Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

25. L’irhâm

Adolphe d’Avril, L’Arabie contemporaine, avec la description du pèlerinage à La Mecque

Paris, 1868 (extrait p. 197-198)

Texte intégral

  • 1 Tamisier, Voyage en Arabie, t. I, p. 58.
  • 2 Traduction de M. Barbier de Meynard, p. 250, 252 et 259.

1La première cérémonie consiste à se vêtir du costume sacré appelé ihram. Les versets 1, 96 et 97 du chapitre de la Table en font mention. Ici, comme pour la prescription même du pèlerinage, il ne semble pas qu’il s’agisse dans le Coran d’une institution nouvelle : il est donc permis de supposer que les Arabes d’avant l’islamisme s’en revêtaient aussi. L’ihram est un linge blanc ou à raies dont on s’enveloppe les reins : le pèlerin jette un autre linge sur ses épaules en forme d’écharpe : il ne porte aux pieds que des sandales. Les femmes prennent aussi ce vêtement consacré, mais elles restent voilées, à l’exception de celles des wahabites. Tous les pèlerins se font, à cette occasion, laver, parfumer, raser et couper les ongles : on récite quelques prières. L’usage est de ne revêtir l’ihram que lorsqu’on fait le pèlerinage pour la première fois, mais, par dévotion, d’anciens hadjis le prennent à chaque voyage, tandis que, sous prétexte d’indisposition, d’autres pèlerins gardent leurs vêtements ordinaires. Les voyageurs qui se rendent de Suez à Djeddah par mer revêtent ordinairement l’ihram lorsqu’ils ont doublé le cap Wardar, situé au sud de Jambo et au nord de Rabegh1. Les pèlerins de Syrie mettent l’ihram après avoir dépassé Médine, à Asfan ou Osfan, à deux stations de la ville sainte. Cependant, dans le Livre des Routes et des Provinces, cette cérémonie est indiquée à Djohfah plus près de Médine2. En 1854, Burton et ses co-pèlerins ont pris l’ihram à un endroit appelé Zaribah. Les habitants de la Mecque le revêtent aussi au moment où les cérémonies vont commencer. Sur la route de Bagdad à la Mecque, on prend l’ihram à Kyrn-el-Ménazil, où l’on rencontre les pèlerins du Yémen.

Notes

1 Tamisier, Voyage en Arabie, t. I, p. 58.

2 Traduction de M. Barbier de Meynard, p. 250, 252 et 259.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access