Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

31. Les fêtes du mahmal à Damas et au Caire

Émile Deschamps, « Promenades au Caire », in Le Tour du monde. Journal des voyages et des voyageurs

1913, t. 19, p. 493-528 (extrait p. 498-501)

Texte intégral

1L’étranger qui séjourne au Caire, en été ou en hiver, pendant quelques mois, a certainement eu l’occasion de voir passer, dans la presse locale, de petites notes ainsi conçues « On annonce l’arrivée du Mahmal… Le Mahmal et les pèlerins qui l’accompagnent sont arrivés à Suez hier, ils seront au Caire ce matin. » Puis, en d’autres circonstances encore, il a pu entendre ceci « C’était au moment du départ du Mahmal » ou bien, en visitant une mosquée ou un tombeau de saint, au coin d’une rue, et à propos du tapis vert qui le recouvre « C’est un morceau du Mahmal ; il a été apporté de la Mecque avec le Mahmal » ; et ce vocable, si souvent répété, finit par prendre une allure mystérieuse. Qu’est-ce que ce Mahmal ?

2« Faites le pèlerinage de la Mecque et la visite des lieux saints » dit le Coran. Et, chaque année, plusieurs centaines de mille pèlerins, pour se conformer à la prescription coranique, partent des quatre points cardinaux du globe, isolément ou en caravanes, pour faire le pieux voyage. Deux de ces caravanes revêtent un caractère semi-officiel. Elles comprennent un grand nombre de participants et s’entourent d’une pompe bien faite pour frapper l’imagination vive des Orientaux. Ce sont la caravane partant de Damas, qui porte le tapis sacré du Sultan, grand pontife de l’Islam, et celle qui part du Caire. Chacune d’elles emporte un Mahmal.

3Ce Mahmal, qui est comme le symbole de la caravane, l’emblème de la sainteté du voyage, correspond, par son importance et son influence morale, à l’arche sainte que portaient les Juifs s’acheminant vers la Terre Promise. C’est l’étoile qui guide le pèlerin, le feu qui entretient son ardeur religieuse, le symbole brillant, immaculé, triomphant de sa foi.

  • 1 La Ka’aba est une grande construction sensiblement cubique, qui se trouve dans la cour de la grande (...)

4En réalité, c’est un ouvrage de charpente de forme pyramidale recouvert de tapis précieux, de riches étoffes piquées de pierreries, et surmonté d’une petite coupole que couronne un croissant en or. On le porte à dos de chameau. C’est un don spécial du souverain à son avènement au trône. Celui qui part de Damas, présent du Sultan est plus riche ; mais les pèlerins qui l’escortent en formant un long ruban, n’en sont ni plus croyants, ni plus respectueux des commandements religieux qui règlent le saint pèlerinage. À l’intérieur de cette pyramide se trouve le tapis sacré destiné à recouvrir le sanctuaire de la Ka’aba1. Ce tapis (Kessouah) est offert par le Gouvernement et renouvelé chaque année, le précédent étant distribué en morceaux, soit pour recouvrir un tombeau, soit pour être conservé par des fidèles comme relique. Il est renfermé, en même temps que d’autres étoffes de soie, dans un coffre de bois artistique, richement sculpté. Il est recouvert de riches broderies, ornements d’art arabe ou versets du Coran, disposés entre deux colonnes supportant une sorte de fronton.

5L’origine de, cette cérémonie, devenue importante en Égypte dans l’exercice général du culte musulman, est de date relativement récente. En 648 de l’Hégire, soit en 1250, une princesse égyptienne, Fatma Chagaret el-Dor, entreprit le pèlerinage aux lieux saints, montée dans un palanquin orné de riches étoffes brochées d’or et de pierreries et porté à dos de chameau. Elle emportait avec elle un grand nombre de présents pour en orner la Ka’aba. Depuis lors le pèlerinage s’est renouvelé avec la même pompe, le tapis destiné à être posé sur le sanctuaire vénéré figurant encore dans le cérémonial, qui se perpétue ainsi d’année en année. Plus tard, le Mahmal devint le symbole de la puissance mondiale de l’Empire musulman.

6Plus d’un Mahmal se rencontre chaque année à la Mecque ; on en a vu jusqu’à sept dans une saison de pèlerinage. Trois seulement y figuraient en 1911. Divers princes musulmans prétendent avoir le droit, comme l’Égypte et la Turquie, d’envoyer leur Mahmal pour les représenter aux lieux saints. Quant à certains des drapeaux et étendards qui figurent dans la caravane de Damas, leurs emblèmes sont la propriété exclusive de cette caravane, et il est interdit de les imiter. Depuis 1250, la famille de la princesse Chagaret el-Dor a la garde des chameaux qui portent le tapis sacré.

7Le départ du Mahmal égyptien a lieu l’été, et se fait en grande pompe, comme la cérémonie de son retour au Caire. En 1911, celui-ci s’opéra au commencement de janvier. L’arrivée eut lieu en fait par le train qui vient de Suez, et un cortège de 1 400 pèlerins descendus de wagon se forma sur la place Bab-el-Hadid, devant la gare, pour se rendre et l’Abbassiyeh, précédé de la musique municipale, fifres, clarinettes et tambours. Mais la cérémonie officielle ne fut célébrée que huit jours après. Le khédive la présidait ; les ministres, l’armée et les corporations religieuses y participaient. On déploya une grande pompe en présence d’une affluence énorme de fidèles aux costumes bariolés, dans le fracas des musiques, des zahroulas, ou huhulements aigus que les femmes poussent pour exprimer leur joie, et les cris d’enthousiasme de la foule. En passant devant le souverain, la bête qui portait le palanquin sacré s’arrêta et l’émir El-Hag, chef religieux de la caravane, présenta le licol au khédive pour qu’il le portât à ses lèvres.

8C’est le « Gouverneur du Mahmal » qui a la responsabilité du tapis sacré pendant le voyage, et les chameaux, richement caparaçonnés, sont montés par des cheikhs conduits par le Cheikh el-Gamal, ou « Cheikh du chameau ».

9C’est, au Caire, la plus importante cérémonie religieuse de l’année, ce qui n’est pas peu dire, car toutes les cérémonies auxquelles se mêle la religion prennent pour le musulman une grande importance.

Notes

1 La Ka’aba est une grande construction sensiblement cubique, qui se trouve dans la cour de la grande mosquée de La Mecque. Elle date d’une époque antérieure au mahométisme. C’est d’après les croyances arabes le plus ancien temple qui ait été consacré au vrai Dieu.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access