Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

26. L’étude du Dr Carbonell sur le choléra du Nivernais

Dr Marcelin Carbonell, Observations et conclusions

1908 (extrait p. 221-234)

Texte intégral

Récapitulation

1Arrivé maintenant au terme de la première partie de notre campagne, il me semble indiqué de jetter un coup d’œil en arrière pour résumer rapidement la marche et les caractères particuliers de l’épidémie qui, après avoir débuté dès le premier de notre départ de Sinope, ne venait de prendre fin à bord qu’avec le débarquement des pèlerins. Elle avait duré par conséquent du 22 décembre 1907 au 5 janvier 1908, exactement 14 jours, le départ de Sinope ayant eu lieu à 11 heures du matin, le 22, et les pèlerins ayant également, le 2 janvier, débarqué à 11 heures du matin.

Statistique

2Pendant ces 13 jours nous avions eu à bord parmi les pèlerins exclusivement 30 cas de maladies graves, comprenant un cas de variole, un cas de méningite tuberculeuse et 28 cas d’une affection que tout me semble autoriser à qualifier de choléra. Nous avions constaté à bord 19 décès dont un de méningite tuberculeuse, les 18 autres de choléra, et nous avions débarqué vivants 11 malades dans les lazarets, 3 à Monastir-Aghzi (Cavak), 3 aux sources de Moïse (Suez) et 5 à Abou-Saad (Djeddah). Parmi ces onze malades je compte un varioleux débarqué à Cavak.

Taux de mortalité par rapport aux cas

3Ces 18 décès sur 28 cas donneraient une mortalité de 64,28 pour 100, mais ce chiffre, n’exprimant que la mortalité à bord, ne permet pas de juger de la véritable gravité de la maladie. J’ai appris de source officielle /221/ que les malades débarqués aux sources de Moïse avaient tous succombé, ce qui élèverait déjà le nombre des décès à 21 et le taux de la mortalité à 75 pour 100. De source moins officielle mais autorisée je tiens que les malades débarqués à Monastir-Aghzi ont eu le même sort, ce qui fait 23 décès et 82,10 % de mortalité. Restent les 5 malades débarqués à Abou-Saad, dont je n’ai pas eu de nouvelles. Il serait invraisemblable qu’ils n’eussent pas eu le même sort que les autres mais en admettant que 3 aient échappé, cela fait toujours 25 décès et 96,42 % de mortalité. Pour moi, ma conviction est que la mortalité a dû sinon atteindre 100 %, du moins en approcher encore davantage. Tout en tenant compte de l’aggravation que les fatigues du voyage ont dû apporter à leur état et des mauvaises conditions où les malades étaient placés comme installation et comme traitement, il n’en ressort pas moins que nous avons eu affaire à une affection de la plus haute gravité.

Morbidité et mortalité par rapport au nombre de passagers

4En reportant ces chiffres au nombre total des pèlerins, l’épidémie, à bord, ayant frappé 28 personnes sur 1 131 pèlerins, il en résulte que la morbidité par le choléra a été de 2,47 % et la mortalité de 2,26 % au minimum en 14 jours. Ce chiffre de la morbidité est déjà élevé mais cependant, si l’on tient compte des circonstances favorables que la propagation de l’épidémie trouvait dans l’encombrement du navire, il me semble déjà indiquer que la force d’expansion de l’épidémie n’était pas proportionnelle à la gravité de chaque cas pris en particulier.

Difficulté de faire une étude sérieuse de l’épidémie du bord

5J’ai déjà dit les mauvaises conditions où j’étais placé à bord pour faire une étude tant soit peu sérieuse des cas que j’avais à observer. Il m’était même difficile quelquefois, par suite du manque d’organisation du service et surtout d’un interprète, de savoir de quel point du navire provenaient les malades lorsqu’ils m’étaient amenés par les pèlerins eux-mêmes. Je ne pouvais juger de leur race que par leur costume et leur physionomie, ce qui est souvent trompeur et quant à leur âge je devais m’en tenir aux vagues indices tirés de leur habitus extérieur. /222/

6[Tous ces renseignements étaient bien contenus dans les papiers dont ils étaient munis, puisque personne ne sort de Russie ou n’y peut rentrer sans un passeport et je comptais en trouver une bonne partie dans les actes de l’état civil qui auraient dû être dressés à bord, mais lorsque j’en ai demandé communication j’ai appris que de crainte de la contagion on s’était borné à déposer les papiers des malades dans un linge qu’on arrosait fréquemment de sublimé et qu’on les avait remis à l’arrivée à Djeddah non pas au consulat de France mais à celui de Russie].

7Je ne puis donc avoir des prétentions à une exactitude scrupuleuse et à une précision absolue dans les chiffres que je vais donner. J’ai recherché la vérité mais je ne réponds pas de l’avoir trouvée toujours.

Points de provenance des malades

8Des 28 malades frappés par l’épidémie, il n’en est que 24 pour lesquels j’aie pu savoir exactement de quel compartiment ils provenaient. Les quatre autres m’avaient été amenés le 4 janvier au milieu de l’agitation que j’ai décrite, qui empêchait toute recherche et qui en aurait d’ailleurs rendu le résultat illusoire, les pèlerins ayant été amenés par le bouleversement du bord à sortir de leur place habituelle. Voici le logement des vingt-quatre dont je suis sûr :

Morbidité dans chaque compartiment

9Si l’on se reporte au tableau des surfaces dressé au second chapitre, on voit que la surface des compartiments supérieurs, spardeck et dunette réunis est de 655,56 mq, sensiblement plus grande que celle des compartiments inférieurs, les trois faux-ponts. Or, dans ces compartiments inférieurs, la morbidité a été de 9 contre 5 dans les supérieurs et la morbidité dans le faux pont arrière seul, pour une surface de 295,59 mq, a égalé celle des compartiments supérieurs réunis. De façon que si l’on recherche le quotient de la morbidité par la surface on constate qu’elle a été de 1,69 par 100 mq dans le faux pont et de 0,76 par 100 mq dans les spardecks. Ces rapprochements seraient déjà suggestifs si l’on admettait que les compartiments étaient au complet et que la population du bateau également répartie offrait la même densité pour tous les compartiments, mais il faut se rendre compte que les superstructures du navire étaient occupées de façon permanente par des pèlerins qui dégageaient d’autant les entreponts et que c’étaient surtout les compartiments inférieurs qui avaient profité de ce dégagement, les pèlerins les évitant autant qu’il pouvait se faire. Le faux-pont arrière, en particulier, était occupé par un nombre relativement faible de pèlerins et la densité de la population n’y était certainement pas de moitié aussi forte que dans les autres compartiments. Le pourcentage brut relativement à la surface ne donne donc qu’une idée insuffisante de l’intensité relative de la maladie dans le compartiment. Il aurait fallu y joindre la valeur de la densité de la population, le quotient d’encombrement. Je n’ai pas en ma possession ce nombre qui n’a pas été établi.

10Une autre constatation que permet de faire la lecture du tableau est que les ponts et les superstructures, dont la surface doit être à peu près égale à celle des faux-ponts, ont eu une morbidité de 10, c’est à dire, si l’on admet mon évaluation, un quotient de morbidité par élément de surface de 1,65 par 100 mq, à peu près égal à celui du faux-pont /224/ arrière, et supérieur à celui de l’ensemble des faux-ponts.

Influence du méphitisme et des variations brusques de température

11Je sais bien que la valeur de ces calculs peut être contestée parce qu’ils ne portent pas sur le total des malades et que la connaissance du point de provenance des 4 manquants viendrait peut être changer mon appréciation. Mais je ferai remarquer que mes résultats sont vrais jusqu’à l’arrivée à Djeddah et que si j’arrêtais mes calculs à ce moment comme j’aurais dû le faire dans le cas où les passagers auraient débarqué le jour de leur arrivée à Djeddah, ils auraient une valeur que les faits ultérieurs ne peuvent pas détruire, ce qui m’autorise à m’en servir pour mes conclusions. Dans tous les cas, ils sont tout au moins une indication de l’influence que le méphitisme dans un sens et dans l’autre sens les variations brusques de température auxquelles étaient exposés les pèlerins qui dormaient au grand air ont pu avoir sur le développement de l’épidémie.

Race et origine des malades

12Sur les 28 malades frappés par l’épidémie, il y eut 21 turkestanlis, 5 tcherkesses, 1 kirghize, et 1 sibérien. Cette prédominance des gens du Turkestan est remarquable. Leur nombre était bien supérieur à celui des autres pèlerins mais pas au point d’expliquer cette énorme différence. Les Turkestanlis, que j’ai souvent appelés Boukhariotes mais parmi lesquels se trouvaient en réalité des habitants de toutes les parties du Turkestan, devaient constituer un peu plus de la moitié du nombre total des pèlerins. Il est d’ailleurs impossible d’être fixé à ce sujet, étant donné qu’il n’est point établi de listes de passagers sur les navires à pèlerins, fait regrettable car ce serait le seul moyen de contrôle efficace pour les autorités sanitaires. En l’absence de tout document on en est réduit aux conjectures.

Influence de l’âge. Influence de l’alimentation

13Pour expliquer cette espèce de prédilection de l’épidémie pour les turkestanlis il faut d’abord tenir compte de ce fait que la moyenne de l’âge était beaucoup plus élevée chez eux que chez les autres pèlerins et il est à remarquer que les individus atteints étaient presque tous d’âge très avancé. /225/ En particulier les cinq tcherkesses étaient tous des vieillards d’environ 70 ans. Je suis aussi porté à attribuer une grande importance à la différence d’alimentation ; les Turkestanlis consomment beaucoup plus que les tcherkesses ces viandes avariées dont j’ai parlé ; les tcherkesses consomment beaucoup plus de riz et de boules de pâte. En revanche, les tcherkesses étaient beaucoup plus misérables et beaucoup plus sales.

14Peut-être cette différence tient-elle simplement à ce que les turkestanlis auraient été les véritables importateurs de la maladie qui n’aurait frappé les autres pèlerins que secondairement par suite de la promiscuité forcée de la vie de bord et de lazaret.

Examen clinique

15Si maintenant nous passons de cet essai de statistique à l’étude clinique de l’épidémie, pour si sommaires qu’aient été mes observations dans les conditions où j’étais placé il me semble en résulter quelques faits que je ne crois pas dénués de tout intérêt.

Rapidité de l’évolution

16Tout d’abord le trait le plus saillant de cette épidémie de bord a été la rapidité très grande, foudroyante même quelquefois avec laquelle évoluait la maladie.

17Sur les 18 cas qui ont entraîné la mort sur le navire même, 11 ont duré moins d’une demi journée (2 une heure, 2 deux heures, 1 trois heures, 1 trois heures et demie, 1 six heures et demie, 2 neuf heures, 1 dix heures et demie). Des sept autres, quatre n’ont pas atteint une journée de maladie (1 quatorze heures, 1 seize heures, 1 dix-sept heures, 1 dix-sept heures et demie). Trois seulement ont dépassé vingt quatre heures (2 vingt huit heures, 1 quarante-huit heures).

18Les deux cas dont la durée a été le plus longue sont deux des débarqués le 31 à Suez, qui étaient malades depuis le 27. Leur maladie avait par conséquent duré 4 jours à bord mais ces deux cas présentaient des particularités telles que je dois les distinguer absolument des autres. Je reviendrai sur /226/ ce sujet.

19Cette évolution si rapide de la maladie a été également notée chez la plupart des malades débarqués du Gregori-Mörch au lazaret de Sinope et frappés par une épidémie qui venait évidemment de la même source que la nôtre. Au lazaret la plupart des malades succombaient au bout de 2 à 6 heures. Très peu duraient deux à trois jours. Un exemple frappant est celui de deux pèlerins arrivant au pavillon de désinfection après avoir lestement franchi les 80 mètres qui le séparent du débarcadère et qui furent, à peine entrés, pris de coliques et de vomissements séreux. On appela aussitôt les brancardiers qui accoururent en toute hâte. Mais ces malades étaient déjà morts lorsqu’ils arrivèrent à l’hôpital. Ces deux cas sont à rapprocher de celui du boukhariote du 4 janvier chez lequel les manifestations extérieures de la maladie ne durèrent pas plus d’une heure et surtout de celui du boukhariote du 2 janvier à qui j’avais parlé et serré la main, à 10 heures du matin, en passant dans le spardeck en compagnie du second capitaine, qui tomba malade devant moi à midi et qui était mort à 1 heure du soir. Ce cas avait beaucoup frappé l’esprit de l’équipage qui avait assisté à son évolution.

Défaut de réaction

20Une conséquence directe de cette rapidité d’évolution de la maladie, c’est que la période de réaction faisait totalement défaut. Les deux seuls malades sur lesquels j’ai pu constater quelque chose qui y ressemblait furent les deux pèlerins tombés malades le 27 et débarqués le 31 aux sources de Moïse et, en particulier, celui chez lequel Mr le Directeur de la Santé de Port-Saïd croyait à une pneumonie franche. À leur décès, aux sources de Moïse, ces deux malades furent autopsiés et l’on découvrit chez l’un une pneumonie, chez l’autre des lésions de dysenterie. Me plaçant cependant sur le terrain clinique et me basant sur la marche et les symptômes de début de leur maladie, que j’ai observée, il ne me paraît cependant pas possible de donner à ces constatations anatomo pathologiques une valeur exagérée. Il est d’abord très possible que les lésions pulmonaires ne soient pas dues à une pneumonie franche mais à la localisation /227/ pulmonaire d’une réaction cholérique à forme hypercongestive. Même si la présence du pneumocoque a été constatée, pourquoi ne pas admettre qu’il s’agit là d’une infection sinon secondaire du moins consécutive à une réaction cholérique qui lui aurait préparé le terrain. Quant aux lésions dysentériques, elles sont banales chez les pèlerins et leur grande fréquence même leur enlève une partie de leur signification habituelle.

21Je me crois donc autorisé à maintenir pour ces deux malades le diagnostic de choléra, mais il faut reconnaître que leur affection a présenté une physionomie particulière qui doit les faire mettre à part dans une étude clinique de l’épidémie. Si l’on fait abstraction, on peut dire qu’aucun de nos malades n’a présenté de période de réaction.

22Cette absence de la période de réaction a été, au lazaret de Sinope, constaté sur les passagers du Gregori-Mörch même dans les cas qui ont abouti à la guérison. Sauf pour un cholérique qui a présenté des symptômes typhiques et dont la mort eut lieu dans le délire, le cinquième jour de la maladie, la période de réaction fit constamment défaut au lazaret. Les malades guéris passaient de l’état d’algidité à la convalescence sans la moindre fièvre apparente.

23Nous avons eu à faire, par conséquent, à une forme de choléra particulièrement algide. Les températures extraordinairement basses que j’ai signalées au cours de mon récit de l’épidémie en sont la meilleure démonstration.

Peu de fréquence de la diarrhée

24Une autre particularité non moins frappante que l’algidité était le grand nombre de cas où la diarrhée faisait presque totalement défaut. Ces cas ont été surtout nombreux au début de l’épidémie. Au début également de l’épidémie les évacuations bilieuses prédominaient dans les cas les plus graves. Les premiers cas de diarrhée séreuse riziforme furent constatés le 27 décembre chez des malades qui paraissaient beaucoup moins intoxiqués que les autres et, en particulier, chez celui qui fut diagnostiqué atteint de pneumonie par le lazaret de Suez. À partir du 27 les selles bilieuses et séreuses furent à peu près d’égale fréquence.

25En revanche, les vomissements n’ont jamais fait défaut. Ils ont la plupart /228/ du temps ouvert la scène. Les premiers étaient, en général, alimentaires, puis ils prenaient le caractère séreux. Quelquefois, mais rarement, j’y ai rencontré des grains riziformes. L’examen des liquides organiques étaient d’ailleurs rendu difficile par nos mauvaises conditions d’installation.

26L’anurie a toujours été complète et précoce, durant jusqu’à la mort, sauf chez les deux malades qui ont présenté une période de réaction.

Crampes

27Contrairement à ce qui s’est passé au lazaret de Sinope, les crampes ont été assez fréquentes, se manifestant dans à peu près les deux tiers des cas. Mais, sauf des exceptions que j’ai signalées, elles étaient légères et fugaces et elles se manifestaient surtout dans l’agonie par de légères contractions, des tiraillements des membres inférieurs coïncidant avec un rictus passager de la face.

28Au lazaret de Sinope, dans l’épidémie du Gregori-Mörch, les crampes ne furent au contraire constatées que dans 7 à 8 % des cas. Elles présentèrent les mêmes caractères que sur le Nivernais, légères et fugaces.

Dyspnée. Cyanose

29Un phénomène digne de remarque a été la dyspnée le plus souvent moyenne, mais quelquefois extrême que présentèrent la plupart de nos malades qui avaient plutôt l’aspect de cardiaques ou de pulmoniques que de cholériques.

30La cyanose fut à peu près constante mais légère et disparaissant presque aussitôt après la mort. Les extrémités étaient la plupart du temps blanches. Au lazaret de Sinope, dans 7 à 8 cas sur les 75 cholériques, la cyanose fut prononcée et manifeste. Dans d’autres elle n’était pas évidente ; chez quelques-uns elle faisait complètement défaut.

Sidération du système nerveux

31Un phénomène aussi notable fut la sidération complète et rapide du système nerveux mettant nos malades dès les premières atteintes du choléra dans un état de stupeur qui aboutissait promptement au coma absolu.

32C’est à cette atteinte profonde des fonctions d’innervation, beaucoup plus qu’à la déperdition des liquides, que je crois devoir rapporter les modifications de la voix et l’adynamie profonde qui furent la première manifestation de la maladie dans la presque totalité des cas. Dès le début, les malades avaient /229/ la voix absolument cassée et cette profonde modification du timbre, de nature spéciale, qui m’a paru presque constituer un signe pathognomonique, m’a bien souvent, avant toute autre symptôme, mis sur la voie du diagnostic.

Habitus extérieur

33Les modifications de l’habitus extérieur, quoique profonde, ne m’ont pas paru être absolument celles que l’on rencontre d’ordinaire dans le choléra. L’excavation des yeux n’était pas constante, le nez n’était pas toujours effilé, en un mot les phénomènes d’ordre physique déterminés par l’abondance des évacuations et le desséchement du tissu cellulaire qui en résulte, ne se rencontraient pas dans la généralité des cas. En revanche, les cholériques avaient la face brunie, comme fortement hâlée par le soleil ; les pommettes, la pointe du nez étaient congestionnées et sur leur fond rouge se détachait un léger réseau de veines bleuâtres, donnant comme un aspect couperosique au visage. La sclérotique, elle aussi, était injectée, les yeux étaient larmoyants. Tout le visage avait une expression piteuse, un air misérable et cet aspect joint à l’impuissance musculaire qui empêchait les malades de se tenir même sur leur séant en faisant dès les premiers instants de véritables loques humaines, des cadavres avant la mort.

Constatations post mortem

34Je n’ai pu pratiquer aucune autopsie en dehors de celle qui fut faite au lazaret de Monastir-Aghzi, mais j’ai pu examiner tous les cadavres pendant qu’on les lavait et j’ai pu constater que l’aspect des cadavres n’offrait pas toujours non plus les caractéristiques ordinaires du choléra.

Rigidité cadavérique

35La rigidité cadavérique n’était pas aussi précoce qu’on le décrit d’ordinaire dans le choléra. J’ai vu des sujets dont la mort remontait à plus de deux heures et chez qui elle n’était pas encore établie. La plupart de ces cadavres n’offraient pas le moindre indice de cyanose des extrémités, et cela a été constaté également au lazaret de Sinope pour les morts du Gregori-Mörch.

Ventre

36Le ventre avait conservé sa forme naturelle. Chez quelques-uns seulement il était plat mais je n’ai jamais constaté cette forme du ventre en barque caractéristique qui se rencontre si souvent dans certaines épidémies.

Contractures

37Les contractures post mortem étaient rares. Chez quelques-uns seulement, /230/ entre autres chez notre autopsié de Monastir-Aghzi, j’ai trouvé la main pauvre classique. Je n’ai jamais constaté de mouvements post mortem et, conséquence naturelle du peu de fréquence des crampes à grand rayon, je n’ai jamais constaté de ces attitudes étranges des cadavres qui surviennent lorsque la mort les saisit au milieu d’un accès de tétanie. Les mêmes faits se sont reproduits au lazaret de Sinope où il n’y eut que deux cadavres débarqués du Gregori-Mörch chez lesquels l’existence des crampes pendant la vie était rendue évidente par l’attitude post mortem. Le cadavre d’un afghan surtout avait un aspect caractéristique. Tous ses muscles fléchisseurs étaient contracturés, les jambes étaient fléchies sur les cuisses, les cuisses sur l’abdomen. Les bras étaient élevés et écartés, les avant-bras étaient fléchis sur les bras. Un rictus cynique laissait apercevoir les dents. C’était, selon l’expression classique, l’attitude du guerrier dans le combat, tenant la lance et le bouclier.

Conclusion

38Il ressort de ces constatations que le diagnostic post mortem était impossible sans autopsie. Cela explique que les premiers cadavres débarqués du Gregori-Mörch n’aient pas été reconnus pour des cholériques. Le même fait a dû certainement se produire à Odessa dans le campement des pèlerins et durant le trajet en chemin de fer d’Extrême Orient à Odessa.

Différences entre ce choléra et le choléra observé en Europe

39En somme, nous avons eu affaire à un choléra bien différent des formes que l’on observe dans nos pays d’Europe. Il doit être rapproché des formes algides foudroyantes qu’on rencontre dans certaines épidémies de l’Inde. Les traits caractéristiques en ont été la rapidité de l’évolution, l’absence de toute période de réaction, l’algidité et l’absence de phénomènes convulsifs due à la sidération du système nerveux. La toxine cholérique dans ces cas paraissait agir uniquement comme un poison stupéfiant dépourvu de toute action convulsivante.

Son peu de force d’expansion

40Il est intéressant de mettre en regard de l’énorme force d’intoxication dont a fait preuve ce choléra ce que nous pouvons induire de sa force d’expansion /231/ qui a été plutôt relativement faible.

41Les faits observés à bord du Nivernais ne me paraissent pas absolument probants à cet égard. Quoiqu’on puisse tirer un argument de l’immunité absolue de l’équipage vis à vis de l’épidémie, cet argument n’a pas une valeur absolue car, à la rigueur, cette immunité pourrait être attribuée aux mesures prophylactiques prises à bord. Les faits observés au lazaret de Sinope à propos du Gregori-Mörch ont une bien autre valeur démonstrative. Trente trois cadavres furent débarqués du Gregori-Mörch au lazaret de Sinope par les marins de l’équipage. Pour descendre ces cadavres dans l’embarcation deux marins se mettant en face l’un de l’autre joignaient leurs mains entrelacées en formant un berceau sur lequel ils plaçaient la tête et le tronc tandis qu’un troisième soulevait les pieds. Quelques-uns de ces cadavres montraient encore sur leurs barbes des traces évidentes de vomissements. Les mêmes marins transportèrent du navire à l’hôpital les individus atteints de choléra qu’ils allaient chercher dans les entreponts et les faux-ponts souillés par les déjections des malades. Ce fut encore eux qui débarquèrent les sept mille colis qui se trouvaient au dessus et au dessous des couchettes des entreponts, colis dont un grand nombre avaient appartenu aux cholériques décédés à bord et dont plusieurs avaient certainement dû être souillés par les déjections. De tous ces marins ainsi exposés à la contamination aucun, pas plus que les officiers d’ailleurs, n’avait pris de mesures prophylactiques. À bord du Gregori-Mörch il n’existait aucun désinfectant. Malgré cela aucun des marins n’a eu la moindre indisposition gastro intestinale.

42Les gardes-portefaix du lazaret charrièrent les sept mille colis du débarcadère au pavillon de désinfection, les ouvrirent pour en faire le triage et les portèrent à bras jusqu’au bûcher où ils étaient detruits. Ils ne présentèrent à aucun moment de symptômes suspects, pas plus que ceux qui transportèrent les cholériques à l’hôpital et qui enlevèrent les morts.

43Il est arrivé à un infirmier du lazaret, le nommé Lazari, qu’au moment /232/ où il soulevait la tête d’un cholérique celui-ci inonda sa poitrine d’un vomissement qui souilla profondément ses vêtements. L’infirmier se coucha sans se déshabiller. Il n’en résulta aucun inconvénient pour lui.

44De ces faits il semble résulter, comme je l’ai déjà dit, que cette épidémie a montré une force d’expansion très faible. Mais de là à en conclure, comme on l’a fait, qu’il était dans le génie de ce choléra de s’éteindre sur place, dans les lieux où il était transplanté, avec les malades qu’il avait frappés, sans aucune chance de reviviscence ultérieure, il y a un pas qu’il serait téméraire de franchir et on ne saurait, il me semble, affirmer que dans des conditions autres il ne pourrait prendre une force d’expansion plus grande. Pour moi je m’en tiens à la constatation des faits observés, laissant à d’autres l’audace des affirmations aventureuses que trop souvent le temps vient démentir.

Hypothèse à ce sujet

45Je me permettrai cependant une réflexion. N’y aurait-il pas lieu pour expliquer l’immunité des personnes en contact avec les pèlerins de ne pas se contenter d’invoquer des variations hypothétiques dans la virulence du germe et d’émettre de vagues affirmations sur le non moins vague génie de l’épidémie et ne doit-on pas se demander si, au fond, il n’y a pas tout simplement là dessous une question de terrain ?

46Ne pourrait-on pas supposer que le choléra a frappé exclusivement les pèlerins parce que le germe cholérique a trouvé chez eux un milieu favorable à son développement qu’il ne rencontrait pas chez les matelots et chez le personnel du lazaret ? Et ne serait-on pas en droit alors de se demander si ce n’est pas du côté de l’alimentation des pèlerins qu’il faut aller chercher la solution du problème et si ce n’est pas elle qui est la véritable cause déterminante de la production des conditions indispensables au développement du choléra. Cela expliquerait le rôle prépondérant que les médecins qui ont assisté à l’épidémie s’accordent à attribuer à la question des ingesta.

47J’ai déjà parlé de la nature des aliments que consommaient les pèlerins. D’après les médecins du lazaret de Sinope mieux placés que moi pour faire /233/ cette observation on n’observait de cas de choléra que chez les pèlerins faisant usage de ces viandes de cheval desséchées au soleil et vaguement fumées dont, ainsi que je l’ai dit, j’ai trouvé de nombreux spécimens couverts de plaques à aspect gangréneux et à odeur putride. Cet aspect cadavéreux, cette apparence sanieuse, cette putridité se retrouvaient sur les saucissons de viande de cheval et d’autres animaux que consommaient les pèlerins. Au lazaret de Sinope il fut fait une constatation intéressante. Parmi les groupes de pèlerins entassés les uns sur les autres dans les baraques et qui comprenaient des Circassiens, des Daghestanlis, des Persans, des Boukhariotes, des Cosaques et des Chinois, il n’y avait que les cosaques chinois et ceux de Sibérie qui étaient atteints de choléra et toutes les fois qu’un cas se déclarait, comme on faisait immédiatement évacuer la baraque pour la désinfecter, et désinfecter aussi les effets des pèlerins, on n’a jamais manqué de trouver dans les effets du cholérique de ces viandes et de ces saucisses pourries et moisies cachées dans le sac à riz ou dans le panier à pain que l’on faisait immédiatement détruire.

48Un garde sanitaire nommé Mehmed-Hassan ayant été pris de choléra auquel il succomba, l’enquête démontra d’une façon évidente qu’il avait, la veille, partagé le repas des pèlerins cosaques de sa baraque. La nuit il fut pris de symptômes cholériques et vers l’aube expira avec des symptômes ataviques.

49On ne saurait demander meilleure illustration de la thèse. Tandis que le contact prolongé et répété d’objets et de corps contaminés d’une façon non douteuse et dans les circonstances les plus favorables à la contagion n’a pas déterminé un seul cas de choléra chez le grand nombre d’individus exposés de cette façon, il a suffi à l’un d’eux d’ingérer les mêmes aliments que les pèlerins pour être mis dans le même état de réceptivité morbide qu’eux et pour réaliser une infection de même nature et de même gravité. /234/

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access