Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

27. La ville de Djeddah

O. H., « Djeddah », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie,

Paris, 1885-1902, t. 14, p. 773

Texte intégral

1DJEDDAH (en arabe Djouddah). Ville maritime de l’Arabie, dans la province du Hedjaz, sur la côte orientale de la mer Rouge, par 21° 2´42´´ lat. N. et 37°41´45´´ long. E., à 90 kil. O. de la Mecque. On estime à environ 20 000 hab. la population sédentaire de Djeddah, qui est en majeure partie composée de musulmans venus de diverses contrées pour tirer profit du passage des pèlerins qui y affluent chaque année. La ville, entourée d’un pays aride et désert, s’étend sur une longueur d’environ un kil. sur le rivage qui est bordé de quais ; elle monte en pente douce sur une largeur beaucoup moindre jusqu’à la ceinture de murailles qui la défendent du côté de la terre. Les rues larges sont bordées de maisons hautes de plusieurs étages, élégamment construites et badigeonnées à la chaux ; de gracieuses boiseries décorent les grandes baies qui donnent sur la rue. La mosquée, le bazar et la citadelle n’offrent aucun caractère architectural remarquable, tout en étant fort convenables pour une ville de cette importance. Sauf le « Tombeau d’Ève », qui se trouve hors de la ville, rien ne rompt la monotonie du sol aride et salin qui environne Djeddah. Le port, formé par une ceinture de récifs madréporiques, offre un assez bon mouillage ; il est desservi régulièrement par deux lignes de bateaux à vapeur qui le mettent en communication avec Suez, et il sert fréquemment d’escale aux nombreux steamers qui vont de Suez à Aden. Enfin des boutres arabes y font le cabotage des deux rives de la mer Rouge. Le climat, très chaud et surtout très humide, fait toujours une résidence malsaine de la ville de Djeddah en outre, elle est souvent visitée par le choléra que lui apportent les pèlerins. Cette dernière circonstance a surtout le fâcheux inconvénient de nuire au commerce de la ville à cause des longues quarantaines que l’on impose aux navires à des époques assez rapprochées. L’industrie est nulle à Djeddah ; le commerce local y est très florissant et le commerce extérieur consiste surtout en importations. Ainsi, en 1883, il est entré à Djeddah pour 20 715 600 fr. de marchandises, tandis qu’il n’en est sorti que pour 1 658 100 fr. Ce mouvement commercial a été effectué en majeure partie par cent quatre-vingt-dix steamers jaugeant 192 251 tonnes. Le café et les cuirs sont les principaux articles d’exportation ; les gommes et la nacre viennent ensuite. Les pavillons qui se montrent le plus fréquemment dans le port de Djeddah sont les pavillons anglais, égyptien, austro-hongrois et hollandais. Le nombre des pèlerins qui viennent à Djeddah pour se rendre à La Mecque est assez variable ; en 1871, il était de 56 173 en 1880, de 59 659, tandis qu’en 1882 il était de 25 580 et en 1883 de 27 263. Djeddah a été cédé par l’Égypte à la Turquie en 1840. En 1858, le consul français et le consul anglais y ont été assassinés par la population dans un moment d’effervescence.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access