Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

25. L’irhâm

Léon Roches, Dix ans à travers l’Islam (1834-1844)

Paris, 2e éd., 1904 (extrait p. 291-294)

Texte intégral

1Le mardi 14 décembre 1841 (29 chouel 1257), nous sortîmes de Médine par la porte Bab-el-Massri, par laquelle nous y étions entrés. Notre mekououm s’était adjoint à une caravane de cent chameaux environ, qui se rendait à Djedda. Nous suivîmes pendant quatre jours la même route que celle que nous avions prise pour aller. C’est à la station de Ssafra que nous quittâmes la route de Yamboa à Médine. Ssafra est un assez joli village bâti sur le penchant d’une colline au-dessus d’une vallée fertile : de beaux jardins et beaucoup de dattiers.

2Nous nous étions arrêtés avec mon muphti auprès d’un puits sous de magnifiques palmiers, lorsque nous fûmes tout d’un coup entourés par une troupe de femmes, presque toutes jeunes et jolies, qui venaient puiser de l’eau. Elles avaient la figure découverte et ne furent nullement intimidées par notre présence. Elles appartenaient, nous dirent-elles, à la tribu des Harb, dont une petite fraction habite Ssafra. Jamais je n’avais entendu parlé l’arabe d’une façon aussi pure et aussi douce. Je serais resté longtemps à causer avec ces gracieuses bédouines, si le muphti, dont la dignité était compromise à ses yeux par la présence de jeunes femmes, ne m’avait donné le signal du départ.

3Les caravanes, les pèlerins isolés même, voyagent pendant la nuit, fâcheuse habitude pour ceux qui aiment à voir le pays. Le 18, nous campâmes à Oued-Zozag. De là, nous suivîmes la crête de montagnes assez escarpées. Le 19, nous nous arrêtâmes à Djebel-Eyoub, près des puits de Mestoura.

4Le 20, nous fîmes halte à Rabegh, grande station des caravanes, village situé à 8 ou 10 kilomètres de la mer, dont on sent les émanations salines.

5Le lendemain 21, nous arrivâmes à une agréable station nommée Kholeïs ; nous admirâmes d’autant plus l’abondance et la limpidité des eaux qui arrosent ces jardins plantés de dattiers, que depuis trois jours nous parcourions un pays aride et que nous venions de traverser un col très difficile, nommé Teniat-el-Kholeïs.

6Le 22, nous établîmes nos tentes à Oued-Djemmoum, vallée qui aboutit à celle appelée Oued-Fathma, au milieu de beaux jardins de dattiers et d’arbres fruitiers.

7Là, nous revêtîmes le irham, car une journée seule nous séparait de la Mecque. Le muphti, le mokaddem et moi fîmes nos grandes ablutions et récitâmes les prières ordonnées aux pèlerins qui se rendent à la Mecque avec l’intention de faire le pèlerinage. Le irham est le costume que doit prendre le pèlerin quand il approche de la Mecque. Il se compose de deux pièces de calicot de lin ou de laine, de couleur grise ou blanche. Avec l’une il s’entoure les reins, avec l’autre le cou et les épaules, en laissant le bras droit à découvert. Il quitte tout autre vêtement. Les étoffes qui composent le irham sont achetées pour la circonstance et n’ont aucun ornement. La tête est nue ; les chaussures laissent le cou-de-pied à découvert. Tant qu’un pèlerin est mohrem (revêtu du irham), il ne se fait pas raser la tête, marche toujours gravement, ne tue aucun être vivant (même certains insectes), et doit s’abstenir de querelles et de tout rapport avec les femmes.

8Il me fallut passer une partie de la nuit à écouter la lecture du Coran par le muphti. Je commençais à souffrir du froid dans mon irham, et j’obtins de mon compagnon la permission de m’envelopper jusqu’au jour dans mon burnous. Beaucoup de pèlerins contractent des maladies souvent mortelles, pendant le temps qu’ils portent le irham, soit à cause du froid, soit à cause de la grande chaleur. Du temps des Arabes idolâtres, le pèlerinage avait lieu à l’automne, saison pendant laquelle le irham avait moins d’inconvénients. Mais Mohammed ayant établi l’année lunaire et ayant fixé le pèlerinage au mois de dhi-el-hadja, et l’année lunaire ayant onze jours de moins que l’année solaire, le pèlerinage dans l’espace de trente-trois ans, arrive successivement à toutes les époques de l’année.

9Les vieillards et les malades peuvent se couvrir la tête, en payant une redevance à la mosquée. On peut avoir une ombrelle ou se faire de l’ombre avec son mouchoir.

  • 1 Les femmes pèlerines doivent aussi prendre le irham, composé d’un voile recouvrant la figure et d’u (...)

10Le lendemain, 23 décembre (9 de dhi-el-kaada), à l’aurore, il fallut se mettre en prières auxquelles prenait part la femme du muphti, qui avait quitté tous ses ornements et s’était complètement enveloppée dans un immense voile en laine blanche1. Nous montâmes à chameau, car nous avions une longue route à parcourir. À mesure que nous approchions de la Mecque, la vallée devenait plus aride. Arrivés au lieu appelé Mémouniah, nous mîmes pied à terre. Notre mekououm devait se rendre avec nos chameaux, nos serviteurs et nos bagages à un caravansérail situé dans le quartier El-Chamy, situé près de la grande mosquée, et là attendre notre retour. Au bout d’une heure environ, nous aperçûmes la ville, dont la vue nous avait été jusque-là cachée par les montagnes bordant à l’est la vallée par laquelle nous arrivions.

11Dès que nous entrâmes dans le quartier Bab-el-Omra, dont la rue conduit à la grande mosquée, nous fûmes entourés par plusieurs individus, nommés mettouaf, qui, nous voyant revêtus du irham, comprirent que nous avions l’intention de visiter la Caâba, et nous firent pénétrer dans le temple par la porte Bab-el-Selam.

Notes

1 Les femmes pèlerines doivent aussi prendre le irham, composé d’un voile recouvrant la figure et d’un grand haïk, bande d’étoffe de laine ou de coton, qui doit les envelopper entièrement, sans même laisser paraître les mains, ni les chevilles du pied.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access