de la source, par le moyen d’une conduite, jusqu’à un puits près de la gare. Le sol, ici, semble être formé d’un mélange de pierre calcaire et de terre argileuse, recouvert d’une couche de sable et de gravier. Le puits en question a 18 mètres de profondeur et 2m30 de diamètre. Au côté de ce puits, il y a un double château d’eau, supportant deux grands réservoirs, chacun d’environ 100 tonnes de capacité. L’eau est refoulée aux réservoirs par le moyen d’une pompe à vapeur. On y rencontre aussi un moulin à vent, tout en métal, du type dit « Américain », qui sert également pour élever l’eau. (Un tel moulin à vent coûte ici environ £ 100, y compris le prix de transport et d’installation). Le susdit puits fournit presque 30 tonnes d’eau par jour ; à cette quantité, il faut ajouter environ 10 tonnes d’eau amenées de l’Aïn-el-Kelbé.

49On trouve un second puits creusé à 24 mètres de distance du premier ; l’eau s’y rencontre à une profondeur de 10m50 de la surface. Un troisième puits existe à 150 mètres plus loin ; sa profondeur est d’environ 15 mètres, et il produit, dit-on, 50 tonnes d’eau par jour. Un quatrième puits a été foré dans le jardin de la maison de Meissner Pacha ; sa profondeur est aussi de 15 mètres, et son débit d’environ 24 tonnes par jour. Enfin, à 1 kilomètre au nord de la station, et à 100 mètres de la voie ferrée, se trouve un cinquième puits ; il n’a, paraît-il, que 5 mètres de profondeur, avec un rendement de 50 tonnes d’eau par jour.

50On voit de ce qui précède que l’eau ne manque pas à Ma’an, mais sa qualité est de beaucoup moins satisfaisante que sa quantité. Je citerai textuellement les observations du professeur Patch concernant l’eau de l’Aïn-el-Kelbé, ainsi que le résultat de l’analyse qu’il en a faite :

51« La source d’Aïn-el-Kelbé à Ma’an est exposée à des contaminations fréquentes. Au moment de notre première visite, lorsque le premier échantillon de cette eau fut prélevé, nous avons constaté que des Bédouins venaient de se laver à la source, et aussi qu’un berger venait d’y abreuver ses troupeaux. De l’eau coulait de la surface de la terre dans une espèce de citerne servant à capter l’eau. Le second échantillon de cette eau, sur lequel est basée l’analyse annexée, fut puisé cinq jours plus tard, à un moment où l’eau était moins sale. »

52Voici les résultats de l’analyse de cette eau :

Origine, source entourée. Prise d’échantillon, dans une bouteille avec poids. Couleur, teinte jaunâtre faible. Odeur, terreuse faible. Chlore, 15,4. Azote, total 0,037, dont 0,029 en acide azoteux et acide azotique, 0,037 en ammoniaque libre et 0,005 en azote organique. Oxygène emprunté au permanganate de potasse, en solution acide, en trois heures, à 27 degrés centigrades, 0,0648. Degré hydrotimétrique (français), 15°08, dont 14°05 persistaient après ébullition. Résidu total, 56,4.

53Quant aux eaux des puits à Ma’an, on prétend qu’elles sont de meilleure qualité que l’eau de source ; mais elles contiennent plus de matières calcaires et elles tendent à provoquer des troubles digestifs. Pour cette raison, quelques fonctionnaires de la ligne préfèrent ne pas les boire et font venir de l’eau de Amman, localité distante de 237 kilomètres au nord.

54En ce qui concerne la climatologie de Ma’an, il n’existe presque aucun renseignement exact. Le climat est plus frais que dans les régions plus au sud. Le thermomètre ne monte jamais, dit-on, au-dessus de 40 degrés centigrades. J’ai noté moi-même, à 1 heure de l’après-midi, le 7 juin 1908, une température à l’ombre de 38 degrés centigrades. Meissner-Pacha m’avait fourni très aimablement quelques chiffres indiquant que pendant deux années (du mois d’août 1904 au même mois de 1906) 8 centimètres de pluie seulement étaient tombés à Ma’an. Les tempêtes de sable, qui sont fort violentes ailleurs, sont moins à redouter ici ; elles se produisent peut-être trois ou quatre fois par an.

55Aux environs de Ma’an, il existe des terrains assez spacieux pour l’érection d’un lazaret. On y trouve aussi de bonne pierre de construction. Cette pierre se présente sous la forme de blocs nummulitiques, de nature calcaire ; elle a été employée dans la construction des bâtiments de la gare. Ces bâtiments sont assez nombreux et comprennent même un restaurant et un petit hôtel.

56Parmi les bâtisses du côté est de la ligne, on voit la charpente d’une qui devait servir d’hôpital pour les ouvriers employés sur la ligne. Ce petit hôpital fut bâti en bois, mais la façade principale fut renversée par le vent qui souffle ici de temps en temps avec une violence extrême.

57Tebuk est situé au 692e kilomètre de Damas et à 610 kilomètres au nord de Médine. Son altitude au-dessus de la mer est d’environ 775 mètres. Le village de Tebuk se trouve à l’ouest de la station, à une distance de 500 ou 600 mètres ; il est entouré d’une oasis de palmiers et d’autres arbres. La station est un centre administratif important sur la ligne du Hedjaz. D’ailleurs Tebuk a toujours été un lieu d’une certaine importance, parce que c’est là que, dans le passé, les Bédouins recevaient du Hadj une certaine taxe ou contribution, afin de permettre aux pèlerins de continuer leur route pour Médine.

58La partie la plus haute de l’oasis a une altitude de 782 mètres au-dessus de la mer. Tout autour s’étend un désert presque illimité, dont la surface est composée de sable et de gravier ; il est légèrement onduleux, mais les irrégularités du terrain ne présenteraient aucune difficulté au point de vue de l’érection des bâtisses composant un grand lazaret. La mission avait d’abord mesuré un terrain situé au nord-ouest de la station qui paraissait propice à première vue, mais, à une distance de 310 mètres de la ligne, le niveau du sol descendait brusquement, et, à l’ouest de cette pente, on voyait des traces distinctes des inondations de l’hiver précédent.

59Par contre, le terrain situé au sud-ouest de la station fut trouvé convenable sous tous les rapports pour l’érection de notre futur lazaret. Il est borné au nord par l’hôpital du chemin de fer ; à l’est, par la voie ferrée ; dans les autres directions, il est illimité. À proximité de ce terrain se trouve une grande carrière d’excellente pierre de construction ; c’est un grès à gros grain, et, d’après le dire des ingénieurs de la ligne, il est de qualité incomparablement supérieure aux pierres de Médaïni-Salih ou d’El Oula.

60L’eau se trouve en abondance à Tebuk. Elle provient d’une source située dans le village, ou des puits forés dans le désert. La source jaillit au milieu d’un réservoir (birket) ; il y a trois de ces réservoirs ici, situés à côté de la forteresse. Du premier réservoir, l’eau se déverse dans les autres, et de là, au moyen de canaux d’irrigation très primitifs, elle traverse les autres parties du village ; enfin, elle est absorbée de nouveau, à ce qu’il paraît, par le sable du désert. Dans le réservoir principal, l’eau avait plus de 1 mètre de profondeur ; contre les parois du réservoir, et jusqu’à une certaine distance, l’eau était recouverte d’une écume verdâtre, et elle était pleine d’herbes. Mais au milieu se trouvait de l’eau limpide et claire laissant voir au fond du sable blanc et propre, et de ce sable la source même jaillit continuellement et avec une certaine force ? D’où provient cette force ? Il est à supposer que l’eau a son origine dans les montagnes éloignées, que l’on voit à l’horizon, à l’est et à l’ouest de la ligne.

61Le rendement de la source est très abondant. Avec le professeur Patch, nous avons essayé de le mesurer, en nous servant de la méthode dite en anglais the weir method, et nous avons trouvé que le débit était d’environ 600 tonnes par jour. La possibilité d’une erreur de calcul dans une telle observation est considérable, mais il n’y a aucun doute que la source donne une grande quantité d’eau, et Meissner-Pacha m’avait informé que, quoique le débit n’avait jamais été mesuré précédemment, il doit être certainement supérieur à 400 tonnes par jour.

62Quant aux puits de Tebuk, il y en a trois auprès de la gare. Le principal est situé à la station même ; son diamètre est d’environ 3 mètres ; sa profondeur, jusqu’au niveau de l’eau, est de 22m8. Au centre du puits l’eau avait une profondeur d’un mètre, mais à la périphérie il n’y en avait qu’un demi-mètre environ. Comme à Ma’an une pompe à vapeur, avec moulin à vent placé à côté, a été installée près du puits, et l’eau est ainsi élevée jusqu’à deux grands bacs posés sur un château d’eau. Ce puits fournit, dit-on, une quantité d’eau presque inépuisable. Les deux autres puits sont situés respectivement à 150 mètres et à 250 mètres à l’ouest de la station ; ils ne sont pas munis de pompes, et leur débit n’était pas connu.

63On nous avait dit à Tebuk que l’on trouverait de l’eau partout où on creuserait un puits, et que probablement l’eau existe sous la forme d’une nappe souterraine homogène, ininterrompue ; mais l’ingénieur en chef de la ligne croit plutôt qu’elle existe sous la forme de plusieurs veines d’eau. Il m’a informé que lorsque les ingénieurs ont foré le premier puits dans les environs de Tebuk, les résultats ont été très satisfaisants. Quoi qu’il en soit, tous sont unanimes pour dire que l’eau souterraine est en mouvement vers l’ouest, et il faut supposer qu’elle coule finalement vers le golfe d’Akaba et la mer Rouge.

64Il est évident que l’eau existe à Tebuk en quantité suffisante pour tous les besoins d’un très grand lazaret.

65Quant à sa qualité, voici les résultats des analyses faites par notre expert :

EAU DE LA SOURCE. Origine, source au milieu d’un réservoir. Prise d’échantillon, bouteille immergée au dessus de la source. Couleur, claire. Odeur, nulle. Chlore, 14,1. Azote, total 0,074, dont 0,063 en acide azotique et acide azoteux, 0,003 en ammoniaque libre, et 0,007 en acide organique. Oxygène emprunté au permanganate en solution acide, en trois heures, à 27 degrés centigrades, 0,0204. Degré hydrotimétrique, 25°42, dont 15°32 persistaient après ébullition. Résidu total, 47,8.
EAU DU PUITS. Origine, puits auprès de la gare. Prise d’échantillon, de la pompe à vapeur, après avoir laissé la pompe travailler pendant environ quinze minutes. Couleur, claire. Odeur, nulle. Chlore, 36,7. Azote, total 0,333, dont 0,328 en acide azoteux et acide azotique, 0,002 en ammoniaque libre, et 0,003 en azote organique. Oxygène emprunté (comme ci-dessus), 0,0481. Degré hydrotimétrique, 27°98, dont 18°02 persistaient après ébullition. Résidu total, 153,5.

66Évidemment, l’eau de source est incomparablement meilleure que celle du puits. On a cependant fourni de cette dernière eau aux pèlerins pendant le retour du Pèlerinage de 1908-1909 sans inconvénient. Je crois néanmoins que, lorsque le moment sera venu d’installer le lazaret permanent à Tebuk, la question de l’eau méritera d’être prise de nouveau en considération. Il serait à mon avis préférable d’amener au lazaret l’eau de la source plutôt que l’eau des puits, vu la qualité supérieure de la première. À un moment donné j’avais pensé qu’il serait possible d’installer un appareil distillatoire (comme à Camaran) et de fournir aux pèlerins l’eau des puits après l’avoir distillée. Mais, comme MM. Chantemesse et Borel l’ont fait remarquer, le coût des combustibles à Tebuk serait fort élevé ; et la même objection se présente (quoique à un degré moindre) contre la proposition des ces savants de stériliser cette eau par la simple chaleur. Si on décidait d’employer l’eau de la source, il serait nécessaire d’arriver à un accord avec les habitants du village, ce qui probablement ne présenterait pas de grandes difficultés. Voici les remarques du professeur Patch à ce sujet :

67« Quant aux eaux de Tebuk, je vous recommande fortement de faire protéger la source auprès de la forteresse, laquelle, si elle est bien protégée, fournira une bonne eau potable. Cette eau sera de beaucoup meilleure que celle du puits de la gare, et même, je crois meilleure que toute autre eau que d’autres puits pareils forés dans ces parages pourraient fournir, à moins que, en les forant, on ne rencontrât par hasard la veine d’eau qui alimente la source. Dans ce dernier cas, il pourrait arriver que la source s’arrêtât, ce qui pourrait donner lieu à des difficultés avec les habitants du village.

  • 7 Ce plan a été imprimé par le Conseil ; il n’est pas reproduit ici.

68« Permettez-moi de suggérer la meilleure manière de procéder pour assurer la protection de la source. La nature des travaux que je recommande est indiquée sur le plan ci-annexé7. La source devra être entourée d’un mur en béton, formant une espèce de puits, d’environ 2 mètres de diamètre, et agencé de façon qu’une conduite de trop-plein amène l’eau à un réservoir placé à côté. Une petite partie de ce « puits » serait séparée par une cloison d’une certaine hauteur, et ce serait là que le tuyau d’aspiration commencerait. Le puits serait couvert en haut par un couvercle en pierre ou en béton, avec un trou d’homme. De cette façon, la source serait parfaitement protégée contre toute contamination.

69« Le réservoir à côté serait fourni de cuves de lavage et de robinets, auxquels les habitants du village pourraient prendre de l’eau pour leurs maisons. À une extrémité du réservoir il faut aussi aménager un robinet à vanne, d’où on prendrait de l’eau pour l’irrigation.

70« Si on adopte ce plan, les villageois ne seraient jamais laissés sans eau, et en même temps le lazaret prendrait son eau directement de la source. Vous pourriez même faire une canalisation d’eau pour les besoins de ces villageois, afin de les contenter. »

71L’emploi de l’eau de la source présentait cet autre avantage que, si on adopte le système de fosses à fond perdu pour les matières usées au lazaret, la contamination des eaux serait beaucoup moins à redouter qu’en faisant usage de l’eau des puits.

  • 8 J’avais fait mention de ce phénomène dans un rapport imprimé sur « Les Eaux de Djeddah », présenté (...)

72En passant, je voudrais dire quelques mots concernant un phénomène intéressant que présentent quelquefois les puits creusés dans le désert. Tel puits, par exemple, fournit une assez bonne eau au commencement ; ensuite cette eau devient de plus en plus saumâtre ; et après une quinzaine de jours elle est tellement salée qu’on ne peut plus la boire. Ce phénomène a été observé à Hedieh (179 kilomètres au sud de Médaïni Salih), mais non pas à Ma’an ni à Tebuk. Il a été également observé dans les puits creusés dans le désert aux environs de Djeddah8. L’explication de ce phénomène n’est pas aussi facile que l’on croit. Un ingénieur aussi expérimenté que Meissner Pacha n’a pas pu en trouver une explication tout à fait satisfaisante. Il a suggéré la possibilité que, aux environs de Djeddah, les puits traverseraient une couche imperméable, et que par suite d’un puisage prolongé au moyen des pompes, des infiltrations d’eau de mer se produisaient, afin de rétablir le niveau. Mais aucune pompe n’existe auprès des puits de Djeddah ; et cette explication ne serait pas applicable aux puits sur le chemin de fer du Hedjaz, qui non seulement ne sont pas munis de pompes, mais qui sont situés très loin de la mer. Je laisse à d’autres le soin de trouver la solution du problème – problème d’une réelle importance lorsqu’il s’agit d’approvisionner d’eau de grandes masses de personnes dans des régions où ce phénomène se présente.

73Le village de Tebuk contient environ deux cents habitants, dont quelques-uns sont des Abyssins, et d’autres du type négroïde. Il n’y a pas de Kaïmmakam ici ; le représentant de l’autorité ottomane est le mudir du village. Nous y rencontrâmes le cheih Harb, chef de la tribu des Beni Attiyeh. Cette tribu compte, dit-on, une trentaine de milliers d’hommes, et habite une région très étendue, dont Tebuk paraît être plus ou moins le centre. Le cheih a depuis quelque temps une maison dans le village. Au moment de notre visite les cheihs de plusieurs tribus étaient en train de se concentrer à Tebuk, afin d’y rencontrer les autorités de la ligne et d’arriver à une entente pour garantir la sécurité de la ligne contre les attaques. Lors de notre voyage de retour, j’eus l’occasion de rencontrer, à Ma’an et dans le désert entre Ma’an et Petra, cinq des principaux cheihs des Howeitat, tribu importante qui habite les régions situées au nord et à l’ouest de Ma’an. Dans le medjliss de l’Émir-ul-Hadj à Damas, j’ai aussi rencontré le cousin de cheih Mutlak, le chef de la tribu El Fukara (ou El Fejir), et cheih Hamud, principal cheih des Ouelad Ali. Les Fukara habitent, dit-on, le désert à l’est et au nord-est de Médaïni Salih ; les Ouelad Ali se trouvent pour la plupart dans les régions entre Médaïni Salih et Médine, mais il y en a qui rôdent dans le désert beaucoup plus au nord, et même jusqu’aux frontières du Hauran. Au point de vue de la sécurité du futur lazaret à Tebuk, nous nous étions assurés que la tribu des Beni Attiyeh était la seule qui méritait d’être prise en considération ; et la mission avait saisi l’occasion de passer avec le cheih Harb une sorte de convention provisoire, sujette à l’approbation du Conseil et du Gouvernement ottoman, convention aux termes de laquelle sa tribu s’engagerait à garantir le lazaret contre les attaques, et à fournir le nombre nécessaire de gardes sanitaires.

74On a parlé de la présence de la malaria dans le village de Tebuk, et en effet il y existe des cas de malaria chroniques. La mission s’est occupée de cette question, et elle l’a étudiée sur les lieux. Elle a conclu que l’existence de ces quelques cas de malaria dans l’oasis ne constituait pas une raison pour rejeter le terrain choisi comme emplacement du futur lazaret. Voici pourquoi. Ce terrain est situé à une distance d’au moins un kilomètre au sud du village ; à moitié route, entre les deux, se trouve l’hôpital du chemin de fer ; les médecins et d’autres fonctionnaires de cet hôpital m’ont affirmé qu’ils n’avaient jamais vu à l’hôpital ni un cas de malaria d’origine locale, ni même un moustique. A fortiori, donc, le danger de voir les pèlerins infectés de malaria dans le lazaret n’existe-t-il pas. Cette conclusion est confirmée par le fait que, pendant le retour du pèlerinage 1908-1909, parmi les 14 126 pèlerins qui ont subi la quarantaine dans le lazaret provisoire de Tebuk, pas un seul n’y a contracté la malaria. D’ailleurs, Meissner Pacha m’a assuré qu’il en a été de même pour les centaines d’ouvriers employés à poser la ligne.

75L’hôpital dont je viens de parler est une bonne construction en pierre, d’un étage, avec toiture en tuiles de Marseille. Il est composé d’une longue salle de 44m5 de longueur, sur 6 mètres de largeur, et de deux petites salles à chaque extrémité ; les bains et chambres de service se trouvent dans des bâtisses séparées. Un embranchement du chemin de fer relie l’hôpital avec la station. Il y avait environ 60 malades au moment de notre visite ; la plupart étaient des ouvriers ou des soldats employés pour la pose de la ligne.

76Il n’existe aucune observation météorologique pour Tebuk. J’ai remarqué moi-même que, le 8 juin 1908, le thermomètre montait à 30 degrés centigrades à 10 heures du matin, à 34 degrés centigrades à 1 heure de l’après-midi, et à 36 degrés à 2 h 30 ; et que, le 10 juin, lors de notre seconde visite elle montait à 37 degrés centigrades à 1 heure de l’après-midi, et à 39 degrés centigrades à 2 h 30. On dit que les variations de la température pendant la journée sont à peu près les mêmes à Tebuk et à Médaïni Salih, mais que les nuits sont de beaucoup plus fraîches à Tebuk. Les tempêtes de sable sont plus fréquents à Tebuk qu’à Ma’an, mais bien moins fréquentes qu’à Médaïni Salih ; elles ont lieu à Tebuk à des intervalles d’environ deux mois.

77Akhdar est situé au 760e kilomètre de Damas, et à 542 kilomètres au nord de Médine. Son altitude est de 880 mètres au-dessus de la mer. On n’y trouve aucun village. Quelques Bédouins avaient dressé leurs tentes noires auprès la forteresse, qui est située à quelque distance de la ligne. La voie ferrée traverse un long pont ou viaduc, composé de 20 arcs de 3 mètres de largeur. Il paraît probable que le désert est inondé ici de temps en temps, ce qui a rendu nécessaire la construction de ce pont. Le réservoir placé à côté du kala’at était sec au moment de notre visite ; mais dans la forteresse il y a un puits d’environ 25 mètres de profondeur, qui donne de très bonne eau. L’eau est abondante à Akhdar, et les autorités de la ligne du Hedjaz ont fait construire plusieurs citernes au pied des collines à l’ouest de la voie ferrée. Plusieurs vallées se rencontrent aux environs d’Akhdar. Dans ces vallées, on pourrait trouver un endroit suffisamment étendu pour l’érection d’un lazaret relativement petit ; mais un bon emplacement pour un grand lazaret – surtout un emplacement d’une étendue telle à permettre le futur agrandissement du lazaret, le cas échéant – n’existe pas. En tout cas, ces vallées sont entourées de collines, et la chaleur en été doit y être très élevée.

78L’eau d’Akhdar a toujours été considérée comme la meilleure de toutes les eaux des régions traversées par le chemin de fer du Hedjaz, et le résultat des analyses faites par l’expert attaché à notre mission tend à confirmer cette opinion ; il a du moins démontré que, parmi les huit spécimens d’eau dont l’analyse a été faite, celui provenant d’Akhdar était le meilleur. Voici le résultat de l’analyse qui en a été faite :

Origine, eau pompée du puits de la forteresse. Couleur, claire. Odeur, nulle. Chlore, 2,6. Azote, total 0,148, dont 0,139 en acide azoteux et acide azotique, 0,003 en ammoniaque libre, et 0,006 en acide organique. Oxygène emprunté au permanganate en solution acide, en trois heures, à 27 degrés centigrades 0,0955. Degré hydrotimétrique, 14,21, dont 5,29 persistaient après ébullition. Résidu total, 37,0. « Cette eau, ajoute l’expert, dans son rapport, peut supporter très favorablement la comparaison avec les eaux potables types. »

79Médaïni Salih est situé au 955e kilomètre de Damas, et à 347 kilomètres de Médine. Son altitude est de 820 mètres au-dessus de la mer. Il n’y existe pas de village. La station est composée de plusieurs bâtiments en pierre, et au moment de notre visite on était en train d’en construire encore un assez grand nombre. En effet, la station est un centre administratif d’une certaine importance sur la voie ferrée. La forteresse avec ses réservoirs est située près de la gare, dans une petite oasis de palmiers. Tout autour le désert s’étend dans chaque direction ; au nord-est la plaine est limitée par les montagnes rocailleuses qui sont percées par la gorge déjà décrite, sous le nom de Mubrakat-en-Naka. Au sud-est se trouve le Djebel Ethlib, et les rochers dans lesquels ont été sculptés les tombeaux nabatéens, dont je parle plus loin. L’horizon est fermé à l’occident par la chaîne de montagnes volcaniques, dite Harrat-el-Moahib, et dans cette chaîne s’élèvent deux grands plateaux, nommés le Howwara et le Howweiry. Leurs flancs sont à pic ; leurs sommets sont couverts d’une substance noire et volcanique. Le sol du désert aux environs de Médaïni Salih est légèrement onduleux, sablonneux, et parsemé de buissons, ainsi que d’acacias et de térébinthes. Le spectacle qu’offre cette vallée de Médaïni Salih ou El Hedjr – vallée qui est plutôt une plaine entourée de montagnes – est vraiment frappant.

  • 9 Blackwood’s Magazinze, février 1909.
  • 10 Voici, en peu de mots, la légende en question. Ces régions étaient habitées, durant les époques s’é (...)

80Le nom de Médaïni Salih veut dire « les cités de Salih ». Il paraît probable néanmoins qu’il n’y a jamais existé de véritable cité – sauf la « cité des morts » que constituent les tombeaux magnifiques dont je viens de parler. Ces tombeaux furent décrits pour la première fois par l’explorateur Charles Doughty, et son ouvrage Arabia Deserta contient de très nombreux dessins et esquisses reproduisant des façades extérieures et des parties intérieures de ces tombeaux. Il a aussi moulé les inscriptions qui décorent certaines de ces façades, et ces inscriptions furent plus tard déchiffrées par Ernest Renan. J’ai discuté ailleurs9 la question de ces monuments fort intéressants ; ils sont d’origine nabatéenne, et ne datent que des deux ou trois siècles avant et de un ou deux siècles après la naissance de Jésus-Christ. Les Arabes, néanmoins, persistent à croire qu’ils sont du temps du prophète Salih. Ce prophète est le héros d’une légende curieuse10, dont on ne saurait nier l’importance, puisqu’elle est mentionnée dans vingt différents chapitres de l’El Koran, surtout dans le chapitre xv, qui porte le titre de « El Hedjr » (nom arabe de Médaïni Salih). À cause de cette légende la vallée de Médaïni Salih a toujours été considérée comme maudite. Il fallait en faire mention, car il est évident qu’à un moment donné une telle légende pourrait devenir un facteur important dans la situation, si on construisait le lazaret à cet endroit. En effet, les pèlerins ne se soumettent jamais très volontiers à la quarantaine ; et s’il arrivait que quelque fanatique parmi eux fasse allusion à la légende et pousse les autres pèlerins à se révolter contre leur détention dans un lieu maudit, la situation deviendrait grave. Il pourrait se faire qu’il serait impossible d’obliger les pèlerins à séjourner dans un tel endroit, et dans ce cas, on serait forcé de transférer le lazaret ailleurs. Tout l’argent dépensé serait à recommencer.

81Un campement quarantenaire fut improvisé à Médaïni Salih au retour du pèlerinage de 1907-1908. Le terrain qu’il occupait est situé à l’est de la ligne, entre la gare et le Djebel Ethlib. Dans la photographie on voit les traces de ce campement. L’emplacement est le meilleur qu’on puisse trouver dans ces parages. Il présente cependant plusieurs inconvénients. Les inondations en hiver sont fortement à craindre et, en effet, le susdit campement provisoire a été inondé plus d’une fois pendant la campagne en question : l’eau atteignit en quelques endroits une profondeur de 50 centimètres et l’inondation dura quelques jours. Au moment de notre visite, on voyait encore très clairement les traces de ces inondations. Les autorités du chemin de fer ont dû, par conséquent, bâtir toutes les nouvelles constructions annexées à la gare soit sur des remblais de sable d’environ un mètre de hauteur, soit sur des soubassements de la même hauteur (voir photographie n° 8). La dépense de construction est de la sorte beaucoup augmentée, et dans l’éventualité où des habitations devraient être élevées à cet endroit pour abriter dix mille pèlerins, la dépense supplémentaire à cause de ces conditions serait énorme. À l’ouest de la ligne, le terrain est encore moins favorable pour l’emplacement d’un grand lazaret ; la surface du désert est assez accidentée et là aussi les inondations sont à craindre.

82L’eau est abondante à Médaïni Salih. Les ingénieurs de la ligne croient qu’elle existe sous la forme d’une nappe souterraine, vu que partout où on creuse un puits on rencontre de l’eau. Cette eau n’est pas, à ce qu’il paraît, en mouvement ; mais comme le désert ici tend à s’incliner du nord-ouest au sud-est, on suppose que l’eau, si elle avait en effet un mouvement quelconque, coulerait lentement dans cette direction. Le sol est composé d’un grès tendre (Nubien ?), sous une surface d’alluvion ; sa perméabilité varie dans différents endroits et, par conséquent, le débit des puits varie également.

83Le grand puits de la station est situé tout près de la forteresse ; à côté se trouvent (comme de règle dans les stations importantes sur cette ligne) un château d’eau, avec deux grands réservoirs, une pompe et un moulin à vent de réserve. Ce puits donne jusqu’à 100 ou 125 tonnes d’eau par jour. Un second puits était en train d’être creusé à l’ouest de la station ; on rencontrait l’eau à 8 mètres de profondeur. Il existe un autre puits dans la forteresse. Le réservoir (birket) situé au côté de celle-ci contenait de l’eau stagnante, d’un aspect peu attrayant (voir la photographie n° 10). Des échantillons de ces eaux furent analysées par notre expert, et voici le résultat de ces analyses (voy. tableau [ci-dessous])

84Vers l’extrémité sud de la plaine, non loin des monuments nabatéens, il y a deux grands puits anciens ; on croit même qu’ils sont d’origine nabatéenne. Celui situé plus au sud a environ 4 mètres de diamètre et 10 à 12 mètres de profondeur, jusqu’à la surface de l’eau. Les parois sont en maçonnerie à la partie supérieure, mais plus bas le puits est creusé dans le grès. L’autre puits a des parois en maçonnerie jusqu’au fond ; celui-ci est formé de sable ; on n’y voyait que peu d’eau, une simple flaque occupant une partie seulement du fond. On parle de trois autres puits semblables qui se trouveraient au pied des collines formant l’horizon à l’est de la plaine d’El Hedji.

85Jusqu’au moment de notre visite, le personnel du chemin de fer buvait l’eau du puits de la gare, sans que sa santé en ait été affectée. Cette eau a néanmoins un goût saumâtre et nous fûmes informés que l’on avait l’intention de faire venir à Médaïni Salih de l’eau meilleure, soit d’El Oula, soit d’Akhdar.

86La pierre qu’on trouve à Médaïni Salih est un grès friable. Elle n’est pas très convenable pour des bâtisses permanentes, et les autorités du chemin de fer importent d’El Oula une pierre de qualité supérieure. Une autre espèce de pierre se rencontre à une distance de 5 kilomètres seulement de la station. Mais, tout comme la pierre d’El Oula, elle est incomparablement inférieure à la pierre de Tebuk. Le caractère friable de la pierre de Médaïni Salih est très évident aux environs des monuments nabatéens. Ainsi, à l’extrémité du grand rocher connu sous le nom du Kasr-el-Bint (rocher dans lequel sont sculptés les plus beaux tombeaux), un grand morceau de roc s’est détaché récemment et ses fragments obstruent encore les façades de quelques-uns de ces monuments.

87Quant à la météorologie de Médaïni Salih, il n’existe, comme ailleurs, aucune observation exacte. J’ai noté moi-même que le 9 juin, à 1 heure de l’après-midi, la température montait à 39 degrés centigrades et qu’à 4 h 30 après-midi elle dépassait les 41 degrés centigrades. En hiver, par contre, il fait froid de temps en temps ; Meissner Pacha m’a informé que les températures extrêmes sont ici de 45 degrés centigrades en été et 7 degrés centigrades en hiver. La plaine de Médaïni Salih étant entourée de montagnes rocailleuses, les nuits, en été, sont très chaudes. Les tempêtes de sable sont aussi assez fréquentes ; elles ont lieu, dit-on, environ chaque quinze jours, et lorsqu’elles se produisent les conditions de la vie dans cette localité deviennent presque intolérables. La pluie tombe en hiver, quelquefois en véritables averses, occasionnant les inondations déjà mentionnées.

III

88Après avoir exposé succinctement, dans les chapitres qui précèdent le résultat de nos observations faites sur les lieux, il devient possible de discuter en toute connaissance de cause les avantages et les désavantages que présente chacun des endroits visités par la mission, et de développer les considérations qui ont amené celle-ci à choisir Tebuk pour l’emplacement du futur lazaret.

89J’ai déjà indiqué les raisons qui ont limité ce choix aux quatre endroits suivants : Ma’an, Tebuk, Akhdar, et Médaïni Salih. J’ajouterai qu’un cinquième endroit avait été mentionné par Abdurrahman Pacha, l’Émir-ul-Hadj, comme offrant des conditions avantageuses. Il s’appelle Oudruh, et il est situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Ma’an. On affirme que le climat y est bon, et qu’il existe à ses environs une source jaillissant des rochers et fournissant une eau de bonne qualité ; en outre, cet endroit et ses environs ne sont pas habités. La mission a cru nécessaire, cependant, d’écarter Oudruh, parce qu’il est trop près des centres peuplés de la Syrie, et parce que les considérations qui nous ont amené à rejeter Ma’an sont également applicables à Oudruh.

90Ma’an présente les avantages suivants : Il y existe un terrain spacieux, convenable pour l’érection d’un grand lazaret. L’eau est abondante, quoique d’une qualité relativement mauvaise. Le climat est moins chaud qu’aux autres localités situées plus au sud, et les tempêtes de sable sont de beaucoup moins fréquentes. Une bonne pierre de construction se trouve aux environs. Le ravitaillement du lazaret serait plus facile et moins coûteux, et les frais de transport des matériaux de construction seraient moins élevés, que dans le cas où le lazaret serait sis plus au sud. Enfin, il a été avancé que si, à l’avenir, on construisait un embranchement de la ligne de Ma’an à Akaba, on pourrait obliger les pèlerins débarquant à ce dernier port d’aller à Ma’an pour y subir leurs mesures quarantenaires.

91Voici, par contre, les désavantages que présente Ma’an. Il est distant de Médine de 843 kilomètres. En temps d’épidémie ce long parcours risquerait de devenir infecté, si on laissait les pèlerins poursuivre leur voyage jusqu’à Ma’an avant de leur appliquer les mesures de quarantaine et de désinfection jugées nécessaires. En un mot, l’objection principale formulée à l’égard du choix de Tebuk comme emplacement du lazaret – objection dont je parlerai plus loin – aurait encore plus de valeur si le lazaret était élevé à Ma’an.

92En second lieu, les évasions seraient encore plus à redouter à Ma’an qu’à Tebuk, car les pèlerins auraient moins à craindre de la part des bédouins ; ils n’auraient pas à traverser les 243 kilomètres de désert qui existent entre Tebuk et Ma’an et enfin ceux parmi ces pèlerins d’origine syrienne seraient tout près de leurs foyers, qu’ils désireraient regagner un moment plus tôt.

93En outre, si le choléra éclatait dans un lazaret sis à Ma’an, il serait plus difficile d’empêcher sa propagation en Syrie que dans le cas d’un lazaret situé plus au sud. MM. Chantemesse et Borel, dans leur travail déjà cité, ont soulevé cette objection, en parlant de notre choix de Tebuk et du danger de la « réinfection » des pèlerins après leur départ du lazaret. « L’histoire est là », disent-ils, « pour nous assurer qu’il est fort difficile d’enfermer le choléra dans un lazaret et que l’épidémie parvient souvent à essaimer aux environs ». Mais si ce danger est réellement à craindre au point de vue de la « réinfection » des pèlerins déjà purifiés dans un lazaret, combien ne serait pas plus à redouter le danger de voir l’infection se propager en Syrie si le lazaret était sis à Ma’an ! Dans le cas où l’infection cholérique viendrait à échapper des cordons du lazaret de Tebuk, elle ne trouverait pas de conditions très favorables pour son extension, et en tout cas elle aurait à franchir les 243 kilomètres de désert situés entre Tebuk et Ma’an, avant d’arriver aux frontières de la partie peuplée de la Syrie. Cette distance et ces conditions constitueront toujours une certaine barrière, – non pas une barrière infranchissable, mais un obstacle – qui ne serait nullement négligeable – au progrès de la maladie.

94Quant à la thèse que les pèlerins venant par voie d’Akaba pourraient être obligés d’aller à Ma’an, pour y subir leurs mesures de purification, je ferai remarquer que jusqu’à présent un nombre très restreint de pèlerins ont choisi cette route. Il est bien possible, néanmoins, qu’à l’avenir ce nombre augmente. Parmi ces pèlerins il y en aura toujours plusieurs, sinon la plupart, qui seront destinés à la péninsule Sinaïtique, et aux régions situées entre Akaba et l’Égypte et entre Akaba et la Syrie. Ces derniers groupes n’auraient aucune raison pour aller à Ma’an, et il serait impossible de les obliger d’y aller. Par contre, ceux destinés pour la Syrie pourraient, peut-être, être obligés de passer par Ma’an, quoiqu’ils pourraient toujours contourner le lazaret, en allant par la route qui traverse le désert à l’ouest de Ma’an, et qui relie Akaba avec Kerak et les autres centres peuplés de la Syrie. En tout cas, il faudra se rappeler que la distance entre Akaba et Ma’an est d’environ 120 kilomètres. Si on laissait les pèlerins débarquant à Akaba y prendre le train pour Ma’an, sans avoir subi des mesures préalables, tout ce parcours de la ligne pourrait devenir infecté, et les autres groupes destinés pour la péninsule Sinaïtique et ses environs échapperaient à toute mesure. Il serait d’ailleurs impossible de faire le triage des différents groupes. La conclusion à tirer de toutes ces considérations est : que tous les pèlerins revenant du Hedjaz par voie d’Akaba doivent indistinctement subir les mesures nécessaires à Akaba même, au moment de leur débarquement, – à l’instar de ce qui se fait partout, et que ces groupes pourraient ne pas entrer en ligne de compte dans la détermination de l’endroit destiné au grand lazaret à construire sur la voie principale du chemin de fer du Hedjaz. Pour le moment il suffirait d’établir une petite station quarantenaire à Akaba, capable d’appliquer des mesures aux quelques centaines de pèlerins qui choisissent cette route. Si à l’avenir leur nombre augmente, il faudra agrandir cet établissement en proportion.

95Tebuk convient comme emplacement du futur lazaret pour les motifs suivants. Il est situé hors de la « zone contaminée » dont je parlerai plus loin. Il existe dans ses environs un terrain très convenable pour l’érection d’un lazaret de n’importe quelles dimensions, et ce terrain n’est pas sujet à des inondations. Le professeur Musil, il est vrai, déclare qu’« après une pluie abondante l’eau qui ne peut pas s’écouler, couvre la plaine de Tebuk à une hauteur de plusieurs centimètres. Le lazaret ne sera-t-il pas inondé » ? Nous n’avons pas manqué de prendre des renseignements très exacts sur ce point important. Toutes les personnes que nous avons interrogées à ce sujet – personnes qui connaissent à fond l’endroit en question – étaient unanimes à nous assurer que le terrain que nous avons choisi pour le lazaret n’est jamais inondé. Si des inondations se produisent de temps en temps aux environs de Tebuk, ce n’est (probablement) que dans les parties du désert situées au nord ou à l’ouest du village et du terrain choisi pour le lazaret.

96On trouve à Tebuk des pierres de construction de la meilleure qualité, et en quantité suffisante pour toute éventualité. Les eaux sont abondantes ; celles des puits est d’une qualité relativement bonne ; celle de la source d’une qualité excellente. Le climat y est moins chaud qu’aux endroits situés plus au sud, et les tempêtes de sable y sont moins fréquentes. Cet endroit est plus avantageusement situé que Ma’an pour les raisons déjà exposées – c’est-à-dire d’une part il est moins éloigné de Médine, de sorte que la partie « contaminée » de la ligne serait moins étendue en temps d’épidémie, et d’autre part, il est plus éloigné des centres peuplés de Syrie, et le danger de la propagation du choléra, du lazaret vers ces centres, serait ainsi diminué.

97Les désavantages de Tebuk sont les suivants. En premier lieu la distance entre Médine et Tebuk est de 610 kilomètres, et en temps d’épidémie on risquerait de voir tout ce parcours de la ligne devenir « infecté ». Cette objection a été mise en avant surtout par le Dr Kaller, mon collègue d’Autriche-Hongrie au Conseil supérieur de Santé, qui a insisté sur la nécessité d’établir le grand lazaret dans un endroit plus près de Médine. À maintes reprises il a développé cette thèse au sein dudit Conseil, en exigeant que le lazaret soit situé à proximité de foyer d’épidémie et même aux portes de Médine. La même objection a été formulée par le professeur Musil, qui écrit à ce sujet ce qui suit : « Plus le lazaret sera proche, mieux ça vaudra. D’après ma connaissance du pays, je crois que l’établissement d’un lazaret près de Médine est parfaitement possible et seul pratique. »

98S’il n’existait pas d’autres circonstances à prendre en considération à ce sujet, ces arguments auraient certainement une réelle valeur. Mais, à mon avis, les raisons qui militent contre la proposition d’élever le lazaret tout près de Médine sont concluantes. En effet (et je me permettrai ici de citer textuellement les observations que j’ai faites à ce sujet au sein du Conseil supérieur de Santé, à la séance du 4 janvier écoulé) : « L’expérience de plusieurs siècles a démontré définitivement que le choléra disparaît tôt ou tard dans le désert. Il se propage sur une certaine distance – jusqu’à même 200 ou 300 kilomètres, mais pas plus loin ; de sorte que, d’après le dire de toutes les autorités compétentes, pendant les temps historiques cette maladie n’a pas été importée en Syrie une seule fois par les pèlerins retournant de Médine par le Dharb-ul-Hadj. Cette considération est d’une importance capitale, à mon avis. Toutes les fois que le choléra fait son apparition à Médine il s’étend dans le désert au nord de cette ville, jusqu’à Hedieh, El Oula et même Médaïni Salih. Je dois insister de nouveau sur la nécessité d’établir le grand lazaret en dehors de cette « zone contaminée ». Si on le construisait comme on le propose, aux environs de Médine ou entre Médine et Médaïni Salih, il serait d’une utilité relativement minime. Car il est évident que les pèlerins quittant ce lazaret et traversant de nouveau une région contaminée seraient de nouveau exposés à la contagion, et il est presque certain qu’ils seraient réinfectés et dans ce cas toutes les mesures prises seraient à recommencer ailleurs… Entre certaines limites on peut donc dire que plus le lazaret serait établi au nord, moins ce danger de réinfection serait à craindre ».

99À cette manière de raisonner MM. Chantemesse et Borel ont opposé l’objection suivante :

Mais si en l’absence de chemin de fer les faits se produisaient ainsi autrefois, qu’arrivera-t-il désormais ? On embarquera en masse les pèlerins dans le train à Médine même ; on évitera sans doute, en temps de choléra, d’y laisser monter les malades assez gravement atteints pour attirer l’attention des médecins au milieu d’une bousculade orientale. Mais en réalité on transportera, loin du foyer contaminé, une partie vraiment suspecte des pèlerins ; Tebuk recevant ces nouveaux venus se substituera donc en quelque sorte à Médine, et ce sera de ce point que, par l’intermédiaire des nomades le choléra pourra remonter dans le désert, le long de la voie, ayant accompli en chemin de fer une partie de la longue étape.

100J’admets la possibilité de cette dernière éventualité. Mais en tout cas ce ne serait qu’une éventualité, et on aurait toujours l’espoir de voir le champ d’épidémie limité aux régions situées au sud de Tebuk. Mais si, par contre, le lazaret était construit tout près de Médine, la recontamination des pèlerins en temps d’épidémie, au lieu d’être une éventualité, deviendrait presque une certitude. En effet, le meilleur emplacement pour le lazaret sera toujours déterminé à la suite d’un compromis entre certaines considérations qui, dans le cas qui nous occupe, sont plus ou moins contradictoires. Si cet emplacement est situé trop au nord, on rencontre les dangers et les difficultés ci-dessus exposées en parlant de Ma’an. Si, par contre, il est situé trop au sud, la recontamination des pèlerins déjà purifiés dans le lazaret devient presque certaine, et dans ce cas, toutes les mesures de sauvegarde seraient à recommencer plus au nord. Personnellement je suis convaincu que l’emplacement choisi à Tebuk présente un ensemble de conditions tel que, en construisant le lazaret à cet endroit, chacune des difficultés dont je viens de parler serait réduite à un minimum.

101On a aussi opposé l’objection au choix de Tebuk, que les pèlerins descendant de Médine à Yambo ou à El Wedj, pour retourner dans leurs foyers par voie de mer ou par voie d’Akaba-Ma’an, ne passeraient pas par le lazaret de Tebuk, et de la sorte échapperaient à toute mesure. Quant aux pèlerins retournant par voie d’Akaba, j’en ai parlé plus haut. Quant aux autres, l’existence d’un lazaret plus près de Médine ne leur serait d’aucune utilité, et cela pour la raison suivante (je me permets encore une fois de citer les paroles que j’ai prononcées au sein du Conseil) : « Lorsque Médine est infectée, la région située entre cette ville et les côtes de la mer Rouge l’est presque toujours aussi. Les pèlerins quittant le susdit lazaret traverseraient cette région ; ils seraient considérés par l’Égypte et nous comme contaminés ou suspects, et partants sujets à des mesures dans les autres lazarets. Donc en ce qui concerne ces groupes de pèlerins, on ne gagnerait rien en établissant le lazaret plus près de Médine. »

102Une autre objection a été soulevée contre notre choix de Tebuk. Il a été dit que le lazaret pourrait être contourné par les pèlerins, et que de telles « fuites » ont été constatées pendant la dernière campagne au lazaret provisoire de Tebuk. Je ne doute pas que ces « fuites » ont eu lieu, et qu’elles seront toujours à redouter. Mais il est bien évident que ce danger ne réside pas dans quelque particularité de l’endroit qui s’appelle Tebuk. Il serait également à craindre si le lazaret était élevé à n’importe quel endroit sur le parcours de la ligne. Il réside dans le fait que le lazaret sera toujours un lazaret sur terre ferme. La difficulté de s’assurer que tous les pèlerins ont été obligés de passer par un tel lazaret sera toujours grande, presque insurmontable. Des mesures sévères de police devront être organisées, afin de réduire ce danger au minimum. Le faire disparaître complètement sera toujours, si je ne fais erreur, une impossibilité.

103On a également parlé de l’existence de la malaria dans la petite oasis de Tebuk. J’ai déjà exposé les raisons pour lesquelles cette considération ne saurait entrer en ligne de compte dans le choix de la situation « géographique » que devrait occuper le futur lazaret. J’ajouterai que, avec un peu d’énergie et quelques litres de pétrole, cette oasis pourrait être débarrassée et des moustiques et de la malaria en quelques jours.

104Enfin Tebuk présent le désavantage, en comparaison avec Ma’an, d’être situé plus au sud, de sorte que le transport de matériaux de construction et de vivres serait plus coûteux que si le lazaret était élevé dans ce dernier endroit. Mais, par contre, cette même considération devient un avantage, en comparant Tebuk avec Akhdar ou Médaïni Salih.

105Akhdar présente les mêmes avantages que Tebuk et Ma’an, étant en dehors de la « zone contaminée » dont j’ai parlé plus haut. Les eaux sont de la meilleure qualité et abondantes. Par contre, cet endroit possède le grand désavantage d’être entouré de collines rocailleuses ; on y trouverait avec difficulté un terrain spacieux pour un lazaret des dimensions voulues, et l’agrandissement futur d’un tel lazaret serait presque impossible. L’endroit est resserré entre les dites collines, de sorte que l’aération laisse à désirer, et la température en été est, dit-on, très élevée. D’ailleurs les inondations sont à craindre. Enfin Akhdar ne possède aucune supériorité sur Tebuk (qui, du reste, n’est situé qu’à 68 kilomètres plus au nord), sauf toutefois en ce qui concerne la qualité des eaux.

106Médaïni Salih a sérieusement attiré l’attention, car il est situé presque sur la frontière du vilayet de la Syrie, et c’est toujours sur une frontière qu’il convient – ceteris paribus – d’appliquer des mesures sanitaires. D’ailleurs c’était dans cet endroit qu’on avait improvisé un campement quarantenaire pendant le pèlerinage de 1907-1908. Médaïni Salih se trouve aussi, pour ainsi dire, sur la frontière de la « zone contaminée » qui se forme autour de Médine en temps d’épidémie. L’eau y est abondante, quoique de qualité relativement inférieure.

107Mais les désavantages de cet endroit sont plus nombreux que ses avantages. Ainsi, de temps en temps les inondations rendent la plaine inhabitable, et toute maison qu’on y construirait doit être bâtie sur des remblais ou sur un soubassement d’environ un mètre de hauteur. La dépense de construction est de la sorte énormément augmentée. Le climat y est chaud ; les tempêtes de sable y sont plus fréquentes et plus violentes qu’à Tebuk. On n’y trouve pas de bonne pierre de construction, et le transport de Damas ou de Caïffa de cette pierre ou d’autres matériaux de construction serait beaucoup plus coûteux que s’il s’agissait de Tebuk. Enfin l’existence de la légende déjà citée, d’après laquelle Médaïni Salih se trouve sous le coup d’une malédiction séculaire, possède une réelle importance, et suffirait, à mon avis, à justifier le rejet de cet endroit comme emplacement du lazaret, – à moins, bien entendu, qu’on ne se trouve dans l’impossibilité de rencontrer ailleurs un endroit aussi convenable aux autres points de vue, – ce qui n’est pas le cas.

108L’ensemble des considérations ci-dessus développées a amené notre mission à la conclusion que Tebuk présente plus d’avantages et moins de désavantages que tout autre endroit, pour y construire le « futur lazaret destiné à recevoir les pèlerins retournant du Hedjaz en Syrie par la voie ferrée ».

109Mais il est bien évident que le choix d’un tel emplacement ne constitue qu’une partie seulement de la défense sanitaire de cette ligne. Il reste encore à résoudre plusieurs autres problèmes presque aussi importants. En effet, en considérant une question de cette nature, il est toujours nécessaire de revenir constamment aux principes fondamentaux, aux éléments mêmes de cette question. Je me permettrai, donc, d’examiner brièvement quelles sont les mesures de précaution que l’ouverture du chemin de fer du Hedjaz a rendues nécessaires, et ensuite j’étudierai le mécanisme de l’application de ces mesures.

110Il va de soi que les mesures de prophylaxie différeront selon la présence ou l’absence des maladies pestilentielles dans le Hedjaz. En un mot, si le pèlerinage est net, on imposera une série de mesures ; s’il est brut, on en imposera une autre.

111I. Pèlerinage net. Si le Hadj est déclaré net, la question se pose de savoir si l’on soumettra à des mesures restrictives les pèlerins retournant par la voie ferrée. Personnellement, je douterais fort de la nécessité, ou même de l’opportunité, qu’il y aurait de soumettre ces pèlerins à une quarantaine dans ces circonstances. Si pourtant on admettait cette nécessité, en assimilant ces pèlerins à ceux retournant du Hedjaz par voie d’El Tor, les mesures qu’on pourrait leur imposer ne devraient en aucun cas dépasser celles préconisées dans les deux premiers paragraphes de l’article 143 de la Convention de Paris (1903). Voici le texte de ces deux paragraphes :

Si la présence de la peste ou du choléra n’est pas constatée ni au Hedjaz, ni au port d’où provient le navire, et ne l’a pas été au Hedjaz au cours du pèlerinage, le navire est soumis à El Tor aux règles instituées à Camaran pour les navires indemnes.
Les pèlerins sont débarqués ; ils prennent une douche-lavage ou un bain de mer ; leur linge sale ou la partie de leurs effets à usage et de leurs bagages qui peut être suspecte, d’après l’appréciation de l’autorité sanitaire, sont désinfectés. La durée des ces opérations, y compris le débarquement et l’embarquement, ne doit pas dépasser soixante-douze heures.
Pour l’exécution de ces mesures les dispositions qui seront adoptées pour un pèlerinage brut, et dont je parle plus loin, seront, naturellement, plus que suffisantes.

112II. Pèlerinage brut. Il est regrettable que jusqu’à présent les pèlerinages aient été classés en deux catégories seulement : « pèlerinage net » et « pèlerinage brut ». Pour ce qui est du pèlerinage net, il va de soi qu’il ne peut et ne pourra que former une seule catégorie, bien distincte. Mais quant aux pèlerinages dits « bruts », les circonstances qui font qu’un Hadj est ainsi dénommé varient énormément, et on se demande s’il est logique et raisonnable d’imposer les mêmes restrictions aux pèlerins retournant du Hedjaz à un moment où, par exemple, quelques rares cas de peste ont été constatés dans la seule ville de Djeddah, et aux pèlerins rentrant dans leurs foyers à un moment où le choléra sévit avec violence à la Mecque, à Médine et dans toutes les autres parties du Hedjaz ? La réponse est, évidemment, négative. Néanmoins d’après la convention de Paris, aucune distinction n’est faite entre ces deux extrêmes. L’article 141 spécifie les mesures à appliquer, « si la présence de la peste ou du choléra est constatée au Hedjaz ou dans le port d’où provient le navire, ou l’a été au Hedjaz au cours du pèlerinage », et ces mesures sont toujours les mêmes, qu’il s’agisse de l’une ou l’autre des deux éventualités que je viens d’envisager.

113Je laisse cependant de côté cette considération, car, le but de la présente communication étant d’étudier le mécanisme par lequel la sécurité sanitaire doit être assurée sur la ligne du Hedjaz, il suffira de nous préoccuper des conditions présentées par un pèlerinage où le danger sanitaire est à son maximum. Ces conditions se rencontrent lorsque le choléra règne à l’état épidémique à Djeddah, à la Mecque, à Médine et un peu partout dans le Hedjaz. Dans ce dernier cas, il est certain que parmi les mesures imposées sur la voie ferrée – qu’elles soient déterminées par une Convention internationale, ou par simple décision du Conseil – seront toujours comprises une quarantaine de plus ou moins longue durée, la désinfection, et certaines autres mesures analogues, à être exécutées dans un lazaret établi ad hoc. Je me tairai sur la question de l’efficacité des quarantaines terrestres. Tout le monde sait que de telles quarantaines n’ont qu’une valeur relative, voire douteuse. Néanmoins on ne m’accusera pas d’exagérer si je soutiens que, pendant plusieurs années encore, chaque fois que le choléra sévit au Hedjaz, on exigera que les pèlerins revenant par le chemin de fer subissent une quarantaine quelconque avant leur arrivée en Syrie ; un lazaret bien équipé et de dimensions suffisantes devra, par conséquent, être construit à un endroit convenable situé sur cette ligne. Pour les raisons ci-haut indiquées, Tebuk semble être le meilleur de ces endroits.

114Mais, en temps d’épidémie, d’autres mesures complémentaires seront nécessaires. L’argument déjà cité à plus d’une reprise que, si on laissait les pèlerins voyager de Médine jusqu’à Tebuk sans aucune mesure de purification, tout le parcours de la ligne entre ces deux endroits (soit une distance de 610 kilomètres) serait contaminé, a certes une valeur qu’on ne saurait nier. Il aurait été désirable de trouver pour le lazaret un endroit un peu moins éloigné de Médine que ne l’est le terrain choisi à Tebuk. Mais cela a été impossible ; car, si cet endroit était situé entre Médine et Médaïni Salih il serait dans la « zone contaminée », dont j’ai tant de fois parlé et devrait être écarté pour les raisons indiquées ; et, entre Médaïni Salih et Tebuk, il n’existe aucun endroit convenable pour le but poursuivi. Il faudra donc trouver des moyens pour parer à l’inconvénient tantôt signalé. En cas de pèlerinage net, il n’y aura pas de danger en laissant les pèlerins voyager jusqu’à Tebuk sans leur appliquer des mesures préalables. Par contre, en cas de pèlerinage brut, de telles mesures deviendront nécessaires. En quoi doivent-elles consister ?

115En premier lieu, il faut toujours se rappeler qu’il est plus que probable que les pèlerins quittant Médine en temps d’épidémie auront à voyager pour une certaine distance (peut-être 100, peut-être même 200 ou 300 kilomètres), à travers des régions où le choléra existera déjà, et que, par conséquent, même s’ils quittaient Médine en bonne santé, ils pourraient se contaminer en cours de voyage. Donc la première mesure serait de diminuer autant que possible ce danger. Celui-ci proviendra presque exclusivement des eaux que ces pèlerins boiraient pendant le trajet en question. Ces eaux devront, donc, être purifiées, et heureusement il existe un moyen sûr de purifier les eaux suspectes d’être contaminées de l’infection cholérique, moyen dont l’efficacité a été démontrée à maintes reprises aux Indes Britanniques. En employant la méthode de désinfection par le permanganate de potasse, une eau fortement infectée par le vibrion du choléra pourra être consommée sans danger au bout de vingt-quatre heures. Si le choléra, donc, fait son apparition à Médine, les autorités de la voie ferrée devront appliquer soigneusement cette méthode de désinfection à tous les puits et à tous les réservoirs situés sur le parcours de ladite ligne entre Médine et Damas. La méthode est très peu coûteuse et très facile à appliquer.

116En second lieu, les pèlerins devront subir, si possible, une inspection médicale et des mesures de désinfection avant de monter dans les trains. J’ai souligné les mots « si possible », car il est certain qu’il sera toujours fort difficile d’inspecter soigneusement tous les pèlerins, et de faire désinfecter leurs effets, à Médine ou même aux environs de cette ville, « au milieu d’une bousculade orientale », terme qui sans doute dépeint fort exactement la situation au moment de l’embarquement des pèlerins dans les trains.

117Ces mesures devront, néanmoins, être appliquées autant que les circonstances le permettent ; elles n’auront cependant qu’une valeur relative, et on ne doit pas songer à l’installation d’un véritable lazaret à cet endroit. Les réelles mesures de purification – c’est-à-dire, désinfection, quarantaine, et bains-douches – seront toujours appliquées dans le grand lazaret que nous avons proposé d’établir à Tebuk. Quant aux dimensions et au caractère de ce lazaret, je n’en parlerai presque pas. Notre mission avait prévu l’éventualité d’une agglomération de 10 000 pèlerins à la fois dans ledit lazaret ; mais l’expérience des derniers trois pèlerinages tend à démontrer que ce chiffre est de beaucoup trop élevé. Jusqu’à présent on n’a jamais vu plus de 2 750 pèlerins internés simultanément au lazaret provisoire de Tebuk. Il suffira, donc, de construire au commencement un lazaret de dimensions pas trop exagérées ; mais ce lazaret doit être construit sur un plan qui en permettrait l’agrandissement, le cas échéant. Le plan que j’ai préparé et présenté à l’étude du Conseil supérieur de Santé au mois de novembre 1908, est basé sur ces considérations. D’après ce plan le lazaret serait constitué de plusieurs bâtisses centrales – pavillons de désinfection, logements du personnel et ainsi de suite – et de deux grandes ailes, composées des cordons pour pèlerins ; il serait toujours facile d’ajouter un ou plusieurs cordons à l’extrémité de chaque aile, si le nombre de pèlerins à loger en même temps venait à augmenter dans l’avenir.

118Pendant le trajet entre Médine et Tebuk, il faudrait répéter l’inspection médicale des pèlerins à deux ou même trois endroits. Ces « visites médicales » pourraient s’effectuer, par exemple, aux stations de Hedieh (168 kilomètres au nord de Médine), El Oula (155 kilomètres au nord de Hedieh), et Muaddham (151 kilomètres au nord d’El Oula et 136 kilomètres au sud de Tebuk). Aux stations choisies il serait nécessaire d’établir provisoirement et chaque fois que le pèlerinage serait infecté de choléra, de petits hôpitaux destinés à recevoir les malades éventuels qu’on rencontrerait au moment de la visite médicale. Ces hôpitaux provisoires seraient formés soit de tentes, soit de petits pavillons réellement démontables, qui, en temps ordinaire, seraient conservés dans les dépôts du lazaret de Tebuk. Les parents du malade seraient retenus et logés de la même manière. Le restant des pèlerins appartenant au même groupe poursuivraient leur voyage à Tebuk, après que le wagon occupé par le ou les malades aura été soigneusement désinfecté. Quant à l’organisation d’un service médical sur les trains mêmes, elle serait certainement à désirer, mais il ne faut pas exiger des dispositions qui sont irréalisables dans les circonstances actuelles. MM. Chantemesse et Borel ont écrit à ce sujet ce qui suit :

Chaque train, en dehors du wagon-citerne existant déjà et destiné à la distribution de l’eau potable, devra comprendre un service médical : médecin, infirmier ou même infirmière indigène pour les femmes, et deux compartiments au moins pour l’isolement des malades des deux sexes découverts en route. Plus de 30 médecins seront nécessaires pour assurer ce service.

119Malheureusement ce ne sont là, pour le moment, que ce qu’on appelle en anglais des counsels of perfection. Dans l’état actuel des choses, la plupart des trains sont dépourvus même de wagons-citernes, et les pèlerins doivent prendre de l’eau des puits ou des réservoirs attenant à quelques stations. Ni dans les trains, ni aux stations (sauf à quelques-unes), il n’existe de lieux d’aisances et les pèlerins et les passagers de troisième classe satisfont à leurs besoins où ils peuvent – dans le désert pendant l’arrêt des trains. Même les moyens de transport sont le plus souvent très primitifs, et quelquefois ils ne consistent qu’en wagons ouverts, sans tente pour protéger les passagers contre le soleil. À la suite de certaines représentations faites à la direction de la ligne, on a obvié à quelques-unes de ces défectuosités, frappantes dans l’organisation de cette voie ferrée ; mais il reste encore beaucoup à faire dans ce sens – surtout en ce qui concerne l’approvisionnement de bonne eau pour les pèlerins, et l’installation de lieux d’aisances dans les trains et à toutes les stations. Il est donc peu probable que dans un avenir prochain la direction de la ligne puisse aménager des hôpitaux, avec médecins, infirmiers, etc., dans tous les trains partant de Médine, bien que la réalisation d’une telle mesure serait l’idéal.

120Quant à la question de la coopération des autorités du chemin de fer dans l’exécution des dispositions prophylactiques, des démarches ont été faites en vue de l’assurer. Sur la proposition de la mission d’études, le Conseil avait décidé (au mois d’octobre 1908) que lorsque le lazaret de Tebuk sera en fonction, les dispositions suivantes seront prises : La direction du chemin de fer et celle du lazaret seront mutuellement informées de l’état, à chaque moment, de la ligne et du lazaret, au point de vue du mouvement des pèlerins ; le chemin de fer échelonnera les départs des trains de Médine, de façon à proportionner les arrivages à Tebuk à la capacité de ce lazaret pour les recevoir ; les machines, les trains et les agents de la ligne, venant de Médine au lazaret de Tebuk, ne dépasseront pas la limite de celui-ci et retourneront dans la direction de Médine, après avoir subi au lazaret les mesures de purification jugées nécessaires ; d’autres machines, trains et agents assureront le service entre Tebuk et Damas-Caïffa ; les agents subiront une quarantaine seulement dans le cas où la présence de la peste ou du choléra serait constatée dans le convoi de pèlerins qu’ils auraient accompagné ; et, enfin, la direction du chemin de fer aura des trains tout prêts à recevoir les groupes de pèlerins au fur et à mesure qu’ils achèvent leur quarantaine, et à les transporter sans retard dans la direction de Damas-Caïffa. Enfin, outre le grand lazaret de Tebuk, et les dispositions prises, comme ci-dessus indiquées, entre Médine et Tebuk, il faudra établir une petite station quarantenaire à Akaba, où tous les groupes de pèlerins arrivant du Hedjaz par cette voie subiront indistinctement les mesures de purification que les circonstances exigent.

121Les mesures et dispositions recommandées dans la présente étude présentent l’avantage d’être pratiques et réalisables dans un avenir pas trop éloigné, pourvu que le côté fiscal de la question qui nous occupe soit régularisé sans trop de retard. Elles ne représentent peut-être pas l’idéal, et, en tout cas, je ne les ai indiquées que dans leurs grandes lignes seulement et sans entrer trop dans les détails. Cet idéal est, pour le présent, irréalisable. Le chemin de fer étant une voie de communication sur la terre ferme, tout moyen de défense sanitaire qu’on peut y établir n’aura toujours qu’une efficacité relative. Si quelqu’un s’attend à voir s’établir sur cette ligne une barrière absolument sûre, absolument infranchissable, contre la marche des maladies, et surtout du choléra, il va certainement au devant d’une désillusion.

122En conclusion, je désire faire quelques courtes remarques sur la question des « voies et moyens ». Ce n’est pas dans les colonnes d’une revue médicale qu’il convient de discuter à fond cette question. Je me permettrai néanmoins de dire que le côté fiscal de la défense sanitaire du chemin de fer du Hedjaz présente une importance de premier ordre. Non moins importante est l’autorité administrative à laquelle l’exécution des mesures de défense doit être confiée. Jusqu’à présent, le Conseil supérieur de Santé a assumé cette responsabilité, mais il n’est muni d’aucun mandat régulier, dûment sanctionné par la Porte et les Puissances, lui assignant une pareille tâche. Il ne possède pas non plus les fonds nécessaires, et il ne peut pas, de sa propre initiative, créer une source pouvant procurer ces fonds. Son mandat a été jusqu’ici limité à la défense sanitaires des frontières maritimes et terrestres de l’empire ottoman, et la ligne du Hedjaz est sans conteste une voie de communication purement intérieure. Les revenus du Conseil proviennent des taxes perçues sur ces mêmes frontières, et les chapitres de ses dépenses sont spécifiés de par les termes des conventions en vigueur. Parmi ces chapitres il n’existe, naturellement, aucune mention des frais pour la défense de cette nouvelle ligne. Pendant les trois dernières saisons du pèlerinage, le Conseil a organisé des mesures provisoires sur ladite ligne, en faisant des avances assez importantes, prélevées de ses réserves. Mais les comptes de cette nouvelle branche du service restent en suspens et devront être régularisés.

123Il est donc d’une nécessité urgente que la question de la défense sanitaire permanente du chemin de fer du Hedjaz soit tranchée, sans plus de retard et une fois pour toutes, non seulement en ce qui concerne les mesures prophylactiques à prendre et les moyens à employer pour assurer leur exécution, mais aussi en ce qui concerne l’autorité administrative à laquelle cette tâche doit incomber, et les dispositions à adopter pour obtenir l’équilibre financier de ce nouveau service sanitaire.

Notes

1 Plusieurs des renseignements et des considérations figurant dans la présente étude existent déjà dans les articles que j’ai publiés sur ce même sujet dans le journal anglais The Lancet, en 1908, articles pour lesquels MM. Chantemesse et Borel ont basé en grande partie leur travail ayant paru dans les numéros de février et mars 1909, de la revue L’Hygiène Générale et Appliquée. Il ne faudra donc pas s’étonner si par endroit je me répète avec ces honorables collègues.

2 Qu’il me soit permis de dire qu’il m’est arrivé maintes fois, aux Indes, de voyager et de travailler assidûment par une température encore plus élevée que celle mentionnée ci-dessus. Je ne peux donc prendre au sérieux l’idée que la mission a trouvé dans le fait d’une température un peu élevée un obstacle à l’exécution de son devoir.

3 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

4 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

5 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

6 Rapport des Drs Essad Bey et Rifaat Bey.

7 Ce plan a été imprimé par le Conseil ; il n’est pas reproduit ici.

8 J’avais fait mention de ce phénomène dans un rapport imprimé sur « Les Eaux de Djeddah », présenté au Conseil le 11 septembre 1906. Dans quelques endroits, le désert près de cette ville offre un spectacle tout à fait étrange, à cause du grand nombre de puits, situés très près les uns des autres. La « vie » d’un puits est ici très courte. On l’abandonne après une quinzaine de jours, et on en creuse un nouveau, et chaque fois le phénomène en question se répète. L’explication ne peut résider dans la simple évaporation de l’eau, les puits étant assez profonds et la surface de l’eau relativement limitée. Serait-il possible que ces eaux contiennent un microorganisme, leur communiquant le pouvoir de dissoudre plus de sels lorsqu’elles sont en contact avec l’air que lorsqu’elles ne le sont pas ?

9 Blackwood’s Magazinze, février 1909.

10 Voici, en peu de mots, la légende en question. Ces régions étaient habitées, durant les époques s’étant écoulées entre Noé et Abraham, par la tribu des Thamudites, fondée par Thamud, fils de Gether, petit-fils de Noé (voir le livre de la Genèse, chap. x, v. 23). Salih était le descendant de Thamud dans la cinquième génération. La tribu avait rejeté ses doctrines, ou du moins réclamait de lui, comme fait miraculeux, que les rochers dans le Mubrakat-en-Naka s’ouvriraient pour donner naissance à une chamelle. Ce miracle eut lieu. Deux mois plus tard, la chamelle donna naissance à un petit chameau. Mais les Thamudites n’étaient pas encore convaincus. D’ailleurs, les deux animaux buvaient l’eau de leurs puits jusqu’à les mettre à sec. Enfin, ils tuèrent la chamelle dans la gorge susnommée. Salih prédit immédiatement que la vengeance divine les punirait d’une manière terrible, et trois jours plus tard ils étaient tous trouvés morts dans leurs maisons. Le jeune chameau s’était enfui jusqu’au Howweira (la montagne déjà mentionnée) et là, il se mit à crier trois fois, et les rochers s’ouvraient et l’engloutirent. (Voir la traduction du Koran par Sale, et les extraits y annexés de nombreux écrivains arabes.) J’ai omis grand nombre de détails miraculeux, dont on a embelli la légende.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access