Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

27. La ville de Djeddah

« Djeddah », in Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle

Paris, 1870, t. 6, p. 994-995

Texte intégral

1DJEDDAH, DJIDDAH ou GIDDAH, ville d’Arabie, dans l’Hedjaz, sur une petite baie du golfe Arabique, à 90 kilom. N.-O. de La Mecque, à 800 kilom. S.-O. de l’isthme de Suez ; 15 000 hab. Ville de commerce, l’une des plus importantes de l’Arabie, et port d’approvisionnement de La Mecque, accessible aux petits bâtiments seulement ; les gros navires sont déchargés sur des allégés.

2« L’importance commerciale de Djeddah est due aux diverses causes naturelles ou politiques suivantes : la sûreté de son mouillage derrière une ceinture de récifs à fleur d’eau, au travers desquels on navigue sans trop de danger avec un bon pilote ; sa situation à mi-distance des deux extrémités de la mer Rouge, Bab el-Mandeb et Suez ; la décadence de Moka, due au développement de la ville sainte d’Aden ; surtout le voisinage des villes saintes de Médine et de La Mecque, fréquentées tous les ans par un nombre considérable de pèlerins qui y laissent, comme marchands ou comme consommateurs, une masse très importante de profits. » (Dictionnaire de la navigation et du commerce). Djeddah est une station de bateaux à vapeur anglais faisant le service de Suez à Bombay et Calcutta. Le mouvement de son port est évalué à 250 bateaux d’un tonnage total de 30 300 tonneaux. Les principaux articles de son commerce d’importation sont : les tissus et les produits manufacturés d’Europe, tels que cristaux de Venise, glaces, quincaillerie, savon ; l’ivoire, le musc, le dourah d’Afrique ; les nankins, la mousseline, les soieries, les étoffes mélangées, le sucre, le riz ; les épices de l’Inde ; les dattes, le café, l’encens, les herbes médicinales d’Arabie ; les châles, les pierres précieuses, les tapis de Perse. L’exportation proprement dite n’est pas importante ; elle a pour objet les produits du pays, tels que : amandes, gomme, chapelets de corail noir ; mais il se fait une réexportation considérable de produits manufacturés. L’ensemble de ce commerce a atteint, en 1860, la somme de 31 609 000 fr., savoir : 20 837 750 fr. à l’importation et 10 771 250 à l’exportation.

3La ville de Djeddah présente un aspect tout à fait oriental : elle est entourée de murs flanqués de tours et défendue par un fossé ; les rues sont étroites mais régulières et bordées de maisons construites en pierre et ornées d’arabesques aux plus vives couleurs. Les minarets blancs de ses trois mosquées, ses vastes bazars bien approvisionnés et surtout ses grands khans, à l’époque du hadj ou pèlerinage musulman, lui donne un air d’animation et de cosmopolitisme peu commun dans ces régions asiatiques. Aux environs, on trouve un monument ancien, dit le tombeau d’Ève. On a pensé que cette ville était l’antique Badeo Regium ; mais le retrait connu de la mer fait présumer que la place occupée par Djeddah devait être, à une époque peu éloignée, sous les flots ; par cette même cause, Djeddah a dû s’avancer vers l’ouest ; la ville actuelle est évidemment très moderne. Possédée par les Turcs et les shérifs de La Mecque depuis l’établissement de l’islamisme, Djeddah fut conquise en 1811 par Méhémet-Ali ainsi que l’Hedjaz. Cette ville fut tristement signalée naguère à l’attention de l’Occident par le massacre du consul anglais et du consul français, le 15 juin 1858.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access